Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Ivry-la-Bataille (Eure), la grotte du Sabotier, résultats d’une fouille programmée

Ivry-la-Bataille (Eure), the clog-maker’s grotto, results of an excavation programme

Jean-Louis Camuset

Résumé

La grotte du Sabotier à Ivry-la-Bataille a fait l’objet de 2010 à 2012 d’une fouille programmée visant à préciser ses fonctions et occupations. Ces trois campagnes ont révélé un intéressant ensemble de graffiti (croix et dates gravées), les restes d’un petit atelier de transformation du cuir, des trous de poteau correspondant à des structures pour l’hébergement d’animaux et des fosses en forme de tau, vestiges d’un atelier artisanal de pelletier. Ces éléments permettent d’esquisser l’évolution structurelle et historique du site.

The clog-maker’s grotto in Ivry-la-Bataille was the focus of an excavation programme from 2010 to 2012 aimed at determining its functions and types of occupation. The three campaigns revealed an interesting set of graffiti (engraved crosses and dates), the remains of a small leather processing workshop, postholes corresponding to structures used for keeping animals and tau-shaped pits, which were the remains of a skinnery. These elements make it possible to trace the site’s structural and historical evolution.

Texte intégral

1En l’extrémité orientale de la Normandie, implantée sur la rive gauche de l’Eure, Ivry-la-Bataille (fig. 1) garde des traces d’un passé historique tourmenté. La ville est bâtie au pied d’un coteau calcaire dominé par les restes d’un château médiéval (Xe-XVe siècles). Dans la garenne entourant celui-ci se trouve un abri sous roche dit grotte du Sabotier (fig. 2).

Fig. 1. Plan de situation d’Ivry-la-Bataille, Eure (d’après V. Dartois).

2Cette grotte ne figure sur aucun plan, qu’il s’agisse du cadastre actuel comme du cadastre napoléonien de 1828, et n’est nullement mentionnée dans les écrits des historiens locaux ou régionaux. Seuls les anciens Ivryens la connaissent ainsi nommée, sans pouvoir préciser ni l’origine, ni la nature ou la chronologie de ses différentes occupations.

Description du site avant la fouille archéologique

3La grotte du Sabotier est creusée à flanc de coteau dans un massif calcaire du Crétacé supérieur (le Campanien) dit « craie à silex ». La cavité se répartit à peu près également de part et d’autre de son entrée. Elle présente un développement, orienté sud-nord, de 13,20 m et une profondeur moyenne de 3,50 m. Son ciel relativement plat est constellé de silex acérés. La grotte se trouve en partie comblée par des écoulements de terre et feuillages provenant du coteau.

4Face à son ouverture, une saillie importante, sorte de demi-pilier, matérialise la limite entre les zones sud et nord. La zone méridionale, aux parois dressées grossièrement (fig. 3), possède des aménagements de type troglodytique, une niche parallélépipédique et deux autres piriformes. La partie septentrionale (fig. 4) présente une paroi ouest relativement bien dressée. Un bandeau de 1,20 m de haut, entre deux bancs de silex, recèle des graffiti. À chaque extrémité de cette paroi sont creusés d’autres trous disposés en binôme et décalés l’un de l’autre verticalement comme horizontalement. Une banquette affleure tout le long de cette dernière.

5Plusieurs traces de creusement sont encore visibles : une ligne horizontale de démarcation d’un banc d’extraction sur les parois de la zone sud et des fonds de saignées d’abattage sur la paroi nord. Celles-ci correspondent à un système classique d’abattage en carrière.

Fig. 2. Ivry-la-Bataille (Eure) : positionnement de la grotte du Sabotier et des éléments environnants (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

Fig. 3. Grotte du Sabotier, vue de la zone méridionale dans son état initial (cliché : J.-L. Camuset).

Fig. 4. Grotte du Sabotier, vue de la partie septentrionale dans son état initial (cliché : J.-L. Camuset).

Un ensemble de deux caves (fig. 5)

6Durant la campagne de fouille de 2011, un bloc rocheux a été mis au jour au centre de la cavité, face au pilier de la paroi occidentale (Camuset, 2012b, fig. 2). Il s’agit de la base d’une paroi de séparation laissant apparaître deux entrées respectives de 2 m de large. Elles desservent deux caves qui, réunies, constituent la grotte du Sabotier.

