Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Essai d’interprétation des moulins à eau de Villequier (Seine-Maritime)

An interpretation of the watermills in Villequier (Seine-Maritime)

Patrick Sorel

Résumé

Les moulins à eau de Villequier sont peu connus. Ils recevaient l’eau des ruisseaux, qui faisait tourner leurs roues à augets. Leur origine semble être médiévale, mais les vestiges du moulin de Caumont peuvent être attribués au XVIIIe siècle. Depuis 1990, l’étude des documents d’archives, le travail mené sur le terrain et les relevés d’architecture ont démontré l’intérêt de découvrir et faire connaître ce patrimoine molinologique car les moulins de Villequier sont exceptionnels.

Villequier’s watermills are not very well known. The used to receive water from the streams, which made their bucket wheels turn. They seem to be of medieval origin, but the remains of the Caumont mill could be linked to the 18th Century. They are exceptional.

Texte intégral

1Depuis 1990 environ, nous avons mené quelques recherches sur les moulins à eau de Villequier en collaboration avec Bruno Penna et Alain Joubert. L’ancien moulin de Caumont de Bébec avait en particulier retenu notre attention. Le Parc naturel régional de Brotonne avait envisagé de faire une restauration de cet élément exceptionnel du patrimoine molinologique de la Seine-Maritime. Malheureusement, ce projet, quoique mené avec l’accord du propriétaire des lieux, n’avait pas abouti. Des étais avaient été posés pour éviter l’effondrement du moulin. Des relevés de l’estrade des meules et des engrenages avaient été réalisés. Nous avons récemment mis à jour notre documentation en complétant les observations et les relevés par quelques archives retrouvées sur les trois anciens moulins à eau de Villequier.

Le moulin de Caumont, du fief de Caumont à Bébec, sur la fontaine de Bébec

Archives

  • 1 Archives départementales de Seine-Maritime (AD76), 2E 1/213, fol. 413 vo.
  • 2 Busquet de Caumont, 2013, p. 283 ; AD76, II B 151, p. 91.

2Les documents d’archives nous renseignent sur le statut, les propriétaires, les occupants, les bâtiments et la production du moulin. Le 31 mars 1489, « Jehan de Caumont, escuier demeurant en la paroisse de Norville, filz de Jehan Jaudin, escuier Sr de Caumont [...] » possède les fiefs de Caumont et de Bébec dont les moulins ne sont pas mentionnés1. Ils sont en revanche cités en 1712, lorsque Asselin, seigneur de Villequier, fait ériger son fief en baronnie : « Plus est encore relevant de ma seigneurie de Villequier-La-Guerche un fief appelé le fief de Caumont, auquel fief il y a domaine fieffé et non fieffé, dont le chefmois est assis en la paroisse de Bébec, et a ledit seigneur dudict fief droit de moulin à vent et à eau et autres droitures à telle portion de fief2 [...] »

  • 3 Busquet de Caumont, 1961, p. 78-80 ; Bibliothèque municipale (BM) de Rouen, mm 5425.

3Le 31 décembre 1744, un inventaire est réalisé pour faire le partage entre les héritiers lors de la succession d’Isambart-Nicolas Busquet de Caumont à Bébec. Il y est fait état des deux moulins de Caumont (à vent et à eau) « [...] situés sur la paroisse de Bébec, non inclus ci-dessus, de 400 livres, et évalués au denier 15 : 6 000 livres3 [...] »

  • 4 AD76, II B 412, no 20.

4En 1757, la carte de Cassini ou de l’Académie figure à Bébec un étang-réservoir avec un moulin à eau et, au pied du château de Caumont, un moulin à vent. Le 12 décembre 1763, les moulins sont de nouveau cités : « Plus est encore relevant de ma seigneurie de Villequier-La-Guerche, un fief appellé le fief de Caumont, possédé par M. Busquet conseiller au parlement [de Normandie], auquel fief il y a domaine fieffé et non fieffé, dont le chef mois est assis en la parroisse de Bebec. Et a le seigneur dudit fief droit de moulin à vent et a eau4 [...] »

  • 5 AD76, C 2455.

5Le 26 décembre 1776, ils apparaissent dans les impositions des tailles de Bébec, où François Delamare, meunier, tient les moulins à vent et à eau de Monsieur de Caumont « [...] Taille 12 livres. Capitation 13 livres 12 sols5 ».

  • 6 AD76, C 569, no 15.

6En 1781, seul le moulin à vent, tenu par François Delamare pour une valeur locative de 160 livres, est présent dans le registre d’imposition des vingtièmes de Bébec6.

  • 7 AD76, 2 E 10/137.

7Le 17 frimaire an VIII (8 décembre 1799), un partage est fait suite au décès d’Isambart-Nicolas Busquet, à Norville, le 16 messidor an V (4 juillet 1797). L’un des lots décrit dans l’article 8 concerne les moulins de Caumont, « [...] consistant en un moulin à eau et en un moulin à vent, masure, maison, grange, écurie, vacherie, terre labourable et lisière de bois taillis, le tout contenant 10 acres 6 perches, tenus par Guillaume Formentin7 [...] » à Bébec. Ce lot est attribué au fils aîné, Charles Busquet de Caumont.

