Version classiqueVersion mobile

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

Les femmes dans les métiers organisés à Rouen aux XIVe et XVe siècles : des droits exceptionnels en Normandie comme en Europe

François Rivière

Texte intégral

  • 1 ADSM, 5 Ep 505, copie du mémorial du 30 janvier 1440 ns, scellée du sceau aux causes de la vicomté (...)
  • 2 Robe-linge signifie chemise d’homme. Michel Lepetit témoigne qu’ont également été confisquées des b (...)

1Le samedi 30 janvier 1440, à l’heure de prime, c’est-à-dire vers six heures du matin, le lieutenant du vicomte royal de Rouen doit se prononcer sur une situation peu banale dans l’Occident médiéval1. En effet, un certain Michel Lepetit, forgeron, se présente au nom de sa fille Rogière, maîtresse du métier de linge vieux de la ville et du bailliage de Rouen. Il est opposé au représentant légal des gardes, maîtresses et ouvrières du métier de linge neuf de la ville et du bailliage de Rouen, lesquelles ont saisi sept « linges-robes2 » de toile neuve sur l’étal de Rogière, au motif que l’ordonnance du métier de linge neuf interdisait cette mise en vente. Michel Lepetit défend sa fille en affirmant sous serment que ces chemises, ainsi que des caleçons pour hommes, avaient été produits par sa fille pour lui-même, son fils et son valet : cette production qui reste dans le cadre domestique n’aurait pas été exposée à la fenêtre pour être vendue, mais pour éviter les étincelles de la forge. Cet argument, qui paraît spécieux, suffit à ce qu’on lui restitue les produits confisqués, même si la décision sur le fond de l’affaire et sur l’amende demandée par les gardes des lingères en neuf est repoussée au samedi suivant.

  • 3 Pour une définition brève du terme métier et de ses relations avec celui de corporation, voir Jean- (...)
  • 4 Maryanne Kowaleski et Judith M. Bennett, « Crafts, Guilds and Women in the Middle Ages: Fifty Years (...)

2Ce procès d’apparence anodine révèle qu’à Rouen des femmes pouvaient non seulement travailler dans l’artisanat textile, mais également s’organiser en institutions de métier. Bien avant que le terme de « corporation » n’apparaisse au XVIIIe siècle, il s’agit alors d’une institution professionnelle dotée d’une réglementation et de gardes, c’est-à-dire d’officiers chargés de veiller à son bon fonctionnement3. Or une telle reconnaissance de la professionnalisation des femmes n’a été attestée jusqu’à présent que dans trois villes médiévales : Paris, Cologne… et Rouen4.

  • 5 Jean Yver, « Les caractères originaux de la coutume de Normandie », Mémoires de l’Académie des scie (...)

3La capitale de la Normandie se singularise toutefois par sa coutume, qui est connue pour limiter les droits des femmes5. Le procès entre Rogière Lepetit et les gardes des lingères en neuf montre d’ailleurs que les femmes sont souvent représentées en justice par des hommes. Cette affaire illustre également les limites du statut d’une maîtresse de linge vieux : si elle n’est subordonnée à personne dans sa profession, elle paraît vivre et travailler dans l’atelier de forgeron de son père. Si l’on suit le point de vue des gardes de linge neuf et que l’on considère le caractère domestique de l’activité de Rogière comme un prétexte juridique, à écarter celle-ci ne fait pas que produire chez son père, elle y vend, et son entreprise dépend donc étroitement des hommes de sa famille.

4Il paraît donc paradoxal que la société rouennaise ait accordé une reconnaissance institutionnelle à des professions féminines, alors que les droits individuels des femmes sont concrètement restreints. Quelle extension connaît en Normandie ce phénomène repéré à Rouen ? Quel rôle peuvent réellement jouer les femmes dans ces institutions de métier ?

Quelle extension prennent les organisations de métier féminines en Normandie ?

  • 6 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries relig (...)
  • 7 Ibid., p. 313 pour les sages-femmes et p. 124-125 pour les bonnetières. Si les bonnetières apparais (...)
  • 8 Charles Ouin-Lacroix, op. cit., 1850, p. 107 pour les tisserands de fil et de soie, classés à tort (...)
  • 9 Philippe Braunstein, « Jehanne la Flamengue, tant pour lui que pour ses compagnes... », dans Commer (...)
  • 10 Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, Pennsylvania State Univers (...)
  • 11 Catherine Vincent, « Une scène urbaine méconnue : les “chandelières” aux portes des églises », dans(...)

5Malgré leur caractère exceptionnel, les organisations de métier féminines de Rouen ont été peu mises en valeur par l’historiographie depuis l’étude de Charles Ouin-Lacroix en 1850. Celui-ci avait noté, sans s’y attarder, le caractère féminin des fileurs et fileuses (appelés filassiers et filassières), des lingères en neuf et en vieux, des rubanières et des brodeuses de soie à tavelle6. Cet auteur compte également les sages-femmes ou les bonnetières parmi les institutions de métier, mais l’organisation de ces professions n’est attestée qu’à partir de l’époque moderne7. De plus, quelques erreurs ou omissions peuvent être corrigées. Ainsi, le métier « de tissus de fil et de soie », les différentes sortes de ciriers et les aiguilletiers apparaissent à tort comme des professions masculines alors qu’elles sont mixtes au Moyen Âge8. Le travail des femmes à Rouen a certes été étudié par les historiens depuis lors, mais soit hors des institutions de métier9, soit en se centrant sur la période moderne10. Seule Catherine Vincent a mis en lumière une nouvelle institution professionnelle féminine, celle des chandelières de la cathédrale de Rouen, qui sont soumises à une ordonnance par les chanoines à partir de 147611.

  • 12 Mathieu Arnoux, Mineurs, férons et maîtres de forge. Études sur la production du fer dans la Norman (...)

6Hors de Rouen, l’historiographie n’a pas non plus découvert d’organisation de métier féminine en Normandie, même si les femmes peuvent jouer un rôle non négligeable dans certaines professions. Ainsi, chez les férons de Normandie, Mathieu Arnoux a mis en lumière le fait que le droit d’exercer le métier pouvait se transmettre par les femmes, qui demandent également à bénéficier des exemptions fiscales lorsqu’elles sont veuves. Mais les sources ne montrent pas ces femmes en train d’exercer concrètement l’activité12.

