Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Conches-en-Ouche, 5 et 6 juin 2015

 | 
Jean-Paul Ollivier

Apports nouveaux sur l’origine du rempart de Yainville (Seine-Maritime)

New input on the origin of the rampart in Yainville (Seine-Maritime)

Bruno Aubry, Sylvain Mazet et Cyril Marcigny
Avec la collaboration de David Honoré

Résumé

La commune de Yainville est implantée au nord de la boucle de Jumièges, vaste méandre de la Seine. Un rempart ferme cette formation d’est en ouest sur une longueur de 2,4 km. Cette structure de barrage est connue sous le nom de « Fossé Saint-Philibert ». Un diagnostic archéologique réalisé sur l’emprise d’un futur lotissement a permis de sonder l’élévation de terre et d’appréhender une partie encore non explorée de la rupture de pente, dont l’amorce constitue le lieu d’implantation du rempart. Des informations inédites apportent un nouveau regard sur l’origine de ce site et son organisation.

The commune of Yainville is located in the northern section of the Jumièges loop, a large meander of the river Seine. A rampart measuring 2.4 km closes off this formation from east to west. This barrage structure is known as the Fossé Saint-Philibert (Saint Philibert Fosse). An archaeological survey performed on the area of a future development site made it possible to examine the raised ground and to achieve a comprehensive view of an unexplored part of the break in the slope, the beginning of which marks the location of the rampart. New information has shed new light on the origin of this site and its layout.

Texte intégral

1En 2012, la réalisation d’un diagnostic archéologique sur un projet de lotissement de 1,2 ha a été motivée par la présence sur la parcelle du « Fossé Saint-Philibert », vaste structure défensive barrant la boucle de Jumièges.

Contexte géographique

2Le méandre de Jumièges couvre une surface d’un peu plus de 1 300 ha. Sa partie nord est occupée par un paléo-méandre qui est en partie investi par des prairies humides. Son flanc ouest est en contact direct avec la Seine. Cet ensemble est marqué par un relief présentant une altitude moyenne de 45 m NgF. Un talweg coupe en son centre la partie nord du site.

3Une grande partie de son bord est et du coteau est occupée par la forêt de Jumièges. Le reste des terrains est réservé à la culture, l’élevage et l’habitation.

4L’ouverture des tranchées du diagnostic archéologique par l’INRAP en 2012 a permis d’atteindre, sur la quasi-totalité des surfaces sondées, l’horizon de démantèlement des argiles à silex. Par endroits, des alternances de marnes et de poches argileuses apparaissent au sommet de cet encaissant. Ces phénomènes s’apparentent à des cônes de dislocation de la craie. Le bas de la parcelle comporte une couverture de terre végétale, de grave et de blocs de silex anguleux. La matrice est un sable argileux beige orangé. Cette formation est composée de colluvions provenant du plateau et de dépôts alluvionnaires grossiers. Ainsi, la terre végétale semble résulter de la combinaison de ces actions. Nous retrouvons dans sa composition des matériaux à la fois roulés et anguleux, qui traduisent d’intenses phases érosives sur les plateaux et les flancs de cette partie de la vallée. Les sols sont constitués de hautes terrasses alluviales, de pavages à silex et de formations marneuses.

5Le versant est marqué par des « placages » de silex anguleux à matrice argileuse beige orangée. L’interfluve de la parcelle se distingue par un socle marneux recouvert de placages d’horizons bruns et de limons orangés légèrement argileux à silex gélifractés. Il apparaît, lors du décapage de ces sédiments, qu’une redistribution des rognons de silex, survenue lors d’épisodes climatiques intenses, a été bouleversée et constitue en partie un socle pour recevoir les différents apports de sédiments fins. Ce niveau semble correspondre à un lambeau de sol assimilable au Wechsélien récent. Le démantèlement des formations superficielles et le taux élevé des fracturations des minéraux indiquent clairement l’action de pergélisol. Des cailloutis de galets avélanères se trouvent par endroit mêlés à des plages d’argiles « lie-de-vin ». Les différentes ouvertures mécaniques et coupes pratiquées au sein du rempart, talus et plateau, ne révèlent aucune trace de paléosol préservé à la base de ces ensembles de matériaux déposés afin d’élever le talus du rempart.

