Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Deuxième partie. Les femmes et le textile (XVIIIe-XIXe siècles)

L’ambiguïté des appartenances : les artisanes rouennaises du XVIIIe siècle entre identités professionnelles et stratégies familiales

Beatrice Zucca Micheletto

Texte intégral

  • 1 Alice Clark, Working Life of the Women in the Seventeenth Century, London, Routledge, 1919, p. 6-7.
  • 2 Angela Groppi, « Introduzione », dans Il lavoro delle donne, Angela Groppi (dir.), Roma-Bari, Later (...)
  • 3 Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, The Pennsylvania State Uni (...)

1Cet article étudie les notions d’identité professionnelle et de stratégie familiale à Rouen au cours du XVIIIe siècle à partir d’une réflexion sur le travail des femmes mariées. Selon Alice Clark, dans les sociétés d’Ancien Régime, le système de production était basé sur l’unité familiale ; sphère domestique et sphère de la production se superposaient dans la family industry composée par les parents, les enfants, les serviteurs et serveuses et les apprenti(e)s1. Ce modèle suggère évidemment le rôle complémentaire du travail des femmes mariées dans les familles artisanales de l’époque préindustrielle. Selon Angela Groppi, l’économie familiale est une véritable « cage » conceptuelle2 qui a lourdement contribué à la définition du travail féminin comme résiduel. Le travail des femmes mariées a été considéré uniquement comme étant une prolongation du travail domestique et du soin assuré par les femmes aux membres de leur famille et non pas comme une expérience autonome. De l’autre côté, le cas des maîtresses rouennaises, organisées dans des corporations entièrement féminines ou mixtes, et largement étudié par Daryl M. Hafter3, montre que, dans certaines circonstances, les femmes pouvaient jouir de prestige et d’autorité dans le monde du travail et avoir une certaine reconnaissance sociale. Bien évidemment cela ne signifie pas que le travail des femmes mariées fût orienté vers l’épanouissement personnel ou quelque sorte d’émancipation ; dans les sociétés d’Ancien Régime, tous, hommes et femmes, jeunes et âgés, étaient censés travailler pour leur survie et celle de leur famille. Pourtant, à Rouen, le travail était perçu par les femmes elles-mêmes comme une expérience autonome ayant une valeur en soi et conférait aux femmes une identité professionnelle reconnue par la société.

  • 4 Sur la nécessité de repenser le travail d’Ancien Régime comme une ressource susceptible d’être mani (...)

2Le cas rouennais permet aussi de réfléchir à la grande variété des configurations relationnelles qui existait autour du travail des femmes mariées, et de briser ainsi une description trop cohérente et uniforme de l’activité de la famille et une image trop idéalisée de la figure de l’artisane indépendante. En effet, comme on le montrera dans les pages qui suivent, les appartenances communautaires étaient importantes mais coexistaient avec des logiques économiques basées sur des stratégies familiales capables de remettre en discussion les bornes entre jurandes et familles, ou, à la limite, de les rendre plus fluides et passibles d’être manipulées et modifiées par les individus. Dans le monde de l’artisanat, le degré d’enchevêtrement et/ou d’indépendance entre les métiers des conjoints était difficile à définir ; et si les deux époux étaient censés œuvrer pour la survie et le bien-être de toute la famille, leur stratégie économique ne se basait pas forcément sur le partage d’une même activité. Selon cette perspective, donc, même dans une ville jurée comme l’était Rouen depuis le Moyen Âge, le monde du travail n’était pas uniquement un lieu d’identité professionnelle (masculine ou féminine) mais aussi un espace d’occasions, une ressource que les individus pouvaient manipuler pour ouvrir des espaces d’action et de manœuvre4.

Les femmes et les enfants dans l’atelier de famille

  • 5 Sur les corporations et les veuves à Rouen, voir Daryl M. Hafter, « Les veuves dans les corporation (...)
  • 6 ADSM, C 352. Il s’agit de données qui confirment les pourcentages élaborés par Hafter à partir de l (...)

