Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Troisième partie. Délinquance et misère sociale (XVIIIe-XXe siècles)

La délinquance féminine et la police (Rouen, XVIIIe siècle)

Lucie Guyard

Full text

  • 1 George-André Euloge, Histoire de la police des origines à 1940, Paris, Plon, 1985.

1Les archives de l’institution judiciaire rouennaise constituent une source d’informations qui paraît presque intarissable pour qui s’intéresse à l’histoire des rouennais. Dans l’article qui suit nous nous attacherons à une institution particulièrement proche du peuple : la lieutenance générale de police rouennaise. Ancêtre de notre actuelle police elle fut institutionnalisée par Louis XIV, d’abord à Paris puis, dès 1699, à certaines grandes villes de province. Peu de villes suivirent comme Rouen les directives royales. La capitale normande est donc l’une des rares, avec Lyon et Orléans, à présenter cette caractéristique, d’où l’intérêt d’une étude approfondie de sa lieutenance générale de police1.

  • 2 Nicolas Delamare, Traité de police où l’on trouvera l’histoire de son établissement les fonctions, (...)

2Les officiers en charge de cette fonction travaillent en contact permanent avec les couches les plus populaires de la population rouennaise. Il leur incombe alors « d’assurer le repos du public des particuliers […] [de] purger la ville de ce qui peut causer les désordres2 ». Ils se mêlent au peuple, s’immiscent au cœur des relations entre les individus les plus nécessiteux, déambulent dans les rues, se faufilent sur les marchés, pénètrent dans les chambres et garnis où se logent les plus pauvres. Ces tâches sont très conséquentes, variées et chronophages. Il revient aux officiers de surveiller tous les faits du quotidien qui peuvent conduire aux troubles, du domaine de l’hygiène à celui de la gestion d’un grand nombre d’ateliers, des problèmes de voisinage au prix du pain. Chaque quartier dispose d’un ou deux commissaires, sous les ordres du lieutenant général de police. Leur rôle est de surveiller en permanence les quartiers dans lesquels ils doivent d’ailleurs résider, mais aussi de recueillir, de jour comme de nuit, toutes les plaintes qui leur sont faites concernant l’ordre public. Le lieutenant quant à lui siège au bailliage de la ville et se doit de rendre un jugement sur les affaires qui lui sont portées. Dans la grande majorité des cas, il s’agit de peines légères pour réparation : amende ou quelques jours de prison, pour éviter d’éventuelles soustractions à la justice. Du procès verbal des commissaires aux jugements, les données sont légion. Alors que les photographies n’existent pas, que les interrogatoires ne peuvent évidemment pas être filmés, tout est annoté, décrit, relevé sur le papier. Les documents qui nous sont parvenus foisonnent donc d’éléments relevant de la vie quotidienne, des comportements individuels ou de la collectivité. On y parle sans retenue pour se défendre, attaquer, les officiers inscrivent, parfois rapidement, quelques notes dans la marge, quelques observations. Par instants, c’est une véritable « photographie » de scène qui nous est livrée, dans le détail et sans fioriture. Bien sûr, il faut tenir compte de la subjectivité des propos, l’un veut se défendre, l’autre se justifie, des joutes s’instaurent et se délient.

3Au milieu de cette foule, les figures féminines sont présentes dans tous les domaines, dans toutes les strates. Il devient dès lors possible de les observer dans un quotidien urbain, au cœur de conjonctures qui font naître nos sources. Omniprésentes donc, elles n’en restent pas moins particulièrement enclines à rencontrer la lieutenance générale de police dans des situations qui leur paraissent propres, véritables épicentres de certains délits. Dans cet article, nous chercherons donc à souligner comment les figures féminines peuvent être particulièrement remarquables dans les rouages du contact entre population rouennaise et lieutenance générale de police. Le corps des femmes conserve, au XVIIIe siècle, une part de mystère ; c’est par elles qu’arrive la vie, mais aussi la mort lorsque le nourrisson n’a pas survécu. Considérées parfois comme éternelles pécheresses, elles semblent « particulièrement enclines aux vices », elles dont la vertu se répercute sur toute la famille, voire sur le quartier dans lequel elles résident : c’est un point non négligeable, et indispensable à prendre en compte pour qui veut observer les actes qui leur sont reprochés.

Maternités illégitimes

4Le corps féminin est au cœur d’un premier type de contact entre la lieutenance générale de police et la population : tout ce qui concerne la maternité, de la grossesse aux soins des enfants, crée une large zone de rencontres entre les officiers et la gent féminine.

