Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

Les archives des corporations d’arts et métiers sous l’Ancien Régime et le travail des femmes

Christèle Potvin

Texte intégral

1Entré aux Archives départementales à la suite de la Révolution, le fonds des corporations d’arts et métiers a la particularité de ne pas avoir été produit et conservé au fil des siècles par un seul producteur mais par autant d’entités que de corps de métiers. Par conséquent le regroupement des archives des différentes professions qui composent aujourd’hui ce fonds s’est fait ultérieurement, aux Archives départementales. Au vu des inventaires des autres départements, aussi bien en ligne que publiés ou déposés à la bibliothèque des Archives départementales, il semble bien que le fonds des corporations d’Ancien Régime conservé au Pôle des archives historiques à Rouen soit l’un des plus importants de France, par son métrage, mais aussi par la variété des métiers représentés et par la richesse de son contenu.

Présentation du fonds

2Ce fonds, classé en sous-série 5 E, n’occupe pas moins de 62 mètres linéaires de rayonnages. La plus grande partie concerne les métiers de la ville de Rouen (88,44 %), Le Havre et Dieppe venant ensuite (6,05 et 4,32 %). Cela laisse à peine plus de 1 % pour l’ensemble des autres villes représentées (Eu, Auffay, Aumale, Cany, Caudebec-en-Caux, Fécamp, Lillebonne, Montivilliers).

3Les métiers de Rouen organisés en maîtrise représentent donc une source de premier ordre. Ce fonds est actuellement en cours de classement et, de ce fait, le plan de classement n’est pas encore définitivement fixé. Pour chacune des communautés, les rubriques suivantes peuvent être documentées :

  • cadre juridique de la corporation : statuts-réglementation ;
  • fonctionnement : délibérations, comptes, recettes et dépenses ;
  • &membres, vie : registres des membres, de réceptions d’apprentis, de compagnons, de maîtres, lettres de maîtrises, brevets d’apprentis ;
  • documents fiscaux : vingtièmes d’industrie, capitations, centième denier, droits de confirmation, répartition ;
  • &police, visite et contrôle des marques ;
  • gestion des biens : inventaire des titres, papiers relatifs aux biens, états ;
  • contentieux entre membres d’un même métier, entre corporations différentes, contre les marchands forains.

4La majeure partie des documents date des XVIIe et XVIIIe siècles. Néanmoins la présence de documents plus anciens n’est pas anecdotique. Il s’agit le plus souvent de statuts, lettres patentes et ordonnances.

5Pour le XIVe siècle :

6Dieppe : limonadiers (1385).

7Rouen : cinquantaine-arbalétriers (1359), cornetiers (1399), filassiers-cordiers (1394), monnayeurs (1336-1337), porteurs de sel (1363), voiliers-marqueurs de toile (1398).

8Pour le XVe siècle :

9Eu : diverses corporations (1496).

10Lillebonne : diverses corporations (1424).

11Rouen : bonnetiers (1450), bouchers (1403), brodeurs (1423), chapeliers (1463), chaudronniers (1407), chirurgiens (1407), cordonniers (1430), étaminiers-plombiers (1415), futailliers (1491), graveurs (1494), jaugeurs (1448), lingères (1410), merciers-drapiers (1407), orfèvres (1463), tailleurs (1499), tapissiers (1419), teinturiers (1487).

12Pour le XVIe siècle :

13Caudebec-en-Caux : diverses corporations (1526).

14Dieppe : diverses corporations (1531), bouchers (1578), merciers-drapiers (1575).

15Le Havre : épiciers (1578), maréchaux (1554), menuisiers (1558), merciers (1592), pâtissiers (1554), savetiers (1545), tonneliers (1595).

  • 1 Guide des archives de la Seine-Maritime. Généralités, archives antérieures à 1790, t. I, avec la c (...)

16Rouen : arquebusiers (1508), avocats (1545), cuisiniers (1525), soudeurs-doreurs (1514), imprimeurs-libraires (1557), maréchaux (1539), mégissiers (1580), serruriers (1533), vinaigriers (1514)1.

