Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Quatrième partie. La professionnalisation des métiers traditionnels (XVIIIe-XXe siècles)

La sage-femme, « vertueuse et experte »

Virginie Lemonnier-Lesage

Texte intégral

  • 1 Mme de La Marche, Instruction familière et utile aux sages-femmes pour bien pratiquer les accouche (...)

1Dans son Instruction familière et très utile pour les accouchemens, Mme de La Marche, maîtresse jurée sage-femme de la ville et de l’Hôtel-Dieu de Paris, pose un certain nombre de questions préliminaires avant d’aborder les aspects techniques de la profession. À la première d’entre elles : « Qu’est-ce que sage-femme ? », elle répond : « C’est une femme qui doit être vertueuse et experte pour accoucher et délivrer les femmes et pour les soulager dans le temps de leur accouchement1. » « Vertueuse et experte », voilà les deux qualités attendues des sages-femmes et longtemps appréciées dans cet ordre : vertueuse, puis experte.

« Vertueuse »

2« Pourquoi doit-elle être vertueuse ? », s’interroge Mme de La Marche : « Afin qu’ayant la crainte de Dieu, de la charité pour le prochain et une droiture de cœur, elle ne se laisse jamais corrompre », répond-elle.

  • 2 ADSM, H Dépôt 1 F 18, 24 décembre 1779.

3Cette crainte de la corruption, nous en trouvons mention dans une délibération de l’office de la gésine de l’Hôtel-Dieu de Rouen du 24 décembre 1779 qui rappelle : « Est dit que la religieuse chargée de l’office de la gésine, ny la sage-femme ou autres personnes servants dans ladite gésine ne pourront exiger sous aucun prétexte, ny argent, ny nulle espèce de rétribution des femmes qui vont accoucher à l’Hôtel Dieu2. »

  • 3 Il appartient aux curés de former les sages-femmes à l’administration du baptême. Voir Pierre-Tous (...)
  • 4 Ibid. Mgr André, auteur de la notice « Sage-femme » du Dictionnaire de droit canonique et des scie (...)
  • 5 Henriette Carrier, Origine de la maternité de Paris. Les maîtresses sages-femmes et l’office des a (...)

4Si la sage-femme doit être vertueuse et de bonne moralité, c’est qu’elle peut être amenée, en cas d’urgence, à administrer le baptême3. Aussi, les conciles exigent des sages-femmes qu’elles aient « un témoignage de catholicité ou du curé ou de l’évêque […] qu’elles [soient] approuvées par l’évêque ou son vicaire4 ». Dès qu’une nouvelle maîtresse sage-femme entre à l’Hôtel-Dieu, elle doit se rendre près du prêtre en charge de l’établissement « pour recevoir de lui quelques instructions et enseignements sur les cas dans lesquels elle pouvait donner le baptême aux enfants, lors des mauvais accouchements des femmes5 ».

Statistiques sur les femmes en couches au secret admises de 1903 à 1913 à l’Hospice général. 31 x 20 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 J 10.

Statistiques sur les femmes en couches au secret admises de 1903 à 1913 à l’Hospice général. 31 x 20 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 J 10.
  • 6 ADSM, H Dépôt 1 F 18, 26 février 1779.

5Certaines sages-femmes officient au sein de l’Hôtel-Dieu, dans l’office de la gésine. Les archives départementales de Seine-Maritime conservent quelques feuillets intitulés « Délibérations concernant l’office de la gésine », mais il semble plutôt s’agir d’une table des délibérations tant les informations sont succinctes. On y trouve, par exemple, mention d’un « arrêté du 26 février 1779 touchant la formalité à observer par la sagefemme relativement aux enfants présentés aux fonds baptismaux », sans plus de précision quant au contenu de cet arrêté6. Bérault rapporte une affaire dans laquelle les sages-femmes ont administré le baptême :

  • 7 Josias Bérault, Jacques Godefroy et d’Aviron, Commentaire sur la coutume de Normandie, Rouen, 1776 (...)

elles avoient trouvé la mère éprise de son mal d’enfantement qui luy avoit continué neuf à dix heures, après lesquelles avoit paru la teste d’un enfant vif, plein de mouvement faisant plusieurs cris ; et n’ayant pu tirer le corps l’avaient baptisé et après le baptesme avoit eu vie et mouvement par l’espace de deux heures et demie, et puis estoit mort avec la mère7.

  • 8 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, op. cit., p. 707.
  • 9 Henriette Carrier, op. cit., p. 77 : « La maîtresse sagefemme veillera en outre à l’exécution de t (...)
  • 10 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, op. cit., p. 707 : « S’il s’agit en justice de la grossesse d (...)
  • 11 Daniel Jousse, Traité de la justice criminelle de France, Paris, Debure père, 1771, t. IV, p. 145.

6Les conciles exigent, en cas de baptême administré par les sages-femmes, qu’elles aient « soin qu’il se trouve au moins deux personnes qui soient témoins du baptême qu’elles administreront, que le curé pourra interroger lorsque l’enfant sera porté à l’Église8 ». À l’Hôtel-Dieu de Paris, la maîtresse sage-femme veille au respect des règlements de police concernant la salle des accouchées9 et la sage-femme peut également jouer un rôle important en justice. Lorsqu’il est nécessaire de « visiter » une femme, pour savoir si elle est enceinte ou si elle a porté des enfants, la sage-femme procède à l’examen et rend un rapport distinct de celui des médecins10 ; elle peut recevoir la déclaration de la fille enceinte et le rapport de la sage-femme peut écarter les présomptions de supposition d’enfant11.

7En Normandie, le mari bénéficie d’un droit de viduité qui consiste en l’usufruit des biens de sa femme décédée, à condition d’avoir eu un enfant né vivant de leur mariage. La sage-femme est alors au premier rang des témoins qui peuvent attester de la vie de l’enfant. Godefroy affirme :

  • 12 Josias Bérault et al., op. cit., p. 52.

si on est en doute si l’enfant est né mort ou vif, la charge de la preuve appartient au mary, parce que c’est à luy d’avoir l’œil à faire assister sa femme à ses couches, auquel cas les parens et amis avec les sages-femmes et domestiques sont recevables d’en témoigner la vérité, parce qu’en telles affaires il n’est usage d’appeler autres personnes12.

Certificat de bonne conduite délivré par le maire de Criel à Marie Lavache pour son dossier de candidature à l’école de sage-femme, 1er mars 1866. 30,4 x 20,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 42.

Certificat de bonne conduite délivré par le maire de Criel à Marie Lavache pour son dossier de candidature à l’école de sage-femme, 1er mars 1866. 30,4 x 20,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 42.

Lettre de remerciement au préfet de Julienne Gée pour avoir obtenu son diplôme de sage-femme grâce à l’apprentissage, 1er octobre 1868. 21,2 x 13,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 42.

Lettre de remerciement au préfet de Julienne Gée pour avoir obtenu son diplôme de sage-femme grâce à l’apprentissage, 1er octobre 1868. 21,2 x 13,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 42.
  • 13 Ibid.
  • 14 Henri Basnage, Œuvres, contenant ses commentaires sur la coutume de Normandie, 4e éd., Rouen, 1778 (...)

