Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Troisième partie. Délinquance et misère sociale (XVIIIe-XXe siècles)

Les filles-mères au XIXe siècle

Coline Bargier

Texte intégral

  • 1 ADSM, 6 M 1187.

1Dans le langage courant actuel, le terme de fille-mère désigne une adolescente qui mène une grossesse à terme, alors que, jusqu’au siècle dernier, il s’agissait de toute femme ayant un enfant hors mariage. Cet aspect de la maternité représente un véritable fléau dans la société du XIXe siècle et certaines statistiques de l’Hospice général nous apprennent que, durant cette période, il y a plus de filles-mères qui y accouchent que de femmes mariées. Bien entendu, ces chiffres sont à modérer car l’Hospice général était destiné aux personnes dans le besoin, aux indigents, tandis que les femmes mariées faisaient leurs couches principalement à domicile. Une idée de déshonneur entache le fait d’enfanter à l’hôpital, et ce jusqu’au début du XXe siècle, ce qui rend parfois difficile l’appréhension globale de notre sujet. De telles données permettent néanmoins de réaliser l’ampleur du phénomène : par exemple, durant l’année 1867, on apprend que sur 422 accouchements réalisés à l’Hospice général de Rouen, 315 furent le fruit de filles-mères1.

2Outre le nombre important de personnes concernées, il est intéressant de constater que les conséquences négatives qui découlent d’une grossesse sont un problème exclusivement féminin. En effet, dès la rédaction du Code Napoléon, en 1804, l’article 340 pose l’interdiction de la recherche en paternité, avec une seule exception, celle de l’enlèvement, auquel le viol est assimilé.

3En pratique, si une femme a un enfant hors mariage, et qu’elle a été victime d’un enlèvement au moment présumé de la conception, on considère que le violeur est le père, alors que, dans tous les autres cas, la femme qui a un enfant sans être mariée est réputée l’avoir seule. En revanche, l’article 341 autorise la recherche en maternité, action réservée à l’enfant, représenté par son tuteur. Dans les faits, elle est difficile à mettre en œuvre et peu utilisée, mais démontre une mentalité particulière, et une grande différence dans la considération du rôle de l’homme et de la femme dans la conception d’un enfant.

  • 2 ADSM, H, dépôts 1, 2 et 3.

4Dans les registres d’état civil de l’Hospice général, on voit la dénomination « fils/fille naturelle de », suivie du nom de la mère, mais non de celui du père2. S’il est mentionné, c’est par la formule « de père inconnu », une situation qui entraîne de nombreuses conséquences très souvent dramatiques. L’annonce d’une grossesse pour la femme célibataire est synonyme de rejet social, et le mieux pour elle est la plupart du temps de cacher sa situation.

5Dans sa nouvelle Histoire d’une fille de ferme, Guy de Maupassant semble décrire parfaitement ce sentiment. Ainsi, lorsque son héroïne découvre son état, il écrit :

  • 3 Guy de Maupassant, « Histoire d’une fille de ferme », dans Contes et nouvelles, Louis Forestier (é (...)

Alors commença pour elle une vie de torture continuelle. Elle travaillait comme une machine, sans s’occuper de ce qu’elle faisait, avec cette idée fixe en tête : « Si on le savait ! »
Cette obsession constante la rendait tellement incapable de raisonner qu’elle ne cherchait même pas les moyens d’éviter ce scandale qu’elle sentait venir, se rapprochant chaque jour, irréparable, et sûr comme la mort3.

Billet comportant une médaille de la Sainte-Vierge en plomb pour une petite fille nommée Marie-Françoise Grisard, 19 janvier 1845. 15 x 17,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 350.

Billet comportant une médaille de la Sainte-Vierge en plomb pour une petite fille nommée Marie-Françoise Grisard, 19 janvier 1845. 15 x 17,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 350.

6Cette funeste comparaison peut sembler au premier abord une formule littéraire, néanmoins elle correspond à l’issue d’une importante proportion de ces grossesses non choisies.

7S’il est difficile d’obtenir des données certaines sur la question, on sait que l’avortement constitue alors un problème assez courant. Il est réalisé par des moyens peu fiables, et toujours caché, car puni par la loi. L’article 317 du Code pénal de 1810 dispose en effet que

  • 4 http://ledroitcriminel.free.fr/la_legislation_criminelle/anciens_textes/code_penal_1810/code_penal (...)

quiconque par aliments, breuvages, médicaments, violences ou par tout autre moyen, aura procuré l’avortement d’une femme enceinte, soit qu’elle y ait consenti ou non, sera puni de réclusion. La même peine sera prononcée contre la femme qui se sera procuré l’avortement à elle-même ou qui aura consenti à faire usage des moyens à elle indiqués ou administrés à cet effet, si l’avortement s’en est suivi4.

