Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Une maison médiévale en pierre sur le site de l’ancien tribunal de Verneuil-sur-Avre (Eure)

A Medieval stone house on the site of the old court in Verneuil-sur-Avre

Astrid Lemoine-Descourtieux

Résumé

L’ancien tribunal de Verneuil a été récemment daté de l’époque médiévale et apparenté aux « perrins » de la ville. Une opération de sondages a mis en évidence les grands traits architecturaux de cet édifice aux XIIe-XIIIe siècles et permis de reconstituer son évolution propre jusqu’à nos jours. Les interventions sur le bâti ont mis au jour plusieurs baies médiévales réparties sur trois niveaux. Conformément aux prescriptions de la Commission interrégionale de la recherche archéologique Grand-Ouest, aucun niveau médiéval n’a été touché par cette opération.

The old court of Verneuil was recently dated to the medieval times and was similar to the town’s “perrins”. Some archaeological surveys revealed the major architectural features of this building in the 12th-13th Centuries and made it possible to trace its evolution to the present day. Intervention work on the building exposed several medieval openings spread over three levels. In accordance with the guidelines of the Commission interrégionale de la recherche archéologique Grand-Ouest [Western Interregional Commission of Archaeological Research], no medieval layers were touched during this operation.

Texte intégral

  • 1 Pour les recherches menées actuellement à Verneuil-sur-Avre, voir Lemoine-Descourtieux, 2010a et 20 (...)

1Le bâtiment principal de l’ancien tribunal de Verneuil a été reconnu comme maison médiévale au cours d’une visite de prospection en 20071. Le site a pu être investi et étudié en 2011, après avoir été vidé de ses fonctions administratives et peu avant sa mise en vente. L’édifice se situe sur la parcelle cadastrale P 139, au 27, rue Aristide-Briand.

Une maison médiévale bien préservée

Les caractéristiques génériques : dimensions et matériaux

  • 2 Le grison est un matériau local qui, en l’absence de calcaire propre à la construction, a servi de (...)

2Le bâtiment principal présente un plan oblong et parallélépipédique de 14,5 m de longueur sur 10 m de largeur hors-œuvre, orienté nord-sud (fig. 1). L’épaisseur des murs est de 0,9 m en moyenne ; ils sont construits en blocage de silex et renforcés par des chaînages d’angle en grison2. Ils sont également parementés de silex disposés en assises régulières liées par un fin mortier. Les murs ont subi des restaurations importantes sur toutes les surfaces (colmatage et enduits, percement de baies en briques…) mais certaines parties d’origine sont encore bien visibles sur les façades est et ouest. Le mur sud a entièrement disparu vers 1862 et le mur nord est actuellement masqué par la maison voisine d’époque moderne, construite en pan de bois, qui lui est accolée. Le pignon nord est dégagé mais recouvert d’un enduit en ciment. Trois des quatre chaînages d’angles en grison sont conservés et permettent de restituer les dimensions d’origine de la maison. Seul celui de l’angle sud-ouest a disparu à la fin du XVIIe siècle.

Les résultats des sondages sur les élévations : répartition des niveaux et baies médiévales en grison

3Les sondages et relevés sur le bâti ont été réalisés à la cave et au rez-de-chaussée actuels, sur les murs nord, est et ouest. Ils ont révélé la présence de trois niveaux anciens : une cave semi-enterrée, d’une hauteur initiale de 2,2 à 2,25 m, sous la partie nord du bâtiment, un rez-de-chaussée, d’une hauteur de 3,55 à 3,6 m, et un étage, probablement à combles ouverts, dont la hauteur exacte ne peut être restituée. Ces niveaux médiévaux sont caractérisés par des baies en grison et ont été reconnus grâce aux seuils de portes qui ont pu être mis au jour (fig. 2).

Le premier niveau

4La cave, aujourd’hui enterrée, était ouverte sur les murs latéraux. Elle est fermée au sud par un mur de refend qui provient d’une réfection postérieure. Il n’est pas possible de savoir si, à l’origine, elle se prolongeait au sud sous l’ensemble de l’emprise de la maison. Elle mesure actuellement 5,5 m de longueur sur 7,15 m de largeur intérieure, mais les murs ayant été renforcés et doublés à l’époque moderne sur le côté est, on peut lui restituer une largeur initiale de 8,2 m.

Fig. 1. Verneuil-sur-Avre, tribunal : plan du rez-de-chaussée du bâtiment médiéval (DAO : N. Bolo, d’après X. Derbanne et A. Lemoine-Descourtieux).

Fig. 2. Verneuil-sur-Avre, tribunal : reconstitution schématique de la maison, façade est (DAO : N. Bolo, d’après A. Lemoine-Descourtieux).

Fig. 3. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur est du rez-de-chaussée, porte de la cave et trace d’escalier extérieur (cliché : A. Lemoine-Descourtieux).

