Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

De la péninsule ibérique à la Normandie : des femmes d’affaires (XVIe et XVIIe siècles)

Gayle K. Brunelle
Traduction de Anna Bellavitis

Texte intégral

  • 1 Voir Gayle Brunelle, « Immigration, assimilation and succes: three families of Spanish origin in s (...)
  • 2 J’ai développé plus amplement ces thématiques dans Gayle Brunelle, « The price of assimilation: Sp (...)

1Entre 1480 et 1575, plusieurs marchands espagnols provenant de familles de conversos, c’est-à-dire de juifs convertis, s’installent à Rouen, comme dans d’autres villes portuaires de la côte atlantique française, en commençant souvent leur carrière comme facteurs des familles de grands marchands de laine de Castille. Au bout de quelques générations, ils s’engagent dans d’autres branches du commerce, y compris avec le Nouveau Monde et sont bien intégrés aux plus hauts niveaux de la société locale1. Dans ces familles de marchands immigrés, les femmes jouent un rôle significatif dans l’entreprise familiale, en remplaçant les maris à la tête de la maison de commerce, en cas d’absence, et quand elles se retrouvent veuves2.

  • 3 ADSM, 2 E 913, fo 279 ro, 18 mai 1580.
  • 4 Ibid., fo 539 ro, 19 septembre 1579.

2Ces femmes provenaient de familles qui leur avaient permis d’acquérir des connaissances et des expériences dans le commerce à longue distance entre l’Europe et le monde atlantique. Ces compétences étaient reconnues par leurs maris, qui les désignaient bien souvent exécutrices testamentaires et héritières de leur fortune en leur déléguant l’administration de la compagnie. Le fait de vivre, notamment pour la première génération, dans une communauté à part, avec plus de relations avec la mère-patrie qu’avec le contexte local n’était sans doute pas étranger au choix, fait par beaucoup de maris, d’investir leurs épouses de tant de responsabilités. Marie Sandelin, choisie par son mari comme administratrice, tutrice des enfants et héritière, avait toute liberté de disposer du capital commercial et privé de la famille et de le faire fructifier, ce qu’elle ne manqua pas de faire3, de même que Claire de Ayalla, veuve de Loys de Quesada, qui, ayant le contrôle des biens du fils, malade, les investit dans des activités marchandes4. Les contacts dans le pays d’origine étaient un atout supplémentaire pour ces femmes, qui, ne pouvant pas se déplacer, devaient surtout pouvoir compter sur un réseau efficace et fiable de facteurs et procureurs. Voyager n’était pas seulement très dangereux pour tous, mais fortement déconseillé, voire interdit, à toute femme honorable.

  • 5 ADSM, 2 E 1/894, 16 janvier 1572 ; 1/911, fo 324 ro, 7 février 1578 ; 1/912, fo 322 ro, 14 juin 15 (...)

3Sans doute, Marie Sandelin est la plus riche et puissante des femmes marchandes à Rouen au milieu du XVIe siècle. Veuve du marchand espagnol Jehan de Aranda, elle reprend l’entreprise de famille, désormais nommée « Marie Sandelin et les héritiers de Jehan Daranda », dont le siège est à Anvers. Mais, puisqu’elle réside à Rouen, elle doit se servir de facteurs, dont son fils, pour administrer la partie espagnole et la partie flamande de la compagnie. Marie Sandelin exerce un contrôle étroit sur les activités de son fils et sur les comptes de la compagnie, en montrant une connaissance solide des mécanismes et des techniques du commerce international, et en utilisant des lettres de change et d’autres moyens de payement à distance. Ses employés la respectent et s’adressent à elle en l’appelant « directeur général » de la compagnie5.

4Au fil des générations, l’intégration de ces familles marchandes dans la société française se traduit aussi par l’achat d’offices, rentes et seigneuries, ce qui finit par les éloigner des commerces. C’est le cas de trois familles, originaires de Burgos, parmi les mieux assimilées dans la société rouennaise, c’est-à-dire les Civille, les Quintanadoines (Quintadueñas) et les Saldaigne (Saldaña). Pedro/Pierre de Saldaigne, arrivé à Rouen en 1487 et naturalisé en 1497, est très actif dans l’importation d’alun pour la draperie rouennaise, avec Alonce I de Civille, arrivé à Rouen en 1484 et naturalisé en 1487. Jean de Quintanadoines, marchand de laine, arrive à Rouen en 1519. Les branches rouennaises de ces trois familles jouent un rôle important dans le développement économique et commercial de Rouen, avant de quitter les affaires.

  • 6 Gayle K. Brunelle, « Immigration, assimilation and success… », art. cité.