5Comme Jean-Pierre Bardet l’a souligné, une naissance n’est pas toujours le fruit d’une union conforme aux normes explicites et implicites de la société. Les chiffres d’enfants illégitimes le prouvent.

TABLEAU 7. Proportion d’enfants illégitimes pour 100 naissances

TABLEAU 7. Proportion d’enfants illégitimes pour 100 naissances

Source : Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983, t. I, p. 320.

6À la lecture de ce tableau, on constate que la ville de Rouen domine largement la campagne en ce domaine. Ces chiffres soulignent aussi l’échec d’une utopie religieuse est sociale : un enfant doit être le fruit d’une relation maritale. Ces naissances qui peuvent entacher l’honneur d’une femme ou de sa famille font craindre une conséquence morbide, illustrée notamment par l’édit royal de 1556, dit « Édit d’Henri II », qui enjoint aux femmes de déclarer leur état de grossesse aux autorités publiques. Le texte vise essentiellement à remédier aux infanticides, et spécialement ceux d’enfants illégitimes tués dans le but de ne pas divulguer au public un état jugé dévalorisant par ses contemporains. Ce dessein est exprimé dès le préambule de l’édit qui précise :

  • 3 Préambule à l’édit royal de 1556, cité dans Annie Cauvin, Les déclarations de grossesses illégitim (...)

Plusieurs femmes ayant conçu enfant par moyens déshonnêtes ou autrement […] déguisent, recèlent et cachent leur grossesse, sans en rien découvrir et déclarer ; et avenant le temps de leur part et délivrance de leur fruit, occultement s’en délivrent puis les suffoquent meurtrissent et autrement suppriment sans leur avoir fait impartir le Saint Sacrement du baptême3.

  • 4 ADSM, 4 BP 5470.
  • 5 Voir Annie Cauvin, op. cit.
  • 6 À ce propos : Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles, lettres de cachet des ar (...)
  • 7 ADSM, 4BP 5890 affaires de police.

7Au XVIIIe siècle, à Rouen, cet édit est toujours en vigueur. Nous trouvons aujourd’hui aux ADSM deux registres qui regroupent la totalité de ces dépositions pour les années 1761-17904 : en tout, environ 1 550 déclarations y sont répertoriées5. Ces registres, en exposant aux yeux de tous l’état d’une femme, lui sont souvent nécessaires pour être reconnue comme victime, victime d’avoir était piégée et abandonnée par un homme qui a ainsi entaché sa réputation6. Mais toutes n’ont pas recours à cette déclaration, et ce phénomène crée un véritable terreau pour qui veut porter son cas devant la lieutenance générale de police. Les grossesses illégitimes peuvent ainsi être dénoncées à l’institution et, dès lors, nous constatons une surprenante logique : ce n’est pas la grossesse qui semble déranger les contemporains, mais les événements dans lesquels elle s’insère. La plupart du temps, la grossesse hors du mariage s’ajoute à la liste des reproches qui sont faits à une femme, mais n’en constitue pas forcément l’élément fondamental. Dans les multiples exemples dont nous disposons (mais il faut malheureusement garder à l’esprit les cas qui ne nous seront jamais connus), c’est très souvent un autre délit qui conduit à l’accusation. Ainsi, lorsque le 24 août 1740 plusieurs personnes se plaignent au commissaire Prevel de la fille Latruitte, la première chose qui est soulignée est « une vie déréglée et scandaleuse ». Ensuite, viennent comme preuve et comme motif d’impossibles tolérances : « Ayant accouché l’année dernière d’un enfant soi-disant des œuvres du nommé Carpentier, porteur de charbon de terre de sa profession laquelle dite fille est encore actuellement enceinte et prête d’accoucher. » C’est alors au prêtre que s’adresse l’officier de police pour faire toute la lumière sur ce dilemme. On découvre à travers lui les propos du présumé père : « S’étant le dit Carpentier excusé devant le curé disant qu’il aurait vu ladite fille comme bien d’autres, qu’il n’était pas le seul […] c’est un dérèglement de ladite fille et de sa mère7. » Si Carpentier avait reconnu être le père, ou si la « fille Latruitte » avait déclaré sa grossesse, alors cette dernière aurait très certainement était perçue comme victime, mais dans le cas présent, et avec sa « récidive », elle devient symbole de vie scandaleuse. Ce qui ressort de ce papier est une illustration que nous pourrions appeler « type » de toutes les dénonciations de grossesses dont nous disposons dans les affaires de police (hors celles qui font suite à une agression violente de filles, et qui sont portées aux commissaires le plus souvent par ses proches). Le voisinage se plaint avant tout de la conduite générale de la femme, la grossesse est à la fois une preuve de sa débauche, et un motif pour la dénoncer.