3Dans les sociétés d’Ancien Régime, les femmes et les enfants étaient une main d’œuvre cruciale pour le fonctionnement de la boutique/atelier de la famille. À Rouen, les nombreuses corporations reconnaissaient l’importance de cette main-d’œuvre tout en essayant de la contrôler. Les veuves des maîtres, par exemple, avaient le droit de conserver les privilèges de leurs défunts maris et de rester dans la corporation5. Même si des variations existaient parmi les corps de métiers, de façon générale la veuve devait demeurer en viduité ; et si elle pouvait transmettre le titre en se remariant avec son apprenti ou son compagnon, elle perdait tout droit dans le cas d’un remariage en dehors de la communauté. La veuve d’un maître avait aussi le droit de garder l’apprenti du mari si le jeune ne demandait pas à être repourvu ailleurs. Cependant, bien souvent elle n’avait pas le droit de former d’autres apprentis. Selon la capitation de 1767, les veuves étaient 30 % parmi les vinaigriers, plus de 20 % des marchands de cidre et plus de 16 % parmi les imprimeurs, relieurs. En outre, elles étaient entre 10 % et 15 % parmi les teinturiers en soie, les faïenciers, les orfèvres, les horlogers, les toiliers et les cordonniers6.

Tableau de la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de modes, plumassières et coiffeuses de la ville et faubourgs de Rouen, 1787. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 161/4.

Tableau de la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de modes, plumassières et coiffeuses de la ville et faubourgs de Rouen, 1787. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 161/4.

TABLEAU 3.Veuves de maîtres selon la capitation de 1767

Individus enregistrés dans la capitation

Veuves

 % des veuves dans le total des individus enregistrés

Toiliers

398

44

11,1

Tailleurs

276

18

6,5

Savatiers

193

11

5,7

Apothicaires, épiciers

151

11

7,3

Vinaigriers

149

45

30,2

Cordonniers

122

13

10,7

Marchands de cidre

109

24

22

Perruquiers

99

5

5,1

Teinturiers en soie

53

8

15,1

Panneliers et faïenciers

46

7

15,2

Pâtissiers

44

3

6,8

Imprimeurs, libraires, relieurs

36

6

16,7

Orfèvres

36

5

13,9

Horlogers

22

3

13,6

Source : ADSM, C 352.

  • 7 Ibid.

4Le veuvage marquait une phase délicate dans la vie des artisanes : divers facteurs pouvaient entraîner leur chute sociale et économique. À l’inverse, la veuve pouvait prendre énergiquement la direction de l’entreprise familiale et l’améliorer. Cela explique la grande variation des montants versés par chaque artisane pour la capitation : parmi les 44 veuves de toiliers enregistrées en 1767, 32 sont appelées à payer une contribution comprise entre 1 livre 4 sous et 9 livres environ, tandis que 12 d’entre elles payent une somme comprise entre 10 et 26 livres7.

  • 8 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries relig (...)
  • 9 Simona Cerutti, « Travail, mobilité et légitimité. Suppliques au roi dans une société d’Ancien Régi (...)

5Mais quelles étaient les formes de travail et l’étendue des responsabilités des femmes au sein de l’atelier familial et vis-à-vis de l’autorité maritale ? Les plaintes envoyées par des femmes et des hommes toiliers dont les inspecteurs ont saisi une pièce de toile, offrent un bon point de départ pour répondre à ces questions. La corporation des fabricants et des tisserands de toiles (en lin, chanvre, étoupe et coton) regroupait tous les fabricants de la généralité de Rouen. Selon la qualité de la toile produite (coffre, fleuret, blancard et siamoise), ces fabricants étaient censés respecter des critères de production dans la qualité, le nombre et la couleur des fils à utiliser, tant pour la chaîne que pour la trame de chaque pièce. Toutes les toiles devaient être portées à la halle de Rouen où avait lieu la visite de contrôle et où elles étaient marquées8. Lorsqu’une toile était trouvée défectueuse, elle était saisie et une amende pécuniaire était donnée. Et c’était alors que, dans l’espoir de pouvoir récupérer la pièce confisquée et/ou d’avoir une réduction ou la suppression de l’amende, les maîtres toiliers, leurs femmes, ou les veuves, adressaient au contrôleur général des finances (et dans un deuxième temps à l’intendant de la généralité de Rouen) une supplique, en expliquant, avec une certaine abondance de détails, les « raisons » qui avaient amené à cette erreur. Un bon nombre de ces demandes – qui se terminaient par la restitution de la pièce saisie – sont conservées dans les archives de Rouen pour la période 1756-1766. Des études récentes ont montré la complexité des suppliques en tant que sources9, puisque la volonté de présenter son propre cas comme unique cohabitait avec la nécessité de répondre aux attentes des interlocuteurs. Cela explique pourquoi, dans les suppliques, hommes et femmes insistaient particulièrement sur leur responsabilité dans l’entretien de la famille et des enfants – ce qui, par ailleurs dans la majorité des cas, correspondait à la réalité. Surtout, dans l’effort de montrer leur bonne foi, ces suppliques offrent des détails concernant la vie familiale et professionnelle, ce qui permet de reconstruire certaines dynamiques du travail au sein de l’atelier familial.

