Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Deuxième partie. Les femmes et le textile (XVIIIe-XIXe siècles)

La place des femmes lors des émotions populaires et la mise en place des ateliers de filature à Rouen en 1768-1769

Marie Blaise-Groult

Texte intégral

  • 1 Jacques Levainville, « Les ouvriers du coton dans la région de Rouen », Annales de Géographie, 191 (...)
  • 2 Christian Paultre, De la répression de la mendicité et du vagabondage en France sous l’Ancien Régi (...)
  • 3 Ainsi le Parlement de Paris rend plusieurs arrêts en 1693, 1709 et 1740 contraignant les paroisses (...)
  • 4 On dénombrait près de 2328 pauvres dépendant de l’Hôtel-Dieu de Rouen en 1767 (ADSM, Hospices civi (...)
  • 5 À Rouen, en 1768, plusieurs travaux de voirie sont réalisés : élargissement de la voie sur le chem (...)

1Au XVIIIe siècle, la Normandie et plus particulièrement la région rouennaise développent leur dynamisme économique autour de l’industrie cotonnière. Les différents métiers qui s’y rapportent – tisserand, fileur, apprêteur, etc. –, se déclinent tant au masculin qu’au féminin et emploient les enfants, les adultes et les vieillards1. La mise en place des ateliers de filature à Rouen en 1768 s’inscrit dans une politique d’assistance publique nationale s’appuyant sur des institutions locales. Depuis le XVIe siècle et plus particulièrement au XVIIIe, la mise en place progressive des hôpitaux, des dépôts de mendicité et des ateliers de charité connaît, selon les régions et les époques, des succès plus ou moins francs permettant de lutter contre la pauvreté et plus particulièrement contre la mendicité et le vagabondage2. Lors de la première moitié du XVIIIe siècle, la politique menée en matière d’assistance publique se concentre alors essentiellement sur la répression de la mendicité au détriment de solutions pérennes. Néanmoins, les différents projets de lois – sous l’impulsion du droit public et des philosophes élaborant la notion de droit à la subsistance –, placent la paroisse au cœur de cette réflexion3. La seconde moitié du XVIIIe siècle est marquée par des crises économiques et frumentaires de plus en plus fréquentes qui réduisent un grand nombre de familles à une extrême pauvreté, les privant de travail et par conséquent de moyens de subsistance4. L’une des réponses apportée par l’administration consiste alors à créer des ateliers temporaires de travail. Ceux-ci s’adressent dans un premier temps exclusivement aux hommes, qui sont rémunérés selon leur capacité et le travail réalisé5. Les paroisses, quant à elles, délivrent l’aumône aux plus nécessiteux, faisant appel à la charité de chacun.

Échantillons de coton teint en bleu à Rouen, 1750. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 617.

Échantillons de coton teint en bleu à Rouen, 1750. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 617.
  • 6 Ces archives sont conservées depuis 2010 aux ADSM, suite à une convention de dépôt établie avec la (...)
  • 7 Camille Lion, « Notes sur les travaux publics et filature de coton établis à Rouen dans les parois (...)

2En 1768, la situation à Rouen est particulièrement inquiétante et l’administration décide de créer des ateliers de filature destinés tant aux hommes qu’aux femmes. Le fonctionnement de ces ateliers est connu d’une part par le rapport du 22 juin 1770 conservé dans les archives de la ville de Rouen6 et d’autre part par l’article de Camille Lion qui publie ce rapport en 19337.

Trois amies au rouet, 1907 ; la petite fileuse, cartes postales, vers 1900. 14 x 9 cm. ADSM, fonds iconographiques, 2 Fi costume 102 et 104.

Trois amies au rouet, 1907 ; la petite fileuse, cartes postales, vers 1900. 14 x 9 cm. ADSM, fonds iconographiques, 2 Fi costume 102 et 104.
  • 8 Camille Ferdinand-Dreyfus, « Note sur les ateliers charitables de filature de 1789 à 1795 », Revue (...)

3Le recours à ce type d’atelier de charité se généralise au cours du XVIIIe siècle. Ainsi à Paris, le curé de la paroisse Saint-Sulpice donne aux femmes de la filasse et des étoffes à travailler chez elles, et une filature dédiée aux pauvres est établie peu de temps après par un lieutenant de police8. Il s’agit donc de comprendre comment les femmes participent, à la veille de la Révolution, à la vie sociale et économique de la ville, à travers d’une part les événements de mars 1768, puis, d’autre part, lors de la mise en place des ateliers de filature.

