Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Quatrième partie. La professionnalisation des métiers traditionnels (XVIIIe-XXe siècles)

Le rôle des femmes dans la professionnalisation des secteurs éducatif, sanitaire et social à Rouen au XIXe siècle

Yannick Marec

Texte intégral

1Le XIXe siècle est marqué à la fois par un processus de laïcisation et de professionnalisation de secteurs longtemps réservés aux pratiques charitables ou philanthropiques où les femmes ont joué un rôle souvent décisif quoique longtemps subordonné aux rapports de genre. Cela a concerné tout particulièrement la prise en charge de la petite enfance par le biais de différentes associations ou organismes, comme les sociétés de charité maternelle, les crèches, et les salles d’asiles. Avec l’affirmation de la dimension éducative, l’institutrice a progressivement supplanté la dame patronnesse, permettant ainsi une certaine émancipation féminine dans le contexte de rapports sociaux et politiques en voie d’évolution. À l’hôpital, en dehors de quelques médecins ce sont les sœurs qui ont supervisé les soins aux malades jusqu’au tournant des XIXe et XXe siècles, voire au-delà. Néanmoins, avec la création des écoles d’infirmières, les cadres sociaux et les rapports de genre traditionnels ont commencé à être remis en cause. C’est donc une approche au croisement des études de genre et du care que nous nous proposons d’effectuer. De ce point de vue, l’analyse du cas rouennais nous paraît significative et riche d’enseignements. Comme centre industriel et portuaire de première importance et comme lieu de précoce affirmation de la République, l’exemple normand constitue, en effet, un champ d’observation privilégié.

  • 1 Sur cette question, voir Jean-Claude Marquis, Le travail des enfants au XIXe siècle en Seine-Inféri (...)

2Entre la fin du XVIIIe et le milieu du XIXe siècle sont créées les sociétés de charité maternelle, les salles d’asile et les crèches qui prennent en charge les enfants de la pauvreté et de la misère entre la naissance et l’âge de 6-7 ans. Cette dernière limite n’est alors qu’approximative du fait de la concurrence de l’école primaire ou… de l’atelier, malgré le développement d’une législation sur le travail des enfants1. Si la charité est souvent à l’origine des institutions de la petite enfance, celles-ci ont eu d’autres fonctions que le seul soulagement des « classes laborieuses ». Très tôt elles ont manifesté un souci d’éducation qu’il convient de préciser car il a présenté différents aspects et a évolué. Progressivement, l’institutrice s’impose auprès de la dame patronnesse, laquelle, cependant, continue d’exister. Afin de mieux saisir l’évolution de cette « maternité sociale », nous nous attacherons surtout à dégager le rôle social, plus qu’à décrire l’histoire interne des différentes œuvres qui, à Rouen, se sont préoccupées du sort des jeunes enfants au cours du XIXe siècle. Notre but est également d’en montrer les inflexions et les étapes. En effet, une périodisation des finalités des institutions de la petite enfance doit être effectuée, en tenant compte des modifications intervenues dans le contexte économique, social et politique, entre la fin du Premier Empire et l’affirmation de la IIIe République, dans le dernier quart du siècle.

Organisation et finalités des institutions de la petite enfance à Rouen dans la première moitié du XIXe siècle

3Avant 1848, on assiste à la mise en place des institutions de la petite enfance, dont la plus ancienne, la Société de charité maternelle, remonte à la fin du XVIIIe siècle.

La société de charité maternelle

  • 2 ADSM, 3 XP 255, service des enfants trouvés et abandonnés, questions relatives au tour, 1806-1881.
  • 3 Ibid., 217, copie d’une lettre envoyée par le préfet à Son Excellence le ministre de l’Intérieur, l (...)

4Cette société, créée par la reine Marie-Antoinette, devait venir en aide aux femmes en couches afin de leur permettre d’élever leurs enfants. Il s’agissait aussi de lutter contre l’effrayante mortalité infantile et d’éviter les abandons de nouveau-nés qui, à Rouen, étaient de l’ordre de 500 à 700 par an à la fin du XVIIIe siècle2. Cette association charitable est réorganisée sous l’Empire et, en 1810, l’ensemble des sociétés locales est placé sous le patronage de l’impératrice Marie-Louise. Cependant, les séances régulières ne datent que de 1812 et les souscriptions rentrent difficilement. Les résultats restent modestes et, en 1814, moins d’une centaine de femmes sont admises aux secours, alors que, au début de 1815, le préfet estime à environ 550 le nombre de mères indigentes en couches à secourir3.

  • 4 Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, PFNSP, 1982, (...)
  • 5 Tableau synoptique des principaux résultats obtenus de 1816 à 1853, dans Charles des Alleurs, Histo (...)

5Ce n’est qu’à partir de 1823 que la société connaît un véritable essor, lorsque l’épouse du préfet de Vanssay devient présidente. Le nombre des « dames administrantes » est porté à 24, dont 15 président aux admissions dans les douze sections de la ville. Le secours, fixé à 50 francs, est attribué exclusivement aux femmes ayant déjà trois enfants vivants au-dessous de 14 ans. En 1823, 253 femmes pour 255 enfants sont secourues. À partir de 1827, une layette est attribuée en supplément. La révolution de 1830 ne modifie guère le fonctionnement de la société. On note seulement l’arrivée de « dames administrantes » appartenant à la bourgeoisie industrielle, comme Mmes Barbet et Keittinger, les dames nobles conservant néanmoins la présidence jusque sous le Second Empire4. Leur nombre est porté à 30 en 1841 puis à 40 cinq ans plus tard. Durant les années qui suivent la révolution de Juillet, le nombre de femmes admises aux secours évolue entre 250 et 400, l’année 1841 constituant un maximum avec 449 mères pour 451 enfants5.

6Le but proclamé de la société est de venir au secours des femmes pauvres au moment de leurs couches. Elle a aussi pour objet de resserrer les liens de la famille et d’épargner aux nouveau-nés les dangers de la mise en nourrice en exigeant que les mères allaitent elles-mêmes leurs enfants.

Renseignements statistiques sur le service des accouchements de l’Hospice général de Rouen, 1867. ADSM, fonds de la Préfecture, 6 M 1187. 42,5 x 55,4 cm.

Renseignements statistiques sur le service des accouchements de l’Hospice général de Rouen, 1867. ADSM, fonds de la Préfecture, 6 M 1187. 42,5 x 55,4 cm.
  • 6 Ibid., p. 30-31.
  • 7 ADSM, 20 J 1, Société de charité maternelle, exercice 1826, p. 2.

7Une surveillance morale est effectuée sur la famille et les secours doivent former « entre le riche et le pauvre de ces liens moraux qui empêchent le dernier de se livrer au découragement, au désespoir, et surtout aux mauvais entraînements que peut susciter l’envie, et, par conséquent, à considérer la prospérité des favoris de la fortune comme un bienfait pour lui-même, puisqu’il en recueille directement le fruit6. » Dans cette perspective, l’éducation des mères, plus que celle des enfants encore trop jeunes, joue un rôle essentiel, mais uniquement celles qui ont déjà montré leur capacité à élever des enfants peuvent bénéficier des secours. D’autre part, les mères indigentes doivent fournir des preuves de bonne moralité et produire un certificat de mariage civil et religieux. De plus, les parents sont tenus de faire vacciner leurs enfants7. Les dames charitables sont donc de véritables éducatrices sociales qui s’assurent, dans tous les domaines, de la bonne conduite des mères secourues.

  • 8 ADSM, 14 J 71, lettre O, Société des amis des pauvres (règlement, procès-verbaux, correspondance). (...)

8Il n’y a pas loin de la surveillance morale au prosélytisme religieux. Les dames de charité appartiennent à la noblesse ou à la grande bourgeoisie catholique, ce qui explique l’absence de mères appartenant au culte réformé parmi les admissions. C’est pourquoi le pasteur Paumier se félicite, en janvier 1826, de l’initiative prise par quelques dames protestantes « d’organiser entre elles une Société de Charité, qui aura pour double but d’augmenter les ressources de nos pauvres, en leur procurant des vêtements, et d’améliorer leur situation morale, en les visitant souvent et en exerçant sur leur conduite une surveillance toute chrétienne8 ». Les finalités de cette œuvre protestante, qui prendra le nom de Société de bienfaisance des dames sont, en définitive, très proches de celles de sa concurrente catholique.

Les crèches

  • 9 BMR, M. 343447 : Langlois d’Estaintot, De l’œuvre des crèches, Rouen, 1847, p. 41.
  • 10 ADSM, fonds de la Société libre d’émulation de la Seine-Inférieure (série 3 J), rapport dactylograp (...)
  • 11 ADSM, 1 MP 3414, proposition de Légion d’honneur, dossier Léon Guizy. Sur la création de cette inst (...)
  • 12 ADSM, fonds de la Société d’émulation (série 3 J), rapport de Jules-Adrien de Lérue du 3 janvier 18 (...)

9Ce n’est qu’en 1847 que les premières crèches sont créées à Rouen, soit quatre années après celle fondée à Paris par J.-B. Marbeau. Dans un ouvrage paru en 1847 intitulé De l’œuvre des crèches, Langlois d’Estaintot, avocat et membre de la Société libre d’émulation, préconise l’association en matière de bienfaisance et la création, comme à Paris, d’un « Comité des Œuvres », les crèches n’en constituant qu’un maillon9. Cependant cet espoir mis dans la coordination des institutions d’assistance ne se réalise pas : si deux crèches sont fondées à Rouen en 1847, l’une l’est par des notables catholiques et l’autre par des francs-maçons. Les membres fondateurs de la première comprennent notamment le docteur Auber, Langlois d’Estaintot et un vicaire de Saint-Maclou. Plusieurs crèches sont envisagées mais, dans l’immédiat, la paroisse Saint-Maclou de l’est de la cité, jugée la plus nécessiteuse, est la première dotée et son curé entre d’ailleurs dans le Comité constituant. Des dames patronnesses sont chargées de la surveillance de la crèche qui est dirigée par une sœur d’Ernemont, un comité médical veille au bien-être des enfants et à la salubrité du local de la rue du Ruissel, qui est inauguré le 31 mai 184710. La veille, la même cérémonie s’est déroulée à la crèche Saint-Jean fondée dans le quartier Saint-Sever par les francs-maçons. Après délibération, il a été décidé de faire d’abord appel aux loges rouennaises pour la création et, éventuellement, aux profanes. Parmi les fondateurs figure notamment le dessinateur sur indiennes Léon Guizy, membre de la Société des amis des pauvres dans l’Église protestante de Rouen11. Un rapport de juin 1847 indique que la crèche Saint-Maclou est moins riche et moins accueillante que celle ouverte par les francs-maçons. Elle est aussi moins vaste car elle ne comprend alors qu’une douzaine de berceaux contre une vingtaine dans celle de Saint-Jean12.