  • 10 ADSM, C 169 pour les deux cas.
  • 11 ADSM, C 168.

6En premier lieu, on découvre que les femmes des maîtres toiliers œuvraient dans l’atelier autant que leurs maris ; quand ceux-ci étaient absents ou souffrants, c’étaient leurs femmes qui dirigeaient l’atelier. Ainsi, en avril 1761, Laurent Houas, maître toilier demeurant en la paroisse de Saint-Gervais à Rouen, explique que « en étant incommodé il auroit esté obligé d’abandonner pendant plusieurs jours sa fabrique aux soins de son épouse » (sur laquelle par ailleurs tombe la responsabilité de la pièce défectueuse…). En septembre de cette même année, Catherine Martin, femme de François Pinot, raconte qu’« en l’absence de son mary elle auroit été requise de livrer une pièce de toille à fleurs qui se trouvait sur le métier10 ». En 1758, Marie-Anne Vuallet déclare encore qu’« en l’absence de son mary elle auroit fait monter des chaines sur les métiers11 ».

  • 12 ADSM, C 169, pour les quatre cas.

7À côté des femmes, toute la famille était mobilisée dans le travail de tissage : Nicolas Lefebvre, du faubourg Cauchoise, explique que « cette contravention est l’effet du peu d’expérience ou du deffaut d’attention du fils du supliant qui n’est âgé que de quinze ans qui a hourdi la chaine ». Charles Anthéaume, quant à lui, déclare que « cette faute ne pouvant venir que par l’ouvrier […] ou par les enfants du supliant qui en ont ourdi la chaine ». De son côté, Jean Neel, se justifie en disant que « la chaine de la dite pièce a été ourdye par son père âgé de plus de 60 ans qui s’est trompé dans le compte des fils », et Jean Laurence affirme qu’il n’avait pas eu connaissance de cette pièce défectueuse « par la confiance qu’il avoit dans sa sœur qui avoit ourdi cette chaine pendant qu’il étoit en campagne pour ses affaires12 ».

  • 13 Ibid.
  • 14 ADSM, C 168.

8En outre, les ateliers avaient recours au travail des serviteurs et domestiques et distribuaient régulièrement du travail – notamment des pièces demi-travaillées – aux ouvriers et ouvrières de la campagne. La veuve Houdeville explique que la pièce de coton saisie avait « été hourdie par l’ouvrier quelques jours après la mort de son mari13 » et la femme Colomby reconnaît que « cette pièce de mouchoir a été faite en campagne14 ».

  • 15 Ibid., pour les deux cas.

9Parmi les plaintes des fabricant(e)s de toiles, celles venant des veuves qui mobilisaient des argumentations valorisant leurs identités multiples de cheffes de famille, artisanes-marchandes et mères de famille, sont particulièrement significatives. En février 1759, par exemple, la veuve Anne-Marie Bouet explique « qu’estant demeurée veuve elle s’est obligée par elle mesme de vasquer aux affaires de dehors de la fabrique et qu’elle est obligée de donner ses chaines à ourdir […] la chaine de la ditte pièce a été ourdie par un ouvrier qu’a par erreur oublié d’y mettre les 26 fils qui se trouvent manquer ». En mai de la même année, Mme Tranchin, veuve de Claude, justifie la « pièce de toille » défectueuse en disant très significativement que « veuve depuis cinq ans, chargée de trois petits enfants, obligée pour leur procurer le nécessaire de veiller aux affaires de son commerce et d’estre souvent absente de chez elle pour vacquer à celles du dehors, elle a été dans la nécessité de se confier aux soins d’une trameuse qui a fait cette erreur et donné cette pièce à travailler à un ouvrier en campagne15. »

Contrat de mariage entre Charles Silvestre Avril et Marie Anne Geneviève Millet, 4 avril 1836. 26,5 x 22 cm. ADSM, fonds de l’étude Gobin de Blainville-Crevon, 2 E 19/26.

