Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

Héritières et pionnières : les femmes et le livre à Rouen à l’époque moderne

Sylvain Skora

Texte intégral

Chercher les femmes

  • 1 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provin (...)
  • 2 Ibid., p. 44-47.

1Les études sur la place des femmes dans le milieu éditorial à l’époque moderne ont mis en évidence l’importance de la participation féminine à la fabrication et au commerce du livre et notamment le rôle des veuves qui, à Paris comme à Londres, Lyon ou Anvers, continuent à gérer la boutique et l’atelier typographique, souvent avec leurs enfants. Rouen, troisième pôle éditorial du royaume, en est un bon exemple, comme il a été démontré par les recherches de Jean-Dominique Mellot1. La communauté des imprimeurs-libraires rouennais, fondée en 1579, connaît une croissance rapide dans la première moitié du XVIIe siècle : 71 maîtres sont dénombrés en 1600, 150 en 1640, 184 en 1660, avant que la crise de l’édition ne fasse sentir ses effets sous le règne de Louis XIV2.

  • 3 La BMR conserve 52 cartons de notes prises par Édouard-Benjamin Frère consacrées aux imprimeurs de (...)
  • 4 BMR, ms. m 213, 113, à partir de ADSM, 2 G 2609.
  • 5 ADSM, G 6802; BMR, ms. m 213, 119.
  • 6 BMR, ms. m 213, successivement 139, 127 et 125.
  • 7 Charles de Beaurepaire, Recherches sur l’introduction de l’imprimerie à Rouen, Rouen, impr. H. Boi (...)
  • 8 BMR, ms. m 213, 120 et 130.
  • 9 BMR, U 2647 ² (Rés.), Charles Estienne, Le Guide des chemins de France et Les voyages de plusieurs (...)
  • 10 BMR, ms. m 213, 130. Elle imprimait « rue de l’Orloge, à la Grande Nef » ; elle figure dans un arr (...)

2Au XVIe siècle, peu de femmes apparaissent dans le registre des comptes de la communauté, mais il suffit d’aller au-delà des archives comptables, et notamment dans les archives ecclésiastiques et notariées, pour reconsidérer l’impression d’un monopole masculin3. Les fabriques passent en effet de nombreuses commandes aux imprimeurs et les paiements permettent de découvrir leurs noms, déjà à partir du XVe. Selon les archives du chapitre cathédral, la veuve de Sandrin Dupont loue une échoppe au portail des Libraires pour cent sols en 1478-14794 ; en 1571, la fabrique de Saint-Laurent, donne « A la femme de Georges Jouenne, libraire, pour avoir fait les quatre centiers de cuir aux livres, soixante sols5 ». Signalons aussi Barbe Geneviève, veuve de Richard Petit, au Portail des Libraires, ainsi que Madeleine Hommet, femme de Claude Le Roy, qui tient avec son mari la première échoppe en haut des degrés du Palais en 1533, comme le fait Anne Prudhomme, femme de Martin II Lemégissier, en 15886. En 1563-1566, la fabrique cathédrale paie cent sols « à la veuve de Burges, femme de deffunct Mallard, libraire, pour un messel qui sert au dimanche sur le maître-autel7 ». La veuve de Guillaume Laignel est présente au portail des libraires de 1573 à 1581. La veuve de Thomas Mallard succède à son mari en 1597, tenant une boutique devant le Palais8, à « L’Homme armé ». Actives dans le commerce du livre, les femmes sont aussi présentes dans l’édition : en 1553, la veuve de Jehan Petit imprime, sur commande de Martin Lemesgissier, éditeur renommé, Le guide des chemins de France de Charles Estienne9, le premier livre imprimé par une femme à Rouen et, vers 1580, la veuve de Robert Mallard imprime Maistre Pierre Pathelin de nouveau receu et mis en son naturel avec le blason et loyer des fausses et folles amours10.

  • 11 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 53.
  • 12 Roméo Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France, 1470-1870, Genève, Droz, 2003.
  • 13 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 44-47.

3Au XVIIe siècle, la présence des femmes dans le milieu éditorial rouennais devient plus importante, et cette réalité, tout à fait exceptionnelle dans le contexte normand, et plus généralement national, s’explique aussi par l’organisation du travail dans la communauté des imprimeurs rouennais, fondée sur la cellule familiale et sur une stricte endogamie de métier. Les grandes familles rouennaises dominent le métier pendant des décennies : les Besongne (dès 1601), Berthelin, Maurry, Machuel, Le Boullenger, Le Prévost, Behourt, Jore, Vaultier, Cailloué, Delamotte, Tieucelin… En 1600, les 73 professionnels du livre se répartissent en 56 familles ; en 1643, le rapport est encore de 107 noms pour 179 représentants ; il tombe à 90 pour 201 en 1660, et à 71 pour 188 en 1670. Chaque famille fournit ainsi près de trois des siens au métier, sans compter les enfants, garçons et filles, associés dès leur plus jeune âge aux activités de leurs parents. Selon un sondage de 1643, au moins 62 enfants, appartenant à la famille du maître, sont employés dans les ateliers de typographie11. Entre 1600 et 1700, une soixantaine de professionnelles du livre sont recensées à Rouen, dont près de trente ont dirigé un atelier d’imprimerie, le plus souvent à la mort de leur mari12. Cette évolution se situe dans le cadre du développement de l’imprimerie rouennaise, qui passe de 73 éditeurs-imprimeurs en 1585 à 184 en 166013.

  • 14 ADSM, 5 Ep 923.

4Enfin, les comptes de la confrérie Saint-Jean-Porte-Latine, établie au prieuré Saint-Lô depuis la fin du Moyen Âge permettent de découvrir de nombreuses femmes associées aux métiers du livre14. Fondée au XVe siècle, la confrérie a vu les imprimeurs y rejoindre les libraires avant 1515, sous la protection traditionnelle de saint Jean l’Évangéliste, à proximité immédiate du Parlement qui constitue au XVIIe siècle le pôle incontesté de l’édition rouennaise. Le registre est constitué de trois tables alphabétiques couvrant les années 1632-1665, 1665-1712 et 1729-1730.

5Le premier alphabet contient 455 paragraphes, dont 119 mentionnent des femmes, soit 26 % du total. La plupart des libraires-imprimeurs sont inscrits pour eux et leur épouse et, généralement, les veuves continuent à cotiser. La cotisation moyenne était dans l’ensemble minime, souvent comprise entre trois et cinq sols. La dévote Marguerite Hamillon, « vesve de Robert de Rouves s’est rendue le neuviesme de janvier 1642 et a donné soixante sous pour son entrée et pour le drap de corps » ; en 1643, « Marguerite Mirey veuve de feu sieur de Beauvais a donné trente sols » et Romain Louvet et sa femme ont donné dix sols et un nécessaire d’argent, et ensuite quinze sols. À l’inverse, « la vesve Le Locu [Marguerite Le Brument] a promis bailler quinze sols pour tout ce qu’elle n’a fait ». Elle devait toujours quatre ans de cotisation en 1660. On peut également découvrir que le libraire Bonaventure Le Brun et sa femme ont donné cinq sols, mais que « la femme dudit Le Brun [Catherine Ancel] s’est faict rayer de la confrérie » en 1660. Catherine Guilbert femme de Julien Courant a quant à elle « été renvoyée avec son mari », sans doute pour défaut de cotisation, avant d’être réintégrée après 1657. La pauvre Isabeau Loyselet, « vesve de feu Salomon Humelin », a dû se contenter d’un sol de cotisation en 1633.

6Le deuxième alphabet (1665-1712) voit le renforcement de la présence des femmes dans la confrérie : 114 paragraphes, sur 288, les mentionnent, soit près de 35 % du total des confrères. Beaucoup de veuves sont inscrites, s’acquittant de versements modestes (deux à cinq sols), mais certaines d’entre elles semblent connaître de véritables difficultés économiques. Ainsi, Anne Oursel « ne paye mortuaire » ; Barbe Boulart, veuve de Thomas Ouin, est « rayée pour ne vouloir payer ce 16e décembre 1666 » ; Geneviève Auber, femme du sieur Blampain, « ne paye les obits » ; Marguerite Jore, veuve de Jean Lallemant, est « biffée faute de paiement » ; Marguerite du Souillet est également « rayée pour n’avoir voulu payer » le 28 août 1671.