  • 8 Nicolas-Edme Restif de la Bretonne, La Paysanne pervertie ou les Dangers de la ville, La Haye-Pari (...)

8Mais la maternité, acte féminin par excellence, conduit à d’autres suspicions. À Rouen comme ailleurs dans le royaume de France, la grossesse et la naissance sont des faits publics. Lorsqu’une femme porte la vie, c’est l’affaire de toutes les femmes de son immeuble, de son quartier. Lorsque les douleurs de l’enfantement se font sentir, c’est l’affaire de toutes ses voisines. On fait alors venir une figure féminine reconnue, ayant qualité à aider la jeune mère, et l’événement est public, validé par l’interconnaissance. Mais lorsque ces actes sont cachés, ils deviennent suspects. À Rouen, en avril 1740, une étrange affaire en est l’illustration « parfaite ». Dans un immeuble du faubourg Saint-Sever, des filles enceintes se rendent régulièrement chez la femme Lefebvre, d’où elles s’éclipsent discrètement, souvent sans le nourrisson qu’elles devraient nourrir. Les voisines excédées se décident à prévenir le commissaire du quartier qui se rend immédiatement sur place. Cette femme est accusée de monnayer l’anonymat des parents en échange d’une somme d’argent, et de les « débarrasser » en toute discrétion du fruit de leur union. Lorsqu’il pénètre dans l’habitat de la suspecte, l’officier découvre une jeune fille qui a récemment donné la vie, son nourrisson est avec elle, personne d’autre n’est présent. Elle déclare qu’elle est venue de Pont-de-l’Arche pour mettre son enfant au monde, elle n’est pas mariée et compte s’établir dans la ville de Rouen. Elle avoue avoir payé les services de cette femme dont elle dit ignorer le nom… Finalement, nous ne disposons pas de l’interpellation de la suspecte qui semble avoir judicieusement déserté les lieux, mais l’interrogatoire de sa « patiente » et très représentatif d’autres situations similaires. Elles sont en effet nombreuses à venir de la campagne environnante pour accoucher en ville. De ce point de vue, il semble légitime de tempérer les propos de Restif de la Bretonne, il ne semble pas que la ville soit forcément le « lieu de perdition de la jeunesse8 », mais plutôt un lieu de passage où cette même jeunesse se côtoie, se dissimule, s’aide et se dénonce. La gent féminine s’y démarque par cet état qu’est la grossesse illégitime, et par le besoin d’agir avec discrétion, loin de la cellule familiale restée en province. Mais ce phénomène en engendre bien souvent un autre : ainsi isolée, ne choisissant pas toujours de regagner le domicile parental, la nouvelle venue se voit souvent précipitée dans une sinistre pauvreté.

  • 9 Nicolas Delamare, op. cit.
  • 10 ADSM, 4 BP 5455, Procès verbaux de découvertes d’enfants abandonnés.
  • 11 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Juilliard, 1979.

9Lorsque l’enfant est là, un autre problème se pose : l’abandon. Nous sommes particulièrement bien informés de ces cas pour Rouen au XVIIIe siècle, puisque le commissaire de police devait en être averti, et que c’est à lui qu’il incombe de « lever les enfants exposés9 ». À chaque fois, c’est le même rituel : le commissaire dresse un procès-verbal, puis confie l’enfant à une femme pour qu’à ses côtés elle le conduise à l’Hôtel-Dieu de La Madeleine. Là, en présence d’une religieuse, le sexe et l’âge de l’enfant sont constatés. Très souvent apparaît dans les sources l’inventaire des objets déposés avec lui et ce trousseau se présente comme improvisé ou misérable. Il est fréquent de lire, sous la plume de l’officier, des commentaires tels que « fort mal vêtu, comme un enfant de mendiant étranger10 » (exemple du lundi 15 mai 1719). D’autres fois encore, de petits mots laissés par les parents soulignent l’envie de revoir l’enfant, le fait qu’il soit baptisé ou non et ses noms et prénoms. L’extrême pauvreté des parents ou d’une mère célibataire est exprimée avec récurrence. Ainsi, le vendredi 13 mai 1716, un nourrisson porte sur lui un billet sur lequel on peut lire : « Mon nom est Marianne, née le 23 mars 1716 et baptisée le 24 du mois de la même année, exposée par nécessité de ma mère qui n’a pas les moyens de me nourrir. » Ces enfants abandonnés le sont toujours le soir, à l’aube ou à la nuit tombée, ce qui souligne une volonté de discrétion volontaire des parents. L’abandon est mal perçu, il fait lui aussi naître plusieurs suspicions. Les lieux sont variés et vont de la porte d’une église au seuil d’une auberge, sous un porche ou entre deux cours (pour les enfants qui apparaissent dans nos sources car, le cas échéant, le lieu d’abandon est l’Hôtel-Dieu de La Madeleine). Si les mères les déposent en ces lieux urbains, c’est parce qu’elles ont l’espoir que quelqu’un les recueille, ce qui serait moins mortifère pour leur progéniture11. Une fois de plus, dans les divers papiers qu’il nous a été donné de lire, ce sont la pauvreté et l’isolement qui justifient l’acte de nombreuses mères. Parfois, l’émotion ne semble pas feinte, et la promesse de revenir chercher l’enfant dès la situation améliorée vient l’attester. D’autres documents sont beaucoup plus explicites à propos de ces abandons, ce sont les découvertes d’enfants plus âgés, doués de parole, et souvent délaissés au domicile même. Prévenu par les voisins, le commissaire les interroge à la manière des adultes et nous découvrons alors que nombre d’entre eux, avant le départ de leurs parents, s’occupaient à de menues activités, fréquentes et précaires dans les quartiers populaires de la ville (le filage de laine notamment). La pauvreté, la mort, la maladie ou le départ d’un membre de la famille (le père très fréquemment) sont généralement à l’origine de ces abandons.