Contrat de mariage entre Charles Silvestre Avril et Marie Anne Geneviève Millet, 4 avril 1836. 26,5 x 22 cm. ADSM, fonds de l’étude Gobin de Blainville-Crevon, 2 E 19/26.

Artisanes indépendantes

  • 16 Daryl M. Hafter, Women at work, op. cit., p. 80-86. Voir aussi Virginie Lemonnier-Lesage, Le statut (...)
  • 17 Charles Ouin-Lacroix, op. cit., p. 685.

10À Rouen, les femmes travaillaient aussi comme artisanes indépendantes, notamment au sein des quatre corporations entièrement féminines (lingères en neuf, lingères en vieux, couturières, bonnetièresbrodeuses-enjoliveuses) et de certaines corporations mixtes (les plus importantes étant les rubannières-dentellières-frangères et les filassières). L’historienne américaine Daryl M. Hafter a largement étudié ces corporations. Elle a montré que ces communautés jouissaient des mêmes privilèges économiques que les corporations masculines. Comme celles-ci, elles luttaient dans l’arène économique locale afin de s’assurer des prérogatives et des avantages, mais aussi pour sauvegarder ou obtenir des monopoles dans le commerce et la production de biens. Hafter a également montré que, à l’instar des communautés masculines, chaque corporation féminine avait ses assemblées pour discuter et délibérer et des gardes jurées régulièrement élues. Ces dernières étaient chargées de veiller au respect des règlements en matière de production et de gestion des travailleuses, de visiter les ateliers, de présider à l’entrée des nouvelles apprenties et de tenir les livres de comptes. Dans ces corporations, les femmes étaient de véritables artisanes indépendantes : les maîtresses avaient le droit de tenir boutique ouverte et de former des apprenties (bien qu’une à la fois seulement). Elles dirigeaient sans doute aussi un certain nombre d’ouvrières qui travaillaient, de façon plus ou moins licite, pour leur boutique. Les nombreuses interdictions concernant la défense d’embaucher de la main d’œuvre externe à la communauté ou appartenant à d’autres corps de métiers, laissent comprendre qu’il s’agissait d’une pratique répandue et que ces femmes jouissaient d’une certaine autorité pour encadrer et organiser le travail et la main d’œuvre. Les livres de comptes, en outre, témoignent du fait qu’elles savaient lire et écrire. L’autonomie de ces femmes vis-à-vis de leurs maris se manifestait aussi par le fait qu’elles étaient, d’un point de vue juridique, des marchandes publiques, libres d’agir dans l’espace économique de façon autonome, sans besoin du consentement de leurs maris. Elles étaient aussi responsables face aux créanciers mais aussi de leurs faillites16. Cette autonomie était protégée avec une certaine jalousie. Le statut des lingères, par exemple, établissait que les maris des maîtresses décédées ne pouvaient « tenir leur boutique plus de trois mois après le décès de leurs femmes17 » ; ils devaient donc s’en défaire le plus rapidement possible.

11Or, dans ce contexte, de fait les appartenances communautaires et les identités professionnelles s’entrecroisaient et se superposaient aux stratégies familiales, même si ces artisanes se trouvaient dans une condition de grande autonomie et jouissaient d’un certain prestige social. La ligne de démarcation entre ces deux pôles, pourtant, restait fluide et ambiguë. Le cas de la corporation féminine des bonnetièresbrodeuses-enjoliveuses, abordé dans le prochain paragraphe, offre de nombreux indices pour réfléchir à cette question.

Identités ambiguës : les bonnetières entre corporations et stratégies familiales

  • 18 Un privilège qui remontait à 1595 (ibid., p. 124).
  • 19 Ibid., p. 124-125.
  • 20 Ibid., p. 582, pour les citations qui précèdent.

