Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

L’apport des sciences de l’environnement à la compréhension de l’histoire des milieux : l’exemple des peuplements de poissons du bassin de la Seine au regard des données archéologiques et historiques

The contribution of environmental science to the understanding of the history of habitats: the example of fish populations in the Seine river basin in comparison with archaeological and historical data

Sarah Beslagic et Jérôme Belliard

Résumé

Cette étude s’appuie sur des données archéozoologiques et historiques recensant les espèces piscicoles dans le bassin de la Seine. Elle permet de montrer l’importance des modifications des peuplements, en termes d’introductions et de disparitions d’espèces. Si les données archéozoologiques permettent de dresser un état des lieux des espèces présentes depuis le Moyen Âge, les données historiques témoignent de l’ampleur des changements intervenus ces deux derniers siècles. L’impact des activités anthropiques a été prépondérant dans l’histoire de la faune piscicole du bassin de la Seine.

This study is based on zooarchaeological and historical data recording the fish species in the Seine basin. It shows the importance of changes in the fish populations, in terms of the appearance of new species and the disappearance of others. While the zooarchaeological data make it possible to determine the species present from the Middle Ages, the historical data reflect the magnitude of the changes which have occurred in the last two centuries. Anthropogenic activities have had a major impact on the history of fish fauna in the Seine river basin.

Texte intégral

1L’histoire des milieux fait partie des thématiques abordées dans le cadre des travaux menés en sciences de l’environnement. Par sciences de l’environnement, nous entendons toutes les disciplines rattachées aux sciences de la terre et du vivant ou bien aux sciences humaines, et qui ont pour objet d’étude l’environnement. Il s’agit, en effet, d’étudier les interactions entre les sociétés humaines et les composantes du milieu (biotiques et abiotiques).

2Lorsque l’on s’inscrit dans le temps long, développer une approche intégrée des interactions entre les sociétés humaines et l’environnement devient essentiel. Ce type de démarche est de plus en plus abordé, notamment en archéologie environnementale. Certaines études récentes se sont appliquées à retracer l’histoire de la faune piscicole en s’appuyant sur un certain nombre de sources différentes ; citons ainsi R. Benarrous (2009), qui s’est intéressé à la Grande Brenne aux périodes préindustrielles, ou encore M.-C. Marinval (2011), qui a réalisé une synthèse des faunes aquatiques présentes sur le bassin de la Loire durant l’Holocène. Parallèlement, certains travaux s’attachent plus particulièrement à ancrer le travail sur les sources anciennes dans une problématique écologique actuelle (Haidvogl et al., 2013). Dans ce cadre-là, nous avons souhaité comprendre quelle pouvait avoir été l’évolution des peuplements de poissons, en lien avec leur exploitation par les sociétés humaines, dans un bassin hydrographique fortement marqué par les pressions anthropiques, celui de la Seine. Cette question est encore assez peu abordée en sciences de l’environnement et pour y répondre nous avons eu recours à un certain nombre de sources, à la fois archéologiques et historiques. Le but est d’établir une vision sur le long terme des espèces qui fréquentent les cours d’eau du bassin depuis le Moyen Âge jusqu’à nos jours.

Des restes archéozoologiques…

3Un certain nombre de travaux sur les restes osseux de poissons retrouvés en contexte archéologique dans le bassin de la Seine ont été menés ces dernières années. La synthèse qui suit est issue des résultats des analyses menées par J. Desse, N. Desse-Berset (1992) et B. Clavel (2001a et b), que nous avons complétées avec les données issues de l’Inventaire national du patrimoine naturel (INPN). Nous avons uniquement sélectionné des sites situés en bordure de rivière, afin de s’orienter préférentiellement vers les espèces piscicoles qui pourraient avoir été prélevées in situ (fig. 1). La majorité des sites archéologiques sélectionnés ont été occupés durant les époques médiévale et moderne et sont essentiellement issus de contexte urbain ou castral. La sélection de sites dont la composante sociale se rattache majoritairement à la noblesse, à la bourgeoisie ou au monde commerçant peut avoir un impact dans la représentation des espèces collectées, nous reviendrons plus en détail sur ce point ci-après.

Fig. 1. Localisation géographique des sites archéologiques des périodes médiévale et moderne ayant livré du matériel osseux ichtyologique, dans le bassin de la Seine.