7Le dernier alphabet (1729-1730) mentionne 18 femmes, dont 5 veuves, sur un total de 54 confrères, soit exactement le tiers du total. Mais l’absence de commentaires, en dehors du nom du cotisant et du montant dont il s’est acquitté, ne permet pas d’en tirer de conclusions plus poussées. Dans l’ensemble, le registre de la confrérie prouve l’investissement croissant des femmes dans le monde du livre rouennais au XVIIe siècle. Le fait qu’un tiers environ des confrères soient des femmes est tout à fait remarquable dans la mesure où les statuts corporatifs excluent ces dernières des responsabilités au sein de la communauté de métier.

Le travail des femmes entre contraintes et libertés

  • 15 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 253.
  • 16 ADSM, 5 Ep 923, fo 173 vo -174 vo.
  • 17 Ibid., fo 184 vo -fo 185 r °.

8Le travail des femmes est soumis à un certain nombre de restrictions, parmi lesquelles figure l’interdiction de poursuivre l’activité de leur défunt mari si elles épousent un homme extérieur au métier. On peut citer l’exemple de Geneviève Le Sonneur, la veuve de David Du Petit Val, le plus célèbre typographe de son temps, qui, en 1659, convole en secondes noces avec un certain Austin. Puisque la communauté refuse de le recevoir dans le métier, elle doit abandonner l’activité éditoriale et se limiter à la vente, jusqu’à épuisement des stocks15. Seulement si elles se retrouvent veuves à nouveau et qu’elles vont « mendier du travail, il sera permis à un chacun de leur en bailler16 ». Le cas de l’imprimeur Pierre Dupuis rappelle également que les filles naturelles d’imprimeurs n’ont pas le droit d’exercer. Sa fille illégitime « estant pourveue d’une requeste pour estre ouie par devant Monsieur le Lieutenant général aux fins de luy estre permis de travailler dudit art d’imprimeur soy disant le scavoit en la perfection et y avoit toujours travaillé depuis le décès dudit Dupuis », la communauté refuse à la fille le droit de travailler, et lui répond en octobre 1685 que « quand même elle le seroit [légitime] (comme non), il est encore plus juste et raisonnable de donner du travail à des hommes qui ont esté obligez d’abandonner la ville pour ne trouver à gaigner du pain pour faire subsister leurs femmes et leurs enfants17 ».

  • 18 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 53-54.
  • 19 Ibid., p. 60.
  • 20 ADSM, 5 Ep 486, fo 54 vo -56 vo.
  • 21 ADSM, 5 Ep 485, registre de la communauté (1582-1705).
  • 22 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 242.

9Dans la communauté des imprimeurs-libraires il est de tradition d’employer les filles des maîtres à condition qu’elles soient encore célibataires, ces filles pouvant être embauchées par d’autres maîtres que leurs parents18. Cette situation, encore acceptable pour les compagnons en période de croissance éditoriale où l’on est assuré d’être embauché (entre 1600 et 1650), devient périlleuse lorsque l’activité se réduit, dans la deuxième moitié du siècle, et que les effectifs se resserrent dramatiquement. Les compagnons et les apprentis s’opposent alors à l’embauche des femmes appartenant aux familles des maîtres : en mai 1656, le bailliage de Rouen déboute les « compagnons imprimeurs » qui reprochaient à un typographe d’avoir embauché une veuve de maître19. Encore, une délibération de la communauté du janvier 165920 signale que des « pauvres maistres à gages » ont porté requête au lieutenant général au bailliage afin que « les filles de maistres ne peussent travailler qu’en la maison de leur père et non ailleurs ». Mais la sentence du bailliage du 13 mars 1659 confirme qu’il est « permis aux maîtres de l’art de libraire imprimeur d’employer les femmes et filles de maistres21 ». La tradition ayant été confortée, malgré la précarité croissante des compagnons laissés à la porte des ateliers, un certain nombre d’entre eux partent vers d’autres villes chercher un emploi : Jean Séjourné va tenter sa chance à Bordeaux en 1659, Charles Osmont rejoint Paris en 1657, Jacques Gruchet s’installe au Havre en 167022. La colère des maîtres à gages n’a toutefois pas été complètement éteinte, puisqu’une nouvelle plainte des compagnons contre les femmes et filles de maîtres ressurgit en 1685 :

  • 23 ADSM, 5 Ep 486, 13 janvier 1685, fo 183 ro.

Ce jour d’huy 13e jour de janvier 1685 assemblée générale a esté convoquée par les gardes année présente à ce que la communauté aye à délibérer sur la plainte à eux faitte par plusieurs compagnons imprimeurs estant sans travail, de ce que plusieurs femmes et filles travaillent journellement à leur préjudice dans les imprimeries, ce qui les obligeroit à abandonner la ville et leurs familles23.

  • 24 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 54.
  • 25 ADSM, 5 Ep 486, fo 55 ro.

10En réalité, le travail des femmes divise aussi les maîtres, bien que la majorité accepte l’embauche des femmes, et si l’imprimeur du roi Jean Viret rappelle que les « filles de maistres n’estant mariées, qu’elles ont de tous temps travaillé aud. art, tant de la branche d’imprimerie que librairie » doivent continuer à le faire pour leur « entretien et subsistance24 », d’autres, en revanche, affirment qu’« il est juste que les pauvres maîtres leur soient préférés, n’étant pas de justice qu’un homme qui a six enfants les quitte, et qu’une fille tienne sa place qui pourroit faire autre chose25 ».

  • 26 ADSM, G 7330, G 7245, G 7259.
  • 27 ADSM, 5 Ep 483, 1659, dépense de 2 livres 10 sols, fo 85 ro.
  • 28 ADSM, 5 Ep 486, fo 200 vo.
  • 29 Ibid., fo 252.

11Le modèle est celui du breadwinner mâle : le chef de famille qui a la charge d’entretenir femme et enfants, comme si les femmes n’étaient pas, elles aussi, obligées de vivre de leur travail ! Les fonds de fabrique paroissiaux nous montrent, au contraire, des femmes libraires qui vivent, parfois difficilement, de leur travail26. Elles doivent aussi faire face à la concurrence des mercières qui sont régulièrement tentées de vendre des livres dissimulés dans leur marchandise. Le registre comptable signale un procès contre la veuve Le Prévost, mercière, en 165927. Le 26 mai 1690, un sergent « approche » les nommées Madeleine Ausy, femme François Druault, et Marie Grandsire, « soient disant revandeuses28 ». À la fin du siècle, le 31 décembre 1698, est opérée une nouvelle saisie de deux gros paquets de livres appartenant à la veuve Lenfant, mercière rue du Gros-Horloge29.

Femmes d’affaires

  • 30 Roméo Arbour estime que 40 % des femmes libraires ont connu une carrière honorable dans l’impressi (...)
  • 31 ADSM, 5 Ep 483. Données relevées dès le XIXe siècle par É. Frère (BMR, ms. m 213, 120).
  • 32 BMR, ms. m 213, 143.
  • 33 ADSM, 5 Ep 486, fo 182 vo.
  • 34 Ibid., fos 182 ro, 185 vo, 187 ro, 187 vo, 192 ro, 192 vo, 193 vo, 234 vo, 286 ro.

12Si un certain nombre de libraires vivent dans la gêne, la majorité appartient vraisemblablement à la petite bourgeoisie30. Les contrats de mariage relevés par Mellot entre 1642 et 1697 stipulent des dots comprises entre 750 et 7 000 livres, pour une moyenne somme toute honorable de 2 400 livres. D’autres éléments témoignent de la relative aisance financière de certaines femmes, comme Anne Lallemant, la sœur de Richard Lallemant, qui prête des sommes importantes à la communauté31. Comme leurs confrères, les femmes libraires peuvent également travailler en association afin de réduire leurs coûts de production. En 1597, Raphaël Du Petit Val, le plus illustre typographe rouennais, est associé avec la veuve Mallard. En 1650, la Société typographique des livres d’office, chargée de l’impression des livres religieux, est une société mixte composé par Laurent Maurry, David Du Petit Val, Richard Lallemant et la veuve de Louis Costé32. Anne Courant, la veuve de Jacques Hollant, s’est également associée à plusieurs imprimeurs rouennais à la fin des années 1650. Le travail des femmes est à la fin du siècle totalement entré dans les mœurs. En 1684, lors de l’enquête réalisée sur l’état des caractères d’imprimerie dans plusieurs ateliers, très significativement la veuve d’Eustache Viret, celle d’Antoine Maurry, ainsi que la veuve Michel répondent aux enquêteurs comme l’ensemble des imprimeurs de la ville33. L’étude des signatures dans le registre communautaire montre par ailleurs que le monopole masculin se fissure à partir des années 168034.