Article du Journal de Rouen, 15 avril 1829, p. 2. Journaux et périodiques locaux, JPL 3/79. « On ne saurait donner trop de soin à l’éducation des femmes ; car c’est à elle que les enfants sont confiés dans leurs premières années et c’est d’elles qu’ils reçoivent ces premières impressions qui, selon qu’elles sont bonnes ou mauvaises, exercent une si grande influence sur la vie entière. »

Article du Journal de Rouen, 15 avril 1829, p. 2. Journaux et périodiques locaux, JPL 3/79. « On ne saurait donner trop de soin à l’éducation des femmes ; car c’est à elle que les enfants sont confiés dans leurs premières années et c’est d’elles qu’ils reçoivent ces premières impressions qui, selon qu’elles sont bonnes ou mauvaises, exercent une si grande influence sur la vie entière. »

Affiche de promulgation de la loi du 29 décembre 1900 fixant les conditions du travail des femmes dans les commerces, 1901. 44 x 66 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 38.

Affiche de promulgation de la loi du 29 décembre 1900 fixant les conditions du travail des femmes dans les commerces, 1901. 44 x 66 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 38.
  • 13 ADSM, fonds de la Société libre d’émulation (série 3 J), rapport dactylographié déjà cité, p. 17.

10Si l’origine des deux premières « salles d’asile à berceaux » est différente, par contre leurs objectifs sont très proches. Il s’agit d’éviter la mise en nourrice des enfants ou les dangers résultant de l’absence de la mère obligée d’aller travailler. La nouvelle institution prend ainsi en considération le développement du travail féminin, particulièrement dans l’industrie textile. De plus, dans les deux cas, les dames patronnesses s’assurent du bon fonctionnement de la crèche, tout en exerçant une sorte de magistère moral sur les mères qu’elles conseillent et réprimandent au besoin. Selon les statuts de la crèche Saint-Maclou, il faut que les mères soient mariées et se conduisent bien13. En 1865, l’un des responsables de la crèche Saint-Jean se félicite des heureuses conséquences de l’institution en des termes similaires qui soulignent les bienfaits de la crèche :

  • 14 BHR, 345/48, Crèche Saint-Jean (1865).

La mère, exempte de crainte et de préoccupation, devient plus soigneuse d’elle-même et de son enfant, quand elle le retrouve, au retour de la crèche, propre et dans les meilleures conditions […]. Sa conduite et parfois celle de son mari devient plus régulière ; l’économie entre dans le pauvre ménage où jusque là elle était inconnue14 […]

Secours aux veuves d’instituteurs inscrits au budget départemental, 1890. 30 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 363.

Secours aux veuves d’instituteurs inscrits au budget départemental, 1890. 30 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 363.

État nominatif des institutrices tenant les écoles des filles à Fécamp, 1890. 39 x 49 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 361.

État nominatif des institutrices tenant les écoles des filles à Fécamp, 1890. 39 x 49 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 361.

Les salles d’asile

  • 15 BMR, Fonds Ballin, Nm 86517, notice sur les salles d’asile pour l’enfance présentée à l’Académie ro (...)
  • 16 ADSM, 1 TP 1225, écoles primaires, arrondissement de Rouen, ville de Rouen, an XI-1855, salles d’as (...)
  • 17 Voir à ce sujet Henri Barbet, Suppression de la mendicité à Rouen, Paris, 1841, reproduit dans l’An (...)
  • 18 ADSM, 1 TP 1225, salles d’asile, extrait du registre des délibérations du Conseil municipal de la v (...)

11La fondation des salles d’asile répond à des objectifs voisins. En 1837, A.-G. Ballin écrit que la nouvelle institution, apparue à Rouen quatre ans plus tôt, est destinée « à laisser aux mères indigentes une liberté qui leur permette de vaquer à leurs travaux, à préserver les petits enfants des dangers de l’abandon et de l’isolement, à leur donner une première éducation morale et religieuse, à leur inculquer des habitudes d’ordre, de soumission et de propreté, enfin à procurer des vêtements à ceux dont les familles sont trop pauvres pour subvenir à leur entretien15. » Les trois salles d’asile créées par des particuliers à Rouen en 1833 dans les quartiers Saint-Maclou, Saint-Sever et Saint-André sont destinées aux enfants pauvres de deux à six ans. Un règlement de 1834 précise que le but principal est l’éducation, entendons l’éducation morale et religieuse plus que l’instruction16. Selon le maire Henry Barbet, un industriel du textile, l’institution permet aussi de lutter contre la mendicité qui touche particulièrement les femmes et les enfants17. C’est pourquoi, dès leur création, on alloue des subventions aux salles d’asile. Bien plus, en décembre 1840, la municipalité accepte de les prendre en charge et le maire propose même la création d’une nouvelle salle18.

12Les objectifs humanitaires de la bienfaisance sont donc étroitement associés au désir de moraliser et d’intégrer les familles ouvrières qui se concentrent à Rouen ou à proximité. Une partie, au moins, de la bourgeoisie vise aussi la rentabilité et la productivité, en facilitant le travail des mères employées dans l’industrie textile. De ce point de vue, les crèches et les salles d’asile paraissent particulièrement utiles et efficaces.

L’institutionnalisation de la petite enfance (de 1848 aux années 1870)

  • 19 Sur les émeutes rouennaises d’avril 1848 et leurs suites, voir André Dubuc, « Les émeutes de Rouen (...)
  • 20 Charles des Alleurs, op. cit., p. 81.
  • 21 ADSM, 20 J 1. Société de Charité maternelle. Compte rendu des opérations de la Société de Charité m (...)

13Les émeutes rouennaises d’avril 1848 posent avec acuité la question sociale19. Avec l’arrivée au pouvoir de Louis-Napoléon Bonaparte, on observe une sorte d’institutionnalisation des secours, et la charité privée, qui reste déterminante, est soutenue et aidée par l’État de manière plus systématique. Ainsi en 1849, la Société de charité maternelle obtient la reconnaissance d’utilité publique qu’elle n’avait pu obtenir sous la Monarchie de Juillet20. Sous l’Empire, l’impératrice Eugénie patronne les diverses œuvres qui se préoccupent de la petite enfance. En 1856, les statuts de la Société de charité maternelle sont modifiés pour tenir compte de cette protection qui n’est pas de pure forme. Ainsi, en 1863, en pleine crise cotonnière, la société peut multiplier ses aides grâce à l’augmentation de la subvention accordée par l’Impératrice. En un an, le nombre de secours ordinaires s’élève de 448 à 53821. L’influence, au moins indirecte, de l’Impératrice, transparaît également dans le rôle important accordé aux dames patronnesses et à la religion.

Dames patronnesses et religion

  • 22 Yvonne Knibiehler et Catherine Fouquet, L’histoire des mères du Moyen Âge à nos jours, Paris, Monta (...)

14Les dames d’œuvres participent à cette « maternité sociale » apparue dès la Restauration mais qui s’amplifie sous le Second Empire22. La féminisation de l’assistance est telle qu’un mémoire adressé à l’impératrice en 1866 propose de remplacer les inspecteurs des enfants assistés par des femmes :

  • 23 ADSM, 3 XP 267, service des enfants assistés, instructions, circulaires, enquêtes, 1845-1866.

Faites comme pour les salles d’asile, ayez des femmes pour inspecter les nourrices et les enfants. À ces inspectrices donnez, comme aux asiles, une Inspectrice Générale qui communiquera directement avec l’Impératrice. Si vous ne faites tout le bien désirable, vous empêcherez beaucoup de mal23.

Registre des nourrices employées par l’Hospice général. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 544.

Registre des nourrices employées par l’Hospice général. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 544.
  • 24 ADSM, Fonds de la Société libre d’émulation (série 3 J), rapport dactylographié cité.

15Les dames patronnesses interviennent concrètement dans la vie des œuvres dont elles s’occupent en surveillant l’attribution des secours de la Société de charité maternelle ou les soins donnés aux enfants dans les crèches et les salles d’asile. Il arrive même qu’elles imposent leur opinion aux responsables officiels. Ainsi, en 1852, Langlois d’Estaintot démissionne de ses fonctions de secrétaire et de trésorier du Comité des crèches Saint-Maclou et Saint-Vivien parce que les dames réussissent à imposer l’abaissement de la cotisation réclamée aux mères de 15 à 10 centimes, taux pratiqué à la crèche Saint-Jean24. Dans cette affaire, les dames d’œuvres ont reçu l’appui du curé de Saint-Vivien, ce qui d’ailleurs indique bien que leur apparente autonomie demeure relative.

  • 25 ADSM, 20 J 21, dispositions réglementaires adoptées par la Société de charité maternelle dans diver (...)

16Après 1848, les ministres du culte interviennent en effet plus fréquemment dans le fonctionnement des institutions de la petite enfance. À la suite d’une messe dite le 7 avril 1859 par l’archevêque de Rouen, les règlements de la Société de charité maternelle sont complétés par des prescriptions exhortant les familles secourues aux sentiments religieux et imposant le baptême des nouveau-nés25.

  • 26 Sur Théodore Lebreton, voir l’article qui lui est consacré dans le Dictionnaire biographique du mou (...)
  • 27 BHR, 345/48, Crèche Saint-Jean (1865).