4Les sites retenus sont les suivants :

  • Paris (75), « La Cour carrée », « La Cour Napoléon », rue de la Collégiale, boulevard Saint-Michel, Hôtel de Beauvais et jardin du Carrousel ;

  • Vincennes (94), « Le Manoir capétien » et « La Tour des Salves » ;

  • Compiègne (60), « Les Hallettes », « Hôpital général » ;

  • Beauvais (60), rue Villiers de l’Isle-Adam ;

  • Bourg-la-Reine (92), « L’Îlot Margottin » ;

  • Chilly-Mazarin (91), « Saint-Étienne » ;

  • Blandy-les-Tours (77), « Le Château » ;

  • Roissy-en-France (95), « Le Château » ;

  • Brie-Comte-Robert (77), « Le Château » ;

  • Rouen (76), « La gare routière » ;

  • Chevreuse (78), « Le Château de la Madeleine » ;

  • Vignely (77), « La Noue Fenard ».

5Les périodes d’occupation associées aux restes osseux de poissons observés sont précisées dans le tableau 1 ci-après.

Tableau 1. Liste des espèces piscicoles retrouvées sur les sites archéologiques du bassin de la Seine (MA : Moyen Âge ; TM : Temps modernes).

6Nous avons donc dressé une liste d’espèces rencontrées sur ces sites du bassin de la Seine, pour une période assez longue, comprise entre le second Moyen Âge et l’époque moderne. Le but de l’exercice n’est pas de mener une analyse archéozoologique qui a déjà été réalisée dans ces études, mais plutôt d’établir un état des lieux des espèces potentiellement présentes sur le bassin, afin de pouvoir les comparer, par la suite, aux espèces recensées dans les données historiques que nous avons analysées (Beslagic et al., 2013).

7Nous avons écarté de cette liste les espèces marines, présentes en grand nombre sur ces sites, mais qui n’entrent pas dans notre problématique de recherche. À titre d’information, les espèces marines les plus répandues sont les poissons plats, tels que le flet ou le carrelet, et le hareng, qui était principalement consommé séché. Ainsi, la majorité des espèces d’eau douce rencontrées sur les sites archéologiques appartiennent à la famille des cyprinidés (tableau 1). Ce sont des espèces qui fréquentent habituellement des cours d’eau à faible déclivité et que l’on trouve majoritairement sur les sites archéologiques éloignés des côtes (Clavel, 2001a, p. 137). Cependant, il faut tenir compte du fait que les espèces consommées sur les sites peuvent provenir de cours d’eau assez éloignés, ou bien de plans d’eau et de bassins d’aquaculture, dans un rayon d’une centaine de kilomètres. L’impératif au Moyen Âge était d’apporter sur le site de consommation du poisson d’eau douce frais, c’est-à-dire encore vivant, d’où le développement d’une série d’infrastructures et de transport qui permettent d’approvisionner les marchés (Berard, 1998). Or, si l’on peut considérer qu’un rayon d’une centaine de kilomètres restreint fortement les possibilités qu’un poisson provienne d’un autre bassin que celui de la Seine, on ne peut toutefois affirmer que les espèces observées sur les sites reflètent fidèlement les faunes piscicoles des rivières du bassin, et ce d’autant plus lorsqu’il s’agit d’espèces prélevées dans des étangs-viviers ou des bassins d’aquiculture divers.

8Si l’on examine de plus près la liste des espèces rencontrées sur les sites archéologiques, on peut remarquer la très bonne représentation du brochet, de l’anguille ainsi que de la perche, toutes périodes confondues. Les cyprinidés non déterminés spécifiquement sont également présents en grand nombre. Pour ceux qui ont pu être déterminés, on note la très bonne représentation du goujon, du gardon, mais aussi de la carpe. En fait, toutes ces espèces se rencontrent aujourd’hui dans la Seine. Elles auraient donc pu être prélevées in situ, c’est-à-dire dans les cours d’eau ou les plans d’eau situés à proximité des sites archéologiques.