8Pour autant, tous les juristes ne lui font pas pleinement confiance. Ainsi le témoignage de la sage-femme qu’un enfant est né vivant, ne suffit pas toujours à établir ce fait. Godefroy lui-même indique que « les loix [les] ont tant suspects qu’elles reçoivent les parties en preuves contraires13 ». L’annotateur du commentateur Basnage affirme : « Quoique l’accoucheur ou la sage-femme atteste qu’un enfant est né vif, cela ne suffit pas pour acquérir au mari le droit de viduité14. » Bérault, quant à lui, affiche le même scepticisme :

  • 15 Josias Bérault et Jacques Godefroy, d’Aviron, op. cit., p. 48.

Pour la preuve de cela, il seroit périlleux de se rapporter aux attestations des sages-femmes, auxquelles on feroit facilement dire que l’enfant auroit remué un pied ou une main, et ainsi adviendroient de grandes incertitude sur la vie d’un enfant, qui seroit cause de plusieurs procez15.

  • 16 Ibid., p. 47.

9Bérault semble toutefois introduire une distinction. Des sages-femmes avaient témoigné de la vie et des cris d’un enfant alors que seule la tête de celui-ci était sortie du ventre de sa mère. Un certificat du chirurgien affirmait par ailleurs « qu’il avoit la corde de l’ombilic passée à l’entour du col, dont s’ensuit qu’en cet estat l’enfant n’a pu jetter de cris ny avoir eu vie comme l’attestent lesdites sages-femmes ». Le commentateur qui rapporte l’affaire ajoute : « Davantage, ces attestations ne peuvent faire foy n’ayant esté ces sages-femmes appellées, jurées, ni ouyes par devant le juge ni de son ordonnance16. » Si les sages-femmes avaient été « jurées », leur témoignage aurait peut-être eu plus de force.

  • 17 Mme de La Marche, op. cit., p. 2.
  • 18 Amédée Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Masson, 1878, (...)

10Si la sage-femme est amenée à témoigner en justice, elle est toutefois tenue au secret professionnel. Lorsque Mme de La Marche se demande pourquoi la sagefemme doit être vertueuse, elle répond : pour « qu’elle garde inviolablement les secrets qui luy sont confiez17 ». L’article 378 du Code pénal lui imposera également ce secret professionnel, comme il l’impose aux médecins, chirurgiens et autres officiers de santé. La sage-femme qui violerait le secret professionnel s’exposerait à six mois à un an de prison et à cent à cinq cents francs d’amende. Sous l’empire du Code civil, la sage-femme peut être tenue de déclarer la naissance d’un enfant, sans pouvoir se retrancher derrière ce secret professionnel, mais elle n’a à déclarer que le fait matériel de la naissance, sans être tenue tenue de révéler les noms des père et mère de l’enfant18.

  • 19 Mme de La Marche, op. cit., p. 2.
  • 20 Daniel Jousse, op. cit., p. 143.

11Enfin, la vertu la retiendra de « donner des remèdes nuisibles et propres à procurer l’avortement, à supposer des enfans et à en soustraire19 ». Jousse, dans son traité de la justice criminelle de France, affirme que la peine appliquée aux femmes convaincues de supposition d’enfant « doit aussi avoir lieu contre les chirurgiens, sages-femmes et autres complices de ce crime, dans le cas où ils substituent des enfants étrangers à la place des véritables enfants20 ».

  • 21 Cité dans Henriette Carrier, op. cit., p. 76.

12La vertu a une traduction vestimentaire : le règlement de l’Hôtel-Dieu de Paris du 17 janvier 1693 impose aux sages-femmes d’être « habillées modestement, sans frisures et sans rubans de couleurs21 ».

13Si la vertu était la qualité cardinale exigée de la sage-femme, peu à peu, on exigera aussi qu’elle soit « experte ».

« Experte »

  • 22 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen, amateur du bien public (évoque, p. 3, des situations dram (...)
  • 23 Amédée Dechambre, op. cit., t. V, « Sages-femmes », p. 113 : « Dans le moyen âge, on trouve la pra (...)
  • 24 ADSM, C 95, no 49. Voir également, ibid., no 32, où l’intendant de Rouen justifie les cours de Mme(...)
  • 25 ADSM, 28 F 13, fo 662.
  • 26 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen amateur du bien public, p. 17. Dans sa lettre de remerciem (...)
  • 27 Amédée Dechambre, op. cit., p. 123. Les grandes villes semblent touchées par le fléau, elles aussi (...)

14Il faut attendre le XVIe siècle pour que l’on se préoccupe de la formation des sagesfemmes. Au Moyen Âge, comme sous l’Ancien Régime, ce sont les femmes du village, les matrones, qui officient22. Les accidents ne sont pas rares et les accouchements difficiles entrainent souvent la mort de la mère et de l’enfant23. L’intendant d’Amiens évoque une Picardie dont les campagnes sont « infestées » de « femmes ignorantes et meurtrières24 ». Le Parlement de Normandie rend encore un arrêt de règlement le 24 février 1728 sur les conclusions de l’avocat général qui « enjoignit à toutes les sages-femmes de la province lorsqu’elles se trouveront dans des accouchemens laborieux et contre nature d’appeler promptement du secours sur les peines au cas appartenantes25 ». Les chirurgiens eux-mêmes ne sont pas toujours très expérimentés26. Au XIXe siècle encore, l’auteur de la notice « sage-femme » du Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales peut écrire : « on sait qu’il existe, particulièrement dans les campagnes, un grand nombre de femmes qui exercent sans diplôme l’art des accouchements27. »

  • 28 Ibid., p. 114.
  • 29 Philippe-Antoine Merlin de Douai, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, 4e éd., Paris (...)
  • 30 Henriette Carrier, op. cit., p. 74 : « En vertu d’une délibération du Bureau du 14 novembre 1657, (...)

15Au début de la période moderne, l’instruction est encore rudimentaire : à Paris, « tous les ans, un des deux chirurgiens jurés au Châtelet était tenu de démontrer aux matrones l’anatomie sur un cadavre de femme28 ». Plus généralement, dès qu’il y a dissection des corps de femmes, les chirurgiens doivent y appeler les sages-femmes29 et, au XVIIe siècle, l’Hôtel-Dieu de Paris prévoit une dissection et un cours d’anatomie pour les apprenties, toutes les six semaines30.

  • 31 Ibid., p. 78 : « C’est vers 1630 que, pour la première fois, une femme fut admise à l’apprentissag (...)
  • 32 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214.

16Dans les villes où il y a une communauté de métier, les femmes qui veulent être sages-femmes doivent faire deux ans d’apprentissage avec une maîtresse sagefemme de la ville ou servir deux ans à l’Hôtel-Dieu de la ville31. Les femmes des campagnes « doivent se faire recevoir par la communauté établie dans le chef-lieu de la justice où elles veulent se fixer32 ».

  • 33 Ibid.

17Selon Merlin, si la sage-femme aspirante n’est pas fille de maîtresse de Paris, elle doit avoir fait un apprentissage de trois ans chez une maîtresse sage-femme ou de trois mois à l’Hôtel-Dieu33. En 1721, Dionis, accoucheur des dauphines, décrit cet apprentissage :

  • 34 Cité par Henriette Carrier, op. cit., p. 86.

Elles [les apprenties] y demeurent pendant trois mois ; les premières six semaines elles sont à regarder les accouchements que fait celle qui est avant elles, et les autres six semaines, elles font tous les accouchements qui se présentent pendant ce tems, et elles les font tous en présence de la maîtresse sagefemme, qui est choisie entre les plus habiles de Paris34.

