Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Deuxième partie. Les femmes et le textile (XVIIIe-XIXe siècles)

Femmes et révolution industrielle en Normandie

Virginie Jourdain

Texte intégral

1La révolution industrielle désigne le passage d’une société artisanale et agricole à une économie dominée par la mécanisation du travail. La première phase de cet essor, dite de « décollage », est traditionnellement située par les historiens entre 1780 et 1830 pour la Grande-Bretagne et entre 1830 et 1860 pour la France.

2La révolution industrielle se caractérise par des innovations techniques qui augmentent la productivité. Elle s’accompagne d’un développement des transports qui entraîne une augmentation des débouchés. Elle est à l’origine également de bouleversements sociaux majeurs, entraînant une précarisation et une urbanisation importante des classes populaires. Parmi celles-ci, la femme semble particulièrement vulnérable, tant économiquement que socialement.

Domestic system

  • 1 Jacques Levainville, « Les ouvriers du coton dans la région de Rouen », Annales de géographie, vol. (...)

3Dans la phase qui précède la révolution industrielle, on file le lin à domicile puis le coton, qui apparaît en Normandie au XVIIIe siècle, et ce jusque vers 1820. Il s’agit souvent d’une activité complémentaire au revenu agricole. Aucune qualification n’est requise pour exercer cette activité au rouet. C’est pourquoi toute la famille y participe, et notamment les femmes. Les enfants y contribuent très tôt, en aidant notamment à dévider les écheveaux de fils. Ainsi, dans les rôles fiscaux de La Houssaye-Béranger en 1793, on trouve déjà, sur un total de 419 habitants, 192 fileuses de coton, 10 de lin et 28 tisserands1.

  • 2 ADSM, C 164.

4Le tissage à domicile est pratiqué le plus massivement dans la première moitié du XIXe siècle, plus que partout ailleurs dans le Pays de Caux. Ainsi, en 1812, la Seine-Inférieure est le premier département français pour le tissage du coton à domicile. C’est le marchand fabricant qui gère la fabrication du produit et son écoulement sur le marché. Quelques rares femmes semblent exercer cette profession de marchande. Ainsi, en 1781-1782, des pièces d’étoffes non marquées par l’Intendant de Rouen sont saisies2. Sur 35 amendes prononcées, 2 sont infligées à des femmes. Deux pièces de siamoises sont saisies chez Blanche Levasseur, femme mariée à Saunier, un fabriquant de Maulévrier, en décembre 1781. La femme Viard, marchande fabricante à Bolbec, se voit elle aussi saisir des pièces de coutils en octobre 1782.

5Les paysans reçoivent chaque semaine de ces fabricants des fils de chaîne et de trame qu’ils tissent dans leurs chaumières. C’est là que s’exerce l’activité de la majorité des travailleuses rurales. Le tissage est plus exigeant que le filage ; il nécessite environ un an d’apprentissage ainsi que la possibilité d’avoir accès à un métier à tisser, investissement plus important qu’un simple rouet. Cette période de proto-industrialisation, caractérisée par le travail mécanisé exercé à domicile en campagne est une période charnière du passage de l’artisanat de l’Ancien Régime à l’industrialisation. C’est ensuite la filature qui va se trouver entièrement mécanisée dans des ateliers, grâce à l’arrivée de procédés anglais, puis le tissage à partir de 1840, conduisant les tisserands à domicile à la misère et à l’exode rural.

Pétition des rentreuses et ouvrières de manufactures d’indiennes, années 1840. 27,5 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 330.

Pétition des rentreuses et ouvrières de manufactures d’indiennes, années 1840. 27,5 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 330.

Décollage industriel : l’exemple de la vallée du Cailly

  • 3 ADSM, 7 S 4, carte de la vallée de Déville, an XIII.

6Dans la vallée du Cailly, l’industrie cotonnière s’exerce depuis le XVIIIe siècle. Avec l’essor de la demande, les fabricants organisent en zone rurale une production de siamoises du Pays de Caux (coton tissé et renforcé par du lin ou de la soie) et d’indiennes (tissus imprimés). La mécanisation s’y s’exerce très tôt grâce à la force hydraulique de la rivière. Sur le Cailly, dès 1805, on trouve recensés par les Ponts et chaussées 3 moulins à filature de coton et 9 fabriques d’indiennes3. On comprend dès lors l’appellation de « petite vallée de Manchester » qui lui a été attribuée : 15 nouvelles filatures s’implantent entre 1815 et 1820. En 1850, 94 entreprises sont installées dans la vallée autour du travail du textile : filature, tissage, impression, teinture des étoffes. Ensuite, le déclin s’amorce très vite en raison de difficultés d’approvisionnement en matières premières et d’un coût trop important de la modernisation.