17Il existe cependant des œuvres qui ne sont pas d’inspiration confessionnelle et qui ont droit aux subventions et aux encouragements des autorités. En juillet 1865, une assemblée extraordinaire se tient dans le local de la crèche Saint-Jean pour honorer la directrice, Mme Théodore Lebreton, femme de l’ancien poète ouvrier, élu membre de l’Assemblée Constituante en 1848 et franc-maçon notoire26. Cette réunion a lieu en présence du maire de Rouen Verdrel et de l’inspecteur départemental des établissements de bienfaisance, le préfet s’étant fait excuser27.

Enfants initiés à la lessive, détail d’une carte postale, vers 1915. ADSM, fonds iconographiques, 183 Fi 76.

Enfants initiés à la lessive, détail d’une carte postale, vers 1915. ADSM, fonds iconographiques, 183 Fi 76.

De nouvelles missions

  • 28 ADSM, 7 TP 251, salles d’asile, affaires diverses, 1846-1862, rapport au préfet sur l’inspection de (...)
  • 29 ADSM, fonds de la Société libre d’Emulation (série 3 J), rapport dactylographié cité, p. 50 et suiv
  • 30 ADSM, 7 TP 251, lettre du recteur de l’Académie de Caen à l’inspecteur d’Académie à Rouen, le 3 déc (...)
  • 31 ADSM, 20 J 21, Société de charité maternelle, extrait du procès-verbal de la séance du 8 novembre 1 (...)

18Progressivement la charité des dames se fait plus discrète et d’autres préoccupations se manifestent. En avril 1868, l’inspectrice des salles d’asile se félicite de ce que les secours soient effectués avec beaucoup de tact dans celle de Saint-Vivien : « L’aumône y est faite en secret et les distributions de vêtements aux enfants indigents n’ont pas cette publicité qui humilie et fait mépriser, par ses camarades, l’enfant qui en est l’objet28. » Le souci d’hygiène s’affirme également. Il est à l’origine du transfert en 1853 de la crèche Saint-Maclou dans un nouveau local, plus salubre, situé au 105 rue des Arpents29. Dans une lettre, adressée en décembre 1859 à l’inspecteur d’Académie de Rouen, le recteur de l’Académie de Caen insiste sur l’importance accordée à l’hygiène dans le nouvel arrêté concernant les salles d’asile : « Préparer des âmes saines dans des corps robustes, voilà le but que doit poursuivre tout système d’éducation bien entendue30. » De même, l’augmentation de l’indemnité accordée aux sages-femmes par la Société de charité maternelle en 1864 vise à stimuler leur zèle et éviter des négligences31.

  • 32 ADSM, 7 TP 251, rapport du 20 août 1856 sur la situation des salles d’asile du département.
  • 33 Ibid., rapport sur l’inspection des salles d’asile du 2 août 1870. Mlle Sibien était la nièce d’un (...)

19Une autre nouveauté de l’époque est l’intérêt porté à une éducation non exclusivement morale ou religieuse. Les inspectrices des salles d’asile attachent plus d’importance que par le passé aux jeux éducatifs et aux exercices. En août 1856, un rapport d’inspection concernant la salle Saint-Victor reproche aux sœurs de n’effectuer que deux fois par semaine les exercices de la méthode des salles d’asile et de les réduire, le plus souvent, à une leçon de catéchisme donnée au gradin32. En août 1870, l’inspectrice Sibien affirme avec force que « la base fondamentale d’une bonne instruction est l’enseignement de la salle d’asile » : « Rien ne peut ébranler dans le courant de la vie ces impressions morales, religieuses, instructives puisées à la salle d’asile. Ce sont pour l’enfant autant de souvenirs ineffaçables parce qu’ils sont plus anciens33. »

Les limites des modifications

  • 34 BHR, 345/48. Crèche Saint-Jean (1865), p. 11.
  • 35 ADSM, 7 TP 251, salles d’asile, différents états et rapport d’inspection cité du 2 août 1870.
  • 36 BHR, Br m 1423, crèche de Saint-Maclou, installation de la crèche Saint-Maclou dans un nouveau loca (...)
  • 37 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 326.

20En premier lieu, les effectifs concernés sont très faibles. En 1865, la crèche Saint-Jean reçoit seulement 20 à 25 enfants par jour en moyenne34. Les effectifs des salles d’asile, quoique plus élevés, demeurent très modestes. En 1855-1856, 1 300 élèves environ sont inscrits dans les quatre salles de la ville, mais 850 enfants seulement les fréquentent. Quatorze ans plus tard ce nombre n’a pas varié35. Seule la Société de charité maternelle semble obtenir des résultats appréciables en secourant habituellement 350 à 450 femmes par an. Mais il ne s’agit que d’une partie des mères indigentes, celles qui ont plusieurs enfants à charge. De plus, les résultats obtenus concernant la mortalité infantile ne sont pas probants. En 1850, la mortalité des enfants de moins d’un an atteint 260 ‰36. Or elle est de 400 ‰ au début de la IIIe République37 !

Affiche de promulgation de la loi du 30 mars 1900 sur le travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels, 1900. 44 x 66 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 38.

Affiche de promulgation de la loi du 30 mars 1900 sur le travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels, 1900. 44 x 66 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 38.
  • 38 ADSM, 7 TP 251, rapport sur la situation des salles d’asile du département de la Seine-Inférieure d (...)
  • 39 BHR, Brm 1423, crèche de Saint-Maclou (1853) et BHR, 345/48, crèche Saint-Jean (1865).
  • 40 ADSM, 3 XP 271, crèches, lettre de Desseaux, président du Conseil d’administration de la crèche Sai (...)
  • 41 ADSM, 7 TP 251, rapport sur les salles d’asile de la Seine-Inférieure, août 1869 et août 1870.

21Les institutions de la petite enfance sont d’ailleurs mises en cause. Ainsi, l’asile Saint-Victor a remplacé une crèche fondée par un aumônier de l’Hospice général où les soixante enfants admis ont tous succombé en l’espace d’un an38 ! L’institution a donc besoin de défenseurs. Une dizaine d’années plus tard, la partie est gagnée pour le docteur Avenel, qui éprouve néanmoins le besoin de démontrer que la mortalité est moindre dans la crèche Saint-Jean qu’en ville39. On reproche aussi à l’institution de séparer la mère de l’enfant et elle doit faire face aux réticences des familles ouvrières, qui hésitent à porter leurs jeunes enfants aux crèches40. Quant aux salles d’asile, elles sont concurrencées par les nourrices et les garderies, ou tout simplement par des voisins ou d’autres membres de la famille. En 1869, l’inspectrice Sibien déplore la multiplication des garderies à Rouen alors que les salles d’asile sont délaissées. Un an plus tard, elle met en cause la concurrence injustifiée des écoles primaires qui acceptent des enfants trop jeunes par désir d’avoir le plus d’élèves possible. A cela s’ajoute la rivalité, qualifiée de ridicule, entre les religieuses des différentes communautés ou entre religieuses et laïques41.

22Une autre limite est le manque de coordination de l’action des différentes œuvres. Certes, l’intervention accrue des pouvoirs publics favorise une certaine collaboration entre elles, mais chacune conserve « ses pauvres » et sa sphère d’activité.

Nouveautés et permanences au début de la IIIe République

23Avec l’avènement de la IIIe République, la bienfaisance tend à se muer en programme de justice sociale. La volonté d’intégrer les milieux populaires suscite la démocratisation du système éducatif, dont la laïcisation, déjà entreprise par Victor Duruy sous le Second Empire, mais non menée à terme, est l’un des aspects.

République et petite enfance à Rouen

24L’exemple le plus significatif concerne les fondations de Marcel Buquet. En août 1874, cet industriel demande à la ville la concession d’un terrain situé sur l’esplanade Saint-Paul, à l’est de la cité, afin d’y bâtir une crèche et une salle d’asile qu’il entend confier durant sa vie à des religieuses de Saint-Vincent-de-Paul. Après sa mort, survenue en novembre 1876, se pose le problème de savoir à qui reviendra la direction des deux institutions léguées à la ville, la nouvelle municipalité républicaine ayant une préférence pour un personnel laïque. Finalement, c’est une solution de compromis qui est retenue :

  • 42 AMR, 3 M 1, crèche Marcel-Buquet, délibérations 1874-1923, extraits du registre des délibérations d (...)

Par égard pour les désirs de M. Marcel Buquet, […] il est entendu que des sœurs de Saint-Vincent-de-Paul seront chargées de la direction de cette salle d’asile et de cette crèche, et cela pendant un temps égal à celui qui reste à courir pour la concession de l’école Jules Le Picard, c’est-à-dire jusqu’au 19 juin 1887. À partir de cette époque, la ville reprendra toute liberté d’action en ce qui touche l’administration et la direction de l’établissement42.

  • 43 MNE, crèche Élisabeth-et-Marguerite-Brière, règlements (mai 1904), art. 2.
  • 44 ADSM, 3 XP 271, réponses des différentes crèches de la ville de Rouen à la demande de renseignement (...)

25Le processus de laïcisation apparaît aussi dans la réglementation interne des institutions de la petite enfance. Ainsi le règlement de 1904 de la crèche Brière fondée en 1891 par le directeur du Journal de Rouen, ne comporte aucune exclusive d’ordre confessionnel dans l’accueil des enfants43. Quelques années plus tôt, en 1888, la crèche Saint-Paul, qui vient d’être laïcisée, admet indistinctement les enfants légitimes ou naturels. Quand à celle de Saint-Jean, tenue par les francs-maçons, on n’a jamais songé à y demander un acte de baptême et elle accepte tous les enfants. Celle de Saint-Vivien, bien que dirigée par des congréganistes, n’effectue pas davantage de ségrégation. Par contre, dans celle de Saint-Maclou, l’admission a lieu sur la production de l’acte de naissance uniquement, mais, dans cette crèche congréganiste, on accorde la préférence aux enfants légitimes. Toutefois, on ne refuse les enfants naturels qu’en cas d’inconduite notoire de la mère44

  • 45 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance de Rouen (1872-1899), liste (...)
  • 46 Ibid., statuts adoptés le 19 février 1873.
  • 47 Ibid. et Louis Deschamps, Les œuvres sociales à Rouen en 1914-1915, Imprimerie du Journal de Rouen, (...)