Intérêt du fonds

  • 2 Six articles sont manquants à ce jour et concernent la ville de Rouen.

17L’instrument dont nous disposons avant classement, c’est-à-dire le récolement, contient 932 articles2 dont la répartition est la suivante : 825 articles pour Rouen, 56 pour Le Havre, 40 pour Dieppe, 2 pour Eu, un seul pour les communes d’Auffay, Aumale, Cany, Caudebec-en-Caux, Fécamp, Lillebonne, Montivilliers et Neufchâtel. Cette masse d’archives permet aux chercheurs le traitement de nombreux sujets d’études.

18Ce fonds peut notamment permettre d’envisager l’histoire économique et sociale, l’histoire des techniques mais aussi d’autres aspects plus précis tels que le travail des enfants, les produits et enfin le travail des femmes.

  • 3 Daryl M. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, (...)

19Concernant le travail des femmes à la période moderne, objet de cette publication, les travaux des chercheurs, bien que précieux, restent peu nombreux mais extrêmement intéressants. Il faut souligner le travail des universitaires américaines, dont Daryl M. Hafter qui s’est attachée à étudier le travail féminin à Rouen et à Lyon de 1650 à 17913.

Le travail des femmes au sein des corporations

20Étudier le travail des femmes sous l’Ancien Régime, c’est l’aborder sous différents angles.

Les femmes « maîtresses » (lingères, sages-femmes, bonnetières…)

  • 4 Arrêt du parlement de Normandie autorisant l’enregistrement du statut des barbiers, ADSM, 5 Ep 158 (...)
  • 5 ADSM, 5 Ep 156/4. Correspondance d’Avranches sur « les coiffeuses qui accommodent les dames et bou (...)
  • 6 ADSM, 5 Ep 161/4.

21Elles assurent la gestion de leur commerce ou artisanat et répondent aux mêmes obligations que les maîtres, c’est-à-dire suivre les statuts et règlements de leur métier. Elles assument aussi les fonctions d’enseignantes en prenant des apprenties. Elles estent en justice pour défendre leurs droits et corporations. Dès 1687, les broderesses-coiffeuses obtiennent par un arrêt de ne s’occuper que des femmes ; ce même arrêt précise le domaine et les limites de trois corps de métier souvent en conflit : les chirurgiens, les barbiers perruquiers et les broderesses-enjoliveuses-coiffeuses4. À Rouen, les chirurgiens et les perruquiers essayent de limiter voire d’interdire l’activité des broderesses-coiffeuses. Les différents procès portés devant le bailliage de Rouen en témoignent. De plus, il paraît intéressant de souligner que les corporations masculines s’interrogent elles-mêmes sur le statut des femmes et leurs droits, probablement dans un but de les limiter. Ainsi, les barbiers-perruquiers d’Avranches ont écrit aux barbiers perruquiers de Rouen pour connaître leur relation avec les coiffeuses5. Autre aspect particulier concernant les femmes maîtresses, ont-elles besoin d’un statut marital pour devenir maîtresses ? Les affiches conservées sous la cote 5 Ep 161, pour la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de mode, plumassières et coiffeuses, citent à la fois des femmes mariées et des demoiselles. Il n’est donc pas nécessaire d’être mariée pour être maîtresse. Parmi les membres syndics, la proportion de femmes mariées représente quasiment la totalité, à l’exception de deux demoiselles en 1787 et 1789. Les femmes maîtresses ne sont pas présentes seulement dans les corporations féminines. En effet, il est possible d’en trouver quelques-unes parmi les corporations masculines. L’affiche des fabricants bonnetiers le prouve6. Sous le titre de maîtres particuliers et le sous-titre messieurs, la présence de plusieurs femmes est à mettre en exergue puisqu’il y a sous l’appellation messieurs 140 hommes et 4 femmes (1780 : Mademoiselle Angélique Chédeville ; 1780 : femme Saint-Germain ; 1783 : femme Liévrin ; 1784 : Marie-Suzanne Matard, femme Drouet).

