Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Saint-Martin-en-Campagne (Seine-Maritime). De l’établissement agropastoral gaulois à la nécropole gallo-romaine

Saint-Martin-en-Campagne (Seine-Maritime). From the Gallic agro-pastoral settlement to the Gallo-Roman necropolis

Samuel Lelarge
Avec la collaboration de Caroline Schaal et Cyrille Chaidron

Résumé

Préalablement à la construction d’une zone pavillonnaire sur la commune de Saint-Martin-en-Campagne (Seine-Maritime), une opération d’archéologie préventive a révélé une occupation agropastorale bien structurée, en activité entre La Tène C2-D1 et le milieu du IIe siècle après J.-C. Encore fréquentée au cours de la seconde moitié du IIe siècle, la parcelle est ensuite utilisée comme nécropole jusqu’au milieu du IIIe siècle. Une large campagne de prélèvements carpologiques met en valeur le recours aux végétaux dans les pratiques funéraires.

Prior to the construction of a residential area in the commune of Saint-Martin-en-Campagne (Seine-Maritime), a preventive archaeological survey revealed a well-structured agro-pastoral occupation between the La Tène C2-D1 period and the middle of the 2nd Century AD. Having remained in use during the second half of the 2nd Century, the parcel of land was then used as a necropolis until the mid-3rd Century. A large-scale carpological sampling campaign draws attention to the use of plants in funerary practices.

Texte intégral

Introduction

1Cette fouille archéologique a été menée préalablement à la construction d’une zone pavillonnaire à Saint-Martin-en-Campagne, commune de Seine-Maritime localisée à 12 km au nord-est de Dieppe (fig. 1). Le projet concerne une zone de 2,3 ha, explorée entre janvier et avril 2014 et située au nord-ouest du cœur du village, aux abords du hameau de Vassonville, rue des Pêcheurs et voie des Charmilles.

2Le site est implanté sur le plateau du Petit Caux, zone littorale entre Dieppe et Le Tréport. Elle culmine à environ 100 m NgF, ce qui se traduit par un trait de côte marqué par des falaises abruptes. Le plateau est entaillé par le vallon de Tilleval qui est aujourd’hui pour partie colmaté, mais dont le cheminement a été repéré sur l’emprise des fouilles. Ce dernier termine sa course non loin, à Saint-Martin-Plage, où il s’ouvre sur la mer.

Fig. 1. Localisation de Saint-Martin-en-Campagne (d’après Dorion-Peyronnet, 2009, p. 51).

Fig. 2. Plan phasé du site (DAO : S. Lelarge et A. Pézier)

3Le substrat est constitué d’une assise crayeuse turonienne caractérisée par une craie blanche ou grise à silex rares ou absents. Celle-ci est surmontée par une argile rouge ou brune liée à la décalcification de l’assise crayeuse. Cette formation, de 5 à 8 m d’épaisseur, contient de nombreux silex entiers ou brisés non roulés et hétérométriques. Elle est couronnée par un limon des plateaux à la matrice argilo-sableuse qui a pour origine des dépôts éoliens. Il consiste en un horizon de limon brun orangé d’une cinquantaine de centimètres d’épaisseur, lui-même surmonté par un niveau de terre végétale de faible amplitude (0,3 à 0,4 m).

4L’opération s’est déroulée dans un secteur où les découvertes archéologiques sont relativement nombreuses depuis les premiers signalements au XIXe siècle : tombes antiques au mobilier notable, trésor monétaire, matériel de mouture... (Rogeret, 1997, p. 508). Plusieurs objets issus de ces découvertes figurent parmi les collections du musée départemental des Antiquités de Rouen (Tassinari, 1995, p. 85 et 94-95 ; Sennequier, 2013, p. 76 et 205, no 34). Des prospections pédestres menées par Étienne Mantel au cours des années 1990 confirment, par la présence de mobilier en surface, l’anthropisation de ce secteur de Saint-Martin-en-Campagne au cours du second âge du fer et durant l’Antiquité (Rogeret, 1997, p. 509). Cette apparente densité des occupations autour de l’espace prescrit doit cependant être relativisée. En effet, un diagnostic archéologique dans une parcelle contiguë à la nôtre s’est avéré négatif (Fajon, 2000).

Résultats de l’opération

  • 1 Large fosse (3,15 x 3 x 0,75 m) au profil en cuvette et au remplissage peu stratifié.
  • 2 Grattoir, éclat retouché, percuteurs (identification P. Mauger, lithicien indépendant).

5Les premières traces d’une activité humaine consistent en une fosse isolée sans véritable spécificité1. Le mobilier céramique associé évoque une fourchette chronologique relativement large, comprise entre l’âge du bronze final et le début du Halstatt. La fosse a également livré l’ensemble lithique le plus fourni du site, quatre outils et cinq restes bruts2.

6Cette opération a principalement mis au jour une occupation agropastorale perdurant entre La Tène C2-D1 et le milieu du IIe siècle après J.-C. (fig. 2).

7L’abandon de l’établissement rural au cours du Haut-Empire, ou plus certainement son déplacement, ne coïncide cependant pas avec la fin de l’occupation de la parcelle. Encore fréquentée de manière ponctuelle au cours de la seconde moitié du IIe siècle, elle accueille entre la fin de ce siècle et le milieu du IIIe siècle un ensemble de 52 tombes à crémation.

Phase Ia : un établissement agropastoral de La Tène C2 à D1/D2

8À la transition entre La Tène moyenne et La Tène finale (C2-D1/D2), l’occupation s’organise à partir d’un enclos trapézoïdal qui n’a pas été observé dans son intégralité (fig. 3). Le fossé est palissadé, comme le montrent un profil étroit en « Y » et les pierres de calages participant au maintien des poteaux de clôture (fig. 4).

  • 3 Seuls trois trous de poteaux nous sont parvenus.
  • 4 D’après les deux ou trois trous de poteaux qui lui sont associés.