Billet d’abandon d’enfant, 24 juin 1784. 4,5 x 12 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 2 FP 89. « ce 24 juin 1784 ce gare son es ne on le nonmeras jan piere siele vous ples. »

Billet d’abandon d’enfant, 24 juin 1784. 4,5 x 12 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 2 FP 89. « ce 24 juin 1784 ce gare son es ne on le nonmeras jan piere siele vous ples. »

Billet comportant un morceau d’étoffe accompagnant une petite fille nommée Marie-Anne déposée à l’Hôtel-Dieu, septembre 1759. 19,2 x 16 cm. ADSM, fonds de l’Hôtel-Dieu de Rouen, H dépôt 1 G 57.

Billet comportant un morceau d’étoffe accompagnant une petite fille nommée Marie-Anne déposée à l’Hôtel-Dieu, septembre 1759. 19,2 x 16 cm. ADSM, fonds de l’Hôtel-Dieu de Rouen, H dépôt 1 G 57.

Certificat de dépôt en nourrice de Marie-Madeleine, trouvée le 18 avril 1754, avec collier de plomb, 30 avril 1756. 21 x 28 cm. ADSM, fonds de l’Hôtel Dieu de Rouen, H dépôt 1 G 59.

Certificat de dépôt en nourrice de Marie-Madeleine, trouvée le 18 avril 1754, avec collier de plomb, 30 avril 1756. 21 x 28 cm. ADSM, fonds de l’Hôtel Dieu de Rouen, H dépôt 1 G 59.

Dépositions pour établir la paternité du Sieur de Vaupail sur l’enfant de la Femme Bertin, XVIIe siècle. 30,5 x 20 cm. ADSM, fonds du Parlement, 1 B 5618.

Dépositions pour établir la paternité du Sieur de Vaupail sur l’enfant de la Femme Bertin, XVIIe siècle. 30,5 x 20 cm. ADSM, fonds du Parlement, 1 B 5618.

10Ainsi, la femme qui devient mère est un objet particulier de la suspicion policière, elle est un être à surveiller lorsqu’elle agit hors du champ de vision, et donc du contrôle de ses pairs. Mais ce n’est pas là le seul délit qui se rapporte directement aux femmes.

La prostitution

  • 12 D’après les feuillets de police des années : 1703-1707, 1715, 1717, 1719, 1721, 1725, 1729, 1733-1 (...)

11Aborder le thème des femmes dans les archives de la lieutenance générale de police rouennaise mène inévitablement à considérer ce qui n’est pas encore toujours nommé ainsi : la prostitution. En effet, bien que numériquement cette déviance ne s’illustre pas de manière exceptionnelle12, elle est remarquable par ses protagonistes : les femmes. Les femmes sont démesurément présentes dès qu’il s’agit de ce délit, bien que les hommes soient souvent cités sans être inquiétés (soldats, cabaretiers, maris volages…). Les figures masculines qui constituent l’entourage des prostituées ne sont pas approchées pour leur contact avec ces femmes, mais uniquement pour d’autres déviances dont ils seraient coupables tels que le vagabondage, les escroqueries, la création de débits de boisson illicites…

  • 13 Dominique Godineau, « Femmes publiques », dans Les femmes dans la société française, 16e -18e sièc (...)
  • 14 Jean Pierre Bardet, op. cit. ; Yannick Marec (dir.), Les hôpitaux de Rouen du Moyen âge à nos jour (...)

