Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Introduction

Daryl M. Hafter

Texte intégral

  • 1 Traduit par Anna Bellavitis.

1Les recherches réalisées à l’occasion de l’exposition des Archives départementales de Seine-Maritime, Femmes au travail en Seine-Maritime, ont mis en lumière une documentation précieuse1. Les sources notariales, les archives judiciaires et des métiers nous montrent une fois de plus que, même pour la période médiévale, le travail féminin n’est pas, comme l’écrit Jean-Louis Roch, totalement « invisible ». Les documents sur la vie et le travail des femmes du passé n’attendent que leurs historiens et chercheurs. Le projet de ce livre et de cette exposition révèle, comme l’écrit Sylvain Skora, que « l’effacement » est « trompeur », alors que François Rivière arrive à la conclusion que la « faible présence » des femmes « dans la réglementation n’est toutefois qu’un indice, puisque les pratiques sont plus variées que les normes ». La rareté et le caractère lacunaire des documents obligent aussi l’historien à investiguer la technologie des métiers préindustriels et à identifier les sources manquantes. Évaluer les documents de cette façon offre de nouvelles pistes pour la recherche et permet de remettre en cause les modèles trop rigides, comme l’écrit Beatrice Zucca Micheletto à propos de l’apprentissage, en nous invitant à « mitiger, sinon à abandonner tout court, une notion trop technique et idéalisée d’apprentissage – celle décrite par les statuts des corporations – et à la remplacer par une notion plus fluide et dynamique de “formation” capable de prendre en compte et de valoriser la diversité des contextes et des facteurs en jeu ». Étudier l’histoire des femmes signifie repenser toute l’histoire de la société à partir de perspectives nouvelles.

2Ce résultat aurait été impossible sans la compétence et l’investissement des agents des Archives départementales de Seine-Maritime, qui ont sélectionné les documents à exposer et réalisé les panneaux explicatifs. Virginie Jourdain et ses collègues nous montrent combien de surprises nous attendent dans la vaste et précieuse documentation conservée aux Archives. Nous apprenons ainsi que les veuves étaient présentes dans toutes les corporations médiévales, même dans des domaines techniques et scientifiques comme la chirurgie. Sur la base de ses recherches dans les fonds des corporations, Christèle Potvin s’interroge ainsi sur les fonctions et les limites de l’apprentissage, sur les relations, dans un même métier, entre les gardes de sexe masculin et les gardes de sexe féminin et sur l’assistance réciproque entre mari et femme qui travaillaient ensemble.

  • 2 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Women, Work, and Family, New York-London, Meuthen, 1978.

3Grâce à ces investigations approfondies, il a été possible d’isoler les activités individuelles de femmes, en démontrant que leur travail n’était pas toujours lié à l’entreprise familiale et qu’il ne s’agissait pas toujours de travail « non spécialisé ». Le modèle de « l’économie familiale », de l’époque préindustrielle, proposé par Louise A. Tilly et Joan W. Scott a ainsi été questionné2. Dans sa première formulation, l’économie familiale était présentée comme un organisme dominé par le mari, et où les autres membres de la famille travaillaient sous sa direction. Par la suite, ce tableau a été modifié pour mettre en évidence des parcours indépendants à l’intérieur de la cellule familiale ; ainsi, comprendre la portée de la motivation individuelle devint une question importante.

Grand coutumier de Normandie, début du chapitre « De douaire », XVe siècle. 35 x 29 cm. ADSM, fonds privés, J 1117.

Grand coutumier de Normandie, début du chapitre « De douaire », XVe siècle. 35 x 29 cm. ADSM, fonds privés, J 1117.
  • 3 Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, Pennsylvania State Univers (...)

4Mon livre, Women at Work in Preindustrial France, ainsi que d’autres, ont essayé de répondre à cette question en montrant que les femmes pouvaient utiliser leurs compétences pour mener leurs affaires indépendamment de leurs maris, et elles ne s’en privaient pas3. Certaines corporations, comme celle des lingères en neuf de Rouen, arrivaient jusqu’à interdire explicitement aux maris de participer aux affaires de leurs épouses. Les couturières de Rouen étaient séparées des tailleurs, dont certains étaient leurs maris. La mesure légale de la « séparation des biens » et le statut de « marchande publique » permettaient aux femmes d’avoir des activités économiques indépendantes.

