Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

Une femme d’affaires entre la Normandie et Paris

Daryl M. Hafter
Traduction de Beatrice Zucca Micheletto

Note de l’éditeur

Version originale, dans Proceedings of the Western Society for French History, vol. 35, 2007, http://hdl.handle.net/2027/spo.0642292.0035.008.

Texte intégral

  • 1 ADC, 2 E 3361 (B), certificat rédigé et signé le 29 mai 1741. Je remercie pour leur collaboration l (...)

1Marie-Gabrielle Jue était mariée depuis trois ans seulement quand son mari décéda en 1741, la laissant avec trois enfants et trois belles-filles à sa charge, une tâche redoutable qui aurait jeté dans le désarroi n’importe quelle veuve. Toutefois, Marie Jue pouvait compter sur les ressources d’une entreprise prospère qu’elle avait gérée avec son mari, Nicolas, mais aussi sur sa propre énergie et son sens des affaires. Entre leur boutique à Caen et la foire de Guibray, ils avaient travaillé ensemble en vendant des biens de luxe parisiens aux riches acheteurs normands. Marie révéla déjà son œil astucieux et son caractère déterminé à la vieille de l’enterrement de son mari, à l’occasion de la vente des objets de la maison et des marchandises organisée pour payer ses créanciers. Elle déclara que certains des objets qui avaient été vendus venaient de sa « chambre garnie », destinée à son propre usage par le contrat de mariage. Elle ne voulait pas récupérer les objets, mais demandait une compensation monétaire, sans doute en pensant que de l’argent liquide était bien plus utile que des ustensiles de cheminée ou des chaises, en dépit de leur valeur affective1.

  • 2 ADC, 2 E 3361 (B), document du 2 mars 1741, authentifié par Jean Leigne, lieutenant royal de Caen.
  • 3 Pour une comparaison avec une autre marchande de la même époque, voir Serge Chassagne, Une femme d’ (...)

2Joseph Berquet, marchand de Caen et tuteur actionnaire de l’enfant mineur de premier lit de Nicolas, organisa la vente dans laquelle les bagues d’or et d’argent et autres objets précieux furent dispersés. La veuve a dû se désoler en voyant partir les bijoux de son mari en même temps que les stocks de marchandises qu’elle aurait pu utiliser pour maintenir son négoce. La liste des associés exigeant le payement de leurs créances augmentait son désarroi, mais lui fournissait en même temps la base pour son commerce futur : elle avait entre les mains le registre contenant les noms de marchands, les mémoires et les factures de vente sur lesquels baser ses nouvelles activités2. Elle reconstitua rapidement le réseau de commerçants et de facteurs lui permettant de continuer à fournir à sa clientèle de Caen et des alentours les biens de luxe dont elle était friande3. Afin de s’assurer le droit au négoce, elle garda sa licence de maîtresse dans la corporation des merciers, drapiers, et quincailliers. Grâce aux lettres, annonces, factures de vente et documents légaux, conservés dans les archives, nous pouvons reconstruire un modèle de commerce entre la province et Paris qui illustre une économie de marché précoce.

3La veuve Jue faisait partie d’un réseau de marchands qui reliait les marchés provinciaux aux artisans spécialisés de la ville. Au lieu de traiter directement avec ces artisans, les marchands utilisaient des intermédiaires qui transmettaient les commandes, organisaient la livraison des objets finis en gérant les aspects financiers et en certifiant de la qualité des produits. Bien qu’indispensables aux échanges marchands, ces opérateurs économiques n’ont pas fait l’objet d’études systématiques. Ils jouent toutefois un rôle crucial dans une époque de transition qui voit la commercialisation à la fois de produits sur mesure et de biens prêts à l’emploi même si les techniques de production n’étaient pas standardisées. Une analyse des activités marchandes de la veuve Jue nous permet d’entrevoir les effets de l’interaction entre agents commerciaux et marchands sur le volume, l’esthétique et le prix des produits à l’époque préindustrielle.

