Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

L’apprentissage des filles à Rouen dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle : entre règlements et pratiques de travail

Beatrice Zucca Micheletto

Texte intégral

  • 1 Sur l’apprentissage des filles dans les sociétés d’Ancien Régime, voir Cécile Béghin, « Donneuses d (...)
  • 2 Sur corporations et femmes (parmi les nombreuses études), voir par exemple: Clare Haru Crowston, «  (...)
  • 3 Anna Bellavitis, « Genres, métiers... », art. cité, p. 8.
  • 4 Ibid.

1Dans cet article nous nous proposons d’étudier les caractéristiques de la formation artisanale des filles au sein des corporations rouennaises durant la première moitié du XVIIIe siècle dans le but de comprendre la nature de ces parcours de formation et de discuter du cas rouennais à la lumière des réflexions les plus récentes sur l’apprentissage dans les sociétés de l’Ancien Régime. La possibilité d’aborder ce sujet est d’autant plus importante, puisque, à l’intérieur de la vaste bibliographie des études sur les femmes, les recherches qui abordent leurs parcours de formation ne sont pas nombreuses1. La participation des femmes aux différents corps de métiers et donc à l’apprentissage était réglementée, quand elle n’était pas explicitement interdite. Cette participation était généralement limitée, dans toute l’Europe, à quelques métiers seulement – surtout dans la production textile – et variait beaucoup selon les contextes économiques, les pays et les époques2. Rouen est un cas d’étude intéressant puisque, comme les travaux de Daryl M. Hafter l’ont largement expliqué, de nombreux métiers étaient organisés depuis le Moyen Âge en jurandes masculines, féminines ou mixtes. À l’époque de notre analyse, les lingères en neuf, les lingères en vieux, les couturières et les bonnetières-brodeuses-enjoliveuses étaient les quatre corporations entièrement féminines, tandis que les fileurs-fileuses et les rubaniers-rubanières constituaient les deux corporations mixtes majeures. Après une première partie consacrée à l’étude des engagements des apprenties et des maîtresses, cette étude analysera explicitement les pratiques de travail liées à l’apprentissage. Dans le cas italien, à la fin du Moyen Âge, « le contrat d’apprentissage, tout en restant un contrat de formation, se rapproche de plus en plus du contrat de travail » : « Concrètement, ce passage […] se traduit par un renversement des tâches économiques respectives de la famille d’origine et de la famille d’accueil : d’un engagement des parents à payer au maître la formation technique de leurs enfants, le contrat d’apprentissage devient la promesse, souscrite par le maître, de payer le jeune pour le travail accompli3. » La chronologie de ce passage reste incertaine dans les différents États italiens au point que « si, au XVIe siècle, un apprenti vénitien signe un contrat contre un “salaire”, un apprenti sicilien, au XVIIIe siècle, “loue” sa force de travail à un maître contre le paiement à sa famille d’une somme en argent, que cette dernière est censée rembourser à la fin de la période d’apprentissage4 ». Quelle est la situation à Rouen ? Quels sont les traits typiques de l’apprentissage – et notamment de celui des filles – dans une ville jurée ? Loin de ce qu’on pourrait s’attendre dans un tel contexte, l’apprentissage à Rouen n’a rien de stéréotypé et s’adapte mal au schéma en trois parties qui a été souvent adopté pour décrire les parcours professionnels des jeunes (apprenti-ouvrier-maître). Au contraire, l’analyse détaillée des chronologies et des dynamiques de réception des filles laisse ressortir un éventail de comportements qui brise une image trop cohérente, et révèle la nature ambiguë et multipolaire des parcours. Cela, d’un point de vue méthodologique, nous encourage à abandonner une notion trop technique d’apprentissage – celle qui ressort des statuts des corps de métiers – pour parler plutôt des dynamiques de formation et d’entraînement des jeunes.

Contrats d’apprentissage et admissions à la maîtrise

  • 5 ADSM, 4 BPL, Enregistrement des métiers de Rouen devant le lieutenant du bailliage de Rouen. Pour c (...)
  • 6 Le bailliage était une juridiction royale : il était chargé de faire respecter les ordonnances et d (...)

