Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Troisième partie. Délinquance et misère sociale (XVIIIe-XXe siècles)

Des milliers de jeunes filles au travail forcé dans l’Atelier-refuge de Rouen

Jean-Claude Vimont

Texte intégral

  • 1 Mes remerciements à Réjane Boursier pour m’avoir guidé dans les investigations à Saint-Aubin-lès-E (...)
  • 2 Une rue de Rouen porte le nom de sœur Marie-Ernestine. Ce n’est pas le cas pour le Dr Arthus-Barth (...)

1Du milieu du XIXe siècle jusqu’en 1912, près de 6 000 petites filles, adolescentes et jeunes femmes furent soumises à une rude discipline et à des travaux qu’elles n’avaient pas choisis dans une maison pénitentiaire installée à l’est de Rouen. L’Atelier-refuge administré par les sœurs de la congrégation du Sacré-Cœur de Jésus, sise à Saint-Aubinlès-Elbeuf1, se vit confier par des familles, par l’Administration pénitentiaire et par l’Assistance publique des mineures afin de les élever, de les instruire, de les faire travailler pour les « moraliser ». Cet établissement privé et religieux a fait l’objet de nombreux éloges, durant les années de son fonctionnement et après. Les figures qui animèrent et administrèrent cette œuvre, l’abbé Podevin, aumônier des prisons de Rouen, et sœur Marie-Ernestine, ancienne surveillante du quartier des femmes de la prison de Bicêtre, ont été honorées par les autorités locales2, par les associations de sauvegarde de l’enfance et ont bénéficié de biographies élogieuses. Jean Léturgie, dès 1937, vantait l’éducation morale et l’enseignement ménager dispensés à l’Atelier-refuge dans sa biographie Une grande figure sociale, sœur Marie-Ernestine (1819-1910). Il fut suivi par Marc Boulanger en 1992 qui publia Une grande figure rouennaise du siècle dernier : sœur Marie-Ernestine, fondatrice de l’Atelier-refuge des jeunes filles libérées.

  • 3 Élise Bouédo, Les enfants de justice à Rouen au XIXe siècle, mémoire de maîtrise, Yannick Marec (d (...)
  • 4 Jean-Claude Vimont, « Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice », http://criminocorpus. re (...)
  • 5 Tiphaine Bacquet, « Mineures et protection sociale : L’exemple de l’Atelier-refuge de Rouen », Mém (...)

2Plusieurs travaux universitaires menés à partir des fonds conservés aux Archives départementales, mais aussi grâce aux archives conservées par la congrégation fondatrice, n’ont pas apporté de documents significatifs mettant en cause les représentations positives de cette œuvre de bienfaisance et d’éducation correctionnelle3. Toutefois, en 1880, un particulier s’adressa au Conseil général pour dénoncer la concurrence « du travail commercial » dans les prisons et dans cet établissement où « un troupeau d’esclaves » subissait le fouet, la prison et la privation d’aliments. Les plaidoyers en faveur des travailleurs libres et honnêtes, les réquisitoires contre les tarifs pratiqués par les concessionnaires et par l’Entreprise générale dans l’univers carcéral, n’étaient pas chose nouvelle. En 1848, le travail forcé des prisonniers avait été suspendu pour faire droit à ces revendications. À cette exception près, le concert d’éloges n’est pas sans poser quelques interrogations. Les travaux imposés aux jeunes filles ont été approuvés par les autorités religieuses locales et nationales, par un authentique philanthrope comme Arthus-Barthélemy Vingtrinier, pourtant peu avare de critiques à l’égard des initiatives privées d’éducation correctionnelle, comme la colonie horticole de Petit-Quevilly dont il accusait le propriétaire de spéculation immobilière et d’enrichissement personnel4, par les membres du Sixième Congrès national du patronage des libérés, tenu à Rouen en 1905, sous la férule du sénateur Bérenger, par l’organe des Sociétés protectrices de l’enfance l’année suivante, la revue L’Enfant, qu’animait le juge Henri Rollet, par l’Académie des sciences morales et politiques qui, en 1909, décerna à Eugénie-Aglaé Morin, en religion sœur Marie-Ernestine, le prix Audiffred pour son dévouement. L’Enfant évoquait un « glorieux établissement », une « maison modèle », la « maison la mieux administrée de France5 ».

Gardiennes de bétail, « Une ferme aux environs d’Harfleur », dessin de Jacques, fin du XIXe siècle. ADSM, fonds iconographiques, 84 Fi planche 224.

Gardiennes de bétail, « Une ferme aux environs d’Harfleur », dessin de Jacques, fin du XIXe siècle. ADSM, fonds iconographiques, 84 Fi planche 224.
  • 6 https://criminocorpus.org/sources/12854/.