Les émotions populaires de mars 1768

  • 9 Rapport du 22 juin 1770, ADSM, 3 E 1/ANC/tiroir-345, p. 1.
  • 10 L’analyse d’une liasse, cotée A2 dans le fonds de l’hospice général, concernant le privilège accor (...)
  • 11 L’expression « émotions populaires » est celle qui a le plus d’occurrences dans les comptes rendus (...)
  • 12 Toutes ces pièces sont conservées aux ADSM, dans les séries B et C. Voir plus particulièrement les (...)
  • 13 Lettre du 22 mars 1768 : « […] mais malheureusement nous n’avons pas pu éviter le pillage de quelq (...)
  • 14 ADSM, C 107, lettre du 24 mars 1768.
  • 15 ADSM, 1 B 286, compte rendu de la séance du 24 mars 1768 à 11 heures.
  • 16 Ibid., compte rendu de la séance du 25 mars 1768 à 8 heures 30.
  • 17 Voir l’annexe figurant en fin d’article.
  • 18 Guy Lemarchand, dans Pascal Dupuy et Yannick Marec (dir.), Féodalisme, société et Révolution franç (...)
  • 19 Parmi les quatre hommes arrêtés dont nous connaissons le métier figurent deux compagnons toiliers (...)
  • 20 ADSM, 4 E 2184, Rouen, paroisse Saint-Sever.

4« Les circonstances malheureuses dans lesquelles le peuple de Rouen s’est trouvé au commencement de l’année 1768 ont fait mériter que l’administration s’occupât des moiens de lui subvenir9. » Ainsi commence le rapport du 22 juin 1770 consacré au bilan de ces « travaux publics ». Ces circonstances sont détaillées quelques lignes plus loin : « dues à ce que les denrées de première nécessité avaient atteint des prix excessifs et que, d’un autre côté, le commerce étant inactif privait la population de travail et par conséquent de salaires. La misère était à son comble. » À ce tableau déjà sombre s’ajoutent de mauvaises récoltes lors des trois dernières années et un hiver très rigoureux. De nombreuses familles, dont la majorité travaille dans le textile, sombrent dans une grande misère et s’inscrivent alors à l’hospice général pour bénéficier d’aides10. Si, dans son introduction, le rapport s’attache à souligner ce contexte difficile, il occulte cependant les événements qui résultèrent de cet état de fait, à savoir la vague d’émotions populaires qui se répand en ville les 22 et 23 mars et gagne les environs les jours suivants11. Le déroulement exact des événements nous est connu par l’un des registres secrets du Parlement de Normandie dans lequel tous les faits sont consignés et par les nombreux courriers échangés entre Armand-Thomas Hue de Miromesnil, premier président du Parlement, Maupéou, vice-chancelier, Bertin, ministre et secrétaire d’État de la province, L’Averdy, contrôleur général, le duc de Choiseul et le duc d’Harcourt qui apporte un soutien militaire avec des troupes supplémentaires12. La première émotion se déroule dans le faubourg Saint-Sever où l’on signale un attroupement de près de 1 000 personnes autour d’un magasin de blé. Afin d’éviter la propagation au centre-ville, M. de Miromesnil ordonne que le pont aux bateaux reliant les deux rives soit désolidarisé. Cependant, malgré toutes les précautions prises, plusieurs pillages sont rapportés dans le centre-ville13. Le lendemain, de nombreux attroupements et émeutes sont à nouveau signalés. Les paroisses les plus touchées sont celles de Saint-Maclou, Saint-Vivien et Saint-Nicaise. Il est évident que la préoccupation majeure des émeutiers est de pouvoir disposer de blé et de seigle qui sont les denrées de première nécessité. Ainsi, M. de Crosne, intendant de la généralité, veille à ce qu’il y ait abondance de blé à la halle le 24 mars14. Le second sujet de préoccupation concerne le pain. Le même jour, le Parlement mande une enquête concernant un boulanger qui « avoit fait du pain qu’il avoit vendu un sol la livre, mais qu’il ne l’avoit fait que par charité pour une pauvre femme chargée de huit enfants et que ce pain, fait avec des recoupes dont il a remis un échantillon, n’étoit pas sain15 […] ». Le Parlement décide alors de nommer des commissaires et les charge « d’aviser aux moïens les plus efficaces de subvenir à la misère du peuple et lui procurer du soulagement16 ». Parallèlement à ces réflexions, la répression de ces émeutes permet d’arrêter trente-trois personnes, chiffre dérisoire compte tenu du nombre d’émeutiers rapportés quotidiennement par les commissaires de police au Parlement. L’étude de plusieurs documents – essentiellement conservés dans le fonds du Parlement de Normandie – nous permet ainsi de constater que parmi les prisonniers figurent seize femmes17. Précisons qu’il ne s’agit pas là d’une particularité des émeutes de 1768, puisqu’en 1752, lors d’une précédente émotion, quelques femmes figuraient dans les listes d’émeutiers et que les fileuses de coton s’étaient attroupées dans la ville afin de manifester leur mécontentement suite à « une ordonnance de l’intendant les obligeant à ne céder leurs produits qu’aux seuls fabricants18 […] ». Si les émeutes de 1768 sont avant tout frumentaires, on remarque cependant que parmi les huit prisonnières dont nous connaissons le métier, se trouvent une fileuse de laine, une trameuse, une lingère, une couturière, deux fileuses de coton, une lessivière et une femme de journée, soit sept d’entre elles issues du milieu du textile19. Ce constat est renforcé par une recherche dans les actes de mariage où généralement les professions des époux et des témoins sont mentionnées. Ainsi, pour l’ensemble des prisonniers, nous avons retrouvé six actes de mariage dont quatre mentionnent des métiers du textile, exercés soit par les mariés, soit par leurs témoins qui sont exclusivement des membres de la famille. Nous pouvons citer le cas d’Anne Miquelle, femme de journée, mariée le 22 octobre 1759 à Marin Lefebvre, compagnon toilier dont les témoins – respectivement les frères des mariés et le neveu de la mariée –, exercent cette même profession20.