9Plus en détail, l’anguille, migrateur thalassotoque, est présente sur la plupart des sites répertoriés, à la fois durant l’époque médiévale mais également durant l’époque moderne. La forte représentation de cette espèce sur l’ensemble des sites prouve que l’anguille était une espèce abondante et largement consommée durant ces périodes. C’est un poisson qui était capturé en quantité sur les petits et les grands cours d’eau, aux abords des moulins et des barrages appelés gords. L’anguille était également pêchée à l’aide de foënes qui sont des instruments servant à harponner le poisson, de filets ou encore de nasses ; ces nasses prennent généralement la forme de paniers à claire-voie munis d’une ou de plusieurs ouvertures auxquelles sont fixés des goulets disposés en cônes vers l’intérieur qui permettent de piéger le poisson. Certains auteurs ont suggéré que la forte proportion d’anguilles et de poissons de mer sur les sites urbains des XIVe et XVe siècles en Belgique était le signe de l’existence d’une pollution des rivières dès cette époque (Van Neer et Ervynck, 2004). En effet, l’anguille est une espèce qui est capable de supporter des taux de pollution organique relativement élevés. Elle est d’ailleurs connue pour bio-accumuler toute une série de polluants tels que les métaux lourds comme le plomb et les organo-chlorés tels les PCB ou les pesticides. Bien que la plupart de ces polluants de synthèse soient postérieurs au Moyen Âge, il est fort probable que les pollutions déjà constatées dans les cours d’eau urbains aient pu avoir un impact sur la présence de certaines espèces de poissons plus sensibles à la pollution, et ainsi favoriser proportionnellement la représentation de l’anguille dans les assemblages osseux. Les sites répertoriés pour le bassin de la Seine sont principalement issus de contextes urbains. Cela pourrait expliquer pourquoi l’anguille est aussi bien représentée. Cependant, pour B. Clavel et C. Cloquier (2004), la grande proportion d’anguilles retrouvées en contexte archéologique s’explique par le fait que cette espèce était consommée en tant que poisson de conserve. L’anguille, tout comme le hareng, se prêtait bien au séchage et pouvait ainsi être conservée plus longtemps. Toutefois, dans la mesure où c’est un poisson très résistant, qui peut survivre hors de l’eau pendant un certain temps, et donc facilement transportable, on ne peut écarter la possibilité que cette espèce ait fait l’objet d’un commerce à plus longue distance et être consommée fraîche.

10Les espèces migratrices potamotoques (qui affectent leur reproduction en eau douce) sont, quant à elles, présentes, mais sur un plus petit nombre de sites : le saumon atlantique et la grande alose n’ont été identifiés qu’à Paris, Compiègne et Chevreuse. Nous ne pouvons dire si ces espèces ont été réellement capturées in situ, mais il est possible d’envisager une pêche relativement locale, c’est-à-dire dans un rayon d’une centaine de kilomètres au maximum. Ces espèces migratrices étaient présentes dans la Seine et remontaient le fleuve bien au-delà de la capitale au cours des périodes anciennes. Il est tout à fait envisageable qu’elles aient été capturées sur place, même si l’archéozoologie ne peut nous en apporter la preuve. Des migrations significatives d’aloses et des activités de pêches associées ont d’ailleurs perduré sur la Seine, l’Oise et l’Aisne jusqu’au XIXe siècle. Dans un contexte voisin, B. Clavel et C. Cloquier (2004) ont démontré l’absence de l’alose sur les sites de la France du Nord au cours de l’époque médiévale. Selon eux, les aménagements sur les cours d’eau, probablement les moulins, seraient à l’origine de la disparition de cette espèce dès cette époque.

11Concernant l’esturgeon, seuls quatre sites ont révélé sa présence sur le bassin de la Seine. Pour le Moyen Âge à Compiègne, « Les Hallettes » et Vincennes, « Le Manoir capétien », et pour l’époque moderne à Paris « La Cour Napoléon » et le jardin du Carrousel. Il s’agirait a priori de l’espèce Acipenser sturio. Cependant, des études récentes sur l’ADN de plaques dermiques d’esturgeon retrouvées en contexte archéologique en France ont permis de montrer que l’espèce Acipenser oxyrinchus était également présente sur les côtes françaises au cours du Néolithique. Autrement dit, cette espèce d’esturgeon, aujourd’hui strictement nord-américaine, fréquentait les côtes françaises il y a 5 000 ans, bien avant que les premières populations de Acipenser oxyrinchus n’apparaissent dans la mer Baltique au cours du Moyen Âge (Desse-Berset, 2009). Des restes d’esturgeon de l’espèce Acipenser oxyrinchus ont été retrouvés sur les sites antiques d’Arnières-sur-Iton, « Le Chantier des Flotteurs » dans le département de l’Eure et Bennecourt, « Butte du Moulin à Vent », dans les Yvelines, ainsi qu’à Paris, le jardin du Carrousel, durant l’époque moderne, suggérant la possible cohabitation des deux espèces sur le bassin de la Seine.