Affiche comportant les « noms et demeures de ceux qui composent le collège des maîtres en chirurgie de la ville, baillage et vicomté de Rouen », 1761. 60 x 47 cm. ADSM, fonds privés, J 924.

Affiche comportant les « noms et demeures de ceux qui composent le collège des maîtres en chirurgie de la ville, baillage et vicomté de Rouen », 1761. 60 x 47 cm. ADSM, fonds privés, J 924.

Tableau de la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de modes, plumassières et coiffeuses de la ville et faubourgs de Rouen, 1787, ADSM, fonds des corporations, 5 Ep 161/4.

Tableau de la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de modes, plumassières et coiffeuses de la ville et faubourgs de Rouen, 1787, ADSM, fonds des corporations, 5 Ep 161/4.

Les filles de maîtres

  • 7 ADSM, 5 Ep 160/11.

22Le cahier des rôles de visites pour la communauté de métier de bonneterie de la ville de Rouen pour l’année 1787 permet d’approfondir ce sujet. Sur 202 maîtres cités, on dénombre 191 hommes et 11 femmes dont 7 veuves et une demoiselle7. Il s’agit de la demoiselle Chédeville portant le numéro 36 du rôle. Est-elle maître fabricant-bonnetier et non bonnetière, parce que fille de maître décédé sans descendance masculine, ou bien nièce ? Seul un dépouillement systématique pourrait éventuellement apporter une réponse. Le statut des filles de maîtres apparait dans d’autres corps de métiers. Le registre coté 5 Ep 692, correspondant aux tailleurs d’habits réunis aux chaussetiers, confirme cette analyse. Il indique la liste des maîtres par année, avec à la fin de chaque année la liste des veuves et filles de maîtres, pour les années 1710-1732. Notons la présence, à la fin du registre, de deux actes de veuves ayant confié leur boutique en gérance. Le cahier coté 5 Ep 783/1 nous apporte la preuve qu’un père travaille avec sa fille. Il présente des échantillons de tissus matrices et bouillis, en face desquels sont indiqués le nom du maître fabriquant et son adresse. Pour juin 1772, le sieur et la demoiselle Cousin de Neufchâtel y sont mentionnés. Il s’agit vraisemblablement d’un père et sa fille. Les deux paraissent donc « associés ». Sur 109 fabricants présents dans ce cahier, on dénombre par ailleurs 7 veuves.

Les veuves

  • 8 L’art. 1 du règlement des barbiers-perruquiers de 1763 stipule : « tous les maîtres, veuves de maî (...)

23Les veuves sont en effet omniprésentes dans toutes les corporations, même les plus techniques, comme les chirurgiens. Elles ont la possibilité de continuer l’activité de leur mari le temps de leur viduité et de céder à leur fils l’activité lorsque celui-ci est en âge d’être admis. Elles ont aussi la capacité de prendre un garçon apprenti en respectant les conditions comme tout maître8. L’exemple cité ci-dessous démontre que les veuves gardent la maîtrise du commerce puisqu’elles peuvent notamment décider de le mettre en gérance ou le vendre. Cela se fait sous le contrôle du syndic et du bailliage, puisque des déclarations sont obligatoires :

  • 9 ADSM, 5 Ep 689. Tailleurs d’habits et pourpointiers : registre des enregistrements lors des visite (...)

Ce jourd’huy dix jour de mars 1754, c’es comparu dame Clotide Fert, veuve de Pierre Le Mercier en son vivant maitre tailleurs en cette ville, faubourg et banlieu de Rouen, lequel nous a déclaré qu’el faisoit travailler pour son conte et qu’el avoit pris pour gouverné sa bouticque le nommé Laurant d’Yvry, compagnon tailleur et, l’ayant trouvé capable et sufisant, ce que nous avonts atesté après avoir fait lecture de son baille suivant et aux termes des status et règlemant dudit métier9.