26Parmi les autres formes de laïcisation, signalons aussi la création, en 1873, de la Société protectrice de l’enfance de Rouen. Non pas que l’Église soit entièrement étrangère à cette société reconnue d’utilité publique en 1899. Dans la liste des premiers adhérents, on trouve l’archevêque de Rouen et le curé de la paroisse Saint-Patrice. Mais y figurent aussi le pasteur Roberty ainsi que de nombreuses notabilités protestantes et républicaines comme les industriels Besselièvre et Waddington45. La société, qui a pour but de faire diminuer, autant que possible, la mortalité des nouveau-nés, vient en aide « aux mères pauvres qui consentent à garder et à nourrir leurs enfants et qui ne peuvent être secourues par les autres sociétés charitables46 ». Il n’y a donc aucune condition mise à l’admission des enfants. Il suffit de produire un acte de naissance pour avoir droit à différentes formes de secours. La société ne se borne pas à encourager l’allaitement maternel par des prix en espèces. Elle procure aussi un berceau et une layette aux nouveau-nés qui en sont privés, accorde des récompenses aux nourrices les plus méritantes et, par contre, signale à la justice les crimes ou délits concernant la petite enfance47 (avortements, infanticides…).

Octroi de subvention à l’école de commerce et d’industrie de jeunes filles du Havre pour les cours de cuir d’art et d’économie domestique, 25 août 1908. 31 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 783.

Octroi de subvention à l’école de commerce et d’industrie de jeunes filles du Havre pour les cours de cuir d’art et d’économie domestique, 25 août 1908. 31 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 783.
  • 48 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance, exemplaire du Journal des s (...)
  • 49 Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson (Paris, Hachette, 1887, 1re partie, t. 1, art. «  (...)
  • 50 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance de Rouen, liste des premiers (...)

27D’autre part, selon un article paru en novembre 1874 dans le Journal des sages-femmes, la société se propose aussi d’encourager la création des crèches dans les usines48. À Rouen, il ne semble pas que beaucoup aient été créées49. Mais on observe cependant la présence d’une vingtaine d’industriels parmi les 220 premiers adhérents de la société50.

  • 51 Louis Deschamps, op. cit., p. 30.
  • 52 Ibid.
  • 53 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance de Rouen, lettres du Dr Laur (...)

28Au début du XXe siècle, la Société protectrice de l’enfance assiste environ 550 enfants par an répartis essentiellement sur le territoire des communes de Rouen et de Petit-Quevilly51. En contrepartie de l’aide fournie, les parents doivent laisser visiter l’enfant secouru par les personnes déléguées à cette surveillance et envoyer leurs autres enfants soit à la crèche, soit à l’école. Ils s’engagent à les faire tous vacciner et à « élever le nouveau-né d’après les principes d’hygiène de l’Académie dont les conseils imprimés leur sont remis52 ». Rien d’étonnant à cette obligation imposée par une société qui compte de nombreux médecins parmi ses adhérents et, de plus, a été créée à l’initiative du docteur Laurent, le président de la Société normande d’hygiène53.

Hygiène et instruction à Rouen, au début de la IIIe République

  • 54 BMR, L’Illustration, 2 mai 1885, p. 319.

29En mars 1885, cette société crée, à Rouen, un cours public et gratuit de cuisine hygiénique. Chaque leçon comprend deux parties. Une partie théorique effectuée par le docteur Laurent qui enseigne l’hygiène alimentaire. Une partie démonstrative confiée à un cuisinier émérite, M. Pernuit, qui montre comment préparer les aliments en se conformant aux règles énoncées par le médecin. Ce cours, qui a lieu une fois par semaine dans le grand amphithéâtre de physique de la Faculté des sciences de Rouen, rassemble plus de 600 personnes comprenant des ménagères, de simples curieux ou les jeunes filles des écoles54.

  • 55 ADSM, 3 XP 271, Rapport sur le fonctionnement des crèches pendant l’année 1898, Rouen, 1899 (présen (...)
  • 56 Ibid., décret concernant les crèches du 2 mai 1897, art. 1.

30Autre manifestation du courant hygiéniste, un rapport de 1899 sur le fonctionnement des crèches du département, indique que désormais, « on se rend parfaitement compte […] que ces établissements doivent réaliser, dans leur construction, dans leur aménagement, dans la manière dont ils sont dirigés, les meilleures conditions possibles d’hygiène et de salubrité55 ». Ce rapport intervient peu après la promulgation du décret du 2 mai 1897 qui prévoit que les enfants reçoivent dans les crèches « les soins hygiéniques et moraux qu’exige leur âge56 ». L’importance accordée à l’hygiène se situe dans le prolongement de la révolution pastorienne et du développement de la puériculture. Elle se traduit surtout par l’attention portée à l’alimentation des enfants.

Délibération de la commission administrative des hospices civils de Rouen réglementant l’admission des patientes à la maternité au secret, 23 avril 1913. 30 x 20 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 J 10.

Délibération de la commission administrative des hospices civils de Rouen réglementant l’admission des patientes à la maternité au secret, 23 avril 1913. 30 x 20 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 J 10.

Demande de distinction honorifique pour Aglaé Girot, institutrice et directrice d’école à Bolbec, 22 décembre 1899. 31 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 246.

Demande de distinction honorifique pour Aglaé Girot, institutrice et directrice d’école à Bolbec, 22 décembre 1899. 31 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 246.

Proposition d’ouvrières pour la médaille du travail, 1912. 31,8 x 20 cm. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J 39.

Proposition d’ouvrières pour la médaille du travail, 1912. 31,8 x 20 cm. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J 39.

Règlement de l’école d’infirmière des Hospices civils de Dieppe ; lettre du Dr Robert Sorel à M. le Président et à MM. les membres de la commission administrative des hôpitaux du Havre, 1903. 31,5 x 20 cm et 24 x 16 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 46.

Règlement de l’école d’infirmière des Hospices civils de Dieppe ; lettre du Dr Robert Sorel à M. le Président et à MM. les membres de la commission administrative des hôpitaux du Havre, 1903. 31,5 x 20 cm et 24 x 16 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 46.
  • 57 L’éducation des jeunes filles il y a cent ans, catalogue de l’exposition inaugurale de la Maison de (...)
  • 58 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Œuvre de la Goutte de lait, art. 4 des statuts ; AMR, 2 Q 4/6 (...)
  • 59 MNE, crèche Élisabeth-et-Marguerite-Brière, règlements (mai 1904), art. 14.

31À plusieurs reprises, les autorités départementales interviennent pour faire adopter dans les crèches de Rouen le biberon en verre avec embout en caoutchouc et lait stérilisé. Il doit remplacer le biberon « Robert » à tube, lequel favorise la fermentation microbienne57. Les mères qui n’allaitent pas peuvent obtenir, gratuitement ou à bon marché, du lait maternisé puis stérilisé auprès de l’Œuvre du Refuge de nuit et du lait, fondée à la fin de 1883, par l’épouse du préfet Hendlé, ou auprès de l’Œuvre de la Goutte de lait créée en 1900 et destinée avant tout aux « enfants de la classe ouvrière pauvre58 ». Dans le règlement de 1904 de la crèche Brière, la personne chargée de la cuisine et de la préparation des aliments « est prévenue que la plus grande sévérité sera exercée à cet égard, l’alimentation ayant une influence très grande sur la santé et la vie des enfants59 ».

  • 60 ADSM, 3 XP 271, instructions ministérielles du 6 novembre 1898, p. 2.

32Selon les instructions ministérielles relatives au décret du 2 mai 1897, la crèche « n’a pas seulement pour but de protéger la santé des jeunes enfants ; elle doit commencer à former leur caractère ; elle doit les préparer, au moyen de jeux et d’exercices rationnellement combinés, à recevoir les premiers éléments d’instruction60 ».

  • 61 ADSM, 7 TP 252, rapport sur la situation des salles d’asile en 1876 (rapport du 20 mars 1877).
  • 62 Ibid., rapports d’inspection, lettre de l’inspectrice des salles d’asile et des écoles de filles à (...)
  • 63 ADSM, 7 TP 82, inspection de l’école Marcel-Buquet, le 8 mars 1890, minute de la lettre de l’inspec (...)

33Cet aspect apparaît davantage, à Rouen, dans l’évolution des salles d’asile devenues, significativement, les écoles maternelles en 1881. L’accent y est mis sur la préparation des enfants à l’école primaire, tout en insistant sur la spécificité de la pédagogie. L’inspectrice départementale affirme dès 1877 que « la salle d’asile épargne les larmes, fait aimer à l’enfant l’instruction parce qu’elle la lui donne en l’égayant et en sachant attirer son attention61 ». Un an plus tard, une autre inspectrice se félicite de l’application des nouvelles méthodes dans les salles d’asile de l’arrondissement de Rouen62. Preuve de l’intérêt accordé à l’enseignement, c’est l’inspecteur d’Académie lui-même qui, en mars 1890, rappelle à l’ordre la directrice d’une école maternelle de la ville en lui indiquant qu’« il n’est pas facile d’improviser une leçon à la portée de ces petites intelligences » : « J’aime à espérer, continue-t-il, que le prochain rapport fera connaître que vous avez tenu compte de cet avis63. »

Des changements à relativiser

  • 64 Ibid., école Marcel-Buquet, inspections du 6 avril et du 22 octobre 1892.

34La fonction charitable continue d’exister. Ainsi, en avril 1892, les dames patronnesses de l’école Buquet effectuent encore de larges distributions de vêtements, de chaussures, d’aliments et la cantine « presque gratuite », nourrit chaque jour 70 à 80 enfants64.

  • 65 Se reporter à Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969.
  • 66 ADSM, 3 XP 271, « Deux ans de fonctionnement d’une crèche. Étude d’hygiène infantile », extrait de (...)