2À Rouen, au XVIIIe siècle, le contrat d’apprentissage était signé entre les gardes jurées et l’apprentie, sous le contrôle direct du lieutenant de police qui marquait le nom de la nouvelle apprentie dans ses registres annuels5. À la fin de l’apprentissage, et après une période plus ou moins longue d’attente en qualité de simple travailleuse, l’aspirante maîtresse pouvait passer l’examen du chef-d’œuvre ; et si le résultat était positif, elle se rendait avec les gardes jurées au bailliage afin d’officialiser son nouveau statut professionnel6.

  • 7 Daryl M. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1 (...)
  • 8 Sur le sujet, voir : Steven L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 216-220.
  • 9 ADSM, 4 BPL 51.
  • 10 ADSM, 4 BPL 63.
  • 11 Ibid.

3Le placement en apprentissage et la réussite d’un chef-d’œuvre étaient des étapes obligatoires pour la majorité des aspirantes artisanes, à l’exception des filles de maîtresse (et aussi des filles de maîtres dans les corporations mixtes) qui jouissaient d’un accès direct. Néanmoins, le dépouillement systématique des registres du bailliage montre que d’autres voies d’accès à la maîtrise existaient ; bien que minoritaires et liées au consentement explicite des gardes jurées, celles-ci mettent en question une image trop homogène des parcours professionnels encadrés par les corporations, et montrent que certaines marges de manœuvre existaient. En 1768, par exemple, 3 bonnetières, 3 lingères en neuf, 2 rubanières, et 2 lingères en vieux intègrent les respectives corporations moyennant 100 à 150 livres selon les cas, pour l’achat d’un des « brevets » de maître que la monarchie avait mis en vente depuis le début du siècle. En outre, cette même année, une bonnetière et 4 rubanières obtiennent une maîtrise « par suffisance ». Parmi les tricoteuses, une telle démarche était typique des aspirantes maîtresses non rouennaises7. Mais, déjà en 1720, parmi les couturières, l’obtention d’une maîtrise par suffisance (ou « par expérience8 ») pouvait arriver à titre de promotion et de gratification professionnelle, et à la demande de l’intéressée. Le 18 décembre 1720, le lieutenant de police enregistre la requête de Marie-Marguerite Mabille « demeurant dans l’hôpital général des pauvres valides de Rouen », laquelle, en la présence des gardes jurées des couturières demande à être admise et reçue « maîtresse dudit métier comme ayant servi le dit hôpital pendant six années à travailler et enseigner iceluy métier de couturière aux pauvres filles y enfermées9 ». Finalement, l’accès pouvait avoir lieu à la suite d’une « renonciation volontaire » de la maîtresse et conduire à la nomination directe d’une fille destinée à succéder à l’artisane partante, selon un véritable mécanisme de cooptation. Il s’agit d’une dynamique bien documentée parmi les couturières. Le 22 juillet 1768, Marie Froquet, « veuve du sieur Jacques Sainet reçue maîtresse couturière en cette ville […], a déclaré renoncer a l’exercice de la dite profession et de consentir que Anne Aimée Elisabeth Bonnet jurée apprentie le 7 juin 1747 soit reçue et admise à son lieu et place ». Le 28 juillet 1768, plus de vingt ans après le début de son apprentissage, c’est alors le tour d’Anne-Aimée qui réussit son chef-d’œuvre et intègre le corps des couturières10. Même dynamique pour Marie-Florence, veuve de Jacques de la Fosse qui, en cette même année, renonce et laisse sa place en faveur de Marie-Catherine Jeury, son ancienne apprentie et ouvrière11.

Factures à l’en-tête de Mlle Vasselin et de Mme Sennegon, marchandes de modes à Rouen. ADSM, fonds privés, 59 J.

Factures à l’en-tête de Mlle Vasselin et de Mme Sennegon, marchandes de modes à Rouen. ADSM, fonds privés, 59 J.

Contrat d’apprentissage à Rouen de Marie-Jeanne Dumontier au métier de lingère, 21 juillet 1714. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 504/1.