  • 10 ADSM, 5 Ep 165/6 en 1701.
  • 11 ADSM, 5 Ep 155/1.

24Parfois, elles se remarient avec l’un des compagnons qu’elles emploient. Est-ce pour assurer la pérennité de leur commerce ou éviter des tracasseries dues à leur condition féminine ? Il est intéressant de noter qu’après un remariage, une veuve a continué d’exercer, du fait que son nouvel époux n’exerçait pas le même métier10. La veuve a aussi la capacité de vendre le privilège de son défunt mari11. Une question se pose : peut-on assimiler le droit de l’épouse d’un maître à celui d’un enfant de maître ou de maîtresse ? En effet, les enfants de maîtres et de maîtresses ne passent pas leur chef-d’œuvre, ils en sont dispensés. Il est alors estimé qu’ils ont été formés par leur père ou mère. Est-ce la même chose pour une veuve et donc aussi in extenso pour une femme qui travaille avec son mari ? La pratique accorde-t-elle plus de capacité que les textes de droit ? Dans la pratique, les archives des corporations rouennaises semblent comporter effectivement des exceptions à la règle.

25Par contre, les statuts donnent des droits au second mari et à l’époux d’une fille de maître. Ainsi, ceux des bonnetiers du 29 décembre 1692 :

  • 12 ADSM, 5 Ep 160/4.

Article 30 : Les veuves des maîtres pourront entretenir le métier de leur défunt mary, affranchir un compagnon du métier si elle passe avec lui en seconde nopces en faisant néanmoins chef-d’œuvre.
Article 31 : Pourront aussi les filles de maître affranchir un compagnon dudit métier en l’épousant, à la charge de faire chef-d’œuvre12.

26Enfin, un exemple très intéressant à étudier est celui des veufs des femmes bonnetières. L’édit de février 1778, dans son article 7, indique en fait que les maîtresses bonnetières brodeuses enjoliveuses et marchandes de modes peuvent assurer à leur mari le droit d’exercer leur métier et profession après leur décès en payant le quart des droits. Ainsi elles doivent préalablement s’affranchir des droits.

Les femmes « gardes »

  • 13 ADSM, 5 Ep 154.
  • 14 ADSM, 5 Ep 158/2.

27Nous retrouvons ces femmes dans les corporations exclusivement féminines. Élues, elles veillent au respect des règlements et statuts et, dans ce cadre, elles portent en justice les conflits. Elles défendent les intérêts de leur corps devant le bailliage, le parlement de Rouen et jusqu’au Conseil du roi par des réclamations : « Par lettres patentes de 1774, les coiffeuses obtiennent ainsi confirmation de leurs statuts et sont maintenues « dans le droit de possession de faire tous ouvrages de cheveux pour la coeffure et ornement de tête des femmes et filles seulement ». Depuis la rédaction des statuts, elles avaient toujours été en concurrence avec les maîtres barbiers-perruquiers, de 1478 jusqu’en 1709, date de la réformation confirmée par deux arrêts du parlement13. » Devant l’opposition du parlement à faire appliquer l’article 7, elles ont porté leur contestation devant le Conseil d’État du roi qui leur donna raison. Dans son arrêt, en 1779, le Conseil d’État contredit le parlement de Rouen en faveur des broderesses contre les perruquiers, disant que l’article 7 doit s’appliquer et qu’elles peuvent accueillir leur mari dans la communauté14. Les nombreux contentieux conservés dans ce fonds démontrent que ces femmes attaquent aussi bien des femmes que des hommes pour défendre les droits de leur communauté. Les litiges sont de même nature que pour les jurés hommes : faux-ouvriers, concurrence déloyale, non respect de la réglementation... Pour comprendre leur implication dans la vie de leur groupe, les registres de délibérations et de comptes qu’elles tiennent sont une source précieuse.

