Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Première partie. Filles, mères, veuves : artisanes et femmes d'affaires (XIVe-XVIIIe siècles)

Femmes et métiers dans la région rouennaise au Moyen Âge

Jean-Louis Roch

Note de l’éditeur

Une version plus longue de ce texte a été publiée par la Fédération des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, dans les actes du 48e congrès d’octobre 2013, sous la direction de Bernard Bodinier, Être femme(s) en Normandie, Louviers, 2014, p. 257-268.

Texte intégral

1Le travail féminin est le soubassement de l’économie mais un soubassement presque invisible, et au Moyen Âge en Normandie plus invisible qu’ailleurs, faute de sources. Ici manquent les testaments, les séries fiscales, les archives internes aux métiers, qu’on trouve ailleurs. On dispose des statuts de métiers, des registres du tabellionage, l’équivalent du notariat, enfin des sources judiciaires, c’est-à-dire de l’Échiquier, l’ancêtre du parlement, souvent très succinct, et de quelques très rares juridictions inférieures, un registre du maire de Rouen, de 1365, un registre du bailliage de Rouen de 1483-1484, et les registres de la justice d’Elbeuf.

2En ce qui concerne le statut de la femme mariée, la Normandie n’est pas une province tout à fait comme les autres. La coutume normande refuse la communauté des biens et donc semble interdire la coopération financière entre époux. Et dans le même temps, le mari est le maître des biens de sa femme et les administre : elle dépend donc totalement de lui.

3Mais, en Normandie comme ailleurs, on ne peut penser le travail féminin en dehors de l’économie familiale. Qui tient les cordons de la bourse ? Dans la petite entreprise, la femme a-t-elle voix au chapitre ? Peut-elle exercer un autre métier et acquérir une certaine autonomie financière ? Dans ces autres métiers, peut-elle accéder à la tête du métier ? Peut-elle accéder à tous les métiers, ou y-a-t-il des métiers plus spécifiquement féminins, une division sexuelle du travail très marquée ? Ces professions sont-elles cantonnées dans la sous-traitance et les bas salaires, ou accèdent-elles au marché et parviennent-elles jusqu’à l’artisanat de luxe ?

4Nous étudierons d’abord la femme travaillant en couple dans l’entreprise familiale. Puis nous explorerons les situations où elle devient autonome.

Les femmes dans l’entreprise familiale

  • 1 ADSM, 2 E 1/210, 17 août 1485, fo 41 vo. Autres exemples : 2 E 1/210, 10 décembre 1485, fo 77 vo et (...)

5On ne trouve guère de femmes drapières ou tisserandes à Rouen aux derniers siècles du Moyen Âge. Mais elles sont certainement engagées dans la profession aux côtés de leur mari. Dans le tabellionage, le mari et la femme sont souvent dits tous les deux du métier de draperie : ainsi « Guillaume Le Maistre et Guillemine sa femme en leurs vivans du mestier de draperie1 ». La femme se contente-elle de tenir les finances ou participe-t-elle activement à la production ? Pour répondre, il faut nous tourner du côté de la laine.

  • 2 ADSM, 2 E 1/152, fo 339 vo 20 juillet 1373 ; et 2 E 1/153, 17 mars 1381 ns ; autres exemples de cou (...)

6Dans le tabellionage, il arrive assez souvent que ce soit le couple qui achète la laine : ainsi le drapier Morisse Fourmage et Guillote sa femme doivent 22 livres et 10 sous pour achat de laines. Devenue veuve, Guillote fait teindre en garance pour 6 livres 4 sous, à ajouter aux 4 livres que devait son mari, elle poursuit donc le métier de son mari2. Le tabellion en inscrivant à de multiples reprises le couple comme s’étant endetté pour achat de laine, veut-il simplement prendre acte de ce que le mari a besoin de l’autorisation de sa femme pour s’acheter de la laine ? Rien n’est moins sûr.

  • 3 ADSM, 52 BP 9, 29 avril 1503 ; Dumoulin fabrique des draps : 52 BP 10, 3 juin 1505.