35Quant à l’apprentissage de l’hygiène et à la diffusion des règles de la puériculture, ils deviennent un moyen pour éduquer les mères et plus généralement, contrôler la vie des familles populaires65. Derrière l’ouverture sociale et politique se dissimulent toujours des rapports de subordination qui concernent aussi les rapports de genre. Une publication du docteur Gauchas portant sur les crèches indique la conduite à tenir à l’égard des mères indigentes. En cas de fautes répétées, on ne doit pas hésiter à retirer l’enfant de l’institution et le médecin conclut : « Que la mère qui réclame notre assistance s’en montre digne et reconnaisse le grand service que lui rend la crèche en devenant soigneuse et docile66 ! »

  • 67 ADSM, 7 TP 81, inspection de l’école de la rue du Renard, le 21 octobre 1887.
  • 68 Ibid., 82, inspection de l’école Forbras, le 5 avril 1892. La situation était identique à l’école A (...)

36D’autre part, l’attrait et la concurrence du primaire sont toujours aussi forts. En 1887, dans l’école Pape-Carpantier, le programme dépasse le niveau de la maternelle, d’autant que certains élèves sont plus âgés que la normale. Dans l’école de la rue du Renard où l’enseignement est très bon, quelques enfants ont également plus de six ans. La directrice rétorque à l’inspectrice qui en fait l’observation « que les écoles primaires prenant des enfants au-dessous de l’âge scolaire, elle ne se croyait pas, plus que ses collègues, obligée à la stricte observation des règlements67 ». Par contre, en 1892, l’enseignement dispensé dans l’école Forbras rappelle tout à fait celui des anciennes salles d’asile : « Les enfants ne sont pas sectionnés, ils lisent en cercles avec des moniteurs de cinq à six ans, montent au gradin en grande cérémonie et y entendent de monotones leçons après lesquelles quelques moniteurs répètent des formules apprises par cœur68. »

  • 69 Ibid., Rouen, état des écoles maternelles et classes enfantines privées du 31 janvier 1893.

37Au total, l’enseignement paraît très disparate. Sa nature dépend de la compétence et de la volonté des directrices mais aussi du milieu environnant. Il faut faire face à la concurrence des écoles primaires ainsi qu’à celle des écoles ou classes enfantines privées. Au début de 1893, il existe à Rouen une quinzaine de classes ou d’établissements privés destinés à la petite enfance et qui sont tous tenus par des religieuses. Ils reçoivent alors près de 900 élèves des deux sexes tandis que les classes enfantines et les écoles maternelles laïques en accueillent un peu plus de 1 600, si l’on considère le nombre des inscrits69. Ainsi, plus d’un élève sur trois fréquente les institutions privées, ce qui montre les limites de la laïcisation.

  • 70 Michel Mollat, op. cit., p. 326.
  • 71 ADSM, 3 XP 271, crèches, lettre du 3 novembre 1897 du maire de Rouen au préfet. Il y avait alors 26 (...)
  • 72 AMR, 2 Q 4/6, œuvres charitables. Refuge de nuit et œuvre du lait, exercice 1901, Rouen, Cagniard, (...)

38Malgré des progrès indéniables, le recul de la mortalité infantile est resté relativement limité jusqu’à la fin du XIXe siècle. L’amélioration sensible, que nous avons signalée, n’a concerné qu’une minorité des enfants de la cité normande. En 1888, la mortalité infantile frappe encore un tiers des nouveau-nés à Rouen70. Si les résultats obtenus par la Société de charité maternelle ou même la Société protectrice de l’enfance n’ont pas été plus probants, que dire de ceux réalisés par les crèches ? Leur influence ne pouvait qu’être limitée, tant leur importance était réduite. À la fin de 1897, les crèches rouennaises ne disposent, au total, que de 121 berceaux71. Même une institution aussi populaire que la Goutte de lait rencontre les réticences des familles modestes, certaines femmes allant jusqu’à l’accuser d’empoisonner les enfants. On lui reproche aussi d’encourager l’alimentation artificielle et de pousser les mères à supprimer l’allaitement maternel72.

39Sans doute convient-il de relativiser les modifications intervenues dans les finalités des institutions de la petite enfance, à Rouen, au cours du XIXe siècle. La dimension charitable du début du siècle persiste à la « Belle Époque » et les dames patronnesses continuent de jouer un rôle important dans la marche des institutions dont elles s’occupent. De plus, bien des « nouveautés » observées au début de la IIIe République ne sont, en réalité, que des accentuations d’aspects déjà existants ou en germe sous le Second Empire, voire plus tôt. Ainsi l’attention portée à l’hygiène et à la santé des jeunes enfants apparaît dès le début du XIXe siècle.

40Néanmoins, on ne peut négliger certaines évolutions qui sont liées aux modifications des contextes économiques, sociaux et politiques. Progressivement, la charité privée ou d’inspiration confessionnelle est supplantée par une conception plus ouverte de l’assistance, à l’œuvre dans les institutions de la petite enfance, et qui prend en considération l’intervention accrue des pouvoirs publics en matière sociale et d’éducation.

41D’autre part, avec l’avènement des « Républicains de progrès », la notion d’assistance est elle-même dépassée par une vision moins étriquée des rapports sociaux qui favorise un épanouissement physique et intellectuel des jeunes êtres, sans exception – c’est l’un des objectifs de la laïcisation qui, à l’époque, ne se réduit pas à un anticléricalisme primaire – et donne à leur éducation une dimension qui n’est plus seulement religieuse et moralisatrice. En revanche, du côté des transformations intervenues dans les rapports de genre, les modifications demeurent ténues. Les seuls changements notables sont sans doute ceux liés à la professionnalisation du secteur social et éducatif qui permet une certaine émancipation féminine, malgré la persistance des mentalités traditionnelles. Un constat que l’on peut faire également dans le domaine sanitaire.

De la sœur à l’infirmière laïque

Débats autour de la création de l’école d’infirmières de Rouen au tournant des XIXe et XXe siècles

  • 73 Sur l’évolution générale des hôpitaux de Rouen, voir Yannick Marec (dir.), Les hôpitaux de Rouen du (...)

42Pendant des siècles, l’encadrement médical et paramédical des services hospitaliers a été assuré principalement par quelques médecins et les sœurs de différentes congrégations. Celles-ci étaient secondées par un personnel subalterne composé de servantes et de servants auxquels s’ajoutaient quelques infirmiers et infirmières sans véritable formation professionnelle. À Rouen, après leur retour sous le Consulat, le nombre des sœurs est fixé en 1810 à seize pour l’Hospice d’humanité, ci-devant Hôtel-Dieu, et à vingt-cinq pour l’Hospice général. La même année, un décret impérial officialise les statuts de la communauté des chanoinesses augustines qui sont rattachées au premier établissement. Pour le second il faut attendre l’année 1827 avant que la congrégation de Notre-Dame de la Charité puisse obtenir l’autorisation définitive d’exercer dans l’hôpital73.

Mouchoir illustré « Les droits de la femme en 1900 », 1880. 76 x 69 cm, Musée des Traditions et Arts normands, château de Martainville.

Mouchoir illustré « Les droits de la femme en 1900 », 1880. 76 x 69 cm, Musée des Traditions et Arts normands, château de Martainville.

43Durant les années 1840 et 1850 différents traités portent l’effectif total des religieuses à soixante-quatorze professes et douze novices. Cependant, au début de la Troisième République ce nombre est rarement atteint. Ainsi durant la décennie 1881-1890 on ne compte en moyenne qu’une soixantaine de sœurs pour un total de lits dépassant 2 000 pour les deux hôpitaux, pour une ville d’environ 110 000 habitants. À l’époque, plus que cette insuffisance numérique c’est le désir de fournir à l’institution hospitalière un personnel formé selon les préceptes de la science médicale qui a servi d’arguments à ceux qui voulaient remplacer les sœurs par des infirmières laïques. Pourtant, à Rouen, cette tentative de laïcisation des hôpitaux a, dans un premier temps, contribué à ralentir la création d’une école d’infirmières qui n’est intervenue, après les tentatives des années 1890, qu’à la fin de l’année 1900. Nous voudrions évoquer brièvement cette genèse difficile en cherchant à en dégager les principales étapes et les motivations.

Les Mystères de la maison brûlée. Le Tour de l’Hospice de Rouen, affiche, XIXe siècle, Rouen, Bibliothèque municipale, Hédou RL 93.

Les Mystères de la maison brûlée. Le Tour de l’Hospice de Rouen, affiche, XIXe siècle, Rouen, Bibliothèque municipale, Hédou RL 93.

Des infirmières laïques « demi-savantes » pour remplacer les sœurs ?

  • 74 Voir « Infirmières laïques », Le Petit Rouennais, vendredi 13 septembre 1878. Voir aussi la séance (...)

44La question de la laïcisation des hospices civils a été posée dès la fin de l’année 1878 par Le Petit Rouennais, journal démocrate anticlérical, dont un article sur « les infirmières laïques », publié en septembre, relate la création d’une école d’infirmières par l’Assistance publique de Paris. À cette occasion, le journal républicain soutient un projet présenté par le conseiller Capelle devant l’assemblée municipale, dès le 11 mai 1877. Cette initiative visait à créer une école de gardes-malades à l’exemple de ce qui existait en Angleterre, aux États-Unis et en Suisse. Elle devait d’ailleurs aboutir à la création d’une école gratuite d’assistance aux malades et aux blessés installée place de la Haute-Vieille-Tour74.

  • 75 « Encore nos hospices », Le Petit Rouennais, 4 avril 1881 ; ADSM, registre des délibérations des Ho (...)
  • 76 AMR, procès-verbaux des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 13 février 1891. Le (...)