7Une nouvelle enquête dans les sources normandes permet de préciser et d’enrichir ce constat.

  • 13 Un corpus de textes normatifs a été rassemblé dans le cadre de ma thèse de doctorat en cours et est (...)
  • 14 Voir annexe 1.
  • 15 Les femmes ne sont ainsi pas du tout mentionnées dans les sept ordonnances de métier conservées pou (...)

8L’étude des règlements de métier conservés13 confirme qu’en-dehors de Rouen, les professions féminines organisées sont rares au Moyen Âge. En effet, j’ai trouvé trace du contenu de plus de 350 ordonnances de métier, issues de 27 juridictions normandes entre 1290 et 1540, mais, en l’état des connaissances, seules 21, provenant toutes de Rouen, concernent des activités entièrement ou partiellement féminines14. Dans les autres ordonnances, les noms des professions ne sont pas féminisés et les gens de métier cités sont des hommes, même si des professions féminines annexes sont occasionnellement soumises à la réglementation. Les femmes peuvent ne pas être mentionnées15, ou seulement en tant que veuves de maîtres, pour réglementer leur capacité à continuer l’activité de leur défunt mari à titre viager ainsi qu’à conserver les apprentis et les valets salariés de l’entreprise familiale.

9Cette faible présence dans la réglementation n’est toutefois qu’un indice, parce que les pratiques sont plus variées que les normes, et parce que les textes réglementaires retrouvés laissent dans l’ombre de nombreuses institutions de métier dont les règles ont disparu.

  • 16 Pour une mise au point récente sur l’Échiquier, renvoyant à la bibliographie antérieure, voir Nicol (...)
  • 17 ADSM, 1 B 1-55. Une liste provisoire des sessions a été établie par Fernand Soudet (Ordonnances de (...)

10L’Échiquier de Normandie permet de recouper cette vision normative avec une autre perspective. Cette cour juge en effet en appel de toutes les juridictions dans le duché de Normandie et fait respecter la coutume de la province au nom du roi de France16. Elle a laissé une série de registres entre 1336 et 1497, qui est assez complète à partir de 1386 : sur 42 sessions annuelles, 33 sont couvertes par au moins un registre17.

11Un dépouillement exhaustif permet de repérer des femmes engagées dans des procès aux côtés de gens de métier venant de diverses juridictions normandes. Mais seules des causes en provenance de Rouen impliquent clairement une institution de métier dotée de gardes et dans laquelle des femmes paraissent travailler.

  • 18 ADSM, 1 B 2, fo 78 vo, Pâques 1374.
  • 19 Sur le travail caché des femmes, voir Claudia Opitz, « Les femmes et le travail », dans Histoire de (...)

12Dans ces procès, la femme peut apparaître conjointement avec son mari dans une affaire professionnelle, ce qui indique que son travail dépasse la simple sphère domestique. Ainsi, le chandelier de suif Jean Dumoustier pourrait avoir demandé le droit de pratiquer le métier pour lui seul et avoir laissé sa femme l’aider18. Mais ce sont les deux membres du couple qui comparaissent en justice en tant que « bons ouvriers dudit mestier » et qui obtiennent conjointement l’autorisation d’exercer la profession en se soumettant à ses règles et aux inspections sur la qualité. Ce type de cas rentre toutefois encore dans le cadre du travail caché des femmes, répandu au Moyen Âge et qui ne remet pas en cause la domination masculine dans les institutions de métier19.

  • 20 DMF, article « Aiguillette ».
  • 21 Charles Ouin-Lacroix, op. cit. Charles Ouin-Lacroix se base sur des sources d’époque moderne.
  • 22 ADSM, 1 B 52, fo 180 ro, no 1029, Saint-Michel 1490.
  • 23 ADSM, 1 B 28, fo 98 ro -99 ro, Pâques 1453.

13En revanche, plusieurs causes montrent des travailleuses indépendantes qui sont incluses au même titre que des hommes dans les communautés de métier. C’est le cas chez les aiguilletiers et aiguilletières, des fabricants de cordons ferrés aux deux bouts20, que Charles Ouin-Lacroix décrivait comme une profession masculine21. En effet, une femme est poursuivie par les gardes du métier pour avoir pratiqué la profession « comme maistresse » et sans doute engagé des apprentis, sans avoir réalisé son chef-d’œuvre22. Si elle comparaît devant l’Échiquier avec son mari et un autre homme, ceux-ci ne paraissent pas pratiquer la profession : elle semble donc mener une activité indépendante, hors de son foyer. Ce statut de maîtresse ne semble pas exceptionnel chez les aiguilletiers, car cinq femmes apparaissent parmi les vingt-trois membres du métier qui passent un appointement devant un tabellion pour mettre fin à un procès à l’Échiquier23. Si l’une est une veuve, une autre est une femme mariée, dont le conjoint n’apparaît pas dans la profession, et les trois dernières n’ont pas de statut marital connu. Sans être une organisation de métier entièrement féminisée, les aiguilletiers de Rouen paraissent donc reconnaître un rôle social à des travailleuses indépendantes en proportion non négligeable. Les registres de l’Échiquier révèlent ainsi le rôle des femmes dans des institutions de métier dont la réglementation n’a pas été retrouvée pour le Moyen Âge.

  • 24 Ce groupe apparaît dans un procès qui commence à la session de la Saint-Michel 1424, mais le lien e (...)

14Les sources judiciaires montrent aussi que des travailleuses peuvent constituer des groupes qui agissent collectivement, sans être nécessairement organisés formellement. Ainsi, parallèlement aux lingères de vieille œuvre et aux lingères de neuve œuvre, qui comparaissent avec des gardes de métier, apparaissent devant l’Échiquier des lingères de neuve œuvre de la halle aux toiles24.

Compte des lingères en vieil pour la taxe, 8 décembre 1439. 94 x 23 cm. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 505.

Compte des lingères en vieil pour la taxe, 8 décembre 1439. 94 x 23 cm. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 505.
  • 25 Ordonnance du 11 décembre 1419, art. 2 et 14 (voir annexe 1).