7Les registres de la justice d’Elbeuf confirment ce que l’on pouvait supposer : la laine est l’affaire de la femme. En 1503, Henri Lefevre a été emprisonné pour avoir dérobé 3 livres de laine à Vincent Dumoulin et à sa femme. Les juges décident de l’élargir après que « nous eusmes ouy ladite Jehanne qui nous rapporta qu’elle estoit restituée de sadite layne3 ». Le voleur a rendu la laine à la femme. La responsabilité de la femme en ce qui concerne la laine ne doit pas nous étonner. La préparation des laines, le peignage, le cardage, le filage sont affaire de femme. C’est elle qui dans l’entreprise familiale fait ou fait faire ces premières opérations.

  • 4 ADSM, 2 E 1/156, fo 162, 9 avril 1397 ns.
  • 5 ADSM, 2 E 1/153, fo 72, 12 août 1381 ; 2 E 1/154, fo 9 et 273 vo, 24 octobre 1390 et 16 août 1393.
  • 6 ADSM, 2 E 1/155, fo 144, 26 avril 1395.

8En 1397, Étienne Des Hayes et sa femme, de Longpaon, « s’est aloué » [sic] à servir le forgeron Jehan De Clatot en ses « ventes » (bois) pour faire des bûches4. En 1381, Guillaume Berenguier et sa femme s’engagent à faire des clous à cardes envers le cardier Pierre Marcade ; il s’engagera à d’autres reprises mais sans sa femme5. Dans la même profession, en avril 1395, Guillaume Adam et Guillote sa femme s’obligent au cardier Thomas de Baucorne « à ce que sa femme fera audit Baucorne du métier de faire cardes tout ce qu’elle pourra et saura faire de ce métier jusqu’à Noël6 ». Ce dernier contrat ne peut que nous choquer aujourd’hui, mais il faut se rappeler que la femme mariée ne peut contracter, sauf à relever d’un métier organisé.

  • 7 ADSM, 2 E 1/156, fo 26, 21 mai 1396. C’est le seul exemple d’apprentissage du métier de draperie po (...)
  • 8 ADSM, 52 BP 8, 1er novembre 1490 (Guillaume Hesbert cardier).
  • 9 ADSM, 52 BP 10, 21 juillet 1506. Voir aussi 52 BP 11, 7 octobre 1511.

9Dans beaucoup de professions, elles continuent à pouvoir exercer le métier durant leur veuvage, bien qu’elles n’aient passé ni apprentissage ni maîtrise, et c’est bien le signe qu’elles étaient auparavant étroitement associées avec leur mari. Elles peuvent même parfois conserver un apprenti, voire en prendre ; c’est le cas en particulier lorsqu’un orphelin est confié à sa propre mère (bail de mineur). À Rouen, en 1396, une fille est confiée à sa mère, veuve d’un drapier, pour cinq ans, pour lui apprendre « son » métier7. À Elbeuf en 1490, un fils de quatorze ans est confié à sa mère, veuve d’un cardier, pour deux ans, pour « faire apprendre a son pouvoir le mestier de cardier dont son deffunt père estoit maistre et ouvrier8 ». Toujours à Elbeuf, en 1506, Jehan Robelot et sa mère ont « aloué » pour un an Guillaume Lejeune, pour les servir du métier de draperie moyennant 100 sous, un chapeau et un bonnet, mais il est parti au bout de huit jours, rompant le contrat9. La mère et son fils le poursuivent : celle-ci est sans doute veuve, son fils est drapier, mais les veuves ne passent pas totalement sous l’autorité de leur fils.

Chartrier de la ville de Rouen, recueil des règlements et arrêts concernant la communauté des fabricants de draps d’or et de soie, avec miniature, XVIe siècle. 19 x 13,7 cm. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 297.

Chartrier de la ville de Rouen, recueil des règlements et arrêts concernant la communauté des fabricants de draps d’or et de soie, avec miniature, XVIe siècle. 19 x 13,7 cm. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 297.
  • 10 ADSM, 52 BP 12, 19 juin et 2 octobre 1512 ; voir aussi 52 BP 12, 16 février et 24 juillet 1512.

10Les veuves peuvent exercer le métier de leur mari, et certaines ne s’en privent pas. À Elbeuf en 1512, Colette, la veuve du teinturier Jehan Hareng, dite elle-même « teinturière », vient plusieurs fois devant la justice. Elle est accusée par un drapier d’avoir mal teint des laines, mais c’est, dit-elle, parce qu’il est venu les reprendre à son « desçu », avant qu’elle ait achevé la teinture. Une autre fois, c’est elle-même qui vient en justice pour se plaindre de ce que le voiturier par eau, qui lui apporte par la Seine de Rouen les « coquets de voide » (le pastel), a doublé le prix du transport ; il devra y renoncer. Il devait profiter de ce qu’elle était veuve10.