  • 5 ADSM, 4 M 180.

8Des documents issus des fonds des archives de police donnent néanmoins certains exemples, comme celui d’un père condamné pour avoir donné à boire à sa fille des tisanes durant sa grossesse5. À la fin du XIXe siècle apparaissent les « faiseuses d’anges », parmi lesquelles les « tricoteuses », célèbres pour leurs aiguilles à tricoter, qu’elles utilisaient pour percer la poche des eaux ou ouvrir le col de l’utérus, et entraîner une fausse-couche. De tels risques, pris par la mère et son entourage, qu’ils soient juridiques ou sanitaires, démontrent bien la gravité de la situation à laquelle elles devaient faire face.

  • 6 Le tour consistait en une sorte de niche dans le mur de l’hospice. La mère y insérait l’enfant à l (...)

9Le dénouement des grossesses menées à terme n’était toutefois pas nécessairement plus heureux et beaucoup d’abandons sont enregistrés tout au long du XIXe siècle. Un décret de 1811 crée les hospices pour enfants abandonnés, avec des tours qui permettent à la mère qui dépose son enfant de conserver son anonymat6. Ces tours sont supprimés dans les années 1850, car on leur reproche d’inciter à l’abandon. Des bureaux d’accueil sont alors mis en place afin d’offrir des solutions aux filles dans le besoin, mais, à la différence des tours, elles doivent y amener l’enfant en personne, et risquent le déshonneur.

10Les registres d’enfants trouvés donnent un aperçu intéressant des nouveau-nés concernés par ces structures. Un âge approximatif est reporté, ainsi qu’une description des effets en leur possession lorsqu’ils ont été trouvés par les agents de l’hospice. Parfois, un billet est laissé sur eux, rédigé par les parents, le plus souvent la mère, et expliquant les raisons de l’abandon ou exprimant un désir de reprendre l’enfant une fois dans de meilleures conditions. Certains enfants déposés sont placés en nourrice, ce qui ne leur promet pas toujours des lendemains meilleurs : en effet, si certaines deviennent nourrices par amour de leur prochain, nombre d’entre elles sont motivées par la pension qu’elles reçoivent, et la main d’œuvre qu’elles gagnent en la personne de l’enfant, notamment en zone rurale.

  • 7 Yannick Marec, « Du tour à l’accouchement sous X, la question de l’abandon en Normandie et à Rouen (...)

11L’un des sentiments qui frappent en voyant ces documents est celui d’une détresse extrême des protagonistes : détresse de la mère, contrainte de laisser son enfant, car persuadée que le garder équivaudra à une condamnation à mort, mais détresse également des institutions, bien souvent incapables d’offrir à l’enfant de meilleures conditions de vie. Le taux de mortalité des enfants déposés, placés en nourrice ou non, est en effet très élevé : par exemple, en 1810, sur 621 enfants exposés, 371 sont décédés avant d’atteindre l’âge d’un an7.

  • 8 ADSM, série 4 M.
  • 9 Une obligation de déclaration de grossesse pèse sur la femme depuis un édit d’Henri II, daté de 15 (...)
  • 10 ADSM, 4 M 178.

12En dehors de toute institution, le drame reste présent. L’infanticide est une réalité très répandue au XIXe siècle, mais, qu’il soit choisi ou non par la mère, c’est elle qui en est tenue pour responsable par les forces de l’ordre. On trouve beaucoup d’exemples de ce cas de figure dans le fond de la police des ADSM8 et, pour la plupart, il s’agit de grossesses menées à terme, mais cachées à la société9. L’un des comptes rendus d’enquête, issu de ce fonds, nous explique l’histoire d’un nouveau-né abandonné dans une haie, ce qui a causé sa mort. Les habitants du village, interrogés, désignent la servante d’un bourgeois voisin comme coupable idéale. En effet, elle aurait subi une « perte d’embonpoint » soudaine quelques temps auparavant, laissant présumer une grossesse. La pauvre fille, interrogée, finit par avouer qu’elle a bien eu un enfant, mais qu’il ne s’agit pas de celui qui a été retrouvé, car elle a enterré le sien sous le parquet de sa chambre. Elle l’a caché car elle ne voulait pas perdre son travail et sa vie. Si l’on ne sait pas précisément qui est le père, tout laisse à penser qu’il s’agit de l’employeur. Pourtant, celui-ci n’est pas du tout inquiété, et va même jusqu’à dire que s’il avait su qu’elle « était grosse », il aurait certainement renvoyé sa servante bien plus tôt10.