12Qu’il s’agisse d’Acipenser sturio ou bien d’Acipenser oxyrinchus, l’esturgeon ne semble pas très répandu sur le bassin de la Seine durant les époques médiévale et moderne. B. Clavel (2001a, p. 145) signale sa régression dès le XIIe siècle, de même que W. Van Neer et A. Ervynck (2004), qui mentionnent une présence assez peu abondante dans les rivières belges au cours du Moyen Âge. Selon eux, l’esturgeon aurait éprouvé, encore plus tôt que les autres espèces de migrateurs anadromes, des difficultés à se maintenir dans les cours d’eau d’Europe de l’Ouest. D’une manière générale, la cause de la diminution de cette espèce, mise en évidence dès le VIIIe siècle (Benecke, 1986, dans Marinval, 2011, p. 179), est à mettre en relation avec l’aménagement des cours d’eau et la difficulté de rejoindre les frayères (Van Neer et Ervynck, 2004).

13Certaines observations d’espèces paraissent plus surprenantes. C’est notamment le cas du sandre et du silure. Elles sont mentionnées durant le second Moyen Âge sur le site de Chevreuse, « Le Château de la Madeleine », dans les Yvelines. Dans la mesure où les sources écrites n’évoquent les premières tentatives d’introduction de ces espèces dans le bassin de la Seine qu’à partir du XIXe siècle, on peut s’interroger sur leur mise en évidence sur certains sites dès le Moyen Âge. S’agit-il déjà d’essais d’introduction à partir de bassins voisins, de poissons qui ont fait l’objet d’un approvisionnement commercial ou bien encore d’erreurs d’identification ? Il est tout à fait possible que certains individus aient été introduits très localement, sans que leur implantation n’ait été couronnée de succès. Par ailleurs, des études archéozoologiques ont montré que le silure était également présent jusqu’au Moyen Âge dans les bassins de la Meuse et de l’Escaut. En effet, des restes ont été retrouvés jusqu’au XIIe siècle sur le site de Grimbergen, dans le bassin de l’Escaut, tandis que dans le bassin de la Meuse, ils ne semblent disparaître qu’à partir du XVe siècle (Van Neer et Ervynck, 2004). Le fait que cette espèce ne soit plus retrouvée dans les sources archéozoologiques et historiques pour les périodes postérieures est assez mal expliqué, sauf si on envisage le scénario d’une extinction récente. Selon W. Van Neer et A. Ervynck (2004), il se pourrait que l’espèce ait souffert à la fois de la surpêche, de la disparition des zones d’habitats indispensables à sa reproduction, mais également des conditions de refroidissement climatique liées au petit âge glaciaire entre 1550 et 1850. Selon B. Clavel (2013), le fait que des individus de très grande taille aient pu fréquenter la Meuse au cours de l’Antiquité indique que cette espèce devait trouver des conditions climatiques et hydrologiques favorables à cette époque, avant de disparaître au cours du Moyen Âge. Un reste de silure a été retrouvé en contexte archéologique sur le site de Boves dans la Somme. Daté du XIe siècle, il démontrerait, selon B. Clavel (2013), que cette espèce aurait fréquenté des bassins qui ne sont pourtant pas considérés comme étant des zones d’origine pour elle. Toutefois, la présence d’un seul reste trouvé en contexte archéologique ne nous semble pas être une preuve suffisante pour étayer cette affirmation. Il est possible que des silures aient fait l’objet d’une importation sur le site de Boves, d’autant plus qu’il s’agit, ici, d’un contexte castral. Un personnage de la noblesse aurait pu se faire offrir un poisson emblématique.

