Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Rouen (Seine-Maritime), rue Verte, rue Pouchet, premiers résultats de la fouille du « heurt du Chastel » (XVIe siècle)

Rouen, rue Verte, rue Pouchet, initial results from the excavation of the “heurt du Chastel” (16th Century)

Bénédicte Guillot, Elisabeth Lecler-Huby et Guillaume Lemaître

Résumé

À l’automne 2012, une opération d’archéologie préventive a été menée par l’INRAP à Rouen, à l’angle de la rue Verte et de la rue Pouchet. Elle a permis d’étudier un immense dépotoir, nommé « heurt », sur 2 000 m2 et plus de 6 m de profondeur. Le mobilier recueilli, très abondant, illustre la vie quotidienne du quartier du château dans la première moitié du XVIe siècle.

In Autumn 2012, a preventive archaeological project was carried out by INRAP in Rouen, at the intersection of rue Verte and rue Pouchet. It involved the study of a huge dump, known as a “heurt”, that measures 2,000m2 and is more than 6m deep. The very large volume of materials collected illustrates what daily life was like in the castle area in the first half of the 16th Century.

Texte intégral

1Cet article présente les premiers résultats d’une opération d’archéologie préventive réalisée par l’INRAP en 2012 à Rouen, à l’angle de la rue Verte et de la rue Pouchet sur une parcelle de 2 000 m2. La fouille a permis d’étudier un immense dépotoir assimilable à une décharge publique, ou « heurt », de la première moitié du XVIe siècle (fig. 1). Le travail de post-fouille est en cours, il s’agit donc de résultats provisoires en attendant la fin des études céramique, numismatique, archéozoologique et celle du petit mobilier.

2La parcelle étudiée est implantée au nord-ouest du centre historique de la ville, près du fossé longeant les fortifications, au niveau du château de Philippe-Auguste.

Fig. 1. Vue générale du chantier en cours de fouille (cliché : B. Guillot).

Fig. 2. Moule en terre cuite représentant deux singes face à face (cliché : B. Guillot).

Fig. 3. Amas de chevilles osseuses de bœuf (cliché : J. Fuentes).

3Les déchets ont été déposés en couches successives sur 6 m de hauteur : gravats et matériaux de construction, lits de cendres, rejets d’artisanat (tabletterie, métallurgie, tannerie, etc. ; fig. 2), poches de chevilles osseuses (fig. 3) et d’huîtres, niveaux sableux très riches en céramique, verre et ossements animaux, déchets organiques issus de fosses d’aisances, etc. Cette fine stratification indique que le dépotoir a été constitué par des apports réguliers de déchets en petite quantité plutôt que par quelques grands arrivages. Nous avons recueilli près de 110 000 restes osseux, 50 000 fragments de céramiques (certaines étant juste ébréchées) et plus de 2 200 objets isolés. Le mobilier céramique est tout à fait exceptionnel, tant par la quantité que par la grande diversité des formes et des productions qu’il rassemble (fig. 4-9), suggérant de nombreux échanges avec les régions voisines (fig. 10), voire plus lointaines.

4Un rapide aperçu du répertoire en présence a permis d’identifier des types représentatifs du vaisselier rouennais du XVIe siècle : coquemars, pots à crémer, poêlons, assiettes ou plats, bols à oreilles, lèchefrites, cuit-pommes, faisselles, divers types de couvercles, jattes, tèles et réchauffoirs, dont les pâtes évoquent pour certaines, les productions de la basse vallée de la Seine ou encore celles de l’atelier de potiers de la rue Saint-Germain à Louviers ; plusieurs groupes technologiques sont indéterminés. La production du Beauvaisis est largement illustrée par les coupelles en grès, associées à des gourdes et pots ou pichets ainsi qu’à des assiettes, plats et pichets glaçurés, bols à décor a sgraffiato et assiettes à décor à double engobe incisé. Les grès de Basse-Normandie sont représentés par de nombreux fragments de pots à beurre. Quelques tessons de grès rhénans ou alsaciens ont été aperçus mais n’ont pas encore été étudiés. Enfin, la dernière catégorie de céramique concerne les faïences qui apparaissent très diversifiées, avec des origines probablement étrangères (Espagne, Italie).