  • 8 AD76, 6 M 1320.
  • 9 AD76, 3 P 2/5250, p. 74, 259, 271, 273, 275 et 325.
  • 10 AD76, 3 P 2/5249; plan 3 P 3/312 de 1817.
  • 11 AD76, 3 P 2/5248; plan 3 P 3/3536 B1 de 1817.

8On retrouve ces deux moulins dans un texte du 2 mai 1809 : « dans la commune de Bébec est situé un moulin à eau à roue perpendiculaire produisant 700 kg de farine par jour, avec des meules de Rouen. Le moulin à vent, dans la commune de Villequier, produit 600 kg de farine par jour, avec des meules de Rouen. Ces moulins produisent de la mouture à la grosse, passant une seule fois entre les meules8. » Le moulin à eau (section C, parcelle 172) appartient de 1817 à 1825 à Paul Busquet de Caumont, demeurant à Paris9. En 1820, d’après le cadastre de Bébec, section unique, il possède des biens au lieudit « Le Quesnay » consistant en un moulin (à eau ; parcelle 172), une maison (parcelle 171), un bâtiment (parcelle 176), un verger (parcelle 173), un fossé (bétoire ; parcelle 174), un jardin (parcelle 175), une mare (parcelle 166), des bois (parcelles 167 et 170), un étang (parcelle 168), un réservoir d’eau (parcelle 169) et la fontaine de Bébec (alimentant le ruisseau et le moulin à eau ; parcelle 14310). D’après le cadastre de Villequier, section B dite du Bas, il est également propriétaire au lieu-dit « Le château de Caumont », d’un moulin à vent (parcelle 10), à proximité de son château (parcelle 3511). À partir de 1823, les sources proviennent d’un seul cadastre, car la commune de Bébec fusionne avec celle de Villequier.

  • 12 AD76, 3 P 2/5252, case 100.
  • 13 AD76, 6 M 1100.

9De 1825 à 1868, le moulin à eau appartient à Georges-Jacques-Michel Lasnon, à Bébec12. Le 18 novembre 1852, sa valeur locative est de 160 F et sa patente de 5 F. Il écrase par an 36 500 kg de blé provenant du département, produisant 27 375 kg de farine et 9 125 kg de son. Les produits ont une valeur à l’unité de 0,23 (blé), 0,30 (farine) et 0,10 F (son). Il fait travailler un ouvrier avec un salaire journalier d’un franc13.

  • 14 AD76, 3 P 2/5253, case 94.
  • 15 AD76, 3 P 2/5250, p. 74, 259, 271, 273, 275 et 325; 3 P 2/5252, case 100; 3 P 2/5253, case 94.

10Le moulin à eau passe ensuite successivement dans les biens d’Albert Busquet de Caumont, de 1868 à 1882, et d’Aimé-Joseph-Raoul Naguet de Saint-Vulfran, résidant à Villequier, de 1882 à 191114. Le moulin à eau, qui possède alors une seule ouverture imposable, est déclaré en ruines en 1916. Le moulin à vent (section B, parcelle 10) est quant à lui démoli en 183215.

  • 16 AD76, 6 M 112, p. 28.
  • 17 AD76, 2 MI 1063, p. 14.
  • 18 AD76, 6 M 222, p. 12.
  • 19 AD76, 6 M 275, p. 14.
  • 20 AD76, 6 M 341, p. 15.
  • 21 AD76, 2 MI 1232, p. 16.

11Les occupants ou locataires du moulin de Caumont sont cités dans les enquêtes de population de Villequier, au hameau du Quesnay. Ainsi, en 1851, apparaissent Georges Lasnon, meunier et propriétaire, 58 ans, Joséphine Colombel, sa femme, boulangère, 44 ans, Louise, sa fille, 11 ans, Éléonore Cahagne, domestique, 16 ans, Auguste Lesueur, boulanger, 38 ans et Marie Dégenétais, veuve Lasnon, sa mère, 79 ans16 ; en 1861 sont nommés Georges Lasnon, chef et boulanger, 68 ans, Joséphine Colombel, sa femme, boulangère, 55 ans et Louise, sa fille, 22 ans17 ; en 1866, Aldéric Cahagne, boulanger, 22 ans, Louise Lasnon, sa femme, 27 ans, Julienne, sa fille, 2 ans, Aldéric, son fils, 1 an, Pierre Roussel, domestique, 23 ans et Joséphine Colombel, veuve Lasnon, rentière, 60 ans18 ; en 1876, Aldéric-Isidore Cahagne, boulanger, 32 ans, Louise-Augustine Lasnon, sa femme, 36 ans, ses filles Marie-Louise, 13 ans, et Juliette-Céline, 9 ans, ses fils Aldéric-Jules, 11 ans et Alphonse-Louis, 10 ans, et Rosalie-Joséphine Colombel, veuve Lasnon, sa mère, 70 ans19 ; en 1886, Isidore Danger, chef et meunier, 72 ans, Victorine, sa fille, 38 ans et Gabrielle Danger, sa petite fille, 7 ans20 ; enfin, en 1891, Isidore Danger, meunier, 76 ans21.

Fig. 1. Relevé sommaire du plan du Moulin de Caumont à Bébec (DAO : N. Bolo d’après P. Sorel, 2013).

Alimentation en eau du moulin

  • 22 Je remercie Mme Blandine Achard de La Vente qui nous a permis de visiter l’ancien moulin à eau de V (...)