  • 35 Mme de La Marche, op. cit., « Avis », non paginé, pour les deux citations.
  • 36 Ibid. : « Il y a plusieurs questions de la sorte dans la première partie [de l’ouvrage] qui ne ser (...)

18Dès le début du XVIIIe siècle, on s’intéresse à la formation pratique des sages-femmes. Dans son Instruction familière et utile aux sages-femmes déjà citée, parue en 1710, Mme de La Marche, maîtresse jurée de la ville et de l’Hôtel-Dieu de Paris, rappelle que « les plus habiles et les plus anciennes sages-femmes reconnaissent fort bien que la pratique est absolument nécessaire ». À l’Hôtel-Dieu, on ne se contente pas d’enseigner aux femmes la pratique « par le continuel exercice, ce qui est nécessaire pour bien pratiquer », mais on leur enseigne également la théorie, « tout ce qu’il faut qu’elles sçachent pour subir les examens qu’on leur fait pour leur réception35 ». Si cette formation théorique est indispensable pour présenter l’examen et être reçu, elle est, aux dires de Mme de La Marche, en partie inutile pour bien pratiquer les accouchements : « par exemple, quelle nécessité qu’une sagefemme sçache en combien de jours l’enfant se forme, et si les garçons sont plûtost formez que les filles36 ? »

  • 37 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen amateur du bien public, p. 2. Voir également ibid., no 32  (...)
  • 38 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen amateur du bien public, p. 5.

19La formation des sages-femmes sera bouleversée par l’intervention de Mme Le Boursier du Coudray (1712-1792). Cette maîtresse sage-femme conçut une « machine », un mannequin, qui représentait « des organes artificiels, tant en bassins, qu’en matrices et en enfans37 » et qui lui permettait d’illustrer ses cours d’obstétrique par la démonstration de tous types d’accouchements. Mme du Coudray était également l’auteur d’un livre abrégé d’accouchements « qu’elle a orné de vingt-cinq estampes, imprimées en couleur naturelle, qui représentent les diverses opérations, afin que les élèves qui ne sçavent pas lire voyent dans ces planches les manœuvres qu’elles ont appris38 ».

  • 39 Pour exemple, le compte rendu de Malafait, intendant de la généralité de Caen : ADSM, C 95, no 8. (...)
  • 40 Ibid., no 90 : par exemple, pour l’organisation du cours d’Évreux, la ration journalière des femme (...)
  • 41 Ibid., no 7.
  • 42 Ibid., no 57.
  • 43 ADSM, C 96, no 70 : le curé de Cesseville ( ?) sollicite l’ensemble des habitants de sa paroisse. (...)
  • 44 ADSM, C 95, no 7. L’intendant d’Amiens, sollicité par celui de Rouen, fait part de son expérience  (...)
  • 45 ADSM, C 95, no 105 : « Le tems de deux mois pour le cours est de nécessité eu égard au grand nombr (...)
  • 46 Ibid., no 107.
  • 47 Ibid., no 32. Mme du Coudray n’y est pourtant pas favorable car cela peut attiser la jalousie entr (...)

20L’intendant de la généralité de Rouen fait venir Mme du Coudray pour dispenser plusieurs cours à Rouen et à Évreux. Il prend alors contact avec ses confrères d’autres généralités qui ont déjà accueilli la maîtresse sage-femme et qui s’empressent d’informer l’intendant de la généralité de Rouen de la manière dont les choses se sont déroulées chez eux39. Les coûts de la venue et du séjour de Mme du Coudray, comme celui des femmes qui assistent au cours – hébergement, repas, linge, vaisselle – sont calculés au plus juste40. Avant d’ouvrir le cours, l’intendant doit demander « l’agrément à M. le controlleur général, et il le falloit absolument à cause des dépenses que le cours devoit occasionner41 ». C’est généralement la ville qui loge la maîtresse sage-femme42 et le financement du voyage et du séjour des femmes est souvent pris en charge par leur commune43 ou, dans les paroisses où il n’y a pas de commune, par le curé ou le seigneur44. Les cours durent généralement deux mois45. Lorsqu’en mai 1777, le cours organisé à Évreux est augmenté de 15 jours, les femmes s’inquiètent de leur financement. L’intendant intervient : « Pour faire cesser leurs inquiétudes à cet égard et venir en même tems à leur secours, j’ay imaginé de leur faire procurer du travail pendant le tems qu’elles auroient de libre46 ». Il suggère aussi de stimuler l’émulation en accordant des prix aux meilleures élèves47.

  • 48 Les archives conservent plusieurs versions de cette lettre type, par exemple : ADSM, C 95, no 35 o (...)

21L’intendant qui sollicite les curés et les seigneurs pour faire venir des femmes et des filles aux cours de Mme du Coudray48 brosse un portrait des candidates :

  • 49 ADSM, C 96, no 70 : l’intendant accepte la candidature d’une femme de 41 ans « qui s’est occupée d (...)
  • 50 Ibid., no 69 : Le curé de Meulers propose le nom d’une jeune fille de 22 ans qui « sait assez bien (...)
  • 51 ADSM, C 95, no 32. Un autre document, intitulé « Observations sur le cours d’accouchemens par mada (...)

On doit préférer une fille ou une femme qui soit fixée dans la paroisse et qui ait au moins vingt ou vingt cinq ans et pas plus de quarante49. Je ne vous parle pas de la régularité de la conduite, vous en sentés trop la nécessité, mais il faut qu’elle ait de l’intelligence, qu’elle sache au moins lire afin d’être plus à portée d’acquérir les connaissances nécessaires50. Il vaut mieux choisir une personne qui n’ait aucune idée de l’art ; il est bien difficile pour celles qui sans avoir de principes l’ont déjà exercé, de perdre d’anciennes habitudes51.

Mémoire sur les cours publics d’accouchement par M me du Coudray, 1767. 19,5 x 25 cm. ADSM, fonds de l’Intendance de la Généralité de Rouen, C 95.

Mémoire sur les cours publics d’accouchement par M me du Coudray, 1767. 19,5 x 25 cm. ADSM, fonds de l’Intendance de la Généralité de Rouen, C 95.
  • 52 ADSM, C 95, no 53.
  • 53 ADSM, C 96, no 66.
  • 54 Ibid., no 67.

22Les seigneurs ou les curés répondent avec enthousiasme. Ainsi, le curé de Beuvron, à la demande du duc d’Harcourt, transmet le nom d’une jeune femme à l’intendant et se réjouit : « Il y a long tems que jespérois qu’on remédiât aux facheux acidents occasionnés par l’ignorance de celles qui font les fonctions de sages femmes. »52 C’est parfois l’assemblée des habitants qui désigne la jeune femme53 ; parfois elle délègue ce pouvoir au curé54.

  • 55 Ibid., no 73.
  • 56 Ibid., no 64.

23La jeune femme une fois instruite a vocation à exercer dans sa paroisse. Le curé de Touffreville envisage toutefois que sa paroissienne, une fois formée, se marie et quitte la paroisse. Il demande à l’intendant que la mère de la jeune femme l’accompagne et suive les cours de Mme du Coudray, ce que l’intendant accepte55. Le curé du Manoir-sur-Seine, quant à lui, se rassure de la désignation de Marie-Magdeleine Revert : « Comme elle est un peu boîteuse et qu’elle ne paroit pas avoir deissein de se marier, elle pourra être plus fixe dans ma paroisse56. »

  • 57 C’est ce que rappelle l’intendant de Caen à celui de Rouen : ADSM, C 95, no 47 : « Lorsque madame (...)
  • 58 ADSM, C 96, lettre de Marie-Françoise Le Sasché à l’intendant de Rouen : « Daignez m’accorder la g (...)
  • 59 ADSM, C 95, no 84.