  • 4 Voir Marguerite Bruneau, Histoire du costume populaire en Normandie, Caen, Cercle d’action et d’étu (...)
  • 5 Carolyn Sargentson a exposé en détail la variété d’instruments de crédit que les marchands utilisai (...)

4Même un aperçu rapide des inventaires post mortem des Normands nantis montre la richesse de la province. Les fermiers, enrichis par la vente de lait, beurre, cidre et céréales, étaient un marché sûr pour les vêtements à la mode et les objets de décoration pour les maisons. Ils étaient prêts à dépenser pour exhiber leur prospérité, aussi bien en portant de beaux habits de fête, le dimanche, qu’en montrant à leurs hôtes les objets magnifiques qu’ils avaient achetés4. Les nobles de province étaient d’autres acheteurs potentiels, de même que la noblesse de robe de Caen et Rouen. Enfin, le groupe des marchands, en pleine ascension sociale, entre les boutiques en ville et les villages où le coton était filé et le lin travaillé, avait les moyens pour se payer une touche d’élégance à la maison. Mais pour que les consommateurs achètent les biens, il fallait d’abord les payer et les transporter de Paris, ce qui, en voiture, prenait quatre jours et demi. Les ressources de la veuve Jue étaient aussi limitées par le fait qu’une partie de l’argent avait été attribué à titre de propriété inaliénable à ses belles-filles. En outre, son défunt mari avait renoncé à toute dispute sur l’héritage, sous la pression de la partie noble de sa famille, en admettant ainsi qu’il n’avait pas les moyens ou le temps pour faire valoir ses droits. Dans ces circonstances, Mme Jue avait basé son commerce sur des fonds empruntés aux notaires et avait eu recours à un système complexe de lettres de crédit pour payer ses dettes. Les sommes d’argent qu’elle maniait allaient de 16 livres et 2 sous pour un objet à 700 livres pour un stock important de marchandises5.

  • 6 Michael Sonenscher, Work and Wages: Natural Law, Politics and the Eighteenth-Century French Trades, (...)

5Quelle était la véritable nature des affaires d’un marchand faisant commerce d’objets indispensables sans être essentiels ? Nous en découvrons quelques aspects par sa correspondance avec les intermédiaires. Elle pouvait par exemple passer une commande à un agent parisien pour un certain nombre de produits et une certaine qualité, en donnant des indications sur leur prix. Elle négociait souvent avec M. Lenfant L’Ainé qui discutait de la taille, du prix et des problèmes du transport dans sa correspondance. Ce marchand traitait avec des dizaines d’autres agents, qui avaient accès à une grande variété et à une grande quantité de produits, qu’il était peu probable qu’un seul maître artisan pût avoir en stock. Le système de fournisseurs en gros reproduisait le système complexe de sous-traitance que Michael Sonenscher et Natacha Coquery ont documenté pour Paris6. Description de produits, commentaires sur ce qui était à la mode, évaluation du prix, difficultés à trouver le transport et jugements sur l’honnêteté des autres marchands étaient des sujets aussi courants que les échanges de formules de politesse.

  • 7 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Lenfant, Paris, 30 novembre 1743. L’orthographe de toutes les citation (...)

6Quand Mme Jue commença son négoce à son propre nom, les miroirs constituaient une partie importante de ses marchandises et son associé parisien de confiance, Lenfant L’Ainé, lui procura une cargaison de miroirs à 700 livres. N’acceptant pas la plainte de Mme Jue, selon laquelle ils étaient trop chers, il écrivit qu’il avait été obligé de les attendre pendant trois mois et que c’était le prix usuel. Surtout, c’était le prix que son défunt mari avait payé pour les avoir. Elle avait peut-être trouvé auparavant des miroirs meilleur marché, mais apparemment ce n’était plus possible. Pour adoucir sa remarque, Lenfant L’Ainé écrit : « Si vous avez besoin d’une jolie coiffeuse, dont vous m’avez parlé, à un prix meilleur que celles que vous avez, j’en ai une charmante de toutes les couleurs7. »

  • 8 Ibid., Paris, 29 décembre 1744.
  • 9 Ibid., Paris, 26 janvier 1745.