5On accédait à cette cave par l’extérieur sur les côtés est et ouest, où ont été dégagées deux portes. Sur le mur oriental, une porte en grison à arcature en plein cintre a été entièrement mise au jour (fig. 3). Elle est aujourd’hui comblée dans sa partie enterrée, seule une baie d’aération en briques a été ménagée dans la partie supérieure. La porte mesurait 1,61 m de hauteur sous arc pour 1,1 à 1,2 m de largeur. L’arcature est formée de quatre grands claveaux de largeurs et de longueurs irrégulières, en grison et sans clef. Ils sont chanfreinés sur la façade extérieure. La partie sommitale est légèrement affaissée, en raison de l’absence de clef. Ce schéma de baie en plein cintre, chanfreinée et sans clef a été retrouvé dans quelques édifices religieux de la région : Saint-Victor-sur-Avre (canton de Verneuil-sur-Avre), Bois-Anzeray (canton de Rugles) ou encore Notre-Dame d’Épinay-en-Ouche (canton de Beaumesnil). Toutes sont datables du courant du XIIe siècle.

6Cette porte était précédée à l’extérieur par un escalier de quatre marches dont les fondements ont été dégagés. Il se prolongeait dans l’épaisseur du mur et dans la cave. Les archives récentes nous apprennent que cet escalier, comprenant neuf marches de pierre dure, et les murs l’encadrant ont été reconstruits en 1748. La porte a été condamnée et l’escalier comblé en 1798.

7Sur ce même mur oriental, à l’intérieur de la cave, subsiste une baie très remaniée, ébrasée intérieurement avec appui rampant. Elle pourrait témoigner de la présence d’une ouverture plus ancienne. Elle n’a pas été dégagée en raison de la fragilité de la structure.

  • 3 Archives départementales de l’Orne (ADO), C 8.

8Le mur ouest est également ouvert sur l’extérieur par une large porte à piédroits en grison et en grès. Elle est comblée et n’a pu être sondée que de l’intérieur. Elle a mesuré 2,5 m de hauteur maximum pour une largeur de 1,65 m à 1,7 m. Elle est associée à une armoire murale en grison de 0,44 m de largeur sur 0,38 m de hauteur. Cette armoire est située à 1,34 m du niveau des fondations. Cet espace de rangement était probablement destiné au luminaire, ainsi accessible dès l’entrée de la cave. Cette porte présente plusieurs remaniements (remplacements des pierres de ses piédroits en grès et grison, rehaussement). Le plancher de cette cave a été plusieurs fois modifié (abaissé puis relevé) entre la fin du Moyen Âge et 1748. On remarque d’autres transformations comme le doublement du mur oriental, des changements de type de maçonnerie et de matériaux. De plus, une vaste cheminée en grès (fin du XVe siècle ?) située sur le mur nord a été en partie mise au jour au rez-de-chaussée. Elle pénètre largement dans le sol du rez-de-chaussée (de 0,61 m), si bien que sa base se situe aujourd’hui dans la cave, derrière le madrier soutenant actuellement le plancher, dont la réfection peut être datée de 17483.

Le deuxième niveau

9Le rez-de-chaussée présente également des percements médiévaux. Au sud de la porte de la cave, deux baies à arcatures de grison ont été découvertes sur la face intérieure du mur oriental (fig. 4). Elles sont partiellement préservées. La baie nord, conservée et comblée dans sa moitié sud, présente une arcature en plein cintre à petits claveaux, la partie nord a été détruite par la création d’une nouvelle porte d’accès au jardin. L’arcature et les piédroits sont chanfreinés. L’arcature sud n’est que très partielle : seule sa moitié sud est conservée. Comme la précédente, elle est composée de petits claveaux de grison chanfreinés et présente une même hauteur sous clef. Les parties conservées de ces arcs permettent de restituer à ces ouvertures une largeur intérieure comprise entre 0,9 et 1 m pour une hauteur de 2,3 à 2,4 m. Ces deux ouvertures étaient espacées d’environ 1 m. Ces baies sont comparables à celles d’une maison médiévale voisine, connue aujourd’hui sous le nom de « chapelle de l’Assomption » (Lemoine-Descourtieux, 2010b), où trois portes en rez-de-chaussée, larges de 0,92 à 1,07 m, à arcatures en plein cintre et piédroits de grison chanfreinés, sont espacées de 2,36 et 2,1 m.

Fig. 4. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur est du rez-de-chaussée (relevé : X. Derbanne).

Fig. 5. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur est du rez-de-chaussée, baie vue de l’intérieur (cliché : A. Lemoine-Descourtieux).