Photographies du personnel et des ateliers de l’entreprise Manchon Frères, vers 1900. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J.

Photographies du personnel et des ateliers de l’entreprise Manchon Frères, vers 1900. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J.

7Le recensement de population de la commune d’Écalles-Allix en 1836, dans la période de décollage industriel, montre la part active que prennent les femmes dans ce début de Révolution industrielle. Sur une population totale de 821 habitants, correspondant à 410 hommes et 411 femmes, 160 femmes de plus de 14 ans exercent un travail dans le textile. On trouve en effet 1 fileuse de 64 ans, 8 bobineuses (6 d’entre elles ont plus de 60 ans), 38 trameuses et 113 tisserandes. De nombreuses petites filles non comptabilisées ici semblent être également employées comme trameuses. Cependant, le comptage exact est impossible à établir car toutes les filles d’une même famille sont qualifiées de trameuses, y compris les nourrissons !

8Trente ans plus tard, en 1866, sur un total de 346 habitantes, il n’y a plus que 85 femmes de plus de 14 ans qui travaillent dans le textile : 12 bobineuses, 2 trameuses et 71 tisserandes. Aucune fille de moins de 14 ans n’est plus déclarée comme exerçant un travail dans le textile.

Situation de l’emploi féminin

  • 4 Pierre Largesse, « Enquête sur les conditions de travail en France en 1872. Réponses elbeuviennes : (...)

9La part des femmes dans la population active a beaucoup augmenté du fait de la révolution industrielle et elle est significative. Dans une réponse à l’enquête sur les conditions du travail en France publiée par le journal L’Industriel elbeuvien le 28 août 1872, J. Nosegay, sans doute cadre dans une entreprise textile, considère que le centre industriel elbeuvien (dans un rayon de 30 km autour d’Elbeuf) emploie 60 000 ouvriers répartis dans 650 établissements. Parmi ceux-ci, il estime la part des femmes à 23 000, soit plus de 38 % de la population active industrielle et celle des enfants à 5 000 (soit un peu plus de 8 %)4.

Photographies du personnel et des ateliers de l’entreprise Manchon Frères, vers 1900. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J.

Photographies du personnel et des ateliers de l’entreprise Manchon Frères, vers 1900. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J.
  • 5 ADSM, 10 M 332.

10Dans une enquête sur la situation industrielle menée par la Préfecture, il est établi que 1 838 personnes constituent la population active industrielle de Darnétal en mai 1886, soit 810 hommes, 895 femmes et 133 enfants5. Ainsi, les femmes représentent à Darnétal 49 % de la population active industrielle et même, si l’on exclut les enfants, 52 % de la population adulte.

  • 6 Nathalie Duval, « La condition féminine à Elbeuf-sur-Seine pendant la Révolution et dans la premièr (...)
  • 7 ADSM, 10 M 332.

11Au XIXe siècle, le premier grand secteur d’emploi féminin est le textile. Selon une étude réalisée par Nathalie Duval, la part des femmes travaillant dans le textile à Elbeuf s’élève à 40,6 % des femmes en 1790, à 69,8 % en 1814 et à 59 % en 18466. Dans l’enquête menée sur la situation industrielle à Darnétal en 18867, se trouve une répartition statistique par secteurs des hommes, femmes et enfants. Sur 1 009 personnes employées dans le secteur du tissage, 652 sont des femmes soit près de 65 % ; sur 130 personnes dans les filatures, on trouve plus de 46 % de femmes ; dans le secteur des indiennes, 38 % des employés sont des femmes ; dans le secteur des « blancs et apprêts », il y a 32 % de femmes ; dans le secteur des teintureries, un peu plus de 26 % du personnel est féminin ; dans les scieries mécaniques, on trouve seulement 17,5 % de femmes.

  • 8 ADSM, 5 U 3/12.