7En présentant un compte que son mari avait laissé monter jusqu’à 752 livres, 2 sous, Lenfant écrit : « Je profite de la nouvelle année pour avoir l’honneur de vous souhaiter mes meilleurs vœux […] et des bénédictions dévouées pour votre chère famille. » À propos d’autres marchandises, Lenfant écrit encore que le prix spécial lui était réservé, afin qu’elle puisse faire une bonne vente, « un meilleur marché8 ». Comme Mme Jue n’arrêtait pas de se plaindre, Lenfant lui assura qu’il n’avait fait qu’un petit profit sur les miroirs délivrés, et que l’artisan avec qui il avait traité était un homme d’affaires de confiance depuis vingt-cinq ou trente ans9.

  • 10 Giorgio Riello, A Foot in the Past: Consumers, Producers and Footwear in the Long Eighteenth Centur (...)
  • 11 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Lenfant, Paris, 29 décembre 1744.

8L’argent n’était pas la seule cause de conflit. Les artisans parisiens recevaient des consignes très minutieuses. Comme l’a montré Giorgio Riello pour l’industrie des chaussures, les marchands de l’époque préindustrielle avaient à faire à la fois à des commandes particulières et à des produits confectionnés achetés sur le marché10. Ainsi nous lisons qu’un miroir devait avoir une bordure de 20 pouces sur 16. Un autre devait être jaune avec une taille de 18 sur 14. L’arrière devait être bien réalisé comme la bordure de devant, en noir et or11.

  • 12 ADC, 2 E 3361 (B), lettre de Regnère et Compagnie, Paris, 24 décembre 1749.

9Les miroirs n’étaient pas les seuls produits qui composaient les stocks de la veuve. Le propriétaire de Regnère et compagnie lui envoya un colis contenant trois paires de boucles d’oreille dans un style que Mme Jue définissait comme « nouveau », avec l’avertissement que ce modèle n’était pas actuellement considéré une nouveauté à Paris. Les marchandises arrivèrent avec une facture de 75 livres 17 sous, et une mise en garde : le marchand nommé Boete « est un charlatan qui vend à n’importe quel prix, bien que nous ayons traité avec lui la dernière fois en obtenant un prix favorable, le meilleur de la négociation12. »

  • 13 ADC, 2 E 3361 (B), lettre de Darche, Paris, 9 octobre 1746.

10Une transaction beaucoup plus difficile eut lieu pour trois ornements en nacre, et six autres que la veuve Jue commanda ensuite. À nouveau, elle se plaignit qu’ils étaient trop chers, et que, de plus, les ornements du deuxième lot ne ressemblaient pas à ceux de la première commande. À quoi son correspondant, M. Darche, réplique avec véhémence : « Quant au client qui ordonna deux paires de boucles d’oreille en or, ce n’est pas ma faute, Madame, parce qu’il s’agit du même modèle et du même dessin et du même ouvrier lapidaire qui a coupé la pierre et du même ouvrier qui l’a monté. » M. Darche continue, en réprimandant la veuve et en l’accusant de mauvaise foi : « Vous m’avez sérieusement mortifié, vu que j’ai fait tout en mon pouvoir pour vous […] même en vous livrant la marchandise à l’heure […] je travaille en toute bonne foi avec vous comme avec d’autres, et vous êtes la première qui me donne du chagrin. » Mme Jue lui avait proposé de baisser le prix demandé et, dans sa réponse, il se contente de répéter les mots de tout travailleur, à toute époque… : « je ne gagne pas si aisément onze livres dix sous. » Il insiste alors pour recevoir une lettre de change de la valeur de 151 livres 10 sous. Dans ces circonstances, les mots de la formule de congé, que nous avons laissée dans sa forme originaire, sonnent très incongrus : « permettez moy demeurer avec une soumission profonde, Madame, Votre trs humble et obeyisans serviteur Darche13. »

  • 14 Ibid.