Les femmes salariées

28C’est le cas des femmes ayant fini leur apprentissage qui travaillent chez une maîtresse et plus rarement chez un homme. On trouve ainsi dans les statuts des barbiers-perruquiers, à l’article 20, qu’ils sont autorisés à faire appel à des tresseuses :

Nul barbier-perruquier ne pourra prendre la tresseuse de ses confrères, sans qu’elle lui fasse apparoître un congé par écrit du maître d’où elle sera sortie, à peine de cent livres d’amende contre le barbier-perruquier qui la prendra ou retiendra à son service, et de 50 livres d’amende contre la tresseuse et ouvrière.

29La question en suspens est de savoir si elles travaillent comme salariées du barbier perruquier avec un salaire et un emploi garanti ou bien en indépendantes (ouvrières payées à la tâche) en fonction des commandes. Le fait qu’elles ne puissent pas partir librement sans répondre à certaines obligations démontre qu’elles sont salariées du maître barbier. Les femmes salariées sont soumises aux mêmes contraintes que les hommes : produire un certificat quand elles veulent travailler chez un autre patron, respecter des délais entre les deux emplois… Cependant, un autre aspect du travail salarié des femmes, plus opaque, est celui du travail à domicile. Dans ce cas, les informations sont plus difficiles à collecter et mériteraient d’être étudiées. Ce travail à la maison permet aux femmes d’une part de subvenir aux besoins de leur famille et d’autre part de s’occuper des enfants en bas âge parce qu’elles sont chez elles. Mais cette solution les précarise nettement puisque conditionnée par la commande des maîtres établis en boutique. Cette solution paraît plus souple pour les maîtres, qui salarient ou non en fonction des commandes ; dans ce cas la femme est une ouvrière-tâcheron, payée à la commande.

Femmes et hommes travaillant solidairement

  • 15 ADSM, 5 Ep 158/2.

30Le monde du spectacle est probablement une spécificité. En effet, lors d’un contentieux en 1766 entre les barbiers perruquiers de Rouen et deux barbiers d’une troupe de comédiens, il est mentionné que cette troupe est dirigée par un homme et une femme15.

Demande de titres et pièces justificatives de ses droits de possession d’une loge à cidre à la Veuve du Sieur Pongnon, 1er août 1783. 23,5 x 19,5 cm. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 233.

Demande de titres et pièces justificatives de ses droits de possession d’une loge à cidre à la Veuve du Sieur Pongnon, 1er août 1783. 23,5 x 19,5 cm. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 233.

Vente d’une place de marchand de cidre sur le quai à Rouen par Magdeleine Mezeray et ses frères, 1727. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 233.

  • 16 ADSM, 5 Ep 160/23.

31Les procès nous éclairent sur la place de la femme. Il n’est pas rare de voir un cabaretier et sa femme cités conjointement en contentieux avec un tiers. Ainsi, pour les fabricants de bas, nous connaissons un contentieux opposant la communauté de Rouen à Casimir Lochu et sa femme Badestamiers à Saint-Gervais, demandant d’une part à Lochu de commercer uniquement sur l’étendue de la haute justice de Saint-Gervais, et d’autre part de respecter les statuts et règlements16. Toutefois, si Lochu est associé à sa femme devant le bailliage dans le cadre de cette procédure, il apparaît seul dans les registres de délibérations de sa corporation. De ce fait, les femmes travaillent auprès de leur mari sans être reconnues par le corps de métier, si ce n’est dans le cadre de la viduité. Elles semblent d’avantage associées et donc solidairement responsables lors de contentieux et pour les affaires d’imposition par la corporation de leurs maris. Malgré des exceptions, elles restent généralement sous la tutelle des hommes.

32Néanmoins, l’exemple le plus probant en matière d’égalité homme-femme, est certainement la confirmation par Charles VI en 1390 du règlement pour le métier des filassiers de la ville de Rouen. Celui-ci, dans plusieurs articles, fait preuve d’équité et attribue une responsabilité identique aux hommes et aux femmes, notamment dans les extraits suivants :

  • 17 AN, JJ, Trésor des chartes, registre 139, pièce 83, t. VII.