12On perçoit ici qu’au sein même du textile, certains emplois sont davantage féminins. Dans une enquête sur les livrets ouvriers menée par la sous-préfecture du Havre pour le ministère de l’Agriculture, du Commerce et des Travaux publics, une section est consacrée aux livrets ouvriers au sens de la loi du 22 juin 1854. On y trouve notamment, en date du 25 janvier 1881, un relevé des livrets ouvriers délivrés en 1880 dans la commune de Bolbec aux personnes de plus de 16 ans8. Sur 199 livrets délivrés, 97 le sont pour des professions exercées dans le textile. Bien que le sexe des employés ne soit pas indiqué, on trouve dans le relevé des professions à appellation exclusivement féminine, concernant 21 femmes. En effet, on note 15 « bobineuses », 2 « lamineuses » et 4 « rentreuses ». Il est certain que parmi les autres professions, à savoir « ouvriers de fabrique », « fileurs », « manœuvres d’indiennes » et « tisserands », il y a bien évidemment également des femmes. Nous avons toutefois ici l’attestation de l’existence de métiers spécifiquement féminins. A la fin du XIXe siècle, le phénomène nouveau sera l’introduction des femmes dans des métiers dits masculins.

Discrimination salariale

  • 9 ADSM, 10 M 332.

13Au cours de cette période de révolution industrielle, les femmes souffrent cruellement d’une grande discrimination dans leurs revenus. Dans l’enquête menée sur l’industrie darnétalaise en 1886, on constate que le salaire moyen par jour s’élève à 4 francs pour les hommes, à 2,50 pour les femmes et à 1,60 pour les enfants9.

  • 10 ADSM, 141 J, no 634.

14Dans le fonds d’archives de la filature Roy frères, on trouve des éléments statistiques sur les salaires et la durée du travail pour l’année 1891 dans la compagnie Berger et Cie, dite La Ruche, filature de coton rouennaise10.

15Le personnel ouvrier s’y élève alors à 251 employés, composés de 83 hommes et de 121 femmes de plus de 16 ans, ainsi que de 32 garçons et 15 filles de moins de 16 ans. À La Ruche, les femmes sont employées majoritairement à la carderie (56 femmes contre 9 hommes) et à la déviderie (59 femmes contre 1 homme) tandis que les hommes sont fileurs (45 hommes, aucune femme). À la carderie, les femmes gagnent entre 1,75 et 3,25 francs ; les hommes y gagnent entre 3,50 et 5 francs. À la déviderie, les femmes gagnent entre 2 et 3,25 francs ; le seul homme qui y est employé gagne 3 francs. Par ailleurs, l’entreprise emploie 13 contremaîtres et assimilés, qui sont tous des hommes. Leurs salaires sont compris entre 4,50 et 8 francs par jour.

  • 11 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, Paris, Paulin, 1840.

16Au XIXe siècle, on considère que la femme qui travaille cherche un complément de revenu pour le foyer. C’est pourquoi les femmes seules ont tant de difficultés à « s’en sortir », recourant parfois à la prostitution occasionnelle. Eugène Buret dans son étude de 1840 résume bien la situation salariale des femmes : « La femme est industriellement parlant, un travailleur imparfait. Si l’homme n’ajoute pas son gain au salaire insuffisant de sa compagne, le sexe seul constituera pour elle une cause de misère11. »

Temps de travail

17Une réglementation spécifique du travail se met en place, d’abord pour les enfants, avec la loi du 22 mars 1841, qui, s’appliquant aux manufactures et usines, y admet les enfants à partir de 8 ans. Puis la législation touche les filles mineures, de 16 à 21 ans. Certes, la loi du 19 mai 1874 réglemente de nouveau la durée du travail pour les enfants jusqu’à 12 ans (pas plus de 6 heures), et après 12 ans (pas plus de 12 heures), mais elle interdit également le travail de nuit dans les manufactures aux enfants et aux filles mineures.

18Enfin, la législation s’intéresse aussi au travail des femmes. La loi du 2 novembre 1892 interdit aux filles et aux femmes de travailler plus de 11 heures par jour, avec un repos d’une heure. Le travail de nuit dans les manufactures est également interdit aux enfants, filles mineures et aux femmes. Ces catégories d’employés ne peuvent travailler plus de 6 jours la semaine.

  • 12 ADSM, 10 M 36.

19La loi du 30 mars 190012 impose progressivement un travail de 10 heures par jour, avec un repos d’une heure pour les enfants, les femmes, mais aussi les hommes travaillant dans des établissements mixtes.

Discrimination morale

20La législation particulière qui se met en place pour réglementer le travail féminin trouve son origine dans le statut qu’occupe la femme dans la société. La lettre du ministre du Commerce à la Commission supérieure du travail des enfants et de filles mineures employés dans l’industrie, datée du 2 avril 1884, et dont copie a été reçue par le Conseil des Prud’hommes de Bolbec, nous en fournit un bon exemple. Il y est indiqué combien la commission a regretté que le travail de nuit ne soit pas interdit aux femmes par la loi de 1874 :

  • 13 ADSM, 5 U 3/12.