9À l’intérieur de l’enclos, les vestiges sont répartis de manière ordonnée. Le secteur nord-est est dévolu à l’habitat. S’y côtoient un édifice résidentiel sur poteaux (bâtiment 1), dont la périphérie est jalonnée de fosses assez banales, peu profondes, au profil en cuvette et au comblement non stratifié. Un second bâtiment (ensemble 1) pourrait être implanté immédiatement à l’est du premier mais son plan n’est pas assuré. Deux restitutions de l’édifice sont envisagées, soit une forme circulaire, soit une construction sur quatre poteaux de type grenier. À une dizaine de mètres à l’ouest du bâtiment principal, un premier ensemble de structures pourrait former un pôle d’activité. Il s’organise manifestement autour d’un four domestique. De forme quadrangulaire (110 x 64 cm), ce dernier se singularise par des parois verticales de 25 cm de hauteur nettement rubéfiées sur une épaisseur de 1 à 2 cm (fig. 5). Deux plausibles fosses de stockage quadrangulaires et deux autres sans usage spécifique lui sont associées. Un potentiel grenier3 (ensemble 2), situé immédiatement à l’ouest de cet ensemble, est à signaler. Au nord et à l’est du bâtiment, les structures sont multiples et sans véritables particularités. Notons la présence d’une petite fosse ovalaire certainement couverte d’un appentis et d’une fosse de stockage semi-enterrée. Dans la partie méridionale de l’enclos, dans l’angle sud-ouest, se trouvent une fosse relativement importante au creusement soigné et certainement couverte par une superstructure en bois4, une structure de stockage semi-enterrée, peut-être d’autres non datées et deux greniers (bâtiments 2 et 3).

Fig. 3. Plan de la phase Ia (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).

10Les aménagements situés hors de l’enclos sont rares. Les éléments structurants se déclinent sous la forme d’un chemin matérialisé par deux fossés et d’un probable système de tri des animaux d’élevage. Ce dernier pourrait être complété par une zone de parcage, comme à Mondeville, « Étoile-Site 1 », mais le degré d’arasement des structures ne permet pas d’étayer l’hypothèse (Besnard-Veauterin et al., 2009, p. 28). L’érosion accentuée des vestiges les plus anciens nuit également à la lecture d’un petit fossé adossé au tracé occidental de l’enclos et qui nous est parvenu à l’état de lambeaux. Les autres aménagements placés en dehors de l’enclos ont tous une connotation agricole. Un silo, un grenier et une fosse d’ensilage sont situés immédiatement au nord du réseau fossoyé et un autre silo est implanté au sud du vallon de Tilleval, indiquant probablement la mise en culture de l’autre versant du talweg.

Fig. 4. Le fossé palissadé (cliché : Archéopole).

Fig. 5. Vue du four 658 après la fouille. Détail des parois rubéfiées (cliché : Archéopole).

  • 5 Étude par C. Schaal, carpologue, en CDD chez Archéopole.
  • 6 Une étude récente démontre toutefois la présence d’orge nue à La Tène ancienne dans le Limousin (S (...)
  • 7 Quelques-uns, gallo-romains, sont sans doute issus des perturbations liées au sondage de diagnosti (...)

11Les activités exercées au sein de cet établissement semblent surtout agricoles. Les données paléo-environnementales5 collectées dans les structures laténiennes sont rares. Les plus intéressantes sont issues du comblement des trous de poteaux du grenier situé hors de l’enclos (bâtiment 4) et suggèrent le stockage exclusif d’orge nue. Cette découverte est totalement inattendue car, en l’état des connaissances, la culture de l’orge nue fait l’objet d’un véritable désaveu dans le nord de la France au Ve siècle av. J.-C. au profit de l’orge vêtue6. Sa présence significative à Saint-Martin-en-Campagne dans un contexte de La Tène finale pose donc la question du maintien ponctuel de cette culture. Les analyses 14C, réalisées à partir des charbons de bois collectés dans deux des trous de poteaux de ce bâtiment indiquent le deuxième millénaire av. J.-C. Cependant, elles sont indubitablement faussées par un élément extérieur. En effet, les tessons de céramique associés, laténiens7, invalident les conclusions tirées du matériel carbonisé. Par ailleurs, des battitures liées à la métallurgie du fer ponctuent le remplissage de l’une des fosses d’ancrage de poteau et force est de constater qu’un tel artisanat n’existe bien évidemment pas à cette date.

Fig. 6. Perle à décor rapporté opaque blanc sur une masse de verre naturellement verdâtre (cliché : Archéopole).

  • 8 Étude paléométallurgique : S. Pillault, spécialiste indépendante.
  • 9 Étude de l’instrumentum : A. Pézier (Archéopole).

12Un travail de forge8 est suggéré par les quelques battitures mises en évidence dans ce trou de poteau (0,3 g pour 10 l de sédiment). Des fragments de scories et des parois de four scorifiées sont également attestés dans le comblement du fossé d’enclos. Le matériel n’en demeure pas moins anecdotique, avec à peine dix restes dispersés, et aucune aire de forge n’a pu être déterminée. Il ne peut donc s’agir que d’une activité de faible ampleur et ponctuelle, répondant aux seuls besoins de l’établissement (réparation, élaboration d’objets simples). Le travail du textile est vraisemblablement limité à la sphère domestique et est évoqué par une fusaïole relativement frustre, taillée dans un fragment de céramique « veauvillaise ». D’un point de vue socio-économique, il s’agit d’un établissement modeste. La céramique se décline principalement parmi le groupe des « veauvillaises », qui représente plus de 40 % du lot. Les types 1 à 3 et les dolia définis par G. Blancquaert (2000) sont représentés. Le reste de la céramique est essentiellement composé de vases à pâte chamottée. Les formes observées sont des jattes à profil sinueux ou à carènes moulurées, des écuelles en esse et un vase à bord plat rentrant. La céramique fine est en quantité extrêmement réduite, avec une quarantaine de tessons pour un nombre minimum de deux formes (couvercle à bord en Y et petit vase à col cylindrique). Le matériel métallique9, presque inexistant, est illustré par deux fragments de cerclage en fer et une tôle rivetée en alliage cuivreux. Une large perle annulaire en verre vert translucide (couleur naturelle du verre) et décor opaque blanc rapporté de type Haev. 23 (Haevernick, 1960) constitue le seul objet de parure découvert pour cette phase (fig. 6).