À Rouen dans le métier de la filasserie, il y avait des maîtres et maîtresses, des apprentis et apprentisses et des hommes et des femmes en pareil nombre étaient des gardes de ce métier […]
Les maîtres et maîtresses du métier de la filasserie éliront tous les ans à la fête de Noël, huit gardes de ce métier, quatre hommes et quatre femmes ; mais un homme et une femme d’entre les gardes de l’année précédente de l’année précédente resteront en place pendant la suivante. Les gardes prêteront serment. Ils feront la visite chez les maîtres et maîtresses […]
Lorsqu’on recevra 1 apprenti maître, les gardes seront appelés, et il faudra nécessairement qu’un homme et deux femmes d’entre eux y soient présentés17 […]

33Dans ce cadre il ne s’agit plus de travail solidaire mais bien de mixité sur la base de droits égaux. C’est d’autant plus étonnant que ces gardes, hommes et femmes, vont visiter conjointement et donc contrôler les activités des filassiers et filassières. Donc, des femmes contrôlent des hommes. Cela induit que leur compétence et technicité est reconnue, avec toutefois la présence de gardes hommes.

Les femmes et le travail illégal

  • 18 ADSM, 5 Ep 152.
  • 19 ADSM, 5 Ep 112, affiche d’une sentence.

34La lutte contre le travail illégal, notamment contre les faux-ouvriers, ne concerne pas uniquement le sexe masculin. Bien au contraire, les femmes y sont confrontées. Les inspections des gardes permettent de lutter contre ce travail illégal. Cet aspect non négligeable du travail des femmes révèle certainement la nécessité de travailler pour vivre. Ainsi l’exemple éloquent de la femme Ménard, exerçant illégalement le métier de barbier perruquier, chez laquelle sont saisis dans plusieurs pièces des perruques, des cheveux et même un bassin de faïence à faire la barbe, prouve que les femmes exercent illégalement des professions. À la demande des gardes du métier de barbier perruquier en 1731, le sergent royal rédige un procès-verbal listant tous les objets saisis18. D’autres métiers, sinon tous les métiers, sont concernés par ce phénomène. La corporation des apothicaires de Rouen fait condamner la demoiselle de la Tour, pour avoir visité des malades, vendu des potions et des tisanes de sa fabrication, à 20 livres d’amende et à la destruction de ces remèdes. Sur l’affiche de la sentence, il est à souligner qu’elle affirme s’occuper des malades depuis trente ans. Le titre de cette affiche, Médicaments composés vendus par gens sans qualité, montre qu’il lui est reproché de ne pas être du métier19. Enfin, lors de la saisie, un petit cahier est trouvé, dans lequel 14 feuillets indiquent le détail des remèdes, tisanes et autres drogues accompagnés de leur prix de vente. Le commerce illégal est donc avéré et organisé dans ce cas.

Conclusion

  • 20 ADSM, 5 Ep 155/1.