15À première vue, ces travailleuses relèvent d’une sous-catégorie à l’intérieur des lingères de neuve œuvre. En effet, on ne leur connaît ni gardes, ni réglementation propre. Leurs procès contre les gardes du métier de lingère en neuf pourraient n’être qu’un conflit interne à la communauté. Mais les statuts des lingères de neuve œuvre de 1419 distinguent clairement le groupe de la halle aux toiles des autres lingères25. En effet, les « femmes de la hale aux toilles » sont évoquées pour indiquer qu’elles ne doivent pas empiéter sur la halle occupée par les lingères en neuf. La halle aux toiles ayant été très endommagée, les vendeuses qui l’occupaient semblent tenter d’utiliser celle des draps de dehors, où les lingères en neuf qui sont soumises aux statuts et aux gardes doivent tenir étal au moins le vendredi, jour de marché. L’ordonnance renvoie les lingères de la halle aux toiles vers la justice qui doit leur assigner un autre emplacement, sous prétexte que la halle aux draps de dehors n’est pas « profitable » pour leur commerce : l’obscurité empêcherait d’évaluer la qualité des « toilles » qui y seraient vendues, sauf dans la partie déjà occupée par les lingères en neuf institutionnalisées. Les lingères de la halle aux toiles ne semblent toutefois pas dépourvues de moyen d’action, puisqu’elles mènent des procès jusque devant l’Échiquier et se font appeler « maîtresses et ouvrières de lingerie de neusve œuvre ». Dans les causes enregistrées par la cour suprême normande à partir de 1448, les lingères qui comparaissent n’agissent d’ailleurs plus seulement en leur nom, mais prétendent représenter toutes les maîtresses de lingerie de neuve œuvre de la halle aux toiles. Elles jouent alors le rôle souvent rempli par les gardes de métier, même si elles ne sont jamais qualifiées ainsi. On peut donc estimer que ces lingères de la halle aux toiles constituent une institution de métier distincte des lingères de neuve œuvre et de vieille œuvre, car elles disposent d’usages spécifiques leur permettant d’agir collectivement, même si la formalisation écrite de ces pratiques ne nous est pas parvenue.

  • 26 Voir par exemple le procès mené par des gardes des lingères en neuf à l’Échiquier à partir de l’Éch (...)

16Un degré supplémentaire de reconnaissance est atteint avec les mentions de femmes en tant que gardes de métier. Ce cas se rencontre dans les institutions de métier entièrement féminines, comme les lingères en neuf, mais aussi dans des organisations mixtes comme les ouvriers de grosse œuvre de cire, qui sont connues à la fois par des procès de l’Échiquier et par des règlements de métier ou d’autres sources26.

17Les statuts de métier et les registres de l’Échiquier permettent donc de distinguer les institutions de métier qui n’incluent les femmes qu’en tant qu’épouses ou veuves de maîtres, de celles qui leur accordent un rôle en tant que maîtresses indépendantes, voire en tant que gardes. Si la première configuration est fréquente en Normandie, le deuxième cas de figure n’a été repéré pour le moment que dans la ville de Rouen. Des travailleuses indépendantes apparaissent de manière significative ainsi dans onze institutions de métier rouennaises, si l’on compte les différentes branches des professions : deux types de ciriers (ciriers de grosse œuvre et ciriers de menue œuvre), trois groupes de lingères (lingères de vieille œuvre, lingère de neuve œuvre et lingères de neuve œuvre de la halle aux toiles), les revendeuses de linge, les fileurs, les tisserands de fil et de soie, les brodeuses de soie, les rubanières et les aiguilletiers.

18Toutefois, ces professions sont très inégalement féminisées. Dans quelle mesure la présence de femmes influence-t-elle ces organisations de métier ?

Le rôle des femmes dans les organisations de métier

  • 27 Si des hommes sont mentionnés en tant que gardes du métier de lingère en vieille œuvre, il est poss (...)
  • 28 Voir annexe 1.

19Parmi ces onze groupes professionnels, la plupart comptent à la fois des maîtresses et des maîtres, hormis les trois sortes de lingères27 et, à partir de 1477, les brodeuses de soie. Les hommes peuvent alors paraître dominer la profession, comme c’est le cas dans les statuts des brodeurs de soie de 1419 et de 145828. En effet, ces textes sont adoptés après la consultation de 17 maîtres en 1419 et de 9 en 1458, parmi lesquels aucune femme n’apparaît. Pourtant, les articles des ordonnances sont féminisés et s’adressent aux maîtres comme aux maîtresses. De plus, l’article 18 des deux règlements prévoit spécifiquement le cas des femmes qui veulent devenir maîtresses. Les conditions sont presque les mêmes que pour les hommes : un apprentissage de six ans, un chef-d’œuvre et 20 sous tournois de frais d’entrée pour le roi, la hanse. Cependant, les maîtresses doivent payer en plus 50 sous tournois à une confrérie associée au métier, et perdent leurs droits si elles se marient à un homme d’une autre profession. Ces conditions restrictives ne sont compensées que par le fait qu’un membre de la profession qui épouse une maîtresse devient aussi maître tant que sa femme est en vie.

20Ces règles dissuasives et cette apparente domination des maîtres n’empêchent pas les femmes de pratiquer cette activité, ou du moins une spécialité qui s’en approche beaucoup. Ainsi, en 1477, 98 brodeuses de soie apparaissent pour requérir leur propre réglementation, qui ne semble pas concerner les brodeurs masculins. Ces derniers sont consultés, ainsi que les chasubliers et les merciers, pour autoriser cette nouvelle institution professionnelle dont le domaine technique n’est pas délimité explicitement. Les statuts des brodeuses insistent seulement plus que ceux des brodeurs sur la qualité de différents produits, notamment les coiffures de mariage, les habits ecclésiastiques, les chapeaux ou les bourses. Une institution de métier où les femmes s’autonomisent coexiste donc dans un même secteur avec l’ancienne organisation dominée par les hommes.

  • 29 En 1397, 21 des 34 notables personnes du métier citées sont des femmes, et en 1499, ce sont 11 des (...)
  • 30 Voir annexe 1.
  • 31 ADSM, 1 B 24, fo 25 ro, no 4.
  • 32 Voir annexe 1.
  • 33 Voir l’art. 10 de l’ordonnance de 1397 (annexe 1) et le procès à l’Échiquier contre l’abbaye de la (...)