  • 35 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 80, 86-87, 303. Voir, par exemple, à la BMR : Le Grand Calendr (...)
  • 36 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 265, 371, 383, 481, 504 ; voir BMR, M 3462, P. Charles Pajot, (...)

13Certaines entreprises féminines enregistrent de véritables succès éditoriaux, grâce à des choix novateurs faits par des veuves se retrouvant à la tête de l’atelier familial. On peut citer Marguerite Hamillon, veuve de Robert de Rouves, qui, entre 1633 et 1644, s’associe avec ses concurrents directs pour exploiter un répertoire proprement scolaire, ou Catherine Housset, veuve de Louis II Costé, qui se lance dans la production de romans populaires. Le livre religieux est aussi un gage de succès, au XVIIe siècle, comme il est démontré par les carrières de Catherine Gaillard, veuve de Louis Behourt, qui produit de nombreux ouvrages religieux, en misant sur la jeune clientèle du nouveau séminaire de Rouen, créé en 1685, et de Marguerite de Manneville, veuve d’Eustache I Viret, qui publie des catéchismes ou des ouvrages de théologie vulgarisée. La veuve Viret est d’ailleurs en procès contre Julien Courant en 1693 pour le titre d’imprimeur du roi35. Le plus grand succès est toutefois celui de Catherine Machuel, veuve de Jean I Oursel, la première à Rouen, avec J.-B. Besongne, à passer commande aux Oudot, célèbres imprimeurs troyens de la Bibliothèque bleue, un choix éditorial qui s’avère très rentable, mais qui ne l’empêche pas de se lancer dans des entreprises éditoriales plus risquées, comme la publication du Dictionnaire trilingue de Pajot. D’après l’enquête de 1701, l’entreprise qui occupe le plus de monde est celle de la veuve de Jean Oursel, avec un atelier de quatre presses, et elle est toujours active en 171136.

  • 37 ADSM, G 6613.

14Parfois, leurs legs à la paroisse témoignent d’une grande richesse, comme dans le cas de Marguerite Hamillon, qui, en 1640, fonde une rente en l’église Saint-Godard à la mémoire de son défunt mari Robert de Rouves, dans laquelle elle « fait offre de donner au trésor de ladite paroisse 700 livres tournoiz baillée en or de monnoye ayant cours37 ». Près d’un siècle plus tard, le geste pieux de cette femme libraire était encore visible à l’intérieur de l’église Saint-Godard :

  • 38 François Farin, Histoire de la ville de Rouen, 3e édition, tome second, Rouen, 1731, p. 41.

Au pilier oposé, sur une table de marbre, avec ses Ornemens. Ci gît honorable homme Robert de Rouves, en son vivant Marchand Libraire Imprimeur en cette ville de Rouen, qui décéda le 8. Juin 1621 âgé de 48. ans, a été fondé par Marguerite Hamillon sa femme une Messe tous les Vendredis à perpétuité à neuf heures, trois Obits par an à leurs intentions de leurs parens vivans trépassez, par Contract du 23. Septembre 164038.

15Mais, ni le succès éditorial, ni le fait d’être des « faibles femmes » ne constituent, face à la censure, des circonstances atténuantes. En 1605, à la demande des gardes de la communauté, une enquête est ouverte contre plusieurs typographes ayant imprimé des livres interdits. Parmi eux, on trouve :

  • 39 ADSM, 5 Ep 489.

Marie Maufilz femme de Jehan Petit aussy libraire-imprimeur prisonnier ès prisons de ce bailliage et Thomas Daré par semblable libraire-imprimeur en cestedite ville pour avoir contre et en préjudice aux sentences et règlements et arrests de la Court baillé à rellier livres imprimez sans qu’iceulx y soient emploiez le privilège qui leur aict esté donné de faire ladite impression en laquelle n’est contenu le nom et surnom de l’imprimeur, ce qui est requié estre faict trois livres et l’un desquels est rellié intitullé L’Antipseudo pacifique ou Censeur françois, autres en feuilles intitulé Eschantillon des principaux paradoxes de la papauté et le troisiesme intitullé Les Cautelles, canons et cérémonies de la messe39.

  • 40 BNF, ms. fr. 21740, fo 140.
  • 41 Sabine Juratic, « Marchandes ou savantes ? Les veuves des libraires parisiens sous le règne de Lou (...)
  • 42 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 506.
  • 43 Georges Lepreux, Gallia typographica, t. III : Province de Normandie, Paris, Champion, 1912, docum (...)

16Les tracasseries se multiplient contre les libraires protestants au début des années 1680. Jeanne Cailloué, veuve d’Olivier III de Varennes (décédé en 1677), reçoit ainsi la visite de la police le 10 mai 1685, qui admet qu’elle n’est détentrice d’aucun livre interdit, « excepté plusieurs livres de la R. P. R. que ladite veuve a dit luy estre permis de vendre comme tous les autres libraires40 ». Mais, après la révocation de l’édit de Nantes (18 octobre 1685), les imprimeurs protestants doivent abjurer pour pouvoir continuer d’exercer leur métier et certaines femmes libraires choisissent l’exil. C’est le cas de Suzanne Remy, veuve de l’imprimeur protestant Jacques Lucas (décédé au début de 1683), ou de Jeanne Cailloué, qui vendait à Rouen et à Paris, où son défunt mari était un des libraires du temple de Charenton. Elle fait réaliser en hâte l’inventaire de ses biens devant notaire et dresser l’état de ses livres dans ses deux boutiques parisiennes. Elle passe ensuite vraisemblablement à Londres où l’un de ses frères était déjà établi et où une partie de son fonds est apparemment mis en vente en 169941. D’autres femmes continuent à vivre à Rouen, mais restent attachées à leur foi, comme Anne Papavoine, femme de Laurent I Dumesnil, qui, au début du XVIIIe siècle, refuse de payer les cotisations de la confrérie Saint-Jean-Porte-Latine42. Le cas le plus tragique demeure celui d’Anne Le Febvre, veuve de Pierre I Cailloué. La vente après décès de feu Pierre I Cailloué, en 1679, avait rapporté 6 762 livres, mais les biens de sa veuve, en 1695, sont estimés à seulement deux cents livres, incluant les livres de ses enfants, locataires de la même maison. Trente paquets de « livres de religion », soit plus du quart du stock avait en effet été retirés par le procureur du roi au bailliage et présidial, présent au moment de l’inventaire. Accusée d’impression et de diffusion de libelles et livres défendus, elle est arrêtée en octobre 1694 et meurt à la Bastille le 21 novembre suivant43. Sa fille, qui l’accompagnait à la Bastille, est enfermée dans un couvent :

  • 44 http://expositions.bnf.fr/livres/bastille/xml/bnf_book_textes.xml. Le texte original présente une (...)

Du lundi vingtième de janvier [1695], à dix heures du matin. Monsieur Desgrais est venu, ayant apporté un ordre du roi envoyé par Monsieur de Pontchartrain pour lui remettre la demoiselle Cailloué, fille de la Religion et de la ville de Rouen, dont sa mère, la veuve Cailloué, est morte ici, prisonnière et de la Religion. Et cette demoiselle, qui n’était venue que pour suivre et servir sa mère, et n’ayant resté auprès d’elle en arrivant ici que par l’approbation de Monsieur de La Reynie, après la mort de sa mère, il a aussi trouvé à propos qu’on la retînt sans voir personne jusqu’à nouvel ordre. N’y ayant point eu du tout d’ordre du roi ni du ministre pour elle pour la rester, et l’intention de Monsieur de La Reynie n’a été que pour la faire transférer par M. Desgrais pour la mettre dans le couvent de Nouvelles converties, en cette ville44.

Au XVIIIe siècle : un effacement trompeur

  • 45 Jean Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIe siècle, Institut armoricain de reche (...)