10La baie au sud a été partiellement comblée et remplacée par une porte plus petite, en grison (fig. 5). Cette porte est encore en place et a pu être dégagée jusqu’à son seuil. Elle mesure 0,7 m de largeur pour une hauteur de 1,85 m. Elle possède également une arcature en plein cintre, formée cette fois-ci de trois grands claveaux et d’un plus petit. Les claveaux sont décentrés afin d’éviter l’affaissement au point le plus haut. Cette configuration rappelle celle des baies du chœur de Notre-Dame de Chennebrun (canton de Verneuil), datables de la fin du XIIe ou du début du XIIIe siècle. Un sondage dans la maçonnerie comblant cette ouverture a montré que la feuillure et les gonds étaient situés vers l’extérieur et que les piédroits étaient chanfreinés sur les deux faces. Les piédroits reposent sur deux grosses pierres de seuil qui ont probablement été posées sur le sol antérieur. Le mur ouest du rez-de-chaussée présente également deux ouvertures. Une petite fenêtre en grison, partiellement préservée, a été dégagée à moins de 2 m du chaînage d’angle sud-ouest. Le piédroit nord, seul élément conservé, est très fortement ébrasé. La partie sommitale, constituée de deux claveaux en grison, paraît trop remaniée pour pouvoir restituer une véritable arcature.

11À 2,4 m au nord de cette fenêtre est conservée une porte de 1,7 m de largeur intérieure pour une hauteur de 2,5 m (fig. 6). Cette baie, dont l’arcature à petits claveaux et clef centrale est surbaissée, est en grison à arêtes vives. Aucune autre baie n’a été découverte sur ce mur qui a été entièrement sondé.

Le troisième niveau

12Le niveau de sol de l’étage a pu être déterminé grâce à la présence d’une baie haute sur le mur ouest, située à 0,79 m de l’extrados de la porte (fig. 6). Le seuil et le piédroit nord de cette porte d’étage ont pu être dégagés sur une hauteur de 0,8 m. Cette porte est comparable par son emplacement et par sa configuration à celle de la façade sud de la maison dite « chapelle de l’Assomption ».

13Le grenier actuel a pu être visité. Le pignon nord a révélé la présence de deux baies hautes en grison. Elles sont très ébrasées et sont constituées d’une grande arcature dans laquelle s’insère une ouverture quadrangulaire (fig. 7 et 8). Les arcatures sont en plein cintre, à petits claveaux et clef centrale et sont prolongées par des piédroits. Elles sont hautes de 0,92 m à l’est, de 0,98 m à l’ouest et larges de 1,2 m. L’ouverture ouest est bien visible, elle mesure 0,7 m de hauteur pour 0,43 m de largeur. Elle est constituée d’une allège et d’un linteau monolithes en grison et de piédroits à arêtes vives. Ces ouvertures se devinent encore sur la façade extérieure du pignon, sous un enduit en ciment. Ces éclairages hauts, placés dans les murs pignons, sont courants dans les maisons romanes (Garrigou-Grandchamp, 2008, p. 68). Ils pourraient témoigner d’un état primitif à combles ouverts sur la grande salle d’étage.

Fig. 6. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur ouest du rez-de-chaussée (relevé : X. Derbanne).

Fig. 7. Verneuil-sur-Avre, tribunal : pignon nord vu de l’intérieur, baie haute (ouest) (cliché : A. Lemoine-Descourtieux).

Les sondages au sol

La cave

  • 4 Ces pièces furent frappées sur des monnaies réformées à partir du 28 août 1791 et démonétisées en 1 (...)

14Dans la cave, les sondages ont été pratiqués au pied des portes est et ouest et devant la baie ébrasée à l’est, jusqu’au niveau des fondations. Les remblais n’ont pas livré de mobilier médiéval et la couche la plus ancienne, située au niveau des fondations, est datable de la fin du XVIIe ou du début du XVIIIe siècle. Une monnaie d’argent, un quatre sol « aux deux L couronnés », a été trouvée à proximité des fondations ; elle est datable de la décennie 1690 (dernier chiffre effacé4).

Fig. 8. Verneuil-sur-Avre, tribunal : pignon nord vu de l’intérieur, relevé de la baie haute (ouest) (X. Derbanne).

15Un niveau de sol intermédiaire, soigneusement marqué par une couche de mortier datable du courant du XVIIIe siècle, témoigne de la continuité d’utilisation de la cave. Le mobilier, composé de fragments épars de pavés et tuiles en terre cuite, plats, assiettes, pichets en grès ou en faïence, verrerie d’époque moderne, rejets culinaires, montre que cette cave a été utilisée comme dépotoir du XVIIIe au XXe siècle.

La cour

  • 5 Archives départementales de l’Eure (ADE), 679 Edt/105, passim.

16Les sondages au sol à l’intérieur de la maison n’ont pas livré de mobilier. En revanche, l’exploration de l’escalier extérieur de la cave et de son prolongement, en particulier des couches composant son comblement, a permis de recueillir un abondant mobilier contemporain des XVIIIe-XXe siècles. Une monnaie de bronze, un centime de franc daté de l’an VI et attribué à l’atelier Dupré, est à rapprocher de travaux consécutifs à un incendie survenu dans la nuit du 25 au 26 nivôse de l’an VI. Un devis des 15-16 janvier 1798 préconisait justement la fermeture de cet accès et l’on sait que les travaux furent exécutés entre pluviôse (fin janvier) et germinal (avril) de l’an VI (1798)5.

