Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Deuxième partie. Les femmes et le textile (XVIIIe-XIXe siècles)

Les couturières de Rouen au XVIIIe siècle

Mélanie Bellenger-Jouanne

Texte intégral

  • 1 Clare Haru, Crowston, Fabricating Women. The seamstress of Old Regime France, 1675-1791, Durham, D (...)

1L’idée aujourd’hui répandue que la couture est une affaire de femmes n’a pas toujours été aussi populaire : elle ne l’est que depuis la propagation des idées de Rousseau dans son très fameux Émile1 puisque, avant la fin du XVIIe siècle, la pratique de l’art du vêtement en communauté de métier était exclusivement masculine. Non que les couturières fussent absentes du paysage urbain, mais elles n’avaient aucun moyen, avant la fin du XVIIe siècle, de rejoindre ou de créer une communauté de métier dédiée au métier de la couture. Elles étaient soit ouvrières, souvent de manière illégale, soit « veuves de tailleur », en gardant le privilège de leur défunt mari.

2Colbert, dans le dernier tiers du XVIIe siècle, impose la création de nouveaux métiers, dans le but d’assurer un meilleur contrôle des communautés et de pacifier le secteur du commerce en perpétuel conflit. Les couturières font partie de ces nouveaux métiers rassemblés en jurande, bien qu’elles aient déjà exercé auparavant ; on retrouve des traces de couturières dans les registres de la ville de Rouen au début du XVIe siècle. Clare Haru Crowston l’affirme pour les couturières de Paris : elles demandaient à se regrouper en communauté depuis longtemps. S’il ne reste aucune trace de ce genre de démarches dans les fonds documentaires des ADSM, il n’est pas impossible que les couturières rouennaises aient fait de même. Dans les villes commerçantes du Nord de la France, les femmes occupent une place importante. En Normandie, a fortiori à Rouen, il était commun de considérer qu’une « femme qui ne travaille pas est une mauvaise chose pour la maison », mais cela ne veut pas dire qu’elles étaient considérées de façon égale à métier égal. Comme le rappelle si justement C. H. Crowston, les femmes sont vues comme désorganisées, immatures, faibles, sujettes à la prostitution et au vice. Ces idées se retrouvent dans tous les milieux sociaux, et la présence de communautés féminines, comme les lingères, et celle de veuves dans les communautés masculines, ne semble pas faire changer les mentalités.

  • 2 Dans le cadre d’un schéma-type : maître tailleur qui embauche un ou des compagnons et forme un app (...)

3Les couturières ne font pas exception : lors de leur réunion en communauté, elles sont désignées d’office par le terme de « couturières ». Au XVIe siècle, des registres utilisent « couturière » pour désigner ce métier libre, c’est donc un terme ancré depuis longtemps dans les esprits. Mais au-delà d’une simple officialisation du métier, avec ses prérogatives attitrées, on peut s’interroger sur l’absence d’égalisation des termes : cela n’aurait pas été source de confusion et n’appelait-on pas déjà les veuves « tailleuses » ? Les couturières étaient pour beaucoup des petites mains, considérées comme peu qualifiées et de toute façon limitées par les droits des tailleurs. Si l’on compare avec le partage des tâches dans le corps des tailleurs2, la couture est l’emploi des compagnons tandis que les tailleurs mesurent et taillent le tissu, étape complexe et délicate dont la réalisation est prestigieuse. Les couturières, alors qu’elles taillent aussi – elles s’occupent de toutes les étapes –, seraient donc des maîtresses bas de gamme ?

  • 3 Virginie Lemonnier-Lesage, Le statut de la femme mariée dans la Normandie coutumière. Droit et pra (...)