12Le site est resté assez bien conservé dans un cadre rural isolé22. Le moulin est alimenté par un ruisseau intermittent qui provient de la fontaine de Bébec, située à proximité de l’ancienne église. Un petit vallon encaissé draine les eaux de ruissellement d’un large plateau par un réseau complexe de fossés. Les trois réservoirs étagés se remplissaient successivement en période pluvieuse. Les deux grands réservoirs, occupant tout le fond du vallon, étaient isolés par une haute digue de terre. Ils ont été transformés en un grand réservoir à orage par la communauté de communes de Caux-Vallée de Seine. Par contre, le dernier petit réservoir, situé directement en amont du moulin, est resté isolé par une digue qui l’entoure complètement. Actuellement, toute l’eau coule dans un bras de décharge qui longe le chemin et la route, évitant les trois réservoirs, et se perd dans une bétoire. Aucune trace de vanne ancienne n’est visible à l’entrée et à la sortie des anciens réservoirs. Ce type de moulin fonctionnait par éclusées. Il semble bien correspondre au nom donné à certains moulins qualifiés par dérision de « Écoute s’il pleut » ou « Écoute pluie » car ils étaient souvent à sec et proches d’un moulin à vent, qui pouvait prendre le relais.

13Le dernier réservoir aval devait être équipé d’une vanne motrice pour faire travailler le moulin, qui était alimenté par une goulotte de pierre et de bois posée sur des chevalets pour amener l’eau sur le dessus de la roue à augets. Sur un côté, une vanne de décharge devait permettre de vider ce même réservoir en cas de débordement d’eau ou de nécessité de travaux.

Le moulin

14En 1987, ce moulin avait figuré dans une exposition faite à Bourneville par le Parc régional de Brotonne. Une plaquette réalisée à cette occasion en montrait des photos et des relevés. À cette époque, un hangar couvert en ardoises était situé contre l’auvent de la roue hydraulique du moulin. Il n’en reste aujourd’hui aucune trace sauf les plots de maçonnerie qui supportaient les poteaux de la charpente (Joubert, 1987, fig. 116). En juillet 1995, les vestiges de cet ancien moulin ont été étayés pour éviter une ruine totale, avec l’appui technique de M. Caron de l’Association régionale des amis des moulins de Haute-Normandie. Bruno Penna a réalisé la même année un ensemble de relevés architecturaux sur l’estrade des meules et sur le grand rouet dans le cadre d’un chantier de jeunes initié par l’association des Baronnies de Jumièges et Duclair. Nous avons effectué en avril 2013 un relevé schématique du plan du moulin permettant quelques interprétations (fig. 1).

Fig. 2. Auvent de la roue hydraulique vu de l’est (cliché : A. Joubert, 1995).

Fig. 3. Roue hydraulique à augets vue de face (cliché : P. Sorel, 2013).

15Actuellement, la construction est couverte de tôles ondulées, qui ont sans doute remplacé des ardoises ou du chaume. Le mur est, dit de tampanne, est renforcé du côté de la roue hydraulique d’angles de pierres calcaires harpées et de remplissage de silex. Le mur nord est identique au mur est pour partie et a ensuite été renforcé et élargi contre la digue avec un appareil de briques industrielles. Une partie du mur nord, effondrée en 1995, a été réparée avec des parpaings. Le mur sud, ouvrant sur la cour, est en partie renforcé comme le mur est. Mais il est ensuite bâti en pans de bois et torchis, comme le mur ouest. La porte d’accès à la salle de l’ancienne habitation est visible sur la face sud. Une autre porte a peut-être été nécessaire pour accéder à la salle du moulage. Deux portes permettaient d’accéder au grenier, au niveau des meules, l’une sur la façade, l’autre sur le pignon est. Ce dernier, actuellement étayé, forme un auvent de protection à la roue hydraulique (fig. 2). Le pignon ouest n’est pas visible du fait de la présence d’une construction de briques industrielles. La roue hydraulique à augets de bois, située dans une petite fosse, recevait l’eau sur le dessus par une goulotte de bois aujourd’hui disparue. Un arbre tournant en métal, probablement à l’origine en bois, entre à l’intérieur du moulin par le passage de l’œillard dans le mur de tampanne. Cet arbre est relié à deux cercles de métal qui retiennent les bras de fixation des jantes de la roue. Des planchettes de bois forment les augets qui contenaient l’eau et dont le poids faisait tourner la roue (fig. 3-4).

Fig. 4. Roue hydraulique à augets vue de côté (cliché : A. Huon, 1996).

Fig. 5. Relevé des travées antérieure et postérieure de l’estrade des meules (B. Penna, 1995).