17Au-delà de l’escalier, la couche la plus ancienne sondée au cours de cette opération a livré quelques rejets culinaires, de minces fragments d’ardoises, de briques et tuiles à crochets dont certaines sont vernissées ainsi que des tessons de céramique et grès à parois fines datables de la fin du Moyen Âge.

Insertion dans le plan urbain médiéval

18Le bâtiment se trouve dans la ville ancienne, dans la partie orientale du bourg constituée des paroisses de Saint-Jean et de la Madeleine (fig. 9). La parcelle est située entre le chevet de l’église de la Madeleine et les anciennes fortifications, à proximité de la porte de Tillières. Plusieurs vestiges ou mentions de maisons médiévales ont déjà été relevés à proximité.

Implantation de la maison dans sa parcelle

19La maison est située en milieu d’îlot. Les limites d’origine de la parcelle ne sont pas précisément définies. Nous savons néanmoins qu’elle était bordée au nord-ouest par une autre maison romane (parcelle cadastrale P 1159). Dans la partie inférieure de la maison, l’absence de fenêtre basse au nord et la présence de la cheminée rendent plausible une situation en limite de parcelle. La disparition du mur pignon sud et l’absence totale d’informations à son sujet ne nous permettent pas de privilégier pour le Moyen Âge un accès principal de ce côté, comme c’est le cas aujourd’hui.

  • 6 ADE, 4 E-11/137, 5 janvier 1870.
  • 7 Archives municipales de Verneuil (AMV), Registre des délibérations municipales, no 11, fol. 10.
  • 8 ADE, 5 O-6 et 1 J-281/11 et/14. À Verneuil, de nombreuses maisons possédaient leur propre puits, da (...)

20Plusieurs indices, comme l’éloignement de la voirie et la présence aux niveaux inférieurs de larges baies et portes ouvertes sur les murs gouttereaux, permettent d’établir que la maison médiévale était entourée d’espaces libres. Il est possible que l’actuelle cour privée adjacente à l’ouest (parcelle cadastrale P 137-138) autrefois venelle publique tombée dans le domaine privé6, ait constitué un ancien accès à la maison après démembrement de la parcelle d’origine. Les registres des délibérations municipales notaient d’ailleurs en 1792 que les îlots constituant la ville étaient autrefois percés de nombreuses venelles identiques7. Les ouvertures plus étroites à l’est pourraient appartenir à une sphère privative, donnant sur une cour intérieure ou bien sur l’hortus médiéval. Dans l’espace situé entre le mur sud de la maison et la rue Aristide-Briand, il existait autrefois un puits, qui a disparu avec les aménagements du XIXe siècle8.

21Cette maison, dépourvue d’éléments décoratifs, semble essentiellement tournée vers la résidence et a sans nul doute été édifiée dans le cadre de la tenure en bourgeoisie propre à Verneuil. Deux chartes copiées à la fin du XIIe siècle (Secousse, 1734, p. 634-645) contiennent des articles concernant les conditions du lotissement de la ville. Le roi faisait attribuer à chaque nouveau bourgeois trois acres de terre, un jardin (hortus) (Higounet-Nadal, 1989, p. 117) et une maison (domus) ou un emplacement constructible (platea). Celui-ci est également appelé « fonds de bourgage » (burgensia) désignant ainsi l’assiette fiscale de référence.

22Les autres maisons en pierre des XIIe-XIIIe siècles repérées dans chacun des trois bourgs d’origine présentent une grande variété d’implantation. Elles se situent soit en bordure de rue (mur gouttereau ou mur pignon), soit en retrait parallèlement ou perpendiculairement à la voirie (Lemoine-Descourtieux, 2011a). Pour la plupart de ces maisons, de larges ouvertures en rez-de-chaussée ou à l’étage, parfois les deux, montrent indéniablement qu’elles donnaient sur des espaces non bâtis.

Insertion de la parcelle dans le réseau viaire

23Il est probable que la parcelle bénéficiait depuis l’origine d’un accès dans la rue Aristide Briand, prolongement de l’actuelle rue de la Madeleine et anciennement Grande-Rue de la Madeleine. Elle constituait un axe majeur au Moyen Âge, traversant la ville d’est en ouest pour relier les portes de Tillières et de Breteuil. L’actuelle rue du Nouveau-Monde resta une impasse menant au cimetière de la Madeleine jusqu’au XIXe siècle. Elle n’a été ouverte sur la rue de la Pomme-d’Or que lors de la disparition de ce cimetière.

24Les propriétés bordant ces deux rues paraissent être issues de démembrements de la parcelle d’origine et d’espaces pris sur la voirie. Elles sont nées d’une densification récente du tissu urbain, à mettre sans doute en rapport avec l’arrivée de la Route royale de Paris en Bretagne par la Porte de Tillières au XVIIIe siècle. Dans ce secteur fortement soumis à la pression immobilière, les maisons sont pour la plupart datées de la même période ou plus tard.