  • 21 Nippes et hardes désignent des objets de parure tels des bijoux et des vêtements. Par ailleurs, su (...)
  • 22 Le magasin de blé du sieur Tourneroche, situé dans la paroisse Saint-Maclou, est pillé le 22 mars.
  • 23 ADSM, 1 B 1544, arrêts sur rapport de la Grande Chambre, 12 avril 1768.

5Si la majorité des prisonniers sont relâchés après leur interrogatoire, neuf d’entre eux, dont cinq femmes, restent enfermés à la conciergerie et sont présentés le 12 avril devant les chambres du Parlement pour leur procès. Les deux chefs d’accusation sont le flagrant délit de pillage d’un magasin de blé et pour certains d’entre eux la suspicion d’être l’auteur des séditions. Les interrogatoires, consignés dans le registre secret du Parlement coté 1 B 286, nous permettent ainsi de mieux saisir l’état d’esprit animant les émeutiers. La pauvreté est très clairement le facteur omniprésent. Ainsi, Catherine Capron, trameuse de 18 ans de la paroisse de Saint-Vivien, reconnaît avoir commis « une action qu’elle sçavoit criminelle » en expliquant « qu’étant sept enfans dans la maison et voïant que sa mère estoit obligé de vendre peu à peu ses nipes et hardes pour pouvoir vivre, la répondante prit une poche et fut comme les autres prendre du bled et seigle jusqu’à la valeur de trois quartes dans un magasin qui étoit ouvert21 ». Le témoignage d’Élisabeth Paris, femme de Charles la Caille, fileuse de coton de la paroisse de Saint-Maclou, indique que cette situation perdure depuis plusieurs mois, puisqu’il lui est reproché « d’avoir tenu des propos séditieux il y a deux ou trois mois lors du transport de blé dans un magasin de la rue de la Chèvre » : « elle avoit dit qu’il n’y avoit qu’à prendre un couteau et en crever les sacs. » Tous les accusés reconnaissent volontiers leur participation au pillage, à l’exception d’Anne Miquelle qui sera acquitée, et émettent même pour certains des regrets. Ainsi Anne Allin, femme de Pierre Carpentier, fileuse de laine et vendeuse de pois et de fèves cuites dans les rues de la paroisse Saint-Vivien, dit « qu’elle fut le lendemain demander excuses au sieur Tourneroche et luy offrit de le paier quand elle auroit gagné quelqu’argent, ce dont ledit sieur Tourneroche a donné un billet à la répondante22 ». Le jugement rendu condamne le principal suspect à trois ans de galères et au marquage au fer, alors que les autres sont admonestés23.