12Les bonnetières-brodeuses-enjoliveuses faisaient du tricotage et de la broderie. Elles avaient le droit de préparer et d’embellir les coiffes et toute une série d’articles destinés à couvrir la tête, les oreilles et le cou des femmes, en utilisant des tissus précieux (velours, gazes, taffetas, fils d’or et d’argent) et des ornements, perles, fleurs artificielles ou plumes ; de plus, elles avaient le privilège exclusif de décorer les trousseaux de mariage18. Depuis le XVe siècle, ces artisanes avaient conduit des batailles judiciaires et remporté plusieurs privilèges pour affirmer leurs droits vis-à-vis d’autres corporations, ce qui leur avait permis d’élargir considérablement la gamme des biens qu’elles pouvaient décorer et vendre19. En 1669, elles avaient obtenu contre les chapeliers le droit de « faire et enjoliver les liens à chapeaux », ainsi que la défense aux chapeliers « de les broder eux-mêmes ni les faire broder par leurs femmes, enfants ou domestiques ». En 1676, en dépit de l’opposition des maîtres fourreurs, ces artisanes avaient gagné le droit de « doubler ou border de peaux de fourrure » les chapeaux, « et même de les faire entièrement de peaux », tandis qu’en 1688, elles avaient obtenu, contre les perruquiers, le droit à faire « tout ouvrage de cheveux pour les femmes ». En outre, elles s’occupaient à la fabrication et la vente de sacs et bourses pour dames, et, depuis une sentence de 1638, elles pouvaient broder « les bourses et gibecières, et autres ouvrages de cuir faites par les boursiersteinturiers en cuir, sans que ceux-ci puissent les en empêcher, ni s’immiscer en aucune manière ». Finalement, elles avaient aussi le monopole – remporté contre les merciers – pour fabriquer et vendre « bonnets d’hommes, femmes et enfants » ainsi que « bonnets des ecclésiastiques et de gens de justice20 ».

  • 21 Daryl M. Hafter, Women at work, op. cit., p. 112-115; ead., « Stratégies pour un emploi », art. cit (...)

13Daryl M. Hafter a montré que le large éventail d’ouvrages et de prestations qu’elles avaient le droit de réaliser dérivait de la nécessité de la corporation de répondre à la concurrence féroce et d’élargir les espaces de monopole de la production et de la vente. D’un côté, donc, les bonnetières « réalisèrent une véritable intégration horizontale » qui leur permettait de couvrir une large palette d’activités ainsi que de garder le droit – crucial – à la vente de leurs produits. De l’autre, elles étaient devenues indispensables aux autres corps de métiers en obligeant les maîtres à avoir recours à leurs travaux, et cela tout en gardant leur autonomie et leur identité professionnelle21. Les chapeliers, par exemple, étaient obligés de passer par leur boutique lorsqu’il s’agissait de décorer et broder les chapeaux et les bonnets ; il en était ainsi pour les cordonniers – qui devaient faire appel aux bonnetières pour broder ou orner les chaussures – et les merciers – qui étaient tenus de faire fabriquer par ces artisanes uniquement toutes sortes de cravates, de bonnets et de couvre-chefs pour hommes, femmes et enfants.

  • 22 ADSM, C 137, État des maîtresses de la communauté des bonnetières de la ville et faubourg de Rouen.

14Ces clauses renforçaient l’appartenance au corps et permettaient aux maîtresses de réaliser un bon chiffre d’affaires ; néanmoins, ces dynamiques n’étaient pas du tout en contradiction avec la réalisation de stratégies économiques à un niveau familial. Un état des maîtresses bonnetières (sans date, mais probablement appartenant à la première moitié du xviiie siècle), permet d’obtenir plus de détails sur leur vie professionnelle et familiale et d’avancer quelques hypothèses sur l’enchevêtrement de ces deux espaces, communautaire et familial22. Parmi les 133 bonnetières recensées, la moitié étaient mariées (66), 28 étaient filles et 8 veuves. Surtout, le document permet de connaître les métiers des maris de ces maîtresses.