5La diversité du mobilier archéologique exhumé reflète la vie quotidienne de Rouen au XVIe siècle. L’abondante céramique domestique retrouvée sur le site apporte des éléments de datation ainsi que des informations sur les usages en cours. Elle témoigne de la co-existence d’une production locale et de nombreuses importations proches, comme les céramiques de la région de Beauvais, ou plus lointaines, avec des fragments de majolique italienne et hispano-mauresque. Ces pièces d’importation permettaient d’enrichir le vaisselier avec de la céramique plus luxueuse. Il faut signaler un fragment d’une pièce de prestige : un plat de la Passion à décor moulé provenant d’un atelier du Beauvaisis, et comportant une inscription (fig. 11). Ce plat porte au centre le monogramme du Christ et sur l’aile, le Christ en croix avec les instruments de la Passion en alternance avec des écus couronnés. L’inscription est en latin et français : « [O vos omnes qui transi]tis per viam atte[ndite et videte si est dolor similis sicut dolor meus pax vobis – fait en décembre 1511] ». On distingue le début d’un écu qui devait représenter les armes d’Anne de Bretagne, épouse de Louis XII. Au XVIe siècle, Rouen est en pleine transformation. Elle est alors la ville la plus peuplée du royaume, après Paris. La gestion des déchets est devenue depuis la fin du Moyen Âge un élément important de l’administration municipale et royale ; de nombreux décrets demandent à la population d’évacuer ses détritus hors de la ville ou contre les fortifications. Au début du XVIe siècle se met en place un système public de collecte pour remplacer le volontariat, inefficace : un banneau est affecté à chaque quartier de la ville, à charge pour ce dernier de ramasser les ordures et de les déposer au « heurt ». Le site de la rue Pouchet est le résultat de cette nouvelle politique : les habitants, ou des ramasseurs professionnels, apportaient leurs résidus hors de la ville close. Là, devaient se trouver des « ferrailleurs » qui opéraient un premier tri parmi les déchets, ce qui expliquerait la rareté du mobilier métallique. En effet, si quelques petits éléments en bronze (clef, boucle de ceinture, bouterolle, dé à coudre, épingle à cheveux etc.) ou en fer (clou, boucle etc.) ont été retrouvés, on note l’absence de grands objets ou d’outils usagés qui ont dû être recyclés. L’étude à venir de ces ensembles mobiliers, complétée par un travail en archives, apportera certainement un nouvel éclairage sur la problématique de la gestion des déchets dans les grandes villes au XVIe siècle.

Fig. 4. Sifflet-appeau en terre cuite avec une tête d’homme peut-être tonsurée (cliché : B. Guillot).

Fig. 5. Sifflet-appeau en terre cuite avec une tête de chien (cliché : B. Guillot).

Fig. 6. Lampe à huile en terre cuite (cliché : B. Guillot).

Fig. 7. Lampe à huile en terre cuite (cliché : B. Guillot).

Fig. 8. Fragment de statuette en terre cuite représentant probablement un martyr, jambes nues et main gauche sur la cuisse (cliché : B. Guillot).

Fig. 9. Plat ou assiette glaçuré (e) avec décor de lignes ondées sur le marli (cliché : B. Guillot).

Fig. 10. Assiette glaçurée avec un décor de traits bicolores verts et bruns, provenant peut-être de Martincamp (cliché : B. Guillot).

Fig. 11. Fragment d’un plat de la Passion (cliché : B. Guillot).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Vue générale du chantier en cours de fouille (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 2. Moule en terre cuite représentant deux singes face à face (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 3. Amas de chevilles osseuses de bœuf (cliché : J. Fuentes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 4. Sifflet-appeau en terre cuite avec une tête d’homme peut-être tonsurée (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5. Sifflet-appeau en terre cuite avec une tête de chien (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 6. Lampe à huile en terre cuite (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 7. Lampe à huile en terre cuite (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 8. Fragment de statuette en terre cuite représentant probablement un martyr, jambes nues et main gauche sur la cuisse (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Fig. 9. Plat ou assiette glaçuré (e) avec décor de lignes ondées sur le marli (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Légende Fig. 10. Assiette glaçurée avec un décor de traits bicolores verts et bruns, provenant peut-être de Martincamp (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 11. Fragment d’un plat de la Passion (cliché : B. Guillot).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3984/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 87k

Auteurs

Éditions Échos des Vagues

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540