Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Cadre et évolution d’un prieuré manorial normand : le prieuré Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle, dans l’Eure (milieu du XIe - fin du XVIIIe siècle)

Background and evolution of a Norman manorial priory: the Saint-Crespin priory in Romilly-sur-Andelle in Eure (mid 11th to late 18th Century)

David Jouneau et Elisabeth Lecler-Huby

Résumé

Le prieuré Saint-Crespin a été fondé entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe siècle. À la charnière des XIIIe et XIVe siècles, un logis et ses dépendances sont construits. Le logis est une vaste bâtisse rectangulaire dotée le long de sa façade nord d’une tour escalier et de contreforts. Le rez-de-chaussée est divisé en trois espaces inégaux, dont les celliers. Des cuisines indépendantes sont construites au XVIe siècle. Elles abritent une cheminée, un four et une dalle-évier. Des dépotoirs ont livré un important lot de céramique illustrant la vaisselle de cuisine et de table de cette période.

The Saint-Crespin priory was established between the mid 11th Century and the mid 12th Century. During the transition from the 13th to the 14th Century, a dwelling and its outbuildings were built. The dwelling is a large rectangular building with a spiral stair tower and buttresses along its northern façade. The ground floor is divided into three unequal areas, including storerooms. Some independent kitchens were built in the 16th Century; they contain a chimney, oven and a flagstone sink unit. Some dumps exposed a significant set of ceramic materials illustrating the kitchen and tableware used in that period.

Texte intégral

  • 1 Abbaye Notre-Dame de Lyre, 1re charte de donation par Guillaume Fitz Osbern, s. d. (vers 1050), Arc (...)
  • 2 Abbaye Notre-Dame de Lyre, 2e charte de donation par Guillaume Fitz Osbern, s. d. (vers 1070), ADE, (...)
  • 3 Lire entre autres les études sur les prieurés de l’Ouest de la France (Pichot, 2006), sur les prieu (...)
  • 4 Ce mouvement de fondations était essentiellement caractérisé par des legs d’églises émanant des fam (...)
  • 5 ADE, H 587, fol. 140.

1Le prieuré Saint-Crespin occupait l’emplacement d’un ancien cimetière (VIe-XIe siècle) et de son église (Jouneau et al., à paraître), au nord du bourg de Romilly-sur-Andelle (fig. 1). Les premières mentions de Saint-Crespin apparaissent dans la pancarte de l’abbaye de Lyre, sur plusieurs chartes et confirmations de donation. La première charte1 (vers 1050-1051) ne cite pas l’église, mais le bourg (villano[rum] de Romeilleto), dont « la dîme du cens » (census decima) des habitants de Romilly est cédée à l’abbaye. L’église n’est mentionnée que sur la seconde charte de donation, datée de 10702 mais dont l’authenticité est remise en cause par Pierre Bauduin (2004). Cet édifice cultuel fut vraisemblablement légué à l’abbaye de Lyre au XIe siècle, très probablement entre la fondation de cette dernière et la mort de l’un de ses donateurs, Guillaume Fitz-Osbern (1071) ou Adelyse de Tosny, son épouse (1066 ou 1067). Intégrée dans la mouvance réformatrice de l’institution ecclésiale, aussi bien cléricale que monastique3, la fondation du prieuré Saint-Crespin est une parfaite illustration du phénomène prieural qui irrigua le temporel des grandes abbayes du milieu du XIe à la fin du XIIe siècle4. Si dans la plupart des cas la fondation précédait l’acquisition d’un patrimoine foncier, celui de Saint-Crespin était visiblement déjà constitué et aurait peut-être même motivé la création du prieuré. Ce dernier fédéra toutes les possessions de l’abbaye-mère situées dans la vallée de l’Andelle et ses abords, devenant le centre d’une seigneurie foncière et banale assez importante5.

Fig. 1. Localisation du prieuré Saint-Crespin et de l’abbaye de Lyre (DAO : D. Jouneau).

  • 6 « Ensemble manorial, le plus souvent délimité par un mur ou un fosse, comprenant les bâtiments rési (...)