5Les Saldaigne et les Civille quittent le commerce très tôt : aucun des fils d’Alonce de Civille ne se consacre à l’activité marchande et l’un d’eux, Alonce II, devient vicomte de Rouen. Sa fille Isabeau épouse le fils de Jean de Quintanadoines. Les deux fils de Pierre de Saldaigne deviennent marchands et sa fille épouse Alonce II de Civille, mais, dès la troisième génération, une branche de cette famille a complètement abandonné le commerce et, à la fin du XVIe siècle, seulement deux membres de la famille exercent l’activité marchande. À la fin du XVIIe siècle, plus personne dans la famille ne s’adonne au commerce. Les Quintanadoines, en revanche, restèrent actifs dans le commerce jusqu’au début du XVIIe siècle6. Au bout d’une génération, toutes ces familles tissent des alliances matrimoniales, grâce à leurs fils et, surtout, à leur filles, avec des familles de la bonne société rouennaise. Grâce aux sources notariales rouennaises, il est possible de reconstruire les activités économiques de certaines des femmes provenant de ces familles de marchands espagnols, qui avaient épousé des marchands et notables de la ville et qui, restées veuves, continuent à administrer les biens de la famille.

  • 7 ADSM, 2 E 1/893, 4 août 1571 ; 1/894, 30 janvier 1572 ; 1/915, fo 280 ro, 18 février 1580 ; 1/916, (...)
  • 8 ADSM, 201 BP 694.
  • 9 Voir notamment ADSM, 2 E 1/324, 11 décembre 1563 ; 1/884, 1er août 1567 ; 1/450, 28 février 1568 ; (...)
  • 10 Voir notamment ADSM, 2 E 1/327, 23 décembre 1563 ; 1/328, 14 août 1564 ; 1/330, 25 août 1565 ; 1/3 (...)
  • 11 ADSM, 2 E 1/327, 27 novembre 1563 ; 1/328, 14 août 1564 ; 1/334, 6 janvier 1567 ; 1/347, 16 juille (...)

6Marie de Quintanadoines/Quintadueñas veuve de l’échevin Robert Le Hanyvel, sieur de La Chevallerie, est à la tête d’un commerce à large échelle de toiles, qu’elle poursuit pendant des décennies après la mort de son mari. En 1572, elle vend sa part du bateau Le Bon Esprit à un marchand de Jumièges ; en 1580, elle vend des toiles pour 3 658 écus au marchand florentin Fabio de Catia, facteur de la compagnie Bendini de Lyon ; en 1583, elle charge deux marchands de Séville de récupérer 1 851 écus d’un marchand rouennais à qui elle avait vendu des toiles pour 4 000 écus7. À cette époque, la toile est l’un des plus importants produits exportés de Rouen, et plus d’un tiers des marchands de toiles sont des femmes, comme il apparaît à la lecture des Comptes relatifs à l’impôt sur les toiles8. Mais ces transactions semblent aussi montrer que Marie est en train de liquider son capital commercial, pour s’adonner à des investissements plus « sûrs » : achat de terres et de rentes, comme en témoignent plusieurs contrats notariés stipulés entre 1563 et 1608, année de sa mort9. Sa cousine, et homonyme, la veuve du marchand Thomas Guiffard, sieur des Nonnettes, choisit, dès la mort de son mari, d’investir dans la terre et les rentes : entre 1563 et 1586 elle signe plus de cent contrats notariés, en engageant les biens de ses enfants, dont elle avait la tutelle10. De la même manière, plusieurs femmes des familles Saldaigne ou Civille, ayant épousé des Rouennais, suivent le même parcours et investissent les biens, laissés par leurs maris, en rentes, terres et seigneuries. Il est intéressant de remarquer que les maris de ces femmes leur avaient donné pleins pouvoirs dans l’administration de leur héritage : seule la veuve de Thomas Guiffard devait théoriquement être secondée par un autre marchand rouennais, Henri Le Mazier, mais, de fait, il apparaît très rarement dans les contrats notariés la concernant et le plus souvent pour la remplacer en cas d’absence11.

  • 12 ADSM, 2E 1/851, 26 août 1626.
  • 13 ADSM, 2E 1/1108, 9 septembre 1632 ; 5 octobre 1632.
  • 14 ADSM, 2E 1/115, 18 novembre 1633.