Les professions féminines

  • 11 Registres de ples de meuble de la mairie de Nicole Le Couete, Noël 1364 à Noël 1365 (ADSM, GG).

11L’artisan pour acquérir la franchise du métier doit payer une taxe appelée hanse à Rouen ; cette hanse est payée au maire, puis, à partir de 1382 et de la suppression de la commune lors de la Harelle, au roi. Deux sources sont particulièrement intéressantes, le registre de la justice du maire de 136511, et les quittances de la Chambre des comptes, qui récapitulent les hanses dues au roi. Dans le registre du maire de 1365, qui couvre une année, nous trouvons, à côté de quelques rares hommes, des filassières, des lingères, des rubannières, et les gardes du métier sont souvent présentes au moment du serment, ce qui traduit des professions organisées. Dans les quittances de la chambre des comptes, subsistent des listes de hanses pour les professions masculines et une liste pour les professions féminines. Il y a bien une division sexuelle du travail.

  • 12 BNF, ms. fr. 26045, no 5868.
  • 13 BNF, ms. fr. 26026, no 1981, 1394 : Guillote La Boutellière est en amende vers les gardes du métier (...)
  • 14 Marguerite Diacre, maîtrise du métier (BNF, ms. fr. 26105, no 1315, liste de hanses surtout masculi (...)
  • 15 ADSM, 52 BP 5, fo 25 vo, 5 juin 1470 ; 52 BP 12, 8 juin 1512.
  • 16 ADSM, 4 BP II/1 bis, fo 96, 13 février 1484 ns. On trouve aussi des femmes brasseurs à Dieppe (Phil (...)
  • 17 BNF, ms. fr. 26033, no 3581 (1404).
  • 18 Jehanne La Prevoste (BNF, ms. fr. 26045, no 5868, vers 1400). Marion (ADSM, 4 BP II/1 bis, fo 222, (...)
  • 19 Alice : ADSM, 2 E 1/158, fo 366 vo, 1402. Maline : 2 E 1/155, fo 161, 5 juin 1395. Sur le métier d’ (...)
  • 20 La fille placée auprès d’Alice Sevestre (ADSM, 2 E 1/154, fo 100 vo, 18 septembre 1391) ; Laurence (...)

12La liste des hanses des métiers féminins doit dater des environs 140012. Elle concerne des lingères en neuf, des lingères en vieux, des filassières, des rubannières et des linières, qui peignent lin et chanvre : ce sont là les principaux métiers féminins organisés. Mais la liste présente un autre intérêt, car elle mentionne les demi-hanses, lorsque le parent est du métier, et les professions des pères ou des maris. Nous pouvons alors reconstituer les familles. Ainsi Colette et Maline filles de Jehan Le Boucher huchier paient demie hanse de rubannerie : leur père, huchier c’est-à-dire menuisier, avait donc épousé une rubannière. Et on travaille en famille. Les lingères en neuf sont la fille d’un avocat en cour laïque, d’un tapissier, d’un couturier ; dans d’autres cas leur mère, elle-même lingère en neuf, était femme d’un drapier ou d’un chandelier (fabricant de chandelles). Le métier de lingère et celui de rubannière se transmettent de mère en fille, mais pas celui de linière, peu honorable. On remarque que le mari fait parfois un métier très différent de celui de sa femme, mais aussi que les femmes ne sont pas cantonnées dans des professions qu’on dira féminines. Elles travaillent aussi dans des professions majoritairement masculines. Au hasard des archives, nous trouvons des tisserandes en toile13, des maîtresses du métier de taillanderie14 (tailleur), des tavernières15, une brasseresse16, une pelletière de Neufchâtel17, des barbières, comme Jehanne La Prevoste de Saint-Gervais près de Rouen et Marion, veuve de Blanchet Gournay18. Dans le métier d’orfèvrerie, nous croisons plusieurs « orfaveresses », comme Alice Sevestre ou Maline Tavel, qui prennent en apprentissage des filles ou des garçons, pour six ou sept ans, moyennant finance19. Et les contrats que nous avons précisent que la fille apprendra le métier de brunisserie d’orfèvrerie : elle polira et rendra brillant l’or et l’argent. Il est possible que nous ayons affaire ici à un apprentissage au rabais20 ; la fille ne bénéficie pas toujours du même apprentissage que le garçon.