11En dépit des mots durs échangés, Darche continua d’être l’un des fournisseurs de Mme Jue. Mais son caractère restait irritable. La veuve demanda qu’une boucle à chaussure lui soit remise par M. Chabrot et on lui répondit que c’était impossible, parce que M. Chabrot était déjà parti le 11 mai pour Caen, sans avoir sur lui une autre boucle comme celle qu’elle avait commandée : « Cela est votre faute, parce que je vous ai demandé de passer vos commandes les plus rapidement possible, quand vous en avez besoin […]. Vous ne prenez pas le souci de lire mes lettres alors que vous me reprochez de vous causer des frais […]. Vous vous êtes plainte que la boucle petite est trop chère et que vous en aviez eu une similaire à sept livres […]. Je vous envoie de la marchandise de tout prix, et je suis surpris que vous ne distinguiez pas entre des boucles qui sont taillées en dehors de celles qui ne le sont pas. » Il termina sa lettre en lui souhaitant une bonne santé et de bonnes affaires, en regrettant qu’elle n’ait pas eu la boucle qu’elle voulait et en répétant encore une fois que ce n’était pas sa faute14.

  • 15 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Lenfant, Paris, 26 juin 1745.
  • 16 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Beaumont, Paris, 12 janvier 1744.

12Comme on le voit avec la lettre de Darche, malgré les relations étroites entre Paris et la Normandie, le transport des marchandises était encore problématique. Les agents parisiens essaient d’ajouter leurs commandes à celles d’autres marchands allant vers Rouen, Caen et d’autres villes. Un ordre, par exemple, fut passé à « M. de Gaumont marchand de vues peintes, au pont de Notre Dame, afin qu’il vous envoie [les marchandises] ». Cet expédient était moins cher que le recours à l’expédition des biens par colis en voiture ou carrosse. Les marchands parisiens encourageaient leurs associés à placer les ordres en temps opportun afin de profiter de transports moins chers. Ils envoyaient aussi des lettres de crédit par le moyen de marchands voyageurs, ou en s’appuyant sur des comptes déjà établis avec d’autres entreprises15. C’était un petit monde, avec des liens personnels et de confiance. La veuve Jue récompensa M. Beaumont qui lui avait expédié les boucles d’oreille depuis Regnère et Compagnie, avec des pâtes qu’il déclara être « esquises ». Comme il l’expliqua, enthousiaste, il n’en avait jamais mangé de si bonnes et cela lui avait « attiré la visite de quelques amis qui ne m’ont pas quitté tant que j’ai eu des pâtes ». Dans son postscriptum il envoie ses salutations au frère de Mme Jue16.

  • 17 La littérature sur les veuves dans la France de l’Ancien Régime est abondante. Voir notamment Olwen (...)

13En faisant commerce de miroirs, boucles d’oreille, broches, rosettes d’ornement pour robes, boucles à chaussure, et à l’occasion de tabliers, la veuve Jue fut en mesure de poursuivre ses affaires et d’entretenir sa famille. Elle était une de ces femmes énergiques et douées qui démentaient le stéréotype des veuves appauvris et en faillite17. Comme d’autres marchands, elle joua un rôle important dans le transfert de biens de luxe parisiens entre les mains d’une clientèle de province enthousiaste. En ayant recours aux lettres de crédit, en profitant de liens étroits entre les intermédiaires parisiens et les marchands provinciaux, et en évaluant habilement la marchandise, Mme Jue continua avec succès un business dans les villes et les campagnes normandes. Elle agrandit son commerce et devint une entrepreneuse à la foire de Guibray, qui attirait une clientèle internationale. Même quand la mauvaise conduite de son fils l’obligea à le faire interner à la prison de Bicêtre, elle garda sa dignité et l’autorité d’un chef de famille. Respectée par ses associés, même quand elle corrigeait l’arithmétique de quelqu’un, elle fut un exemple de réussite comme marchand entrepreneur au XVIIIe siècle, l’époque de la révolution de la consommation.