Contexte archéologique

6La carte archéologique et la documentation consultée comportent peu de vestiges mobiliers ou structurants dans la boucle de Jumièges pour les phases anciennes de la Protohistoire. On peut néanmoins signaler quelques indices d’occupation du Néolithique, la découverte de mobilier en bronze et du second âge du fer sur l’arrière du rempart, au niveau du Mesnil-sous-Jumièges et enfin une nécropole de La Tène D.

  • 1 Responsable : B. Houdusse (Inrap, 2012, RFO en cours).

7Des fouilles récentes effectuées lors de l’agrandissement d’une carrière1 ont porté sur une portion d’enclos de La Tène D2. Par ailleurs, la lecture du levé Lidar (Laser detection and ranging) nous renseigne peu sur l’organisation parcellaire. Seule, une trame est orientée de façon singulière, sur le rebord ouest de la boucle, et marquée d’un talus plus ou moins haut. Il est également possible de percevoir dans ce secteur un ensemble de dépressions qui débouchent sur un talweg érosif descendant vers la Seine.

Le « Fossé Saint-Philibert »

  • 2 Marie-Clotilde Lequoy, conservatrice du Patrimoine au service régional de l’archéologie de Haute-N (...)

8Le rempart, encore bien marqué dans le paysage, est connu depuis la fin du XIXe siècle. Il est classé au titre des Monuments historiques le 2 octobre 1996 grâce au travail de Marie-Clotilde Lequoy2 et de Bruno Penna. Long d’un peu plus de 2,7 km, il présente une altitude qui varie de 4 m NgF à l’ouest à plus de 73 m NgF à l’est.

  • 3 Bruno Penna, archéologue bénévole puis contractuel à l’Afan, a conduit de nombreuses opérations de (...)

9Il a fait l’objet de plusieurs campagnes de fouilles et de sondages programmés dirigés par Bruno Penna3 dans les années 1990 (Penna, 1993). Les données scientifiques recueillies au cours de ces investigations offrent des informations de tout premier ordre sur l’organisation, la construction et les différentes phases chrono-culturelles de la fortification.

10Le rempart se présente sous la forme d’une fortification de terre dont l’élévation est inégalement conservée selon les endroits. Dans le secteur du diagnostic de 2012, il a près de 3 m de hauteur.

11En revanche, dans certaines zones, l’urbanisation a fortement contribué à effacer, voire à détruire le relief originel.

12Une interruption est observée au cœur du village de Yainville, à l’est de l’église, sur un espace d’environ 120 m au droit d’un profond talweg nord-sud. Le cadastre nomme ce secteur « Les Portes » ou « Voie Portier », toponyme en correspondance avec cette voie de passage naturelle, mais qui pourrait indiquer également une entrée aménagée dans le rempart. Au sud, le passage débouche sur le large plateau d’environ 400 ha qui dessine actuellement la boucle de Jumièges.

13La carte archéologique ne recense pas de site ou d’indice de site qui laisserait supposer la présence d’occupations domestiques pérennes à l’intérieur de la zone fortifiée.

14Des datations 14C et le mobilier archéologique contribuent à dater la construction du rempart à partir de l’âge du bronze final. La fortification de Yainville est la seule de cette période en Haute-Normandie, avec celle de la barre du Rouvray (Seine-Maritime), située à l’est de Rouen, à posséder un tel aspect monumental.

La lecture de l’image Lidar

15Le Groupement d’intérêt public Seine Aval (GIPSA) a fait réaliser un levé Lidar de la partie basse de la vallée de la Seine, depuis Val-de-Reuil jusqu’à l’embouchure du fleuve, en 2010 et 2011. Ce levé, effectué grâce à un laser aéroporté, fournit une restitution topographique à haute résolution de la surface du sol (modèle numérique de terrain dont le pas est de 50 cm) présentant une précision planimétrique de plus ou moins 25 cm et altimétrique de plus ou moins 10 cm. Cette technologie a la particularité de pénétrer le couvert forestier et de fournir un relevé des irrégularités du sol. Afin de faciliter la lecture du document obtenu, un traitement basique réalisé grâce à un logiciel SIG (système d’information géographique) génère un ombrage artificiel des microreliefs grâce à la simulation d’un éclairage selon un angle et un azimut définis.