TABLEAU 4. Métiers des époux des maîtresses bonnetières (y compris les métiers des maris décédés de deux veuves)

Merciers

17

Toiliers (compagnons)

3

Huissiers

2

Perruquiers

2

Menuisiers

2

Compagnon (non spécifié)

2

Sarron

1

Bonnetier

1

Bourrelier

1

Bourgeois

1

Faïencier (compagnon)

1

Imprimeur (compagnon)

1

Gantier (compagnon)

1

Menuisier (compagnon)

1

Passementier (compagnon)

1

Courtier

1

Papetier

1

Passementier

1

Soldat du vieux palais

1

Tailleur

1

Total

42

Source : ADSM, C 137.

  • 23 Ibid. Voir Daryl M. Hafter, Women at work, op. cit., p. 112-115.
  • 24 Charles Ouin-Lacroix, op. cit., p. 583.

15Très significativement, la majorité avait épousé un artisan, employé surtout dans les métiers liés à la manufacture et à la vente de biens de luxe et de mode. Dans le détail, 17 bonnetières (en prenant en compte une veuve) étaient mariées à un marchand mercier, 3 à un toilier, 2 à un perruquier, 2 à un passementier ; en outre, il y avait un gantier, un bonnetier, un tailleur et un courtier (spécialisé dans l’achat et la vente des toiles). Or, il est clair que des connexions directes existaient entre les bonnetières, l’étendue de leurs travaux et leurs prérogatives professionnelles d’un côté et les activités de leurs époux de l’autre. Comme on l’a rappelé plus haut, la corporation des bonnetières avait remporté de nombreux privilèges contre d’autres communautés ; et parmi celles-ci, le corps des marchands-merciers et les perruquiers qui, en revanche, si l’on s’en tient à l’état des maîtresses, semblent avoir eu un rôle assez important dans la vie familiale de ces artisanes23. En d’autres mots, s’il y avait de la concurrence, il y avait aussi des intérêts communs. Et même lorsque les maris appartenaient à des corps de métiers qui n’avaient pas bataillé directement contre les bonnetières – notamment les passementiers, les gantiers, ou les toiliers –, il est facile de deviner l’existence de proximités entre le métier de la femme et celui du mari. Ces convergences, par ailleurs, émergent aussi pour le couple père-fille ; dans le document analysé, outre un huissier, un serrurier et un menuisier, on compte deux pères merciers et un gantier. Il est probable donc que les communautés n’agissaient pas de façon isolée sur le marché du travail ; sans doute, des réseaux commun des clientes, fournisseurs et créditeurs devaient exister et créer des connexions invisibles mais importantes entre les corporations via les couples, et notamment entre celles spécialisées dans la production des biens textiles. Par ailleurs, ces connexions se trouvaient cachées par le langage identitaire des statuts corporatifs, qui insistaient sur les différences de compétences, les interdictions et les prérogatives de chaque jurande. Dans le règlement des bonnetiers, un article établissait que les filles et ouvrières « ayant été autrefois d’autre métier et serment, ne pourront travailler du dit état de brodeuse sans prêter serment et […] si préalablement elles ne cessent de travailler des autres métiers24 ».

16Or, cette clause évoquait probablement le fait qu’il y avait des filles et des ouvrières qui commençaient à contribuer à l’atelier familial (d’un père mercier ou un passementier ou cordonnier, ou perruquier) et qui ensuite décidaient de s’en détacher, en essayant de réaliser un parcours professionnel spécialisé et de prestige auprès des bonnetières. Les bornes communautaires étaient donc plus floues que ce que les règlements nous le laissent entendre et les échanges économiques et sociaux, et même d’apprenties et d’ouvrières, devaient être assez fréquents. Finalement, un autre détail me paraît intéressant : un quart des maris des bonnetières employés dans l’artisanat étaient des « compagnons », c’est-à-dire qu’ils n’avaient pas obtenu de maîtrise. Ils se trouvaient donc dans une situation professionnelle inférieure par rapport à celle de leurs femmes, ce qui laisse penser que ces maîtresses avaient aussi une certaine autorité dans les dynamiques relationnelles du ménage.