7La topographie montre que la cave nord est la première creusée. L’élément déterminant est la forme concave de la face méridionale du bloc rocheux. L’entrée de la cave sud étant trop proche de la précédente, il a fallu incliner au midi l’axe de la galerie pour ne pas crever la paroi séparatrice. À cette nouvelle cave est adjointe une extension, comme le montre la partie de sol surélevée (niveau 112). Aucun élément ne permet d’évaluer la période de creusement du site.

Fig. 5. Grotte du Sabotier, plan d’ensemble (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

Une occupation avérée à la fin du Moyen Âge

8Dans la cave sud, des aménagements témoignent de l’occupation du lieu. Des niches, par exemple, sont creusées à 1,20 m du sol ; l’une, piriforme, peut contenir un système de chauffage ou d’éclairage ; l’autre, parallélépipédique, est à usage de placard.

9Une saignée horizontale creusée sous cette dernière, dans l’angle du pilier central, permet l’encastrement d’une tablette (fig. 6-7). L’entrée est barrée d’une maçonnerie comportant une baie et d’un accès piéton matérialisé par une surélévation rocheuse qui fait office de pas de porte. Dans l’angle sud-est de la cave, une ouverture présente des trous au niveau du plafond, dont un en virgule. Ils permettaient d’emboiter une perche supportant une toile pour la calfeutrer la nuit. La zone haute du sol (niveau 112) pouvait faire office d’alcôve de couchage. De tels aménagements de grotte ne sont pas rares, comme en témoigne la crypte-ermitage de Château-Gaillard aux Andelys (Eure).

Fig. 6. Grotte du Sabotier, plan des aménagements de la cave sud (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

Fig. 7. Grotte du Sabotier : vue des aménagements de la cave sud (cliché : J.-L. Camuset).

Fig. 8. Grotte du Sabotier, positionnement d’un atelier de pelletier (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

  • 1 Verrières méridionales, baie 18, histoire de saint Thomas Becket (1215-1225).

10Quelques temps après, la cave sud a subi de nouvelles modifications liées à une activité de pelletier (fig. 8). Deux fosses creusées en forme de tau ont été dégagées. Elles sont destinées à recevoir chacune un chevalet employé pour les opérations de pelanage et d’écharnage des peaux. Ces chevalets sont constitués d’un demi-tronc renversé, maintenu en oblique par des pieds comme le figure un des vitraux de la cathédrale de Chartres1. Les strates de comblement de ces fosses contiennent quelques tessons de céramique de la fin du Moyen Âge. À chaque fosse sont associés deux trous pour la fixation d’une rampe de dépôt de peau. La fosse 2 et les deux trous avoisinants caractérisent un emplacement de travail à la lumière du jour. Il y a donc eu nécessité de condamner l’entrée sud, d’élargir l’hypothétique fenêtre dans le muret et de créer un accès via la cave nord en perforant la paroi séparative (fig. 9). Un autre poste de travail est implanté en fond de cave. Une niche piriforme a été creusée sur le pilier central pour disposer d’un système d’éclairage complémentaire.

11La fosse 14, découverte en 2011, obstrue en partie l’entrée de la cave nord. Elle devait servir soit au dépeçage des animaux, soit au rinçage des peaux. Le témoignage d’un vieil habitant d’Ivry-la-Bataille nous apprend que la galerie située en contrebas de la grotte rejoignait une nappe aquifère.

12Une occupation du coteau est mentionnée dans un compte de la baronnie d’Ivry en 1477-1478 (Mauduit, 1899, p. 537). Il y est fait état « d’une maison assise sur les pendants de la motte du château au dessus des maisons de la ville ».

Fig. 9. Grotte du sabotier, vue des fosses en tau (cliché : J.-L. Camuset).

13Par ailleurs, un aveu de la baronnie d’Ivry (Mauduit, 1889, p. 490) du 25 juin 1456, fait mention de la destruction du château : « avoitchastel qui par occasion de la guerre a été abattu et demoly et mis a totale destruction, au quel lieu avait donjon, basse court, tours, portes, fossez closture de muraille. Au pié du queel ; châtel a ville qui partiellement soulait estre close de murailles et fossez, la quelle muraille est pour le présent démolie et abatue, ainsi que le dit chastel a esté par l’occasion de la guerre. »

14Cette source écrite, qui ne mentionne pas la cavité, pourrait témoigner de l’absence de toute trace d’occupation dans la garenne entourant le château en 1456. Il est donc possible que le compte de 1477-1478 fasse référence à la grotte du Sabotier. Une occupation, comme habitation ou atelier, était très risquée avant l’an 1429, année de destruction du château.