24Pour prolonger l’enseignement de Mme du Coudray, quelques chirurgiens sont formés pour assurer les cours à sa suite à l’aide de « la machine57 ». C’est parfois une sage-femme formée par Mme du Coudray qui propose d’acheter la machine et de faire des démonstrations aux autres femmes58. Par ailleurs, l’intendant équipe les grandes villes de la machine et en fait « déposer une à l’hôtel de ville de Rouen qui serviroit de modèle pour racommoder celles qui seroient dérangées59 ».

25Ces enseignements firent merveille à la fin du XVIIIe siècle et l’effort fut poursuivi. Mme Lachapelle, maîtresse sage-femme à la Maternité de Paris reçut le soutien de Baudelocque, nommé chirurgien en chef et accoucheur de la Maternité en 1795 et celui de Chaptal, ministre sous le Consulat. Elle put ouvrir la première école nationale de sages-femmes en juin 1802. L’école s’installa à Port-Royal en 1814 : les cours étaient dispensés pendant 6 mois, puis pendant un an.

  • 60 La sage-femme reçue devant la faculté est considérée comme une sage-femme de première classe et po (...)
  • 61 Amédée Dechambre, op. cit., p. 117.

26La loi du 19 ventôse an XI (10 mars 1803) établit, outre l’enseignement assuré dans les écoles de médecine, un cours annuel et gratuit d’accouchement dispensé dans l’hospice le plus fréquenté du département60. Le cours est théorique et pratique ; les sages-femmes doivent également avoir assisté à des accouchements pendant neuf mois ou pratiqué elles-mêmes pendant six mois « dans un hospice ou sous la surveillance d’un professeur avant de se présenter à l’examen61 ». La loi du 30 novembre 1892 porte à deux ans la durée des études dans toutes les écoles et renforce les conditions d’accès à l’école.

  • 62 Les statuts des sages-femmes de Paris les rattachent à la confrérie de Saint-Côme, comme les chiru (...)

27Ces deux qualités, vertueuse et experte, se retrouvent lors de la réception de la sage-femme sous l’Ancien Régime. En effet, à Paris, l’aspirante doit être munie d’un certificat de bonne moralité. La réception a varié en fonction des périodes : tantôt elle se faisait au Châtelet de Paris, tantôt devant la communauté des chirurgiens de Saint-Côme62.

  • 63 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214. Le jury est plus étoffé au début du XIXe siècl (...)
  • 64 Cité par Henriette Carrier, op. cit., p. 87.
  • 65 Pour la formule que l’on trouve dans les rituels des diocèses, voir l’annexe.
  • 66 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214.

28Pour aspirer à la maîtrise, la jeune femme doit avoir au moins vingt ans. Elle doit présenter sa requête au premier chirurgien du roi et elle est ensuite interrogée par un jury composé d’un médecin, de deux chirurgiens et de deux matrones du Châtelet63. Dionis en 1721 évoque un examen au cours duquel la jeune femme « est interrogée pendant deux après-midi par six maîtres chirurgiens, sur tout ce qui concerne les accouchements64 ». Si l’examen est satisfaisant, elle prête serment65 entre les mains du prévôt de Paris ou du lieutenant criminel. La prestation de serment est précédée d’une « information de […] vie, mœurs et religion, faite à la requête du procureur du roi66 ». La sage-femme reçoit alors un diplôme du greffier du Châtelet, revêtu du sceau de la prévôté de Paris.

  • 67 Amédée Dechambre, op. cit., p. 114.
  • 68 Mme de La Marche, op. cit., p. 2.
  • 69 Amédée Dechambre, op. cit., p. 117.
  • 70 Pour exemple, ADSM, 5 Ep 227 : « Le vendredy 19ème jour de décembre 1788, les membres du collège d (...)
  • 71 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214.

29L’un des plus anciens chirurgiens de la ville de Paris devait garder un rôle où était noté le nom de toutes les sages-femmes de la ville67. Pour « être estimée sçavante, experte et capable de son art », la sagefemme, selon Mme de La Marche, doit connaître trois choses : « les unes qui précèdent l’accouchement ; d’autres qui arrivent durant l’accouchement et d’autres enfin qui suivent l’accouchement68. » La loi du 19 ventôse an XI prévoit encore à l’article 32 : « elles seront examinées par les jury, sur la théorie et la pratique des accouchements, sur les accidents qui peuvent les précéder, les accompagner et les suivre, et sur les moyens d’y remédier69. » Nous conservons un certain nombre de réceptions de sages-femmes qui ne sont pas très explicites. Il est seulement fait mention d’un examen tant théorique que pratique, sans plus de détails70. La sage-femme reçue doit payer un droit d’entrée dans la communauté des sages-femmes, mais « les sages-femmes qui rapportent un certificat de pauvreté donné par leur curé, doivent être reçues gratuitement71 ».

Photographie de la machine de M me du Coudray, Musée d’histoire de la médecine, Rouen.

Photographie de la machine de M me du Coudray, Musée d’histoire de la médecine, Rouen.

Carte de visite de Mme Chenavard, sage-femme au Havre, vers 1900. 7,8 x 12 cm. ADSM, fonds des bureaux de bienfaisance et d’assistance, 2 X 446.

Carte de visite de Mme Chenavard, sage-femme au Havre, vers 1900. 7,8 x 12 cm. ADSM, fonds des bureaux de bienfaisance et d’assistance, 2 X 446.
  • 72 ADSM, C 95, no 126 : Mme du Coudray s’en émeut auprès du subdélégué de l’intendant de Rouen et don (...)
  • 73 Ibid., no 51 : « Les certificats qu’elles exhibent ne suffisent pas pour les autoriser à exercer l (...)
  • 74 Ibid., no 123. entrée et examinée tant sur la théorie que sur la pratique des accouchemens et ycel (...)
  • 75 Ibid., no 127. Le brevet de Mme du Coudray lui donne le droit d’instruire les femmes, mais à leur (...)
  • 76 Amédée Dechambre, op. cit., p. 114 : « une sage-femme pouvait appendre au devant de sa maison les (...)

30L’assistance aux cours de Mme du Coudray ne semble pas dispenser les femmes d’un stage de deux ans chez un chirurgien ou une maîtresse sage-femme ou de trois mois à l’hôpital pour accéder à la maîtrise. La ville d’Évreux où Mme du Coudray a donné des cours, par exemple, a refusé de recevoir ses élèves à la maîtrise dès leur sortie du cours72. À Caen, où des élèves ont été formées par Mme du Coudray ou par les instructeurs qui lui ont succédé, les chirurgiens continuent d’exiger un stage de deux ans73. Pourtant, quelques chirurgiens de la généralité de Rouen sont disposés à faire évoluer leurs statuts et admettent que les femmes qui auront suivi le cours de Mme du Coudray « seroient dispensé [e] s de la rigueur de la loi et seroient admises à subir leur examen pourvu qu’elles soient munies de certificat qui atteste leur capacité et sagacité74 ». Dispensées du stage, elles ne le seraient pas de la réception par les chirurgiens. Or, ces élèves de Mme du Coudray sont parfois en but à la jalousie des chirurgiens et il appartient à l’intendant de veiller à ce qu’elles y échappent75. Toutes ces formalités accomplies, la sage-femme pouvait exercer et pendre une enseigne professionnelle à son domicile76. Elle exerce parfois dans un hôtel-Dieu, parfois de façon indépendante, à la ville ou à la campagne.