12Considérée au XVIIIe siècle comme un fléau social plus qu’un péché religieux, la prostitution est alors, comme dans de nombreux pays occidentaux à la même époque, très mal perçue en France13. À Rouen, des mesures sont prises dès 1513 contre tous ceux qui favoriseraient la prostitution ou le libertinage. En 1523, de nombreuses femmes sont condamnées au fouet et au carcan devant Notre Dame, peines visibles de tous et qui se veulent exemplaires. Mais la prostitution demeure et, le 28 août 1646, la ville autorise l’établissement d’un lieu propre à enfermer les « femmes et filles débauchées » (comme ce sera le cas, entre autres, dans les villes de Lyon et de Marseille). C’est la tour du Colombier qui est affectée à cet effet, mais les résultats ne sont pas probants14. À partir de 1681, conformément à l’édit de Louis XIV, les filles et femmes rouennaises dites « débauchées » sont enfermés dans l’hôpital général, et ceci jusqu’à la période révolutionnaire, quand elles sont confondues avec les mendiants et les vagabonds. Il semble aussi qu’à Rouen certains refuges religieux, dont celui du Bon-Pasteur, accueillaient des repenties plus ou moins volontaires. La lieutenance générale de police est à l’écoute des plaintes portées essentiellement par un voisinage excédé par la vie tapageuse et le « scandale » occasionnés par certaines d’entre elles. Les documents sont variés dans nos sources, mais nous pouvons en souligner plusieurs aspects récurrents.

  • 15 ADSM, 4 BP 5926, affaires de police, année 1775.
  • 16 ADSM, 4 BP 5914, affaires de police, année 1768.
  • 17 Edmond-Jean-François Barbier (1689-1771), avocat au Parlement de Paris et mémorialiste, cité par M (...)

13Le vocabulaire utilisé est très large, donnant l’impression d’un délit mal défini. Lorsqu’une plainte est portée contre une fille ou femme, les mots employés sont très divers : « fille de mauvaise vie », « vie scandaleuse », « mœurs déréglées », « mauvais commerce », « débauche », « se débauche avec des soldats », « fille libertine »… Ainsi, en 1775, rue Sainte-Croix-de-Pelletier, le voisinage se plaint de « la fille Barthélémy dite Lallement et la fille Juilienne », précisant que ce « sont des libertines, qu’elles reçoivent des hommes de différents états le jour et la nuit et qu’en suit un tapage15 ». Ce cas n’est pas isolé, le désordre qu’occasionnent ces femmes est presque toujours dénoncé. En 1768, un bourgeois de Rouen se plaint de manière récurrente de ses deux locataires qui « reçoivent tant de jour que de nuit des personnes de différents sexes et entre autres des soldats, ce qui interrompt le repos dudit plaintif et de ses locataires et cause un scandale qui ne peut être trop tôt réprimé16 ». À ces exemples pourraient s’en ajouter bien d’autres qui témoignent du même phénomène : les « filles de mauvaise vie » sont dénoncées à cause du scandale et du tapage qu’elles font naître. Ainsi, la police porte un intérêt particulier à ces femmes qui ne semblent pas recevoir le même traitement que celles qui sont dites « entretenues » et qui se montrent beaucoup plus discrètes. Barbier (avocat au Parlement de Paris et mémorialiste du XVIIIe siècle) corrobore cette observation en précisant dans son Journal que « les filles seules dans leur chambre qui ne font ni bruit ni scandale ne sont guère inquiétées17 ».

  • 18 ADSM, 4 BP 5939, affaires de police, année 1780.