Notes

1 ADC, 2 E 3361 (B), certificat rédigé et signé le 29 mai 1741. Je remercie pour leur collaboration les conservateurs et le personnel des ADC.

2 ADC, 2 E 3361 (B), document du 2 mars 1741, authentifié par Jean Leigne, lieutenant royal de Caen.

3 Pour une comparaison avec une autre marchande de la même époque, voir Serge Chassagne, Une femme d’affaires au XVIIIe siècle, Toulouse, Privat, 1981. Voir aussi Bonnie G. Smith, Ladies of the Leisure Class: The Bourgeoises of Northern France in the Nineteenth Century, Princeton University Press, 1981.

4 Voir Marguerite Bruneau, Histoire du costume populaire en Normandie, Caen, Cercle d’action et d’études normandes, 1986, 2 vol. , pour une analyse détaillée des vêtements, bijoux, bonnets et broderies portés par les hommes et les femmes au XVIIIe et au XIXe siècle. Sur Caen, voir Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne. Caen au XVIIIe siècle, Paris-La Haye, Mouton-EHESS, 1975.

5 Carolyn Sargentson a exposé en détail la variété d’instruments de crédit que les marchands utilisaient dans Merchants and Luxury Markets : The Marchands Merciers of Eighteenth-Century Paris, London, Victoria and Albert Museum, 1996, p. 18-44.

6 Michael Sonenscher, Work and Wages: Natural Law, Politics and the Eighteenth-Century French Trades, Cambridge University Press, 1989, notamment chap. 7, « The Parisian Luxury Trades and the Workshop Economy »; Natacha Coquery, Tenir boutique à Paris au XVIIIe siècle, Paris, CTHS, 2011, chap. 5-8.

7 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Lenfant, Paris, 30 novembre 1743. L’orthographe de toutes les citations a été modernisée.

8 Ibid., Paris, 29 décembre 1744.

9 Ibid., Paris, 26 janvier 1745.

10 Giorgio Riello, A Foot in the Past: Consumers, Producers and Footwear in the Long Eighteenth Century, Oxford University Press, 2006.

11 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Lenfant, Paris, 29 décembre 1744.

12 ADC, 2 E 3361 (B), lettre de Regnère et Compagnie, Paris, 24 décembre 1749.

13 ADC, 2 E 3361 (B), lettre de Darche, Paris, 9 octobre 1746.

14 Ibid.

15 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Lenfant, Paris, 26 juin 1745.

16 ADC, 2 E 3362 (A), lettre de Beaumont, Paris, 12 janvier 1744.

17 La littérature sur les veuves dans la France de l’Ancien Régime est abondante. Voir notamment Olwen Hufton, « Women Without Men : Widows and Spinsters in Britain and France in the Eighteenth Century », Journal of Family History, vol. 9, no 4, 1984, p. 355-376 ; Julia Hardwick, « Widowhood and Patriarchy in Seventeenth-Century France », Journal of Social History, 26, 1992, p. 133-148 ; Sabine Juratic et Nicole Pellegrin, « Femmes, villes et travail en France dans la seconde moitié du XVIIIe siècle », Histoire, économie et société, 1994, p. 477-500 ; Scarlett Beauvalent-Boutouyrie, Être veuve sous l’Ancien Régime, Paris, Belin, 2001 ; Daryl M. Hafter, « Les veuves dans les corporations de Rouen sous l’Ancien Régime », dans Veufs, veuves et veuvage dans la France d’Ancien Régime, Nicole Pellegrin et Colette H. Winn (dir.), Paris, Honoré Champion, 2003 p. 121-133 ; Janine M. Lanza, From Wives to Widows in Early Modern Paris, Aldershot, Ashgate Press, 2007.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search