17Les recherches de Jean Quéniart sur l’imprimerie rouennaise au XVIIIe siècle45 confirment le poids de la tradition mais aussi les audaces éditoriales de certaines femmes à la tête d’entreprises. Les veuves qui désirent se remarier y parviennent facilement : n’apportent-elles pas au futur époux une entreprise en pleine activité ? C’est ainsi qu’Anne Dron, après la mort, en 1694, de son premier mari, épouse en 1697 Antoine II Maurry, imprimeur du roi ; ce dernier mort en octobre 1712, elle se remarie dès l’année suivante avec Jean-Baptiste II Besongne, lui aussi imprimeur du roi par la résignation de son père. Les héritiers d’Antoine Maurry se réduisant à ses deux sœurs, elle apporte à son troisième époux et imprimeur la plus grande partie du matériel du défunt (un « don mobil » de 10 000 livres), ainsi qu’une dot remarquable du même montant. Nous sommes ici dans l’élite du métier, à laquelle appartiennent également les héritières Ferrand (Jeanne et Anne) à la veille de la Révolution. L’inventaire de leur librairie, en janvier 1789, mentionne pas moins de 45 404 ouvrages.

  • 46 Ibid., successivement p. 34, 144 et 50.
  • 47 Ibid., p. 76, d’après BNF, ms. FF 22129, pièce 44, fo 108.
  • 48 Ibid., p. 43, 104. La réduction du nombre d’ateliers a vu parallèlement l’augmentation du nombre d (...)

18La diminution drastique du nombre d’ateliers d’imprimerie entre 1700 et 1775 – leur nombre a chuté des deux tiers, passant de 27 en 1709 à 15 en 1740 et 10 après 1762 – modifie quelque peu le fonctionnement de la communauté. Les imprimeries vacantes, d’autant plus rares qu’elles sont reprises de mari en veuve, de veuve en fils, sont chèrement disputées. L’impossibilité de créer de nouveaux établissements entraîne le rétablissement des concours, tombés en désuétude46. C’est ainsi qu’en 1752 la dame Oursel démissionne en faveur d’Abraham-François Viret fils, mais d’autres candidats demandent que la place soit mise au concours, et elle est finalement attribuée à Jacques Ferrand47. Les veuves de maître sont convoitées, mais les forains sont comme aux siècles précédents très mal reçus. Pierre Seyer est quasiment le seul étranger à intégrer la communauté rouennaise du livre. Arrivé à Rouen en 1760, prote dans l’imprimerie de la veuve Behourt, il ne tarde pas à en conquérir « non seulement l’estime, mais encore le cœur », et la veuve démissionne en faveur de son futur époux. Ce n’est cependant qu’en 1763, à l’issue d’un long procès intenté par les autres maîtres, qu’il peut enfin exercer son métier. En 1764 ses cinq presses n’emploient pas moins de dix-sept compagnons48.

19Ces exemples tendraient-ils à prouver que les femmes libraires auraient perdu, au cours du XVIIIe siècle, la relative autonomie acquise au siècle précédent ? Il est bien difficile de juger. Roméo Arbour a recensé plusieurs femmes actives dans l’édition rouennaise jusqu’à la fin de l’Ancien Régime. Si la grande majorité a travaillé dans la tranquillité, certaines ont laissé leur nom dans les archives judiciaires, preuve qu’elles n’étaient pas forcément dociles…

  • 49 Roméo Arbour, op. cit., p. 410, d’après BNF, ms. fr. 22075, fo 730.
  • 50 Jean Quéniart, op. cit., p. 220-221, d’après BNF, ms. fr. 22075, pièce 81, fo 50.
  • 51 Roméo Arbour, op. cit., p. 225. Contrairement à Anne Le Febvre en 1694, elle sort vivante de la Ba (...)
  • 52 Jean Quéniart, op. cit., p. 183-186, d’après BNF, ms. fr. 22101.

20Ainsi, Marie-Thérèse Lefrançois, veuve de Jean II Oursel, tient un atelier « rue Ecuyère, à l’Imprimerie du Levant » de 1730 à 1751 au moins. Elle imprime notamment Les Chroniques du roi Gargantua en 1735. Le 8 juin 1750, un arrêt du Conseil d’État la condamne à une amende de 3 000 livres et à 10 000 livres de dommages et intérêts pour avoir imprimé un psautier sans permission49. Elle reçoit une autre amende le 21 juin 1751. À la même époque, la veuve Ferrand, Marie-Madeleine Labulle, est accusée d’avoir contrefait Télémaque et Le Paradis perdu de Milton50, et d’avoir imprimé clandestinement le Tanastès de Marie-Madeleine Bonafon, satire des amours de Louis XV et de la marquise de Châteauroux ; elle est pour cela embastillée du 29 août au 26 décembre 174551. La veuve Besongne, née Marie-Madeleine Gruchet, qui dirige un atelier de deux presses et six compagnons en 1764, occupée sagement aux ouvrages de ville, est pourtant suspectée d’imprimer clandestinement L’Émile, condamné par le Parlement. Jean Quéniart a souligné la situation périlleuse de cette femme à la fin du règne de Louis XV. En 1771, une enquête rapporte que « la veuve Besongne, chez qui l’on trouve quantité de remontrances et autres imprimés sur les affaires du temps, peut prétendre ne pas s’être crue, sinon en faute, du moins en danger, puisque ces ouvrages étaient reconnus des Cours souveraines52 ». Menacée d’arrestation, la veuve Besongne parvient à disparaître au cours du mois d’avril 1771, et son fils négocie difficilement son retour. En janvier 1772, il envoie au ministre Bertin l’Almanach de la province, qu’il accompagne d’une supplique où il demande qu’on ait pitié de sa mère :

[…] son âge, ses infirmités, sa faiblesse occasionnée par de longs travaux ne nous ont pas permis de lui laisser éprouver la rigueur de son sort […]. Pour me tirer du danger dont me menaçaient les premiers ordres donnés contre moi, elle s’est exposée seule à l’effet des seconds, et, depuis neuf mois, sans se plaindre, elle attend que votre bonté apaise votre justice.

Les Beautez de la Normandie ou l’origine de la ville de Rouen, imprimé chez la Veuve de Jean Oursel, Rouen, 1700. 15 x 9 cm. ADSM, bibliothèque, BHR 173.

Les Beautez de la Normandie ou l’origine de la ville de Rouen, imprimé chez la Veuve de Jean Oursel, Rouen, 1700. 15 x 9 cm. ADSM, bibliothèque, BHR 173.
  • 53 Ibid., p. 184, d’après ADSM, C 16. Marie-Madeleine Gruchet put cependant revenir et continua son a (...)

21La manœuvre échoue cette fois, au moins dans l’immédiat, puisque Bertin fait répondre par l’intendant qu’il ne peut rien « proposer au Roi en sa faveur avant qu’elle ne se soit soumise en se rendant en prison53 ».

Annexes

Annexe 1. Les femmes et les métiers du livre à Rouen au XVIIe siècle

Source : les travaux de J.-D. Mellot, R. Arbour, les notes de É.-B. Frère (BMR, ms. m 213), et nos propres recherches aux ADSM.

Catherine Ancel, veuve de Bonaventure II Le Brun, impliquée dans la vente de livres interdits en 1693.

Madeleine Ancelle, veuve d’André I Cabut, elle tient boutique ouverte de 1699 à 1701 au moins, sans imprimerie. Elle est âgée de 60 ans en 1701 (BMR, ms. m 213, 105).

Madeleine Auber (veuve de Thomas Daré, 14 livres imprimés de 1616 à 1627).

Catherine Beauvoisin, femme de Clément Malassis (vers 1674-1682).

Marie Berthe, veuve de Louis II Dumesnil, imprimeur-libraire de 1674 à 1687. Protestante.

La veuve Beuzelin loue de la ville, en 1699, une boutique dans l’enclave du Palais de Justice pour 12 livres (BMR, ms. m 213, 103).

Marie-Madeleine Bouillon, veuve de Jacques Le Boullenger (et auparavant de Jacques Lesage, BMR, ms. m 213, 122), imprimeur-libraire de 1695 à 1701 au moins.

Marie Carrel, veuve de Philippe Alline (vers 1636-1656).

Isabeau Chrestien, veuve de Louis Du Mesnil (1652-1656).

Anne Courant, veuve de Jacques Hollant (vers 1655-1665).

La veuve de Thomas I Daré (vers 1610-1620).

Geneviève Delamare, née en 1629, veuve d’Antoine Ferrand (décédé en 1667). Selon G. Lepreux (op. cit., p. 38), elle est aussi la veuve d’Antoine I Maurry et exerce de 1684 à 1697.

Mathurine Delamare, veuve d’André Ango (vers 1653-1654).

Marguerite de Manneville, veuve d’Eustache I Viret, imprimeur-libraire de 1680 à 1717.

Barbe Desaint, veuve de Gabriel Bellier (décédé en 1661).