21Chez les ciriers, les ouvriers de menue œuvre de cire se différencient de ceux de grosse œuvre, ainsi que des chandelières de la cathédrale. Les ciriers de menue œuvre apparaissent comme une profession majoritairement féminine, tant dans leur ordonnance de 1397 que dans un accord passé devant l’Échiquier en 1453, ou dans l’acte qui les associe à la confrérie de l’Immaculée Conception à l’église Saint-Jean, en 149929. Mais en 1469, ce sont 28 maîtres du métier de cirier et aucune maîtresse qui appuient la validation de nouvelles ordonnances et qui revendiquent avoir eu des statuts depuis 140830. Les articles 17 et 18 de l’ordonnance (fo 15 ro et vo) précisent que les maîtres et maîtresses du métier de petite chandelle, c’est-à-dire sans doute les ciriers de menue œuvre, conservent leurs propres ordonnances, mais sont soumis à l’inspection des gardes, apparemment masculins, du métier de cirerie en général, tout comme les ciriers de grosse œuvre. Or les ciriers de grosse œuvre sont mal connus, mais lorsqu’ils comparaissent à l’Échiquier en 1426, ils comptent une femme parmi leurs trois gardes31. Il est donc probable que le groupe d’hommes qui appuie en 1469 la validation de nouvelles ordonnances ait cherché à contrôler les produits de plusieurs institutions de métier qui sont, elles, largement féminines. Cela est confirmé par le fait que la formulation de plusieurs articles est féminisée. Parallèlement, les chandelières de la cathédrale étudiées par Catherine Vincent obtiennent en 1476 des ordonnances du chapitre Notre-Dame de Rouen32 : cette institution féminine paraît se distinguer car elle exerce sous une juridiction ecclésiastique autonome, tandis que les autres cirières de menue œuvre vendent des chandelles sur la route royale qui mène à l’abbaye de la Trinité du Mont-Sainte-Catherine, au cimetière Saint Maur ou dans les rues33.

22Les exemples des brodeurs et des ciriers montrent que la fragmentation et l’enchevêtrement souvent associés aux institutions de métier n’épargnent pas les professions féminines. Si le genre n’est jamais un motif explicitement invoqué dans ces sources juridiques, force est de constater que la place des femmes évolue en fonction des frontières institutionnelles, à l’intérieur de secteurs où les facteurs techniques de division du travail ne sont pas évidents. La féminisation des travailleurs est parfois masquée par les listes de gens de métier consultés lors de la rédaction des règlements, ce qui révèle sans doute des mécanismes de domination masculine. Chez les brodeurs, les clauses des ordonnances de 1419 et de 1458 désavantagent d’ailleurs clairement les candidates à la maîtrise.

Ouvrière qui charge les rochets de soie, planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert sur le métier à faire des bas, 1763. 41 x 26,7 cm. Bibliothèque des Archives départementales, BHSM 857/17.

Ouvrière qui charge les rochets de soie, planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert sur le métier à faire des bas, 1763. 41 x 26,7 cm. Bibliothèque des Archives départementales, BHSM 857/17.
  • 34 Voir annexe 1 pour les ciriers et les brodeurs de soie. Le genre des gardes des aiguilletiers est c (...)
  • 35 Voir supra. Les listes citées dans les procès ou lors de la validation de règlements ne sont pas ex (...)
  • 36 Voir l’art. 1 de l’ordonnance de 1397 et les gardes cités dans l’accord de 1499 avec la confrérie ( (...)
  • 37 Ordonnance de 1403 des tisserands de fil et de soie, art. 11 ; ordonnance de 1419 des lingères en n (...)

23Ces déséquilibres hommes-femmes sont également mis en valeur par les fonctions de garde de métier, qui impliquent l’exercice d’un pouvoir. Ainsi, chez les aiguilletiers, les ciriers en 1469 ou les brodeurs de soie en 1419 et 1458, tous les gardes sont des hommes, bien que la profession soit mixte34. En revanche, au moins une partie des gardes sont des femmes dans les huit autres institutions de métier féminisées. La proportion varie, sans que cela ne reflète fidèlement la place des femmes dans le groupe professionnel. Ainsi, alors que plus de 60 % des ciriers de menue œuvre sont des femmes dans les listes qui ont été retrouvées35, elles ne représentent que deux des quatre gardes36. Les femmes constituent toutefois la majorité des gardes chez les tisserands de fil et de soie, et la totalité chez les lingères de neuve œuvre ou chez les brodeuses de soie après 147737.

  • 38 Ordonnance de 1410, art. 13 et liste de gens de métier ; ordonnance de 1422, art. 18 et liste (voir (...)
  • 39 ADSM, 5 Ep 505, actes du 28 et du 30 décembre 1439.
  • 40 Parmi 11 documents conservés entre 1434 et 1492, seul un acte du 1er janvier 1482 mentionne un maît (...)
  • 41 ADSM, 5 Ep 505, 3 juillet 1448, 21 juillet 1451, 12 septembre 1481, 3 et 5 mars 1485.

24Cette situation peut être remise en cause, comme c’est le cas chez les lingères de vieille œuvre : alors que l’ordonnance de 1410 prévoit quatre femmes en tant que gardes, le règlement de 1422 instaure deux hommes du métier ou deux maris de maîtresses parmi les quatre officiers du métier38. Pourtant, ce sont quarante-quatre maîtresses qui requièrent cette nouvelle ordonnance : le rôle des hommes dans le métier paraît être plutôt celui de tuteur légal que de travailleur. Ainsi, en 1439, lorsque les lingères en vieux organisent une collecte pour payer les frais judiciaires et diverses dépenses de l’organisation de métier, ce sont 104 femmes dont les contributions sont enregistrées39. Les seuls hommes impliqués sont alors quatre maris de maîtresses qui témoignent quelques jours après, avec treize maîtresses, que l’argent a bien été recueilli. Parmi les différents procès médiévaux conservés par les lingères en vieux, les hommes n’apparaissent qu’exceptionnellement comme maîtres du métier40. En revanche, des tapissiers ou des vendeurs de literie sont condamnés pour avoir enfreint les règles du métier41 : les lingères de vieille œuvre qui font partie des gardes peuvent donc faire sanctionner des hommes par la justice.