45Cependant la décision parisienne allait plus loin dans la mesure où elle préparait le remplacement des sœurs des hôpitaux. Le Petit Rouennais demandait donc son extension à la métropole normande dès la fin des années 1870. Au début des années 1880, des accusations de prosélytisme sont portées contre les sœurs et les aumôniers. Elles conduisent à l’adoption d’un nouveau règlement intérieur des hospices civils en 1881, en ce qui concerne notamment l’exercice des cultes75. Néanmoins, il faut attendre le début des années 1890 pour que la question de la laïcisation des hospices civils de Rouen prenne une acuité particulière. Ainsi, en février 1891, un projet de création d’une école d’infirmières est présenté au conseil municipal avec le soutien de plusieurs conseillers républicains dont certains, comme le Dr Le Plé ou Raphaël Garretta, appartiennent à la franc-maçonnerie76.

46À l’appui de cette proposition, un rapport des administrateurs hospitaliers souligne l’insuffisance de l’effectif des religieuses. On envisage de les remplacer par vingt-deux surveillantes, dix sous-surveillantes, un directeur du blanchiment, un sous-dépensier et un élève en pharmacie. Au total, retraites comprises, le surcoût est évalué à 55 000 francs environ. La note des administrateurs conclut aussi à l’urgence de la création d’une école d’infirmières afin de répondre aux besoins des hôpitaux en personnel qualifié.

  • 77 Le Journal de Rouen, 18 juillet 1891.
  • 78 Sur le « système rouennais » d’assistance publique, nous renvoyons à notre ouvrage Bienfaisance com (...)
  • 79 Le Journal de Rouen, 18 juillet 1891.

47Les journaux conservateurs, en particulier Le Patriote de Normandie et Le Nouvelliste de Rouen sont résolument hostiles à cette initiative. Le Journal de Rouen, organe républicain modéré, se montre également très critique à l’égard d’un projet de laïcisation déguisée. Il incrimine les dépenses supplémentaires qu’il entraînerait et s’en prend aux « sectaires et ignorants » du conseil municipal qui camouflent leur volonté de laïcisation derrière une demande de création d’une école d’infirmières. Selon Le Journal de Rouen celle-ci « leur servira à placer, à titre de surveillante, plus d’une protégée qui n’a pu trouver encore sa sinécure, malgré la laïcisation des dispensaires77 ». Le quotidien fait ainsi allusion au remplacement des sœurs par des directrices laïques dans les dispensaires du Bureau de bienfaisance. Ceux-ci ont en effet été profondément transformés et rénovés depuis la réforme générale de l’assistance publique intervenue à Rouen à partir de 1886. Ce « système rouennais », comme on l’appelait à l’époque, cherchait à coordonner assistance hospitalière et secours à domicile tout en donnant la priorité aux secours médicaux à domicile. Il avait aussi pour objectif de renforcer le processus de médicalisation de l’hôpital78. La création d’une école d’infirmières pouvait aller dans le même sens. Pourtant, Le Journal de Rouen est convaincu de l’inutilité d’une mesure qui, il est vrai, ne semble même pas répondre au souhait des médecins hospitaliers. En effet, selon le quotidien, ces derniers « pensent que si l’on pouvait payer celles que l’on a un peu plus cher et leur assurer un peu plus de bienêtre, il serait possible d’exiger plus d’assiduité, de dévouement et de tenue ; mais ils considéraient plutôt comme gênantes des infirmières demi-savantes qui discuteraient leurs ordonnances, critiqueraient les remèdes au lieu de les appliquer et seraient des fonctionnaires79 ».

Les hésitations de la fin du XIXe siècle

48Voilà en effet beaucoup de bonnes raisons pour s’opposer au projet de création d’une école d’infirmières ! Ces griefs sont repris par la presse conservatrice et, fin juillet 1891, Le Nouvelliste de Rouen publie une pétition des médecins hospitaliers dirigée contre la laïcisation des hôpitaux. Ceux-ci estiment que les sœurs ont fait leurs preuves et ils se disent persuadés que « le caractère religieux leur donne, au point de vue de la discipline, une certaine autorité dans nos salles et leur inspire à elles-mêmes un esprit de soumission qu’on ne peut retrouver au même degré dans un personnel laïque ».

  • 80 « La laïcisation à Rouen. La protestation des médecins », Le Nouvelliste de Rouen, 30 juillet 1891 (...)

49En revanche, ils réclament une réforme profonde du personnel infirmier. Mais plutôt qu’un ensemble de cours théoriques, ils estiment nécessaire de mieux payer le personnel et de le nourrir plus convenablement. Ils pourraient alors se charger de former dans leurs services, en peu de temps, « des infirmiers et des infirmières de choix80 ».

  • 81 On peut aussi se reporter, pour l’exemple bordelais, à Pierre Guillaume, « Hôpital, hospices et enj (...)
  • 82 Procès-verbaux des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 31 juillet 1891 et AMR, Q (...)

50Cette affaire soulève donc le problème des rapports de pouvoir et de genre au sein de l’hôpital81. Finalement la création de l’école est adoptée par le Conseil municipal de justesse par quinze voix pour et quatorze contre. Ont voté pour, le maire Leteurtre et la partie la plus avancée ou la plus laïque du conseil auxquels se sont adjoint quelques modérés. On trouve aussi des républicains convaincus et même des laïcs parmi les opposants, mais majoritairement les conseillers les plus attachés à la religion tel l’avocat Blondel, chroniqueur judiciaire au Nouvelliste de Rouen et membre du conseil paroissial de l’église Saint-Ouen82.

51Malgré ce vote partagé mais néanmoins favorable, les cours de l’école d’infirmières n’ont été ouverts qu’en novembre 1900. En effet, entre-temps, l’opposition résolue des médecins hospitaliers menés par le docteur Cerné, président de la Société des médecins des hôpitaux de Rouen, a empêché la création effective de l’école. Celle-ci n’est donc intervenue qu’à l’extrême fin du siècle.

Ouverture tardive de l’école d’infirmières et entrée en force des sœurs

  • 83 Jérôme Cartenet, La municipalité Cartier et la défense républicaine à Rouen au tournant du siècle ( (...)

52Le tournant du siècle est marqué à Rouen par une radicalisation politique liée au développement de l’affaire Dreyfus. Dans une perspective de défense républicaine, face à l’agitation nationaliste, se met en place entre juin 1898 et avril 1902 une municipalité de concentration regroupant des républicains modérés et des radicaux avec l’appui de socialistes. Elle est dirigée par le maire Marcel Cartier dont le programme électoral, au renouvellement de 1900, comprend la création d’une école d’infirmières83.

  • 84 Charles Nicolle (Rouen, 1866 – Tunis, 1936) a fait ses études secondaires et le début de ses études (...)

53Celle-ci semble d’autant plus s’imposer que les effets du « système rouennais » d’assistance publique se sont fait pleinement sentir depuis le milieu des années 1880. On observe ainsi, malgré des limites, une médicalisation de l’hôpital qui se traduit notamment par l’installation de nouvelles salles d’opération tenant compte des progrès des théories microbiennes réalisés depuis les travaux de Pasteur. On note aussi un développement de l’activité des laboratoires, principalement sous l’impulsion du médecin Charles Nicolle, de retour à Rouen à partir de 189484. Cette évolution s’accompagne d’un renforcement et d’une restructuration du personnel hospitalier. Ainsi l’effectif du personnel au service des malades, sœurs non comprises, passe de 135 à 250 entre 1881 et 1898. Durant le même laps de temps, le nombre total d’emplois hospitaliers a progressé de 280 à 500, soit une croissance de plus de 78 % alors que celle des lits, qui sont passés de 2 083 à 2 391, est restée nettement inférieure (moins de 15 %). Ces transformations ont aussi été stimulées par la mise en œuvre des nouvelles lois sociales adoptées à la fin du XIXe siècle, en particulier celle de 1893 relative à l’assistance médicale gratuite aux personnes privées de ressources. Dans ces conditions, il devenait difficile de différer davantage la création d’une école d’infirmières dont le principe avait d’ailleurs été admis. Et cela d’autant plus qu’au niveau national des dispositions sont prises pour encourager les initiatives allant dans ce sens.

54Le 17 juillet 1899, le ministre de l’Intérieur et des Cultes adresse une circulaire aux préfets afin qu’ils encouragent les municipalités et les commissions administratives à créer ce genre d’écoles. On cherche principalement à améliorer la formation technique du personnel des hôpitaux dont on reconnaît par ailleurs le dévouement et l’abnégation. En novembre 1899, la commission administrative des Hospices civils de Rouen émet un avis favorable à la création d’une école d’infirmières. La majorité du corps des médecins hospitaliers qui ont été consultés convient cette fois de prêter son concours à l’enseignement de l’école. Il est vrai que les médecins espèrent pouvoir obtenir à cette occasion une rémunération de leurs services. Cependant, certains restent sur leurs positions antérieures tel le Dr Cerné, grand défenseur de l’indépendance de sa profession.

55Néanmoins, le conseil municipal donne son accord à la création de l’école d’infirmières en lui attribuant une subvention annuelle de 2 000 F à laquelle s’ajoute celle de 500 F accordée par le conseil général. Ensuite, des dispositions sont prises pour aménager l’école – dont le règlement s’inspire de celui de l’école d’infirmières de Lyon –, dans les locaux de l’hospice général et lui fournir l’équipement nécessaire. Elle récupère ainsi le matériel de l’ancienne école de garde-malades de la Haute-Vieille-Tour. Avec le concours de plusieurs membres du corps médical hospitalier, les cours peuvent débuter à partir du 1er novembre 1900. Pour y être acceptées les candidates devaient être titulaires du certificat d’études ou passer avec succès un examen spécifique. Elles devaient aussi fournir un certificat de bonne vie et mœurs et être âgées de 18 ans. Mais les sœurs pouvaient être admises comme élèves infirmières. Or, précisément, dès l’ouverture de l’école, elles vont s’y inscrire en nombre. Lors du premier examen d’entrée, le 18 octobre 1900, dix-sept sœurs de l’Hôtel-Dieu et dix de l’Hospice général s’y présentent, contre seulement quatre candidates et deux candidats laïques. À ce rythme, la laïcisation du personnel ne pouvait se faire que très progressivement, d’autant plus qu’à partir de 1903 les autres congrégations de la ville ont pu présenter des candidates.