Contrat d’apprentissage à Rouen de Marie-Jeanne Dumontier au métier de lingère, 21 juillet 1714. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 504/1.

Ambiguïtés des engagements et du rapport de travail

  • 12 Les contrats d’apprentissage que j’ai pu repérer pour les lingères en neuf sont des bouts de papier (...)

4Les registres du bailliage gardent les traces année par année de toutes les filles placées en apprentissage. En revanche les contrats sont beaucoup plus rares, ce qui nous empêche de connaître précisément les clauses d’engagement entre les parties. Le contrat des aspirantes lingères était un petit bout de papier pré-imprimé dans lequel la maîtresse déclarait recevoir la fille et s’engageait à lui « fournir […] boire, mangé, feu, lit hotel, lui montrer sondit métier, suivant les accords pactions faites12 ».

  • 13 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries relig (...)

5Les choses n’allaient pas autrement chez les bonnetières-brodeuses : leur statut de 1709 établissait que « l’apprentisse servira trois ans chez sa maîtresse où elle sera nourrie, couchée, lavée et blanchie », tandis que l’apprentie était tenue de payer sa maîtresse et d’achever sa formation afin d’être reçue elle-même dans le corps de métier13. Si officiellement la maîtresse s’engageait à former, loger et nourrir l’apprentie en échange d’une compensation monétaire, aucune indication n’était fournie à propos du contenu des « accords » et des « pactions ». Selon le statut des couturières, les filles étaient tenues de « travailler assidûment chez les maîtresses tous les jours », à la réserve des dimanches « et des fêtes commandées par l’Église ». Cependant, dans l’ensemble, dans les corporations féminines, les engagements des maîtresses vis-à-vis de leurs apprenties (et vice versa), restaient plutôt obscures. D’autre part, c’était d’une telle ambiguïté que les clauses entre les différentes parties étaient passibles de changements et d’arrangements, selon les nécessités et les contextes.

  • 14 Ibid.

6Plusieurs articles des statuts montrent la volonté des jurandes de s’assurer la loyauté des apprenties et de fixer des limites aux maîtresses. Parmi les lingères en neuf, « nulle maîtresse ne pourra avoir qu’une apprentisse, et ensuite pourra avoir une repourvue ». De la même façon, le règlement des brodeuses établissait que « chaque maîtresse ne pourra avoir qu’une apprentisse, et s’il arrive qu’il y ait deux maîtresses dans la même maison […] elles n’en pourront avoir qu’une, et n’en pourront avoir aucune, si elles n’ont actuellement boutique ouverte ». En outre il était interdit à ces mêmes maîtresses de « prendre » ou « soustraire l’apprentisse d’une autre14 ».

7La nécessité d’insister sur ces aspects, plutôt que sur le contenu de l’apprentissage et les engagements réciproques, révèle une volonté de se démarquer des pratiques de travail qui devaient être très répandues parmi les artisanes ; des pratiques qui, de fait, rendaient plutôt souples – et même négociables – les relations professionnelles entre les apprenties et les maîtresses. En effet, les premières pouvaient être amenées à accepter des conditions de travail dures afin d’achever leur apprentissage et s’assurer le plus rapidement possible une place comme artisanes qualifiée dans une des prestigieuses corporations féminines, tandis que les maîtresses pouvaient être tentées de multiplier (d’une façon plus ou moins licite) le nombre d’apprenties pour chaque atelier et de profiter au maximum d’une main d’œuvre prête à s’engager et à soutenir des efforts afin de réussir. En d’autres termes, il est clair que l’apprentie se trouvait dans une position professionnelle ambiguë au sein de l’atelier ; bon gré mal gré, elle risquait d’être tenue plus comme une ouvrière que comme une véritable « étudiante ». Et même si dans le cas rouennais aucune preuve n’existe du fait que l’apprentie était payée par sa maîtresse (comme c’était le cas en Italie), ces dynamiques suggèrent que l’apprentissage pouvait tourner rapidement vers des formes de travail salarial, avec une complicité plus ou moins explicite entre les parties (et malgré les interdictions des statuts communautaires).