  • 77 À Rouen, l’Hôtel-Dieu comporte un office de la gésine.
  • 78 Henriette Carrier, op. cit., p. 69.
  • 79 Ibid., p. 70.

31La maîtresse sage-femme de l’Hôtel-Dieu de Paris demeure à l’office des accouchées sous les ordres d’une religieuse77. Elle a pour mission, outre de faire les accouchements, « d’examiner les femmes grosses qui venaient pour faire leurs gésines, afin de déterminer l’âge de la grossesse78 ». Si la grossesse devait être à son terme moins de deux mois plus tard, la femme était autorisée à rester à l’Hôtel-Dieu, si la grossesse devait se poursuivre plus de deux mois, les membres du bureau de l’Hôtel-Dieu indiquaient sur la requête de la femme « patience en attendant le temps79 ». Elle devait rendre visite chaque soir aux femmes proches du terme et prendre les dispositions nécessaires pour être avertie par l’une de ses apprenties si l’accouchement devait avoir lieu la nuit. Aussi, elle pouvait aller faire des accouchements en ville mais elle devait alors pourvoir à son remplacement le temps de son absence.

  • 80 Amédée Dechambre, op. cit., p. 114.
  • 81 David Hoüard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la c (...)
  • 82 Ibid., p. 161 : « Si une sage-femme se trouve auprès d’une femme prête à entrer dans le travail d’ (...)

32En cas d’accouchement difficile, la sagefemme « était invitée à faire appeler un médecin, un maître chirurgien ou une “ancienne maîtresse80” ». Par un arrêt de règlement du Parlement de Normandie, du 24 février 1728, « il est enjoint » « à toutes les sages-femmes de la province, lorsque les accouchements sont laborieux ou contre nature, d’appeler promptement du secours, c’est-à-dire un maître en chirurgie en état de les conseiller et de surveiller leurs opérations81 ». Toutefois, Hoüard précise que si le chirurgien ne répond pas à l’appel de la sage-femme, « elle peut et doit opérer seule82 ».

  • 83 Art. 33, cité par Amédée Dechambre, op. cit., p. 117.
  • 84 Pour des exemples d’affaires, voir ibid., p. 126.

33La loi du 19 ventôse an XI pose des limites semblables : « les sages-femmes ne pourront employer les instruments, dans les cas d’accouchements laborieux, sans appeler un docteur ou un médecin ou chirurgien anciennement reçu83. » En cas d’accident, la sage-femme verra sa responsabilité engagée. Elle pourrait être condamnée pour homicide, coups et blessures involontaires ou encore engager sa responsabilité civile en vertu de l’article 1382 du Code civil84.

34L’article 3008 du Code administratif des hôpitaux civils, hospices et secours à domicile de la ville de Paris de 1824 exige encore de la maîtresse sage-femme que dans tous les cas graves, elle appelle « le chirurgien en chef et s’[aide] de ses lumières, ce dernier décidera des cas dans lesquels il devra agir lui-même pour terminer l’accouchement ».

  • 85 Ibid., p. 114.
  • 86 Ibid., p. 123-124 : « La femme prévenue de l’exercice illégal des accouchements, ne peut échapper (...)

35Une fois reçues, les sages-femmes devaient dénoncer celles qui exerçaient illégalement85. La loi du 19 ventôse an XI prévoit des sanctions pénales contre celles qui exercent illégalement86.

36C’en est fini de la matrone du Moyen Âge ou de l’Ancien Régime dont la réputation rejoignait parfois celle de la sorcière.

Annexes

Annexe 1

Formule du serment, dans Mgr André, Dictionnaire de droit canonique et des sciences en connexion avec le droit canon, op. cit., t. III, art. « Sage-femme », p. 439 :

« Je, N., jure et promets à Dieu, le créateur, en votre présence, Monsieur, de vivre et de mourir en la foi catholique, apostolique et romaine, et de m’acquitter avec le plus de fidélité et de diligence qu’il me sera possible, de la charge que j’entreprends d’assister les femmes dans leurs couches, et de ne permettre jamais que ni la mère ni l’enfant n’encourent aucun accident par ma faute.

Et où je verrai quelque péril imminent, d’user de conseil et de l’aide des médecins et des chirurgiens et des autres femmes que je reconnaitrai entendues et expérimentées en cette fonction. Je promets aussi de ne point révéler les secrets des familles, ni des personnes que j’assisterai ; et de n’user d’aucun moyen illicite, sous quelque couleur ou prétexte que ce soit, par vengeance ou mauvaise affection, et de n’omettre rien qui sera de mon devoir à l’endroit de qui que ce soit, mais de procurer de tout mon pouvoir le salut corporel et spirituel tant de la mère que de l’enfant. Ainsi Dieu me soit en aide, et ses saints évangiles ! »

Annexe 2

« Projet de statuts concernant la sage-femme » (ADSM, H dépôt 1 F 25)

L’art des accouchemens estant une partie de la chirurgie des plus délicates, et des plus importantes au public, et aux pauvres de l’hôtel Dieu, l’administration est suppliée de statuer […] que […]

1. On ne recevra point de sage femme dans l’hôtel Dieu, qui ne soit auparavant examinée, et jugée capable par le chirurgien en chef dudit hopital, qui en fera son rapport à l’administration.

2. On donnera à la sage femme reçûë 50 £ t pour ses appointemens, et en outre les profits qu’elle recevra des baptêmes. Ses devoirs seront d’accoucher, d’emmailloter les enfants, et de visiter les femmes accouchées, ou prestes d’accoucher. Elle ne sera obligée à aucune œuvre servile, comme balayer, faire les lits etc. afin de conserver l’adresse des mains qui luy est nécessaire, et d’avoir quelque loisir, tant pour se reposer des veilles continuelles auxquelles sa profession l’oblige, que pour donner quelque tems à la lecture des bons livres de son art. C’est à cette mesme fin qu’elle aura une chambre particulière dans l’hôpital.

3. La sage femme recûë sera obligée de rester six années dans l’hôtel Dieu, au bout desquelles l’administration luy donnera sa maîtrise, et si, après sa maîtrise gagnée, elle désire restée à l’hôtel Dieu, et que par le rapport du chirurgien en chef, l’administration ait lieu d’estre contente deladite sage femme, elle sera continuée avec une gratification telle que l’administration avisera convenable.

4. Dans les accouchemens laborieux où la sage femme trouvera le moindre embarras, elle sera tenuë d’apeller ledit chirurgien pour faire l’opération, ou, à son déffaut, le gagnant maitrise, et elle sera en tout subordonnée audit chirurgien, comme le sont les chirurgiens internes, au nombre desquels elle est censée estre pour sa partie.

5. Comme il est extremement avantageux au Public qu’on enseigne un art aussi necessaire que celuy des accouchemens, et que dans tout la Province il n’y a point d’endroit plus propre à établir cette école que dans l’hôtel Dieu de Roüen, il sera permis au chirurgien en chef, et à la sage femme de faire, à leur profit, des élèves de l’un et de l’autre sexe, dans l’art des accouchements.

6. Les élèves seront admis par le chirurgien qui les examinera sur la connaissance des parties nécessaires à la pratique des accouchements, et qui leur enseignera sur des cadavres pris dans l’hôtel Dieu en cas qu’ils n’en soient pas instruits.