Anne Dron, femme d’Antoine II Maurry puis de Jean-Baptiste II Besongne.

La veuve Drouet : elle édite en 1664 le livre d’Estienne de Saint-Amand, La Vraye Estoille ou le vray pasteur opposé aux faux pasteurs et aux fausses estoilles du ciel de l’Eglise, Rouen, impr. de la vve

Drouet, in-8 (BMR, ms. m 213, 110). Antoine Ferrand édite aussi ce livre de 38 p. en 1664.

Madeleine Du Mesnil, femme de Louis Séjourné.

Jeanne Du Petit Val (veuve de Jacques I Besongne, qui publie deux livres en 1633-1640).

La veuve de Jehan Durand : elle imprime L’arsenal des armes royales du fidèle soldat de J.-C. à l’épreuve des plus furieuses mousquetades du diable, propres à débeller les puissances infernales et forcer

le Paradis, Rouen, de l’impr. de la vesve Durand, 1623, in-12 (BMR, ms. m 213, 113). Jeanne Dutil, veuve de Daniel Loudet, libraire-imprimeur de 1653 à 1671. 4 impressions connues († 1672).

Sarah Ferrand, veuve de David Geoffroy (vers 1629-1631).

Geneviève Fillastre, femme de Louis Du Mesnil.

Marie Fortin, veuve de Jacques Auber.

Catherine Gaillard, veuve de Louis Behourt, imprimeur-libraire avec son fils Guillaume de 1677 à 1699 (BMR, ms. m 213, 101 : âgée de 69 ans en 1700). Vend « dans la cour du Palais » de 1679 à 1705.

Catherine Goubert, veuve de Bonaventure II Lebrun, imprimeur-libraire en 1698-1699.

Catherine Guilbert, femme de Julien Courant (vers 1632-1658).

Catherine Hamillon, veuve de Robert I Séjourné, libraire de 1668 à 1676.

Marguerite Hamillon, veuve de Robert de Rouves (après 1643).

Marie Honnervogt, femme de Jean III Viret.

Catherine Housset (veuve de Louis II Costé, 9 livres de 1631 à 1638 au moins).

Marguerite Jorre, veuve de Jean II Lallemant, imprimeur-relieur de 1693 à 1715.

Jeanne Lallemant, veuve de Jehan Ancelle (vers 1639)

Catherine Lamy, veuve de Marin Lallemant (reçu maître en 1666), âgée de 62 ans en 1701, tenant une boutique sans imprimerie avec son fils Richard Lallemant (BMR, ms. m 213, 120).

Anne Laurent, veuve de Pierre Maille (vers 1668-1669).

Marguerite Le Brument, veuve de Pierre Le Locu (15..-163.).

Esther Le Danois (veuve de Jehan Dubosc, 26 livres entre 1630 et 1648).

Anne Le Febvre, veuve de Pierre I Cailloué, imprimeur-libraire de 1679 à 1683, libraire de 1684 à 1694.

La veuve Lemarinier est autorisée à travailler à l’imprimerie en 1660 (BMR, ms. m 213, 124).

Alix Le Mégissier, veuve de Martin I Delamotte, imprimeur-libraire en 1606 (confrérie 1632-1638).

Geneviève Le Sonneur, veuve de David Du Petit Val, imprimeur-libraire de 1658 à 1663.

Marie-Anne Le Tourneur, veuve de Jacques Delamotte, imprimeur-libraire rue de l’Archevêché. En 1701, elle possède 2 presses et emploie 2 compagnons, elle imprime des édits, des arrêts et des déclarations du Parlement.

Marie Lorin (1606 ?-1680), veuve de Robert Daré, imprimeur-libraire de 1656 à 1680. 1 livre (1675).

Marie Loyselet, veuve de Pierre II Delamotte, imprimeur-libraire de 1669 à 1681. Protestante.

La veuve Jean Lucas est mentionnée comme libraire entre 1687 et 1700. Famille protestante.

Catherine Machuel, veuve de Jean I Oursel, « rue St Jean, à l’Enseigne de l’Imprimerie », imprimeur-libraire. Elle édite longtemps : de 1692 à 1725. Associée à son fils François, elle possède 4 presses en 1701 et emploie 4 compagnons. Elle est spécialisée dans les ouvrages de dévotion et les livres de la Bibliothèque bleue.

Anne Malassis, veuve de Jean II Machuel, qualifiée de revendeuse de « viels livres » dans un rapport de 1706.

Marguerite Malassis, veuve de Guillaume I Machuel, imprimeur-libraire en 1675-1676.

La veuve de Thomas Mallard, libraire de 1597 à 1615. Nom inconnu. Elle épouse T. Reinsart.

Catherine Maubert (veuve de Manassès de Préaux, nombre inconnu de livres publiés de 1631 à 1649).

Marion Maufils (veuve de Jean Petit, 2 livres de 1612 à 1617).

Marguerite Maunoury, veuve de Robert II Séjourné (1623 ?-1693), imprimeur-libraire de 1693 à 1704. En 1700, elle est établie sur le quai, possédant une boutique ouverte, point de compagnon ni d’imprimerie (ms. m 213, 143).

Marguerite Maurry, veuve de Julien II Courant (épousé en 1675), imprimeur-libraire de 1691 à 1694.

Marguerite Mirey, femme de Romain de Beauvais puis de Richard III Lallemant.

La veuve d’Antoine Orange (vers 1629, BMR, ms. m 213). Robert Féron imprime dès cette année le même livre (Histoire excellente et héroïque du Roy Willaume le Bastard…).

La veuve de Jean Oursel (vers 1634).

Madeleine Pantin, femme de Jean Cailloué épousé en 1672.

Marie Petit : loue deux échoppes à l’angle sud-ouest de la cour des libraires en 1627, moyennant 6 livres par an (ADSM, G 2609).

Élizabeth Queues, veuve de Guillaume Vaultier, impliquée dans une affaire de livres interdits en 1693.

Marie Quillebœuf, femme de Michel II Le Roux, impliquée en 1693 pour vente de « livres plaisants ».

Suzanne Rémy, veuve de Jacques Lucas, libraire de 1683 à 1685. Protestante.

Angélique Roussel, femme de Jean Hérault (vers 1667-1685).

Marie Ruffy, femme de Louis III Costé (1688-1695).

Madeleine de Saint-Igny, veuve de David II Ferrand, imprimeur-libraire de 1660 à 1675.

Marie Tournières (veuve de Nicolas Courant, 5 livres de 1631 à 1638). Un peintre de Caen porte le même nom (BMR, ms. m 213, 107). Marie Vaultier, fille de François I Vaultier, et femme d’Henri-François Viret épousé en 1671.

Geneviève Véreul (1606 ?-1681), veuve de Jean de Manneville, libraire de 1676 à 1681.

La veuve Yeury, début du XVIIIe siècle.

Annexe 2. Les femmes inscrites dans la confrérie des imprimeurs-libraires au XVIIe siècle

Source : ADSM, 5 EP 923 : registre des libraires-imprimeurs, 1632-1760, « Pour la confrarie de Saint Jean Porte Latine ».

Différents paragraphes peuvent se référer à une même personne dans le registre. Nous avons regroupé ces mentions éparses sous le même numéro. Les précisions (noms, dates) sont indiquées entre crochets.

1er alphabet (1632-1665)

1. Adam Malassis et sa femme ont donné 20 sous de 1632 à 1653. La veuve d’Adam Malassis (1652-1665).

2. Alix Le Mesgissier « vesve de feu Marin La Motte » membre de 1632 à 1638.

3. Clément Malassis et sa femme [Catherine Beauvoisin] ont donné 5 sols de 1632 à 1657.

4. Catherine Maubert « vesve du feu sieur Malassis » membre de 1632 à 1644. Catherine Maubert « vesve de Manassès de Préaulx » (1645-1649). [Elle est décédée en 1650.]

5. Catherine Housset « vesve de Louis [II] Costé » (1633-1639). Catherine Housset « vesve de feu sieur Louis Costé » (1643-1665). Catherine Housset veuve de Louis Costé (1665-1681). [Elle est décédée en 1681.]

6. Daniel Loudet et sa femme [Jeanne Dutil] (1632-1645). Jeanne Dutil, « vesve de deffunt Daniel Loudet » (1655-1665). Jeanne Dutil veuve de feu Daniel Loudet (1665-1672), « ne paye acquit ».