5Toutefois, une fois qu’on a établi que les femmes pouvaient être des travailleurs indépendants, on peut se demander si celles qui avaient une activité autonome travaillaient aussi en collaboration avec leurs familles. Gayle Brunelle, pour les familles de marchands, et Beatrice Zucca Micheletto, pour celles d’artisans, montrent à quel point ces familles fonctionnaient comme une équipe soudée. Les maris marchands choisissaient leurs épouses pour les représenter devant leurs créanciers et les maris artisans aidaient leurs épouses en achetant la laine brute à filer et tisser. Dans les familles d’artisans, les enfants, les épouses, les frères et sœurs et même les parents âgés entraient en jeu quand le maître était malade ou absent. Alors que les individus pouvaient pratiquer différents commerces et activités indépendamment du reste de la famille, il fallait sans doute aussi adopter certaines astuces pour aider les autres membres de la famille à mener à bien leur travail. Ainsi, l’interdiction faite aux cordonniers de décorer les chaussures avec des broderies, nous fait penser que les filles entraient dans la corporation des brodeurs pour compléter les produits fabriqués par leur famille. Aussi, il ne faut pas prendre au pied de la lettre les hostilités entre les corporations, dont nous parle Mélanie Bellenger-Jouanne. L’antagonisme exprimé dans les tribunaux par les corporations de femmes et les batailles juridiques pour conserver ou étendre un monopole technologique ou commercial n’empêchaient pas de continuer à collaborer avec les autres corporations, en sous-traitant certains procédés.

6Que dire de l’antagonisme entre hommes et femmes ? Il y avait bien sûr des métiers féminins et des métiers masculins. Les lingères en neuf et les lingères en vieux étaient des corporations exclusivement féminines. C’était une ancienne tradition à Rouen, alors qu’au Havre les hommes voulaient faire partie de la corporation en qualité de « lingers ». À la suite de quelques conflits, les hommes eurent la charge de superviser le travail des femmes. À des moments de crise économique, les compagnons imprimeurs protestent contre le droit des femmes à « prendre le travail aux hommes ». Les relations à l’intérieur du couple étaient plus difficiles à cerner. Le mariage était-il aussi patriarcal que la « coutume de Normandie » veut nous le faire croire ? Plusieurs exemples présentés dans le livre semblent contredire ce tableau. La permission explicitement donnée aux maris et femmes de travailler avec les mêmes outils, l’habilité dont les femmes font preuve quand il s’agit de remplacer le maître pour terminer une commande à temps ou pour faire fructifier le capital de la compagnie marchande font penser à un partage plus égalitaire des taches. Et que faire des situations dans lesquelles les épouses étaient des maîtresses dans une corporation et leurs maris des compagnons ? Est-ce que la présence d’épouses travaillant comme artisanes indépendantes dans un métier différent de celui du mari modifiait l’équilibre des pouvoirs à l’intérieur du couple ? Est-ce que les nombreux exemples de couturières célibataires plutôt nanties rehaussent le statut de la femme d’affaires normande ?

7À partir de ces nouvelles recherches, nous nous trouvons, une fois de plus, à faire les comptes avec une anomalie dérangeante : si la « coutume » était si restrictive avec les femmes, comment est-il possible qu’elles aient joué un rôle si actif dans l’économie prospère de la Normandie préindustrielle ? Après avoir réfléchi pendant plusieurs années à cette contradiction apparente, j’en arrive à une approche nouvelle : disons que la « coutume » exprimait un aspect extrême de la mentalité médiévale, à une époque où les guerriers mâles dominaient la société. L’affirmation des femmes dans l’artisanat fut aussi une évolution de l’époque médiévale, résultat d’une économie de plus en plus complexe. Le rôle des femmes dans les corporations féminines et mixtes, la figure juridique de la « marchande publique » et l’apparition de quelques femmes accréditées dans les corporations masculines apportèrent la flexibilité juridique et artisanale exigée par le commerce. Toutefois, il ne serait pas correct d’affirmer que les entreprises féminines ignoraient la coutume. Ce qui est en revanche vrai c’est qu’elles se sont développées parallèlement à la tradition, aussi médiévale que la coutume, du travail des femmes.