2Le prieuré Saint-Crespin se caractérisait par son organisation manoriale, c’est-à-dire centrée sur son logis (fig. 2). Il pourrait donc être qualifié de prieure manorial, en opposition au prieur& claustral dont l’organisation, centrée sur le carre claustral, rappelle celle des monastères. Les particularités du prieuré Saint-Crespin étaient donc très proches des fondations seigneuriales laïques, avec une organisation topographique et socio-économique centrée sur le pourpris6.

Fig.2 Plan général du prieuré Saint-Crespin (relevés : C. Ugo ; DAO : D. Jouneau).

Fig. 3. Proposition de restitution du prieuré au XIVe siècle (dessin : S. Le Maho).

Fig. 4. Proposition de restitution du prieuré au XVIIesiècle (dessin : S. Le Maho).

  • 7 La fouille archéologique préventive, effectuée par l’INRAP, s’est déroulée en 2 campagnes : la 1re (...)

3Les fouilles archéologiques, qui ont mis au jour une grande partie des bâtiments du prieuré7, ont permis de distinguer trois grandes phases d’occupation. La première se caractérise par l’absence de bâtiment, a l’exception de l’ancienne église qui fixait l’établissement. Par la suite, la fondation du prieuré n’a pas entraîné de modification architecturale profonde de l’édifice cultuel, le plan demeurant le même. Le cimetière disparut cependant dans le courant du XIe siècle. Les seuls éléments perceptibles d’une occupation du milieu du XIe au début du XIVe siècle correspondent à une zone d’activité, localisée le long de la limite méridionale de la fouille. La nature de cette activité, artisanale ou agricole, reste difficile à caractériser et n’avait pas forcément de lien avec le prieuré.

4Le complexe prieural n’aurait pris forme qu’à la charnière des XIIIe et XIVe siècles, avec la construction d’un vaste logis réemployant une grande partie des constructions de l’ancienne église (fig. 2, no 3), autour duquel se fixent les dépendances domestiques et agricoles (fig. 2, nos 4 et 6). Parmi celles-ci, la grange dîmière, datée de la première moitié du XIVe siècle, tenait une place particulière. Le pourpris était délimité par une clôture maçonnée (fig. 2, no 1). Les niveaux de cours étaient empierrés entre le logis et ses dépendances au nord, ce qui devait permettre de maintenir une surface relativement propre et carrossable. La moitié sud de l’enceinte prieurale, libre de toute construction avant le XVIe siècle, n’était pas aménagée de la sorte, ce qui suggère que cet espace était plutôt dévolu aux cultures (jardins, vergers) ou aux animaux (fig. 3). Élément structurant de la société féodale par son processus de fondation, par ses relations avec le monde aristocratique, par les droits et le pouvoir qu’il détenait, le prieuré rural se transforma à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne en un important domaine agricole, s’adaptant ainsi aux mutations de la société rurale (fig. 4). Il correspondait désormais au siège de l’élite rurale à laquelle il était affermé. Les fermiers étaient, dans les rares cas où ils ont été identifiés, des laboureurs. Cette catégorie domina la société paysanne durant tout l’Ancien Régime. Le fermier payait au fermier général de l’abbaye une rente annuelle, qui tripla quasiment entre le début du XVIe siècle et la fin du XVIIIe siècle. De plus, il devait entretenir les bâtiments et fournir un hébergement ponctuel aux représentants de l’abbaye ou à l’abbé lui-même. La prise en main du domaine par cette élite rurale fut accompagnée de modifications importantes sur le plan architectural, avec la construction de cuisines à l’écart des parties d’habitation et celle de nouvelles dépendances dans le prolongement occidental du logis (fig. 2, nos 5 et 7). L’ensemble des bâtiments évolua ensuite moins rapidement, avec notamment la construction de deux colombiers, dont l’un succède à l’autre, bornant le sud du pourpris au XVIIe siècle. Cet article propose de présenter les deux bâtiments les plus caractéristiques, illustrant chacun une période : le logis et les cuisines.

Le logis

  • 8 Analyses effectuées par Stéphane Buttner, Centre d’études médiévales d’Auxerre.