  • 24 ADSM, 1 B 286, séance du 28 mars à 8 heures.

6Enfin, signalons la participation des femmes à des mouvements de foule comme par exemple le 28 mars, où la séance des chambres du Parlement de 8 heures est interrompue par un particulier qui vient rendre compte « […] qu’il y avoit au port un batteau chargé de différentes provisions pour la ville, qu’il s’étoit amassé sur le quay plusieurs femmes qui avoient dit qu’il y avoit du bled dans ce batteau et qu’elles prétendoient qu’on le leur delivrat à 4 livres24 […] ». La foule sera dissipée par l’intervention des troupes du duc d’Harcourt.

7Ainsi, l’étude des archives nous permet d’avoir un éclairage nouveau sur les événements de mars 1768 et la participation active des travailleurs du textile et plus particulièrement des femmes. Il semble bien y avoir une corrélation entre ces émotions populaires et la mise en place des ateliers de filature. Si les commissaires chargés par le Parlement de trouver des solutions pour subvenir aux besoins des pauvres proposent des mesures quant au prix du pain, une solution basée sur le travail est rapidement proposée et validée par l’intendant.

L’implication des femmes dans les ateliers de filature

8Il est intéressant de noter que lorsque les autorités souhaitent donner du travail au plus grand nombre de personnes, c’est vers des travaux de filature qu’elles s’orientent. Cependant, il est difficile d’estimer le nombre de fileurs et de fileuses à Rouen, puisqu’il ne s’agit pas d’une corporation, et d’autre part, cette activité peut être exercée soit dans un atelier soit à domicile. C’est donc pour beaucoup une activité secondaire permettant d’améliorer le quotidien.

  • 25 ADSM, 3 E 1/ANC/tiroir-170, dossier relatif au travail des pauvres : lettre de Charles Ier-Frédéri (...)

9Au XVIIIe siècle, plusieurs solutions sont éprouvées pour aider et subvenir aux besoins des ouvriers et plus particulièrement des femmes. En 1709, pour aider le plus grand nombre d’ouvriers de la ville, un atelier public est mis en place pour les hommes, la manufacture de lacets est réouverte et les femmes reçoivent du coton à travailler chez elles25. Pour ce faire elles doivent alors obtenir auprès du curé de leur paroisse un certificat de pauvreté qu’elles remettent ensuite aux autorités afin de retirer le coton. Le système proposé en 1768, établi sur le même principe, est cependant plus complexe dans son organisation.

  • 26 ADSM, 5 Ep 543, registre de délibérations de la corporation des merciers-drapiers, séance du 28 ma (...)
  • 27 ADSM, G 5421, registre des délibérations de la chambre ecclésiastique du diocèse de Rouen.
  • 28 ADSM, G 7033, registre des délibérations de la fabrique de la paroisse Saint-Maclou. Nous n’avons (...)

10Dès le 28 mars, la corporation des merciers-drapiers réunit son assemblée pour évoquer la situation et envisager une cotisation, à la demande de l’intendant, pour financer « les moyens qu’on jugeoit les plus convenables d’employer » pour aider les pauvres26. Le 1er avril, l’intendant sollicite une rencontre avec l’archevêque afin de s’assurer d’une aide financière prenant la forme d’une souscription de charité27. Enfin, le 11 avril, il reçoit les curés des paroisses de Saint-Maclou, Saint-Vivien et Saint-Nicaise, qui sont les plus peuplées et les plus touchées par les émotions populaires, pour leur soumettre le projet des ateliers de filature28. Parallèlement à ces rencontres, le rapport de 1770 évoque les différents projets envisagés, toujours en relation avec l’industrie cotonnière, avant que le choix ne s’arrête finalement sur l’entreprise estimée la plus avantageuse pour les fileurs : « On pensa qu’il était possible de leur [les pauvres] faire délivrer du coton en laine au prix courant dans les magasins et de reprendre le coton qu’ils auraient filé, en en payant la valeur sur l’estimation qui en serait faite par des gens connaisseurs du métier. »

  • 29 ADSM, 3 E 1/1ANC 345/1 et 345/2.