14Quant à la présence du flet, parfois très loin en amont de la limite actuelle des remontées de cette espèce, elle peut soulever certaines questions : ce poisson a-til été réellement pêché in situ ou bien s’agit-il d’un approvisionnement depuis un autre bassin ? Nous savons que le flet peut coloniser le réseau hydrographique très en amont. Au XIXe siècle, sur le bassin de la Loire, il remontait jusqu’à Roanne (Boisneau, 1991 dans Marinval, 2011, p. 172). Il remontait également sur la Sioule et la Dore, des affluents de l’Allier. Enfin, É. Moreau (1881) a évoqué une mention sur la Dordogne, dans le département du Lot. Actuellement, sur le Rhin, il lui arrive de parcourir jusqu’à 650 km en amont de la rivière (Kottelat et Freyhof, 2007). La présence du flet sur les sites de Paris, « La Cour carrée », « La Cour Napoléon » et « Hôtel de Beauvais », ainsi qu’à Vincennes, « Le Manoir Capétien », Brie-Comte-Robert, « Le Château », et Beauvais, rue Villiers-de-l’Isle-Adam, suggère que cette espèce pouvait également remonter très en amont du réseau hydrographique du bassin de la Seine, ou qu’elle était disponible sur les marchés aux poissons de mer dans ces villes dès le Moyen Âge, notamment à Paris et à Vincennes. Cependant, la livraison de poissons frais issus de la mer n’a débuté réellement qu’au cours de l’époque moderne, lorsque des moyens de communication suffisamment rapides ont été mis en place. On peut douter que de tels moyens existaient dès le XIVe ou le XVe siècle. Avant la période industrielle, les conditions de transport et le fait que les procédés de réfrigération n’étaient pas encore développés imposaient, en effet, de livrer le poisson frais de mer dans un rayon de 150 km au maximum à l’intérieur des terres (Hoffmann, 1995). Une autre possibilité est que ces poissons aient été consommés séchés comme cela a été remarqué par J. Desse et N. Desse-Berset (1992) à Paris à partir du XVe siècle pour les gadidés, et démontré en Belgique par la mise en évidence du séchage des plies au cours du XVe siècle (Pieters et al., 1994, dans Van Neer et Ervynck, 2004). Nous ne rentrerons pas dans le détail de toutes les espèces de cyprinidés observées sur les sites archéologiques, mais signalons toutefois la présence de la carpe dès le Moyen Âge à Paris, Vincennes et Brie-Comte-Robert.

15Enfin, certaines mentions d’espèces posent question quant à leur localisation. Nous citerons ainsi la présence de trois migrateurs sur des sites éloignés des routes migratoires connues pour ces espèces. C’est le cas du saumon identifié à Brie-Comte-Robert, de la grande alose à Chevreuse et enfin du flet à Beauvais et Brie-Comte-Robert. Ces espèces fréquentent essentiellement les grands axes comme la Seine et l’Yonne pour remonter en amont du réseau. D’un point de vue écologique, la possibilité qu’elles aient pu atteindre des petits cours d’eau tels que le Thérain à Beauvais ou l’Yvette à Chevreuse, notamment pour ce qui concerne le flet ou l’alose, semble peu probable. Il n’est pas impossible que ces poissons aient été pêchés ailleurs sur les grands axes ou bien qu’ils aient fait l’objet d’un commerce. Rappelons qu’à la fin du Moyen Âge, la demande en poissons de mer devient de plus en plus forte, au détriment du poisson d’eau douce. Cela a pu être vérifié, par exemple, dans le nord de la France par B. Clavel (2001a) ou bien à Paris par J. Desse et N. Desse-Berset (1992).

16Le contexte social des sites a très probablement une signification dans le fait que certaines espèces, telles que le sandre, le silure ou les migrateurs, soient représentées. Il s’agit principalement de contexte urbain ou castral, ce qui signifie que nous sommes en présence d’une population issue d’une catégorie sociale aisée, qui avait la possibilité et les moyens de se faire approvisionner en poisson de mer ou bien en espèces plus rares. Selon B. Clavel (2001b), Paris aurait, par exemple, profité dès le XIIIe siècle de conditions favorables pour l’approvisionnement en poissons de mer grâce aux chasse-marées.