Cohérence avec nos connaissances sur le tissu urbain de Verneuil aux XIIe-XIIIe siècles

25Ces constatations permettent d’esquisser des éléments de réponse sur l’organisation interne de chaque parcelle, qui semble avoir été laissée à l’appréciation de son détenteur.

26Par ailleurs, la présence fréquente d’espaces libres autour des maisons, au sein de la platea, dénote une aération importante du tissu urbain. Ces remarques sont cohérentes avec la très grande quantité d’espaces disponibles aux XIIe et XIIIe siècles à l’intérieur de l’enceinte (44 ha) et au sein de chacune des six paroisses.

27Les limites extérieures de la ville furent définies très tôt et rappelées dès 1131 sous ces termes : « [extra] clausum villae » (Cronne, Johnson, 1956, p. 373, no 252). Les lots (plateae) ont été attribués par l’administration royale normande au fur et à mesure de l’arrivée des bourgeois (Secousse, 1734, p. 634-645). La taille de ces lots n’est pas connue, ni la progression de l’occupation de la ville. Il est probable que le réseau viaire et les espaces publics aient été préétablis puisque les chartes prévoyaient dès le XIIe siècle des sanctions en cas d’empiètement par les particuliers. Ils ont été dessinés en fonction de diverses contraintes : divisions intérieures de la ville en trois bourgs par des fossés en eaux et des murs intérieurs, portes intérieures et extérieures, emplacement des églises paroissiales et de leurs cimetières, etc. La dispersion des vestiges déjà identifiés (fig. 9), nos connaissances sur les édifices religieux, même disparus, et les traits relatifs à la société de Verneuil dans le récit du siège de 1173 (Lemoine-Descourtieux, 2011b, p. 326-343), permettent cependant de penser que toutes les paroisses furent peuplées de manière concomitante et non les unes après les autres.

Évolution de la maison après le Moyen Âge

Fin du Moyen Âge et début de l’époque moderne (XVe-XVIe siècles) : redéfinition des niveaux

  • 9 Ces derniers éléments ont déjà été exposés dans une publication précédente : Lemoine-Descourtieux, (...)

28La fin du Moyen Âge témoigne d’une complète reprise des niveaux anciens, de certaines baies et de la charpente. Ces réaménagements se caractérisent par l’emploi de nouveaux matériaux : le grès et la pierre calcaire9.

La cave

29Des corbeaux de grès taillés en quart-de-rond dans les murs nord et sud de la cave témoignent de la réfection du plancher.

Le rez-de-chaussée

  • 10 Le grès est sans doute utilisé précocement à Verneuil, peut-être dès le XIIIe siècle, mais il appar (...)

30Une cheminée a été partiellement dégagée sur le mur nord, dont l’embase se situe à 0,48 m au-dessus des seuils médiévaux, témoignant d’un rehaussement du plancher au-dessus de la cave ; son altitude est cohérente avec le niveau des corbeaux de grès de la cave. Elle est construite en grès à piédroits chanfreinés. D’après l’usage du grès appareillé, peu courant à Verneuil pour les périodes anciennes10, elle remonterait au plus tôt au XVe siècle mais l’absence d’éléments décoratifs fiables ne permet pas de préciser davantage sa datation. Une baie à forts ébrasements de grès fut aménagée dans le mur est, au nord de la porte de la cave. Le linteau qui la surmonte est sans doute rapporté. Le grès et le départ d’un meneau permettent de lui conférer une datation du courant du XVe siècle au plus tôt.

Fig. 9. Verneuil-sur-Avre, éléments reconnus d’époque médiévale reportés sur le cadastre de 2010 (DAO : N. Bolo, F. Carré et A. Lemoine-Descourtieux).

Les étages

  • 11 ADE, III F-228.

31Une fenêtre en pierre calcaire à allège finement sculptée a été percée au-dessus de la baie en grès. Le couronnement en accolade est une adjonction en plâtre du XIXe siècle ou du début du XXe siècle11. Les piédroits moulurés, qui se poursuivent en réalité jusqu’à la corniche, et l’allège représentant une frise d’animaux, acanthes et feuilles de chêne, sont datables du début du XVIe siècle. La baie était autrefois pourvue d’un meneau vertical, dont l’encastrement est encore visible sur le dessus de l’allège.

  • 12 J’adresse mes remerciements à F. Épaud (chercheur au CNRS, UMR 6173, université de Tours) pour la d (...)

32La charpente actuelle est datable de la fin du XVe siècle ou du début du XVIe siècle12. L’arase du pignon nord montre un rétrécissement autour des baies romanes. Elle a donc été abaissée par rapport à la charpente d’origine. Elle est structurée par quatre fermes principales et des pannes intermédiaires. La première ferme se situe à 1,1 m du pignon nord et l’espacement entre les fermes est de 2,87 m en moyenne. Elles sont renforcées de jambes de force et d’aisseliers. Elles reposent sur des poinçons dont la base moulurée est aujourd’hui prise dans une chape de béton.