16L’intérieur du moulin présente encore un grand intérêt malgré la perte de quelques éléments importants. À l’ouest, une pièce aurait pu servir autrefois d’habitation, mais aucune trace de cheminée n’y est visible et le plafond actuel ne semble pas être conforme aux dispositions d’un ancien logement. Un mur de refend qui la séparait de la pièce de moulage a disparu, signalé par la présence, contre le mur nord, de pierres calcaires formant un assemblage harpé. La seconde pièce correspond à l’ancienne salle des engrenages ou salle de moulage. Elle aurait pu communiquer directement avec la cour sud par une porte et possédait une petite fenêtre basse, actuellement murée de briques. Contre le mur de tampanne, dont la base est renforcée, la très intéressante estrade des meules est désignée par certains textes anciens comme « esquariture du moulage ». Elle présente un état archaïque d’un grand intérêt malgré quelques lacunes (fig. 5-6). Quatre forts poteaux, dits « poteaux de braies », sont posés sur des dés de pierre et soutiennent les quatre sommiers de la plateforme rectangulaire. Tous ces éléments sont chevillés avec des liens intermédiaires arqués, pour assurer une bonne cohésion. Les quatre poteaux soutenaient deux braies horizontales, qui pouvaient coulisser latéralement dans les encoches des poteaux verticaux. Ces deux braies supportaient une pièce de bois horizontale appelée palier. Elle soutenait le grand fer vertical disparu qui transmettait l’énergie par sa lanterne à fuseaux vers la meule supérieure de l’étage. L’ensemble des braies et du palier permettait de hausser la lanterne pour la désolidariser du grand rouet et arrêter la meule supérieure. Sur le poteau latéral de droite, une petite encoche fixe supportait sans doute l’axe horizontal du « bras de trempure », formant levier par une barre de métal fixée au bout du palier, pour jouer sur l’écartement des meules et régler la finesse de la mouture.

Fig. 6. Relevé de l’emprise au sol et de la travée latérale de l’estrade des meules (B. Penna, 1995).

Fig. 7. Coupe axonométrique de restitution des engrenages et des mécanismes (B. Penna, 1995).

Fig. 8. Vue de face de l’estrade des meules et du grand rouet (cliché : A. Huon, 1992).

17Le grand rouet, solidaire de l’arbre tournant de métal de la roue hydraulique, se trouve dans une petite fosse placée sous l’estrade (fig. 7-8). Les segments de ses jantes chevillées, d’un exceptionnel profil ancien, sont perforés de l’emplacement des dents ou alluchons, actuellement vermoulus, qui pouvaient engrener sur la lanterne à fuseaux disparue. Les bras et l’axe de ce grand rouet ont été remaniés tardivement avec des éléments de métal, remplaçant un autre assemblage chevillé sur un arbre tournant en bois.

18La plateforme supérieure est actuellement vide de ses accessoires. Les deux meules, constituées de carreaux scellés au mortier et cerclées avec des bandes de feuillards, ont été déposées contre le mur du sud (fig. 9). L’accès à l’étage devait peut-être se faire par une échelle de meunier qui n’a pas été conservée.

Fig. 9. Vue de côté des deux meules déposées au bas du moulage (cliché : P. Sorel, 2013).

19À l’exception de remaniements effectués sans doute au cours du XIXe siècle, ce petit moulin semble présenter les dispositions techniques d’une conception originale du milieu ou de la fin du XVIIIe siècle. Parmi les vestiges de constructions et de moulages visités en Haute-Normandie, ce moulin semble être l’un des plus anciens et des plus originaux. Espérons qu’il ne disparaisse pas totalement comme le moulin à vent voisin, construit en bois sur pivot et dont aucune trace ne subsiste (Sorel, 1991).

Les moulins de la seigneurie de Villequier, sur la fontaine du Nord

Archives

20En 1757, la carte de Cassini figure un petit ruisseau et deux moulins à eau entre le château et l’église de Villequier, et au bord de la route de Caudebec à Lillebonne, un moulin à vent.

  • 23 AD76, II B 412, no 20.
  • 24 AD76, C 569.
  • 25 AD76, C 2458.
  • 26 AD76, 6 M 1320.

21Le 12 décembre 1763, un aveu est présenté par Jean-François-Alexandre Asselin pour le fief, terre et seigneurie de Villequier La Guerche, qui est un plein fief de haubert dans la paroisse de Villequier : « Plus a cause de ma ditte seigneurie, j’ay droit de moulin a bled et a gru a present fieffez, auxquels les hommes de ma ditte seigneurie sont baonniers […]. Item, je tiens et avoue a tenir du Roy notre sire […] un demy fief de haubert nommé de Villequier, pour la part et portion, qui fut au baron de Beaumesnil […]. Item, une autre piece, tant en mazure logée de maison manente et autres batiments […] sur laquelle etoit bati un moulin a vent de present detruit […] d’autre bout le chemin de Caudebec a Lillebonne. Une autre piece de terre en closage, contenant 2 acres ou environ, sur laquelle etoit bati anciennement un moulin a eau et par dedans laquelle passe la Riviere du Nord […] d’autre costé […] la place du vivier du moulin […]. Plus j’ay droit […] places de moulins a eau, de present non edifiez et auxquels mes hommes et vassaux etoient sujets et baoniers, droiture de moute verte et seche et en outre droit de moulin a vent detruit23 […] » Dans le registre d’imposition des vingtièmes de Villequier, en 1759 et 1776, sont désignés plusieurs propriétaires de moulins : au no 29, « Mr le baron de Villequier […] le moulin à vent […] » ; au no 112, « Le Sr de Lessart et Pierre Caron [Charles-Gilbert] proprietaire d’un moulin a eau n’alant que par ecluse, tenu par Pierre Leblond [lui], au revenu de 150 livres [48 livres] […] » (Moulin de Haut) ; au no 113, « Le dit Sr Caron, propriétaire d’une maison et jardin, tenu par Pierre Leblond, au revenu de 48 livres […] » (en 1776, le no 113 réuni au 112) et au no 114, « Pierre Caillot et Pierre Leblond (Nicolas Goüel et le S. Buquet), proprietaire d’un moulin, allant par ecluses, une maison et un jardin, tenu par ledit Leblond (Nicolas Goüel), au revenu de 60 livres24 [120 livres] […] » (Moulin de Bas). Le 27 novembre 1775, dans les impositions des tailles de Villequier, sont mentionnés « […] Charles Gibert meunier pour le Moulin de Haut et un quart du Moulin de Bas et masure, 3 acres court, la presente masure des heritiers Hermel. Taille 39 livres. Capitation 44 livres 7 sols 3 deniers […] » ainsi que « [...] Nicolas Goüel meunier occupant les trois quarts du Moulin de Bas en propre, évaluées pour 150 livres et une maison aussi en propre. Taille 16 livres 15 sols. Capitation 19 livres 1 sol [...] »25. Le 2 mai 1809, deux moulins à eau sont situés dans la commune de Villequier, avec une roue perpendiculaire, fournissant 600 kg de farine par jour, avec des meules de Rouen. Ces moulins produisent de la mouture à la grosse, passant une seule fois entre les meules26.