11MM. Bordier et Le Vavasseur, échevins alors en fonction et négociants de leur état, sont nommés pour assurer le suivi et l’organisation générale des ateliers. Ils décident de confier la gestion dans les trois paroisses à des femmes. Celles-ci sont alors chargées de donner le coton aux pauvres sur présentation du certificat du curé, à raison d’une livre de coton par personne, d’estimer la qualité du travail, de payer chaque personne en conséquence et enfin d’assurer la vente du coton filé. Elles sont donc les pivots de cette entreprise de charité. Les archives de ces ateliers ne nous permettent de connaître les noms que pour deux d’entre elles : Mme de la Barre, responsable de l’atelier de Saint-Maclou, et Mme Le Sueur, responsable de Saint-Vivien29. Nous n’avons pas d’autres éléments qui puissent nous permettre de connaître leur métier. On peut cependant supposer qu’elles travaillent toutes deux dans le textile, puisque l’évaluation du travail réalisé nécessite de bonnes connaissances en ce domaine. Le rapport de 1770 mentionne juste le cas fort intéressant de Mme Le Sueur qui se verra remettre par la corporation des merciers-drapiers la somme de 500 livres afin de pouvoir se procurer une lettre de maîtrise pour intégrer cette corporation. L’étude des livres de caisse nous permet de constater que c’est elle qui vend effectivement le plus de coton, revendant également parfois ceux de la paroisse de Saint-Maclou et de Saint-Nicaise. Les ventes effectuées par ces femmes se font directement dans des magasins installés dans chaque paroisse. Le rapport insiste sur le risque qu’elles prennent en étant exposées au mécontentement des fileurs si leur estimation n’est pas conforme aux attentes de ces derniers, et en mettant leur réputation en jeu. L’exemple de Mme Le Sueur en est la parfaite illustration, puisque la reconnaissance de son travail lui permet d’accéder au titre de maître mercier-drapier.

  • 30 ADSM, 5 Ep 543.

12Le peu d’archives conservées ne permet pas d’apprécier pleinement le rôle des femmes dans ces ateliers. En effet, le livre sur lequel les fileurs devaient s’inscrire n’a été conservé pour aucune paroisse. Cependant, une délibération des merciersdrapiers, en date du 20 avril 1768, confirme que ces ateliers sont destinés avant tout aux femmes30.

13C’est donc par l’étude des deux livres de caisse que nous pouvons mesurer l’implication des femmes dans l’achat et la vente de cotons filés. On constate que si les hommes sont plus nombreux et plus actifs au début de cette entreprise, ce sont bien les femmes qui, sur le long terme, y contribuent le plus largement. Ainsi, pour l’année 1768, nous comptabilisons 24 hommes achetant du coton, essentiellement de mai à août, à l’exception du sieur Le Sage, concierge de la halle. Les femmes commencent à vendre et à acheter du coton filé dès juin et leur présence s’accentue au fil des mois. Ce sont en tout 17 femmes qui sont mentionnées dans ces deux registres. Cependant, nous ne connaissons que leur nom, ce qui est insuffisant pour mener d’autres recherches et faire des rapprochements avec des corporations. Ces ateliers de charité prennent fin en octobre 1769 et, selon le rapport, ont permis de faire travailler près de 4 000 personnes.

  • 31 ADSM, G 2836, lettre de l’intendant adressée aux maire et échevins de la ville et un extrait des r (...)

14À travers cet épisode de près de dix-huit mois, nous avons une illustration du rôle des femmes dans la vie économique et sociale de la ville. Il est en effet intéressant de constater que ces ateliers, mis en place pour venir en aide aux fileuses, sont gérés par des femmes et que la production de coton filé est vendue mais également achetée essentiellement par des femmes. Cela est à mettre en regard de leur participation aux émotions populaires et de la prise de conscience des difficultés rencontrées par les crises de subsistances et de l’importance du travail féminin au sein de la cellule familiale. En 1775, alors qu’une nouvelle crise frappe la ville, l’administration propose de mettre à nouveau ce système en place31. Pendant la Révolution, ces ateliers de filature se généraliseront dans de nombreuses villes permettant ainsi d’employer le plus grand nombre de femmes.