Le travail de nuit des femmes adultes, des mères, n’est-il pas aussi nuisible que le travail de nuit des filles mineures ? C’est le foyer désert le soir aux rares instants que l’ouvrier peut consacrer aux joies de la famille ; c’est l’enfant se couchant seul sans les soins de la mère ; c’est le mari s’ennuyant au logis et s’en allant passer ses soirées au cabaret. L’interdiction doit donc s’appliquer non seulement aux enfants et aux filles mineures mais même aux femmes de tout âge13.

Lettre du ministre du Commerce à la commission supérieure du travail des enfants et de filles mineures employés dans l’industrie, copie envoyée au Conseil des Prud’hommes de Bolbec, 2 avril 1884. 31,5 x 20,5 cm. ADSM, fonds judiciaires, 5 U 3/12.

Lettre du ministre du Commerce à la commission supérieure du travail des enfants et de filles mineures employés dans l’industrie, copie envoyée au Conseil des Prud’hommes de Bolbec, 2 avril 1884. 31,5 x 20,5 cm. ADSM, fonds judiciaires, 5 U 3/12.

21Dès 1860, l’historien Jules Michelet fait lui aussi part de son aversion pour le travail de l’ouvrière :

  • 14 Jules Michelet, La Femme, Paris, Hachette, 1860.

Combien plus coupables encore ceux qui prirent les femmes, ceux qui ouvrirent à la misère de la fille des villes, à l’aveuglement de la paysanne, la ressource funeste d’un travail exterminateur et la promiscuité des manufactures ! Qui dit la femme, dit l’enfant ; en chacune d’elles qu’on détruit, une famille est détruite, plusieurs enfants, et l’espoir des générations à venir. Barbarie de notre Occident ! La femme n’a plus été comptée pour l’amour, le bonheur de l’homme, encore moins comme maternité et comme puissance de race ; Mais comme ouvrière ! L’ouvrière ! mot impie, sordide, qu’aucune langue n’eut jamais, qu’aucun temps n’aurait compris avant cet âge de fer, et qui balancerait à lui seul tous nos prétendus progrès14.

22La stigmatisation morale de la femme est également perceptible dans les propos retranscrits par le journal L’industriel elbeuvien. Le 11 septembre 1872, le cadre d’une entreprise textile elbeuvienne, J. Nosegay, y rend responsable le travail des femmes de la destruction de la famille :

  • 15 Pierre Largesse, art. cité.

La promiscuité des sexes, dans les villes manufacturières, est une cause primordiale de démoralisation et il est hors de doute que les liens de la famille se trouvent singulièrement affaiblis quand le foyer conjugal reste désert pendant la plus grande partie de la journée alors que le mari travaille dans un établissement, la femme dans un autre. Pendant ce temps, que devient l’éducation des enfants15 ?

23Nosegay indique que, si le niveau de vie à Elbeuf est acceptable, c’est que bien souvent les deux époux travaillent.

24Le 26 octobre 1872, l’ouvrier tisseur E. Piéton salue d’abord le courage des femmes qui doivent endurer des journées de travail doubles, à l’usine et à la maison : « Que d’héroïnes ignorées dans notre population ouvrière ! » Il poursuit en indiquant quelle doit être la vraie place de la femme, au service d’un mari et d’une famille : « Quand donc restera-t-elle au foyer conjugal près du berceau de ses enfants, aux soins du ménage, à préparer à celui qui travaille un joyeux retour ? » Il précise qu’une réunion de délégués ouvriers en 1867 a mis en évidence le salaire minimum nécessaire à assurer la subsistance d’une famille de 4 personnes. Celui-ci étant de 6 francs par jour, ce qu’aucun homme ne peut gagner, la femme est par conséquent contrainte de travailler.

Contestation

  • 16 Ibid.

25Mais si ouvrier et cadre considèrent de concert que « le salaire gagné par les femmes tourne au détriment de la famille et de la société16 », c’est qu’il est aussi perçu comme une concurrence déloyale par de nombreux hommes.