Conclusion

25Les archives normandes confirment que les femmes rouennaises se distinguent dans l’Occident médiéval comme au sein de la Normandie par leur capacité à participer activement à un nombre non négligeable d’institutions de métier. Elles travaillent ainsi de manière indépendante en tant que maîtresse, sans être des veuves de maîtres, mais contribuent également à défendre leurs droits lors de la rédaction de règlements ou de procès. Elles sont actives notamment dans les secteurs de la toile, du lin, de la soie et de la cire, mais aussi dans le filage de laine. Dans la majorité de ces organisations professionnelles, les femmes peuvent également devenir gardes du métier, même si elles doivent alors le plus souvent partager ces offices avec des hommes. Cette mixité reflète la composition des groupes professionnels, qui ne sont souvent que partiellement féminisés : seules les lingères de vieille œuvre et de neuve œuvre, ainsi que les brodeuses de soie après 1477, semblent compter quasi-exclusivement des femmes parmi les travailleurs. Toutefois, les femmes paraissent sous-représentées parmi les gardes de métier par rapport à leur importance dans la communauté professionnelle. Si la présence des femmes dans ces institutions de métier n’est jamais remise en cause ouvertement, l’adjonction de maris de maîtresses aux gardes féminines des lingères en vieux en 1422 paraît révélatrice d’une volonté masculine de contrôle. Si des Rouennaises ont pu affirmer institutionnellement leur présence dans plusieurs professions, elles n’échappent donc que peu à la domination des hommes : elles s’insèrent dans le cadre des institutions de métier, dont elles ne modifient ni la nature, ni le fonctionnement.

Annexes

Annexe 1. Réglementations de métiers féminins ou mixtes à Rouen aux XIVe et XVe siècles

Les règlements d’institutions de métier apparemment masculines mais apparentées à des professions féminines ont été inclus. Dans ce cas, le genre dominant a été indiqué (par exemple pour les brodeurs de soie en 1419 et 1458 : profession masculine). La liste est par ordre alphabétique de profession, puis par ordre chronologique à l’intérieur d’une même activité.

Profession

Date (ns)

Disponibilité

Source

Brodeurs de soie (profession mixte)

10 décembre 1419

Texte conservé

ADSM, 5 E 200 et 3 E 1/anc/tiroir 15, pièce no 2

Id.

12 mars 1458

Texte conservé

Ibid.

Brodeuses de soie (profession féminine)

15 juin 1477

Texte conservé

BNF, ms. fr. 5667, fo 1 ro-17 vo

Ciriers de menue œuvre (profession mixte)

10 janvier 1397

Texte conservé

AN, JJ 166, no 350, édité dans ORF, t. X, p. 39-41

Ciriers de menue et de grosse œuvre (profession plutôt masculine)

1408, s. j., s. m.

Texte non retrouvé

mentionné dans BNF, ms. fr. n. a. 4060, fo 3 ro

Id.

18 août 1437

Texte non retrouvé

mentionné dans BNF, ms. fr. n. a. 4060, fo 3 vo

Id.

1464, s. j., s. m.

Texte non retrouvé

Ibid., fo 4 vo

Id.

31 janvier 1469

Texte conservé

Ibid., fo 2 ro-18 vo

Cirières de la cathédrale

1476, s. j., s. m.

Texte conservé

ADSM, G 2088, fo 252 vo

Ciriers de menue œuvre (profession mixte)

30 septembre 1499

Texte conservé

ADSM, 2 E 1/228, édité dans Lereboullet (voir abréviations), p. 268, pièce justificative no 8

Fileurs

16 juilllet 1309

Texte conservé

AN, JJ 146, no 166, édité dans ORF, t. VII, p. 632-637

Id.

13 juillet 1329

Texte conservé

Ibid.

Id.

23 décembre 1338

Texte conservé

Ibid.

Id.

31 décembre 1345

Texte conservé

ADSM, 3 E 1/anc/14 : chartrier de Rouen, tiroir 14, dossier 9

Id.

24 décembre 1358

Texte conservé

AN, JJ 146, no 166, édité dans ORF, t. VII, p. 632-637

Id.

14 juillet 1390

Texte conservé

AN, JJ 139, no 83 édité dans ORF, t. VII, p. 355-360

Id.

1497, s. j., s. m.

Texte conservé

ADSM, G 3568

Lingères de neuve œuvre

11 octobre 1419

Texte conservé

ADSM, 3 E 1/anc/tiroir 14, no 13

Lingères de neuve œuvre (accord avec une confrérie)

13 octobre 1456

Texte conservé

ADSM, 5 E 506 édité dans Lereboullet, p. 262-264, pièce justificative no 6

Lingères de vieille œuvre

4 juillet 1410

Texte conservé

ADSM, 5 E 497, fo 1 ro-9 ro

Id.

14 juin 1422

Texte conservé

Ibid., fo 9 vo-25 ro

Profession

Date (ns)

Disponibilité

Source

Lingères de vieille œuvre (accord avec une confrérie)

13 juillet 1471

Texte conservé

ADSM, G 7291, édité dans Lereboullet, p. 265-267, pièce justificative no 7

Revendeuses de linge

18 octobre 1424

Texte conservé

ADSM, 5 E 505 : copie du 6 juillet 1697 de l’ordonnance du 18 octobre 1424 sur les 8 revendeuses jurées de linge, d’après le vidimus du 24 février 1425

Rubanières

1292, s. j., s. m.

Texte non retrouvé

mentionné par Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations, op. cit., p. 123

Id.

1357, s. j., s. m.

Texte non retrouvé

Ibid.

Tisserands de fil et de soie

1290, s. j., s. m.

Texte non retrouvé

mentionné dans AN, JJ 158, no 46, édité dans ORF, t. VIII, p. 606

Id.

6 juillet 1403

Texte conservé

Ibid., p. 606-611

Annexe 2. Le serment des lingères de Neuve Œuvre

Le formulaire utilisé par les vicomtes royaux de Rouen ou leurs lieutenants pour enregistrer le serment des lingères de neuve œuvre au XVe siècle a été retrouvé par Isabelle Bretthauer et je la remercie chaleureusement de m’avoir communiqué cette source exceptionnelle (document 1). En effet, les registres du vicomte royal de Rouen n’ont pas été conservés pour le Moyen Âge et les mentions dispersées des serments de maîtrise sont à la fois rares et moins complètes.

Cet acte est un mémorial de vicomté, c’est-à-dire un écrit authentique témoignant d’une procédure judiciaire. Il a sans doute été copié dans ce registre pour servir de formulaire, c’est-à-dire de modèle, à des scribes ayant à délivrer de tels documents42. Il s’intègre dans un recueil d’actes issus du chartrier du rédacteur lui-même, qui est probablement Guillaume Flambart, sergent verdier du bailliage de Rouen, mari de la bénéficiaire de cet acte d’entrée dans le métier.