35Une question reste en suspens : pourquoi une femme travaille-t-elle ? Bien évidemment la raison de la survie est présente (surtout pour les femmes salariées, travaillant à domicile). Mais il est difficile de savoir si ces femmes sont mariées, célibataires ou mères célibataires. Une lettre d’une couturière de Coutances apporte un regard intéressant. En effet, elle veut empêcher son mari, qui l’a délaissée pour une autre femme, de trouver un emploi à Rouen. Elle y écrit au verso que son métier lui permet de vivre correctement et même d’élever son enfant, sans l’aide de son mari20. Elle dit y être soutenue dans ce sens par des hommes impliqués dans la vie de sa ville qui peuvent témoigner de son sérieux et de son autonomie. Quant aux maîtresses-jurées, la survie n’est certainement pas leur motivation principale ; celles-ci font preuve d’un investissement personnel et de capacité de gestion, puisqu’elles tiennent et gèrent les comptes de la communauté. La motivation n’est certainement pas uniquement alimentaire dans leur cas mais dénote l’envie d’appartenir à une communauté. Par ces responsabilités, elles ont une place reconnue parmi leurs consœurs. Mais aussi au-delà, elles sont les représentantes de leur corps de métier devant toute la ville, c’est-à-dire vis-à-vis des autres métiers, des administrations (bailliages, parlement, intendance), ainsi que des autorités religieuses puisqu’elles gèrent aussi des confréries en relation avec leur métier. La condition des femmes qui travaillent dans la catégorie des métiers libres reste assez obscure. C’est le cas des domestiques. Elles n’appartiennent à aucun corps de métier organisé en jurande. Les pistes de travail restent encore à creuser. Des situations exceptionnelles et des pratiques particulières existent réellement sur Rouen, comme le règlement des filassiers de 1390. Dans ce cas, un véritable statut est reconnu. Dotée d’un parlement, d’une chambre des comptes, d’une cour des aides et d’un archevêché, centralisant les atouts de la proximité de Paris, du fleuve et de la mer, Rouen semble bel et bien réserver aux femmes, au-delà de la reconnaissance d’un statut, au minimum des particularités voire de véritables aménagements dans certains corps de métier.

36Il ne s’agit ici que d’une première synthèse des sources sur le travail des femmes disponibles dans le fonds des corporations ; une fois le classement terminé, cette vision pourra s’affiner. Là où le travail du chercheur est d’analyser, d’interpréter, de quantifier et de réaliser des statistiques, celui de l’archiviste est de synthétiser, d’agencer, de normaliser pour rendre compréhensible et communicable un ensemble de documents. Le répertoire définitif qui sera rédigé pour 5 E sera l’occasion aussi de rappeler l’existence de nombreuses sources complémentaires :

  • le fonds de l’intendance (série C), à interroger aux mots-moteurs : corporation, métier, et aux noms des métiers (boulanger, mercier, drapier, sages-femmes…) ;
  • le fonds du bailliage de Rouen (4 Bp, en attente de classement définitif), sur la police des métiers ;
  • les bailliages des autres villes du département et justices seigneuriales ;
  • les fonds des hôpitaux (H dépôt) pour les sages-femmes et les nourrices ;
  • les notaires, sous-série 2 E, pour l’enregistrement des contrats d’apprentissage ;
  • le chartrier de la ville de Rouen, déposé aux archives départementales (3 E 1) ; le chercheur consultera les noms de métiers dans les tables ;
  • les séries G et H (clergé séculier et régulier) peuvent apporter des compléments, notamment pour les confréries mais aussi pour les commandes à certains corps de métiers.
  • 21 ADSM, G 6454 et G 8863.
  • 22 ADSM, 5 Ep 775.

37Malgré une meilleure connaissance de ces fonds grâce aux inventaires réalisés et aux travaux déjà publiés, ces archives nous réservent toujours des surprises. Ainsi en série G, en 1748-1750 et 1763-1764, une femme organiste, mademoiselle Marie-Anne Agathe du Phly, est rémunérée à l’année 180 livres payables en quatre fois (à Pâques, à Noël, à la Saint-Michel et à la Saint-Jean), alors qu’un facteur d’orgue pour une année d’entretien dans la même paroisse est rémunéré 30 livres par an21. Au regard des salaires d’organistes hommes, mentionnés dans la même série, son salaire ne semble pas très différent. Les variations semblent liées davantage à la richesse de la paroisse qu’au sexe de l’organiste. Dans le fonds de la haute justice d’Yvetot (113 B), dans un registre de vente des boissons et liqueurs par les cabaretiers, la veuve du fermier général y est mentionnée comme fermière générale. Il s’agit d’un rôle administratif de contrôle. Dans les mémoriaux de la cour des aides, le roi accorde à une femme de poursuivre l’industrie de son mari, une verrerie. Enfin, en justice seigneuriale il n’est pas rare de voir une femme obtenir des lettres de séparation civile d’avec son mari pour sauver son patrimoine, certainement afin de limiter la précarité des femmes et de leurs enfants. Les documents fiscaux montrent une certaine obligation de solidarité car il est demandé aux femmes de payer les taxes de leur conjoint quand celui-ci s’y soustrait. C’est le cas de la femme Raulin, civilement séparée, à qui il est demandé de payer la capitation de son mari, marchand toilier22. Son mari est dans le malheur, elle exerce un autre métier, mais le syndic des toiliers exige qu’elle paye la capitation de son époux tant qu’il sera inscrit marchand toilier.