7Entre 1560 et 1660, une nouvelle vague d’immigration ibérique amène dans les ports français aussi des marchands portugais qui souvent viennent de familles de conversos d’origine espagnole, installés au Portugal après l’expulsion de 1492. Ces familles de marchands portugais, à la différence des Espagnols, restent davantage liées à la terre et à la religion d’origine et tendent à se marier entre elles. L’environnement religieux est d’ailleurs plus hostile, la conversion est plus récente et il s’agit souvent de familles crypto-judaïsantes. Les Portugais sont actifs dans le commerce de produits textiles, mais surtout ils monopolisent la production et le commerce du sucre du Brésil, une activité qui exige des déplacements fréquents et explique peut-être pourquoi les femmes de cette communauté sont moins présentes que les Espagnoles dans les archives des notaires rouennais. Il n’y a pas de doutes, toutefois, que, dans le domaine des affaires, les hommes de la famille leur accordent leur confiance, comme Édouard Henriques, qui, en 1626, donne à son épouse autorité pour « recouvrir tous et tels deniers, debts, marchandises et [autres] choses12 », ou comme Martin Rodrigues qui, en 1632, demande à Richard Limbrey de payer à son épouse, Isabel Mendes, une lettre de change tirée d’Amsterdam et payable à Rouen, de la valeur de 522 écus13. Les sources nous montrent aussi des femmes d’origine portugaise ayant des activités commerciales et artisanales à leur propre compte, comme Rachel Gelee qui, en 1633, achète 56 balles de lin à des marchands rouennais, pour les envoyer au Portugal14.

8Les femmes que nous avons brièvement présentées ont des destins peut-être exceptionnels, qui sont étroitement liés à leur condition d’immigrés. Paradoxalement, c’est en accomplissant leur parcours d’intégration qu’elles s’éloignent progressivement de l’activité marchande : c’est le prix à payer pour l’assimilation aux plus niveaux de la société française.

Notes

1 Voir Gayle Brunelle, « Immigration, assimilation and succes: three families of Spanish origin in sixteenth century Rouen », Sixteenth Century Journal, vol. 20, no 2, été 1989, p. 203-219; ead., The New World Merchants of Rouen, 1559-1630, Kirksville, Sixteenth Century Journal Press, 1991; Connie Mathers, « Family Partnerships and International Trade in Early Modern Europe: Merchants from Burgos in England and France, 1470-1570 », Business History Review, vol. 62, no 3, automne 1988, p. 367-397.

2 J’ai développé plus amplement ces thématiques dans Gayle Brunelle, « The price of assimilation: Spanish and Portuguese women in French cities, 1500-1650 », dans Women in Port. Gendering Communities, Economies, and Social Networks in Atlantic Port Cities, 1500-1800, Douglas Catterall and Jodi Campbell (dir.), Leiden-Boston, 2012, p. 155-182.

3 ADSM, 2 E 913, fo 279 ro, 18 mai 1580.

4 Ibid., fo 539 ro, 19 septembre 1579.

5 ADSM, 2 E 1/894, 16 janvier 1572 ; 1/911, fo 324 ro, 7 février 1578 ; 1/912, fo 322 ro, 14 juin 1578 ; 1/914, fo 440 ro, 9 décembre 1579 ; 1/916, fo 279 ro, 18 mai 1580.

6 Gayle K. Brunelle, « Immigration, assimilation and success… », art. cité.

7 ADSM, 2 E 1/893, 4 août 1571 ; 1/894, 30 janvier 1572 ; 1/915, fo 280 ro, 18 février 1580 ; 1/916, fo 405 ro, 27 mai 1580 ; 1/919, fo 486 ro, 24 septembre 1583.

8 ADSM, 201 BP 694.

9 Voir notamment ADSM, 2 E 1/324, 11 décembre 1563 ; 1/884, 1er août 1567 ; 1/450, 28 février 1568 ; 1/2083, 16 février 1608 ; 1/2084, 8 avril 1608.

10 Voir notamment ADSM, 2 E 1/327, 23 décembre 1563 ; 1/328, 14 août 1564 ; 1/330, 25 août 1565 ; 1/331, 3 novembre 1565.

11 ADSM, 2 E 1/327, 27 novembre 1563 ; 1/328, 14 août 1564 ; 1/334, 6 janvier 1567 ; 1/347, 16 juillet 1573.

12 ADSM, 2E 1/851, 26 août 1626.

13 ADSM, 2E 1/1108, 9 septembre 1632 ; 5 octobre 1632.

14 ADSM, 2E 1/115, 18 novembre 1633.

Auteur

Professeur d’histoire à California State University (Fullerton).

Anna Bellavitis (Traducteur)

Professeure d’histoire moderne à l’université de Rouen, est directrice adjointe du Groupe de recherche en histoire (GRHIS) et membre de l’Institut universitaire de France.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search