Phase Ib (La Tène D2-Auguste/Tibère) : une réorganisation de l’espace

13Les limites chronologiques de la phase Ib sont difficilement perceptibles. La mise en place de celle-ci est avant tout dictée par la chronologie relative des différents réseaux fossoyés plutôt que par un ensemble mobilier homogène. Ainsi, une partie du répertoire de la céramique fine peut être rattachée à la limite haute de la séquence d’occupation précédente, alors que l’autre est associable au début de l’intervalle chronologique de la phase suivante. Cette étape de l’occupation conserve en partie le cadre structurant précédent (fig. 7) mais la nature et le nombre de structures évoluent ; elles sont peu nombreuses et essentiellement destinées au stockage des récoltes à long terme (silos ; fig. 8). Le réseau fossoyé ne semble plus former un ensemble clos. Il est constitué d’un fossé en agrafe ouvert à l’est et de fossés bordant des chemins le long desquels sont implantés cinq tombes à crémation. À noter que quatre d’entre elles sont circonscrites totalement ou partiellement par un petit enclos funéraire. Le degré d’arasement de ces structures n’a pas permis, au diagnostic et lors de l’opération extensive, de saisir les modalités d’enfouissement (taille de la fosse, architecture enterrée, marqueur de tombe). Les dépôts sont assurément limités ; les restes osseux sont contenus dans un vase accompagné d’une à trois autres céramiques, voire plus, mais leur état fragmentaire ne permet pas de certitude. Une seule tombe a livré du matériel métallique, une fibule du type Feugère 14a (Feugère, 1985, p. 266).

14Aucun bâtiment résidentiel ne peut être associé catégoriquement à cette occupation. Il existe bien un édifice circulaire construit sur sablière basse mais il ne suggère guère un habitat. En effet, sa superficie est restreinte, 15 m ² à peine, et aucune fosse dépotoir n’existe dans son environnement immédiat. De plus, il est en périphérie du réseau fossoyé. Pourtant, le mobilier céramique collecté dans les fossés et dans les silos éloignés d’une cinquantaine de mètres témoigne indubitablement de rejets domestiques. Dès lors, il faut probablement chercher le lieu de résidence dans un secteur situé hors de la zone prescrite. En effet, la destination principale de ce réseau de chemins reste inconnue et il est assez difficile de croire que ce petit bâtiment circulaire soit à l’origine d’un ensemble parcellaire aussi vaste et structuré.

Fig. 7. Plan de la phase Ib (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).

  • 10 Voir Chaidron, 2015 pour le détail des pâtes, des formes et notamment les références aux travaux d (...)

15En conclusion, cette phase d’occupation, qui s’inscrit dans la continuité de la précédente, n’en demeure pas moins marquée par de profondes modifications structurelles. Il ne semble plus s’agir du cœur d’une unité domestique à proprement parler, mais plus certainement d’une zone périphérique à celle-ci. Le mobilier céramique, assez limité (1 118 restes pour 112 vases), est peut-être le seul à mettre en exergue l’existence d’un site de consommation à proximité immédiate. Il renvoie l’image d’un habitat modeste dont l’approvisionnement en céramique se fait presque exclusivement à l’échelle locale. La céramique fine comprend de la proto terra nigra, de la terra nigra et de la terra rubra. La proto-terra nigra caractérise la fin de l’époque gauloise. Elle se décline sous la forme de vases à piédestal mouluré (groupe Hauviné ; Roualet, 1977) et de pots ou bouteilles globulaires (BT6 ? ; Deru, 1996). Les terra rubra champenoise (TR 1b, tonnelets TR 3a et b, pot de type P 29 enfumé ; Deru, 1996) et régionale (tonnelet de type P 6 ; variante technologique du type P 21) évoquent, quant à elles, l’époque julio-claudienne. La terra nigra est dominée par les productions locales10 complétées par des importations champenoises et du centre de la Gaule (dont un plat Menez 22). La céramique commune de mode B domine l’assemblage, comme à l’accoutumée. Se côtoient des productions non tournées, s’inscrivant dans la continuité des fabriques chamottées et du groupe veauvillais, et des productions tournées, également héritières de la tradition veauvillaise, associées à des pâtes grises sablonneuses cauchoises. Signalons pour la céramique commune de mode A une imitation locale de pot dit « de Besançon ».

Fig. 8. L’un des multiples silos de la phase Ib (cliché : Archéopole).

Phase IIa (deuxième et troisième quart du Ier siècle) : un nouvel enclos domestique

16La détermination de cette phase est à nouveau conditionnée par la chronologie relative des différents réseaux fossoyés et n’est pas clairement relayée par le mobilier. Ce biais a pour corollaire la quasi-absence de fosses associables à cette séquence de l’occupation.

17La phase IIa s’illustre par de profonds changements dans l’organisation de l’établissement rural. Elle se caractérise par l’implantation d’un enclos principal de forme quadrangulaire de 2 860 m ² délimité par deux fossés imbriqués (fig. 9). L’accès se fait au centre de la façade sud-est, par simple interruption des fossés sur une distance de 4,7 m. L’espace interne est divisé en deux cours de dimensions à peu près semblables. Un bâtiment est installé à l’angle nord-ouest du fossé interne de l’enclos, dans la cour nord. Il est très certainement cloisonné par un système palissadé. Cet édifice de plan rectangulaire à chevet occidental anguleux suggère, par sa superficie d’environ 25 m², une habitation. Les rejets associés à son fonctionnement sont réduits et presque exclusivement déposés dans les fossés d’enclos. Une seule fosse peut être prudemment rapprochée du milieu du Ier siècle après J.-C. Un petit atelier de forge est probablement en activité au cours de cette phase. Il n’est illustré que par une vingtaine de fragments de scories et de parois de bas-fourneau découverts de manière éparse dans les fossés d’enclos. Toutefois, le mobilier intrusif laténien et julio-claudien laisse peser un doute quant à la pertinence chronologique de ce matériel.