3La loi du 5 août 1850 sur l’éducation et le patronage des jeunes détenus6 suscita la création de nombreuses colonies pénitentiaires pour garçons et de maisons pénitentiaires privées pour filles. Cela aboutit à la prolifération des établissements du Bon-Pasteur pour accueillir les filles. L’Atelier-refuge s’inscrit dans cet ample mouvement, même s’il ne dépendait pas de la Congrégation angevine, mais émanait de la communauté du Sacré-Cœur de Jésus de Saint-Aubin-lès-Elbeuf. Dès le 27 septembre 1851, une décision ministérielle nomma sœur Marie-Ernestine directrice d’une maison pénitentiaire sise à Darnétal pour accueillir des mineures de justice. Notre propos n’est pas ici d’offrir un tableau des différentes époques de la maison, ce qui a été parfaitement réalisé par Élise Bouédo et Ida Lacointe. Nous préférons présenter les différentes catégories de jeunes « travailleuses » accueillies à Darnétal, puis les conceptions du travail préconisées par les religieuses.

Différentes catégories de jeunes filles

  • 7 Jean-Claude Vimont, « Les offres d’éducation correctionnelle et les mineurs des deux sexes traduit (...)

4La loi de 1851 concernait principalement les mineurs de moins de seize ans ayant été acquittés par les tribunaux correctionnels parce que les juges les estimaient non discernants, c’est-à-dire non conscients de commettre un délit au sens du Code pénal lorsqu’ils commettaient leur forfait. Il s’agissait le plus souvent de petits voleurs et petites voleuses, de mendiants et de vagabonds. Ceux qui étaient destinés aux colonies pénitentiaires, encouragées par la loi, avaient été soustraits à l’éducation de leurs parents par décision des juges. L’état se substituait donc à eux, car absents ou perçus comme défaillants du point de vue social ou moral, et confiait ces jeunes jusqu’à leur majorité civile (21 ans), le plus souvent, à des directeurs et directrices d’établissements privés ou publics. Quand des places furent disponibles dans les œuvres, les juges recoururent de plus en plus à cet article 66 du Code pénal qui acquittait tout en enfermant7. Ce fut en particulier les cas pour les jeunes filles qui, avant 1851, ne représentaient qu’une très faible proportion des jeunes acquittés mais maintenus en prison « pour y être élevés », selon l’expression du code. Cette catégorie fut de tous temps majoritaire au sein de l’Atelier-refuge, puisqu’on y rencontrait des enfants de six ans comme des jeunes femmes d’une vingtaine d’années. C’était encore le cas en 1878 comme le rapportait la Semaine religieuse du diocèse de Rouen du 30 mars. Le gouvernement impérial recommanda assez vite de ne plus accueillir de très jeunes enfants dans les établissements pour mineurs, car le budget de la justice avait des difficultés à payer les prix de journées de tous ces jeunes accueillis dans les structures privées. Par la loi du 10 avril 1906, la majorité pénale fut élevée à dix-huit ans. Arrivèrent de grandes jeunes filles, des adolescentes, des femmes parmi lesquelles des prostituées, ce qui posa de nombreux problèmes aux religieuses, notamment à l’occasion de plusieurs révoltes. Le système éducatif correctionnel mis en place au milieu du siècle pour des petites filles craquait en présence de jeunes femmes qui n’hésitaient pas à chanter L’Internationale, comme lors de la mutinerie de 1909.

Registre d’écrou de la prison de Rouen, 5 juin 1829-3 octobre 1833. 54 x 35,5 cm. ADSM, fonds des établissements pénitentiaires, 2 Y 167.

Registre d’écrou de la prison de Rouen, 5 juin 1829-3 octobre 1833. 54 x 35,5 cm. ADSM, fonds des établissements pénitentiaires, 2 Y 167.

Lettre du Procureur du Roi au Préfet informant de l’arrestation de Julie Lhermitte pour défaut de papiers, 10 juillet 1838. 26 x 21,3 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 203.

Lettre du Procureur du Roi au Préfet informant de l’arrestation de Julie Lhermitte pour défaut de papiers, 10 juillet 1838. 26 x 21,3 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 203.

5Aux côtés de ces jeunes acquittées, l’Atelier-refuge recevait, en petit nombre, des jeunes filles ayant été condamnées car reconnues comme discernantes, en application des articles 67 et 69 du Code pénal. Les juges recouraient à ces articles lorsque les crises textiles jetaient sur le pavé rouennais de jeunes rattacheurs et de jeunes fileuses, dépourvus d’emploi, vagabondant et tentant de survivre. Les très rares criminelles jugées par des cours d’assises étaient assimilées à cette catégorie.

  • 8 Christophe Israël, Le quartier correctionnel de Rouen (1868-1895), mémoire de maîtrise, Jean-Claud (...)
  • 9 Jean-Claude Vimont, « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison (...)