8De même que de nouvelles recherches sur la condition et les activités des femmes à l’époque médiévale ont élargi nos perspectives, il est utile de prolonger le récit jusqu’au XIXe et au XXe siècle. C’est seulement quand le passé et le futur sont reliés, que nous pouvons comprendre le flux de l’expérience humaine. Cette approche de longue durée nous permet de voir comment les normes du passé modèlent les comportements du présent, en proposant des exemples à suivre ou bien à fuir.

Écaillère du Havre, lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. 35,5 x 27,5 cm. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 431.

Écaillère du Havre, lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. 35,5 x 27,5 cm. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 431.

Marchande de poisson à Dieppe, lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. 38 x 28,5 cm. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 440.

Marchande de poisson à Dieppe, lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. 38 x 28,5 cm. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 440.

9Beaucoup de problèmes rencontrés sous l’Ancien Régime se retrouvent à l’époque contemporaine, de manière parfois plus intense. La même stigmatisation sociale s’abat sur les femmes « irrégulières », toujours suspectées d’êtres des prostituées, dont nous parle Lucie Guyard pour le XVIIIe siècle, et sur les filles-mères, dont nous parle Coline Bargier pour le XIXe. Une femme célibataire avec un enfant doit faire face, à toutes les époques, à l’ostracisme social et au risque de perdre son travail. Au XIXe siècle, comme à l’époque médiévale ou moderne, l’infanticide est un crime puni de la peine capitale. Ainsi, dans les derniers siècles de l’époque moderne, l’institutionnalisation de la formation de sages-femmes « vertueuses », avant d’être « expertes », décrite par Virginie Lemonnier-Lesage, a aussi pour but d’exercer un contrôle plus efficace sur la population et d’éviter les infanticides.

10Au XVIIIe siècle, le travail est une réponse à la misère et au désordre social. Marie Blaise-Groult le montre clairement : c’est à la suite des émotions populaires de 1768, qui voient aussi la participation des femmes, que des ateliers de filature destinées aux femmes pauvres sont créés. Au XIXe siècle, des établissements d’un type un peu différent sont créés, pour éduquer des jeunes rebelles et les transformer en ouvrières, en domestiques, et, dans un cas particulier, qui nous est présenté par Jean-Claude Vimont, en filles de ferme. Mais il y avait toujours le risque que les orphelinats et les couvents qui abritaient des filles plus âgées deviennent des usines ou des maisons de force.

11Le XIXe siècle voit une augmentation dramatique des naissances illégitimes et la tâche de protéger les filles-mères et de donner un toit aux enfants abandonnés devient de plus en plus lourde. L’Église continue de jouer un rôle très important, aux côtés des institutions laïques, promues par le gouvernement central. L’institution du « tour » permet aux mères de garder l’anonymat et plusieurs crèches, hospices et orphelinats sont institués au XIXe siècle par des mères-supérieures de couvents féminins ou par des laïques, plus dans un souci d’inculquer les principes de la religion chrétienne que d’impartir une éducation rigoureuse. Des initiatives de la reine Marie-Antoinette, à l’hospice de charité fondé par l’impératrice Eugénie, ces premiers refuges étaient conçus pour accueillir des femmes dans la misère avec leurs enfants, mais, malheureusement, leurs ressources limitées ne permirent pas de faire baisser le taux de mortalité infantile, toujours proche de 50 %. Les femmes interviennent dans cette évolution à plusieurs niveaux, non seulement en tant que destinataires des politiques d’assistance. Yannick Marec nous décrit le lent processus de professionnalisation du travail social, exercé par les femmes, celles de la bonne société, religieuses ou laïques, qui administrent ces institutions, et surtout celles qui y travaillent au quotidien. L’Église garda une forte influence sur l’éducation des jeunes filles, au XXe siècle, à Rouen. Quand une école municipale pour infirmières fut créée en 1900, après une longue bataille pour en faire une institution laïque, la plupart des inscrites furent des nonnes.

12Vers la fin du XIXe siècle, la politique de plus en plus interventionniste de l’État en matière de santé publique et d’éducation se traduit aussi dans l’institution de dépôts de lait et de cliniques pour la mère et l’enfant. Les communautés de plus de 500 habitants furent dotées d’école de grammaire pour filles, mais, comme dans les autres pays européens de la même époque, la politique d’assistance et d’éducation populaire visait surtout à pacifier la classe ouvrière et à former des mères dociles et reconnaissantes.