  • 11 Information de S. Dubois à C. Chaidron.

18D’un point de vue socio-économique, la phase IIa est tout aussi modeste que précédemment. L’approvisionnement en céramique se fait toujours localement, à l’écrasante majorité. La céramique fine est limitée au répertoire gallo-belge. La terra rubra est uniquement illustrée par des tonnelets beige à panse guillochée, dont certains relèvent de la fabrique de Beauvraigne dans la Somme. La terra nigra est essentiellement originaire des ateliers champenois et elle est représentée par des plats A 39 et A 42 (Deru, 1996). Signalons enfin un fragment d’amphore Dressel 20b. La céramique commune de mode B est partagée entre non tournée et tournée. La première s’inscrit dans la continuité des pâtes chamottées et du groupe veauvillais. Les formes tournées se déclinent principalement selon des pâtes sablonneuses chamottées apparentées au groupe 7 cauchois11 et d’autres héritières de la tradition veauvillaise. La céramique de mode A se définit également par des productions régionales (cauchoises ?) qui sont complétées par quelques importations du beauvaisis et du noyonnais. Le petit mobilier se limite à une fibule du type Feugère 26b, largement commercialisé durant le Ier siècle après J.-C. (Feugère, 1985, p. 357-364).

Fig. 9. Plan de la phase IIa (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).

Fig. 10. Plan de la phase IIb (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).

Phase IIb (fin du I er-début voire milieu du IIe siècle) : extension de l’occupation

  • 12 Fossé extérieur de la phase précédente.

19L’étape IIb correspond à l’extension du fossé principal de la phase précédente (fig. 10), portant ainsi l’espace circonscrit à 3 750 m². Une partie de son état antérieur est peut-être maintenue provisoirement en guise de fossé interne12, répétant le modèle précédent. Un large fossé de refend, sensiblement postérieur au creusement du fossé principal de la phase IIb, met très certainement un terme à cette cohabitation momentanée. Il découpe alors l’espace en deux cours, rappelant une autre facette du schéma organisationnel de la phase IIa.

20La cour méridionale est vraisemblablement vouée aux activités artisanales et deux pôles peuvent être distingués. Un premier (fin du Ier -début du IIe siècle), situé dans l’angle sud-est de l’enclos, est lié au traitement des récoltes. On y retrouve des silos, des structures à fond plat et des rejets plus ou moins importants de céréales carbonisées. Bien que située dans le niveau d’abandon de ces vestiges (partie inférieure généralement), cette abondance de restes végétaux, que l’on ne retrouve nulle part ailleurs sur le site, est probablement liée au fonctionnement de ces aménagements. Les grains (caryopses) collectés ont déjà fait l’objet de plusieurs phases de nettoyage car ils sont relativement propres et il ne subsiste plus que quelques restes d’enveloppe et de rachis (fig. 11).

  • 13 Parfois d’un faible impact souterrain, ce type d’aménagement n’a peut-être pas laissé de traces à (...)

21L’origine de ces grains n’est probablement pas liée à l’incendie d’un grenier car aucun élément, comme des trous de poteaux, ne permet d’avancer l’existence d’un tel bâtiment à proximité. Par contre, la présence de très nombreux nodules et plaques de terre rubéfiée suggère l’utilisation d’une structure de combustion dans un environnement immédiat. Dès lors, une zone de grillage des grains peut être évoquée mais cette proposition ne dépassera pas le stade de l’hypothèse, faute de vestige probant13.

22Le principe de l’association de fosses à fond plat et de structures de stockage enterrées a déjà été décrit pour le site d’Isneauville, « Plaine de La Ronce », par Yves-Marie Adrian, pour des vestiges attribués à La Tène finale (Adrian, 2011, p. 52).

Fig. 11. Inventaire carpologique des structures du pôle d’activité oriental (fin du Ier -milieu du IIe siècle ; C. Schaal).

  • 14 Les autres n’ont pas livré de matériel, à l’exception d’une fosse proposant exclusivement du mobil (...)

23Les carporestes collectés sur ce site sont d’ailleurs à un stade de nettoyage peu éloigné de ceux de Saint-Martin-en-Campagne et l’on se situe très certainement à une étape proche dans la chaîne opératoire du traitement ou du stockage des récoltes. Toutefois, il semble qu’à Isneauville, les carporestes relèvent du produit d’un seul et même ramassage (Zech-Matterne, 2011, p. 281), alors qu’à Saint-Martin-en-Campagne il s’agit du résultat de plusieurs cultures échelonnées au cours de l’année. Enfin, à Isneauville, aucun vestige d’une structure de combustion n’est associé à ce binôme. Le deuxième pôle d’activité est situé dans l’angle sud-ouest de l’enclos. Il est occupé plus longuement que le premier, de la fin du Ier au début, voire au milieu du IIe siècle. S’y succèdent principalement un cellier et une structure de stockage semi-enterrée de dimensions plus réduites, puis une fosse étroite et allongée associée à une large structure de combustion fortement arasée. La recherche de comparaisons pour les deux derniers vestiges renvoie vers des structures destinées à la cémentation des bandages de roue ou à la fabrication de charbons de bois (Anderson et al., 2003, p. 90-93). L’absence de parois rubéfiées et de mobilier discriminant ne permet pas d’étendre ces propositions au site de Saint-Martin-en-Campagne. Dans le même secteur, signalons un chapelet de structures réparties autour d’une fosse centrale. Sur quinze aménagements, trois seulement sont datés de la phase IIb14. Toutefois, leur distribution singulière suggère une succession de creusements extrêmement rapprochés dans le temps ou contraints par un même élément structurant.