13Il existe par ailleurs ce que les textes appellent « communes marchandes ». « Communes marchandes », ce sont celles qui font des affaires sans être d’un métier organisé. Celles que l’on nomme « marchandes communes » ou marchandes publiques, à Paris ou à Dijon, « femme sole » en Angleterre, sont le plus souvent des revenderesses au détail, mais elles disposent surtout d’un statut particulier, car l’incapacité juridique de la femme mariée est ici levée. La femme qui exerce un métier différent de celui de son mari devient, avec son accord, juridiquement autonome : elle peut emprunter et contracter, elle est responsable de ses dettes et non de celles de son mari. Nous allons rencontrer ces « communes marchandes » dans les sources normandes, à Rouen, autour de Rouen et à Elbeuf.

  • 21 ADSM, AMR, registre GG, fo 6 ; le mari ne disparaît pas tout à fait : ainsi c’est parfois lui qui s (...)

14Dans le registre de la justice du maire de 1365, nous en trouvons une quarantaine, en particulier dans le commerce du poisson, qui s’engagent à rembourser leurs dettes « tant en leur nom privé comme « commune marchande21 ». Elles vendent fraiche marée, poissons frais et salés, hareng saur et hareng caqué, huîtres. Elles s’endettent auprès des marchands grossistes, les poissonniers, et parfois même auprès des hommes de dehors, les marchands forains fréquentant les ports de mer, pour des sommes allant de quelques livres à plus de 30 livres. Toutes nos marchandes ne sont pas de petites revendeuses au détail. Il n’en reste pas moins que, sur le marché du poisson, les grossistes sont le plus souvent des hommes et les « estallières » (qui tiennent les étaux) des femmes.

  • 22 ADSM, 2 E 1/156, fo 138, 19 février 1397 ; 2 E 1/160, 13 mai 1405.
  • 23 ADSM, 1 B 156, fo 147, 10 mars 1397 ns ; 1 B 160, 15 mai 1405 ; 1 B 161, 23 avril 1406, fo 8.

15Dans le tabellionage rouennais, on croise aussi quelques « communes marchandes ». Le 19 février 1397, Robine Darques emprunte 70 livres. Le 13 mai 1405 une autre est endettée pour 39 sous de beurre, à rembourser 2 sous 1 denier chaque semaine22. À nouveau apparaît la grande disparité des fortunes parmi nos marchandes, mais le tabellionage révèle aussi autre chose. Des femmes des villages de la région rouennaise, capables d’emprunter de grosses sommes, plus de 20 livres, viennent se fournir en vin auprès de Rouennais, pour le revendre. Elles sont de Saint-Martin de Cailly, Saint-Martin-de-Boscherville, Barneville-sur-Seine23. Il y a donc dans les villages des « communes marchandes » qui ravitaillent en vin les campagnes.

16À côté des « communes marchandes », d’autres femmes ont disposé d’une autonomie juridique : celles qui relevaient des métiers, des corporations. Certains métiers sont exclusivement féminins et sont dirigés par des femmes, comme les lingères et les chaperonnières. D’autres, majoritairement féminins, sont dirigés par des hommes et des femmes, c’est le cas des filassières, rubannières, linières, tissutiers d’or et de soie, brodeurs, cirières.

17Il y a les « lingères de neuve œuvre » et celles « de vieille œuvre », ou « lingères en neuf » et « lingères en vieux ». Elles fabriquent du linge « ouvré » et elles le vendent. Elles taillent et cousent des couettes, des traversins, des oreillers, des couvre-chefs, des coutils, des rideaux de lit.