4Les couturières rouennaises sont réunies officiellement le 26 octobre 1675 par arrêt du Conseil d’État. Elles deviennent alors marchandes publiques, un statut dont la coutume de Normandie ne fait pas mention : on se réfère directement à la coutume de Paris qui décrète qu’une femme mariée, qu’elle soit séparée ou non, si elle exerce un métier différent de celui du mari, et avec l’autorisation de ce dernier (tacite ou déclarée), est une marchande publique3. Leurs statuts ayant disparu des archives, leurs droits de confections sont mal connus ; mais si on en croit les statuts de la communauté des tailleurs, elles ne peuvent strictement rien faire. Elles ont donc dû hériter des mêmes droits que les parisiennes, à savoir les habillements des femmes et des enfants, à l’exception des corps baleinés et des garçons au-delà de huit ans. Elles ne pouvaient également tenir boutique ouverte, ce qui les obligeait à travailler chez elles ou chez leur employeur.

5La communauté ne diffère pas d’une autre dans son organisation : le « bureau » est formé de « gardes », dont une responsable de la trésorerie, élus par vote en assemblée générale. Ces gardes sont chargés de récolter les taxes, et de faire passer les épreuves d’admission, entre autres fonctions. On retrouve la mention d’une confrérie associée au métier, sans en connaître l’organisation précise, la Confrérie de Saint-Jean. Ce qui va distinguer les couturières de leurs rivaux tailleurs, c’est leur système solidaire, car non seulement elles font bloc face à l’adversité, qu’elles soient en communauté ou en métier libre, mais les accès à la maîtrise ne sont pas aussi fermés qu’ailleurs : les filles de maîtresses ne raflent pas tous les postes ouverts. Les registres plumitifs d’enregistrement des métiers permettent un recensement partiel des modes de réception.

TABLEAU 5. Modes de réception des tailleurs et couturières de Rouen entre 1701 et 1778

Mode de réception

Couturières

Tailleurs

Chef-d'œuvre

44 %

12 %

Filiation

41 %

56 %

Mariage

Sans objet

22 %

Bureau

4 %

3 %

Recommandation

Moins de 1 %

Sans objet

Inconnu

4 %

Sans objet

Suffisance

7 %

6 %

Bulle papale

Sans objet

1 %

Source : ADSM, 4 BPL 32 76, Plumitifs pour enregistrement des métiers, M. le lieutenant général de police au baillage de Rouen, 1701-1790. Les tailleurs sont ici à titre comparatif.

  • 4 Ce pourcentage élevé s’explique par l’absence de numerus clausus à Paris, mais toutes n’accèdent p (...)

6Cette différence entre les deux communautés s’explique non seulement par une volonté d’ouvrir à toutes une possibilité d’être maîtresse et d’avoir une situation, mais aussi par le peu de mariages contractés par les maîtresses couturières. Il y a donc moins d’ayants droit à la maîtrise par filiation. De plus, laisser des compagnes de côté mènerait à coup sûr à des suppliques suivies d’actions en justice. C’est effectivement la même chose qui se passe à Paris, où 75 % des maîtresses reçues le sont hors filiation4.

  • 5 ADSM, C 478, lettre du 9 octobre 1764 : « […] la Communauté étant bornée au nombre de cent cinquan (...)

7Officiellement, les méthodes de réception sont le chef-d’œuvre et la filiation, avec quelques places pour le « bureau ». En réalité, certaines sont aussi reçues « par suffisance » et il est notable que la filiation soit admise même quand la mère a renoncé à son métier : c’est le cas de Catherine Delaune, épouse Mancel, reconvertie dans les années 1750 et dont la fille devient maîtresse couturière par filiation en 1762. Le nombre de maîtrises autorisé était limité et, selon les registres plumitifs, elles avaient le droit de recevoir une nouvelle maîtresse quand l’une d’elles décédait. En réalité, à partir de la fin des années 1760, à la suite du long procès qui les oppose aux tailleurs, on peut aussi renoncer à son métier « en faveur de… » : souvent les mères pour leurs filles, mais aussi pour des « apprenties » – en réalité des compagnes5. Si les compagnes ne sont pas laissées pour compte dans cette procédure, il faut noter qu’elles connaissent, comme dans toutes les autres communautés, une période sans réception des années 1750 jusqu’en 1768. Entre temps, seules les « filles de » sont reçues. De cette manière, le numerus clausus semble respecté mais, quand on étudie les registres de capitation, on se rend compte que les règles étaient peu respectées.