24La cour septentrionale pourrait avoir été réservée à l’habitat. Néanmoins, la seule concentration de trous de poteaux située dans ce secteur (ensemble 3) ne semble pas correspondre au plan d’un édifice résidentiel. Parmi les trois hypothèses émises, deux font référence à des greniers, la troisième renverrait à une construction trapézoïdale assez douteuse et de petite superficie. Dans le meilleur des cas, elle pourrait constituer une annexe. L’accumulation de rognons de silex de taille moyenne et plus ou moins calibrés dans le comblement terminal du fossé de refend de l’enclos apporte peut-être un début de réponse quant à l’absence d’un édifice résidentiel. Ces matériaux ne sont que rarement brûlés et sont accumulés dans l’extrémité occidentale du fossé. Ils pourraient avoir servi à la confection de solins de pierres formant les soubassements d’un bâtiment destiné à l’habitat.

  • 15 Rappelons que l’usage de la faux était, jusqu’à une date récente, réservé à la fenaison, l’outil t (...)

25Le parcellaire associé à l’enclos domestique a été étendu au secteur du paléo-vallon, sans doute déjà en partie colmaté à la phase IIb. La fonction agropastorale de l’établissement se perpétue. Le parcellaire, le binôme constitué des silos et des fosses à fond plat et les céréales carbonisées qui les accompagnent témoignent de la mise en culture du territoire environnant et du traitement des récoltes. Le parcellaire ne peut pas suggérer à lui seul l’activité pastorale. Par contre, la présence d’une faux15 évoque la récolte du foin nécessaire à la litière et à l’alimentation hivernale des bêtes. Une autre activité, dont la nature nous échappe, est suggérée par l’association d’une fosse allongée et d’une structure de combustion. Un petit atelier de forge, comme aux phases précédentes, n’est très certainement en usage que ponctuellement et répond probablement aux seuls besoins de l’établissement. Il est documenté par quelques déchets épars qui ne permettent pas de définir une potentielle zone de travail.

26L’économie du site évolue à la phase IIb et les lieux d’approvisionnement en céramique se diversifient. Ainsi, les importations, qui n’apparaissaient que timidement aux phases précédentes, occupent désormais une place un peu plus importante. Le répertoire des céramiques fines, qui ne comprenait jusqu’alors que de la céramique gallo-belge, s’enrichit des sigillées de La Graufesenque (Drag. 27c, Drag. 33, Drag. 35/36 VeD2) puis, dans un second temps, de celles de Lezoux, de céramique engobée arverne (LEZ 331b ; Bet et Gras, 1999) et du lyonnais. Ces dernières apparaissent en complément de la terra nigra régionale, qui constitue la majorité de cette catégorie céramique. Les ateliers cauchois occupent le premier rang. La céramique commune de mode A est largement dominée par les productions du noyonnais, notamment les mortiers et les cruches. L’apparition des mortiers suggère d’ailleurs une évolution des pratiques culinaires. Les fabriques du beauvaisis sont minoritaires et déclinées seulement sous la forme de cruches à bord en poulie ou légèrement éversé. La céramique commune de mode B est exclusivement régionale et se caractérise par des pâtes grises sableuses ou sablonneuses cauchoises, généralement chamottées et fumigées (groupe 7). Le groupe de pâtes blanches à quartz et apparenté occupe un rang secondaire mais voit cependant sa part s’accroître progressivement.

Phase III : Mise en place d’une nécropole à crémation (milieu du IIe -milieu du IIIe siècle après J.-C.)

27L’abandon de l’établissement agropastoral au milieu du IIe siècle marque un temps d’arrêt dans l’occupation des lieux. Toutefois, la céramique collectée ponctuellement dans le remplissage supérieur des fossés témoigne d’une fréquentation régulière de la parcelle au cours de la seconde moitié du IIe siècle. Une seule fosse peut être assurément associée à cette période.

  • 16 Une dizaine de structures ont été exclues de ce comptage faute de restes probants.
  • 17 Étude anthropologique : É. Tarcy (Archéopole).

28La phase III correspond principalement à l’installation d’un pôle funéraire comptant un minimum de 52 sépultures à crémation16 et qui est en activité de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle après J.-C. (fig. 12). Quatre groupes et quelques tombes isolées ont été mis en évidence. Il s’agit presque exclusivement d’ensembles sépulcraux modestes, où les dotations sont extrêmement limitées, et pour lesquelles l’indigence des restes osseux n’a pas permis de déterminer le sexe et l’âge au décès des individus17. Seul un immature est identifié par un sternèbre dans la tombe 741. C’est d’ailleurs la seule où les restes de deux individus ont été distingués. Le caractère isolé de l’os d’immature accrédite l’hypothèse d’un élément résiduel récupéré dans un bûcher mal nettoyé.

  • 18 Analyse anthracologique : Dr Victoria Asensi-Amoros (laboratoire Xylodata) et portant sur 10 conte (...)

29La combinaison des différentes études a mis en lumière une partie du cérémonial funéraire. Le bûcher semble uniquement constitué de frêne commun18. Après ustion, les ossements sont partiellement ramassés sur le bûcher éteint ou largement refroidi. Sans être nettoyés des autres résidus de combustion, ils sont généralement déversés au fond de la fosse sépulcrale (fig. 13). Aucun vase ossuaire n’est attesté et aucun amas osseux n’indique, par sa morphologie, un contenant souple ou rigide en matière périssable (boite, sac en tissu ou en cuir, vannerie...).

30À plusieurs reprises, des dépôts accompagnent le défunt. Il s’agit généralement de vaisselle de table se limitant le plus souvent à un modeste gobelet en céramique. Des services plus complets sont signalés. Un seul propose un ensemble constitué de vases destinés à la préparation et la consommation des solides, des liquides et de leur service (st 549). Parfois, des vases présentent les stigmates d’un contact avec le feu ou sa proximité immédiate, certainement le résultat de leur placement sur le bûcher, en périphérie du foyer central. Un tesson de verre à la surface rugueuse, découvert totalement isolé dans la tombe 374, pourrait avoir été altéré superficiellement, comme les céramiques, en raison de sa proximité avec une vive source de chaleur.