38Quelques exemples, parmi bien d’autres, des informations que peuvent nous livrer des fonds dont toute la richesse est loin d’avoir été exploitée.

Notes

1 Guide des archives de la Seine-Maritime. Généralités, archives antérieures à 1790, t. I, avec la collaboration de Georges Mouradian, Gérard Mauduech et Alain Roquelet, Rouen, Archives départementales, 1990, p. 326.

2 Six articles sont manquants à ce jour et concernent la ville de Rouen.

3 Daryl M. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1650-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 54-1, 2007.

4 Arrêt du parlement de Normandie autorisant l’enregistrement du statut des barbiers, ADSM, 5 Ep 158/1.

5 ADSM, 5 Ep 156/4. Correspondance d’Avranches sur « les coiffeuses qui accommodent les dames et bouclent les chignons et tous les autres ouvrages », dans laquelle ils demandent à leurs confrères de Rouen comment ils se comportent vis-à-vis des coiffeuses.

6 ADSM, 5 Ep 161/4.

7 ADSM, 5 Ep 160/11.

8 L’art. 1 du règlement des barbiers-perruquiers de 1763 stipule : « tous les maîtres, veuves de maîtres et privilégiés qui auront besoin de garçons, seront tenus, à l’avenir et dans la huitaine de la publication de la présente, de faire écrire au bureau de ladite communauté leurs noms sur le registre qui sera tenu pour cet effet ».

9 ADSM, 5 Ep 689. Tailleurs d’habits et pourpointiers : registre des enregistrements lors des visites des veuves ayant confié la gérance de leur boutique par bail.

10 ADSM, 5 Ep 165/6 en 1701.

11 ADSM, 5 Ep 155/1.

12 ADSM, 5 Ep 160/4.

13 ADSM, 5 Ep 154.

14 ADSM, 5 Ep 158/2.

15 ADSM, 5 Ep 158/2.

16 ADSM, 5 Ep 160/23.

17 AN, JJ, Trésor des chartes, registre 139, pièce 83, t. VII.

18 ADSM, 5 Ep 152.

19 ADSM, 5 Ep 112, affiche d’une sentence.

20 ADSM, 5 Ep 155/1.

21 ADSM, G 6454 et G 8863.

22 ADSM, 5 Ep 775.

Table des illustrations

Titre Affiche comportant les « noms et demeures de ceux qui composent le collège des maîtres en chirurgie de la ville, baillage et vicomté de Rouen », 1761. 60 x 47 cm. ADSM, fonds privés, J 924.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4045/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Titre Tableau de la communauté des maîtresses bonnetières, faiseuses et marchandes de modes, plumassières et coiffeuses de la ville et faubourgs de Rouen, 1787, ADSM, fonds des corporations, 5 Ep 161/4.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4045/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 856k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4045/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4045/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Titre Demande de titres et pièces justificatives de ses droits de possession d’une loge à cidre à la Veuve du Sieur Pongnon, 1er août 1783. 23,5 x 19,5 cm. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 233.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4045/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 638k
Légende Vente d’une place de marchand de cidre sur le quai à Rouen par Magdeleine Mezeray et ses frères, 1727. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 233.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4045/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 119k

Auteur

Attachée territoriale, est responsable de collections et en charge de la coordination des recherches au Pôle Archives historiques des Archives départementales de Seine-Maritime.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540