17Toutefois, les données archéologiques présentent certaines limites dans la compréhension de l’évolution des peuplements de poissons. Tout d’abord, il est clair que les restes découverts en contexte archéologique sont le reflet d’une sélection opérée au préalable par l’homme. Ils sont généralement issus des déchets et proviennent bien souvent des latrines ou de fosses de rejets. Ils sont donc le reflet des choix effectués par l’homme en matière d’alimentation. Ils ne représentent pas l’ensemble des espèces qui pouvaient potentiellement être présentes dans les cours d’eau. Généralement, il s’agit d’espèces privilégiées par l’homme, et ce d’autant plus en contexte urbain ou castral. En contexte rural, où des populations moins aisées auraient tendance à pêcher ce qu’elles peuvent, à proximité de leur lieu de vie, on peut supposer disposer d’une image plus fidèle de la faune piscicole. Par ailleurs, comme nous l’avons déjà évoqué, il est difficile d’établir un lien entre le site de prélèvement, c’est-à-dire le site archéologique, et le(s) lieu(x) de capture. À moins d’effectuer des fouilles dans des paléo-chenaux, où les restes d’animaux se sont déposés naturellement et pour lesquels ces questions de sélection et de transport opérés par l’homme ne se posent donc pas, il restera difficile d’établir précisément la provenance des poissons pêchés.

… aux sources historiques

18En comparant ces données archéologiques avec la liste des espèces présentes au cours du XIXe siècle dans le bassin de la Seine (Beslagic et al., 2013), on remarque que le nombre total d’espèces a plus que doublé. Le nombre maximum rencontré sur les sites archéologiques a été mis en évidence à Paris, sur le site de « La Cour Carrée », et s’élève à 22, toutes périodes confondues. Toutefois, à Vincennes, sur le site de « La Tour des Salves », au cours de l’époque moderne, on a comptabilisé jusqu’à 18 espèces d’eau douce différentes. Beaucoup plus tard, au cours du XIXe siècle, on atteint le nombre impressionnant de 58 espèces sur l’ensemble du bassin de la Seine. Depuis le début du Moyen Âge, 23 espèces de poissons, a minima, y ont été introduites dont 18 au cours du XIXe siècle.

  • 1 Une espèce est dite « originelle » lorsque sa présence sur le bassin n’est pas supposée dépendre de (...)

19Cela a complètement modifié l’image de la faune piscicole du bassin de la Seine. 32 espèces en forment le fonds « originel1 ». Or, à l’heure actuelle, on estime à une cinquantaine le nombre présent. Selon que l’on prenne ou non en compte les migrateurs, dont certains ont fait un retour récemment observé, le nombre d’espèces varie entre 45 et 56. Ainsi, l’apparition de la carpe en France, dès le XIIe siècle sur le bassin Rhin-Meuse-Escaut (Liarsou, 2012, p. 295) et sur les bassins de l’Ouest au XIIIe siècle a été confirmée par des analyses archéologiques et historiques (Hoffmann, 1995 et 1996). Il en va de même pour la bouvière, introduite accidentellement en même temps que la carpe (Van Damme et al., 2007), alors que l’on considérait jusqu’à présent cette espèce comme étant autochtone sur le bassin de la Seine.

20Le XIXe siècle constitue ensuite une période charnière, car de nombreuses espèces sont alors introduites pour diverses raisons. La première est sans doute liée à la pénurie de poissons dans les rivières à cette époque. C’est ainsi que politiques et hommes de sciences se sont penchés sur les moyens à mettre en œuvre afin de protéger les ressources existantes, mais également de repeupler et d’augmenter les stocks de poissons dans les cours d’eau. Le procédé de fécondation artificielle des œufs de poissons, redécouvert par Rémy et Géhin en 1842 (Haxo, 1853), et la création, dans la foulée, d’un laboratoire d’embryologie artificielle au Collège de France ainsi que d’un établissement de pisciculture à Hunningue en 1852, ont permis de multiplier les essais de repeuplements dans les rivières, même s’ils n’ont pas tous été couronnés de succès en raison notamment d’un manque de connaissances liées à l’écologie des espèces mises à l’eau. Parallèlement, des introductions d’espèces en provenance d’Amérique du Nord ont été réalisées ; on compte parmi celles-ci l’omble de fontaine, la truite arc-en-ciel, le saumon de Californie ou encore le black-bass. L’essor de ces dernières est étroitement lié au développement de la pêche à la ligne. Mais certaines n’ont pas réussi à se maintenir naturellement dans le bassin. À l’heure actuelle, l’omble de fontaine et la truite arc-en-ciel sont encore présents, mais uniquement grâce à des repeuplements répétés (Belliard, 1994). Par ailleurs, notons le cas d’introductions non volontaires, telles que celles du sandre, de la grémille ou encore du hotu, qui ont bénéficié des canaux reliant les bassins de l’Est à celui de la Seine.