  • 19 Identification : T. Oueslati (HALMA-IPEL UMR 8164 CNRS, université Lille 3).

31Les dépôts carnés brûlés19 se manifestent dans quatre sépultures. Par trois fois, le coq et le porc sont représentés. Remarquons l’absence des caprinés et du bœuf. Les ressources maritimes sont peut-être aussi mises à contribution, illustrées par une valve d’huître mise au jour dans la sépulture à crémation 181. Leur implication dans les rites funéraires est avérée sur d’autres sites et, à titre d’exemple, citons des gisements littoraux du nord de la Gaule comme Marenla, Noyelles-sur-Mer et Nempont-Saint-Firmin, où poissons de mer et coquillages sont déposés dans des tombes tardoantiques (Piton et al., 2006 ; Piton et Marchand, 1978 ; Lelarge, 2013).

32Le petit mobilier est relativement rare. Une monnaie non identifiable et certainement réutilisée en pendeloque provient de la tombe 53, fouillée lors du diagnostic. Plusieurs fragments d’ornements de coffrets en os sont attestés dans les tombes 194 et 563. Notons également la présence d’une lame en silex dans le vase déposé dans la tombe 134 et celle d’un objet en fer indéterminé dans la structure 178.

  • 20 L’hypothèse d’un stock de céréales encore non nettoyé ne doit pas être totalement écartée.

33Le prélèvement exhaustif du comblement des crémations a permis de sélectionner 21 sépultures propices à une étude carpologique (fig. 14). Ainsi, près de 2 400 restes végétaux carbonisés ont été inventoriés parmi 19 de ces contextes. La carbonisation a assuré leur conservation et démontre leur présence sur le bûcher funéraire. Une grande variété de taxons (30) a été mise en évidence par Caroline Schaal, certains en abondance, d’autres plus anecdotiques. Les céréales et les légumineuses cultivées représentent l’essentiel du lot. Divers taxons céréaliers sont identifiés : orge, froment, blé dur, amidonnier et épeautre. Ces grains, non moulus et non transformés, peuvent être considérés comme des offrandes. Ils proviennent probablement de dépôts de gerbes qui font également office de combustible pour lancer le foyer. Il s’agirait de denrées symboliques que le mort emporte dans l’au-delà pour se nourrir. Cette pratique fait peut-être aussi écho au mythe de Cérès, déesse romaine de l’agriculture et des moissons (Marinval, 1993). La mort étant perçue comme un avilissement de la vie, cette offrande était destinée à puriier la famille endeuillée (familia funesta) et, par extension, le sol dans lequel était enfoui le défunt (Blaizot, 2009). Quant aux légumineuses, notamment pois et féveroles, une symbolique particulière leur est accordée d’après Pline l’Ancien : contenir les âmes des morts (André, 2001). Les plantes sauvages occupent la deuxième place de l’échantillon. Elles sont généralement très rares en contexte funéraire (Wiethold et Preiss, 2009). À Saint-Martin-en-Campagne, elles tiennent une part non négligeable, trahissant probablement un dépôt intentionnel sur la structure crématoire20. Dans une moindre mesure, des fruits secs et charnus d’origine locale sont retrouvés : fragments de noisettes (Corylus avellana) et noyaux de prunelles (Prunus cf. spinosa). Ces résidus attestent de la consommation de ces fruits, symboles d’immortalité (Marinval, 1993). Issus du repas funéraire, ils sont déposés sur le bûcher en guise d’offrandes alimentaires, dans la vaisselle ou jetés aux lammes (André, 2001 ; Wiethold et Preiss, 2009). Des fragments d’objets amorphes carbonisés sont décelés dans trois sépultures. Ils évoquent une préparation culinaire de type pain ou galette. L’offrande de pain sur le bûcher funéraire est d’ailleurs bien attestée dans les textes latins (André, 2001 ; Marinval, 1993 et 2001).

Fig. 12. Plan de la nécropole (DAO : É. Tarcy).

Fig. 13. Résidus de combustion jetés pêle-mêle dans la fosse sépulcrale 234 (cliché : Archéopole).

  • 21 Malgré le prélèvement et le tamisage systématique du comblement de la structure, seulement 55 g de (...)

34Une seule tombe se distingue par son caractère privilégié (st 549). Elle se présente en surface sous la forme d’un plot quadrangulaire (160 x 140 cm) constitué de rognons de silex liés par un sédiment limono-argileux (fig. 15). Il pourrait être prolongé par un solin de même composition fortement arasé. L’hypothèse d’un monument funéraire est envisagée. Sous le plot se situe un espace clos chemisé de bois, formant une sorte de chambre sépulcrale (fig. 15 et 16). Au centre de celle-ci, le mobilier funéraire est déposé dans un coffre en bois matérialisé par des clous, dont neuf occupent sans ambiguïté leur position d’origine et correspondent aux différents effets de parois observés. Le mobilier funéraire comprend onze vases, dont neuf céramiques (consommation et service des liquides et des solides) et deux vases à boire en verre (fig. 17). Aucun n’a servi d’urne funéraire et les restes osseux, en quantité très limitée21, sont dispersés dans le comblement du coffre.

Conclusions

35À plus d’un titre, les résultats de cette opération d’archéologie préventive sont positifs. Une occupation agropastorale, évoluant entre La Tène finale et le milieu du IIe siècle après J.-C., a ainsi été mise en évidence presque dans son intégralité. Deux entités faisant acte d’évolutions quasi permanentes ont été dégagées. Il n’est cependant pas acquis qu’il s’agisse d’établissements distincts, bien qu’une réelle rupture dans leur organisation semble s’opérer entre les phases I et II. Dans une autre mesure, cette opération a été l’occasion de fouiller une cinquantaine de tombes à crémation datées de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle. Ces dernières nous renseignent sur les pratiques funéraires locales, notamment le recours à certaines espèces végétales dans le rituel, et sur le statut socio-économique d’un habitat qui n’est ici qu’entraperçu par ses défunts.