14Un autre cas souligne un dérèglement engendré par cette activité féminine, on le retrouve dans les suppliques d’épouses ruinées par leur mari « débauché par une femme ou fille libertine ». Le mariage a une grande valeur économique, et chacun des deux époux est prié de s’y tenir, surtout lorsqu’il y a des enfants à nourrir. La prostitution interfère parfois avec ces desseins, et ceci ne la rend que plus intolérable. C’est le cas par exemple de la femme de Jacques Martin, fileur de laine demeurant rue Saint-Hilaire, paroisse Saint-Vivien. Cette épouse se plaint au commissaire au sujet de sa voisine, la femme Haret qui, sortie depuis huit jours de l’hôpital général de Rouen où elle avait été enfermée pour cause de libertinage, mène la même conduite qu’auparavant : « Elle reçoit particulièrement le mari de la comparante et dissipe avec lui son gain, de sorte que cette dernière est dans la plus grande misère ne pouvant procurer la subsistance nécessaire à un enfant de sept mois issu de son mariage18. » Ce cas présente des particularités communes à bien d’autres : un habitat dans les quartiers les plus pauvres (paroisse Saint-Vivien, à l’est de la ville), un équilibre économique où chaque époux a son rôle à jouer, une nécessité de nourrir des enfants qui ne sont pas forcément nombreux (contrairement à l’image qui fut longtemps attribuée aux foyers d’Ancien Régime) et le métier précaire de l’époux. L’épouse utilise ici le répertoire des obligations maritales et, plus loin dans sa plainte, souligne qu’elle a essayé d’intervenir et qu’elle fut « insultée et battue » pour cela. Elle exprime aussi sa crainte d’être abandonnée par cet homme. Le fait qu’elle ait cherché à intervenir elle-même auparavant n’a rien d’exceptionnel, un grand nombre de personnes passe par ce type d’échange avant le recours ultime aux forces de police (et cette gestion des conflits, si elle aboutit, dissimule à nos yeux contemporains de nombreuses affaires). Ce qui est attendu lorsque l’intéressé en arrive à parler à l’officier, c’est certes la fin d’une situation inconfortable, mais aussi une reconnaissance publique du tort qui lui est fait. Une fois de plus le voisinage est vecteur de réputation et ce qu’on lui donne à voir est primordial.

Registre d’admission des femmes de mauvaise vie à l’Hospice général, 1736-1793. 44 x 30,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 2 FP 89.

Registre d’admission des femmes de mauvaise vie à l’Hospice général, 1736-1793. 44 x 30,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 2 FP 89.

Règlement des filles soumises et des maisons de tolérance, extrait du règlement général de police de la ville de Rouen, 27 janvier 1869. 31 x 20 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 602.

Règlement des filles soumises et des maisons de tolérance, extrait du règlement général de police de la ville de Rouen, 27 janvier 1869. 31 x 20 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 602.
  • 19 Nicolas Delamare, op. cit., livre III, titre 5.
  • 20 ADSM, 4 BP 5869ter, affaires de police, année 1707.
  • 21 ADSM, 4 BP 5927, affaires de police, année 1775.
  • 22 Pierre-Jean-Jacques-Guillaume Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, cri (...)

15Mais, si l’on observe le délit en négatif, que pouvons-nous connaître de ces femmes qui vivent ou, du moins, s’accommodent du sexe tarifé ? Si l’on en croit les propos de Delamare et de son célèbre Traité de police, cette activité n’est autre que le fruit de « la pétulance d’une jeunesse incorrigible corrompue dont elles sont ordinairement remplies » et qui « l’[emporte] souvent sur l’éducation des pères et mères19 ». Nous ne pouvons pas nier qu’en ville les relations sexuelles avant le mariage sont plus fréquentes : l’espace urbain est mixte, la rencontre entre hommes et femmes est quotidienne. Cependant, il semble que, plus qu’un goût pour la débauche, la prostitution soit plutôt un état dans lequel de nombreuses filles paraissent « échouer ». Dans les archives de la lieutenance générale de police rouennaise, les « circonstances atténuantes » ne sont pas de rigueur et la subjectivité est omniprésente, mais, si l’on observe bien les sources, se dessinent des chemins de vie qui présentent de nombreuses similitudes : mouvance qui crée un isolement affectif et économique, solitude et surtout chômage. L’écrasante majorité des filles interrogées arrivent des campagnes ou de Paris. En témoigne cette affaire d’avril 1707 dans laquelle le commissaire Mauger doit faire face à des plaintes contre « plusieurs femmes et filles de mauvaise vie arrivées de Paris en cette ville et logées dans différents cabarets20 ». À propos de ces femmes, les officiers de police sont souvent cinglants. Ainsi, le 19 octobre 1775, le commissaire Savin, sur la complainte d’un nommé Courel, se rend chez sa locataire, la femme Le Damois, résidant au troisième étage d’un immeuble rue Ganterie. À son arrivée, le commissaire la trouve avec un homme qui attire très peu son attention et à propos duquel il se contente de stipuler qu’il ne semble pas comprendre ce qui se passe. La femme quant à elle est immédiatement conduite dans les prisons de la ville et les commentaires qui sont faits à son propos sont éloquents : « elle aurait voulu en marquer un repentir par des larmes feintes », « ayant repris l’air d’audace et de fronderie que seul le libertinage inspire », « se livrait au premier venu dans cette chambre dont les vitrages étaient tous brisés et où étaient éparses quelques hardes de femmes21 ». Bien qu’il nous soit absolument impossible de contester la véracité des faits, il reste cependant possible de souligner la pauvreté de l’intéressée et l’absence de neutralité de l’officier. Guyot précisa, quelques années plus tard, que « la pauvreté n’est pas un motif qui rend excusable la prostitution22 ». Nous pourrions dès lors nous attendre à une sévérité extrême envers ces filles montrées du doigt et qui semblent porter tous les vices.