16Ce procédé a été appliqué sur le secteur du « Fossé Saint-Philibert » : cette imposante levée de terre, en partie en zone boisée, constitue un bon exemple d’application de cette technologie dans le domaine de l’archéologie (fig. 1).

17En effet, on y distingue très clairement le rempart proprement dit mais aussi deux fossés bordant l’ouvrage sur toute sa longueur. Ils sont révélés par des microreliefs et un second talus bien visible au sud et au nord de l’image, dans les parties non urbanisées du village. Ces fossés apparaissent exclusivement sur le flanc est du barrage de Yainville, au débouché du paléo-méandre de la Seine.

Fig. 1. Image Lidar et profils du terrain (données Lidar GIP Seine-Aval).

L’opération de terrain de 2012

18Le projet de lotissement est implanté sur la pente nord du méandre. Le rempart est installé à la rupture de celle-ci et un méplat est encore visible à l’arrière de l’élévation, côté est. Dans l’emprise du diagnostic, un léger bombement, localisé à la rupture de pente, suggère la présence du talus. À cet endroit, il mesure moins d’un mètre de haut. Ce relief a néanmoins servi de limite cadastrale depuis plusieurs décennies. En revanche, le rempart est quasiment invisible dans les parcelles contiguës à la zone de diagnostic.

19Six tranchées larges de 3 m ont été ouvertes dans le sens de la pente, perpendiculairement au rempart, en partant du sommet mais aussi du méplat (fig. 2). Ainsi, des coupes du talus et de ses abords ont été pratiquées afin de tenter d’identifier d’éventuels aménagements sous-jacents, ou bien placés de part et d’autre de l’ouvrage. Trois profils complets de la structure ont été relevés. Cependant, en raison de la dangerosité des coupes, du fait de la hauteur des aplombs et des mauvaises conditions climatiques, les observations effectuées sur le terrain restent limitées à une lecture globale de la stratigraphie.

20Elles ont toutefois révélé la présence d’un parement en gros appareil sur la façade du talus, et les deux puissants fossés parallèles à la levée de terre observés sur l’image Lidar (fig. 2). Du mobilier archéologique issu des différents horizons stratigraphiques permet de caler chronologiquement cet ouvrage.

Fig. 2. Plan général du diagnostic (DAO : D. Honoré).

Le rempart

21Coupé à intervalles régulier sur la totalité de son extension au sein de l’emprise diagnostiquée, le talus présente une largeur de 17 m à la base. L’analyse des trois coupes montre une certaine hétérogénéité de la stratigraphie, témoignant d’une différence dans la nature des couches empilées pour l’édification du rempart (fig. 3 et 4). Reconnu au centre de l’élévation, un apport de matériaux constitués de blocs de silex, de grès et de calcaire plus ou moins grossiers, semble marquer un premier état de construction. Ces matériaux sont liés par une matrice limono-sableuse brun orangé. Cette observation est récurrente au sein des sondages ouverts. L’accumulation de ces matériaux sous forme de placages plus ou moins épais forme un bourrelet préservé sur une hauteur de près d’un mètre au cœur du talus. Ce phénomène est visible sur un peu plus de 30 m de long, dans la partie la plus accessible de l’emprise.

22Les différents niveaux de matériaux sont en partie issus de l’environnement sédimentaire immédiat. Les sondages mécaniques pratiqués à l’arrière du talus, sur le méplat accessible, ont montré que le sous-sol est constitué en partie par de la marne et qu’il a été terrassé sur un peu plus de 15 m de large. Les déblais qui résultent de ce travail ont manifestement été déposés directement à l’arrière du talus.

23La levée de terre, d’au moins 3 m de hauteur, est dotée sur sa face externe d’un parement constitué d’un appareil de blocs de calcaire et de grès (fig. 5).

Les fossés

  • 4 Chaque niveau de comblement préalablement identifié est levé à l’aide d’un rayon laser, ce procédé (...)