7. Les élèves du chirurgien payeront à la sage femme 29 £ t pour les accouchements naturels qu’elle leur montrera, et fera faire, au nombre que le chirurgien jugera nécessaire, pour leur instruction, et ils donneront de plus 3 £ t à chacune des quatre premières femmes qu’ils accoucheront eux mesmes. Les élèves de la sage femme payeront pareillement 29 £ t au chirurgien en chef pour l’instruction préliminaire, l’examen et la réception.

Annexe 3

Amédée Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, op. cit., t. IV, art. « Sages-femmes », p. 129-130

La société obstétricale de Londres, pénétrée de l’insuffisance des textes de loi, avait proposé une sorte de code des sages-femmes qui nous servira de modèle pour la rédaction des quelques propositions qui suivent.

1. Les devoirs de la sage-femme consistent à assister la femme dans l’accouchement naturel et à soigner la parturiente et le nouveau-né pendant la semaine qui suit la délivrance.

2. La sage-femme n’emploiera aucun instrument, ne participera à aucune opération obstétricale et ne prescrira aucun médicament. Une exception est faite en faveur de l’ergot qu’elle ne doit cependant employer qu’avec le plus grand ménagement.

3. Elle restera avec la parturiente au moins une heure après l’expulsion de l’arrière-faix.

4. Elle demandera l’assistance d’un docteur dans tous les cas de présentation irrégulière, insertion vicieuse du placenta, rétrécissement du bassin, présentation du bras, de l’épaule, de la face, du cordon ; dans tous les cas d’hémorrhagie et lorsque la mère présentera des symptômes d’éclampsie.

5. Elle demandera encore l’assistance du médecin dans tous les cas où le travail se prolongera plus de six heures après la rupture de la poche amniotique et même plus tôt si elle apprend que la parturiente a déjà eu des accouchements laborieux. Enfin dans tous les cas où un danger quelconque semble menacer la mère ou l’enfant et lorsque le placenta n’aura pas été expulsé une demi-heure après la naissance de l’enfant.

Telles sont les limites dans lesquelles il nous a semblé possible de renfermer les attributions des sages-femmes.

Notes

1 Mme de La Marche, Instruction familière et utile aux sages-femmes pour bien pratiquer les accouchemens, faite par demandes et réponses, Paris, 1710, p. 1. Pierre-Toussaint Durand de Maillane, dans son Dictionnaire de droit canonique et de pratique bénéficiale (Paris, 1761, t. II, art. « Sage-femme », p. 707), donne la définition suivante : « Matrone qui est appelée pour assister des femmes grosses et pour les aider à se délivrer de leur fruit. » Sur l’histoire des sages-femmes en Europe, voir Jacques Gélis, La sagefemme ou le médecin. Une nouvelle conception de la vie, Paris, Fayard, 1988.

2 ADSM, H Dépôt 1 F 18, 24 décembre 1779.

3 Il appartient aux curés de former les sages-femmes à l’administration du baptême. Voir Pierre-Toussaint Durand de Maillane, op. cit., p. 707.

4 Ibid. Mgr André, auteur de la notice « Sage-femme » du Dictionnaire de droit canonique et des sciences en connexion avec le droit canon (Paris, H. Walzer, 1901), déplore qu’au début du XXe siècle « ces sages dispositions des conciles ne [soient] plus suivies dans la pratique ».

5 Henriette Carrier, Origine de la maternité de Paris. Les maîtresses sages-femmes et l’office des accouchées de l’ancien hôtel Dieu (1378-1791), Paris, Steinheil, 1888, p. 74.

6 ADSM, H Dépôt 1 F 18, 26 février 1779.

7 Josias Bérault, Jacques Godefroy et d’Aviron, Commentaire sur la coutume de Normandie, Rouen, 1776, 2 vol. , t. II, sur l’art. 382, p. 47. Jacques Godefroy (ibid., p. 52) justifie l’administration du baptême par les sagesfemmes en s’appuyant sur l’opinion de Gerson qui « a tenu que l’enfant pouvoit être baptisé au ventre de la mère se fondant sur ce que saint Jean-Baptiste et Jérémie y ont esté sanctifiez ».

8 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, op. cit., p. 707.

9 Henriette Carrier, op. cit., p. 77 : « La maîtresse sagefemme veillera en outre à l’exécution de tous les règlements de police concernant la salle des femmes grosses et accouchées ; il lui est enjoint d’informer MM. les commissaires de toutes les contraventions auxdits règlemens, et des abus qui pourroient s’introduire. »

10 Pierre-Toussaint Durand de Maillane, op. cit., p. 707 : « S’il s’agit en justice de la grossesse d’une femme, comme pour savoit si elle a eut des enfans, si elle est grosse et autres choses ; en pareil fait, on appelle à la visite qui doit être faite par les médecins et chirurgiens, les matrones ou sages-femmes jurées ou autres à la campagne, dans les lieux où il n’y a pas de jurande, qui affirmeront leur rapport. Ce rapport doit être fait séparément d’avec celui des médecins et chirurgiens. »

11 Daniel Jousse, Traité de la justice criminelle de France, Paris, Debure père, 1771, t. IV, p. 145.

12 Josias Bérault et al., op. cit., p. 52.

13 Ibid.

14 Henri Basnage, Œuvres, contenant ses commentaires sur la coutume de Normandie, 4e éd., Rouen, 1778, 2 vol. , t. II, sur l’art. 382, p. 66, no 2.

15 Josias Bérault et Jacques Godefroy, d’Aviron, op. cit., p. 48.

16 Ibid., p. 47.

17 Mme de La Marche, op. cit., p. 2.

18 Amédée Dechambre (dir.), Dictionnaire encyclopédique des sciences médicales, Paris, Masson, 1878, t. VI, p. 126.

19 Mme de La Marche, op. cit., p. 2.

20 Daniel Jousse, op. cit., p. 143.

21 Cité dans Henriette Carrier, op. cit., p. 76.

22 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen, amateur du bien public (évoque, p. 3, des situations dramatiques, d’une violence inouïe, observées dans les campagnes au XVIIIe siècle).

23 Amédée Dechambre, op. cit., t. V, « Sages-femmes », p. 113 : « Dans le moyen âge, on trouve la pratique des accouchements abandonnée à d’ignorantes sages-femmes et entourée de superstitions les plus grossières. Ce n’est qu’à partir du seizième siècle qu’on trouve quelques traces de législation ou plutôt d’efforts faits par les différents États pour tirer les sages-femmes de l’état d’ignorance dans lequel elles se trouvaient. »

24 ADSM, C 95, no 49. Voir également, ibid., no 32, où l’intendant de Rouen justifie les cours de Mme Du Coudray : « Un grand nombre de personnes qui se livrent à la pratique des accouchemens conduites par une routine aveugle immolent tous les jours des victimes à leur ignorance. »

25 ADSM, 28 F 13, fo 662.

26 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen amateur du bien public, p. 17. Dans sa lettre de remerciements à Mme Du Coudray, un doyen de médecine déplore : « nous ne voyons que trop souvent des fautes énormes commises

27 Amédée Dechambre, op. cit., p. 123. Les grandes villes semblent touchées par le fléau, elles aussi. Voir ibid., p. 125 : « On ne saurait trop approuver la conduite du procureur de la République, qui a donné l’ordre à une sage-femme de Toulouse d’enlever une enseigne, annonçant le traitement et la guérison de la maladie des femmes. Il serait à désirer que cet exemple fût suivi à Paris, où la médecine est illégalement exercée par un si grand nombre de matrones qui, non seulement appendent des enseignes à leurs portes, mais remplissent les journaux de leurs scandaleuses réclames. »

