Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

« Tout ce qu'elle saura et pourra faire »

 | 
Beatrice Zucca Micheletto
, 
Virginie Lemmonier-Lesage
, 
Virginie Jourdain
, 
et al.

Avant-propos

Vincent Maroteaux

Texte intégral

1Publié à l’occasion d’une exposition présentée à Rouen au Pôle culturel Grammont, ce livre est le fruit d’une coopération entre la direction des Archives départementales et l’université de Rouen, et il a reçu le concours de plusieurs chercheurs extérieurs, américains ou français. Il faut se réjouir de cette collaboration. Comme le rappelle Mme Daryl M. Hafter, spécialiste du travail des femmes à l’époque préindustrielle et professeur émérite à l’Eastern Michigan University, qui a bien voulu rédiger l’introduction, les archives restent en effet pour les chercheurs un matériau indispensable pour éclairer l’histoire et, à l’inverse, le maintien d’une recherche active est une nécessité pour donner aux archives leur pleine épaisseur.

2La place des femmes dans le monde du travail et dans la société en général constitue une des préoccupations fortes de nos sociétés contemporaines. Cela donne tout son intérêt à cette mise en perspective, sur la base des recherches et explorations documentaires récentes.

3Sur la période retenue, qui s’étend de la fin du Moyen Âge à 1914, les femmes sont loin d’être absentes du monde du travail, bien au contraire. Si la coutume de Normandie est plus restrictive que d’autres à leur égard, les contributions ici publiées montrent qu’elles jouent à Rouen, dans beaucoup de professions, un rôle plus important que dans la plupart des villes, et il ne s’agit pas seulement de veuves qui, de façon habituelle, reprennent les affaires de leurs maris. Un accent particulier est mis à cet égard sur la place des femmes dans le cadre des corporations d’Ancien Régime, mais aussi dans le commerce, illustré notamment à travers l’exemple des familles espagnoles et portugaises très nombreuses au début du XVIIe siècle dans la capitale normande.

4La révolution industrielle et le développement du libéralisme entraînent l’essor de l’emploi salarié chez les femmes, mais, à une époque qui pose en modèle la situation de la femme au foyer, cet emploi apparaît de plus en plus dévalorisé. Sous-qualifiées et sous-payées, soumises à des conditions de travail très rudes, les femmes n’attirent que tardivement l’attention des pouvoirs publics, puisqu’il faut attendre la loi du 19 mai 1874 et surtout celle du 2 novembre 1892 pour les voir réglementer. Plus que jamais leur situation apparaît alors fragile, dans une société qui n’admet de leur part aucun écart, ainsi que nous le rappellent les textes rassemblés dans la troisième partie.

  • 1 D’une guerre à l’autre, dont le catalogue a été coédité en 2014 avec les éditions Point de vues.

5Le champ étant très vaste, la première guerre mondiale a été choisie pour terme de la publication. Celle-ci marque en effet, à bien des égards, une rupture. Les femmes se trouvent massivement mobilisées pour suppléer l’absence des hommes, alors qu’ils sont pour leur grande majorité sous les drapeaux, une dimension qu’a illustrée une récente exposition des Archives de Seine-Maritime1. Elles vont pouvoir dès lors, progressivement, investir de nouveaux champs et conquérir de nouveaux droits, à commencer par le droit de vote qui, en 1914, ne leur était encore reconnu à peu près nulle part, en dehors de quelques pays scandinaves ou de l’Australie.

Notes

1 D’une guerre à l’autre, dont le catalogue a été coédité en 2014 avec les éditions Point de vues.

Auteur

Conservateur général du Patrimoine, Directeur des Archives départementales de Seine-Maritime.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540