Un lieu de prière et de recueillement à la fin du XVIIe siècle

15La paroi occidentale de la cave nord présente un bandeau de graffiti comprenant des initiales, des dates (1719, 1749, 1782) et des croix (fig. 10). Cette frise est rehaussée d’une ligne de clous de conjuration. Elle surmonte des logettes et des cupules. Au regard des travaux menés par Christian Montenat (Montenat et Guiho-Montenat, 2003), l’analyse de ces graffiti en termes de positionnement, distribution, forme, taille, et éléments environnants (clous et logettes) permet d’établir qu’il s’agit d’un lieu dédié à la pratique d’un culte votif funéraire dont l’élément le plus probant est une croix coiffée. Les croix perlées, creusées en face de l’entrée de la cave nord, sont datables de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. Une date, 1749, est associée à l’une des croix perlées. Le sol a été recouvert d’une couche damée (fig. 10) venant s’adosser au niveau de sol surélevé (niveau 112) et la fosse 14, située devant l’entrée de la cave, a été comblée (fig. 11). Les croix sur socle sont plus tardives, du courant du XVIIIe au début du XIXe siècle. Elles sont gravées en partie basse du bandeau, presque au fond de la cave. À côté de l’une d’elles est inscrite la date de 1782. Une réduction de l’entrée de la cave a été réalisée, faisant office de diaphragme pour focaliser la lumière du jour sur celles-ci. Le sol a été recouvert d’une nouvelle couche damée (C 8/12, fig. 11) permettant aux dévots de s’agenouiller en s’accoudant sur la banquette.

Fig. 10. Grotte du Sabotier, frise de la paroi occidentale de la cave nord (DAO : N. Bolo d’après relevé de S. Labrazi et J.-L. Camuset).

Fig. 11. Grotte du Sabotier, positionnement des graffitis (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

16Dans la cave sud, des croix sur socle ont été observées de chaque côté de l’ouverture. Elles attestent une occupation du XVIIIe siècle. L’une d’elles est bordée de cinq séries de neuf traits (fig. 12). Les quatre croix aux traits verticaux peuvent correspondre à des neuvaines de prières qui se seraient pratiquées entre l’Ascension et la Pentecôte lors de la période révolutionnaire, notamment entre 1790 et 1795, temps durant lequel les manifestations de tout culte religieux étaient interdites. La cinquième série, aux griffures horizontales, a pu être réalisée soit par une autre personne, soit plus tardivement à la fin des troubles. Sous ces croix, des rainures latérales servaient à l’encastrement d’une planche formant assise, permettant ainsi de lire un livre à la lumière du jour (fig. 13). Les croix et les rainures bordant l’ouverture sud-est de la cave sud constituent un autre endroit de prière et de recueillement.

Fig. 12. Grotte du Sabotier, vue de la croix bordée de cinq séries de neufs traits chacune (DAO : N. Bolo d’après relevé de P. de Simon et O. Palvadeau).

Fig. 13. Grotte du Sabotier, reconstitution d’un lieu de lecture à la lumière du jour (cliché : J.-L. Camuset).

Un lieu encore fréquenté à la fin du XIXe siècle

17Deux trous carrés le long de la banquette révèlent la présence de poteaux. Ils servaient à soutenir l’extrémité d’un râtelier (fig. 14) ; l’autre extrémité était maintenue par des traverses enfoncées dans des trous décalés, creusés dans la paroi nord et sur le pilier central. Sous chaque râtelier se trouvait une auge, comme l’attestent les arrachements pratiqués sur la partie supérieure de la banquette. Celle de l’angle nord-ouest était installée sur pieds avec jambages près du pilier central, l’autre était suspendue entre ce dernier et le poteau carré fiché en Tr 01 (fig. 15). Une saignée (Tr 06) servait d’assise à un muret de séparation, probablement entre un grand animal, une mule, au vu des fers retrouvés, et de plus petits, peut-être des moutons. Les autres trous étaient destinés à maintenir des bat-flancs de parcage.