26Les archives de la Préfecture renferment une pétition des rentreuses et ouvrières de manufactures d’indiennes. Celle-ci est non datée, mais a sans doute été écrite dans les années 1840. Dans ce document, les ouvrières expliquent que les ouvriers masculins ont d’abord demandé le renvoi de toutes les femmes. Ensuite, ils ont demandé que les femmes soient payées le même salaire que les hommes : « Cette demande, qu’ils disent être dans notre intérêt, n’est qu’un autre prétexte pour obtenir notre renvoi. Les maîtres ne peuvent pas payer une femme le même prix qu’un homme et nous ne le prétendons pas, n’ayant pas la force de faire le même travail. » Les ouvriers ont par conséquent tenté une manœuvre visant à écarter les femmes, sachant que le patron y a recours précisément parce qu’il les sous-paye. Les pétitionnaires indiquent bien le rôle social qu’elles remplissent, exprimée dans leur crainte d’un renvoi : « Que deviendrons-nous, ne sachant faire autre chose, que deviendront nos vieilles mères et nos vieux parents que la plupart d’entre nous sont obligés de soutenir ? Que deviendront les enfants des veuves, la mendicité seule nous serait donc réservée ? » La pétition est signée par 59 femmes, précédée de l’appellation « fille » ou « femme » devant le nom de famille. Parmi elles, on compte 23 femmes mariées.

27Le mouvement ouvrier lui-même, dont les proudhoniens, a dénoncé le travail des femmes. Au Congrès de Genève en 1866, l’association internationale des travailleurs, ou première internationale, a exprimé son refus du travail des femmes, considéré comme une « dégénérescence ».

28Comme l’enfant à qui elle est souvent associée dans la réglementation, la femme au XIXe siècle est une main-d’œuvre bon marché, sous-payée, cantonnée à des emplois peu qualifiés ou à domicile. L’ouvrière est aussi une figure nouvelle dans le monde du travail. Elle scandalise lorsqu’elle est indépendante, travaillant en dehors de chez elle, et échappant à la domination masculine.

29Depuis le premier congrès féministe international qui se réunit en 1878 pour réclamer la liberté du travail pour les femmes et l’égalité des salaires, de nombreux progrès ont été enregistrés. Cependant, notre société du XXIe siècle a hérité de problématiques connues des femmes de la Révolution industrielle : stigmatisation de la mère qui travaille, inégalité des salaires, dépendance financière à l’égard des hommes, faible qualification des emplois…

Notes

1 Jacques Levainville, « Les ouvriers du coton dans la région de Rouen », Annales de géographie, vol. 20, no 11.

2 ADSM, C 164.

3 ADSM, 7 S 4, carte de la vallée de Déville, an XIII.

4 Pierre Largesse, « Enquête sur les conditions de travail en France en 1872. Réponses elbeuviennes : 1re et 2e parties », Bulletin de la Société de l’histoire d’Elbeuf, nos 7 et 8, 1987 (RH 256/1).

5 ADSM, 10 M 332.

6 Nathalie Duval, « La condition féminine à Elbeuf-sur-Seine pendant la Révolution et dans la première moitié du XIXe siècle : 1789-1850 », Bulletin de la Société de l’histoire d’Elbeuf, no 23, juin 1995 (RH 256/4).

7 ADSM, 10 M 332.

8 ADSM, 5 U 3/12.

9 ADSM, 10 M 332.

10 ADSM, 141 J, no 634.

11 Eugène Buret, De la misère des classes laborieuses en Angleterre et en France, Paris, Paulin, 1840.

12 ADSM, 10 M 36.

13 ADSM, 5 U 3/12.

14 Jules Michelet, La Femme, Paris, Hachette, 1860.

15 Pierre Largesse, art. cité.

16 Ibid.

Table des illustrations

Titre Pétition des rentreuses et ouvrières de manufactures d’indiennes, années 1840. 27,5 x 21 cm. ADSM, fonds de la Préfecture, 10 M 330.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4062/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Photographies du personnel et des ateliers de l’entreprise Manchon Frères, vers 1900. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4062/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 816k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4062/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 204k
Titre Photographies du personnel et des ateliers de l’entreprise Manchon Frères, vers 1900. ADSM, fonds de l’entreprise Manchon Frères, 93 J.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4062/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Lettre du ministre du Commerce à la commission supérieure du travail des enfants et de filles mineures employés dans l’industrie, copie envoyée au Conseil des Prud’hommes de Bolbec, 2 avril 1884. 31,5 x 20,5 cm. ADSM, fonds judiciaires, 5 U 3/12.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4062/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 488k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4062/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 404k

Auteur

Responsable de la médiation culturelle au Pôle des archives historiques (Archives départementales de Seine-Maritime).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search