28 Ibid., p. 114.

29 Philippe-Antoine Merlin de Douai, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence, 4e éd., Paris, Bertin et Danel, 1815, t. XII, art. « Sage-femme », p. 214 : « Une déclaration du mois de septembre1664 et des arrêts du Parlement des 19 août 1666, 29 mars et 5 mai 1732 ont défendu “à la communauté des chirurgiens de Paris et aux démonstrateurs anatomiques de faire aucune dissection des corps des femmes, sans y avoir appelé les sages-femmes par des billets de convocations”. »

30 Henriette Carrier, op. cit., p. 74 : « En vertu d’une délibération du Bureau du 14 novembre 1657, il y avait toutes les six semaines dissection et anatomie de la matrice pour les seules apprentisses anciennes et présentes. La sage-femme de l’Hôtel Dieu devait faire la leçon, et le médecin chargé de la salle des accouchées, corriger ou ajouter ce qu’il jugeait à propos à ce qui avait été dit par ladite sage-femme. » dans les accouchemens par ceux même qui se flattent d’être experts dans cette profession. »

31 Ibid., p. 78 : « C’est vers 1630 que, pour la première fois, une femme fut admise à l’apprentissage dans l’Hôtel Dieu. » Le nombre des apprenties ira croissant à l’Hôtel-Dieu de Paris pour atteindre celui de 4. Ibid., p. 80 : « Aux accouchements qui se font à l’Hôtel Dieu, pendant que l’une des apprentisses opère sous les yeux de la maîtresse sage-femme toujours présente, les trois autres la voient opérer commodément, sans que ce nombre cause d’embarras à l’opératrice. »

32 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214.

33 Ibid.

34 Cité par Henriette Carrier, op. cit., p. 86.

35 Mme de La Marche, op. cit., « Avis », non paginé, pour les deux citations.

36 Ibid. : « Il y a plusieurs questions de la sorte dans la première partie [de l’ouvrage] qui ne servent de rien pour pratiquer : cependant j’ai voulu les mettre, parce que souvent dans les examens, on s’estend beaucoup plus sur cette matière inutile que sur la nécessaire. »

37 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen amateur du bien public, p. 2. Voir également ibid., no 32 : l’intendant évoque la « machine » : « elle représente tant à l’intérieur qu’à l’extérieur toutes les parties qui servent d’enveloppe au fœtus et laisse la facilité de le placer dans toutes les situations. C’est ainsy qu’en parlant aux yeux la pratique seule devient une instruction solide et éclairée. »

38 ADSM, C 95, no 131, lettre d’un citoyen amateur du bien public, p. 5.

39 Pour exemple, le compte rendu de Malafait, intendant de la généralité de Caen : ADSM, C 95, no 8. Voir également ibid., no 29 : Mémoire sur les cours publics d’accouchements faits à Moulins par madame Ducoudray.

40 Ibid., no 90 : par exemple, pour l’organisation du cours d’Évreux, la ration journalière des femmes est prévue, comprenant du pain, de la viande, des légumes et un pot de cidre. Le subdélégué précise : « on pourroit gagner quelque chose en substituant des légumes au ¼ de viande, ce qui réduiroit la dépense journalière. »

41 Ibid., no 7.

42 Ibid., no 57.

43 ADSM, C 96, no 70 : le curé de Cesseville ( ?) sollicite l’ensemble des habitants de sa paroisse. Ils « ont promis de se cottiser […] le plus pauvre comme le plus fortuné ».

44 ADSM, C 95, no 7. L’intendant d’Amiens, sollicité par celui de Rouen, fait part de son expérience : « Les frais de chaque femme ont coûté à Amiens pendant 2 mois au moins 60 £ t non compris le voyage pour venir et s’en retourner ». ADSM, C 96, no 71. Le curé de La Haÿe Routot sollicite le secours de l’intendant : « la paroisse est absolument sans ressources ; le curé a un modique bénéfice, le seigneur est infirme, mal aizé, chargé d’une famille nombreuse, et le reste des habitants en petit nombre n’a d’autres ressources pour vivre que son travail ».

45 ADSM, C 95, no 105 : « Le tems de deux mois pour le cours est de nécessité eu égard au grand nombre ; d’ailleurs madame du Coudray prétend y avoir toujours mis ce tems. » Le cours est parfois prolongé lorsque la moisson retarde l’arrivée des femmes : « Je crois monsieur que notre cours durera un peu plus long temps qu’à l’ordinaire, les moissons pouront retarder larivée de nos femmes » (ibid., no 124).

46 Ibid., no 107.

47 Ibid., no 32. Mme du Coudray n’y est pourtant pas favorable car cela peut attiser la jalousie entre les jeunes femmes (ibid., no 45). En définitive, un accord semble trouvé : c’est l’ouvrage de Mme du Coudray qui sera distribué à la fin des cours (ibid., no 44). L’ouvrage sera offert à toutes les élèves, y compris aux « médiocres », « puisqu’elles ont besoin plus que les autres de se rappeler les leçons qui leurs ont été données » (ibid., no 61).

48 Les archives conservent plusieurs versions de cette lettre type, par exemple : ADSM, C 95, no 35 ou no 39. Pour une version imprimée : ADSM, C 96, no 153.

49 ADSM, C 96, no 70 : l’intendant accepte la candidature d’une femme de 41 ans « qui s’est occupée des accouchemens et […] y a réussi ».

50 Ibid., no 69 : Le curé de Meulers propose le nom d’une jeune fille de 22 ans qui « sait assez bien lire, et non pas écrire ». Le curé s’engage à lui apprendre à écrire à son retour. Voir également ibid., no 62 : Le curé de Saint-Pierredes-Ifs propose de faire lecture des imprimés des cours à la jeune femme désignée qui ne sait pas lire, mais qui pratique déjà les accouchements depuis 11 ans.

51 ADSM, C 95, no 32. Un autre document, intitulé « Observations sur le cours d’accouchemens par madame Ducoudray » (ibid., no 36) mentionne quant à lui : « Pour rendre ce cours aussi fructueux qu’il peut-être, il faut y attirer le plus de sages-femmes qu’on pourra, tant de celles qui exercent déjà que de celles qui se destinent à le devenir. » Voir également ADSM, C 96, no 69 : Margueritte Milhet connaît le milieu (« elle a deux frères chirurgiens établis ; son père l’estoit aussi. Sa mère est sage-femme jurée et recue par le corps des chirurgiens de Dieppe […] elle exerce et travaille déjà sous les yeux de sa mère »).