Le moulin de Bas de Villequier

  • 27 AD76, 3 P 2/5250, p. 92.
  • 28 AD76, 3 P 2/5248; plan 3 P 3/3537 B2 de 1817.

22Le moulin à eau (section B, parcelle 349) appartient à Jacques Delahaye, meunier, de 1817 à 183727. En 1820, dans le cadastre de Villequier, section B dite du Bas, il possède au lieu-dit du hameau de l’église et près la Sente de la Brouaille un moulin à eau (parcelle 349), une maison (parcelle 350), une place (parcelle 348), une pièce d’eau (parcelle 511) et un verger (parcelle 51228).

  • 29 AD76, 3 P 2/5252, case 40.
  • 30 AD76, 6 M 1100.

23Jean Delahaye, meunier, est propriétaire du moulin de 1837 à 1860, puis ce sont ses héritiers, de 1890 à 187229. Le 18 novembre 1852, sa valeur locative est de 400 F et sa patente de 5 F. Il écrase par an 124 800 kg de blé provenant du département, produisant 93 600 kg de farine et 31 200 kg de son. Les produits ont une valeur à l’unité de 0,23 (blé), 0,30 (farine) et 0,10 F (son). Il fait travailler un ouvrier avec un salaire journalier de 2 F30.

  • 31 AD76, 3 P 2/5253, case 80.
  • 32 AD76, 7 S 29.

24De 1872 à 1902, le Moulin de Bas est possédé par Émile Delahaye, à Villequier31. Il est inquiété par son voisinage pour des infiltrations d’eau causées par son réservoir amont. Un plan du 31 ctobre 1895 et un arrêté de règlement du 29 février 1896 sont établis pour fixer les ouvrages régulateurs du moulin à blé : « Le niveau légal de la retenue est fixé à 4,15 m, en contre haut d’une fiche chassée dans la chaîne verticale en briques du pignon, vers le ruisseau, de la face du nord de la maison d’habitation du Sr Delahaye, point pris pour repère provisoire. Il sera construit deux déversoirs de 1 m de longueur chacun. L’un sera placé en amont, à l’origine du canal dit de secours ; l’autre sera établi en aval, en tête du canal d’amenée32 […] »

  • 33 AD76, 3 P 2/5253, case 80.

25De 1902 à 1917, le moulin appartient à Auguste Lelièvre, à Caudebec. Il est démoli en 191333.

  • 34 AD76, 2 MI 1836, p. 6.
  • 35 AD76, 6 M 50, p. 10.
  • 36 AD76, 6 M 112, p. 17.
  • 37 AD76, 2 MI 1063, p. 10.
  • 38 AD76, 6 M 222, p. 10.
  • 39 AD76, 6 M 275, p. 3-4.
  • 40 AD76, 6 M 341, p. 9.
  • 41 AD76, 2 MI 1232, p. 9.

26Dans les enquêtes de population de Villequier, les occupants ou locataires du Moulin de Bas sont déclinés : en 1836, Isidore Delahaye, meunier, 46 ans, Jacques-Isidore, son fils, 13 ans et Marie Frièse, veuve Delahaye, sa mère, 82 ans34 ; en 1841, Isidore-Jean Delahaye, meunier, Arthémise Graindor, sa femme, Isidore et Émile, ses fils, meuniers35 ; en 1851, Isidore Delahaye, meunier et propriétaire, 61 ans, Arthémise Graindor, sa femme, meunière, 44 ans, ses fils Émile, 11 ans, et Paul, 9 ans36 ; en 1861, Arthémise Graindor, veuve Delahaye, chef et farinière, 54 ans et Émile Delahaye, son fils, 21 ans37 ; en 1866, Arthémise Graindor, veuve Delahaye, farinière, 59 ans et Émile Delahaye, son fils, 26 ans38 ; en 1876, Émile-Placide Delahaye, meunier, 35 ans, Palmyre-Louise Hulin, sa femme, 26 ans, ses filles Éleonore-Marie, 6 ans, Palmyre-Bibienne, 4 ans et Émilie-Lucie, 1 an39 ; en 1886, Émile Delahaye, chef et meunier, 46 ans, Palmyre Hulin, sa femme, 40 ans, ses filles Palmyre, 13 ans, Lucie, 10 ans, et Alexandrine, 8 ans, ses fils Alfred, 3 ans et Émile, 1 an40 ; en 1891, Émile Delahaye, chef et meunier, 51 ans, Palmyre Hulin, sa femme, 45 ans, ses filles Palmyre, 18 ans, Lucie, 17 ans, et Alexandrine, 15 ans, ses fils Alfred, 8 ans, et Émile, 6 ans, et sa petite fille, Palmyre, 1 mois41.