5Le logis du prieuré (fig. 5) était un bâtiment barlong orienté est-ouest, mesurant 29 m de longueur pour une largeur 8,6 m hors œuvre, soit une superficie au sol de 250 m ², ce qui en faisait un édifice important. À titre de comparaison, le manoir de l’abbaye de Saint-Amand, situé dans la commune de Boos (Seine-Maritime), édifié vraisemblablement dans la seconde moitié du XIIIe siècle, mesure 18,5 m de longueur pour une largeur de 8,6 m (Épaud, 2007, p. 548), celui d’Auffay-la-Mallet à Oherville (Seine-Maritime) 20 m de longueur pour une largeur de 11 m (Pagazani, 2005) et le manoir de la Vigne au Mesnil-sous-Jumièges (Seine-Maritime) près de 30 m de longueur (Pitte, 2005). L’analyse des mortiers8 a montré que la construction du logis de Saint-Crespin était très homogène, si l’on fait abstraction des maçonneries en réemploi de l’ancienne église. Les façades nord et sud étaient traitées différemment : moyen appareil soigne, tour-escalier et contreforts au nord, petit appareil irrégulier et absence de contrefort au sud. En effet, la façade nord, qui accueillait le visiteur, avait un rôle ostentatoire non négligeable, tout comme pour les hôtels particuliers urbains dont le décor de la façade principale annonçait au visiteur le rang de son hôte (Garrigou Grandchamp, 1999, p. 73).

Fig. 5. Vue d'ensemble du logis (cliché : M. Guillon).

Fig. 6. Plan général du logis (relevés : C. Ugo ; DAO : D. Jouneau).

  • 9 Propos a nuancer du fait que le pourpris n’a pas été fouille de façon exhaustive.

6Le rez-de-chaussée du logis présentait une organisation tripartite, avec une tour-escalier disposée au tiers oriental de la façade (fig. 6, no 1). Cette tour ne se situait pas dans l’axe du mur de refend qui séparait l’espace oriental de la pièce centrale, ce qui exclue une distribution de ces deux pièces par la tour. L’espace oriental (fig. 6, no 2) devait être accessible soit par une porte située dans l’une des deux façades au rez-de-chaussée, soit, et c’est le plus vraisemblable, par une porte aménagée dans le mur de refend. Cet espace de plan presque carre (5,7 × 6,9 m, soit 40 m2 environ) est délicat à interpréter. Les niveaux préparatoires des sols étaient de bien meilleure facture que ceux de la pièce voisine, avec un revêtement de plâtre, probablement destine à recevoir des carreaux de pavement. Cette pièce était peut-être plus prestigieuse qu’une simple salle de service. Aucune chapelle indépendante n’ayant été mise en évidence9, il serait tentant de voir dans cette extrémité du logis une petite chapelle ou un oratoire, qui de plus aurait été situé à l’emplacement de l’ancien chœur de l’église. Les exemples de chapelles ou d’oratoires axiaux situes a l’une des extrémités d’une maison manoriale sont multiples dans l’espace Plantagenet. Ainsi, le manoir de la Vigne au Mesnil-sous-Jumièges (Seine-Maritime) possédait une chapelle dans le prolongement oriental du logis (Pitte, 2005). Marie Casset note la même chose pour le manoir archiépiscopal de Déville-les-Rouen, ou la grande salle de l’étage du logis était prolongée d’un côté par les deux chambres du prélat et de l’autre par une chapelle privée (Casset, 2008, p. 348).