8Par ailleurs, d’autres éléments confirment la nature ambiguë de l’apprentissage. En premier lieu, sa durée : les statuts des corps de métiers définissaient le nombre d’années nécessaires à l’achèvement de l’apprentissage, « trois ans entiers » à commencer du jour « que l’apprentisse aura été jurée devant le lieutenant de police, en la présence des quatre gardes » pour les lingères en neuf, trois pour les brodeuses et les couturières. Comme cela a été expliqué dans plusieurs études, en théorie, à la conclusion de cette phase de formation, l’artisan commençait une période de « compagnonnage » qui, dans un nombre très limité de cas, lui permettait d’accéder à la maîtrise, et qui, dans la majorité des cas, l’emmenait au travail salarial. Les statuts des corporations féminines rouennaises sont beaucoup moins clairs. Les lingères en neuf se limitaient à affirmer que « l’apprentisse qui aura fait son temps d’apprentissage se retirera vers les gardes en charge pour demander chef-d’œuvre », en laissant comprendre qu’un passage immédiat de l’apprentissage à la maîtrise était la règle. Toutefois deux autres clauses de ce même statut venaient compliquer le tableau en interposant des obstacles destinés à ralentir, sinon à bloquer tout court, un passage trop rapide entre l’apprentissage et la maîtrise : en premier lieu, les filles ne pouvaient pas être placées en apprentissage avant l’âge de douze ans ; et deuxièmement, seules les maîtresses avec boutique ouverte – c’est-à-dire des femmes mariées ou célibataires majeures de vingt ans – avaient le droit de tenir une apprentie.

  • 15 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations, op. cit., p. 685. Ces dynamiques ont été (...)

9À Rouen, lors d’une admission « par chef-d’œuvre », le lieutenant de police enregistrait, entre autres, le nom de la candidate à la maîtrise et la date du début de son apprentissage, ce qui permet de savoir avec une certaine précision combien de temps s’était écoulé entre ces deux étapes professionnelles. Les tableaux suivants montrent que parmi les lingères en neuf et les brodeuses-bonnetières, si l’apprentissage était fixé à trois ans, les pratiques étaient de fait beaucoup plus variées15.

TABLEAU 1. Temps écoulé entre le début de l’apprentissage et l’admission à la maîtrise dans la corporation des lingères en neuf (hors filles de maîtresses)

TABLEAU 1. Temps écoulé entre le début de l’apprentissage et l’admission à la maîtrise dans la corporation des lingères en neuf (hors filles de maîtresses)

Source : ADSM, 4 BPL 51, 56 et 63.

TABLEAU 2. Temps écoulé entre le début de l’apprentissage et l’admission à la maîtrise dans la corporation des brodeuses-bonnetières (hors filles de maîtresses)

TABLEAU 2. Temps écoulé entre le début de l’apprentissage et l’admission à la maîtrise dans la corporation des brodeuses-bonnetières (hors filles de maîtresses)

Source : ibid.

  • 16 ADSM, 4 BPL 63.

10Une proportion moindre des filles passaient au bout des trois ans presque directement de l’apprentissage à la maîtrise, en limitant ainsi leur passage en qualité d’ouvrières en quelques mois seulement. Pour toutes les autres, le titre de maîtresse arrivait entre quatre et plus de dix ans après le début de l’apprentissage, ce qui signifie que ces filles passaient de longues années en travaillant en tant qu’ouvrières après l’achèvement officiel de leur formation. Par exemple, la seule couturière reçue dans le corps en 1720 a travaillé durant plus de 8 ans, tandis qu’en 1768, parmi les quatre nouvelles maîtresses, trois ont travaillé respectivement 21, 24 et 25 ans après le début officiel de leur formation, avant de gagner l’accès à la maîtrise grâce à la nomination directe de leurs anciennes maîtresses16.

  • 17 Ibid.