16Pourtant, la lecture des archives souligne toute autre chose. Le plus souvent, le lieutenant général de police inflige à la femme ou fille approchée une amende, voire quelques jours de prison, les filles pouvant assez facilement faire attester de leur valeur par une tierce personne ou plusieurs témoins. Ces derniers ne font pas l’objet (d’après nos sources) d’un contrôle minutieux et il arrive que des filles ressortent au bras même de la personne qui gère leur activité. Cependant, il est des cas où la justice est bien moins clémente : peut-être peut-on y voir l’existence d’une « petite prostitution » moins sanctionnée.

  • 23 ADSM, 4 BP 5885, affaires de police, année 1734.

17Ce ne fut pas le cas lorsque, le mercredi 15 octobre 1734, Huet et sa femme, récidivistes, et visiblement très tapageurs, se virent « condamnés en cinquante livres d’amende et à quitter le quartier dans la journée, permis au commissaire de faire expulser leurs meubles et défense aux nommés Huet de mener pareille conduite23 ». Déporter le problème qui entache la respectabilité d’un lieu n’est pas rare, qu’il s’agisse ou non d’une solution durable, elle est largement répandue. La plus lourde condamnation qu’il m’ait été donné de lire concerne une femme, nommée Angélique, dite la Rouge, qui en 1763, coupable de « libertinage, subornation, enlèvements et prostitution publique […] est convaincue d’avoir menée par récidive une vie libertine et débauchée et d’avoir prostituées à des soldats les dites filles ». On requiert pour cette femme :

  • 24 ADSM, 4 BP 5911, affaires de police, année 1763.

Cinquante livres d’amende envers le Roi et à être mise sur un âne le visage tourné vers la queue ayant un écriteau devant et derrière elle où seront inscrits en gros caractères les mots maquerelle et ensuite être conduite par les carrefours de cette ville pour y être battue de verges et à la crosse marquée sur les deux épaules des lettres MP ladite Marie Anne Duval, connue sous le nom d’Angélique dite la Rouge damnée de ce bailliage pendant neuf années24.

18Un seuil de tolérance a été franchi par Angélique la Rouge, et nous sommes forcés de constater que, bien qu’il ne soit pas écrit, ce seuil régit implicitement la quasi-totalité des affaires que nous avons pu étudier. L’honneur, la réputation, sont autant de biens qu’il faut protéger. La police devient garante en ces domaines, et il apparaît que, bien plus qu’une réparation financière, ceux qui ont recours à son pouvoir attendent d’elle qu’elle affiche et lise les sentences, que soient exposés aux yeux de tous les noms des fautifs, et ceux des victimes. Les femmes portent en elles le pouvoir de briser la réputation, et, par des délits qui leur sont propres, elles deviennent des êtres à surveiller particulièrement.

19Ainsi, le corps des femmes crée des délits distincts, qui lui confèrent, pourrions-nous presque dire, un pouvoir pour interférer sur l’honneur d’autrui et lui nuire. Bien sûr, ce n’est pas là le seule fait qui leur est attribué, maîtresses de l’insulte et meneuses d’émotions populaires, elles conservent malgré tout une prédominance dans les domaines évoqués.

Notes

1 George-André Euloge, Histoire de la police des origines à 1940, Paris, Plon, 1985.

2 Nicolas Delamare, Traité de police où l’on trouvera l’histoire de son établissement les fonctions, et les prérogatives de ses magistrats, toutes les lois et tous les règlements qui la concernent, Paris, Brunet, 2e éd., 1722-1738, vol. 1, livre 1er, titre 8e, chap. 4, p. 131.

3 Préambule à l’édit royal de 1556, cité dans Annie Cauvin, Les déclarations de grossesses illégitimes. Rouen, Le Havre (1761-1790), mémoire de maîtrise, Marc Venard (dir.), Université de Rouen, 1979, p. 7.

4 ADSM, 4 BP 5470.

5 Voir Annie Cauvin, op. cit.

6 À ce propos : Arlette Farge et Michel Foucault, Le désordre des familles, lettres de cachet des archives de la Bastille au XVIIIe siècle, Paris, Éditions Gallimard/Juilliard, 1982.