7La pièce centrale (fig. 6, no 3), de plan rectangulaire (10,8 × 6,8 m, soit 73 m ² environ) présentait quant à elle un sol assez grossier, constitué d’un niveau de mortier plus ou moins altéré et de fragments de calcaire compactés. La présence d’une cheminée (fig. 6, no 3a) et d’un placard (fig. 6, no 3b) rappelle la fonction résidentielle, mais l’escalier donnant accès aux celliers (fig. 6, no 3c) suggère une fonction domestique. La construction de ce logis ne correspondait plus au contexte des salles de plain-pied sous charpente, qui caractérisaient la période précédente, mais s’inscrivait plutôt dans un mouvement d’optimisation des volumes. Les espaces réservés aux services et aux domestiques se concentraient dans les parties basses des maisons à étage (Litoux, Carré, 2008, p. 52), le premier étage étant réservé au seigneur. Dans les demeures seigneuriales les plus modestes, la pièce centrale du rez-de-chaussée était polyvalente et servait aussi bien au service qu’à la réception. Cependant, la superficie du logis Saint-Crespin ne le fait pas entrer dans cette catégorie. De plus, aucune trace de cuisines antérieures à celles du XVIe siècle n’a été décelée. La présence d’une cheminée pourrait donc indiquer, non pas une salle de réception ou d’apparat destinée au seigneur et à ses invités, mais plutôt une fonction ancillaire, ce que confirmerait d’ailleurs l’accès direct aux celliers. Cette organisation se retrouvait au logis seigneurial du château de Vatteville-la-Rue, avec au rez-de-chaussée les cuisines et les celliers et à l’étage une vaste salle de réception (Flambard-Héricher, 1998).

  • 10 Nous remercions chaleureusement Gilles Deshayes pour nous avoir communiqué ses informations, issues (...)

8Les celliers de Saint-Crespin occupaient l’espace occidental. D’une superficie de 57 m ² environ (8,4 × 6,8 m) ils étaient accessibles aussi bien de l’extérieur, par un escalier droit de 2 m de largeur (fig. 6, no 4a), que de l’intérieur, par un escalier droit étroit (fig. 6, no 3c). Au centre de la pièce a été mis au jour le négatif d’un pilier (fig. 6, no 4b) de 0,5 m de côté. Cet organe de support pouvait accueillir les retombées de voûtes d’arête ou d’ogive couvrant les celliers, mais les différentes comparaisons régionales10 rendent plus probable la présence d’un simple plancher en bois. La pile pouvait en fait soutenir une poutre centrale posée dans l’axe longitudinal des celliers ou bien deux solives alignées et jointives. Les celliers étaient aérés par deux soupiraux aménagés dans le mur ouest (fig. 6, no 4c). Ils ont été agrandis à l’est par l’aménagement d’une petite cave voûtée, parfaitement conservée (fig. 6, no 5). D’une surface de 13 m ² environ (4,5 × 3 m), la voûte segmentaire est soutenue par deux arcs doubleaux chanfreinés. La transition entre les deux celliers se faisait par un escalier droit directement taillé dans le terrain naturel (fig. 6, no 5a). Un petit couloir, également voûté en plein cintre (fig. 6, no 5b), était relié à une petite cage maçonnée, qui devait probablement être desservie par une échelle, permettant ainsi d’accéder directement aux espaces de service (fig. 6, no 3).

9Nous n’avons pas d’information sur le ou les étages, dont la présence est attestée par la tour-escalier. Il est difficile de dire s’il n’y avait qu’un étage sous comble à surcroît habitable ou s’il y avait un niveau intermédiaire. Il est probable que la structuration des niveaux supérieurs se calait sur celle du rez-de-chaussée. Ainsi, au premier étage, nous pensons raisonnable d’imaginer la salle du seigneur en position centrale, agrémentée d’une cheminée placée au-dessus de celle du niveau inférieur.

Les cuisines

10Les cuisines (fig. 7 et 2, no 5) furent construites en dehors du logis au XVIe siècle, dans une aile perpendiculaire à la façade sud, et donc invisible aux visiteurs. D’une largeur de 6 m, elles mesuraient 10 m de longueur hors œuvre, sans compter le four à pain.

Fig. 7. Vue d’ensemble des cuisines du XVIe siècle (cliché : D. Jouneau).

11Les deux tiers nord du bâtiment ont, à l’exception du mur gouttereau oriental, été complètement détruits. Deux phases de construction, chronologiquement très proches, ont été mises en évidence.

Fig. 8. Plan général des cuisines (relevés : C. Ugo, DAO : D. Jouneau).

12Dans un premier temps, le bâtiment mesurait 8,5 m de longueur (fig. 8, état 1). Seul le mur gouttereau oriental (fig. 8, no 1) a été conservé. L’extrémité sud était marquée par un gros bloc de calcaire équarri qui indiquait l’angle sud-est du bâtiment primitif. Dans l’axe de cette extrémité et suivant une orientation est-ouest se trouvait l’ancien mur pignon sud (fig. 8, n ° 2). L’extrémité sud de ce premier état était occupée par une cheminée dont il ne reste que des lambeaux de sole.