11Un deuxième trait de l’apprentissage rouennais donne à réfléchir : le rythme des réceptions. De fait, les artisanes recevaient fréquemment leur maîtrise quelques semaines ou quelques jours à peine après l’admission de leur maîtresse, selon une dynamique basée sur des entrées rapprochées ou consécutives, communes parmi les rubanières. Marie-Madeleine Bidard, par exemple, aspirante rubanière le 8 avril 1720, « a été jurée apprentie sous Madeleine De Haye reçue maîtresse » ce même jour17 ; même cas de figure pour Cécile Deuille, Marie-Madeleine Lecarpentier et Marie-Marthe Moulin, admises à l’apprentissage le jour même de la réception de leur maîtresse. Or, ces chronologies témoignent du fait que la signature d’un contrat d’apprentissage, au moins auprès des rubanières, était un acte qui formalisait des rapports de connaissance et de travail déjà existants entre l’apprentie, sa famille et la maîtresse. Ces rapports s’explicitaient seulement au moment où l’artisane obtenait la maîtrise et pouvait désormais officiellement tenir une élève. En revanche, comme le suggèrent les nombreuses interdictions sur l’échange des apprenties et sur le recours au travail des ouvrières, des rapports professionnels existaient bien avant leur officialisation devant le lieutenant de police et étaient le résultat des interactions sociales quotidiennes dans les boutiques et les ateliers.

  • 18 Les contrats d’apprentissage des lingères en neuf repérés dans les archives de la corporation conce (...)
  • 19 ADSM, 5 EP 504.

12D’autre part, le chemin de l’apprentissage n’était pas toujours aisé. Les filles pouvaient changer de maîtresse ou encore renoncer définitivement à leur maîtrise. Dans le premier cas, on disait que la fille était « repourvue », c’est-à-dire placée sous l’enseignement d’une autre maîtresse soit à cause du décès de l’ancienne maîtresse, soit comme conséquence d’un arbitrage judiciaire suite à une situation conflictuelle entre les parties. Dans le deuxième cas, on parlait de « renonciation », puisque la fille renonçait officiellement à l’achèvement de son apprentissage. Parmi les lingères en neuf, le contrat de la jeune était rendu aux gardes, coupé et conservé dans le coffre de la corporation, avec une notation à la marge18. Ainsi, dans un de ces contrats on peut lire que « Françoise Elisabeth Andrieu a renoncé à la jurande dudit métier n’en voulant faire aucun exercice à l’advenir consentant que le mémorial de son apprentissage soit émargé sur le registre et que l’acte délivré en l’autre part soit mis dans le coffre de la communauté ainssy qu’elle la signé cy dessus19 ». De nombreux exemples de « contrats coupés » se trouvent dans les cartons de la corporation, mais, malheureusement, ils n’offrent pas de détails sur les causes effectives de la renonciation, se limitant à noter, selon une formule toujours égale, que la fille ne voulait « faire aucun exercice à l’avenir ». Cela dit, si de telles pratiques témoignent de l’existence de conflits entre la maîtresse et l’apprentie (et la famille de cette dernière), il est plus difficile d’en établir les causes. Cette question pourrait trouver une réponse par le dépouillement des sources judiciaires. En l’état actuel de la recherche, une chose est certaine : l’ambiguïté des normes qui réglaient l’apprentissage, la concurrence entre les filles et entre les maîtresses, la facilité avec laquelle une apprentie pouvait devenir, bon gré mal gré, une ouvrière au service d’une maîtresse, étaient des situations qui pouvaient tourner facilement au conflit entre les parties et/ou encourager le passage d’un métier à l’autre. D’autre part, si parmi les brodeuses il était explicitement déclaré que l’apprentie quittant sa maîtresse sans juste cause était condamnée à la dédommager et était privée de la jurande, ces mêmes corporations interdisaient tout passage ou échange entre les travailleuses d’un corps et l’autre, bien que parfois les habilités requises et les biens produits se superposaient.

Le travail en famille

  • 20 Pour une mise en perspective historique du travail non rémunéré des membres de la famille au sein d (...)