Almanach de Rouen, 1779. 13 x 8,5 cm. ADSM, bibliothèque, Ann 6/6. Robe de mariée. 135 cm. Prêt du Parc naturel des Boucles de la Seine Normande.

Almanach de Rouen, 1779. 13 x 8,5 cm. ADSM, bibliothèque, Ann 6/6. Robe de mariée. 135 cm. Prêt du Parc naturel des Boucles de la Seine Normande.

8Le compte et nombre des maîtresses, ainsi que leurs droits de confection, sont un sujet de conflit permanent entre les deux communautés des couturières et tailleurs. Les veuves des tailleurs qui continuent le métier de leurs époux sont mentionnées dans les registres de la communauté comme « tailleuses » : elles étaient mieux considérées par leurs pairs que les couturières. Les procès sont nombreux et loin d’être exceptionnels : Steven Kaplan en détermine la cause principale, à savoir que les communautés de métiers se divisent souvent en différents corps alors que leurs prérogatives se chevauchent, ou pire, sont les mêmes. Les couturières et les tailleurs en sont un exemple parfait. Tout d’abord considérées comme de fausses ouvrières, les tailleurs n’auront de cesse de les visiter et de tenter de contrôler leur communauté et de les discréditer : « mauvais ouvrage », ouvrage en-dehors des prérogatives du métier, emploi illégal… Ces attaques sont classiques entre les communautés : les tailleurs adressent les mêmes reproches aux fripiers ou aux chaussetiers. Visiter un métier est aussi une manière de le dénigrer, comme si les gardes du métier visé ne savaient pas gérer leur corps, et cachaient délibérément les malfaçons et l’embauche illégale, ce qui n’est pas totalement le cas.

  • 6 ADSM, C 142, courrier du 9 septembre 1757.
  • 7 Daryl A. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, (...)

9En revanche, la crainte d’une concurrence féminine se ressent dans un procès qui les oppose pendant 17 ans. Les couturières sont attaquées pour leur « compte et nombre », à savoir les maîtresses surnuméraires. Elles étaient limitées, dès leur création, à un maximum de 60 maîtresses, sûrement pour éviter toute concurrence vis-à-vis des tailleurs et donc des procès coûteux, mais ce numerus clausus est largement dépassé au milieu du siècle, quand on arrive à 175 maîtresses6. Les couturières semblent avoir intégré les stratégies des communautés assez rapidement, usant de provocation et en faisant durer les procédures. On peut se demander si le choix de dépasser les limites imposées n’implique pas une forme de protestation allant au-delà de la simple défense du métier. Les femmes, par l’accession à la maîtrise, sont indépendantes de l’autorité du père ou du mari. Indépendantes financièrement, juridiquement, elles deviennent les égales des hommes et répondent devant les différentes instances de la même manière. Elles sont d’ailleurs considérées comme « femmes marchandes publiques ». Ce statut est tout de même une exception : les femmes incorporées représentent 10 % des maîtres de la ville en 1775, sans compter les veuves qui forment, elles aussi, 10 % des communautés masculines, soit en tout 700 femmes marchandes dans la ville de Rouen, dont une centaine de couturières en moyenne7. On peut aisément comprendre que la situation n’est pas assez prégnante dans la société pour la faire véritablement évoluer quant au statut des femmes et de leur emploi ; l’émancipation est, en somme, toute relative, mais pas négligeable.

10Avaient-elles conscience de leur genre ? Dans une certaine mesure, si l’on en croit un mémoire des couturières écrit en 1781. Les couturières, suite à l’ouragan Turgot sur leur profession, se retrouvent en métier libre et d’autant plus importunées par leurs rivaux, qui multiplient les saisies malgré les procès qu’ils perdent. Elles considèrent que les métiers sont distincts par le genre des personnes qui le pratiquent :

  • 8 ADSM, C 142, Mémoire des couturières de la ville de Rouen, décembre 1781.