13Dans un second temps (fig. 8, état 2), le bâtiment fut agrandi vers le sud (fig. 8, no 3). Le nouveau bâtiment mesurait 10 m de longueur pour une largeur de 6,5 m hors œuvre. Une nouvelle cheminée fut construite (fig. 8, no 4), à laquelle fut accolé un four à pain circulaire (fig. 8, no 5). Une aire de travail dallée fut aménagée au nord (fig. 8, no 6). Elle était dotée d’un caniveau le long du parement interne du mur oriental. Les fluides s’évacuaient par une canalisation traversant la maçonnerie, vers l’extérieur du bâtiment. Cet espace dallé évoque celui du château de Vatteville-la-Rue, interprété comme une dalle évier (Flambard-Héricher, 1998). Deux petits espaces enclos, délimités par des maçonneries, étaient accolés à l’est des cuisines (fig. 8, nos 7-8). L’espace situé à la sortie de la canalisation de la dalle évier (fig. 8, no 8) avait servi de dépotoir et de zone d’épandage. Il est peu probable que ces espaces, sans niveaux de sols ou d’occupation, aient été couverts, ce qui suggère qu’ils étaient plutôt dévolus aux cultures. L’absence de fosses de plantation et la proximité des cuisines indiquent qu’il s’agirait peut-être de jardins clos, du moins pour l’espace nord (fig. 8, no 7). L’espace sud ne devait par contre pas être propice à ce type de culture. Le rejet des eaux usées devait en faire un endroit boueux, et il est peu probable que les occupants aient utilisé cet endroit pour y cultiver des légumes ou des plantes. Rien n’interdit cependant le parcage d’animaux entre ces murs.

14L’organisation tripartite de ces cuisines (dalle évier, cheminée monumentale, four à pain) reprend des schémas connus dans des résidences seigneuriales normandes, comme au logis du château de Vatteville-la-Rue ou au manoir d’Écreteville-lès-Baons (Pradié, 2008). Cependant, si dans ces exemples les cuisines sont datées du XIVe siècle, celles de Saint-Crespin ne sont pas antérieures à la première moitié du XVIe siècle, comme le montre le mobilier céramique associé. Ce dernier représente plus des deux tiers des tessons récoltés lors de la fouille du prieuré, faisant du XVIe siècle la phase la mieux représentée. Les formes identifiées sont associées aux usages domestiques et culinaires ou au service de la table (fig. 9), combinant productions locales et importations du Beauvaisis et, pour une moindre part, de la Basse-Normandie. C’était une vaisselle simple, adaptée à une cuisine du quotidien, qui met en évidence différents modes de cuisson et d’alimentation en rapport avec le statut des résidents du prieuré, qui à cette époque n’étaient plus des moines mais des fermiers aisés. Le « coquemar », qui servait à la fois à la cuisson, à la conservation et au stockage, est l’ustensile le plus représenté. On compte également quelques pots en grès bas-normand (Domfrontais), qui étaient utilisés pour le commerce des produits laitiers. Parallèlement à l’accroissement du nombre des pots à cuire, on assiste à cette période à la multiplication des formes basses ouvertes destinées à la préparation et à la cuisson des aliments avec les tèles, les terrines et les lèchefrites. Cette spécialisation des ustensiles de cuisine s’accompagne d’une diversification du répertoire en usage pour la table, avec notamment le développement des vases à boire : godets ovoïdes et coupelles en grès du Beauvaisis, complétés par des bols à oreilles en terre cuite vernissée. Des pichets et « verseuses » ou « biberons », munis d’un long bec verseur, en grès du Beauvaisis, étaient également utilisés comme récipients à boire ou pour le service des liquides. La rareté des fragments d’assiettes produites localement ou attribuables au Beauvaisis suggère des plats de service plutôt que des assiettes individuelles. Les services de table devaient être plutôt stockés dans les salles où les repas étaient pris.

Fig. 9. Vaisselier du XVIe siècle (dessins et DAO : S. Le Maho).