13Dans les corporations féminines et mixtes, les filles des maîtresses et des maîtres profitaient de la position des parents pour obtenir la maîtrise sans passer par un apprentissage formel et, comme le prévoyaient les statuts des corps, sans soutenir le chef d’œuvre. Un tel passage n’était pas possible au sein des corporations masculines (la majorité), dans lesquelles les filles des maîtres avaient le droit de travailler mais sans accès à la maîtrise, leur seule possibilité étant de transmettre le titre de leur père à l’époux. Ces filles étaient souvent l’objet de critiques de la part des ouvriers et des compagnons de l’atelier qui y voyaient des concurrentes à cause du fait que, introduites aux secrets de l’art depuis leur enfance, elles étaient une main d’œuvre précieuse, car largement disponible et gratuite pour l’atelier20. En revanche, dans les corporations mixtes, les mères pouvaient transmettre le métier au fils (et non seulement à la fille), ce qui témoigne de la force de l’identité professionnelle de ces artisanes. Selon les registres de 1768, 15 garçons intègrent la corporation de rubaniers-rubanières et un garçon celle des fileurs et fileuses, et tous en qualité de fils de maîtresse.

  • 21 ADSM, 4 BPL 51, pour les deux cas.

14L’exercice des activités artisanales concernait aussi d’autres membres de la famille, et notamment la parenté horizontale. Les sœurs plus âgées et les tantes jouaient un rôle central dans l’enseignement, même si cela n’exemptait les filles ni de l’apprentissage ni de l’épreuve du chef d’œuvre : c’est le cas de Marie-Noëlle Leconte qui, en mai 1720, prête serment et se prépare à entamer un parcours pour devenir lingère en neuf sous la direction de sa sœur aînée, reçue dans la communauté du métier dix ans auparavant (en décembre 1710), ou de Marie-Madeleine Verel qui, cette même année, devient maîtresse rubanière par chef-d’œuvre grâce à la formation reçue par sa tante Jeanne Verel21.

  • 22 Ibid., pour les deux cas.

15En dépit des facilités dont jouissaient les filles de maîtresses, d’autres indices nous invitent à nuancer une lecture trop déterministe de leurs parcours professionnels. En effet, on retrouve aussi dans ce contexte imprégné des liens familiaux certaines dynamiques déjà observées pour les autres artisanes admises à la maîtrise, notamment la présence d’entrées rapprochées entre mères et filles (ou fils). Tel est le cas, par exemple, de Marie-Madeleine Morel reçue parmi les rubanières en mars 1720, tandis que sa mère avait été admise seulement au mois de janvier précédent. De même, Robert Allix intègre le corps des filassiers-filassières le 21 mars 1720 en qualité de fils de maîtresse, alors que sa mère n’avait été reçue officiellement que deux jours avant22. Ces données témoignent du fait que la liste d’attente pour rentrer dans la corporation était longue et la concurrence forte. Il y avait de nombreuses femmes mariées et mères – dont le niveau d’expérience et de technique correspondait à celui des maîtresses – qui n’avaient ni de titre ni de moyen d’être reçues d’une façon officielle. Elles labouraient donc comme ouvrières, en assurant une formation technique à leurs enfants (et très probablement à d’autres jeunes). De leur coté ceux-ci attendaient l’entrée de leur mère dans la corporation, pour régulariser rapidement leur position et profiter ainsi des avantages écoulant de leur condition de fille/fils de maîtresse.

Contrat de mariage entre Guillaume Philippe et Marie Caussin, 2 août 1660. 32 x 23 cm. ADSM, tabellionage de Bellencombre, 2 E 14/205.

Contrat de mariage entre Guillaume Philippe et Marie Caussin, 2 août 1660. 32 x 23 cm. ADSM, tabellionage de Bellencombre, 2 E 14/205.

Un phénomène stratifié

  • 23 Ibid.