  • 24 ADSM, 5 Ep 497, 4 juilet 1410, 14 juin 1422 ; 5 Ep 505, 28 décembre 1439.
  • 25 ADSM, 5 Ep 505, 28 juin 1434, 21 juillet 1451, 1er septembre 1467 ; 20 juin 1519 et 16 mars 1520 ns

18En 1410, les lingères en vieux s’assemblent, font rédiger des articles afin d’obtenir une ordonnance du bailli. Elles ont déjà quatre gardes et visiteresses, de la présente année et ce sont des femmes. En 1439, lorsqu’elles se cotisent en vue d’un procès, elles sont 97 maîtresses ; les cotisations vont de 2 sous 6 deniers à 50 sous : il y a des riches et des pauvres. En 1422, elles acceptent d’avoir désormais pour gardes deux femmes et deux hommes de leurs maris ou de leur métier, afin que le métier soit mieux gardé24. Dans une société très patriarcale, il est difficile de se passer des hommes. On le voit en 1434, en 1451, en 1467, mais dès 1519, et sans doute avant, les gardes sont à nouveau quatre femmes25.

  • 26 ADSM, 1 B 27, fo 47; 1 B 28, fo 383, 1453.
  • 27 ADSM, 1 B 61, fo 89 vo -90 vo, 315 vo-317, 5 décembre 1502 et 6 avril 1503 ns ; 1 B 308, 19 mars 15 (...)

19Le métier des chaperonnières dépend au XVe siècle des tailleurs26. Les chaperonnières « à femme » sont sous leur contrôle, leur « visite » ; c’est à leur « boîte », leur caisse, qu’elles doivent verser les taxes d’apprentissage et de maîtrise et les amendes pour fraudes. Mais, à la fin du XVe siècle, elles se rebellent, refusent cette situation de dépendance et engagent un procès à l’Échiquier en 1497, pour enfin pouvoir rédiger leurs propres statuts. Selon elles, les tailleurs « n’estoient expers ne ouvriers a faire les chapperons des femmes ». Elles ajoutent que chez les lingères aussi, les visites, qui étaient faites par les hommes, sont à présent menées par les femmes ; et de plus, dans la ville de Paris, les tailleurs ne font point de visitation sur l’ouvrage des chaperonnières. Les allusions aux lingères et à Paris montrent qu’elles ne se sentent pas seules dans leur lutte, et qu’existe un sentiment de solidarité féminine. La cour donnera raison aux chaperonnières27.

20Les linières sont de pauvres femmes, les tissutières et les brodeuses appartiennent à l’artisanat de luxe.

21Les linières peignent lins et chanvres. Un procès à l’Échiquier en 1504 éclaire la sociologie de la profession : ce sont les bourgeois « qui leur baillent leurs lins et estouppes a pigner et abiller de leur mestier et le plus souvent leur font faire es maisons des bourgeois et habitans ». « Ilz [la grammaire reste masculine] sont plus de deux cens tenans ouvreurs, du nombre desquelz il n’y en a pas six qui facent marchandise de lyns et chanvres […] les autres ne font que besongner pour autry. » Elles sont « povres » et vivent dans une grande dépendance.

  • 28 ORF, t. VII, p. 632-637, Confirmation de plusieurs règlements faits pour le métier des filassiers d (...)
  • 29 ADSM, AMR, XX3, 22e compte.

22Les « fillachières de couleur » fabriquent le fil de lin en couleur ; elles se donnent tôt des statuts, dès 1309, et elles vendent au marché, où elles ont leur halle28. Il y a huit gardes, quatre hommes et quatre femmes. Mais dans le métier dominent les femmes : les réunions, devant le maire, rassemblent, en 1338, 5 hommes et 29 femmes. En 1508, une soixantaine d’ouvroirs paient la taxe de 10 sous par ouvroir29.

  • 30 ORF t. VIII, p. 606-611, juillet 1403. Voir aussi les gardes du métier de faire tissus de fil et so (...)

23Les tissutiers tissent de fil et de soie, et utilisent l’or. On a conservé les statuts de 140330 ; il y a à ce moment-là 6 gardes, 2 hommes et 4 femmes, et parmi les membres du métier, 141 femmes et 9 hommes.

  • 31 Sur les brodeurs, voir Charles de Beaurepaire, « La broderie rouennaise », dans Derniers mélanges h (...)

24Les brodeurs chasubliers utilisent eux aussi les fils d’or et de soie : ils brodent les tentures de chambre, la chasublerie d’Église et les parements d’autel. Les statuts de 1457 parlent de maîtres et de maîtresses, d’apprentis et d’apprenties, d’ouvriers et d’ouvrières. Si une femme veut lever ouvroir du métier de brodeur, elle doit avoir servi les 6 ans d’apprentissage, et elle sera tenue de faire son chef d’œuvre « selon le regard de la science de femme31 » ; on remarque à nouveau que l’apprentissage des filles n’est pas nécessairement semblable à celui des garçons.