Fig. 14. Inventaire des végétaux carbonisés provenant des tombes à crémation de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle (C. Schaal).

Fig. 15. La tombe 549 : un monument funéraire ? À gauche : plan général avant la fouille. Plot de silex surmontant la fosse sépulcrale et solin associé. À droite : plan et coupe de la fosse sépulcrale (DAO : Archéopole).

Fig. 16. La tombe 549 en fin de fouille (cliché : Archéopole).

Fig. 17. Vaisselle de la tombe 549 (DAO : C. Chaidron et S. Lelarge).

Bibliographie

Bibliographie

Adrian Y.-M. (2011) – Isneauville-Saint-Martin-du-Vivier « ZAC de la Plaine de la Ronce », Rapport final d’opération. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie.

Anderson T.-J., Agustoni C., Duvauchelle A., Serneels V. et Castella D. (2003) – Des artisans à la campagne ; carrières de meules, forge et voie gallo-romaines à Chables. Archéologie fribourgeoise, 19, 391 p.

André J. (2001) – Les offrandes alimentaires dans le culte des morts à Rome. Marinval P. (dir.), Histoires d’hommes, histoires de plantes, hommage au professeur Jean Erroux. Rencontres d’archéobotanique de Toulouse, Autun, M. Mergoil-Centre d’anthropologie, coll. Mémoire de plantes, 1, p. 215-221.

Besnard-Vauterin C.-C. (2009) – L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville ; archéologie et culture en plaine de Caen. Presses universitaire de Rennes, 311 p.

Bet P. et Gras D. (1999) – Parois fines engobées et céramique métallescente de Lezoux. Brulet R., Symonds R.-P. et Vilvorder F. (dir.), Céramiques engobées et métallescentes gallo-romaines. Actes du colloque de Louvain-la-Neuve, 18 mars 1995, Oxford, RCRF, p. 13-38.

Blaizot F. (2009) – Rites et pratiques funéraires à Lugdunum du Ier au IVe siècle. Goudineau C. (dir.), Post mortem ? Rites funéraires à Lugdunum, catalogue d’exposition, Paris, Errance, p. 155-169.

Blancquaert G. (2000) – L’intensification de l’habitat et la standardisation du mobilier en Pays de Caux. Blancquaert G. et Marion S. (dir.), Les installations agricoles de l’âge du fer en France septentrionale, Actes de colloque (29-30 novembre 1997), Paris, Presses de l’ENS, Études d’histoire et d’archéologie, 6, p. 395-409.

Chaidron (2015) – Étude de la céramique. Lelarge S. (dir.), Saint-Martin-en-Campagne, rue des Pêcheurs-Voie des Charmilles (Seine-Maritime), Rapport final d’opération. Rouen, Archéopole, Service régional de l’archéologie, p. 197-233.

Deru X. (1996) – La céramique belge dans le nord de la Gaule ; caractérisation, chronologie, phénomènes culturels et économiques. Louvain-la-Neuve, département d’archéologie et d’histoire de l’art, université catholique de Louvain, 89, 463 p.

Dorion-Peyronnet C. dir. (2009) – Les Gaulois face à Rome. La Normandie entre deux mondes. Catalogue d’exposition, Musée des Antiquités, département de Seine-Maritime, Rouen, mai-septembre 2009, Bonsecours, Point de Vues, 208 p.

Fajon P. (2000) – Saint-Martin-en-Campagne « Rue des Pêcheurs-Rue de l’Hermitage » (Seine-Maritime). Rapport de diagnostic. Rouen, Service régional de l’archéologie, 4 p.

Feugère M. (1985) – Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle après J.-C. Revue archéologique de Narbonnaise, suppl. au t. 12, p. 5-509.

Haevernick T.-E. (1960) – Die Glasarmringe und Ringperlen der Mittel und Spätlarenezeit auf dem europaïschen Festland. Bonn, Römisch-Germanische Kommission des Deutschen Archäologischen Institut zu Frankfurt, 302 p.

Lelarge S. dir. (2013) – Nempont-Saint-Firmin « Rue du Warnier-nécropole », Rapport final d’opération. Lille, Archéopole, Service régional de l’archéologie, 2 vol., 823 p.

— (2015) – Saint-Martin-en-Campagne « Rue des Pêcheurs-Voie des Charmilles » (Seine-Maritime), Rapport final d’opération. Rouen, Archéopole, Service régional de l’archéologie, 2 vol., 556 p., 98 pl.

Marinval P. (1993) – Étude carpologique d’offrandes alimentaires végétales dans les sépultures gallo-romaines ; réflexions préliminaires. Ferdière A. (dir.), Monde des morts, monde des vivants en Gaule rurale. Actes du 1ercolloque ARCHEA-AGER, Orléans, 7-9 février 1992, Revue archéologique du centre de la France, suppl. 6, p. 45-65.

— (2001) – Offrandes végétales de la nécropole gallo-romaine des Sagnes à Pontatron (Creuse). Lintz G. (dir.), La nécropole gallo-romaine des Sagnes à Pontatron (Creuse), Chauvigny, Association des publications chauvinoises, Mémoire de la Société de recherches archéologiques de Chauvigny, 20, p. 191-196.

Ménez Y. (1989) – Les céramiques fumigées (« terra nigra ») du Bourbonnais. Revue archéologique du centre de la France, 28, p. 118-178.

Piton D. et Marchand H. (1978) – Une nécropole du IVe siècle à Noyelles-sur-Mer. Cahiers archéologiques de Picardie, 5, p. 199-229.

Piton D., Blondiaux J., Delmaire R., Dilly G., Dubois S. et Lepetz S. (2006) – Une nécropole du Bas-Empire à Marenla. Piton D. (dir.), Sept nécropoles du Bas-Empire dans le Nord-Pas-de-Calais, Nord-Ouest archéologie, 14, p. 7-58.