16À ce point de l’analyse, une dernière question s’impose : est-ce que ces traits étaient une spécificité des parcours d’apprentissage au féminin ou plutôt un caractère des parcours de formation de tous, filles et garçons ? Un premier dépouillement des données concernant trois corporations masculines liées au secteur textile (tailleurs d’habits, toiliers et passementiers) semble indiquer l’existence de dynamiques liées au déroulement de l’apprentissage et à l’obtention d’une maîtrise similaires à celles décrites par les filles dans les pages précédentes. Ainsi, par exemple, parmi les 54 maîtres passementiers reçus en 1720, 5 entrent « par suffisance » (une situation qu’on relève aussi dans le groupe des 28 maîtres toiliers) ; en outre, le 15 avril 1720 les quatre frères De la Rue (Nicolas, George-Martin, Christophe et Pierre-Nicolas) sont reçus maîtres passementiers et, selon un scénario déjà décrit, ce jour même Nicolas s’engage à apprendre le métier au jeune Étienne Mouchet. De même, François-Thomas Huby devient maître toilier le 7 mai 1720 et à la même date il reçoit immédiatement un apprenti23.

17En conclusion, les données rouennaises témoignent de la coexistence de dynamiques différentes qui sont à la base des parcours d’apprentissage. L’ambiguïté du langage du contrat, le manque de détails à propos des engagements et des devoirs des deux parties, ainsi que l’existence de rapports de travail prolongés dans le temps montrent que la formation à Rouen était un phénomène stratifié, cachant des formes de travail non rémunéré, sous rémunéré et/ou du travail salarial. De même, les entrées rapprochées entre maîtresses et apprentis-es et entre parents et enfants évoquent l’existence de pratiques de travail beaucoup plus complexes et étendues que celles envisagées par les corps de métiers. En conclusion, bien que des recherches ultérieures soient nécessaires et souhaitables, ces premières données nous invitent à reconsidérer globalement la signification et la nature de l’apprentissage des sociétés d’Ancien Régime, pour les filles autant que pour les garçons. En effet il semble désormais nécessaire de mitiger, si non d’abandonner tout court, une notion trop technique et idéalisée d’apprentissage – celle décrite par les statuts des corporations – et à la remplacer par une notion plus fluide et dynamique de « formation », capable de prendre en compte et de valoriser la diversité des contextes et des facteurs en jeu.

Notes

1 Sur l’apprentissage des filles dans les sociétés d’Ancien Régime, voir Cécile Béghin, « Donneuses d’ouvrages, apprenties et salariées au XIVe et XVe siècles dans les sociétés urbaines languedociennes », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 3, 1996, p. 31-54 ; Anna Bellavitis, « Genres, métiers, apprentissages dans trois villes italiennes à l’époque moderne », Histoire urbaine, 15, 2006, p. 5-12 ; ead., « Apprentissages masculins, apprentissages féminins à Venise au XVIe siècle », ibid., p. 49-73 ; ead., « Le travail des femmes dans les contrats d’apprentissage de la Giustizia vecchia (Venise, XVIe siècle) », dans Isabelle Chabot, Jérome Hayez, Didier Lett (dir.), La famille, les femmes et le quotidien (XIVe -XVIIIe siècle). Textes offerts à Christiane Klapisch-Zuber, Paris, Publication de la Sorbonne, 2006, p. 181-195 ; Sandra Cavallo, « Métiers apparentés : barbiers-chirurgiens et artisans du corps à Turin (XVIIe -XVIIIe siècle) », Histoire urbaine, 15, 2006, p. 27-48 ; Clare Haru Crowston, « L’apprentissage hors corporations. Les formations professionnelles alternatives à Paris sous l’Ancien Régime », Annales. Histoire, sciences sociales, 2, mars-avril 2005, p. 409-441; Ilana Krausman Ben-Amos, « Women apprentices in the trades and crafts of early modern Bristol », Continuity and Change, vol. 6, no 2, 1991, p. 227-252; ead., Adolescence and Youth in Early Modern England, New Haven-London, Yale University Press, 1994; Simona Laudani, « Apprenties ou jeunes salariées? Parcours de formation dans les métiers de Catane (XVIIIe -XIXe siècle) », Histoire urbaine, 15, 2006, p. 13-25 ; Monica Martinat, « Travail et apprentissage des femmes à Lyon au XVIIIe siècle », Mélanges de l’École française de Rome. Italie et Méditerranée, 123-1, 2011, p. 11-24.