  • 13 Sur la fermeture des combles, voir Meirion-Jones et al., 1995.
  • 14 La ville a été mise à sac et incendiée en 1356 et 1373. Sa libération date de 1449.

33Les remaniements des baies du rez-de-chaussée et de l’étage semblent correspondre, avec la charpente, à une reprise complète des niveaux intérieurs de la maison, peut-être dès la fin du XVe siècle ou au début du XVIe siècle13. Ces changements importants sont à rapprocher de ceux déjà observés pour l’ancienne « chapelle de l’Assomption » (Lemoine-Descourtieux, 2010b) à la fin du XVe siècle. Ils correspondent souvent à des modes de vie nouveaux et à l’amélioration du confort intérieur (chauffage, éclairage, partition en plusieurs pièces…). Ils peuvent également être attribuables à une nécessité de restaurer un bâtiment ancien et vétuste ou encore au relèvement de Verneuil après la guerre de Cent Ans14.

Depuis la fin du XVIIe siècle : nouvelles fonctions et restructurations

34À la fin du XVIIe siècle, cette maison devint le siège du bailliage de la vicomté de Verneuil. Cette nouvelle destination a affecté son architecture et profondément modifié ses dispositions intérieures. Une grande cour fut aménagée à l’est de la maison et ceinte de hauts murs de grès le long de la rue de la Pomme-d’Or.

Redistribution intérieure de la maison médiévale aux XVIIe et XVIIIe siècles

  • 15 ADO, C 8.
  • 16 Voir les plans de Verneuil : ADO, C 109 (plan vers 1735) et atlas de Trudaine et Perronet, Archives (...)

35La cave fut nettoyée et remise en service, on y relève l’absence de couche antérieure à la fin du XVIIe siècle. L’accès à l’ouest semble avoir fonctionné jusque dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle et fut obturé par-dessus le niveau de sol intermédiaire. Ce niveau pourrait correspondre à une série de travaux d’entretien et de restauration renseignés par les archives et entrepris en 1748-174915. L’accès oriental par la cour fut préservé, son escalier fut restauré ainsi que les madriers et le plancher de la cave. À cette occasion, le mur oriental fut doublé. Le plancher de la cave fut rehaussé de 0,8 m par des rangs de briques au-dessus des corbeaux de grès, de sorte que sur le mur nord, la base de la cheminée en grès du rez-de-chaussée se retrouve désormais incluse dans le niveau de la cave, derrière le madrier oriental. Le rez-de-chaussée de la maison médiévale a été cloisonné dans sa partie sud par des murs de grès de 0,5 m d’épaisseur afin d’établir quatre cachots, dont deux sont parfaitement conservés. Sur le mur gouttereau est, la petite porte désormais incluse dans un cachot fut obturée. Il est possible que la grande porte voisine, permettant d’accéder au jardin, ait été encore en service. La grande porte du mur ouest a pu fonctionner tant que l’accès à la rue du Nouveau-Monde resta possible par la venelle16. La partie nord de ce niveau fut dédiée au logement du concierge, elle fut réaménagée en 1748.

36Un escalier menant à l’étage est mentionné en 1748. Il est possible qu’il ait été adossé au mur sud, derrière les cachots, ou au mur gouttereau ouest. Il permettait d’accéder à la grande salle de l’étage, devenue la salle d’audience du bailliage.

  • 17 ADO, C 8 et ADE, 679 E-dt/105 (pièces relatives à l’évasion du 18-19 messidor an XIII).
  • 18 AMV, Registre des délibérations municipales, no 9, fol. 29-30.

37Une chapelle dédiée à saint Joseph, décrite comme voisine de la chambre du conseil et contiguë à la salle d’audience, était sans doute située dans la partie méridionale et communiquait directement avec la salle d’audience. Elle était ouverte sur le palier par de larges fenêtres vitrées et garnies de barreaux. Cette chapelle était coiffée d’un petit clocher et accolée à un beffroi. Ce dernier était charpenté en croix de saint André, éclairé par huit lucarnes et couvert d’une demi-coupole ardoisée17. Désaffectée pendant la Révolution, la chapelle fut divisée pour former deux cachots. Elle a définitivement disparu entre 1848 et 1865. Son clocher, dont la charpente et les lucarnes étaient en mauvais état, aurait été démonté dès 182718.

Construction au XVIIe siècle d’une aile prolongée au XVIIIe siècle

  • 19 ADE, 160 L 5, fol. 165-166. À noter que les placards mis en place à cette occasion sont encore prés (...)

38Une aile en grès à deux niveaux a été accolée à la maison médiévale, contre la moitié sud du mur oriental. Elle était composée au rez-de-chaussée d’une grande salle chauffée par une cheminée et d’un escalier menant à l’étage, probablement logé contre la maison médiévale. Le niveau supérieur accueillit la chambre du conseil. Celle-ci fut modifiée et divisée en deux parties en 179119.