21Aujourd’hui, la moitié des espèces présentes dans le bassin de la Seine proviennent d’introductions. Qu’elles soient volontaires ou non, on pourrait penser qu’elles ont enrichi la faune piscicole du bassin. Or, l’introduction d’espèces allochtones n’est pas sans conséquence sur le milieu. Des répercussions peuvent être observées à la fois sur les espèces autochtones, avec en particulier des impacts de prédation et de compétition entre espèces, mais également sur l’écosystème des milieux aquatiques au sens large. Ainsi, la plupart des espèces introduites sont-elles aujourd’hui considérées comme invasives. Il est toutefois intéressant de noter que certaines, telles que la carpe, sont souvent considérées comme autochtones, dans la mesure où elles sont depuis longtemps acclimatées sur le bassin.

22Enfin, à côté de ces cas d’introductions, on a pu constater un certain nombre de disparitions (Beslagic, 2013, p. 175-196). Les sources historiques documentent notamment celles des migrateurs au cours du XIXe siècle. Celles du saumon ou de l’alose ont été dues principalement aux effets de l’aménagement des rivières pour la navigation. Les contemporains de cette période ont vu les représentants de ces espèces diminuer en abondance dans les grandes rivières habituellement fréquentées, en particulier la Seine et l’Yonne. Le lien avec la création des barrages et l’impossibilité pour ces poissons de remonter jusqu’aux zones de frayères a alors été mis en évidence. Des enquêtes, lancées par le Ministère des Travaux publics et confiées au service des Ponts et Chaussées, sur les moyens à mettre œuvre pour faciliter le passage des poissons migrateurs, sont parvenues jusqu’à nous. L’analyse de ces documents historiques nous permet de comprendre quelle a pu être l’importance du facteur anthropique dans la disparition d’un certain nombre d’espèces dans le bassin de la Seine.

Conclusion

23Les sources archéologiques et historiques offrent, en se complétant parfois, une image de la faune piscicole du bassin de la Seine sur un temps relativement long. Elles permettent, d’une part, de connaître quelles espèces constituaient le fonds faunistique du bassin, et d’autre part, de mettre en évidence les changements intervenus, en termes de présence ou d’absence, d’introduction ou de disparition au sein de cette faune et ce, sur le long terme. Finalement, l’histoire de cette faune piscicole est intimement liée à celle de l’homme : les données archéologiques et historiques montrent très clairement qu’il a, depuis longtemps, modifié le fonds piscicole du bassin. Contrairement à ce que laisse entendre les discours actuels sur les invasions biologiques, l’introduction et la manipulation d’espèces n’est pas un phénomène récent. Si l’introduction d’espèces dans les cours d’eau était courante au XIXe siècle, elle a également été pratiquée dès le Moyen Âge et probablement même auparavant. Ainsi, les données tirées des sources archéologiques et historiques viennent apporter un tout autre éclairage à l’histoire des milieux aquatiques et des faunes piscicoles qui les peuplent. En ce sens, la poursuite d’études similaires en sciences de l’environnement semble essentielle à la compréhension de l’histoire longue des milieux.

Bibliographie

Bibliographie

Belliard J. (1994) – Le peuplement ichtyologique du bassin de la Seine. Rôle et signification des échelles temporelles et spatiales. Thèse de doctorat, université Paris 6.

Benarrous R. (2009) – La grande Brenne aux périodes pré-industrielles (Indre). Contribution à l’histoire des paysages, des étangs et des relations socitétés/milieux dans une zone humide continentale. Approches historique, archéologique et paléo-environnementale. Thèse de doctorat, université Paris 1.

Berard L. (1998) – Le poisson : une denrée périssable. Études rurales, 148-149, p. 129-138.

Beslagic S., Marinval M.-C. et J. Belliard (2013) – CHIPS: a database of historic fish distribution in the Seine River basin (France). Cybium, 37, 1-2, p. 75-93.

Beslagic S. (2013) – Histoire des interactions entre les sociétés humaines et le milieu aquatique durant l’Anthropocène. Évolutions des peuplements piscicoles dans le bassin de la Seine. Thèse de doctorat, université Paris 1.