Soit par l’emploi des matières, soit par la coupe, soit par les assortiments des étoffes [...] S’il y avoie une inspection à exercer, elle appartiendroit sans doute aux couturières, car on a plusieurs exemples, tous les jours, de femmes qui taillent et font des habits au lieu que les tailleurs n’ont jamais habillé de femme et on leur defieroit même de faire. Il faut une toute autre grâce et une toute autre délicatesse pour ce genre de travail, dont une main d’homme n’est pas susceptible. Le rapport d’une étoffe à fleur seroit un labyrinthe pour le plus habile des tailleurs d’hommes. La grâce et l’arrengeance d’une garniture lui feroit tourner la tète autant pour le moins que la beauté qu’il auroit à parer8.

11Il est clair qu’elles considèrent les habits féminins comme étant de leur ressort, les hommes ne pouvant comprendre, selon elles, les arrangements qu’elles maîtrisent à la fois pour elles et pour leurs clientes. Cette prise de conscience reste, en tout cas pour ces couturières, relativement limitée : ici, l’argument sert surtout à défendre leurs droits ; aussi, quoi de plus logique que d’utiliser la séparation entre hommes et femmes ? Cette émancipation se manifeste dans les réceptions, comme nous l’avons vu, mais aussi dans leur choix de vie privée. La proportion de femmes seules est en effet très importante.

TABLEAU 6. État civil des couturières

TABLEAU 6. État civil des couturières

Source : ADSM, C 344, Capitation des arts et métiers, année 1757 ; C 350, id., année 1765 ; C 355, id., année 1770 ; C 364, id., année 1777.

12Au vu du statut de la femme marchande publique, cette stratégie se comprend aisément : elles gèrent totalement leur commerce, dans leur pleine capacité juridique, sans risque d’abus de la part de l’époux. Toutefois, les femmes mariées, ayant un foyer assuré, pouvaient développer leur activité en prenant moins le risque de tomber dans la précarité. Le nombre de couturières dans certaines rues et certains quartiers de Rouen peut d’ailleurs laisser penser que certaines couturières célibataires ou veuves avaient recours à la colocation pour partager les frais, veiller les unes sur les autres et se protéger des assauts des tailleurs, prompts à détruire les ouvrages avant toute forme de procès.

  • 9 ADSM, 4 BPL 56, acte du 5 juin 1747.
  • 10 ADSM, 4 BPL 40, acte du 31 août 1709. Les généalogies n’ont pas pu être reconstituées.
  • 11 Un cas de procès existe à ce sujet : une couturière avait ouvert sa fenêtre pour travailler et ell (...)

13C. H. Crowston montre que les couturières parisiennes célibataires travaillaient avec leurs apprenties, compagnes (féminin de « compagnon », le second statut dans la communauté), mais aussi avec leurs nièces et autres membres de la famille. À Rouen, deux cas de couturières montrent un choix allant dans ce sens. Il est difficile de déterminer ces stratégies, les archives étant lacunaires, mais elles s’y apparentent ; deux maîtresses célibataires ont pris pour apprenties des jeunes filles portant le même nom : Anne-Geneviève Coquelin a pris Jeanne Coquelin en apprentissage en 17479 ; Anne Frémont forme Angélique Frémont en 170910. En partageant les frais, on évite de sombrer dans la déchéance : cela peut expliquer l’absence de faillites de couturières dans les archives. Former une apprentie et travailler avec des compagnes, voire vivre avec elles, permettait de les instruire aussi bien du métier que dans la vie privée : former le goût des jeunes filles, leur apprendre à lire et écrire, à gérer leur commerce, à marchander, leurs droits et leurs devoirs de femmes « émancipées », si elles parviennent à la maîtrise. Enfin, ce partage a l’avantage de briser la solitude : ne pouvant tenir boutique ouverte – ni même ouvrir une fenêtre montrant la dame à l’ouvrage11 – les femmes pouvaient ainsi se socialiser quelque peu.

  • 12 ADSM, 2 E 9/44, inventaire après décès de Suzanne Orange du 10 août 1754 ; ibid., 2 E 9/53, invent (...)
  • 13 ADSM, 2 E 7/110, inventaire après décès de Nicolas Hauguel du 15 décembre 1757 ; ibid., 4 BP 5385, (...)