27Nous avons visité les lieux du Moulin de Bas avec Alain Joubert en 1991. Le ruisseau de la Fontaine du nord alimente un étang dont le propriétaire a fait diminuer la surface. Les murs de pierre primitifs ont été conservés derrière des murs de parpaings plus récents. La goulotte d’amenée de l’eau sur la roue était constituée de six pierres taillées en forme d’auges, qui ont été déplacées. Un aqueduc de bois, actuellement détruit, conduisait l’eau sur le dessus de la roue à augets. Vers 1933, cette roue hydraulique, qui était protégée par le pignon est du moulin, et l’ensemble des engrenages et meules ont été enlevés. Les installations de l’ancien moulin ont été remplacées par des pièces de l’habitation, qui a été agrandie par le propriétaire.

Le moulin de Haut de Villequier

  • 42 AD76, 3 P 2/5250, p. 87, 90 et 122.
  • 43 AD76, 3 P 2/5248; plan 3 P 3/3537, B2 de 1817.
  • 44 AD76, 3 P 2/5250, p. 87.

28Le moulin de Haut de Villequier, à eau, appartient de 1817 à 1826 à Pierre Gibert42. En 1820, d’après le cadastre de Villequier, section B dite du Bas, celui-ci, dit Benjamin, possède les biens situés au lieu-dit près la Sente de la Brouaille : un moulin à eau et une cour (parcelle 515), une maison (parcelle 515 bis), une pièce d’eau (parcelle 518), un jardin (parcelle 514), une pâture (parcelle 517) et des vergers (parcelles 513 et 51643). En 1826, le moulin est reconstruit. De 1826 à 1847, Martin Lefebvre, à Duclair, en est le propriétaire44.

29Jean Chéron lui succède. En décembre 1847, il achète « de M. Martin Lefebvre, maître charpentier en moulins, demeurant à Duclair, un moulin à farine, mu par le cours d’eau dit la Fontaine du Nord […] ». Il demande à reconstruire ce moulin et à changer la roue verticale par une turbine. Le moulin Delahaye se trouve en aval. Les deux moulins fonctionnent par éclusées et intermittences. Ils n’ont pas été réglés et n’ont pas de déversoirs ni de vannes de décharge.

  • 45 AD76, 7 S 29.

30Nous disposons d’une affiche du 4 avril 1848 et de plans du 23 juillet 184945.

  • 46 BM Rouen, U 3850/3.

31Une note technique de 1849-1850 décrit les modifications apportées au moulin de Haut de Villequier par M. Chéron : « Notice sur une roue hydraulique à réaction, établie dans un moulin à farine à Villequier, sur une chute d’environ 22 mètres de hauteur et un volume d’eau de 14 à 18 litres par seconde, selon la saison […] de vous entretenir d’une espèce de turbine, d’une roue horizontale à réaction, que j’ai fait établir par MM. Feray et Cie, constructeurs de machines à Essonne, dans un moulin à Villequier, près Caudebec-sur-Seine, et qui fonctionne depuis quelques mois […]. Au mois de mars 1848, je fus invité par M. Chéron, farinier à Caudebec-sur-Seine, à me rendre à Villequier, dans un petit moulin, qu’il venait d’y acheter et à lui donner mon avis sur la manière de le reconstruire. Je me rendis sur les lieux et je vis un ancien moulin en ruine, mû par une roue hydraulique à auget, recevant l’eau pardessus le sommet. Cette roue avait environ 6 mètres 50 centimètres de diamètre et n’utilisait qu’une partie de la chute d’eau disponible, laquelle avait alors en totalité 14 mètres d’élévation. Le volume d’eau, dont dispose cette usine, varie entre 14 à 18 litres par seconde, selon la saison. Ce moulin ne faisait presque pas de farine : il moulait environ deux sacs de blé par 24 heures. Je remarquai qu’il y avait possibilité, en achetant une portion de terrain contiguë, située en amont du réservoir supérieur de l’usine, d’accroître sensiblement la hauteur de la chute et de la porter à 22 ou 25 mètres au lieu de 14. J’engageai M. Chéron à faire cette acquisition. Il a suivi mon conseil, en sorte qu’aujourd’hui il est en possession d’une chute de 22 mètres environ de hauteur et d’un volume d’eau moyen de 16 litres par seconde […]. L’eau est amenée à cette roue par une ligne de tuyaux en fonte de 0,135 de diamètre intérieur et de 145 mètres de longueur totale […]. La marche de l’usine est intermittente ; elle fonctionne par éclusées46 […] » (Brunier, 1849-1850, p. 273-283). La production de cette usine est plus faible que prévu et cette installation est moins efficace à cause des fuites d’eau.

  • 47 AD76, 7 S 29.