6Pendant un temps, de 1881 à 1891, sœur Marie-Ernestine accueillit également des mineures insubordonnées qui avaient été renvoyées d’autres maisons pénitentiaires ou de Bons-Pasteurs. On avait donc créé un quartier correctionnel8, quartier disciplinaire comme il en existait un au sein de la prison Bonne-Nouvelle pour les garçons, qui reçut fuyards, mutins et aussi les petits Communards9. Cette catégorie où étaient mêlées « incorrigibles et jeunes souffrant d’aliénation mentale » était tenue à l’écart des autres pensionnaires. Une trentaine de places avaient été aménagées. La nuit, les jeunes filles étaient séparées les unes des autres, en application des préceptes de la loi de 1875 sur l’encellulement qui fut à l’origine de la création de nombreuses « cages à poules » dans les dortoirs des établissements pour mineurs. Un inspecteur des prisons signalait qu’il existait quelques cellules à la fin du XIXe dans la maison de Darnétal où l’isolement et le silence étaient de règle. Les jeunes filles insubordonnées furent ensuite acheminées à Doullens et à Clermont.

7Comme souvent dans ces œuvres religieuses, la directrice accueillait également des enfants abandonnés, ou confiés par des pères veufs, des mères veuves incapables d’élever leurs enfants. En 1863, un veuf confia sa fille de douze ans parce qu’elle « se moquait de tout », mettait trois heures à faire une vaisselle et pour la dresser afin qu’elle puisse travailler dès l’âge de quatorze ans. Le Code civil napoléonien avait également permis aux chefs de familles de faire enfermer pour une durée limitée mais renouvelable leurs enfants insubordonnés ou indisciplinés. La « Correction paternelle » formait donc une autre petite catégorie, prévue par la loi de 1850.

  • 10 Tania Césarin, Le patronage et la protection des mineurs de justice à Rouen de 1835 à 1937, mémoir (...)

8À la fin du XIXe siècle, le patronage des enfants délinquants connut un second essor, comme l’a montré Tania Césarin10. Des Comités de défense des mineurs traduits en justice prenaient en charge des mineures afin de leur éviter la prison ou les colonies pénitentiaires. Plusieurs, originaires de la Seine-Inférieure mais aussi de la Somme et de l’Eure, furent alors confiées à l’œuvre de Darnétal.

9À partir de 1904, elle reçut également les pupilles dites « difficiles et vicieuses » de l’Assistance publique. Ces jeunes avaient fui les placements chez des agriculteurs ou les orphelinats, s’étaient révoltés ou avaient commis de menus larcins. Les jeunes filles de l’Assistance publique étaient séparées des « pénitentiaires », dans les dortoirs comme dans les ateliers de la maison de la route de Darnétal. De jeunes patronnées, libérées antérieurement, étaient également hébergées lorsqu’elles avaient perdu leur emploi ou souffraient d’une maladie.

  • 11 Raoul Léger, La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray. Souvenirs d’un colon. Punir pour édu (...)
  • 12 Christian Carlier, La prison aux champs, Paris, L’Atelier, 1994.

10La cohabitation entre petites filles abandonnées, confiées par leurs parents, par des comités philanthropiques, par l’Assistance publique et l’administration pénitentiaire n’est pas un phénomène propre à l’établissement rouennais. Les colonies pénitentiaires privées de garçons faisaient de même. Ce fut le cas à Mettray, la colonie pionnière et modèle de garçons, bien étudiée par Jacques Bourquin et Éric Pierre dans les commentaires apportés au témoignage du colon Raoul Léger11. Les laudateurs de l’Atelier-refuge comparaient souvent la ferme-école des hauts de Rouen à l’exploitation agricole tourangelle. Dans les deux cas, ne peut-on user de cette formule cavalière « d’établissements fourre-tout », à qui les autorités confiaient de larges secteurs de l’enfance irrégulière ? Enfants victimes et enfants coupables devinrent des colons plus ou moins anonymes, matriculés, de ces « prisons aux champs » si bien étudiées par Christian Carlier12.

  • 13 Jean-Claude Vimont, « La franc-maçonnerie rouennaise et la colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly (...)

11Quelle signification donner à cette multiplication des catégories hébergées et prises en charge par la quarantaine de religieuses ? Pourquoi les recrutements dépassaient-ils le simple ressort des tribunaux de Seine-Inférieure ? Le rayonnement de l’établissement suscitait-il la confiance au point d’inciter les magistrats à confier des jeunes filles de plus en plus nombreuses ? Ou bien, les différents ateliers, la ferme établie aux environs nécessitaient-ils la présence permanente de bras pour assurer la rentabilité de l’établissement ? Comme dans d’autres maisons du même type, Petit-Quevilly notamment, les libérations, les placements devaient-ils être aussitôt compensés par de nouvelles arrivées afin de percevoir le plus grand nombre d’allocations journalières allouées par l’État13 ? L’administration pénitentiaire versait quotidiennement 60 centimes par journée et par pupille. En 1867, les pensionnaires étaient au nombre de 232 ; en 1874, elles étaient, en moyenne annuelle, 310 (278 confiées par l’administration pénitentiaire, 12 en correction paternelle et 20 libérées patronnées par l’œuvre) ; en 1878, elles étaient en moyenne 306. En 1909, l’effectif moyen annuel oscillait entre 300 et 350 détenues. Jusqu’en 1881, la Seine-Inférieure était le département d’où provenaient 35 % des filles, suivi par l’Eure, l’Aisne et le Calvados. En 1899, les jeunes filles provenant du département de la Seine étaient les plus nombreuses (20 %), devant la Seine-Inférieure et l’Eure. En 1905, la proportion des pupilles provenant de la Seine augmenta encore (plus de 40 %). La réputation de l’établissement contribua à cette modification de l’aire de recrutement, de même que sa capacité d’accueil, ses grands dortoirs, ses ateliers et sa ferme.