56Ainsi, alors qu’au Havre le nouvel établissement créé dans les années 1880 a d’emblée été entièrement laïcisé, la présence des congrégations religieuses s’est maintenue bien plus tardivement à Rouen. Les sœurs ne quitteront en effet l’Hôtel-Dieu qu’à la fin des années 1960 et l’hôpital général, devenu hôpital Charles-Nicolle, qu’à la fin des années 1970. Cependant, à terme, le développement de l’activité des hôpitaux, la crise des vocations religieuses et l’essor de la professionnalisation du personnel ont bien abouti à la laïcisation des services hospitaliers, mais il est vrai, dans un contexte bien différent de celui de la fin du XIXe et du début du XXe siècle. Pour autant, c’est bien davantage la professionnalisation, plus qu’une volonté affichée d’émancipation féminine qui a été le véritable moteur des transformations de la condition des femmes à l’hôpital.

Notes

1 Sur cette question, voir Jean-Claude Marquis, Le travail des enfants au XIXe siècle en Seine-Inférieure, Rouen, CRDP, 1986.

2 ADSM, 3 XP 255, service des enfants trouvés et abandonnés, questions relatives au tour, 1806-1881.

3 Ibid., 217, copie d’une lettre envoyée par le préfet à Son Excellence le ministre de l’Intérieur, le 26 janvier 1815.

4 Jean-Pierre Chaline, Les bourgeois de Rouen. Une élite urbaine au XIXe siècle, Paris, PFNSP, 1982, p. 307.

5 Tableau synoptique des principaux résultats obtenus de 1816 à 1853, dans Charles des Alleurs, Histoire de la Société de Charité maternelle de Rouen, Rouen, A. Péron, 1854, p. 94-95.

6 Ibid., p. 30-31.

7 ADSM, 20 J 1, Société de charité maternelle, exercice 1826, p. 2.

8 ADSM, 14 J 71, lettre O, Société des amis des pauvres (règlement, procès-verbaux, correspondance). Circulaire imprimée du pasteur Paumier adressée aux dames protestantes le 14 janvier 1826.

9 BMR, M. 343447 : Langlois d’Estaintot, De l’œuvre des crèches, Rouen, 1847, p. 41.

10 ADSM, fonds de la Société libre d’émulation de la Seine-Inférieure (série 3 J), rapport dactylographié de 1932 : La crèche Saint-Maclou de Rouen. Voir aussi Nadine-Josette Chaline, Des catholiques normands sous la Troisième République, Roanne-Le Coteau, Horvath, 1985, p. 67-68.

11 ADSM, 1 MP 3414, proposition de Légion d’honneur, dossier Léon Guizy. Sur la création de cette institution, se reporter également à BHR, 345/5, Création d’une crèche dans la ville de Rouen. Rapport fait à la Resp.\L\La Persévérance couronnée, dans la séance du 3 mars 1847, par le F\Desseaux.

12 ADSM, fonds de la Société d’émulation (série 3 J), rapport de Jules-Adrien de Lérue du 3 janvier 1848 : Seconde visite à la crèche de Saint-Maclou. Se reporter au Bulletin de la Société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de la Seine-Inférieure, années 1846-1847 et 1847-1848.

13 ADSM, fonds de la Société libre d’émulation (série 3 J), rapport dactylographié déjà cité, p. 17.

14 BHR, 345/48, Crèche Saint-Jean (1865).

15 BMR, Fonds Ballin, Nm 86517, notice sur les salles d’asile pour l’enfance présentée à l’Académie royale de Rouen dans la séance du 13 janvier 1837.

16 ADSM, 1 TP 1225, écoles primaires, arrondissement de Rouen, ville de Rouen, an XI-1855, salles d’asile de la ville de Rouen, règlement de 1834.

17 Voir à ce sujet Henri Barbet, Suppression de la mendicité à Rouen, Paris, 1841, reproduit dans l’Annuaire des cinq départements de l’ancienne Normandie de 1842, p. 495-504.

18 ADSM, 1 TP 1225, salles d’asile, extrait du registre des délibérations du Conseil municipal de la ville de Rouen, séance du mardi 8 décembre 1840.

19 Sur les émeutes rouennaises d’avril 1848 et leurs suites, voir André Dubuc, « Les émeutes de Rouen et d’Elbeuf (27, 28, 29 avril 1848) », Études d’histoire moderne et contemporaine. T. II : Études sur la Révolution de 1848, Paris, 1949 ; Francis Démier, « Les ouvriers de Rouen parlent à un économiste en juillet 1848 », Le Mouvement social, avril-juin 1982 ; et le chap. 4 « Réprimer ou réconcilier ? Lendemains d’insurrection au printemps de 1848 » de notre ouvrage Pauvreté et protection sociale aux XIXe et XXe siècles. Des expériences rouennaises aux politiques nationales, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 87-114.

20 Charles des Alleurs, op. cit., p. 81.

21 ADSM, 20 J 1. Société de Charité maternelle. Compte rendu des opérations de la Société de Charité maternelle de Rouen pendant la période décennale de 1854 à 1863, par A.-G. Ballin, Rouen, 1864, p. 28.

22 Yvonne Knibiehler et Catherine Fouquet, L’histoire des mères du Moyen Âge à nos jours, Paris, Montalba, 1980, p. 214-215.

23 ADSM, 3 XP 267, service des enfants assistés, instructions, circulaires, enquêtes, 1845-1866.

24 ADSM, Fonds de la Société libre d’émulation (série 3 J), rapport dactylographié cité.

25 ADSM, 20 J 21, dispositions réglementaires adoptées par la Société de charité maternelle dans diverses séances depuis le commencement de 1859, extrait certifié conforme par Ballin, secrétaire de la Société, approuvé par le préfet le 30 novembre 1861.

26 Sur Théodore Lebreton, voir l’article qui lui est consacré dans le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français (Jean Maitron dir.). Parmi ses œuvres poétiques, retenons Heures de repos d’un ouvrier, Rouen, 1837. Théodore Lebreton, qui était devenu bibliothécaire avant d’être élu membre de l’Assemblée Constituante, en avril 1848, était aussi le gérant et le rédacteur en chef de la revue mensuelle La Fraternité, organe de l’Orient de Rouen depuis 1843.

27 BHR, 345/48, Crèche Saint-Jean (1865).

28 ADSM, 7 TP 251, salles d’asile, affaires diverses, 1846-1862, rapport au préfet sur l’inspection des salles d’asile de Rouen du 7 avril 1868.

29 ADSM, fonds de la Société libre d’Emulation (série 3 J), rapport dactylographié cité, p. 50 et suiv.

30 ADSM, 7 TP 251, lettre du recteur de l’Académie de Caen à l’inspecteur d’Académie à Rouen, le 3 décembre 1859.

31 ADSM, 20 J 21, Société de charité maternelle, extrait du procès-verbal de la séance du 8 novembre 1864.

32 ADSM, 7 TP 251, rapport du 20 août 1856 sur la situation des salles d’asile du département.

33 Ibid., rapport sur l’inspection des salles d’asile du 2 août 1870. Mlle Sibien était la nièce d’un ancien directeur du ministère de l’Intérieur qui était ami du sénateur-préfet Le Roy d’après Jean-Claude Marquis, L’école primaire en Seine-Inférieure (1814-1914), Maromme, Fédération des œuvres laïques de Seine-Maritime, 1982, p. 121.

34 BHR, 345/48. Crèche Saint-Jean (1865), p. 11.

35 ADSM, 7 TP 251, salles d’asile, différents états et rapport d’inspection cité du 2 août 1870.

36 BHR, Br m 1423, crèche de Saint-Maclou, installation de la crèche Saint-Maclou dans un nouveau local, extrait du Nouvelliste de Rouen du 23 mars 1853, p. 4, note 1. En 1849, la mortalité à Rouen avait frappé les enfants au-dessous de 6 mois, en exceptant ceux morts en nourrice, dans la proportion de 25 %, et au-dessous d’un an, dans celle de 28 %.

37 Michel Mollat (dir.), Histoire de Rouen, Toulouse, Privat, 1979, p. 326.

38 ADSM, 7 TP 251, rapport sur la situation des salles d’asile du département de la Seine-Inférieure du 20 août 1856.

39 BHR, Brm 1423, crèche de Saint-Maclou (1853) et BHR, 345/48, crèche Saint-Jean (1865).

40 ADSM, 3 XP 271, crèches, lettre de Desseaux, président du Conseil d’administration de la crèche Saint-Jean, au préfet, le 22 mai 1856.

41 ADSM, 7 TP 251, rapport sur les salles d’asile de la Seine-Inférieure, août 1869 et août 1870.

42 AMR, 3 M 1, crèche Marcel-Buquet, délibérations 1874-1923, extraits du registre des délibérations du Conseil municipal de Rouen, séance du 1er mars 1878. La convention passée avec M. Jules Le Picard en 1862 avait prévu que l’école de filles créée dans le quartier Saint-Paul serait dirigée par des institutrices religieuses, au moins pendant 25 années (AMR, 5 Q 9, crèche Marcel-Buquet, séance du 21 janvier 1887, Conseil municipal).

43 MNE, crèche Élisabeth-et-Marguerite-Brière, règlements (mai 1904), art. 2.

44 ADSM, 3 XP 271, réponses des différentes crèches de la ville de Rouen à la demande de renseignements du ministre de l’Intérieur (circulaire du 17 décembre 1888). Voir également AMR, 5 Q 9, crèches, Goutte de lait, crèches, objets généraux, 1874-1897.

45 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance de Rouen (1872-1899), liste des premiers adhérents. Waddington interviendra dès 1887 pour favoriser la reconnaissance d’utilité publique.

46 Ibid., statuts adoptés le 19 février 1873.

47 Ibid. et Louis Deschamps, Les œuvres sociales à Rouen en 1914-1915, Imprimerie du Journal de Rouen, p. 29 et suiv.

48 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance, exemplaire du Journal des sages-femmes du 16 novembre 1874, art. « Société protectrice de l’enfance de la Seine-Inférieure », p. 172-173.