17En conclusion, à Rouen au XVIIIe siècle, les femmes travaillaient dans une grande variété de contextes ; et si d’un côté leur travail était indispensable dans l’atelier de famille, de l’autre, les maîtresses organisées dans les corps de métiers féminins jouissaient d’une condition d’autonomie professionnelle et d’un prestige social rarement attestés ailleurs dans l’Europe préindustrielle. Toutefois, stratégies familiales et appartenances communautaires n’étaient pas deux pôles opposés, s’excluant réciproquement. Les conflits qui opposaient les corporations les unes aux autres pour le monopole de la fabrication et la vente des produits cachaient de fait des situations beaucoup plus fluides et ambiguës au niveau des ménages : la revendication de privilèges et d’espaces spécifiques de travail n’empêchait pas les artisans, hommes et femmes, de poursuivre des stratégies familiales, et finalement, de mêler les espaces professionnels et familiaux en montrant que le travail était bien une ressource qui pouvait être manipulée et non pas simplement une identité.

Notes

1 Alice Clark, Working Life of the Women in the Seventeenth Century, London, Routledge, 1919, p. 6-7.

2 Angela Groppi, « Introduzione », dans Il lavoro delle donne, Angela Groppi (dir.), Roma-Bari, Laterza, 1996, p. v-xvi, citation p. xv.

3 Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2007; ead., « Stratégies pour un emploi: travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1650-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54-1, 2007, p. 98-115; ead., « Gender formation from a working class viewpoint: guildwomen in eighteenth-century Rouen », Proceedings Western Society for French History, 16, 1989, p. 415-422; ead., « Female masters in the ribbonmaking guild of eighteenth century Rouen », French Historical Studies, vol. 20, no 1, 1997, p. 1-14.

4 Sur la nécessité de repenser le travail d’Ancien Régime comme une ressource susceptible d’être manipulée par les individus et non pas uniquement comme une identité, voir Eleonora Canepari et Beatrice Zucca Micheletto, « Le travail comme ressource : parcours individuels, mobilité et stratégies économiques dans les villes d’Ancien Régime », Mélanges de l’École française de Rome, Italie Méditerranée, 123-1, 2011, p. 1-6.

5 Sur les corporations et les veuves à Rouen, voir Daryl M. Hafter, « Les veuves dans les corporations de Rouen sous l’Ancien Régime », dans Veufs, veuves et veuvage dans la France d’Ancien Régime, Nicole Pellegrin et Colette Winn (dir.), Paris, Champion, 2003, p. 121-133.

6 ADSM, C 352. Il s’agit de données qui confirment les pourcentages élaborés par Hafter à partir de la capitation de 1776.

7 Ibid.

8 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe Frères, 1850, p. 646-655.

9 Simona Cerutti, « Travail, mobilité et légitimité. Suppliques au roi dans une société d’Ancien Régime (Turin, XVIIIe siècle) », Annales. Histoire, sciences sociales, 65/3, 2010, p. 571-611 (et bibliographie citée).

10 ADSM, C 169 pour les deux cas.

11 ADSM, C 168.

12 ADSM, C 169, pour les quatre cas.

13 Ibid.

14 ADSM, C 168.

15 Ibid., pour les deux cas.

16 Daryl M. Hafter, Women at work, op. cit., p. 80-86. Voir aussi Virginie Lemonnier-Lesage, Le statut de la femme mariée dans la Normandie coutumière. Droit et pratiques dans la Généralité de Rouen, Clermont-Ferrand, Presses universitaires de la faculté de droit de Clermont-Ferrand, 2005.

17 Charles Ouin-Lacroix, op. cit., p. 685.

18 Un privilège qui remontait à 1595 (ibid., p. 124).

19 Ibid., p. 124-125.

20 Ibid., p. 582, pour les citations qui précèdent.

21 Daryl M. Hafter, Women at work, op. cit., p. 112-115; ead., « Stratégies pour un emploi », art. cité, p. 104-105.

22 ADSM, C 137, État des maîtresses de la communauté des bonnetières de la ville et faubourg de Rouen.

23 Ibid. Voir Daryl M. Hafter, Women at work, op. cit., p. 112-115.

24 Charles Ouin-Lacroix, op. cit., p. 583.

Table des illustrations

Titre Tableau de la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de modes, plumassières et coiffeuses de la ville et faubourgs de Rouen, 1787. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 161/4.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4057/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre Contrat de mariage entre Charles Silvestre Avril et Marie Anne Geneviève Millet, 4 avril 1836. 26,5 x 22 cm. ADSM, fonds de l’étude Gobin de Blainville-Crevon, 2 E 19/26.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4057/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 231k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540