32Par un décret présidentiel du 24 septembre 1850, « le Sr Chéron est autorisé à mettre en activité le moulin, qu’il a construit sur le ruisseau dit la Fontaine du Nord […]. Le niveau de l’eau ne devra jamais s’élever […] soit 22 m 722 au-dessus de l’angle nord-ouest du socle du moulin, pris comme repère provisoire. Un déversoir de 0 m 40 de débouché libre sera établi au point M du plan […]. Il sera établi au même point M une vanne de décharge libre de 0 m 34 de hauteur sur 0 m 30 de largeur […]. Un repère définitif sera placé à proximité de la retenue47. »

  • 48 AD76, 6 M 1100.
  • 49 AD76, 3 P 2/5252, case 117.
  • 50 AD76, 7 S 29.
  • 51 AD76, 3 P 2/5253, case 114.

33Le 18 novembre 1852, la valeur locative du moulin est de 400 francs et la patente de 5 francs. Il écrase par an 260 000 kg de blé, produisant 19 500 kg de farine et 65 000 kg de son, dont l’origine vient du département. Les produits ont une valeur à l’unité de 0,23 (blé), 0,30 (farine) et 0,10 F (son). Il fait travailler un ouvrier avec un salaire journalier de 2 F48. La propriétaire suivante est la veuve Brehier, née Bardenne, au Havre, de 1882 à 190249. Nous disposons d’un plan du 24 décembre 1895 à son nom50. Le moulin échoit ensuite à Pierre Soligny, à Villequier, de 1902 à 191751.

  • 52 AD76, 2 MI 1836, p. 13.
  • 53 AD76, 6 M 50, p. 10.
  • 54 AD76, 6 M 112, p. 22.
  • 55 AD76, 2 MI 1063, p. 10.
  • 56 AD76, 6 M 275, p. 8.
  • 57 AD76, 6 M 341, p. 10.
  • 58 AD76, 2 MI 1232, p. 10.

34Dans les enquêtes de population de Villequier, les occupants ou locataires du Moulin de Haut sont recensés au village. On y trouve en 1836 Aubert Gibert, meunier, 26 ans, Onésime Monnier, sa femme, 25 ans, Désirée, leur fille, 2 ans, Victor, leur fils, 1 an, Charles Déperiés, garde moulin, 65 ans et Dominique Pouette, chassemoute, 49 ans52 ; en 1841, Constance Dupray, veuve Lieury, meunière, Séraphin Lieury, son fils, meunier, Ursule Lieury, sa fille, meunière et Louis Caron, domestique53 ; en 1851, Messidor Chéron, meunier et propriétaire, 53 ans, Élie-Désirée Badinier, sa femme, meunière, 53 ans, Louise Tiefflin, sa nièce, 15 ans, et Arsène Dussy, domestique, 35 ans54 ; en 1861, Messidor Chéron, farinier et chef, 63 ans, Désirée Badinier, sa femme, 63 ans, et deux domestiques, Pierre-Marie Mulot, 37 ans, et Honorine Lemonnier, 45 ans55 ; en 1876, Rosalie Lefrançois veuve Chauvin, meunière, 52 ans, Alexandrine-Rose Chauvin, sa fille, 23 ans, et Albertine Patin, domestique, 59 ans56 ; en 1886, Sénateur Letray, garde moulin, 62 ans57 ; en 1891, Eugène Leconte, garde moulin, 55 ans58. Nous avons visité le site du Moulin de Haut avec Alain Joubert en 1991. Le ruisseau de la Fontaine du Nord coule depuis le lieu de sa source au-dessous du château de Villequier et traverse l’emplacement de deux anciens réservoirs situés dans les bois. Ensuite, au niveau d’une prairie, l’emplacement du réservoir du moulin est vide de toute l’eau, qui est détournée. Nous avons observé un gros mur de pierres et les traces d’un canal voûté de pierres plates. Toutes ces dispositions ont disparu après 1991, quand le ruisseau a été canalisé dans des tuyaux de ciment. L’ancien moulin a été détruit pendant la guerre de 1939-1945 et remplacé entre 1946-1950 par une grande maison d’habitation.

Conclusion

35Nous souhaitons que cette communication ne soit pas vaine pour la connaissance des moulins à eau de Villequier et particulièrement ceux de petits ruisseaux, dont le repérage est très difficile. Nous avons rencontré les actuels propriétaires de ces moulins qui ont écouté avec grand intérêt nos arguments et nos observations.

  • 59 L’auteur remercie toutes les personnes qui l’ont aidé dans cette étude, en particulier B. Penna †, (...)

36En revanche, nous avons eu des difficultés dans la collecte d’archives anciennes. En effet, le moulin de Caumont de Bébec n’a jamais fait l’objet d’un dossier de Police des eaux ni d’un règlement d’eau (7 S), pour des raisons qui nous sont inconnues. De plus, les archives de la famille Busquet de Caumont sont conservées par les descendants et n’ont pas pu être consultées. Malgré ces quelques inconvénients, nous espérons que la recherche des moulins des ruisseaux de notre région pourra intéresser nos amis chercheurs et archéologues59.

Bibliographie

Bibliographie

Brunier M. (1849-1850) – Notice sur une roue hydraulique à réaction, établie dans un moulin à farine à Villequier. Bulletin des travaux de la Société libre d’émulation de Rouen pendant l’année 1849-1850, p. 273-283.