7 ADSM, 4BP 5890 affaires de police.

8 Nicolas-Edme Restif de la Bretonne, La Paysanne pervertie ou les Dangers de la ville, La Haye-Paris, Veuve Duchesne, 1784.

9 Nicolas Delamare, op. cit.

10 ADSM, 4 BP 5455, Procès verbaux de découvertes d’enfants abandonnés.

11 Arlette Farge, Vivre dans la rue à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Gallimard-Juilliard, 1979.

12 D’après les feuillets de police des années : 1703-1707, 1715, 1717, 1719, 1721, 1725, 1729, 1733-1735-1740, 1745, 1750, 1754-1755, 1760-1763, 1768-1771, 1775, 1780, 1785.

13 Dominique Godineau, « Femmes publiques », dans Les femmes dans la société française, 16e -18e siècles, Paris, A. Colin, 2003, p. 64-66 ; Erica-Marie Benabou, La prostitution et la police des mœurs au XVIIIe siècle, Paris, Perrin 1987.

14 Jean Pierre Bardet, op. cit. ; Yannick Marec (dir.), Les hôpitaux de Rouen du Moyen âge à nos jours. Dix siècles de protection sociale, Le Mesnil-sur-L’Estrée, PTC, 2005.

15 ADSM, 4 BP 5926, affaires de police, année 1775.

16 ADSM, 4 BP 5914, affaires de police, année 1768.

17 Edmond-Jean-François Barbier (1689-1771), avocat au Parlement de Paris et mémorialiste, cité par Marie-Erica Benabou, op. cit., p. 35.

18 ADSM, 4 BP 5939, affaires de police, année 1780.

19 Nicolas Delamare, op. cit., livre III, titre 5.

20 ADSM, 4 BP 5869ter, affaires de police, année 1707.

21 ADSM, 4 BP 5927, affaires de police, année 1775.

22 Pierre-Jean-Jacques-Guillaume Guyot, Répertoire universel et raisonné de jurisprudence civile, criminelle, canonique et bénéficial [1775-1781], 2e éd., 1784-1785, 17 vol. , art. « Prostitution ».

23 ADSM, 4 BP 5885, affaires de police, année 1734.

24 ADSM, 4 BP 5911, affaires de police, année 1763.

List of illustrations

Title TABLEAU 7. Proportion d’enfants illégitimes pour 100 naissances
Caption Source : Jean-Pierre Bardet, Rouen aux XVIIe et XVIIIe siècles. Les mutations d’un espace social, Paris, SEDES, 1983, t. I, p. 320.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-1.jpg
File image/jpeg, 49k
Title Billet d’abandon d’enfant, 24 juin 1784. 4,5 x 12 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 2 FP 89. « ce 24 juin 1784 ce gare son es ne on le nonmeras jan piere siele vous ples. »
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-2.jpg
File image/jpeg, 10k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-3.jpg
File image/jpeg, 13k
Title Billet comportant un morceau d’étoffe accompagnant une petite fille nommée Marie-Anne déposée à l’Hôtel-Dieu, septembre 1759. 19,2 x 16 cm. ADSM, fonds de l’Hôtel-Dieu de Rouen, H dépôt 1 G 57.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-4.jpg
File image/jpeg, 313k
Title Certificat de dépôt en nourrice de Marie-Madeleine, trouvée le 18 avril 1754, avec collier de plomb, 30 avril 1756. 21 x 28 cm. ADSM, fonds de l’Hôtel Dieu de Rouen, H dépôt 1 G 59.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-5.jpg
File image/jpeg, 336k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-6.jpg
File image/jpeg, 332k
Title Dépositions pour établir la paternité du Sieur de Vaupail sur l’enfant de la Femme Bertin, XVIIe siècle. 30,5 x 20 cm. ADSM, fonds du Parlement, 1 B 5618.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-7.jpg
File image/jpeg, 195k
Title Registre d’admission des femmes de mauvaise vie à l’Hospice général, 1736-1793. 44 x 30,5 cm. ADSM, fonds de l’Hospice général, H dépôt 2 FP 89.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-8.jpg
File image/jpeg, 177k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-9.jpg
File image/jpeg, 141k
Title Règlement des filles soumises et des maisons de tolérance, extrait du règlement général de police de la ville de Rouen, 27 janvier 1869. 31 x 20 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 4 M 602.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4065/img-10.jpg
File image/jpeg, 480k

Author

Doctorante en histoire moderne à l’université de Rouen.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Terms of use: http://www.openedition.org/6540