25En conclusion, non seulement la femme joue un rôle clé dans l’entreprise familiale, mais elle peut exercer une activité indépendante de celle de son mari, être « marchande publique », faire un apprentissage, entrer dans une corporation ; elle dispose alors d’une certaine autonomie financière. Il existe dans le monde artisanal des corporations féminines, qui parfois sont dirigées uniquement par des femmes. Elles sont prêtes à lutter pour accéder à l’autonomie. Mais il n’en reste pas moins qu’il existe incontestablement une division sexuelle du travail ; il y a des métiers féminins et des métiers masculins. La femme se retrouve dans les métiers de l’alimentation et de l’habillement, les domaines qui lui revenaient dans l’ancienne économie domestique, dans la maison paysanne. Dans ces professions, nous trouvons de petites revendeuses, mais la femme n’est pas toujours tout en bas de l’échelle des fortunes, dans la dépendance et les bas salaires, elle peut être aussi chef d’entreprise.

  • 32 Daryl M. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1 (...)

26Les historiennes américaines, Daryl M. Hafter en particulier32, ont montré qu’au XVIIIe siècle, à Rouen, les femmes, de manière exceptionnelle en Europe, avaient leurs propres corporations et étaient même parfois à la tête de véritables entreprises. Cette exception, comme nous l’avons vu, remonte au Moyen Âge. Cette originalité tient d’une part à des activités que favorise la grande ville, l’habillement ou la soie, et au fait que le travail ici est presque entièrement « corporé », encadré par des corporations, y compris les professions féminines, donc que les femmes bénéficient de cette protection. D’autre part au fait que les corporations sont moins « genrées », moins sexuées qu’ailleurs ; elles ne jouent ni rôle politique, ni rôle militaire, elles ne servent de cadre ni aux élections ni à la milice urbaine, à la différence des corporations germaniques par exemple. L’éviction des femmes des professions organisées, du fait du renforcement des structures corporatives à domination masculine, à la fin du Moyen Âge et au début des Temps modernes a donc joué ici moins qu’ailleurs.

Notes

1 ADSM, 2 E 1/210, 17 août 1485, fo 41 vo. Autres exemples : 2 E 1/210, 10 décembre 1485, fo 77 vo et 78 ; 2 E 1/211, 25 avril et 18 septembre 1487 ; et 2 E 1/244, 10 janvier 1510 ns.

2 ADSM, 2 E 1/152, fo 339 vo 20 juillet 1373 ; et 2 E 1/153, 17 mars 1381 ns ; autres exemples de couples achetant laine ensemble : 2E 1/150, fo 72 vo, 1 mars 1381 ; 2 E 1/152, fo 174, 19 août 1371 ; 2 E 1/153, fo 11, 7 novembre 1380 ; 2 E 1/154, fo 174 vo, 11 juin 1392.

3 ADSM, 52 BP 9, 29 avril 1503 ; Dumoulin fabrique des draps : 52 BP 10, 3 juin 1505.

4 ADSM, 2 E 1/156, fo 162, 9 avril 1397 ns.

5 ADSM, 2 E 1/153, fo 72, 12 août 1381 ; 2 E 1/154, fo 9 et 273 vo, 24 octobre 1390 et 16 août 1393.

6 ADSM, 2 E 1/155, fo 144, 26 avril 1395.

7 ADSM, 2 E 1/156, fo 26, 21 mai 1396. C’est le seul exemple d’apprentissage du métier de draperie pour une fille que j’ai trouvé à Rouen.

8 ADSM, 52 BP 8, 1er novembre 1490 (Guillaume Hesbert cardier).

9 ADSM, 52 BP 10, 21 juillet 1506. Voir aussi 52 BP 11, 7 octobre 1511.

10 ADSM, 52 BP 12, 19 juin et 2 octobre 1512 ; voir aussi 52 BP 12, 16 février et 24 juillet 1512.

11 Registres de ples de meuble de la mairie de Nicole Le Couete, Noël 1364 à Noël 1365 (ADSM, GG).

12 BNF, ms. fr. 26045, no 5868.

13 BNF, ms. fr. 26026, no 1981, 1394 : Guillote La Boutellière est en amende vers les gardes du métier de tisser en linge, et Durande La Bouchère paie sa hanse du métier de tisser en toile.