24Deux fossés orientés est-ouest, parallèles au talus, espacés d’environ 5 m, ont été reconnus au pied du parement (fig 2, st. 8 et 3). Ils mesurent entre 8 et 10 m de large pour une profondeur comprise entre 3 et 4 m ; leur profil est en « V » très ouvert. En raison de l’ampleur de leur ouverture et de leur profondeur, nous n’avons pu réaliser de relevés précis : seules des observations et un enregistrement à l’aide d’un laser ont fourni une image relativement précise du comblement de ces deux structures4. Bien que le détail des niveaux n’ait pas pu être appréhendé, il a été possible d’observer que la majeure partie des différentes unités stratigraphiques (US) se retrouve, dans le même ordre de dépôt, d’un fossé à l’autre. La principale masse de matériau est composée de sédiments stériles déposés en talus.

Fig. 3 et 4. Coupes montrant la structuration du rempart (cliché : B. Aubry).

25Le creusement du fossé 3 débute au pied du parement. Il est en partie comblé avec des blocs de calcaire et de grès provenant vraisemblablement de la ruine de ce parement.

26Des vestiges mobiliers découverts dans les différentes couches fournissent des éléments de datation. Au niveau de l’US 4, un gobelet entier est apparu, accompagné de restes humains (fig. 6).

27Ce récipient présente des impressions digitées au niveau de la lèvre et de l’amorce entre la panse et le col. Il est attribué à l’ultime phase de l’âge du bronze final, ce qui est confirmé par le résultat d’une datation 14C (Beta-322727, 2900 +/– 30 BP, soit 1210-1000 BC) effectuée sur un charbon de bois découvert directement au contact de ces restes. Les éléments osseux (tibia et fibula gauche) sont ceux d’un immature et attestent de la présence d’une sépulture ou bien du rejet d’une tombe dans le comblement intermédiaire du fossé. Les sondages n’ont pas pu être poursuivis pour des raisons de sécurité et pour éviter de trop déstructurer le terrain, ces vestiges apparaissant déjà à plus de 1,80 m de profondeur.

Le mobilier archéologique

28Le mobilier archéologique provient essentiellement du comblement du fossé 3 et de certains niveaux constituant l’élévation du rempart. Il s’agit d’un andouiller en bois de cerf (fig. 7), d’une calotte crânienne humaine et d’une hache en roche verte de la famille des dolérites découverte à la base de la terre végétale. Elle porte des traces de liens et d’usure liées à son utilisation (fig. 8).

Fig. 5. Parement en calcaire du rempart vu de face (1) et de dessus, en plan (2), dans la tranchée 5 (DAO : D. Honoré).

Conclusion

29Les différentes opérations archéologiques programmées ou préventives menées sur le « Fossé Saint-Philibert » fournissent des informations inédites sur la chronologie et les modes de construction de cet ouvrage.

30La parcelle sondée en 2012, indique que le rempart se composait d’une levée de terre d’au moins 3 m de hauteur pourvue sur sa face externe d’un parement en pierres sèches appareillé en calcaire et blocs de grès. Au pied de ce parement se trouvaient deux puissants fossés (fig. 9). Ni la synchronie de ces aménagements, ni leur durée d’utilisation ne peuvent être précisées, néanmoins, leur fonction défensive et ostentatoire ne fait aucun doute. Cette configuration suggère une construction plus ancienne que celle fouillée par Bruno Penna. En effet, la fouille de 1992 avait révélé un enchevêtrement de bois situé à la base du rempart et dans le premier quart de l’élévation, de type murus gallicus à poutrage interne, daté par 14C de l’extrême fin de l’âge du bronze (1213 à 923 av. J.-C.). Le diagnostic de 2012 n’a pas révélé d’aménagement de ce type, malgré les trois coupes pratiquées, ce qui autorise à proposer une antériorité de la construction de cette partie du rempart. Les deux datations14 C sur charbon, l’une à la base du rempart et l’autre au niveau du gobelet et des restes humains, confirment que la construction de cette section est légèrement plus ancienne (1420-1270 BC et1210-1000 BC). La localisation géographique peut expliquer cette évolution car nous sommes sur le versant est de l’entrée, sur le rebord de plateau, contrairement aux fouilles de Bruno Penna qui se situaient à l’ouest, sur la moyenne terrasse de la Seine. Ainsi, nous pouvons tout à fait envisager une première construction barrant en partie la boucle de Jumièges puis son agrandissement, dans un deuxième temps, sur la totalité du méandre. Le diagnostic a également permis d’appréhender un replat surplombant l’ensemble fortifié. Malheureusement, nous n’avons pu mettre en lumière d’éventuelles structures domestiques. L’analyse de l’image Lidar ne laisse apparaître que peu de témoins structurants (parcellaire, enclos net, chemins, etc.) pouvant le rattacher à un oppidum ou à un autre type d’occupation de hauteur.