Annexes

Annexe

Liste des femmes interpellées lors des émotions des 22 et 23 mars 176832

Anne Allin, femme de Pierre Carpentier, âgée de 62 ans, de la paroisse de Saint-Vivien, fileuse de laine et vendeuse de poids et de fèves cuites

Catherine Capron, âgée de 18 ans, de la paroisse de Saint-Vivien, trameuse

Aimée Cardon, âgée de 21 ans, de la paroisse Saint-Sever, lingère

Françoise Dubosc, âgée de 20 ans, de la paroisse Saint-Sever, couturière

Marie-Anne Dubusc, âgée de 26 ans, de la paroisse de Saint-Étienne-du-Rouvray, fileuse de coton Françoise Dufresne

Marie-Madeleine Le Mercier, veuve d’Antoine Le Riche, de la paroisse de Sotteville-lès-Rouen

Anne-Marguerite Le Roy

Marie-Anne Le Roy Marie-Marguerite Longuemare, femme de Jean Le Roy et mère des deux précédentes femmes, âgée de 49 ans, de la paroisse de Sotteville-lès-Rouen

Catherine Luce, veuve de Joseph Cardon, âgée de 50 ans, de la paroisse de Grand-Quevilly

Marguerite Mazier, veuve de Louis Picard

Anne Miquelle, femme de Marin Lefebvre, âgée de 42 ans, de la paroisse de Saint-Sever, femme de journée

Catherine Pantin

Élisabeth Paris, femme de Charles la Caille, âgée de 38 ans, de la paroisse de Saint-Maclou, fileuse de coton

Marie Rimbert, veuve de Jean Hüe, âgée de 55 ans, de la paroisse de Saint-Sever, lessivière

Notes

1 Jacques Levainville, « Les ouvriers du coton dans la région de Rouen », Annales de Géographie, 1911, t. 20, no 109, p. 52-64.

2 Christian Paultre, De la répression de la mendicité et du vagabondage en France sous l’Ancien Régime, Genève, Slatkine-Megariotis Reprints, 1975 [fac-similé].

3 Ainsi le Parlement de Paris rend plusieurs arrêts en 1693, 1709 et 1740 contraignant les paroisses à venir en aide aux pauvres. Le 10 janvier 1741, le Parlement de Rouen rend un arrêt réglementant l’établissement de cotisations en vue de la subsistance des pauvres. Voir Camille Bloch, L’assistance et l’État en France à la veille de la Révolution (généralités de Paris, Rouen, Alençon, Orléans, Châlons, Soissons, Amiens, 1764-1790), Paris, Alphonse Picard et fils, 1908.

4 On dénombrait près de 2328 pauvres dépendant de l’Hôtel-Dieu de Rouen en 1767 (ADSM, Hospices civils de Rouen. Inventaire sommaire des archives, Rouen, 1866, p. 167).

5 À Rouen, en 1768, plusieurs travaux de voirie sont réalisés : élargissement de la voie sur le chemin d’Eauplet, réfection de la côte de Beauvoisine, raccordement des rues Bouvreuil et Beauvoisine. Voir le compte rendu du 22 juin 1770, ADSM, 3 E 1/ANC/tiroir 345.

6 Ces archives sont conservées depuis 2010 aux ADSM, suite à une convention de dépôt établie avec la ville de Rouen. Le dossier relatif à ces ateliers de filature est conservé sous la cote suivante : ADSM, 3 E 1/ANC/tiroir 345.

7 Camille Lion, « Notes sur les travaux publics et filature de coton établis à Rouen dans les paroisses de Saint-Maclou, Saint-Vivien et Saint-Nicaise en 1768 et 1769 pour le soulagement des pauvres et leur subsistance », Bulletin de la société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de la Seine-Maritime, 1933, p. 23-37.

8 Camille Ferdinand-Dreyfus, « Note sur les ateliers charitables de filature de 1789 à 1795 », Revue philanthropique, vol. 16, novembre 1904-avril 1905, p. 125-130.