49 Le Dictionnaire de pédagogie de Ferdinand Buisson (Paris, Hachette, 1887, 1re partie, t. 1, art. « Crèches », p. 611) signale quelques exemples de crèches industrielles dont l’une dans la banlieue rouennaise, à la Société cotonnière de Saint-Étienne-du-Rouvray (ou Oissel).

50 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance de Rouen, liste des premiers adhérents.

51 Louis Deschamps, op. cit., p. 30.

52 Ibid.

53 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Société protectrice de l’enfance de Rouen, lettres du Dr Laurent au préfet, 29 novembre 1872 et 16 mai 1873.

54 BMR, L’Illustration, 2 mai 1885, p. 319.

55 ADSM, 3 XP 271, Rapport sur le fonctionnement des crèches pendant l’année 1898, Rouen, 1899 (présenté à M. le Préfet par l’inspecteur départemental du service des enfants assistés).

56 Ibid., décret concernant les crèches du 2 mai 1897, art. 1.

57 L’éducation des jeunes filles il y a cent ans, catalogue de l’exposition inaugurale de la Maison des quatre fils Aymon à Rouen, INRP-Musée national de l’éducation, 1983, p. 20.

58 ADSM, 4 MP, associations, dossier 72, Œuvre de la Goutte de lait, art. 4 des statuts ; AMR, 2 Q 4/6, œuvres charitables, Œuvre du Refuge de nuit et du lait, diverses pièces. La première goutte de lait a été créée en 1894, à Fécamp, par le Dr Léon Dufour. Voir Ourdia Dufossé « Docteur Léon Dufour, une action philanthropique et moderne », dans L’Hôpital de Fécamp. Mille ans d’histoire, Fécamp, Association « L’Hôpital de Fécamp, mille ans d’histoire »-Éditions des Falaises, 2005, p. 79-80.

59 MNE, crèche Élisabeth-et-Marguerite-Brière, règlements (mai 1904), art. 14.

60 ADSM, 3 XP 271, instructions ministérielles du 6 novembre 1898, p. 2.

61 ADSM, 7 TP 252, rapport sur la situation des salles d’asile en 1876 (rapport du 20 mars 1877).

62 Ibid., rapports d’inspection, lettre de l’inspectrice des salles d’asile et des écoles de filles à l’inspecteur d’Académie, 6 avril 1878.

63 ADSM, 7 TP 82, inspection de l’école Marcel-Buquet, le 8 mars 1890, minute de la lettre de l’inspecteur d’Académie du 18 mars 1890.

64 Ibid., école Marcel-Buquet, inspections du 6 avril et du 22 octobre 1892.

65 Se reporter à Luc Boltanski, Prime éducation et morale de classe, Paris, Mouton, 1969.

66 ADSM, 3 XP 271, « Deux ans de fonctionnement d’une crèche. Étude d’hygiène infantile », extrait de La Revue d’hygiène, 1897, 58 p., p. 34-35, et Rapport sur le fonctionnement des crèches pendant l’année 1898, op. cit., p. ix.

67 ADSM, 7 TP 81, inspection de l’école de la rue du Renard, le 21 octobre 1887.

68 Ibid., 82, inspection de l’école Forbras, le 5 avril 1892. La situation était identique à l’école Armand-Carrel, le 1er avril 1892.

69 Ibid., Rouen, état des écoles maternelles et classes enfantines privées du 31 janvier 1893.

70 Michel Mollat, op. cit., p. 326.

71 ADSM, 3 XP 271, crèches, lettre du 3 novembre 1897 du maire de Rouen au préfet. Il y avait alors 26 berceaux dans la crèche Saint-Jean, 52 dans les crèches Saint-Maclou et Saint-Vivien, 15 à la crèche Marcel-Buquet et 28 dans la crèche Brière.

72 AMR, 2 Q 4/6, œuvres charitables. Refuge de nuit et œuvre du lait, exercice 1901, Rouen, Cagniard, 1902, p. 15 et 20.

73 Sur l’évolution générale des hôpitaux de Rouen, voir Yannick Marec (dir.), Les hôpitaux de Rouen du Moyen Âge à nos jours, Rouen, PTC, 2005 ; Regards sur les hôpitaux de Rouen. Continuité et progrès, Rouen, Groupe d’Histoire des hôpitaux de Rouen CHU-Hôpitaux de Rouen, 2005. Sur la laïcisation des hôpitaux, voir Jacqueline Lalouette (dir.), L’hôpital entre religions et laïcité du Moyen Âge à nos jours, Paris, Letouzey et Ané, 2006 ; Marie-Claude Dinet-Lecomte (dir.), « Les hôpitaux, enjeux de pouvoir. France du Nord et Belgique (IVe-XXe siècles) », Revue du Nord, hors-série « Histoire », no 22, 2008.

74 Voir « Infirmières laïques », Le Petit Rouennais, vendredi 13 septembre 1878. Voir aussi la séance du conseil municipal de Rouen du 23 novembre 1877 concernant la création d’une école de garde-malades.

75 « Encore nos hospices », Le Petit Rouennais, 4 avril 1881 ; ADSM, registre des délibérations des Hospices civils, notamment la séance du 18 juin 1884.

76 AMR, procès-verbaux des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 13 février 1891. Le Dr Amédée Le Plé (1830-1906) siégea, de 1871 à 1891 au conseil municipal et au conseil d’arrondissement de Rouen.

77 Le Journal de Rouen, 18 juillet 1891.

78 Sur le « système rouennais » d’assistance publique, nous renvoyons à notre ouvrage Bienfaisance communale et protection sociale à Rouen (1796-1927). Expériences locales et liaisons nationales. Paris, La Documentation Française, 2002.

79 Le Journal de Rouen, 18 juillet 1891.

80 « La laïcisation à Rouen. La protestation des médecins », Le Nouvelliste de Rouen, 30 juillet 1891 (étition signée par 15 médecins et par 2 autres par procuration).

81 On peut aussi se reporter, pour l’exemple bordelais, à Pierre Guillaume, « Hôpital, hospices et enjeux de pouvoir. L’exemple de Bordeaux dans la première moitié du XIXe siècle », dans Yannick Marec (dir.), Accueillir ou soigner ? L’hôpital et ses alternatives du Moyen Âge à nos jours, Mont-Saint-Aignan, PURH, 2007, p. 239-254.

82 Procès-verbaux des délibérations du conseil municipal de Rouen, séance du 31 juillet 1891 et AMR, Q 31, laïcisation des hôpitaux, diverses pièces.

83 Jérôme Cartenet, La municipalité Cartier et la défense républicaine à Rouen au tournant du siècle (1898-1902), maîtrise d’histoire, Y. Marec (dir.), Université de Rouen, 1995.

84 Charles Nicolle (Rouen, 1866 – Tunis, 1936) a fait ses études secondaires et le début de ses études de médecine à Rouen avant de les poursuivre à Paris comme élève de Metchnikoff et de Roux, un disciple de Pasteur. De retour à Rouen, il devient professeur suppléant à l’École de médecine et médecin des hôpitaux. De plus en plus handicapé par une surdité, il s’oriente vers la recherche en laboratoire et plus précisément en biologie. Confronté aux animosités de certains médecins influents, en particulier le Dr Brunon, directeur de l’École de médecine, il quitte Rouen à la fin de 1902 pour aller diriger l’Institut Pasteur de Tunis. En 1928, il reçoit le prix Nobel de médecine et, en1932, il est élu professeur au Collège de France.

Table des illustrations

Titre Renseignements statistiques sur le service des accouchements de l’Hospice général de Rouen, 1867. ADSM, fonds de la Préfecture, 6 M 1187. 42,5 x 55,4 cm.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Article du Journal de Rouen, 15 avril 1829, p. 2. Journaux et périodiques locaux, JPL 3/79. « On ne saurait donner trop de soin à l’éducation des femmes ; car c’est à elle que les enfants sont confiés dans leurs premières années et c’est d’elles qu’ils reçoivent ces premières impressions qui, selon qu’elles sont bonnes ou mauvaises, exercent une si grande influence sur la vie entière. »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Affiche de promulgation de la loi du 29 décembre 1900 fixant les conditions du travail des femmes dans les commerces, 1901. 44 x 66 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 38.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Secours aux veuves d’instituteurs inscrits au budget départemental, 1890. 30 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 363.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre État nominatif des institutrices tenant les écoles des filles à Fécamp, 1890. 39 x 49 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 361.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Registre des nourrices employées par l’Hospice général. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 544.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Enfants initiés à la lessive, détail d’une carte postale, vers 1915. ADSM, fonds iconographiques, 183 Fi 76.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Affiche de promulgation de la loi du 30 mars 1900 sur le travail des enfants, des filles mineures et des femmes dans les établissements industriels, 1900. 44 x 66 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 38.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 764k
Titre Octroi de subvention à l’école de commerce et d’industrie de jeunes filles du Havre pour les cours de cuir d’art et d’économie domestique, 25 août 1908. 31 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 783.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Titre Délibération de la commission administrative des hospices civils de Rouen réglementant l’admission des patientes à la maternité au secret, 23 avril 1913. 30 x 20 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 J 10.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre Demande de distinction honorifique pour Aglaé Girot, institutrice et directrice d’école à Bolbec, 22 décembre 1899. 31 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 1 T 246.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Titre Proposition d’ouvrières pour la médaille du travail, 1912. 31,8 x 20 cm. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J 39.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Règlement de l’école d’infirmière des Hospices civils de Dieppe ; lettre du Dr Robert Sorel à M. le Président et à MM. les membres de la commission administrative des hôpitaux du Havre, 1903. 31,5 x 20 cm et 24 x 16 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 46.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre Mouchoir illustré « Les droits de la femme en 1900 », 1880. 76 x 69 cm, Musée des Traditions et Arts normands, château de Martainville.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Les Mystères de la maison brûlée. Le Tour de l’Hospice de Rouen, affiche, XIXe siècle, Rouen, Bibliothèque municipale, Hédou RL 93.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4073/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 335k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search