Fermière du pays de Caux. ADSM, fonds iconographiques, 54 Fi 5.

Fermière du pays de Caux. ADSM, fonds iconographiques, 54 Fi 5.

Porteuse d’eau. Lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 435.

Porteuse d’eau. Lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 435.
  • 14 Victor Duval, La charité à Rouen. Les œuvres catholiques, Rouen, Lapierre, 1895.

12Dans son premier article, la loi de 1851 indiquait que les mineurs des deux sexes devaient recevoir une éducation morale, religieuse et professionnelle. Il était précisé que dans les maisons pénitentiaires destinées aux filles, la discipline devait y être sévère et qu’elles devaient « être appliquées aux travaux qui convenaient à leur sexe ». Le choix de la régénération par les valeurs de la terre était imposé aux garçons et il fallut attendre 1895 pour qu’une colonie industrielle ouvre ses portes à Aniane près de Montpellier. Sœur Marie-Ernestine et l’abbé Podevin qui la secondait diversifièrent les activités au sein de l’établissement. Ils privilégièrent le travail industriel puisque l’établissement était installé dans une ville où l’industrie textile fournissait une part notable des emplois. On vanta fréquemment les travaux agricoles dans la ferme-école, mais ils furent toujours minoritaires. Au premier novembre 1877, l’Atelier-refuge comptait 288 jeunes filles : 127 (44 %) étaient employées aux ateliers de couture, 35 (12 %) à l’atelier de dévidage de coton, 20 (7 %) aux jardins maraîchers, 45 (15,5 %) à la ferme de la Grand-Mare, 61 (21 %) dans les services généraux. Le titre officiel de l’établissement en 1895 était le suivant : « Maison d’éducation correctionnelle, agricole, industrielle et ménagère pour les jeunes filles détenues et de patronage des jeunes filles libérées14 ».

Diplôme décerné à Modeste Fontaine, fille de cour dans une ferme au Val-de-la-Haye lors du comice agricole de Clères en 1858. 31,7 x 48 cm. ADSM, fonds de la Société centrale d’agriculture, 28 J 29.

Diplôme décerné à Modeste Fontaine, fille de cour dans une ferme au Val-de-la-Haye lors du comice agricole de Clères en 1858. 31,7 x 48 cm. ADSM, fonds de la Société centrale d’agriculture, 28 J 29.

Le « travail industriel »

13Dès les premières années, un « atelier industriel » fut aménagé dans la maison de Darnétal. Il comptait quarante-deux métiers à tisser en 1878. Des jeunes filles dévidaient du coton. Un moteur à vapeur actionnait une scie circulaire à découper l’étoffe. Elles travaillaient pour une entreprise parisienne de couture. Les jeunes ouvrières étaient principalement occupées à la découpe, les finitions des chemises étaient effectuées par des couturières « libres » de Rouen. Certaines cousaient à la main, d’autres à l’aide de machines à coudre. Véritable petite usine, plutôt que manufacture, les ateliers suscitaient des plaintes d’autres industriels.

14En août 1880, un habitant de Rouen s’en prenait à l’abbé Podevin :

Le directeur de cet établissement, homme intelligent et ayant complètement manqué sa vocation qui était celle du commerce, a compris ce qu’il pouvait tirer commercialement parlant d’un troupeau d’esclaves qu’il peut et fait marcher par le fouet, par la prison et même par la privation d’aliments. Il les a attachées à des machines à coudre, à dévider, à bobiner.

15Il dénonçait « ces travaux préparatoires à la fabrique », payés à bas prix par des industriels, et qui plongeaient les ouvrières les plus pauvres de Rouen dans la misère. Il recommandait au Conseil général « de prendre des mesures protectionnistes contre ces étrangers de l’intérieur qui n’ont pour but qu’une vaine domination » : « Qu’il rappelle au Directeur que son premier devoir est d’apprendre à ces enfants perdus le chemin du devoir, de leur apprendre à lire et à écrire que toutes ou presque ignorent en sortant de l’établissement. »