Fig. 6. Gobelet à impressions digitées découvert dans le comblement du fossé st. 8 (DAO : D. Honoré)

Fig. 7. Pic en andouiller de cerf (DAO : D. Honoré).

Fig. 8. Hache en dolérite avec traces d’emmanchement (cliché : H. Paitier ; DAO : D. Honoré).

31Le site de Yainville semble, en regard des informations archéologiques issues des différentes opérations depuis plus de 20 ans, plus probablement s’apparenter au Hague-Dike qui barre la presqu’île de la Hague (Marcigny, 2009). Les dikes, aménagements, qui consistent à protéger de vastes espaces de centaines d’hectares par une levée de terre de plusieurs kilomètres de long, sont bien identifiés outre-Manche, en Angleterre, comme dans le Yorkshire (Manby, 1980) ou en Irlande, où par exemple le Black Pig’s Dyke sépare en deux la partie nord de l’île (Raftery, 2006). Bénéficiant d’une réelle autonomie des moyens de production vivrière, ces territoires formaient très probablement à l’âge du bronze des entités politiques.

Fig. 9. Relevés et restitutions des profils du rempart (DAO : D. Honoré).

Bibliographie

Bibliographie

Beurion C. (1993) – Le site protohistorique de Quièvrecourt (Seine-Maritime). Actes du colloque de l’AFEAF d’Évreux, Revue archéologique de l’Ouest, suppl. 6, p. 23-34.

Manby T. (1980) – Bronze Age Settlement in Eastern Yorkshire. Barrett J. et Bradley R. (dir.), Settlement and Society in the British Later Bronze Age, Oxford, British Archaeological Reports, British series, 83, 2, p. 307-370.

Marcigny C. (2009) – Retour au « Hague Dike » : historiographie et nouvelles analyses. Annuaire des cinq départements de la Normandie, 166e Congrès, p. 97-110.

Penna B. (1993) – Yainville « Le Fossé Saint-Philibert ». Bilan scientifique régional 1992, Haute-Normandie, Direction régionale des affaires culturelles de Haute-Normandie, Service régional de l’archéologie, p. 109-110.

Raftery B. (2006) – L’Irlande celtique avant l’ère chrétienne. Paris, Errance, 223 p.

Notes

1 Responsable : B. Houdusse (Inrap, 2012, RFO en cours).

2 Marie-Clotilde Lequoy, conservatrice du Patrimoine au service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, maintenant retraitée, a œuvré durant des années sur la boucle de Jumièges.

3 Bruno Penna, archéologue bénévole puis contractuel à l’Afan, a conduit de nombreuses opérations de fouille et de diagnostic. Il est décédé prématurément. Nous ne pouvons que suivre modestement ses pas et tenter d’apporter des informations complémentaires à ses travaux.

4 Chaque niveau de comblement préalablement identifié est levé à l’aide d’un rayon laser, ce procédé évite de descendre dans le sondage et permet de travailler en toute sécurité.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Image Lidar et profils du terrain (données Lidar GIP Seine-Aval).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
Légende Fig. 2. Plan général du diagnostic (DAO : D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Légende Fig. 3 et 4. Coupes montrant la structuration du rempart (cliché : B. Aubry).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 442k
Légende Fig. 5. Parement en calcaire du rempart vu de face (1) et de dessus, en plan (2), dans la tranchée 5 (DAO : D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Légende Fig. 6. Gobelet à impressions digitées découvert dans le comblement du fossé st. 8 (DAO : D. Honoré)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Légende Fig. 7. Pic en andouiller de cerf (DAO : D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 102k
Légende Fig. 8. Hache en dolérite avec traces d’emmanchement (cliché : H. Paitier ; DAO : D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Légende Fig. 9. Relevés et restitutions des profils du rempart (DAO : D. Honoré).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4124/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 164k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540