La procédure décrite ici correspond au cinquième article de l’ordonnance octroyée à la profession le 11 décembre 1419 (document 2). La juridiction compétente pour cette organisation de métier pourrait être celle du bailli royal de Rouen, qui valide la réglementation professionnelle, mais c’est l’échelon inférieur de l’administration royale, celui du vicomte, qui est sollicité ici.

Ce serment de maîtresse du métier est obligatoire pour « lever ouvreur », c’est-à-dire ouvrir une boutique pratiquant cette activité à Rouen, ainsi que pour former une apprentie. C’est pourquoi la maîtresse nouvellement assermentée a tout intérêt à requérir à l’officier un mémorial qui lui permet de garder trace de ses droits. Isabelle Mustel ne doit pas être fille de maîtresse car elle ne paie pas le montant réduit qui leur est accordé, mais 10 sous tournois de « hanse », donc de droit d’entrée dû à la monarchie. On ne connaît d’ailleurs pas d’autre Mustel pratiquant cette activité, mais on peut se demander si cette femme n’est pas apparentée à la famille de notables rouennais43. Le niveau de qualification qui lui permet de prétendre à devenir maîtresse est donc attesté par les femmes qui sont gardes du métier, ainsi que par sa maîtresse d’apprentissage. On peut noter que, comme dans les professions masculines, l’apprentissage doit avoir été continu, ce qui garantit le respect du contrat44.

Seules quelques divergences apparaissent entre la théorie et la pratique. Premièrement, les gardes du métier sont habituellement quatre, mais le rapport de trois suffit ici. Deuxièmement, la redevance due aux gardes est omise dans ce mémorial qui se concentre sur la procédure menée devant la justice royale. Ceci révèle qu’il ne s’agit que d’une étape officielle de l’entrée dans l’organisation de métier, dans laquelle le groupe professionnel joue également un rôle qui dépasse le témoignage devant l’officier royal, mais qui échappe à l’enregistrement par le pouvoir. Enfin, la pratique du « pleige », c’est-à-dire du garant, n’est pas mentionnée dans la réglementation. Elle n’est pourtant pas réservée aux professions féminines, comme l’atteste une liste de hanses collectées dans la vicomté de Rouen, qui enregistre également un garant pour des serruriers ou pour un balancier (document 3). Cette garantie porte peut-être sur le versement effectif de la redevance, mais ce point reste à éclaircir.

La découverte de ce mémorial de serment de maîtrise permet donc de compléter les éclairages des autres sources sur les lingères de neuve œuvre, et donc de mieux comprendre le partage des rôles dans cette procédure entre l’organisation de métier et la justice royale.

Document 1. Mémorial de la prestation de serment devant le vicomte royal de Rouen

1437, 25 juin, à Rouen

A. Mémorial de l’enregistrement du serment d’Isabelle Mustel comme maîtresse de linge neuf à Rouen par Robin Le Verdier, lieutenant de Guy de La Villette, vicomte royal de Rouen, le 25 juin 1437 ; non retrouvé.

B. Copie de A dans un registre-manuel, établi par Guillaume Flambart, sergent royal des forêts du bailliage de Rouen, vers 1470-1480, conservé à la BNF, ms. fr. 5341, fo 63 ro-vo.

[fo 63 ro]

Serment de lingerie :

L’an de grace mil CCCC trente-sept le XXVe jour de juing devant nous, Robin Le Verdier lieutenant commis de honnourable homme [fo 63 vo] et saige Guy de la Villecte, vicomte de Rouen, Ysabel, fille de Robin Mustel, fust jurée et passée maistresse du mestier de linge neuf pour en ouvrer en la ville et banllieue de Rouen ainsi que fait et on acoustumé de faire les autres ouvrieres et maistresses jurés et passés d’icellui mestier audit lieu de Rouen ; et fut ce fait en la presence et du comsentement de Jehenne La Monniere, Allenocte Sequart et Guillemecte La Remondeusse, ouvrieres et gardes jurés d’icelluy mestier en ladicte ville pour ceste presente année, et qui ad ce donnerent leur comsentement, ouy le rapport de Guillemecte Hotot soubz qui ladicte Ysabel avoit aprins ledit mestier ; laquelle tesmongna icelle Ysabel avoir servy et comtinué bien et deubment ouodit mestier de linge neuf le temps et terme contenu en l’ordonnance sur ce faicte ; et oultre ladicte Ysabel gaiga au roy nostre sire la hamce du roy notre sire qui est de dix soulz tournois selon ladicte ordonnance ; de laquelle somme paier au roy nostre sire au terme et en la maniere acoustumée, ladicte Ysabel fu appleigié et cauxionnée par Robin Mustel ; et receusmes d’elle le serement en tel cas acoustumé, desquelles choses ladicte Ysabel nous requist ce memorial que nous lui avons octroyé pour lui vailloir en temps advenir ce qu’il apparteindra ; donné comme dessus ; ainsi signé Goullu.

Document 2. Extrait des statuts des lingères de Neuve Œuvre du 11 décembre 1419

A. Ordonnance accordée par Gautier de Beauchamp, bailli royal de Rouen, aux lingères de neuve œuvre de Rouen, le 11 décembre 1419, scellée du grand sceau aux causes du bailliage royal de Rouen ; non retrouvée.

B. Vidimus de A par Guillaume Le Melle, lieutenant de Thomas de Loraille, vicomte royal de Rouen, le 31 août 1448 ; parchemin, anciennement scellé sur double queue du sceau du lieutenant du vicomte de Rouen et du grand sceau aux causes de la vicomté royale de Rouen, conservé aux ADSM, 3 E 1/anc/14, chartrier de Rouen, tiroir 14, dossier 13.

[art. 5]

Item et quant ladicte aprentice vouldra estre jurée comme maistresse, elle le fera pourveu qu’elle ait servy icelx trois ans et que lesdictes gardes rapportent qu’elle soit ouvriere souffisant et paiera dix solz pour sa hanse au roy nostredit seigneur et cinq solz auxdictes gardes pour leur peines ; mais qu’elle ne soit fille de maistresse, ouquel cas elle ne paieroit que cinq solz pour sa hanse et deux solz six deniers pour lesdictes gardes ; et sans ces choses acomplir, nulle femme ne pourra lever ouvreur ne avoir aprentice.