Busquet de Caumont R. de (1961) – Histoire économique et sociale d’une lignée de huit conseillers au parlement de Normandie : les Busquet de Chandoisel et de Caumont. Diplôme d’études supérieures d’histoire du droit et des faits sociaux, Paris, Faculté de droit et de sciences économiques, 117 p.
— (2013) – Les Busquet de Caumont. Histoire culturelle, sociologique et patrimoniale d’une ancienne famille normande. Paris, Publibook, 307 p.

Joubert A. (1987) – Les moulins de Normandie. P.N.R.B, n. p.

Sorel P. (1991) – Le moulin de Caumont à Bébec. Bulletin de la Commission départementale des Antiquités de la Seine-Maritime, XXXIX, p. 137-141.

Notes

1 Archives départementales de Seine-Maritime (AD76), 2E 1/213, fol. 413 vo.

2 Busquet de Caumont, 2013, p. 283 ; AD76, II B 151, p. 91.

3 Busquet de Caumont, 1961, p. 78-80 ; Bibliothèque municipale (BM) de Rouen, mm 5425.

4 AD76, II B 412, no 20.

5 AD76, C 2455.

6 AD76, C 569, no 15.

7 AD76, 2 E 10/137.

8 AD76, 6 M 1320.

9 AD76, 3 P 2/5250, p. 74, 259, 271, 273, 275 et 325.

10 AD76, 3 P 2/5249; plan 3 P 3/312 de 1817.

11 AD76, 3 P 2/5248; plan 3 P 3/3536 B1 de 1817.

12 AD76, 3 P 2/5252, case 100.

13 AD76, 6 M 1100.

14 AD76, 3 P 2/5253, case 94.

15 AD76, 3 P 2/5250, p. 74, 259, 271, 273, 275 et 325; 3 P 2/5252, case 100; 3 P 2/5253, case 94.

16 AD76, 6 M 112, p. 28.

17 AD76, 2 MI 1063, p. 14.

18 AD76, 6 M 222, p. 12.

19 AD76, 6 M 275, p. 14.

20 AD76, 6 M 341, p. 15.

21 AD76, 2 MI 1232, p. 16.

22 Je remercie Mme Blandine Achard de La Vente qui nous a permis de visiter l’ancien moulin à eau de Villequier.

23 AD76, II B 412, no 20.

24 AD76, C 569.

25 AD76, C 2458.

26 AD76, 6 M 1320.

27 AD76, 3 P 2/5250, p. 92.

28 AD76, 3 P 2/5248; plan 3 P 3/3537 B2 de 1817.

29 AD76, 3 P 2/5252, case 40.

30 AD76, 6 M 1100.

31 AD76, 3 P 2/5253, case 80.

32 AD76, 7 S 29.

33 AD76, 3 P 2/5253, case 80.

34 AD76, 2 MI 1836, p. 6.

35 AD76, 6 M 50, p. 10.

36 AD76, 6 M 112, p. 17.

37 AD76, 2 MI 1063, p. 10.

38 AD76, 6 M 222, p. 10.

39 AD76, 6 M 275, p. 3-4.

40 AD76, 6 M 341, p. 9.

41 AD76, 2 MI 1232, p. 9.

42 AD76, 3 P 2/5250, p. 87, 90 et 122.

43 AD76, 3 P 2/5248; plan 3 P 3/3537, B2 de 1817.

44 AD76, 3 P 2/5250, p. 87.

45 AD76, 7 S 29.

46 BM Rouen, U 3850/3.

47 AD76, 7 S 29.

48 AD76, 6 M 1100.

49 AD76, 3 P 2/5252, case 117.

50 AD76, 7 S 29.

51 AD76, 3 P 2/5253, case 114.

52 AD76, 2 MI 1836, p. 13.

53 AD76, 6 M 50, p. 10.

54 AD76, 6 M 112, p. 22.

55 AD76, 2 MI 1063, p. 10.

56 AD76, 6 M 275, p. 8.

57 AD76, 6 M 341, p. 10.

58 AD76, 2 MI 1232, p. 10.

59 L’auteur remercie toutes les personnes qui l’ont aidé dans cette étude, en particulier B. Penna †, A. Joubert, A. Huon, A. Navarre, B. Achard de La Vente, M. Caron et les personnels du Parc régional des boucles de la Seine normande, de l’Inventaire régional de Haute-Normandie, des archives départementales de la Seine-Maritime et de la bibliothèque municipale de Rouen.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Relevé sommaire du plan du Moulin de Caumont à Bébec (DAO : N. Bolo d’après P. Sorel, 2013).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 2. Auvent de la roue hydraulique vu de l’est (cliché : A. Joubert, 1995).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 3. Roue hydraulique à augets vue de face (cliché : P. Sorel, 2013).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 4. Roue hydraulique à augets vue de côté (cliché : A. Huon, 1996).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 5. Relevé des travées antérieure et postérieure de l’estrade des meules (B. Penna, 1995).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 6. Relevé de l’emprise au sol et de la travée latérale de l’estrade des meules (B. Penna, 1995).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 7. Coupe axonométrique de restitution des engrenages et des mécanismes (B. Penna, 1995).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 8. Vue de face de l’estrade des meules et du grand rouet (cliché : A. Huon, 1992).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 9. Vue de côté des deux meules déposées au bas du moulage (cliché : P. Sorel, 2013).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3992/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 183k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540