16Ce type de réquisitoire non dénué d’exagérations, n’était pas rare à l’égard des maisons correctionnelles et ont accrédité la légende noire des bagnes d’enfants. Il convient de signaler qu’il s’agit de la seule archive de ce type conservée et que la plainte n’entrava pas le fonctionnement de la maison jusqu’en 1912. Les archives « triées » de la communauté religieuse privilégient les lettres de remerciements d’anciennes pensionnaires et ne nous sont d’aucun secours sur cette question d’une éventuelle surexploitation. Les ateliers de Darnétal n’étaient pas pires que ceux des manufactures de l’agglomération. Christophe Recher avait mentionné en 1990, dans son mémoire sur les prisons de Seine-Inférieure, des cadences élevées, des retenues sur le pécule en cas de malfaçons ou de vols de matériel. On espérait que certaines deviendraient plus tard lingères ou couturières. Sœur Marie-Ernestine rappelait les objectifs éducatifs de cet atelier dans une lettre de 1906 : « L’éducation professionnelle doit avoir plus pour objet de donner à ces filles l’habitude du travail, du travail méthodique et ordonné que la connaissance technique et définitive d’un métier industriel. » Cela justifiait l’octroi d’un pécule proportionné à leurs efforts et non un salaire pour des tâches précises. Dans le « quartier industriel » installé route de Darnétal, elles travaillaient six heures par jour. Les ateliers ouvraient à sept heures du matin. Un inspecteur général des prisons en 1877 mentionna dans un rapport la saleté des ateliers et le manque de tenue des employées. Deux heures étaient consacrées à l’étude en classe pour une instruction primaire et religieuse. Le primat du travail sur l’instruction était commun à tous les établissements pour mineurs. En 1904, faute de travail dans l’atelier de couture, les jeunes filles furent employées à la fabrication de couronnes mortuaires en perles.

Les « travaux des champs »

17Une ferme de 175 hectares fut acquise par l’abbé Podevin en 1866 puis agrandie en 1873 (92 hectares de terres cultivables et 83 hectares de landes). Dans un premier temps elles durent défricher cette grande propriété des hauteurs de Rouen. Elles aménagèrent des chemins d’exploitation de quatre kilomètres de longueur, en particulier, entre l’établissement de la route de Darnétal et la ferme, située à 144 mètres de hauteur. Tâche harassante, mais saluée comme une performance par les laudateurs de la maison. Les jeunes filles devaient y faire l’apprentissage de la culture et de la garde des troupeaux, sous l’autorité de sœur Micheline et de sept autres religieuses, pour « entrer ensuite dans les fermes de Normandie », selon La Semaine religieuse du diocèse de Rouen. Depuis la création de la colonie de Mettray, au milieu de la Monarchie de juillet, c’était la première fois que l’on aménageait une ferme-école pour filles. Cette initiative fut saluée par la Société générale des prisons en 1877 en ces termes :

À une époque où la désertion des campagnes a pris de telles proportions qu’elle est devenue pour l’agriculture l’objet des plus grandes inquiétudes, quiconque s’efforce de retenir aux champs la population rurale et à ralentir son émigration vers les villes rend un service signalé au pays. Sous ce rapport, l’établissement de l’abbé Podevin doit être considéré comme un essai des plus heureux introduit dans une maison de réforme consacrée à des jeunes filles détenues.

  • 15 Séance de la Société générale des prisons du 5 décembre 1877, http://data.decalog.net/enap1/liens/ (...)

18Le rapporteur Marjolin appréciait « l’application des jeunes filles à la grande culture15 ». La ferme de la Grand-Mare disposait d’un cheptel de 96 vaches, de deux taureaux, d’une vingtaine de chevaux et 80 hectares étaient cultivés en grande culture. Les jeunes femmes conduisaient les attelages, faisaient les labours, les moissons, ensemençaient, hersaient, fauchaient, chargeaient et conduisaient les chariots attelés. L’idée d’éloigner des jeunes filles de l’atmosphère viciée des grandes villes industrielles et des tentations de la ville qui auraient pu séduire aussi les jeunes d’origine rurale, n’était pas absente. Le journal diocésain du 30 mars 1878 écrivait : « L’abbé Podevin trouve un puissant auxiliaire dans l’isolement, dans le calme de la vie rurale, dans cette imposante régularité des lois naturelles qui semblent prêcher l’ordre et le travail ». La Revue philanthropique de 1898 développait ce point de vue :

  • 16 Henri Thulié, « Premières mesures à prendre contre le développement de la criminalité infantile »,(...)

Le refuge de Darnetal, fondé à Rouen par l’abbé Podevin, est la démonstration que, grâce à certaines méthodes, un grand nombre de filles qui auraient fini dans la plus basse prostitution ont pu être sauvées par l’éducation au grand air, par le travail des champs, par la rectitude de la vie morale et physique, car le refuge de Darnétal est une école maraîchère16.

19La revue L’Enfant en 1906 vantait également l’originalité de cette initiative :

Quand on a parcouru le beau domaine du Refuge, aux portes de Rouen, on voit ce que la santé, la vigueur physique et morale des jeunes détenues peuvent gagner à manier la charrue et la herse, à conduire des chevaux et à s’occuper de tous les détails d’une ferme, et combien cette robuste éducation, lorsqu’elle s’applique à des filles d’origine rurale, est apte à leur procurer à leur sortie d’excellents placements, où elles trouvent plus de ressources et de sécurité que dans les seuls travaux d’aiguille.