  • 20 ADO, C 8, cité supra et ADE, 679 Edt/105, voir infra.

39En 1748, les devis décrivant sommairement les lieux indiquent que les deux bâtiments ne communiquaient entre eux que par l’extérieur. À l’étage, une galerie de bois, actuellement disparue, reliait la maison médiévale (salle d’audience) et l’aile en grès (chambre du conseil). Un escalier à vis en bois a été aménagé à la liaison de la maison et de l’aile en grès entre 1748 et 179820.

40Cette aile fut prolongée entre 1748 et 1784 par un une construction en briques et moellons élevée sur trois niveaux. Au rez-de-chaussée, elle accueillit deux cachots, un escalier droit contre le mur oriental, une pièce au premier étage et un niveau sous combles aveugle sur la cour mais éclairé par une baie donnant sur la cage d’escalier.

  • 21 ADE, 679 Edt/105, passim. Le feu a pris dans un cachot et s’est propagé au couloir, le plancher de (...)

41En 1798, un important incendie donna lieu à des travaux de réfection et de restructuration au rez-de-chaussée21. L’appartement du concierge au rez-de-chaussée de la maison médiévale fut refait. L’accès à la cave par le mur oriental fut bouché et l’escalier comblé. Un nouvel accès, par lequel on passe encore actuellement, fut aménagé à l’intérieur de la maison dans le corridor en face des cachots.

Les interventions de Louis-Étienne Bourguignon

  • 22 ADE, 1 J 281/14 et 21 O 3/68 ; AMV, Registre des délibérations municipales, no 13, fol. 12.

42Au XIXe siècle, après la condamnation de l’entrée ouest par la rue du Nouveau-Monde, l’unique accès par la rue Aristide-Briand était réputé dangereux en raison de l’encombrement des propriétés voisines. Celles-ci furent acquises en 1859-1860 par la municipalité pour être détruites22. Au sud de la maison médiévale, la chapelle et le beffroi avaient entre temps disparu : le beffroi au début du XIXe siècle et la chapelle après 1848.

  • 23 ADE, 1 J 281/11 et 14 ; AMV, Registre des délibérations municipales, no 13, passim.

43De grands travaux de restructurations internes intervinrent à partir de 1862, sur le projet architectural de Louis-Étienne Bourguignon23. Après enlèvement du mur sud de la maison médiévale, un avant-corps débordant de 3 m fut édifié en style néogothique. Il forme la façade actuelle. Cet espace permit de revoir entièrement les circulations à l’intérieur du bâtiment en créant un vestibule, un large escalier et à l’étage, un palier desservant la chambre du conseil et la salle d’audience.

Conclusion sur la maison médiévale

44Si ces bâtiments conservent leur importance comme lieu de justice renseignés en abondance par les sources écrites depuis les XVIIIe et XIXe siècles, il est essentiel de retenir ce que les interventions ont permis de découvrir sur le bâtiment médiéval.

45En effet cet exemple, qui s’ajoute à ceux déjà connus à Verneuil, Breteuil ou Tillières, montre que le schéma de la maison urbaine en pierre était courant aux XIIe-XIIIe siècles. Comme ses congénères souvent nommées « perrins », elle est intimement liée au droit de bourgeoisie et ne s’inscrit pas dans un contexte aristocratique (maisons patriciennes), ni religieux (maisons de chanoines, propriétés conventuelles en ville…), ni même prestigieux.

Bibliographie

Bibliographie

Cronne H.-A. et Jonhson C. éd. (1956) – Regesta Regum Anglo-Normannorum. II, Regesta Henrici primi. Oxford, Clarendon Press.

Garrigou-Grandchamp P. (2008) – Demeures médiévales, cœur de la cité. Remparts (réédition), 128 p.

Higounet-Nadal A. (1989) – Les jardins urbains dans la France médiévale. Jardins et vergers dans l’Europe occidentale VIIIe-XVIIIe siècles, Flaran 9, Auch, p. 115-144.

Lemoine-Descourtieux A. (2010a) – Les maisons médiévales en pierre de Verneuil-sur-Avre (Eure). Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 229-238.
— (2010b) – Un perrin de Verneuil ? L’ancienne chapelle de Notre-Dame des Grâces, dite aussi chapelle de l’Assomption. Bulletin des amis des monuments et sites de l’Eure, 137, décembre, p. 38-51.
— (2011a) – Eure. Verneuil-sur-Avre : recherches sur l’habitat médiéval en pierre en milieu urbain. Bulletin monumental, Société française d’archéologie, 169-2, Paris, p. 145-148.
— (2011b) – La frontière normande de l’Avre de la fondation de la Normandie à sa réunion au domaine royal (911-1204). Rouen, PURH, 450 p.
— (2012) – L’ancien tribunal de Verneuil-sur-Avre. Bulletin des amis des monuments et sites de l’Eure, 144, septembre, p. 13-21 et 41-46.