13Apparaît ainsi le portrait d’une société dure envers les femmes. Néanmoins, si les sentiments de peur et de détresse sont les premiers ressentis, et entraînent les conséquences que nous avons vues, l’amour est toujours présent ; un amour profond, et souvent désespéré, qui pousse les mères à prendre des décisions dramatiques dans l’espoir qu’elles minimiseront les souffrances futures de l’enfant. Des initiatives publiques et privées, prenant en compte cela, voient le jour pour tenter de venir en aide à ces filles victimes de leur sort, et d’apporter des solutions à cette situation insupportable.

  • 11 ADSM, 4 M 339.
  • 12 Nadine Lefaucheur, « Du tour des enfants au tour des mères », dans Les Enfants du secret, op. cit. (...)

14Ainsi, au fil du siècle, des sociétés se créent pour aider les familles indigentes avec des enfants, ou les femmes en couche, et permettent alors de limiter le nombre d’abandons. On peut citer par exemple la Société de charité maternelle, ou encore le couvent du Bon-Pasteur11, premiers exemples d’une politique d’assistance des filles-mères et de leurs enfants qui s’impose, surtout à la fin du XIXe siècle, avec de nombreux projets d’asiles. Des dons de particuliers étaient faits en ce sens, comme celui de Mme Boucicault à l’Assistance publique, en 1886, pour faire ouvrir des « maisons de refuge pour les filles-mères, pour la première fois12 ».

Registre des filles publiques obligées de se présenter à la visite de l’Hospice général, avril 1813. 39 x 29,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 200.

Registre des filles publiques obligées de se présenter à la visite de l’Hospice général, avril 1813. 39 x 29,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 200.
  • 13 Nadine Lefaucheur, « De la tradition française au droit à la vérité de la biographie – ou du recou (...)
  • 14 Ibid.

15Dès 1793, un décret-loi organise la maternité au secret, appelée aujourd’hui « accouchement sous X », et impose à chaque district de se doter d’une maison « où la fille enceinte pourra se retirer discrètement pour faire ses couches » : « il sera pourvu par la nation aux frais de gésine et à tous les besoins pendant le temps de son séjour, et le secret sera gardé sur tout ce qui la concerne13. » En 1811, la situation des enfants est prise en compte, et l’on crée le statut de « pupille de l’État » pour tous les enfants ayant été privés de leur famille avant 12 ans. Des bourses sont également mises en place pour aider les familles indigentes à faire face à une grossesse, ou à l’éducation d’un enfant. Napoléon III va même jusqu’à accorder une bourse pour les familles ayant abandonné leurs enfants, et désireuses de les récupérer. On voit en effet des mères qui, plusieurs années après avoir abandonné leur nouveau-né, et une fois installée dans de meilleures conditions, souhaitent retrouver leur enfant, les années et la distance n’altérant pas le sentiment maternel14.

16Maupassant, toujours dans sa nouvelle Histoire d’une fille de ferme, décrit la force de cet amour d’une mère, malgré les obstacles et les souffrances. Lorsque son héroïne revient travailler après avoir abandonné son nouveau-né chez des voisins de sa mère, il écrit :

  • 15 Guy de Maupassant, op. cit., p. 231.

« alors, en son cœur si longtemps meurtri, se leva, comme une aurore, un amour inconnu pour ce petit être chétif qu’elle avait laissé là-bas ; et cet amour même était une souffrance nouvelle, une souffrance de toutes les heures, de toutes les minutes, puisqu’elle était séparée de lui15. »

  • 16 ADSM, H, dépôt 3 J 4.

17Dans les fonds des ADSM, notamment celui de l’Hospice général, on peut retrouver ce genre d’histoires, comme celle de Caroline Chartier. Au fil d’une correspondance de six lettres, riches en détails et en émotions, on découvre la vie de cette actrice dramatique devenue mère trop tôt. Elle a seize ans quand elle accouche d’un fils, qu’elle dépose à l’Hospice car elle n’est pas en mesure de l’élever dans de bonnes conditions. La correspondance date de vingt ans plus tard, et débute en 1852. Elle y explique au directeur de l’Hospice ainsi qu’à la Mère supérieure qui se sont occupés de l’enfant qu’elle souhaite le récupérer. Elle raconte les circonstances de son abandon, et celles de sa nouvelle demande. Simple actrice à l’époque, elle est devenue duègne au théâtre royal de Bruxelles et s’est mariée. Elle n’a pas pu faire les démarches plus tôt par manque de moyens. Elle exprime son amour jamais estompé pour son fils, la souffrance de la séparation, et son seul désir, qui est de pouvoir « le serrer contre son cœur ». La dernière lettre, rédigée par le fils lui-même, est adressée au directeur. Le jeune homme le remercie des soins prodigués à sa personne, et de lui avoir permis de retrouver sa mère, qui s’occupe désormais de lui16.