20Si l’été des pensionnaires de la maison de Darnétal, du Grand quartier venaient aider aux moissons, l’hiver, le petit groupe de la ferme s’occupait à raccommoder, coudre et faire la lessive. Toutes les tâches qui seraient plus tard celles des filles de ferme ou des fermières. Les jeunes filles de la Grand-Mare furent de tous temps minoritaires, choisies parmi les plus méritantes et plutôt parmi les pupilles de cantons ruraux. Chaque matin, quelques-unes, sélectionnées pour leur mérite, partaient vendre du lait et des légumes sur les marchés de Rouen. Des cartes postales furent imprimées aux débuts du XXe siècle qui présentaient les jeunes filles armées de faux, menant des attelages et livrant des productions à la ville.

Lettre du maire d’Elbeuf au préfet de Seine-Inférieure à propos du placement gratuit des travailleurs, 14 mars 1912. 21 x 27 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 112

Lettre du maire d’Elbeuf au préfet de Seine-Inférieure à propos du placement gratuit des travailleurs, 14 mars 1912. 21 x 27 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 112

Palmarès de l’exposition d’aviculture proposée par le cercle des fermières de la Seine-Inférieure, 1913. 31 x 21,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 7 M 84.

Palmarès de l’exposition d’aviculture proposée par le cercle des fermières de la Seine-Inférieure, 1913. 31 x 21,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 7 M 84.

Les « travaux menagers »

21Préparer les jeunes filles à être de bonnes épouses, de bonnes ménagères était l’une des missions essentielles de la maison pénitentiaire. Dès le plus jeune âge, elles apprenaient « à coudre une culotte ou un bourgeron, à faire le ménage, la lessive, le repassage et la vaisselle ». La communauté sainte-aubinoise, fondée en 1818, s’était donnée comme mission « l’éducation des pauvres filles de la campagne, en vue de leur inspirer l’amour de la religion, la pratique de la vertu, le goût du travail et de les mettre en état d’être de bonnes mères de familles ». Les travaux de l’aiguille occupaient une large place dans l’emploi du temps des pensionnaires. Elles apprenaient à raccommoder leurs effets usés, à tailler leur linge de corps, leurs vêtements. À côté de la maison de Darnétal, également appelée Grand-Quartier, les sœurs avaient aménagé une pépinière et des jardins de légumes, pour compléter la formation des futures paysannes. Les pupilles du Grand-Quartier étaient beaucoup plus nombreuses que celles qui séjournaient à la ferme, car les « urbaines » étaient majoritaires. Les sœurs prétendaient privilégier l’acquisition d’aptitudes ménagères à l’enseignement d’une spécialité. Elles devaient être aptes à remplir leur rôle de future épouse : faire bien et à peu de frais la cuisine, servir convenablement, être économes. Les sœurs disaient les préparer à la vie. Sœur Marie-Ernestine écrivait en 1906 :

La base de la famille, c’est la femme. Que peut faire pour sa famille un ouvrier, même le meilleur, le plus sobre, le plus travailleur, si, loin d’être à la hauteur de ses devoirs, la femme les ignore, si elle ne sait rien (et combien c’est fréquent) de ce qui fait la vraie mère de famille, la bonne ménagère.

22Ce discours masquait une réalité. Une communauté de trois cents jeunes filles enfermées exigeait, comme dans les prisons, un important « service général » : balayage, buanderie, boulangerie, cuisine.

Placements, mariages

23Les nombreux articles consacrés à l’œuvre de Darnétal vantaient l’intégration ou la réintégration dans la société d’une forte proportion de jeunes femmes. Le bulletin diocésain du 25 mars 1905 estimait que, depuis l’ouverture, sur 5 300 sujets, 3 000 avaient été « régénérés ». En 1909, Félix Rocquain, de l’Académie des sciences morales et politiques, indiquait que les jeunes femmes étaient facilement placées comme ouvrières de lingerie, repasseuses, blanchisseuses, femmes de chambre ou bonnes à tout faire. Il ajoutait que les servantes de fermes étaient très recherchées par les agriculteurs de la région, qu’elles étaient épousées par les fils des fermiers : « on en marie un certain nombre. » Là réside probablement la réputation quelque peu sulfureuse de l’Atelier-refuge. Des agriculteurs du Pays de Caux et du Pays de Bray ne considéraient-ils pas l’établissement comme une « agence matrimoniale » ? Rocquain offrait des précisions : sur 1 457 libérées « pénitentiaires » de 1880 à 1907, 930 avaient été placées, 527 avaient été remises à leurs familles et « 441 mariées ». Les placements des jeunes filles montraient surtout leur peu de qualification après un séjour à Darnétal. Elles devenaient bonnes à tout faire ou servantes de ferme. Quelques lettres conservées par la communauté religieuses présentaient de belles destinées : un mariage avec un boucher, un maire, un notable local. Mais les archives départementales recèlent également quelques parcours chaotiques de jeunes filles transférées de Bons-Pasteurs en prisons. Il n’est pas aisé de connaître le devenir de toutes celles qui, au terme de leur peine, furent rendues à leur famille. Retour à la misère de foyers ouvriers ? Retour à la précarité, à la mendicité, au vol ?

Télégramme du commissaire de police informant le préfet et le procureur de la République d’un infanticide commis sur son nouveau-né par Angélina Compain, 24 juin 1907. 13,5 x 25 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 180.