Document 3. Extraits d’une liste de hanses collectées pour la Sergenterie de couronne dans la vicomté de Rouen

A. Fragment de rôle de hanses de métier de la sergenterie de Couronne dans la vicomté royale de Rouen, sans date, traces de signature ; BNF, ms. fr. 26 045, no 5868

[…]

Jehanne, fille de Guillaume Vapiee, advocat en court laye pour sa hanse du mestier de linge neuf dont est pleige Jehanne Doutreleaue dud [it] mestier : X s.

[…]

Jehanne Varnier, pour sa demie hanse du mestier de linge neuf dont est pleige Jehannecte Brison dud [it] mestier demourant en la rue de Flandres : V s.

[…]

Notes

1 ADSM, 5 Ep 505, copie du mémorial du 30 janvier 1440 ns, scellée du sceau aux causes de la vicomté le 23 décembre 1466 ns. Toutes les dates données dans ce chapitre sont désormais « ns »

2 Robe-linge signifie chemise d’homme. Michel Lepetit témoigne qu’ont également été confisquées des braies, c’est-à-dire des caleçons collants portés par les hommes (DMF 2012).

3 Pour une définition brève du terme métier et de ses relations avec celui de corporation, voir Jean-Louis Roch, article « Métiers », dans Dictionnaire du Moyen Âge, Claude Gauvard, Alain De Libera et Michel Zink (dir.), Paris, PUF, « Quadrige », 2002, p. 919-920). Les débats historiographiques autour des termes de métier et de corporation sont plus abondamment traités par Philippe Bernardi, Maître, valet et apprenti au Moyen Âge. Essai sur une production bien ordonnée, Université Toulouse-Le Mirail, 2009, p. 14-83, en particulier p. 23-25.

4 Maryanne Kowaleski et Judith M. Bennett, « Crafts, Guilds and Women in the Middle Ages: Fifty Years after Marian K. Dale », Signs, vol. 14, no 2, 1989, p. 483.

5 Jean Yver, « Les caractères originaux de la coutume de Normandie », Mémoires de l’Académie des sciences, arts et belles-lettres de Caen, Nouvelle série, t. 12, 1952, p. 5-55.

6 Charles Ouin-Lacroix, Histoire des anciennes corporations d’arts et métiers et des confréries religieuses de la capitale de la Normandie, Rouen, imp. Lecointe, 1850, p. 106-107 et 120-125 ; documents p. 580-584, 646-661 et 684-688.

7 Ibid., p. 313 pour les sages-femmes et p. 124-125 pour les bonnetières. Si les bonnetières apparaissent bien comme une organisation de métier féminine au XVIIIe siècle, les sources médiévales ne mentionnent que des hommes. Les statuts des bonnetiers de 1451 sont édités dans ORF, t. XIV, p. 125-131 et d’autres versions inédites, ainsi que des statuts de 1455 et 1493, sont conservés à la BNF (ms. fr. n. a. 10 676) et aux ADSM (5 Ep 161). Sur les bonnetiers, voir le mémoire de maîtrise inédit de Magali Le Bras, Les bonnetiers, chapeliers et aumôniers de Rouen à la fin du Moyen Âge, Philippe Lardin (dir.), département d’histoire, Université de Rouen, 2001.

8 Charles Ouin-Lacroix, op. cit., 1850, p. 107 pour les tisserands de fil et de soie, classés à tort parmi les simples toiliers ; p. 125 et 639-641 pour le statut des aiguilletiers de 1608 ; p. 314-316 et 555-561 pour les ciriers, ainsi que p. 279-282 pour les chandeliers.

9 Philippe Braunstein, « Jehanne la Flamengue, tant pour lui que pour ses compagnes... », dans Commerce, finances et société (XIe -XVIe siècle). Mélanges Henri Dubois, Philippe Contamine, Thierry Dutour et Bertrand Schnerb (dir.), Paris, Presses de l’université de Paris-Sorbonne, 1993, p. 342-345.

10 Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, Pennsylvania State University Press, 2007.

11 Catherine Vincent, « Une scène urbaine méconnue : les “chandelières” aux portes des églises », dans La ville médiévale en deçà et au-delà de ses murs. Mélanges Jean-Pierre Leguay, Philippe Lardin et Jean-Louis Roch (dir.), Mont-Saint-Aignan, Publications de l’université de Rouen, 2000, p. 205-215.

12 Mathieu Arnoux, Mineurs, férons et maîtres de forge. Études sur la production du fer dans la Normandie du Moyen Âge (XIe -XVe siècle), Paris, CTHS, 1993, p. 109-111.

13 Un corpus de textes normatifs a été rassemblé dans le cadre de ma thèse de doctorat en cours et est trop volumineux pour être présenté en détail ici. Il s’appuie sur des sources publiées comme les ORF et Louis Passy (éd.), Le livre des métiers de Gisors au XVIe siècle, Pontoise, Société historique du Vexin, 1907. Mais il inclut également de nombreux règlements inédits trouvés principalement à la BNF, aux ADSM, aux ADC et aux archives municipales d’Eu.

14 Voir annexe 1.

15 Les femmes ne sont ainsi pas du tout mentionnées dans les sept ordonnances de métier conservées pour Évreux et datant des années 1380 (André Giffard éd., Ordonnances de Jacques d’Ableiges pour les métiers d’Évreux (1385-1387), Caen, L. Jouan, 1913).

16 Pour une mise au point récente sur l’Échiquier, renvoyant à la bibliographie antérieure, voir Nicolas Plantrou (dir.), Du Parlement de Normandie à la Cour d’appel de Rouen, 1499-1999, [Rouen], Association du Palais du Parlement de Normandie, 1999.

17 ADSM, 1 B 1-55. Une liste provisoire des sessions a été établie par Fernand Soudet (Ordonnances de l’Échiquier de Normandie aux XIVe et XVe siècles, Rouen-Paris, A. Lestringant-Picard, 1929, p. 217-225. Pour la période 1374-1497, il ne compte que 41 sessions, mais il omet celle de Pâques 1425, qui est attestée par Amédée-Louis Léchaudé d’Anisy (« Catalogue analytique des pièces manuscrites des archives départementales du Calvados », Mémoires de la société des antiquaires de Normandie, t. VIII, 1834, p. 215, no 400 de l’inventaire des actes de l’abbaye de la Trinité à Caen).