15Un cadre architectural ostentatoire, un domaine relativement important, des habitudes alimentaires caractéristiques des classes sociales privilégiées, un vaisselier partiellement constitué d’importations et d’autres indices révélateurs, telle la présence d’un sceau paysan, montrent très clairement que les occupants du prieuré, même s’ils n’appartiennent pas à l’aristocratie, ont un niveau et des conditions de vie qui n’ont rien à envier à ceux de la petite noblesse.

L’abandon du prieuré

  • 11 L’étude documentaire a été réalisée par Ludovic Schmitt.

16Le sort du prieuré à la Révolution française reste imprécis. Il fut selon toute logique vendu comme bien national, quoique que les sources manuscrites consultées n’y fassent aucunement référence11. Le cadastre de 1835 ne figure que le colombier, le manoir en brique et la grange dîmière, qui sont toujours en élévation. La démolition du logis et de ses dépendances serait donc intervenue entre 1780, dernier bail mentionnant les bâtiments, et le premier tiers du XIXe siècle, soit par la volonté du dernier abbé commendataire qui exerça ses fonctions de 1779 à 1790, période pendant laquelle les services de la chapelle Saint-Crespin furent transférés à l’église Saint-Georges du fait de son mauvais état, soit par le fait des acquéreurs qui ont succédé aux abbés après la Révolution. Il est fort probable que les bâtiments aient été si dégradés qu’il était plus rentable de les démanteler et de vendre les matériaux plutôt que d’investir dans leur restauration.

Sources

17Archives départementales de l’Eure – H 587, Inventaire général des chartes, titres et autres actes qui sont dans le chartrier de l’abbaye de Notre-Dame de Lyre, ordre de Saint Benoît, congrégation de Saint Maur au diocèze d’Évreux, 1er vol. , 1738.

Bibliographie

Bibliographie

Bauduin P. (2004) – Autour de la dos d’Adelize de Tosny : mariage et contrôle du territoire en Normandie (XIe-XIIe siècle). D. Barthélémy et O. Bruand (dir), Les pouvoirs locaux dans la France du centre et de l’ouest (VIIIe-XIe siècles). Implantations et moyens d’action, Presses universitaires de Rennes, p. 157-173.

Casset F. (2007) – Les évêques aux champs. Châteaux et manoirs des évêques normands au Moyen Âge (XIe-XVe siècles). Caen-Rouen, PUC-PURH, « Bibliothèque du Pôle universitaire normand », 543 p.

Épaud F. (2007) – De la charpente romane à la charpente gothique en Normandie. Évolution des techniques et des structures de charpenterie aux XIIe-XIIIe siècles. Caen, Publications du CRAHM, 624 p.

Flambard-Héricher A.-M. (1998) – La cuisine du logis seigneurial du « Vieux Château » de Vatteville-la-Rue (Seine-Maritime). Autour du château médiéval. Mémoires et Documents, no 1, Société historique et archéologique de l’Orne, p. 131-145.

Garrigou-Grandchamp P. (1999) – Demeures médiévales. Cœur de la cité. Paris, Rempart, « Patrimoine vivant », 126 p.

Jouneau D., Colleter R., Gryspeirt N. et Rolland N. (à paraître) – Au cœur d’une communauté villageoise du premier Moyen Âge dans la vallée de l’Andelle : l’église Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle (Eure) et son cimetière (fin VIe – milieu du XIe siècle). Journées archéologiques de Haute-Normandie, 2013.

Jouneau D., Guillon M. (dir.), Gryspeirt N., Le Maho S., Leclerc É. et Rolland N., (2009) – Romilly-sur-Andelle (27), Ruelle du Mont 2, RFO. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Legros S. (2010) – Moines et seigneurs dans le Bas-Maine, les prieurés bénédictins du Xe au XIIIe siècle. Presses universitaires de Rennes.

Litoux E. et Carré G. (2008) – Manoirs médiévaux. Maisons habitées, maisons fortifiées (XIIe-XVe siècles). Paris, Rempart, « Patrimoine vivant ».

Pagazani X. (2005) – Oherville, manoir d’Auffay-la-Mallet. Monuments de Rouen et du Pays de Caux. Paris, Société française d’archéologie, « Congrès archéologique de France », p. 157-162.