Télégramme du commissaire de police informant le préfet et le procureur de la République d’un infanticide commis sur son nouveau-né par Angélina Compain, 24 juin 1907. 13,5 x 25 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 180.

24Dès la Monarchie de juillet, le docteur Vingtrinier se défiait de ces initiatives privées, de la spéculation de propriétaires qui exploitaient des jeunes pour bonifier leur propriété et, comme à Petit-Quevilly, n’hésitaient pas à leur faire casser des cailloux dans des carrières qui rapportaient gros à la famille du fondateur Guillaume Lecointe. Vingtrinier fut indulgent pour les premiers pas de l’Atelier-refuge, établissement chrétien qui semblait à l’abri de ces dérives. En 1872, la première commission parlementaire sur les établissements pénitentiaires, la commission d’Haussonville, exprimait des réticences à l’égard des établissements religieux : « Ces refuges peuvent être utiles aux libérés, mais ils ne constituent pas un bienfait réel. Les sœurs, avant tout, pensent aux intérêts de la communauté, elles choisissent à la maison centrale les meilleurs sujets, ceux qui sont capables de gagner facilement leur pain, et les attirent dans leur refuge. » Les textes de sœur Marie-Ernestine insistaient toujours sur la dimension éducative et moralisante des apprentissages et du travail, industriel, horticole, agricole et ménager. Mais elle ne s’interdisait pas de sélectionner les jeunes filles accueillies dans l’Atelier-refuge. En 1879, elle refusait les jeunes filles faibles et maladives, impropres aux travaux agricoles et industriels. Plus tard, elle s’opposa à l’octroi d’un pécule déterminé, préférant distribuer les gratifications au mérite. Elle justifiait sa position ainsi :

  • 17 Louis Conte, La surveillance et le pécule dans les établissements privés et publics de préservatio (...)

Si le pécule est fixé d’avance et s’il est obligatoire, c’est un véritable salaire. Le pécule obligatoire entraînerait des conséquences peu favorables à l’éducation des jeunes filles de l’établissement qui devrait faire des économies sur la nourriture, exagérer ou spécialiser à l’excès le travail, conserver que les filles bien douées et actives17.

25Les bulletins nominatifs comportaient des appréciations sur la qualité du travail. On pouvait lire : « travail médiocre », ou bien : « elle est devenue une ouvrière médiocre étant d’une intelligence très ordinaire et étant très lente et très molle au travail. » L’équilibre financier de l’établissement fut une préoccupation constante et les travaux des jeunes y participaient, en sus des subventions et des prix de journée. Le placement dans cet établissement correctionnel débarrassait les cités industrieuses de toutes celles qui ne se soumettaient pas à la discipline patronale et familiale, jeunes rodeuses, mendiantes, vagabondes, voleuses. Les nombreux prix décernés à cette institution montrent qu’elle répondait à une attente sociale, locale, mais aussi nationale. Redresser des jeunes filles par le travail, par l’encadrement religieux convenait aux autorités de temps. Lorsque les Républicains, au début du XXe siècle, s’en prirent aux congrégations enseignantes, des voix nombreuses s’élevèrent de toute part pour préserver l’Atelier-refuge. La rééducation des filles délinquantes, « vicieuses » ou « difficiles », à la « conscience inverse », devait se poursuivre dans les écoles de préservation pénitentiaires. Les méthodes ne changèrent guère jusqu’en 1945. La rééducation s’était articulée et devait s’articuler longtemps encore autour de métiers féminins avec le souci d’en faire également de bonnes ménagères et des mères de famille convenables.

Notes

1 Mes remerciements à Réjane Boursier pour m’avoir guidé dans les investigations à Saint-Aubin-lès-Elbeuf.

2 Une rue de Rouen porte le nom de sœur Marie-Ernestine. Ce n’est pas le cas pour le Dr Arthus-Barthélemy Vingtrinier qui œuvra, à son poste de médecin des prisons, pour des traitements humains envers les prisonniers, et plus particulièrement envers les enfants.

3 Élise Bouédo, Les enfants de justice à Rouen au XIXe siècle, mémoire de maîtrise, Yannick Marec (dir.), Université de Rouen, 1994 ; Ida Lacointe, Les jeunes filles détenues à l’Atelier-refuge de Rouen entre 1851 et 1912, mémoire de maîtrise, Jean-Claude Vimont (dir.), Université de Rouen, 1999.

4 Jean-Claude Vimont, « Le docteur Vingtrinier et les mineurs de justice », http://criminocorpus. revues. org/1940 ; id., « Le docteur Vingtrinier et les mineurs de l’agglomération rouennaise », dans Benoît Bruno et Gilbert Gardes (dir.), Étre Lyonnais. Identité et régionalité, hommage à Aimé Vingtrinier, Actes du colloque de Lyon, novembre 2003, Lyon, Jacques André, 2005, p. 77-84 ; id., « Innovation sociale et expérimentation pénale : analyse de l’échec du patronage des mineurs délinquants en Normandie pendant la première moitié du XIXe siècle », Mémoires de la protection sociale en Normandie, 2004, no 3, p. 25-36 ; id., « Le patronage des mineurs délinquants en Normandie », http://criminocorpus. revues.org/2015 ; id., « Assistance et discipline », Mémoires de la protection sociale en Normandie, 2003, no 2, p. 17-20 ; id., « Un autre médecin-chef dénonce l’horreur pénitentiaire… A.-B. Vingtrinier », Bulletin de la société d’émulation de Seine-Maritime, 1999, p. 29-38.