14 Marguerite Diacre, maîtrise du métier (BNF, ms. fr. 26105, no 1315, liste de hanses surtout masculines, vers 1480). Lors d’un procès à l’Échiquier, sont cités parmi les 37 maîtres qui comptent dans le métier, 2 veuves (ADSM, 1 B 305, 23 décembre 1506).

15 ADSM, 52 BP 5, fo 25 vo, 5 juin 1470 ; 52 BP 12, 8 juin 1512.

16 ADSM, 4 BP II/1 bis, fo 96, 13 février 1484 ns. On trouve aussi des femmes brasseurs à Dieppe (Philippe Lardin, Dieppe pendant la guerre de Cent Ans, thèse, Université de Rouen, 2003, dactyl., p. 418, 1396).

17 BNF, ms. fr. 26033, no 3581 (1404).

18 Jehanne La Prevoste (BNF, ms. fr. 26045, no 5868, vers 1400). Marion (ADSM, 4 BP II/1 bis, fo 222, 14 mai 1484).

19 Alice : ADSM, 2 E 1/158, fo 366 vo, 1402. Maline : 2 E 1/155, fo 161, 5 juin 1395. Sur le métier d’orfèvre, voir Charles de Beaurepaire, Nouveaux mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Gy, 1904, p. 1-18.

20 La fille placée auprès d’Alice Sevestre (ADSM, 2 E 1/154, fo 100 vo, 18 septembre 1391) ; Laurence placée auprès d’un orfèvre 8 ans par sa mère veuve, pour le servir « de tout ce qui appartient à faire à hôtel » et apprendre à brunir et le métier d’orfèvrerie (ADSM, 2 E 1/151, fo 161, décembre 1364).

21 ADSM, AMR, registre GG, fo 6 ; le mari ne disparaît pas tout à fait : ainsi c’est parfois lui qui se dit chargé du fait de sa femme commune marchande (23 mai, fo 22).

22 ADSM, 2 E 1/156, fo 138, 19 février 1397 ; 2 E 1/160, 13 mai 1405.

23 ADSM, 1 B 156, fo 147, 10 mars 1397 ns ; 1 B 160, 15 mai 1405 ; 1 B 161, 23 avril 1406, fo 8.

24 ADSM, 5 Ep 497, 4 juilet 1410, 14 juin 1422 ; 5 Ep 505, 28 décembre 1439.

25 ADSM, 5 Ep 505, 28 juin 1434, 21 juillet 1451, 1er septembre 1467 ; 20 juin 1519 et 16 mars 1520 ns.

26 ADSM, 1 B 27, fo 47; 1 B 28, fo 383, 1453.

27 ADSM, 1 B 61, fo 89 vo -90 vo, 315 vo-317, 5 décembre 1502 et 6 avril 1503 ns ; 1 B 308, 19 mars 1504 ns.

28 ORF, t. VII, p. 632-637, Confirmation de plusieurs règlements faits pour le métier des filassiers de la ville de Rouen ; ibid., p. 355-360, Règlements pour le métier des filassiers de la ville de Rouen, 14 juillet 1390.

29 ADSM, AMR, XX3, 22e compte.

30 ORF t. VIII, p. 606-611, juillet 1403. Voir aussi les gardes du métier de faire tissus de fil et soie (ADSM, 1 B 21, fo 22 vo, 1408.

31 Sur les brodeurs, voir Charles de Beaurepaire, « La broderie rouennaise », dans Derniers mélanges historiques et archéologiques, Rouen, Gy, 1909, p. 243-267.

32 Daryl M. Hafter, « Stratégies pour un emploi : travail féminin et corporations à Rouen et à Lyon, 1650-1791 », Revue d’histoire moderne et contemporaine, 54-1, 2007, p. 98-115.

Table des illustrations

Titre Chartrier de la ville de Rouen, recueil des règlements et arrêts concernant la communauté des fabricants de draps d’or et de soie, avec miniature, XVIe siècle. 19 x 13,7 cm. ADSM, archives anciennes de la ville de Rouen, 3 E 1 ANC 297.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4042/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4042/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 268k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540