14Les inventaires après décès nous montrent quelques cas de couturières célibataires très aisées si on en croit le contenu de leur logement : Suzanne Orange, décédée célibataire en 1754, possédait 34 livres, tous religieux12 ; il en est de même pour Charlotte Grosmare, célibataire décédée en 1763, qui possédait 20 livres de dévotion. En comparaison, on retrouve chez trois tailleurs des livres de philosophie, d’histoire et de religion13. Ces dames avaient largement de quoi fournir une dot, mais ont apparemment préféré rester seules, montrant ainsi que des alternatives à l’union matrimoniale étaient possibles. Dans le cas de nos couturières rouennaises, les stratégies aussi bien publiques que privées pour s’émanciper ne sont probablement pas issues d’une philosophie soutenue et réfléchie, mais sont au contraire le résultat d’un choix presque obligé, de la nécessité de vivre par et pour elles-mêmes, sans se voir demander une quelconque autorisation masculine. Ces communautés féminines, dans leur ensemble, et à fortiori les couturières, car créées sur le tard, ont su montrer qu’elles étaient tout aussi capables que leurs confrères masculins. La Révolution sembla à un moment entériner cet acquis, vite perdu au profit de l’image d’une « respectable femme au foyer » au siècle suivant.

Notes

1 Clare Haru, Crowston, Fabricating Women. The seamstress of Old Regime France, 1675-1791, Durham, Duke University Press, 2001.

2 Dans le cadre d’un schéma-type : maître tailleur qui embauche un ou des compagnons et forme un apprenti.

3 Virginie Lemonnier-Lesage, Le statut de la femme mariée dans la Normandie coutumière. Droit et pratiques dans la Généralité de Rouen, Clermont-Ferrand, Presses universitaires de la faculté de droit de Clermont-Ferrand, 2005.

4 Ce pourcentage élevé s’explique par l’absence de numerus clausus à Paris, mais toutes n’accèdent pas à la maîtrise. N’oublions pas qu’il fallait pouvoir payer les droits et réussir les épreuves.

5 ADSM, C 478, lettre du 9 octobre 1764 : « […] la Communauté étant bornée au nombre de cent cinquante, de façon que l’on ne reçoit aucune maîtresse qu’à mesure qu’il en meurt, il est d’ailleurs d’observation que la plupart de celles que l’on reçoit sont des filles de maîtresses qui demeurent chez père et mère […] »

6 ADSM, C 142, courrier du 9 septembre 1757.

7 Daryl A. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1650-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, vol. 54, no 1, 2007, p. 98-115.

8 ADSM, C 142, Mémoire des couturières de la ville de Rouen, décembre 1781.

9 ADSM, 4 BPL 56, acte du 5 juin 1747.

10 ADSM, 4 BPL 40, acte du 31 août 1709. Les généalogies n’ont pas pu être reconstituées.

11 Un cas de procès existe à ce sujet : une couturière avait ouvert sa fenêtre pour travailler et elle a été accusée de « faire boutique ouverte ».

12 ADSM, 2 E 9/44, inventaire après décès de Suzanne Orange du 10 août 1754 ; ibid., 2 E 9/53, inventaire après décès de Marie Charlotte Grosmare du 23 novembre 1763.

13 ADSM, 2 E 7/110, inventaire après décès de Nicolas Hauguel du 15 décembre 1757 ; ibid., 4 BP 5385, scellé après décès de Jean-Laurent Dolique du 10 février 1776 ; ibid., 2 E 10/60, inventaire après décès de Daniel Levigreux du 10 novembre 1735.

Table des illustrations

Titre Almanach de Rouen, 1779. 13 x 8,5 cm. ADSM, bibliothèque, Ann 6/6. Robe de mariée. 135 cm. Prêt du Parc naturel des Boucles de la Seine Normande.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4058/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 786k
Titre TABLEAU 6. État civil des couturières
Légende Source : ADSM, C 344, Capitation des arts et métiers, année 1757 ; C 350, id., année 1765 ; C 355, id., année 1770 ; C 364, id., année 1777.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4058/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 45k

Auteur

Titulaire du master Sciences historiques (université de Rouen).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540