Rogeret I. (1997) – La Seine-Maritime (76). Paris, Académie des inscriptions et des belles-lettres, Carte archéologique de la Gaule, 663 p.

Roualet P. (1977) – Cimetières à incinération d’Hauviné et de Saint-Clément-à-Arnes (Ardennes). Mémoires de la Société d’agriculture, commerce, sciences et arts du département de la Marne, 112, p. 37-53.

Schaal C. (2015) – Rapport d’analyse carpologique du site de Saint-Martin-en-Campagne. Lelarge S. (dir.), Saint-Martin-en-Campagne (Seine-Maritime), Rapport final d’opération, Rouen, Archéopole, Service régional de l’archéologie, p. 264-280.

Sennequier G. (2013) – La verrerie romaine en Haute-Normandie. Autun, M. Mergoil, coll. Monographie Instrumentum, 45, 374 p.

Tassinari S. (1995) – Vaisselle antique de bronze. Rouen, Amis des musées départementaux de la Seine-Maritime, Collections du Musée départemental des antiquités, 129 p.

Wiethold J. et Preiss S. (2009) – Graines, noyaux, pains et galettes carbonisés ; les restes d’offrandes alimentaires dans les nécropoles gallo-romaines témoignent de rites funéraires. Heckenbenner D. (dir.), D(is) M(anibus). Pratiques funéraires gallo-romaines, catalogue d’exposition, Musée du pays de Sarrebourg, p. 64-71.

Zech-Matterne V. (2011) – Rapport d’étude carpologique, Isneauville-Saint-Martin-du-Vivier « ZAC de la Plaine de la Ronce ». Adrian Y.-M. (dir.), Isneauville-Saint-Martin-du-Vivier « ZAC de la Plaine de la Ronce », Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie, p. 277-284.

Notes

1 Large fosse (3,15 x 3 x 0,75 m) au profil en cuvette et au remplissage peu stratifié.

2 Grattoir, éclat retouché, percuteurs (identification P. Mauger, lithicien indépendant).

3 Seuls trois trous de poteaux nous sont parvenus.

4 D’après les deux ou trois trous de poteaux qui lui sont associés.

5 Étude par C. Schaal, carpologue, en CDD chez Archéopole.

6 Une étude récente démontre toutefois la présence d’orge nue à La Tène ancienne dans le Limousin (Schaal, 2015, p. 269-270).

7 Quelques-uns, gallo-romains, sont sans doute issus des perturbations liées au sondage de diagnostic adjacent.

8 Étude paléométallurgique : S. Pillault, spécialiste indépendante.

9 Étude de l’instrumentum : A. Pézier (Archéopole).

10 Voir Chaidron, 2015 pour le détail des pâtes, des formes et notamment les références aux travaux de S. Dubois et Y.-M. Adrian.

11 Information de S. Dubois à C. Chaidron.

12 Fossé extérieur de la phase précédente.

13 Parfois d’un faible impact souterrain, ce type d’aménagement n’a peut-être pas laissé de traces à Saint-Martin-en-campagne.

14 Les autres n’ont pas livré de matériel, à l’exception d’une fosse proposant exclusivement du mobilier de La Tène D.

15 Rappelons que l’usage de la faux était, jusqu’à une date récente, réservé à la fenaison, l’outil traditionnel de la moisson étant la faucille (Ferdière, 2006, p. 92).

16 Une dizaine de structures ont été exclues de ce comptage faute de restes probants.

17 Étude anthropologique : É. Tarcy (Archéopole).

18 Analyse anthracologique : Dr Victoria Asensi-Amoros (laboratoire Xylodata) et portant sur 10 contextes.

19 Identification : T. Oueslati (HALMA-IPEL UMR 8164 CNRS, université Lille 3).

20 L’hypothèse d’un stock de céréales encore non nettoyé ne doit pas être totalement écartée.

21 Malgré le prélèvement et le tamisage systématique du comblement de la structure, seulement 55 g de matériel osseux ont été collectés. Ce déicit, représentatif des autres tombes, peut être imputé à un ramassage extrêmement limité des résidus de combustion.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation de Saint-Martin-en-Campagne (d’après Dorion-Peyronnet, 2009, p. 51).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 414k
Légende Fig. 2. Plan phasé du site (DAO : S. Lelarge et A. Pézier)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Légende Fig. 3. Plan de la phase Ia (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 4. Le fossé palissadé (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende Fig. 5. Vue du four 658 après la fouille. Détail des parois rubéfiées (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 271k
Légende Fig. 6. Perle à décor rapporté opaque blanc sur une masse de verre naturellement verdâtre (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 7. Plan de la phase Ib (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Fig. 8. L’un des multiples silos de la phase Ib (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 9. Plan de la phase IIa (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 293k
Légende Fig. 10. Plan de la phase IIb (DAO : S. Lelarge et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 385k
Légende Fig. 11. Inventaire carpologique des structures du pôle d’activité oriental (fin du Ier -milieu du IIe siècle ; C. Schaal).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Légende Fig. 12. Plan de la nécropole (DAO : É. Tarcy).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 390k
Légende Fig. 13. Résidus de combustion jetés pêle-mêle dans la fosse sépulcrale 234 (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende Fig. 14. Inventaire des végétaux carbonisés provenant des tombes à crémation de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle (C. Schaal).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 791k
Légende Fig. 15. La tombe 549 : un monument funéraire ? À gauche : plan général avant la fouille. Plot de silex surmontant la fosse sépulcrale et solin associé. À droite : plan et coupe de la fosse sépulcrale (DAO : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 402k
Légende Fig. 16. La tombe 549 en fin de fouille (cliché : Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Légende Fig. 17. Vaisselle de la tombe 549 (DAO : C. Chaidron et S. Lelarge).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4133/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

Auteur

Archéopole

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540