7. Estienne Vereul et sa femme (1632-1655).

8. François I Vaultier et sa femme ont donné 10 sols (1634-1657). François Vaultier et sa femme (1657-1665).

9. Jacques Auber et sa femme [Marie Fortin] (1632-1657 et 1657-1665). Ladite dame a payé 3 mortuaires. Marie Fortin veuve de feu Jacques Auber (1666).

10. Isabeau de Vallet « vesve de Jean Machuel l’aîné » (1632-1643).

11. Jean Anselme et sa femme (1618-1641).

12. Jean Boulé et sa femme (1638-1657).

13. « La vesve Le Locu [Marguerite Le Brument] a promis bailler 15 sols pour tout ce qu’elle n’a fait » (quitte en 1637). Marguerite Le Brument veuve de feu Pierre Le Locu et son fils Jehan Le Locu (1640-1656). Elle « devoit 4 ans » [de cotisation] en 1660.

14. Julien Courant le jeune et sa femme [Catherine Guilbert] (1632-1658). Catherine Guilbert femme de Julien Courant (1655-1656) : elle a été renvoyée avec son mari. Julien Courant et sa femme (1657-1665). Ils ont donc réintégré la confrérie. Julien Courant et sa femme (1665-1698).

15. Jeanne Daniel « vesve de Louis Loudet » (1632-1641).

16. Isabeau Loyselet « vesve de feu Salomon Humelin » a donné 1 sol (1633).

17. Louis Du Mesnil et sa femme décédée en 1647 (1632-1651). Louis Du Mesnil et sa [2e] femme (1652-1665).

18. Geneviève Fillastre femme de Louis Du Mesnil a donné 5 sols en 1646-1647. Geneviève Fillastre (1667-1682).

19. Louis Séjourné et sa femme [Magdelaine Du Mesnil] (1634-1657). Louis Séjourné et sa femme (1657-1665 et 1665-1666). Magdelaine du Mesnil veuve de feu Louis Séjourné (1666-1675).

20. « La vesve de Rouves » [Marguerite Hamillon] (1643-1645). « Marguerite Hamillon vesve de Robert de Rouves s’est rendue le 9e de janvier 1642 et a donné 60 sous pour son entrée et pour le drap de corps. » Marguerite Hamillon veuve du « feu sieur de Rouves » (1643-1661).

21. Louis Oursel et sa femme ont donné 5 sols (1634-1646). Louis Oursel et sa femme (1646).

22. Marie Tournière, « vesve de Nicolas Courant » (1636-1645). Marie Tournière veuve de feu Nicolas Courant (1649).

23. Philippe Alinne et sa femme [Marie Carrel, décédée en 1656] (1632-1644). Marie Carrel veuve de feu Philippe Alline (1641-1651).

24. Robert Féron et sa femme (1632-1643).

25. Romain Louvet et sa femme ont donné 10 sols et un « nécessaire » [ ?] d’argent, et ensuite 15 sols (1636-1642). Romain Louvet et sa femme décédée (1645-1646). Romain Louvet et sa [2e] femme (1646-1665). Romain Louvet et sa femme (1665-1668) « ne paye les obits ».

26. Robert Séjourné et sa femme [Catherine Hamillon] a donné 5 sols (1632-1654). Robert Séjourné et sa femme (1665). [« Ladite femme Séjourné a payé les années 1665 à 1668 tant pour deffunt son mary que pour elle et les obits qu’ils pourroient debvoir jusqu’au 13e octobre de l’année 1668 ».]

27. Raphaël Malassis et sa femme (1632-1643).

28. Richard Lallemant et sa femme ont donné 10 sols (1641-1657). Richard Lallemant et sa femme (1657-1665 et 1665-1689).

29. Anne Gerlet a donné d’entrée 2 sols (1636-1639).

30. Marguerite Roncelin [femme du sieur Delamare] a donné 10 sols (1641-1643). Marguerite Roncelin femme du sieur Delamare (1643-1645).

31. Marguerite Mirey « vesve du sieur Romain de Beauvais » s’est rendue en la conférie et a donné 30 sols (1643). Marguerite Mirey veuve de feu sieur de Beauvais a donné 30 sols (1643). [Elle épouse Richard III Lallemant en 1644.]

32. Antoine Ferrand et sa femme ont donné 10 sols (1646-1657). Geneviève Delamare [veuve d’Antoine Ferrand] (1658-1665). Antoine Ferrand et sa femme (1665-1667).

33. Anne Ruault « vesve de Robert Ferrand » a donné 4 sols (1651-1658).

34. Anne Courant « vesve de deffunt Jacques Hollant » (1655-1665). La veuve de Jacques Hollant a donné 2 sols 6 deniers (1654). Anne Courant (1664-1666).

35. Angélique Roussel femme de Jean Herault a donné 2 sols 6 deniers (1656). Jean Herault et sa femme (1667-1685).

36. Anne Séjourné a donné 2 livres (1659-1664). Anne Séjourné (1664-1674).

37. Anne Pocholle femme de Martin Michel (1664). Martin Michel et sa femme (1665-1674).

38. Barbe Ferrand a donné 5 sols (1656).

39. Bonaventure I Le Brun et sa femme ont donné 5 sols (1655-1660). « La femme dudit Le Brun [Catherine Ancel] s’est faict rayer de la confrérie. » Le mari est quitte pour les années 1661-1665. Bonaventure Le Brun et sa femme (1665-1692). Madame Le Brun 15 sols en 1699.

40. Barbe Malassis (1664-1665 et 1665-1677).

41. Gabriel Bellier et sa femme [Barbe Desaint] ont donné 3 sols (1644-1661). Ledit Bellier ne paye point de mortuaire. Barbe Desaint « vesve de deffunt Gabriel Bellier » (1662-1665). Barbe Desaint veuve de Gabriel Bellier (1665-1684). 42. Bonne Boulard « vesve de Thomas Ouin » a donné 2 sols (1662-1664).

43. Catherine Delamare femme du sieur Guillaume Delahaye a donné 5 sols d’entrée (1643-1653). Guillaume Delahaye et sa femme [Catherine Delamare] (1657-1664). Catherine Delamare veuve de « feu sieur Delahaye » (1664-1668).

44. Claude Grive [ou Gruet] et sa femme (1652-1664 et 1664-1668).

45. Catherine Dumesnil a donné 2 sols (1657-1659).

46. Catherine Marie, femme d’Adrien Le Hire, a donné 5 sols (1665). Catherine Marie (1665).

47. Charles Ancelle et sa femme, Catherine Pihoel [ ?], ont donné 2 sols 6 deniers (1656-1665). Charles Ancelle et sa femme (1665-1669), « ne paye les obits ».

48. Catherine Loyselet a donné 5 sols (1664-1665). Catherine Loyselet (1665-1672), « ne paye mortuaire ».

49. David Maurry et sa femme a donné 2 sols 6 deniers (1649-1658). Sa femme [Catherine Levesque] a donné 5 sols (1658-1665). David Maurry et sa femme (1665-1682). Catherine Levesque veuve de David Maurry (1682-1683).

50. David Ferrand et sa femme Madeleine de Saint-Igny ont donné 5 sols (1652-1657). Magdelaine de Saint-Igny veuve de feu David Ferrand (1662-1664). Magdelaine de Saint-Igny (1665-1666).

51. François Malassis et sa femme (1642-1657). Sa femme a donné 2 sols 6 deniers (1658-1661).

52. Françoise Le Brun a donné 2 sols 6 deniers (1655-1660).

53. Guillebert Delamare et sa femme (1654-1661). Sa femme [Florimonde Le Houé] a donné 2 sols 6 deniers (1662-1665). Guillebert Delamare et sa femme (1665). Florimonde Le Houé, veuve de feu Guillebert Delamare (1665-1672).

54. Gilles Bellier et sa femme ont donné 5 sols (1662-1665). Gilles Bellier et sa femme (1665-1688).

55. Geneviève Aubert, femme du sieur Blanchepain (1665 : « ne paye »). Geneviève Auber femme du sieur Blanchepain (1665-1674), « ne paye les obits ».

56. Hélène Bertaut a donné 2 sols 6 deniers (1662-1665). Hélène Bertaut (1665-1700).

57. Jean Dupuis et sa femme a donné 5 sols (1656-1662). Sa femme a ensuite donné 2 sols 6 deniers (1663-1665). Jean Dupuis et sa femme (1665-1675).