Clavel B. (2001a) – L’animal dans l’alimentation médiévale et moderne de la France du Nord (XIIIe-XVIIe siècles). Revue archéologique de Picardie, suppl. 9, 204 p.
— (2001b) – Les restes animaux de Bourg-la-Reine. Archéopages, 3, p. 12-19.
— (2013) – Les restes archéo-ichtyologiques témoins de la dégradation du milieu dulçaquicole dans le nord de la France. Revue du Nord, hors-série, coll. « Art et archéologie », 19, p. 41-55.

Clavel B. et Cloquier C. (2004) – Contribution des sources documentaires et archéologiques à l’étude des pratiques halieutiques fluviales médiévales et modernes dans le bassin de la Somme. J. Burnouf et P. Leveau (éd.), Fleuves et marais, une histoire au croisement de la nature et de la culture. Sociétés préindustrielles et milieux fluviaux, lacustres, et palustres : pratiques sociales et hydrosystèmes, Archéologie et histoire de l’art, 19, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, p. 201-210.

Desse J. et Desse-Berset N. (1992) – Pêches locales, côtières ou lointaines : le poisson au menu des parisiens du grand Louvre, du 14e au 18e siècle. Anthropozoologica, 16, p. 119-126.

Desse-Berset N. (2009) – First archaeological identification of Atlantic sturgeon (Acipenser oxyrinchus Mitchill, 1815) in France. Comptes rendus Palevol, 8, p. 717-724.

Haidvogl G., Lajus D., Pont D., Schmid M., Jungwirth M. et Lajus J. (2013) – Typology of historical sources and the reconstruction of long-terme historical changes of riverine fish: a case study of the Austrian Danube and northern Russian rivers. Ecology of Freshwater Fish. doi : 10.1111/eff.12103.

Haxo J. (1853) – De la fécondation artificielle des oeufs de poisons et de leur éclosion au moyen des procédés découverts par MM. Rémy et Géhin pour assurer le repeuplement des cours d’eau. Annales de la Société d’émulation du département des Vosges, 8, p. 13-93.

Hoffmann R.-C. (1995) – Environmental change and the culture of common carp in medieval Europe. Guelph Ichtyologic Review, 3, p. 57-85.

Hoffmann R.-C. (1996) – Economic development and aquatic ecosystems in medieval Europe. The American Historical Review, 101, p. 639-669.

Kottelat M. et Freyhof J. (2007) – Handbook of European freshwater fishes. Kottelat, Corvol, Freyhof, Berlin, 646 p.

Liarsou A. (2012) – Contribution de l’archéologie à la réflexion sur le partage entre nature et culture et mise en perspective historique des stratégies de gestion de la « biodiversité ». Thèse de doctorat, université Paris 1.

Marinval M.-C. (2011) – Sociétés et biodiversité animales à l’échelle du bassin versant de la Loire durant l’Holocène. L’exemple des vertébrés liés aux zones humides. Thèse de doctorat, université Paris 1.

Moreau É. (1881) – Histoire naturelle des poissons de la France. Masson, Paris, 3 vol., 478, 570 et 697 p.

Van Damme D., Bogutskaya N., Hoffmann R.-C. et Smith C. (2007) – The introduction of the European bitterling (Rhodeus amarus) to west and central Europe. Fish and Fisheries, 8, p. 79-106.

Van Neer W. et Ervynck A. (2004) – Apport de l’archéozoologie à la connaissance de l’exploitation de l’eau douce au Moyen Âge et l’époque contemporaine en Belgique. Benoit P., Loridant F., Mattéoni O. (éd.), Pêche et pisciculture en eau douce : la rivière et l’étang au Moyen Âge. Actes des 1res Rencontres internationales de Liessies, 27, 28, 29 avril 1998, Conseil général du Nord, Lille, 22 p.

Notes

1 Une espèce est dite « originelle » lorsque sa présence sur le bassin n’est pas supposée dépendre de l’action directe de l’homme.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation géographique des sites archéologiques des périodes médiévale et moderne ayant livré du matériel osseux ichtyologique, dans le bassin de la Seine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3976/img-1.jpg
Fichier image/, 144k
Légende Tableau 1. Liste des espèces piscicoles retrouvées sur les sites archéologiques du bassin de la Seine (MA : Moyen Âge ; TM : Temps modernes).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3976/img-2.jpg
Fichier image/, 297k

Auteurs

Université Panthéon-Sorbonne – Paris I. Université Pierre-et-Marie-Curie – Paris 6 UMR 7619, Sisyphe

Irstea, Unité Hydrosystèmes et bioprocédés

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540