2 Sur corporations et femmes (parmi les nombreuses études), voir par exemple: Clare Haru Crowston, « Women, gender and guilds in Early Modern Europe: an overview of recent research », International Review of Social History, sup. 16, 2008, p. 19-44; Sheilagh Ogilvie, A Bitter Living: Women, Markets and Social Capital in Early Modern Germany, Oxford University Press, 2003; Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, The Pennsylvania State University Press, 2007.

3 Anna Bellavitis, « Genres, métiers... », art. cité, p. 8.

4 Ibid.

5 ADSM, 4 BPL, Enregistrement des métiers de Rouen devant le lieutenant du bailliage de Rouen. Pour chaque enregistrement on connaît le nom de l’apprentie et de son père, le nom de la maîtresse qui l’a en charge et la date de la réception de cette dernière dans la corporation. Les filles des maîtresses ne sont pas enregistrées comme apprenties.

6 Le bailliage était une juridiction royale : il était chargé de faire respecter les ordonnances et de veiller au maintien de la tranquillité publique. Il assurait aussi le fonctionnement des foires et des marchés et l’entretien des routes. En même temps, cette institution réglait les conflits dans le monde du travail – notamment au sein des corporations – et gardait trace des généralités des nouveaux apprentis et maîtres (hommes et femmes) et en recevait le serment de loyauté

7 Daryl M. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1650-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54-1, 2007, p. 98-115, ici p. 105.

8 Sur le sujet, voir : Steven L. Kaplan, La fin des corporations, Paris, Fayard, 2001, p. 216-220.

9 ADSM, 4 BPL 51.

10 ADSM, 4 BPL 63.

11 Ibid.

12 Les contrats d’apprentissage que j’ai pu repérer pour les lingères en neuf sont des bouts de papier pré-imprimés et se trouvent dans ADSM, 5 Ep 504.

13 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, Lecointe Frères, 1850, p. 583-584.

14 Ibid.

15 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations, op. cit., p. 685. Ces dynamiques ont été attestées aussi dans d’autres contextes, par exemple parmi les couturières parisiennes (Claire Crowston, Fabricating Women. The Seamstresses of Old Regime France 1675-1791, Durham, Duke University Press, 2001) ou les tisserandes de taffetas de Turin (Beatrice Zucca Micheletto, Travail et propriété des femmes en temps de crise (Turin, XVIIIe siècle), Mont-Saint-Aignan, PURH, 2014, chap. 5).

16 ADSM, 4 BPL 63.

17 Ibid.

18 Les contrats d’apprentissage des lingères en neuf repérés dans les archives de la corporation concernent en effet des filles qui avaient renoncé à leur apprentissage et rendu ainsi leur contrat aux gardes.

19 ADSM, 5 EP 504.

20 Pour une mise en perspective historique du travail non rémunéré des membres de la famille au sein des ateliers et des entreprises familiales voir le numéro spécial « Households, family workshops and unpaid market work in Europe from the 16th century to the present », Manuela Martini et Anna Bellavitis (dir.), The History of the Family, vol. 19, no 3, 2014.

21 ADSM, 4 BPL 51, pour les deux cas.

22 Ibid., pour les deux cas.

23 Ibid.

Table des illustrations

Titre Factures à l’en-tête de Mlle Vasselin et de Mme Sennegon, marchandes de modes à Rouen. ADSM, fonds privés, 59 J.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4047/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre Contrat d’apprentissage à Rouen de Marie-Jeanne Dumontier au métier de lingère, 21 juillet 1714. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 504/1.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4047/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre TABLEAU 1. Temps écoulé entre le début de l’apprentissage et l’admission à la maîtrise dans la corporation des lingères en neuf (hors filles de maîtresses)
Légende Source : ADSM, 4 BPL 51, 56 et 63.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4047/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 16k
Titre TABLEAU 2. Temps écoulé entre le début de l’apprentissage et l’admission à la maîtrise dans la corporation des brodeuses-bonnetières (hors filles de maîtresses)
Légende Source : ibid.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4047/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Contrat de mariage entre Guillaume Philippe et Marie Caussin, 2 août 1660. 32 x 23 cm. ADSM, tabellionage de Bellencombre, 2 E 14/205.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4047/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 235k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search