58. Jeanne Magnan « vesve de Thomas Mallart » a donné 5 sols (1656-1659).

59. Jean Dumesnil et sa femme ont donné 5 sols (1655).

60. Jean Delamare et sa femme (1646).

61. Jacqueline Mauger femme de Jacques Besongne a donné 5 sols pour son entrée (1652-1665).

62. Jacques Levault et sa femme (1655-1664).

63. Jean Gruel et sa femme ont donné 10 sols (1662-1665).

64. La femme de Jean Jore a donné 5 sols (1665).

65. Jean de Manneville et sa femme [Geneviève Véreul, épousée en 1633] ont donné 5 sols (1654-1665). Jean de Manneville et sa femme (1665-1682).

66. Isabeau Crestien, la veuve de Louis Dumesnil, a donné 5 sols (1652-1656). Isabeau Crestien veuve de Louis Dumesnil (1656-1665). Isabeau Chrestien veuve de feu Louis Dumesnil (1665-1675), « ne paye acquit ».

67. Louis Michel et sa femme ont donné 2 sols 6 deniers (1654-1665). Louis Michel et sa femme (1665-1680) « ne paye les acquits ».

68. La veuve de Louis Behourt [Catherine Gaillard, épousée en 1662, veuve en 1677] a donné 2 sols 6 deniers (1657-1665).

69. Louis du Souillet et sa femme (1706). La femme de Louis du Souillet a donné 4 sols 6 deniers (1705-1707).

70. Marin Gruel et sa femme (1644-1664 et 1664-1669).

71. Marin Michel et sa femme (1653-1656). Marie Michel a donné 2 sols 6 deniers (1654-1665). Sa femme Marie Noblet a donné 2 sols 6 deniers (1656-1665). Marie Michel (1665-1680), a donné 2 sols 6 deniers en 1674.

72. Marie de Ros a donné 5 sols (1653).

73. Marie de La Ville a donné 5 sols (1662-1665). Marie de La Ville (1665-1679), « ne paye mortuaire ».

74. Mathurine Delamare veuve d’André Ango libraire a donné 5 sols (1653-1654). [Selon J.-D. Mellot (op. cit., p. 195), André Angot, mort en 1650, est un détaillant extrêmement pauvre. Sa femme Mathurine Delamare ne sait même pas signer, ce qui est rare dans la profession.]

75. Marie Tiercelin a donné 6 blancs (1656-1658).

76. Marguerite Levaux a donné 2 sols 6 deniers (1663-1664).

77. Marie Delamotte veuve d’Isaac Denibelle [ ?] a donné 2 sols 6 deniers (1663-1665). Marie Delamotte (1665-1676), « ne paye mortuaire ».

78. Marguerite du Souillet a donné 5 sols (1664). Marguerite du Souillet (1664-1671), rayée pour n’avoir voulu payer le 28 août 1671.

79. Marie Charlemesnil (1664-1665). Marie Charlemesnil (1665-1669), « ne paye les obits ».

80. Nicolas Le Prest et sa femme (1646-1660).

81. Nicolas Loyselet et sa femme (1651-1663).

82. Pierre I Amiot et sa femme [Catherine Malassis] ont donné 5 sols (1652-1664. Pierre I Amiot et sa femme (1664-1701). Sa seconde femme a donné 3 sols 9 deniers (1701-1707).

83. Pierre Hybaine et sa femme ont donné 10 sols (1653-1665).

84. Pierre Maille et sa femme [Anne Lepreux] (1657-1664 et 1665-1668). [« Ladite femme Maille a payé les années de ladite confrairie de 1665 à 1668 tant pour ledit deffunt son mary que pour elle, et les obits quils pouvoient debvoir jusqu’au 10e octobre de l’année 1668. »] 85. Pierre Ferrand et sa femme (1645-1660) ; et sa veuve (1660-1665), qui a donné 15 sols [ ?]. Pierre Ferrand et sa femme (1665-1684).

86. Paul du Souillet et sa femme Marie Maurry ont donné 5 sols (1660-1661). La femme de Paul du Souillet s’est volontairement retirée de la confrérie et a donné 14 sols 6 deniers (1671).

87. Rémy Le Boullenger et sa femme a donné 5 sols (1653-1656).

88. Symon Lallemant et sa femme ont donné 10 sols (1660-1661).

89. Vincent Le Roux et Marie Roussel sa femme (1657-1665). Vincent Le Roux et Marie Roussel (1665-1687), reçu 10 sols pour le mortuaire du défunt mari (1687).

90. Isabeau du Chaine (1653-1663). Isabeau Du Chesne (1663-1664) « ne paye mortuaire ».

Nouvel alphabet commençant en 1665 (jusqu’en 1712)

Les femmes sont rayées au décès du mari, et le paragraphe poursuivi avec la mention « Mlle… s’est rendue… » Les femmes déjà mentionnées dans le 1er alphabet sont citées ci-dessous.

91. Anne Le Febvre veuve de Pierre Cailloué (1688) [Elle est pourtant protestante].

92. Antoine Maurry et sa femme (1665-1682). La veuve Antoine Maurry (1682-1697). La veuve Antoine Maurry (1701-1712).

93. Anne Malassis (1673-1675). Anne Malassis, femme de Paul du Souillet (1706-1707). Anne Malassis (1710-1712).

94. Anne de La Ville a donné 5 sols (1666-1686).

95. Anne Oursel (1669-1676), « ne paye mortuaire ».

96. La femme d’Antoine Prévost a donné 4 sols (1705-1712).

97. Barbe Boulart veuve de Thomas Ouin (1664), rayée « pour ne vouloir payer ce 16e décembre 1666 ».

98. Marie Costé femme de Claude Amiot a donné 4 sols (1698-1704).

99. Marguerite de Manneville veuve d’Eustache I Viret (1703-1708) [épousée en 1658, veuve en 1683]. Marguerite de Manneville (1705-1712), [décédée en 1717].

100. La femme de Claude Jore a donné 4 sols (1703-1712).

101. La femme de Charles Ferrand a donné 2 sols 6 deniers (1705-1710).

102. Eustache Herault et sa femme ont donné 10 sols 6 deniers (1691-1699). Sa veuve est inscrite de 1700 à 1712.

103. Élisabeth Malassis a donné 2 sols 6 deniers (1667-1687).

104. Élisabeth Courant femme de Jean Besongne a donné 8 sols (1677-1680).

105. François Oursel et sa femme ont donné 10 sols (1705-1710).

106. François II Vaultier et sa femme (1665-1683).

107. La femme de Guillaume Behourt (1704-1712).

108. Guillaume Boucher et sa femme (1665-1704). Sa veuve a donné 4 sols 6 deniers (1706-1712).

109. Guillaume Vautier et sa femme [Élizabeth Queues] (1678-1689), « ne paye mortuaire ».

110. Guillaume Machuel le jeune et sa femme (1688-1712).

111. Guillaume Cabut et sa femme a donné 5 sols (1665-1691), « ne paye mortuaire ».

112. Jacques Besongne et sa femme (1665-1696), Catherine Duhamel sa veuve (1697-1704).

113. Jacques Herault et sa femme (1665-1705). Marguerite Hérault (1664-1679).

114. Jacques Besongne le jeune et sa femme [Marguerite Maurry] a donné 12 sols (1693-1712).

115. Jacques Ferrand et sa femme a donné 4 sols (1697-1712).

116. Marguerite Amiot, femme de Jean Le Cousturier, a donné 4 sols (1678-1679). Jean Cousturier et sa femme [Marguerite Amiot] (1670-1685).

117. Marie [-Madeleine] Bouillon veuve du sieur Jacques Le Boullenger a donné 8 sols (1698-1700). La veuve de Jacques Boullenger [Marie-Madeleine Bouillon] (1700-1708).

118. Jacques-Joseph Le Boullenger et son épouse ont donné 19 sols (1702-1707).

119. La veuve de Jean Lallemant a donné 6 sols (1696). Marguerite Jore veuve de Jean Lallemant (1696-1698), biffée faute de paiement.

120. La veuve de Jacques Delamotte (1712).

121. Jean Oursel et sa femme (1700-1707).

122. Jean Machuel et sa femme (1666- ?). Anne Malassis, femme de Jean Machuel (1703-1705).

123. La femme de Jean Dumesnil a donné 2 sols (1704-1711).

124. Jean Oursel et sa femme [Catherine Machuel] (1665-1700).

125. Jean-Baptiste Besongne (1678-1712).

126. Jeanne Tassel [ ?], veuve de Jacques Malassis (1667-1671).

127. Laurent Besongne et son épouse [Élizabeth Delaroche] ont donné 10 sols (1683-1712).

128. Louis Dumesnil et sa femme (1665-1666).

129. Louis Cabut et sa femme (1665-1696).

130. Marie Manourry, veuve de « Mr Séjourné », a donné 5 sols (1704).

131. Magdelaine Bellier femme de Laurent Maurry a donné 4 sols (1710-1712).

132. Magdelaine Decaux femme de Robert Machuel (1700-1703). Robert Machuel et son épouse (1704-1712). [« Robert Machuel s’est rayé de la confrérie pour l’injustice qui luy a esté faite de la part des maîtres » (27 décembre 1686).]