13Du Moyen Âge au XXe siècle, le mot clé de cette exposition et de ce livre est « travail ». À partir du précepte médiéval que tous doivent travailler, nous avons vu que l’âge de l’artisanat était rempli de femmes au travail. La variété des occupations caractérise la présence des femmes dans le monde du travail : de la petite artisane indépendante à la maîtresse de métier ayant une activité spécialisée et reconnue à l’égal de ses collègues de sexe masculin. Cette présence fut sans doute un préalable important à la révolution industrielle en France et une des raisons de l’installation particulièrement précoce en Normandie de procédures de mécanisation du travail, décrite par Virginie Jourdain dans son article. L’habitude de manipuler des outils et de se consacrer quotidiennement au travail artisanal, ainsi que l’insertion dans les circuits du marché, ouvrirent la voie à l’emploi des femmes dans l’économie moderne. Fileuses et tisserandes de coton dans des fermes à la campagne, ou maîtresses dans les corporations urbaines, les femmes participèrent aux évolutions du travail que le XIXe siècle apporta.

14Avec les nouvelles machines anglaises, la filature du lin et du coton à la main laissa progressivement la place à la roue mécanique qui, à terme, supplanta l’artisanat domestique. Dans les années 1850, beaucoup de phases du travail étaient encore accomplies dans les campagnes autour de la ville, mais, petit à petit, les femmes sont embauchées par les grandes usines à proximité du centre urbain, où la mécanisation, sur le modèle anglais, s’affirmait. De toute manière, la présence des femmes dans le secteur textile est une constante du Moyen Âge à l’époque contemporaine.

15Un autre élément de continuité est représenté par l’habitude de moins payer les femmes que les hommes. Une enquête de 1886 sur les salaires à Darnétal montre une moyenne journalière de 4 francs pour les hommes et 2,50 pour les femmes. Cet écart peut être documenté dans toutes les industries, même pour des femmes exerçant les fonctions de « contremaître ». On retrouve ici l’écho de rivalités anciennes entre compagnons et artisanes, surtout dans les périodes de crise. Au XIXe et au XXe siècles, les travailleurs craignaient d’être évincés par des ouvrières sous-payées, exactement comme à l’époque médiévale et moderne. Les hommes ont parfois réagi en incitant les femmes à s’engager dans les syndicats et à se battre pour un salaire égal, mais, plus souvent, la réponse des ouvriers s’est appuyée sur les idées des réformateurs sociaux affirmant que les femmes devaient s’occuper de leur famille et arrêter de travailler en dehors du foyer familial.

16Mais ce qui était nouveau c’était l’idéal social de la « femme au foyer », le « culte de la domesticité », selon une expression courante en Anglais. Alors que, à l’époque préindustrielle, le travail était une nécessité pour tous les membres de la société, le nouveau modèle, après la révolution industrielle, devint celui de la femme à la maison. Le travail productif des femmes, autrefois valorisé, devint alors une preuve de la négligence des femmes à l’égard de leur famille et de leur foyer. Les femmes avaient contribué à bâtir le succès industriel de la Normandie, mais désormais leur rôle était oublié et renié.

Notes

1 Traduit par Anna Bellavitis.

2 Louise A. Tilly et Joan W. Scott, Women, Work, and Family, New York-London, Meuthen, 1978.

3 Daryl M. Hafter, Women at Work in Preindustrial France, University Park, Pennsylvania State University Press, 2007. Pour d’autres interprétations, voir Julie Hardwick, Family Business: Litigation and the Political Economies of Daily Life in Early Modern France, Oxford-New York, Oxford University Press, 2009.

Table des illustrations

Titre Grand coutumier de Normandie, début du chapitre « De douaire », XVe siècle. 35 x 29 cm. ADSM, fonds privés, J 1117.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4039/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 776k
Titre Écaillère du Havre, lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. 35,5 x 27,5 cm. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 431.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4039/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Marchande de poisson à Dieppe, lithographie couleur par Gâtine, vers 1820. 38 x 28,5 cm. ADSM, fonds iconographiques, 1 Fi 440.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4039/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 327k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540