52 ADSM, C 95, no 53.

53 ADSM, C 96, no 66.

54 Ibid., no 67.

55 Ibid., no 73.

56 Ibid., no 64.

57 C’est ce que rappelle l’intendant de Caen à celui de Rouen : ADSM, C 95, no 47 : « Lorsque madame Ducoudray, monsieur et cher confrère, a donné à Caen des leçons publiques dans l’art des accouchements, ce sont les officiers municipaux de chaque ville qui y ont envoyé les chirurgiens auxquels ils ont connu le plus de dispositions et de talents. Ce choix s’est fait de concert avec le subdélégué de chaque élection… chaque chirurgien paroit s’être décidé dans l’espoir d’acquérir plus de connoissances et de considération et d’après l’assurance qui lui a été donnée qu’il deviendroit à son tour démonstrateur dans sa ville. »

58 ADSM, C 96, lettre de Marie-Françoise Le Sasché à l’intendant de Rouen : « Daignez m’accorder la grace de posséder la machine que possedoit Mr Riolle [chirurgien] pour enseigner l’art des accouchements aux sages-femmes de la campagne. »

59 ADSM, C 95, no 84.

60 La sage-femme reçue devant la faculté est considérée comme une sage-femme de première classe et pourra exercer dans toute la France ; la sage-femme qui a suivi les cours dispensés à l’hospice sera sage-femme de seconde classe et ne pourra exercer que dans sa circonscription. Un décret de 1854 officialise ces deux catégories de sages-femmes. La distinction disparaîtra en 1916. Pour les modalités d’examens et des cotisations, voir Amédée Dechambre, op. cit., p. 118. Pour les différents règlements de l’Hospice de la maternité de Paris, voir Henriette Carrier, op. cit., p. 240-261.

61 Amédée Dechambre, op. cit., p. 117.

62 Les statuts des sages-femmes de Paris les rattachent à la confrérie de Saint-Côme, comme les chirurgiens (ibid., p. 113 et Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 213).

63 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214. Le jury est plus étoffé au début du XIXe siècle : « l’examen de chaque aspirante se fait par le premier chirurgien du roi ou son lieutenant et par les quatre prévôts en charge, les quatre chirurgiens et les quatre jurées sages-femmes du Châtelet, en présence du doyen de la faculté de médecine, des deux médecins du Châtelet, du doyen de la communauté et de huit maîtres. »

64 Cité par Henriette Carrier, op. cit., p. 87.

65 Pour la formule que l’on trouve dans les rituels des diocèses, voir l’annexe.

66 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214.

67 Amédée Dechambre, op. cit., p. 114.

68 Mme de La Marche, op. cit., p. 2.

69 Amédée Dechambre, op. cit., p. 117.

70 Pour exemple, ADSM, 5 Ep 227 : « Le vendredy 19ème jour de décembre 1788, les membres du collège de chirurgie assemblés en commité sur le mandat de M. Ymare lieutenant dudit collège, pour l’examen et réception de demoiselle Marie-Jeanne Reverend, la susditte

71 Philippe-Antoine Merlin de Douai, op. cit., p. 214.

72 ADSM, C 95, no 126 : Mme du Coudray s’en émeut auprès du subdélégué de l’intendant de Rouen et donne l’exemple de Rennes où « on regardoit les deux cours que je donnois comme suffisants pour le titre d’apprentissage ».

73 Ibid., no 51 : « Les certificats qu’elles exhibent ne suffisent pas pour les autoriser à exercer librement leur profession. Les chirurgiens exigent un apprentissage de deux ans. »

74 Ibid., no 123. entrée et examinée tant sur la théorie que sur la pratique des accouchemens et ycelle retirée, il a été délibéré ce qui suit ; scavoir, messieurs, Gayet loue l’acte de la demaoiselle Reverend et consent qu’elle soit reçue maîtresse sagefemme en cette ville en se conformant en tout aux statuts et réglemens. »

75 Ibid., no 127. Le brevet de Mme du Coudray lui donne le droit d’instruire les femmes, mais à leur lecture, l’intendant précise : « Je n’y voit pas que vous y soyez autorisée à donner à vos élèves le droit d’exercer leur profession sans avoir été préalablement recuës par la communauté des chirurgiens, mais quoy qu’il en soit je trouve très mal placées les difficultés que les chirurgiens leur font éprouver et je vais employer tous les moyens qui pourroient dépendre de moy pour les faire cesser. » Le subdélégué de l’intendant d’Amiens fait part au subdélégué de l’intendant de Rouen de son expérience : « Aucune des élèves de madame du Coudray dans la généralité d’Amiens n’a exercé l’art des accouchemens sur le simple certificat de cette dame visé par M. l’intendant. Il a fallu, suivant les statuts et règlemens des communautés de chirurgie, homologués au Parlement, quelles se fissent recevoir maîtresses accoucheuses suivant les formes prescrites […] si M. l’intendant avoit vu que par humeur, par jalousie ou par un vil intérêt, les chirurgiens eussent refusé de recevoir quelques unes de ces femmes qui auroient cependant eu les talens nécessaires pour exercer l’état de sages-femmes, il n’auroit pas balancé à en rendre compte au Conseil et à lui demander ses ordres. »

76 Amédée Dechambre, op. cit., p. 114 : « une sage-femme pouvait appendre au devant de sa maison les emblêmes de son état ; un tableau représentant soit une femme portant un enfant et un petit garçon portant un cierge, soit un berceau orné d’une fleur de lis. »

77 À Rouen, l’Hôtel-Dieu comporte un office de la gésine.

78 Henriette Carrier, op. cit., p. 69.

79 Ibid., p. 70.

80 Amédée Dechambre, op. cit., p. 114.

81 David Hoüard, Dictionnaire analytique, historique, étymologique, critique et interprétatif de la coutume de Normandie, Rouen, Le Boucher le jeune, 1782, t. IV, art. « Sage-femme », p. 161.

82 Ibid., p. 161 : « Si une sage-femme se trouve auprès d’une femme prête à entrer dans le travail d’un accouchement périlleux, elle peut et doit opérer seule, si le chirurgien qu’elle appelle ne se présente pas : ce seroit un acte de cruauté monstrueuse d’exiger que la sage-femme refusât, en ce cas, des secours à la mère et à son enfant, et qu’elle négligeât les moyens qui seroient en son pouvoir pour sauver l’un et l’autre. »

83 Art. 33, cité par Amédée Dechambre, op. cit., p. 117.

84 Pour des exemples d’affaires, voir ibid., p. 126.

85 Ibid., p. 114.

86 Ibid., p. 123-124 : « La femme prévenue de l’exercice illégal des accouchements, ne peut échapper à la condamnation, en alléguant qu’elle donnait ses soins obligeamment et gratuitement […]. Il n’est pas non plus nécessaire, pour être passible des peines édictées par la loi que la femme inculpée ait fait beaucoup d’accouchements ou qu’elle en fasse profession. Un seul délit est suffisant pour assurer la condamnation. »

Table des illustrations

Titre Statistiques sur les femmes en couches au secret admises de 1903 à 1913 à l’Hospice général. 31 x 20 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 J 10.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4072/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Titre Certificat de bonne conduite délivré par le maire de Criel à Marie Lavache pour son dossier de candidature à l’école de sage-femme, 1er mars 1866. 30,4 x 20,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 42.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4072/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Titre Lettre de remerciement au préfet de Julienne Gée pour avoir obtenu son diplôme de sage-femme grâce à l’apprentissage, 1er octobre 1868. 21,2 x 13,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 5 M 42.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4072/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre Mémoire sur les cours publics d’accouchement par M me du Coudray, 1767. 19,5 x 25 cm. ADSM, fonds de l’Intendance de la Généralité de Rouen, C 95.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4072/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Titre Photographie de la machine de M me du Coudray, Musée d’histoire de la médecine, Rouen.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4072/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Carte de visite de Mme Chenavard, sage-femme au Havre, vers 1900. 7,8 x 12 cm. ADSM, fonds des bureaux de bienfaisance et d’assistance, 2 X 446.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4072/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 239k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540