133. Marie Ruffy (1688-1694).

134. Marguerite Maurry veuve de Jean-Baptiste Dumesnil a donné 2 sols 6 deniers (1674-1675).

135. Marguerite Duchesne a donné 5 sols (1678-1679).

136. La veuve de Michel Lallemant a donné 4 sols 6 deniers (1703-1712).

137. Marie Le Cousturier (1669-1687).

138. Nicolas Ruault et sa femme Catherine Dubosc ont donné 15 sols (1671-1700).

139. Nicolas Fletin et sa femme ont donné 15 sols (1668).

140. Nicolas Le Petit et sa femme (1660).

141. Pierre Viret et sa femme (1687-1712).

142. Péronne Malassis (1665).

143. Pierre Hérault et son épouse Marguerite Dupont ont payé 15 sols d’entrée puis 5 sols 6 deniers (1685-1712).

144. La femme de Pierre Dupuis a donné 4 sols 6 deniers (1706-1712).

145. La femme de Pierre Dumesnil (1709-1712).

146. Marie-Anne de L’Orme, veuve de Pierre-Nicolas Duhault, a donné 3 sols 9 deniers (1702-1712).

147. Robert Dubosc et sa femme (1672-1704). Son épouse (1704-1709) a donné 5 sols.

148. La veuve de Robert Desroques (1704-1711).

Notes

1 Jean-Dominique Mellot, L’édition rouennaise et ses marchés (vers 1600-vers 1730). Dynamisme provincial et centralisme parisien, Paris, École des Chartes, 1998.

2 Ibid., p. 44-47.

3 La BMR conserve 52 cartons de notes prises par Édouard-Benjamin Frère consacrées aux imprimeurs de Normandie du XVe au XIXe siècle, pour lesquelles E. Gosselin lui avait fourni de multiples renseignements (ms. m 213). Nous avons consulté ces notes manuscrites pour trouver mention de femmes libraires.

4 BMR, ms. m 213, 113, à partir de ADSM, 2 G 2609.

5 ADSM, G 6802; BMR, ms. m 213, 119.

6 BMR, ms. m 213, successivement 139, 127 et 125.

7 Charles de Beaurepaire, Recherches sur l’introduction de l’imprimerie à Rouen, Rouen, impr. H. Boissel, 1890.

8 BMR, ms. m 213, 120 et 130.

9 BMR, U 2647 ² (Rés.), Charles Estienne, Le Guide des chemins de France et Les voyages de plusieurs endroits de France : encores de la terre Saincte, d’Espaigne, d’Italie autres pays. Les fleuves du Royaulme de France, à Rouen, chez Martin Le Mesgissier Libraire tenant son oulvroir au hault des degrez du Palais, imprimé à Rouen par la veuve de Iehan Petit, 1553, in-8, 114 [6] p.

10 BMR, ms. m 213, 130. Elle imprimait « rue de l’Orloge, à la Grande Nef » ; elle figure dans un arrêt du Parlement ligueur du 8 mai 1591.

11 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 53.

12 Roméo Arbour, Dictionnaire des femmes libraires en France, 1470-1870, Genève, Droz, 2003.

13 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 44-47.

14 ADSM, 5 Ep 923.

15 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 253.

16 ADSM, 5 Ep 923, fo 173 vo -174 vo.

17 Ibid., fo 184 vo -fo 185 r °.

18 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 53-54.

19 Ibid., p. 60.

20 ADSM, 5 Ep 486, fo 54 vo -56 vo.

21 ADSM, 5 Ep 485, registre de la communauté (1582-1705).

22 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 242.

23 ADSM, 5 Ep 486, 13 janvier 1685, fo 183 ro.

24 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 54.

25 ADSM, 5 Ep 486, fo 55 ro.

26 ADSM, G 7330, G 7245, G 7259.

27 ADSM, 5 Ep 483, 1659, dépense de 2 livres 10 sols, fo 85 ro.

28 ADSM, 5 Ep 486, fo 200 vo.

29 Ibid., fo 252.

30 Roméo Arbour estime que 40 % des femmes libraires ont connu une carrière honorable dans l’impression, l’édition ou la vente aux XVIIe et XVIIIe siècles (op. cit., p. 23).

31 ADSM, 5 Ep 483. Données relevées dès le XIXe siècle par É. Frère (BMR, ms. m 213, 120).

32 BMR, ms. m 213, 143.

33 ADSM, 5 Ep 486, fo 182 vo.

34 Ibid., fos 182 ro, 185 vo, 187 ro, 187 vo, 192 ro, 192 vo, 193 vo, 234 vo, 286 ro.

35 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 80, 86-87, 303. Voir, par exemple, à la BMR : Le Grand Calendrier et compost des bergers, à Rouen, chez la veuve de Louis Costé, s. d. [XVIIe siècle, vers 1640 ?], in-4 (19 cm), 112 f. ; Bréviaire romain, Rouen, veuve Viret, 1687 et Prières ou heures chrétiennes disposées à l’usage des catoliques, Rouen, veuve Viret, 1687.

36 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 265, 371, 383, 481, 504 ; voir BMR, M 3462, P. Charles Pajot, Dictionarium novum latino-gallico-graecum, à Rouen, chez la veuve de Jean Oursel, 1700, in-4 (23 cm), 686 p.

37 ADSM, G 6613.

38 François Farin, Histoire de la ville de Rouen, 3e édition, tome second, Rouen, 1731, p. 41.

39 ADSM, 5 Ep 489.

40 BNF, ms. fr. 21740, fo 140.

41 Sabine Juratic, « Marchandes ou savantes ? Les veuves des libraires parisiens sous le règne de Louis XIV », dans Femmes savantes, savoirs des femmes, du crépuscule de la Renaissance à l’aube des Lumières, actes du colloque de Chantilly (22-24 septembre 1995), Colette Nativel (dir.), Genève, Droz, 1999, p. 59-68.

42 Jean-Dominique Mellot, op. cit., p. 506.

43 Georges Lepreux, Gallia typographica, t. III : Province de Normandie, Paris, Champion, 1912, document no 701-704.

44 http://expositions.bnf.fr/livres/bastille/xml/bnf_book_textes.xml. Le texte original présente une orthographe si déroutante que nous avons préféré la moderniser.

45 Jean Quéniart, L’imprimerie et la librairie à Rouen au XVIIIe siècle, Institut armoricain de recherches historiques de Rennes-Librairie C. Klincksieck, Paris, 1969.

46 Ibid., successivement p. 34, 144 et 50.

47 Ibid., p. 76, d’après BNF, ms. FF 22129, pièce 44, fo 108.

48 Ibid., p. 43, 104. La réduction du nombre d’ateliers a vu parallèlement l’augmentation du nombre de compagnons, qui sont à peine 40 en 1701 et 89 en 1764. En 1752, Dumesnil emploie 10 compagnons dont 1 femme.

49 Roméo Arbour, op. cit., p. 410, d’après BNF, ms. fr. 22075, fo 730.

50 Jean Quéniart, op. cit., p. 220-221, d’après BNF, ms. fr. 22075, pièce 81, fo 50.

51 Roméo Arbour, op. cit., p. 225. Contrairement à Anne Le Febvre en 1694, elle sort vivante de la Bastille…

52 Jean Quéniart, op. cit., p. 183-186, d’après BNF, ms. fr. 22101.

53 Ibid., p. 184, d’après ADSM, C 16. Marie-Madeleine Gruchet put cependant revenir et continua son activité jusqu’à sa mort en 1779 (Roméo Arbour, op. cit., p. 73-74).

Table des illustrations

Titre Les Beautez de la Normandie ou l’origine de la ville de Rouen, imprimé chez la Veuve de Jean Oursel, Rouen, 1700. 15 x 9 cm. ADSM, bibliothèque, BHR 173.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4049/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k

Auteur

Doctorant en histoire moderne à l’université de Bourgogne.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search