18Ce morceau d’histoire aussi précis que touchant s’avère certes anecdotique comparé à l’ensemble du problème rencontré par les filles-mères. Il permet néanmoins d’y apporter une nuance plus positive, plus optimiste. Il permet également de prendre conscience que ces mères, qui ont été jugées, salies, et montrées du doigt, étaient, pour la plupart, animées par un sentiment d’amour tel qu’il rendait plus difficile encore la souffrance de devoir perdre leur enfant, ou de subir le déshonneur et le rejet social.

Registre des enfants trouvés de l’Hospice général de Rouen, 1er janvier-31 décembre 1813. 32 x 23,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 270.

Registre des enfants trouvés de l’Hospice général de Rouen, 1er janvier-31 décembre 1813. 32 x 23,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 270.

Le dernier baiser d’une mère, huile sur toile, Charles Marchal, 1858. © Collection Musée de Fécamp.

Notes

1 ADSM, 6 M 1187.

2 ADSM, H, dépôts 1, 2 et 3.

3 Guy de Maupassant, « Histoire d’une fille de ferme », dans Contes et nouvelles, Louis Forestier (éd.), Paris, Gallimard, « Bibliothèque de la Pléiade », 1974, p. 230.

4 http://ledroitcriminel.free.fr/la_legislation_criminelle/anciens_textes/code_penal_1810/code_penal_1810_3.htm (consulté le 11 août 2014). Il faudra attendre 1975, et la loi Veil, pour admettre l’intervention volontaire de grossesse en ces termes : « La femme enceinte que son état place dans une situation de détresse peut demander à un médecin l’interruption de sa grossesse » (titre 1er, art. L. 162, http://doc.sciencespo-lyon.fr/Ressources/Documents/DocEnLigne/LoiVeil/loi-veil.html, consulté le 11 août 2014).

5 ADSM, 4 M 180.

6 Le tour consistait en une sorte de niche dans le mur de l’hospice. La mère y insérait l’enfant à l’extérieur, puis, en activant le mécanisme, permettait au personnel de le récupérer à l’intérieur.

7 Yannick Marec, « Du tour à l’accouchement sous X, la question de l’abandon en Normandie et à Rouen (1800-1945) », dans Les Enfants du secret. Enfants trouvés du XVIIe siècle à nos jours, Paris, Magellan, 2008, p. 11-19.

8 ADSM, série 4 M.

9 Une obligation de déclaration de grossesse pèse sur la femme depuis un édit d’Henri II, daté de 1556, contre les femmes qui, ayant caché leur grossesse et leur accouchement, laissent périr leur enfant sans l’avoir fait baptiser. L’infanticide est alors puni par la mort, le bannissement ou la fustigation, de même que la suspicion d’infanticide. Réaffirmé en 1708 par Louis XIV, l’obligation est maintenue jusqu’à la création de l’état civil moderne.

10 ADSM, 4 M 178.

11 ADSM, 4 M 339.

12 Nadine Lefaucheur, « Du tour des enfants au tour des mères », dans Les Enfants du secret, op. cit., p. 21-31.

13 Nadine Lefaucheur, « De la tradition française au droit à la vérité de la biographie – ou du recours à l’histoire dans les débats parlementaires sur l’accouchement dit sous X », Clio. Femmes, genre, histoire, no 24, 2006, http://clio.revues.org/4662(DOI :10.4000/clio.4662 ; consulté le 11 août 2014).

14 Ibid.

15 Guy de Maupassant, op. cit., p. 231.

16 ADSM, H, dépôt 3 J 4.

Table des illustrations

Titre Billet comportant une médaille de la Sainte-Vierge en plomb pour une petite fille nommée Marie-Françoise Grisard, 19 janvier 1845. 15 x 17,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 350.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4067/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4067/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Registre des filles publiques obligées de se présenter à la visite de l’Hospice général, avril 1813. 39 x 29,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 200.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4067/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 546k
Titre Registre des enfants trouvés de l’Hospice général de Rouen, 1er janvier-31 décembre 1813. 32 x 23,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 3 Q 270.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4067/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 401k
Légende Le dernier baiser d’une mère, huile sur toile, Charles Marchal, 1858. © Collection Musée de Fécamp.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4067/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 131k

Auteur

Titulaire des masters Droit du patrimoine et des activités culturelles et Services et politiques publics (université de Rouen).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search