Pichot D. (2006) – Prieurés et société dans l’Ouest, XIe-XIIIe siècle. Éléments d’historiographie et premier bilan d’une enquête. D. Pichot et F. Mazel (dir.), Prieurés et société au Moyen Âge, Annales de Bretagne et des Pays de l’Ouest, 113, no 3, p. 9-32.

Pitte D. (2005) – Le Mesnil-sous-Jumièges, Manoir de la Vigne. Monuments de Rouen et du Pays de Caux. Paris, Société française d’archéologie, « Congrès archéologique de France », p. 125-132.

Pradié L.-P. (2008) – Un manoir seigneurial de l’abbaye de Fécamp, la maison forte d’Écretteville-lès-Baons. Des châteaux et des sources. Archéologie et histoire dans la Normandie médiévale, Rouen, PURH, p. 307-339.

Reynaud J.-F. (dir.), Pacaut M. et Wullschleger M. (2002) – Espaces monastiques ruraux en Rhône-Alpes. DARA, 23, 208 p.

Notes

1 Abbaye Notre-Dame de Lyre, 1re charte de donation par Guillaume Fitz Osbern, s. d. (vers 1050), Archives départementales de l’Eure (ADE), H 438.

2 Abbaye Notre-Dame de Lyre, 2e charte de donation par Guillaume Fitz Osbern, s. d. (vers 1070), ADE, H 438.

3 Lire entre autres les études sur les prieurés de l’Ouest de la France (Pichot, 2006), sur les prieurés de Rhône-Alpes (Reynaud dir., 2002), sur les prieurés du Bas-Maine (Legros, 2010) ou encore les différentes études réunies depuis les années 1990 par le CAHMER (Centre d’archéologie et d’histoire des établissements religieux) sur ce thème.

4 Ce mouvement de fondations était essentiellement caractérisé par des legs d’églises émanant des familles aristocratiques. Donations sincèrement pieuses, elles n’en représentaient pas moins les intérêts politiques et économiques des grandes familles.

5 ADE, H 587, fol. 140.

6 « Ensemble manorial, le plus souvent délimité par un mur ou un fosse, comprenant les bâtiments résidentiels, les bâtiments d’exploitation et quelques parcelles attenantes (vergers, potagers, jardins d’agrément) » (définition proposée par Litoux et Carre, 2008, p. 148).

7 La fouille archéologique préventive, effectuée par l’INRAP, s’est déroulée en 2 campagnes : la 1re pendant 2 mois en 2005, sur la parcelle AB-4 (Jouneau, Guillon dir., 2009), la 2e entre juillet 2006 et septembre 2007, sur la parcelle AB-49. Le rapport final d’opération est en cours de finalisation au moment de la rédaction de cet article et devrait être dépose a la DRAC de Haute-Normandie début 2014.

8 Analyses effectuées par Stéphane Buttner, Centre d’études médiévales d’Auxerre.

9 Propos a nuancer du fait que le pourpris n’a pas été fouille de façon exhaustive.

10 Nous remercions chaleureusement Gilles Deshayes pour nous avoir communiqué ses informations, issues de sa thèse de doctorat en cours de rédaction, sur les celliers du second Moyen Âge en Normandie orientale, sous la direction d’A.-M. Flambart-Héricher (université de Rouen).

11 L’étude documentaire a été réalisée par Ludovic Schmitt.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du prieuré Saint-Crespin et de l’abbaye de Lyre (DAO : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig.2 Plan général du prieuré Saint-Crespin (relevés : C. Ugo ; DAO : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 3. Proposition de restitution du prieuré au XIVe siècle (dessin : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende Fig. 4. Proposition de restitution du prieuré au XVIIesiècle (dessin : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Fig. 5. Vue d'ensemble du logis (cliché : M. Guillon).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Légende Fig. 6. Plan général du logis (relevés : C. Ugo ; DAO : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 7. Vue d’ensemble des cuisines du XVIe siècle (cliché : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 8. Plan général des cuisines (relevés : C. Ugo, DAO : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Légende Fig. 9. Vaisselier du XVIe siècle (dessins et DAO : S. Le Maho).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3949/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540