18Un trou d’emboîtement d’une pièce de bois détruit partiellement le cartouche encadrant la date 1782 (fig. 16). Cela induit que les structures destinées à héberger des animaux sont postérieures aux graffiti. Une reconstitution de ces aménagements a été présentée lors des dernières journées nationales du patrimoine.

19Une inscription [M LAFOSSE] est gravée au-dessus de l’ouverture, à l’extérieur de la grotte. La position élevée du graffito indique qu’il a été réalisé une fois que la cavité a été comblée. Il pourrait s’agir du patronyme d’un utilisateur d’une de ces caves. Plusieurs recherches ont été menées dans ce sens, sans résultat probant.

20Un effondrement de la façade rocheuse à l’entrée de la grotte s’est probablement produit au niveau de la porte sud. Cet amas, la couche 7, a été raclé de façon à former une pente. Un empilage de moellons calcaires permet de contenir l’écoulement au niveau de la porte nord. L’espace ainsi aménagé favorise l’implantation d’une petite activité de savetier à la lumière du jour (fig. 17).

21Plusieurs pièces de cuir et des fragments de pierres à affûter ont été retrouvés sur place. Parmi celles-ci, seuls deux morceaux d’une semelle cloutée de brodequin peuvent servir de jalon chronologique. En effet, le brodequin militaire français reçoit à partir de 1917 une semelle caoutchouc en remplacement des clous. Deux autres pièces de cuir sont des coiffes de sabot. Quelques sabots ont pu être fabriqués ou réparés en ce lieu, étant ainsi à l’origine du surnom de cette grotte.

22Une grande cruche en grès du Beauvaisis a été retrouvée quasi complète devant l’ouverture de la cave sud. Cela renforce l’hypothèse d’une occupation du site.

Fig. 14. Grotte du Sabotier, reconstitution des aménagements dans la cave nord (cliché : J.-L. Camuset).

Fig. 15. Grotte du Sabotier, positionnement des trous de poteaux dans la cave nord (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

Fig. 16. Grotte du Sabotier, vue du trou d’emboîtement d’une pièce de bois ayant détruit un cartouche avec date (cliché : J.-L. Camuset).

Fig. 17. Grotte du Sabotier, plan de situation d’une petite activité de savetier (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

Des occupations marginales, au XXe siècle

23Dans la couche 15 (fig. 18, secteur cerclé de la cave sud), des munitions d’origines allemande, française et américaine ont été découvertes. Certaines proviennent du conflit franco-prussien de 1870 et d’autres des deux guerres mondiales. Le fait de les avoir retrouvées toutes groupées dans la même couche montre qu’il s’agit d’un dépôt issu d’un ramassage. Deux squelettes complets de chiens avec des restes de peaux y ont également été identifiés. Ils proviendraient de combats de chiens organisés vers 1995. La cave nord est occupée dans les années 1980 par deux personnes, l’une dite « Jacquot » et l’autre « l’Allemand ». La paroi nord-est s’en trouve criblée de clous modernes et de quelques graffiti contemporains. Deux logettes sont creusées pour y suspendre un système d’éclairage, comme en témoignent les traces de fumée les surplombant. Le fond de la cave sud a servi de dépotoir, vu les nombreux déchets retrouvés dans la strate supérieure du comblement. Plusieurs graffiti, visibles sur le plafond au niveau de l’entrée actuelle, sont l’œuvre d’adolescents qui ont fréquenté le club local de judo d’Ivry-la-Bataille dans les années 1980. La grotte, tout comme le château, leur ont servi de terrain de jeu.

Fig. 18. Grotte du Sabotier, plan de situation des occupations marginales (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).

Conclusion

24L’étude menée durant ces trois dernières années a permis de déterminer les principales fonctions et occupations de ce site.