9 Rapport du 22 juin 1770, ADSM, 3 E 1/ANC/tiroir-345, p. 1.

10 L’analyse d’une liasse, cotée A2 dans le fonds de l’hospice général, concernant le privilège accordé à l’hospice général de percevoir un rhun de sel sur chaque vaisseau, bateau, allège, etc., permet d’obtenir des chiffres précis de la population inscrite. Ainsi, au XVIIIe siècle, le nombre des inscrits est de 1 437 en 1724 et il atteint, au 24 décembre 1768, 2 100 (ADSM, H dépôt 2, fonds de l’hospice général, A2).

11 L’expression « émotions populaires » est celle qui a le plus d’occurrences dans les comptes rendus du Parlement ainsi que dans les courriers échangés conservés dans le fonds de l’Intendance. Plusieurs magasins de blé et des moulins sont pillés, un homme est tué, des entrepreneurs et manufacturiers sont menacés.

12 Toutes ces pièces sont conservées aux ADSM, dans les séries B et C. Voir plus particulièrement les registres secrets du Parlement : 1 B 286, ainsi que la copie de la lettre de M. de Miromesnil, en date du 23 mars 1768, adressée à M. le vice-chancelier, M. Bertin, M. de Laverdy, M. le duc de Choiseul et M. le duc d’Harcourt (C 107).

13 Lettre du 22 mars 1768 : « […] mais malheureusement nous n’avons pas pu éviter le pillage de quelques magasins, scavoir aux Cordeliers, dans la rue de la Chèvre, dans la rue des Crottes, dans la rue Saint-Vivien, auprès du Vieux palais, dans la rue de l’Épée et aux Augustins […] » (ADSM, C 107).

14 ADSM, C 107, lettre du 24 mars 1768.

15 ADSM, 1 B 286, compte rendu de la séance du 24 mars 1768 à 11 heures.

16 Ibid., compte rendu de la séance du 25 mars 1768 à 8 heures 30.

17 Voir l’annexe figurant en fin d’article.

18 Guy Lemarchand, dans Pascal Dupuy et Yannick Marec (dir.), Féodalisme, société et Révolution française : études d’histoire moderne, XVIe-XVIIIe siècles, Caen, Comité régional d’histoire de la Révolution (Haute-Normandie), 2000.

19 Parmi les quatre hommes arrêtés dont nous connaissons le métier figurent deux compagnons toiliers (ADSM, 1 B 286).

20 ADSM, 4 E 2184, Rouen, paroisse Saint-Sever.

21 Nippes et hardes désignent des objets de parure tels des bijoux et des vêtements. Par ailleurs, sur les neuf prisonniers concernés par le procès, Catherine Capron est la seule qui sait écrire et qui signe son interrogatoire.

22 Le magasin de blé du sieur Tourneroche, situé dans la paroisse Saint-Maclou, est pillé le 22 mars.

23 ADSM, 1 B 1544, arrêts sur rapport de la Grande Chambre, 12 avril 1768.

24 ADSM, 1 B 286, séance du 28 mars à 8 heures.

25 ADSM, 3 E 1/ANC/tiroir-170, dossier relatif au travail des pauvres : lettre de Charles Ier-Frédéric de Montmorency-Luxembourg, duc de Luxembourg, gouverneur et lieutenant général de la province de Normandie.

26 ADSM, 5 Ep 543, registre de délibérations de la corporation des merciers-drapiers, séance du 28 mars 1768.

27 ADSM, G 5421, registre des délibérations de la chambre ecclésiastique du diocèse de Rouen.

28 ADSM, G 7033, registre des délibérations de la fabrique de la paroisse Saint-Maclou. Nous n’avons retrouvé mention de cette réunion que pour cette paroisse.

29 ADSM, 3 E 1/1ANC 345/1 et 345/2.

30 ADSM, 5 Ep 543.

31 ADSM, G 2836, lettre de l’intendant adressée aux maire et échevins de la ville et un extrait des registres de délibérations de la ville de Rouen.

32 Sources: ADSM, 1 B 5509, 1 B 286, 1 B 1544, 1 B 1543.

Table des illustrations

Titre Échantillons de coton teint en bleu à Rouen, 1750. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 617.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4060/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre Trois amies au rouet, 1907 ; la petite fileuse, cartes postales, vers 1900. 14 x 9 cm. ADSM, fonds iconographiques, 2 Fi costume 102 et 104.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4060/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4060/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 202k

Auteur

Attachée de conservation, est chef du service des collections et du développement scientifique au Pôle Archives historiques des Archives départementales de Seine-Maritime.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540