18 ADSM, 1 B 2, fo 78 vo, Pâques 1374.

19 Sur le travail caché des femmes, voir Claudia Opitz, « Les femmes et le travail », dans Histoire des femmes en Occident, Georges Duby et Michelle Perrot (dir.), t. II : Le Moyen Âge, Christiane Klapisch-Zuber (dir.), Paris, Plon, 1991, p. 314-317.

20 DMF, article « Aiguillette ».

21 Charles Ouin-Lacroix, op. cit. Charles Ouin-Lacroix se base sur des sources d’époque moderne.

22 ADSM, 1 B 52, fo 180 ro, no 1029, Saint-Michel 1490.

23 ADSM, 1 B 28, fo 98 ro -99 ro, Pâques 1453.

24 Ce groupe apparaît dans un procès qui commence à la session de la Saint-Michel 1424, mais le lien explicite entre le groupe de lingères et la halle aux toiles n’apparaît qu’à la session de 1426 (ADSM, 1 B 23, fo 44 vo, fo 28 vo, session de la Saint-Michel 1424 ; 1 B 24, fo 28 vo, no 29, session de Pâques 1426). Un deuxième procès, sans lien apparent avec les comparutions de 1424 et 1426, est enregistré entre 1448 et 1463 (ADSM, 1 B 25, fo 99 ro, no 226 ; 1 B 27, fo 90 vo, no 134 ; 1 B 29, fo 54 ro, no 68 ; 1 B 30, fo 41 ro, no 97 ; 1 B 31, fo 81 vo, no 229 ; 1 B 35, fo 82 vo, no 246 ; 1 B 37, fo 51 vo, no 9 et fo 52 ro, no 12).

25 Ordonnance du 11 décembre 1419, art. 2 et 14 (voir annexe 1).

26 Voir par exemple le procès mené par des gardes des lingères en neuf à l’Échiquier à partir de l’Échiquier de la Saint-Michel 1448 (ADSM, 1 B 25, fo 99 ro, no 226). Pour les ciriers et cirières de menue œuvre, voir l’accord du 19 avril 1453 enregistré par l’Échiquier (ADSM, 1 B 28, fo 220 ro -221 ro).

27 Si des hommes sont mentionnés en tant que gardes du métier de lingère en vieille œuvre, il est possible qu’ils n’aient pas réellement exercé cette activité en tant que maîtres.

28 Voir annexe 1.

29 En 1397, 21 des 34 notables personnes du métier citées sont des femmes, et en 1499, ce sont 11 des 18 membres de la profession (voir annexe 1 pour les références). En 1453, 17 des 26 maîtres et maîtresses qui acceptent un accord mettant fin à un procès sont des femmes (ADSM, 1 B 28, fo 220 ro -221 ro).

30 Voir annexe 1.

31 ADSM, 1 B 24, fo 25 ro, no 4.

32 Voir annexe 1.

33 Voir l’art. 10 de l’ordonnance de 1397 (annexe 1) et le procès à l’Échiquier contre l’abbaye de la Trinité du Mont-Sainte-Catherine qui se termine à la session de Pâques 1453 (ADSM, 1 B 28, fo 220 ro -221 ro).

34 Voir annexe 1 pour les ciriers et les brodeurs de soie. Le genre des gardes des aiguilletiers est connu grâce à des procès devant l’Échiquier (ADSM, 1 B 21, fo 13 ro, no 41, Pâques 1408 ; 1 B 25, fo 79 vo, no 111, Saint-Michel 1448 ; 1 B 52, fo 180 ro, no 1029, Saint-Michel 1490).

35 Voir supra. Les listes citées dans les procès ou lors de la validation de règlements ne sont pas exhaustives mais fournissent des indices, sans doute sous-évalués, sur la proportion de femmes impliquées dans l’institution de métier.

36 Voir l’art. 1 de l’ordonnance de 1397 et les gardes cités dans l’accord de 1499 avec la confrérie (annexe 1).

37 Ordonnance de 1403 des tisserands de fil et de soie, art. 11 ; ordonnance de 1419 des lingères en neuf, art. 4 ; ordonnance de 1477 des brodeuses de soie, art. 31 (voir annexe 1).

38 Ordonnance de 1410, art. 13 et liste de gens de métier ; ordonnance de 1422, art. 18 et liste (voir annexe 1).

39 ADSM, 5 Ep 505, actes du 28 et du 30 décembre 1439.

40 Parmi 11 documents conservés entre 1434 et 1492, seul un acte du 1er janvier 1482 mentionne un maître, Jean de Conteville (ADSM, 5 Ep 505).

41 ADSM, 5 Ep 505, 3 juillet 1448, 21 juillet 1451, 12 septembre 1481, 3 et 5 mars 1485.

42 Isabelle Bretthauer, « Formulaires et modèles d’actes : formation pratique et théorique des hommes de loi normands à la fin du XVe siècle », Apprendre, produire, se conduire : le modèle au Moyen Âge, 45e congrès de la Société des historiens médiévistes de l’enseignement supérieur public (SHMESP), Metz-Nancy, 22-25 mai 2014, à paraître.

43 Philippe Cailleux et Dominique Pitte, « Une propriété de la famille Mustel, paroisse Saint-Lô, à la fin du Moyen Âge », Bulletin des Amis des monuments rouennais, 1991-1992, p. 81-87.

44 François Rivière, « Salariat et apprentissage à travers la réglementation professionnelle normande. Réflexions à partir des cas de Lisieux et de Gisors (1430-1540) », dans Rémunérer le travail au Moyen Âge : pour une histoire sociale du salariat, Patrice Beck, Philippe Bernardi et Laurent Feller (dir.), Paris, Picard, 2014, p. 265-277.

Table des illustrations

Titre Compte des lingères en vieil pour la taxe, 8 décembre 1439. 94 x 23 cm. ADSM, fonds des corporations, 5 EP 505.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4043/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Ouvrière qui charge les rochets de soie, planche de l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert sur le métier à faire des bas, 1763. 41 x 26,7 cm. Bibliothèque des Archives départementales, BHSM 857/17.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4043/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 696k

Auteur

Professeur agrégé d’histoire, est doctorant en histoire médiévale à l’École des hautes études en sciences sociales (ED 286).

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search