25Elle s’inscrit dans le cadre de recherches menées sur l’histoire et le patrimoine d’Ivry-la-Bataille. La grotte du Sabotier n’est pas un élément isolé (fig. 2). Plusieurs caves écroulées sont encore visibles entre celle-ci et l’église Saint-Martin d’Ivry. Une galerie, aujourd’hui obstruée, se situe un peu en dessous de la grotte du Sabotier, sur l’ancien chemin menant au château. Plus au nord, une autre cave, dite grotte du Renard, a fait l’objet d’un sondage archéologique en 1988 qui a révélé quelques tessons de poterie médiévale. Un cellier, aujourd’hui obstrué, a été découvert dans la basse-cour du château (Baudet, 2010, p. 24). Les habitations situées le long des rues qui longent le pied du coteau possèdent des caves dont les dimensions varient entre 26 et 32 m de profondeur.

26Ce travail contribue à une meilleure connaissance du patrimoine de la moyenne vallée de l’Eure, zone géographique peu étudiée à ce jour, notamment en ce qui concerne les tanneries, moulins et vignes.

Bibliographie

Sources

Ivry-la-Bataille, Archives municipales.

Évreux, Archives départementales de l’Eure, séries G, 2F, 5M, 7M, 8M.

Rouen, Archives du service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Bibliographie

Baudet R. (2010) – Le club archéologique d’Ivry-la-Bataille, à la découverte du château : de 1968 à 2010. Ville d’Ivry-la-Bataille (Eure).

Camuset J.-L. (2010) – La grotte du Sabotier, Ivry-la-Bataille (Eure). Document final de synthèse, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute Normandie.
— (2011 a) – Les graffitis de la « Grotte du sabotier » à Ivry-la-Bataille (Eure). Bulletin du centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, 15.
— (2011 b) – La grotte du Sabotier, Ivry-la-Bataille (Eure). Document final de synthèse, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.
— (2011 c) – Ivry-la-Bataille (Eure), la « grotte du sabotier », premiers résultats d’une fouille programmée. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011, Rouen, PURH, p. 269-276.
— (2012 a) – La grotte du Sabotier, Ivry-la-Bataille (Eure). Rapport d’étude, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute Normandie.
— (2012 b) – Ivry-la-Bataille (Eure), la Grotte du sabotier, résultats de la campagne de fouilles 2011. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11-13 mai 2012, Rouen, PURH, p. 219-222.

Mauduit F.-J. (1899) – Histoire d’Ivry-la-Bataille. Évreux, Hérissey [rééd. : Paris, Bastion, Paris, 1988].

Montenat C. et Guiho-Montenat M.-L. (2003) – Prières des murs, graffitis anciens des XVIIe-XVIIIe siècles, aux murs des églises de Picardie, Normandie et Île-de-France. Beauvais, GEMOB.

Notes

1 Verrières méridionales, baie 18, histoire de saint Thomas Becket (1215-1225).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan de situation d’Ivry-la-Bataille, Eure (d’après V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 160k
Légende Fig. 2. Ivry-la-Bataille (Eure) : positionnement de la grotte du Sabotier et des éléments environnants (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 400k
Légende Fig. 3. Grotte du Sabotier, vue de la zone méridionale dans son état initial (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 4. Grotte du Sabotier, vue de la partie septentrionale dans son état initial (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 5. Grotte du Sabotier, plan d’ensemble (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6. Grotte du Sabotier, plan des aménagements de la cave sud (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 7. Grotte du Sabotier : vue des aménagements de la cave sud (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 8. Grotte du Sabotier, positionnement d’un atelier de pelletier (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Grotte du sabotier, vue des fosses en tau (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 10. Grotte du Sabotier, frise de la paroi occidentale de la cave nord (DAO : N. Bolo d’après relevé de S. Labrazi et J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 11. Grotte du Sabotier, positionnement des graffitis (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 12. Grotte du Sabotier, vue de la croix bordée de cinq séries de neufs traits chacune (DAO : N. Bolo d’après relevé de P. de Simon et O. Palvadeau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 13. Grotte du Sabotier, reconstitution d’un lieu de lecture à la lumière du jour (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 14. Grotte du Sabotier, reconstitution des aménagements dans la cave nord (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 15. Grotte du Sabotier, positionnement des trous de poteaux dans la cave nord (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 16. Grotte du Sabotier, vue du trou d’emboîtement d’une pièce de bois ayant détruit un cartouche avec date (cliché : J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 17. Grotte du Sabotier, plan de situation d’une petite activité de savetier (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 18. Grotte du Sabotier, plan de situation des occupations marginales (DAO : N. Bolo d’après J.-L. Camuset).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/4000/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 107k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540