Meirion-Jones G., Jones M. et Pilcher R.-J. (1995) – L’insertion des plafonds dans les salles à charpente apparente en Bretagne : un phénomène des XVIe-XVIIe siècles. Le bois dans l’architecture, actes des colloques de la direction du patrimoine, Rouen, novembre 1993, Paris, CNMHS, p. 67-80.

Montenat C., Lemoine-Descourtieux A. et Wasylyszyn N. (2012) – Une pierre étrange, le grison dans l’histoire du bâti entre Val de Seine et bords du Loir. AGBP-AMSE, Mémoire hors-série no 8, 128 p.

Secousse D.-F. éd. (1734) – Ordonnances des rois de France. IV, Paris, Imprimerie royale.

Notes

1 Pour les recherches menées actuellement à Verneuil-sur-Avre, voir Lemoine-Descourtieux, 2010a et 2011a.

2 Le grison est un matériau local qui, en l’absence de calcaire propre à la construction, a servi de pierre de taille, particulièrement aux XIe-XIIe siècles. Ses irrégularités et les difficultés de taille (forte granulosité) génèrent des approximations dans la prise des mesures. Pour en savoir plus, voir Montenat et al., 2012.

3 Archives départementales de l’Orne (ADO), C 8.

4 Ces pièces furent frappées sur des monnaies réformées à partir du 28 août 1791 et démonétisées en 1712.

5 Archives départementales de l’Eure (ADE), 679 Edt/105, passim.

6 ADE, 4 E-11/137, 5 janvier 1870.

7 Archives municipales de Verneuil (AMV), Registre des délibérations municipales, no 11, fol. 10.

8 ADE, 5 O-6 et 1 J-281/11 et/14. À Verneuil, de nombreuses maisons possédaient leur propre puits, dans la cour ou dans la cave.

9 Ces derniers éléments ont déjà été exposés dans une publication précédente : Lemoine-Descourtieux, 2012.

10 Le grès est sans doute utilisé précocement à Verneuil, peut-être dès le XIIIe siècle, mais il apparaît le plus souvent en blocs grossièrement équarris et utilisé pour ses qualités contrant les remontées capillaires et non esthétiques.

11 ADE, III F-228.

12 J’adresse mes remerciements à F. Épaud (chercheur au CNRS, UMR 6173, université de Tours) pour la datation de cette charpente.

13 Sur la fermeture des combles, voir Meirion-Jones et al., 1995.

14 La ville a été mise à sac et incendiée en 1356 et 1373. Sa libération date de 1449.

15 ADO, C 8.

16 Voir les plans de Verneuil : ADO, C 109 (plan vers 1735) et atlas de Trudaine et Perronet, Archives nationales, F 14/8451, pl. 9 (vers 1744-1747).

17 ADO, C 8 et ADE, 679 E-dt/105 (pièces relatives à l’évasion du 18-19 messidor an XIII).

18 AMV, Registre des délibérations municipales, no 9, fol. 29-30.

19 ADE, 160 L 5, fol. 165-166. À noter que les placards mis en place à cette occasion sont encore présents et très bien conservés (portes moulurées en chêne et ferrures).

20 ADO, C 8, cité supra et ADE, 679 Edt/105, voir infra.

21 ADE, 679 Edt/105, passim. Le feu a pris dans un cachot et s’est propagé au couloir, le plancher de l’étage a été effondré pour l’étouffer.

22 ADE, 1 J 281/14 et 21 O 3/68 ; AMV, Registre des délibérations municipales, no 13, fol. 12.

23 ADE, 1 J 281/11 et 14 ; AMV, Registre des délibérations municipales, no 13, passim.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Verneuil-sur-Avre, tribunal : plan du rez-de-chaussée du bâtiment médiéval (DAO : N. Bolo, d’après X. Derbanne et A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 2. Verneuil-sur-Avre, tribunal : reconstitution schématique de la maison, façade est (DAO : N. Bolo, d’après A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 3. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur est du rez-de-chaussée, porte de la cave et trace d’escalier extérieur (cliché : A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 4. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur est du rez-de-chaussée (relevé : X. Derbanne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 5. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur est du rez-de-chaussée, baie vue de l’intérieur (cliché : A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 6. Verneuil-sur-Avre, tribunal : mur ouest du rez-de-chaussée (relevé : X. Derbanne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 7. Verneuil-sur-Avre, tribunal : pignon nord vu de l’intérieur, baie haute (ouest) (cliché : A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 8. Verneuil-sur-Avre, tribunal : pignon nord vu de l’intérieur, relevé de la baie haute (ouest) (X. Derbanne).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Légende Fig. 9. Verneuil-sur-Avre, éléments reconnus d’époque médiévale reportés sur le cadastre de 2010 (DAO : N. Bolo, F. Carré et A. Lemoine-Descourtieux).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3967/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 234k

Auteur

GRHIS, Université de Rouen

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540