5 Tiphaine Bacquet, « Mineures et protection sociale : L’exemple de l’Atelier-refuge de Rouen », Mémoires de la protection sociale en Normandie, no 11, 2013.

6 https://criminocorpus.org/sources/12854/.

7 Jean-Claude Vimont, « Les offres d’éducation correctionnelle et les mineurs des deux sexes traduits devant le tribunal correctionnel de Rouen au XIXe siècle », dans Christine Bard, Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot et Jacques-Guy Petit (dir.), Femmes et justice pénale, XIXe-XXe siècles, Actes du colloque d’Angers, 17-19 mai 2001, Presses universitaires de Rennes, 2002, p. 317-326.

8 Christophe Israël, Le quartier correctionnel de Rouen (1868-1895), mémoire de maîtrise, Jean-Claude Vimont (dir.), Université de Rouen, 1999, http://prison.eu.org/IMG/pdf/doc-445.pdf.

9 Jean-Claude Vimont, « Les jeunes communards incarcérés dans le quartier correctionnel de la prison de Rouen », dans Claude Latta (dir.), La Commune de 1871. L’événement, les hommes et la mémoire, Actes du colloque de Montbrison, 15-16 mars 2003, Publications de l’université de Saint-Étienne, 2004, p. 249-263 ; Christophe Israël, « Dans le quartier correctionnel des jeunes détenus de Rouen, l’enseignement primaire et professionnel (1868-1895) », http://criminocorpus.revues.org/2003.

10 Tania Césarin, Le patronage et la protection des mineurs de justice à Rouen de 1835 à 1937, mémoire de maîtrise, Jean-Claude Vimont (dir.), Université de Rouen, 2004.

11 Raoul Léger, La colonie agricole et pénitentiaire de Mettray. Souvenirs d’un colon. Punir pour éduquer, Paris, L’Harmattan, 1997.

12 Christian Carlier, La prison aux champs, Paris, L’Atelier, 1994.

13 Jean-Claude Vimont, « La franc-maçonnerie rouennaise et la colonie pénitentiaire de Petit-Quevilly (1843-1865) », dans Bernard Plongeron et Pierre Guillaume (dir.), De la charité à l’action sociale. Religion et société, 118e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, Pau, 1993, Paris, CTHS, 1995, p. 209-223.

14 Victor Duval, La charité à Rouen. Les œuvres catholiques, Rouen, Lapierre, 1895.

15 Séance de la Société générale des prisons du 5 décembre 1877, http://data.decalog.net/enap1/liens/1877/1877_0006.pdf

16 Henri Thulié, « Premières mesures à prendre contre le développement de la criminalité infantile », La Revue philanthropique, 1898, p. 303.

17 Louis Conte, La surveillance et le pécule dans les établissements privés et publics de préservation ou de formation destinés aux enfants, Actes du Congrès de Grenoble de l’Union des sociétés de patronage, Angers, 1912, p. 55.

Table des illustrations

Titre Gardiennes de bétail, « Une ferme aux environs d’Harfleur », dessin de Jacques, fin du XIXe siècle. ADSM, fonds iconographiques, 84 Fi planche 224.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Registre d’écrou de la prison de Rouen, 5 juin 1829-3 octobre 1833. 54 x 35,5 cm. ADSM, fonds des établissements pénitentiaires, 2 Y 167.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 529k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Lettre du Procureur du Roi au Préfet informant de l’arrestation de Julie Lhermitte pour défaut de papiers, 10 juillet 1838. 26 x 21,3 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 203.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Titre Fermière du pays de Caux. ADSM, fonds iconographiques, 54 Fi 5.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Porteuse d’eau. Lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 435.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 331k
Titre Diplôme décerné à Modeste Fontaine, fille de cour dans une ferme au Val-de-la-Haye lors du comice agricole de Clères en 1858. 31,7 x 48 cm. ADSM, fonds de la Société centrale d’agriculture, 28 J 29.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Titre Lettre du maire d’Elbeuf au préfet de Seine-Inférieure à propos du placement gratuit des travailleurs, 14 mars 1912. 21 x 27 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 112
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 318k
Titre Palmarès de l’exposition d’aviculture proposée par le cercle des fermières de la Seine-Inférieure, 1913. 31 x 21,5 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 7 M 84.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 383k
Titre Télégramme du commissaire de police informant le préfet et le procureur de la République d’un infanticide commis sur son nouveau-né par Angélina Compain, 24 juin 1907. 13,5 x 25 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 180.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4069/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 342k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540