Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Au cœur d’une communauté villageoise du premier Moyen Âge dans la vallée de l’Andelle : l’église Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle (Eure) et son cimetière (fin du VIe - milieu du XIe siècle)

Rozenn Colleter, Noémie Gryspeirt, David Jouneau, Noémie Rolland et Mark Guillon

Résumé

Le prieuré Saint-Crespin a été fondé entre le milieu du XIe et le milieu du XIIe siècle à la place d’un ancien cimetière et de son église. Celle-ci (fin du VIe siècle) a connu trois phases de construction avant d’être reconstruite entre le milieu du IXe et le milieu du XIe siècle. Plus de 700 tombes fouillées, permettent de dégager l’évolution de l’organisation spatiale du cimetière, de caractériser la population inhumée et ses pratiques funéraires. Un tiers des défunts présentait des dépôts céramiques mais aussi des accessoires vestimentaires, des outils et des armes.

In the heart of a village community from the Early Middle Ages in the Andelle valley: the Saint-Crespin church in Romilly-sur-Andelle (Eure) and its cemetery (end of 6th Century-mid 11th Century).
The Saint-Crespin priory was built between the mid-11
th Century and the mid-12th Century in the location of a former cemetery and its church. The church (from the late 6th Century) went through three construction phrases before being rebuilt between the mid 11th Century and the mid 12th Century. Over 700 tombs were excavated, making it possible to trace the evolution of the cemetery’s spatial layout and characterise the interred population and their funeral practices. A third of the deceased revealed ceramic deposits, but also clothing accessories, tools and weapons.

Texte intégral

  • 1 La fouille archéologique préventive, effectuée par l’INRAP, s’est déroulée en deux campagnes : la p (...)
  • 2 Le prieuré fait l’objet du prochain article dans ce volume.

1L’ancien prieuré Saint-Crespin, implanté au nord du bourg actuel de Romilly-sur-Andelle (fig. 1), a récemment fait l’objet d’une importante fouille archéologique préventive, en amont de la construction d’un vaste lotissement1. Outre les vestiges du logis et des dépendances du prieuré médiéval et moderne2, la périphérie d’un habitat du premier Moyen Âge, caractérisée par un pôle funéraire et un édifice cultuel d’une part et une zone d’activité agricole d’autre part, a été mise au jour (fig. 2).

Fig. 1. Localisation du site (DAO : D. Jouneau).

  • 3 Ce rapport est en cours de finalisation au moment de la rédaction de cet article et devrait être dé (...)

2L’occupation funéraire semble commencer dès la fin du VIe siècle et perdure jusqu’au milieu du XIe siècle. Cet article, qui reprend une partie des résultats exposés dans le rapport de fouille3, propose de faire une synthèse sur l’organisation spatiale et l’évolution chronologique de l’église et du cimetière attenant, puis sur les résultats de l’étude biologique de la population et ses modes funéraires.

L’église et le cimetière

3L’église et le cimetière occupent une surface d’environ 4 500 m2. L’édifice se localise dans le tiers nord du cimetière. L’espace cimétérial n’a pu être fouillé de façon exhaustive, une moitié environ étant située en dehors de l’emprise de la fouille.

L’église

  • 4 Beta Analytic 271049/R-A SP394 PDG.

4L’étude des maçonneries de l’édifice cultuel a permis de reconnaître au moins quatre grandes phases de construction (fig. 3). Ces dernières ont été distinguées en tenant compte tout d’abord de la stratigraphie, de l’articulation entre les différents murs et de leurs relations avec les sépultures, mais aussi des modes de construction, des faciès des maçonneries, des seuils de fondation et des caractéristiques des liants, ainsi que des comparaisons régionales. Cependant, la mauvaise conservation de l’édifice primitif ne permet pas de restituer les premiers bâtiments avec certitude. Dans un premier temps, nous aurions un édifice rectangulaire orienté est-ouest, constitué par les maçonneries A, B, C et D (fig. 3). Ce premier bâtiment est construit avec des moellons de calcaire et de silex grossièrement équarris, de taille irrégulière, liés à la terre. La maçonnerie D est le seul lambeau dont la largeur exacte est connue (0,54 m). Aucun vestige n’a été mis en évidence à l’ouest. L’amorce de retour à l’extrémité sud de la maçonnerie C permet de définir une largeur interne de 6 m environ pour une longueur reconnue de 7,6 m environ. Les murs B, C et D formeraient le mur pignon oriental. Ce premier édifice pourrait être en place avant le début du VIIe siècle. En effet, les tombes SP-394 et SP-395, datées par radiocarbone au plus tard de la fin du VIe siècle (entre 420 et 600 de notre ère4), semblent calées contre le mur A.

Fig. 2. Plan général des structures du premier Moyen Âge (DAO : R. Colleter).

5Le statut de ce premier édifice, un simple bâtiment rectangulaire, est difficile à définir. Il est indubitablement lié au cimetière et la forte concentration de sarcophages au VIIe siècle dans son emprise traduit un lieu particulièrement privilégie. Nous l’interpréterions volontiers comme un petit oratoire prive émanant des propriétaires de ce domaine, a l’image de ce qui a pu être mis en évidence dans d’autres régions : Hordain dans le Nord (Demolon, 2006), Jau-Dignac et Loirac en Gironde (Cartron et Castex, 2009) et Saleux dans la Somme (Catteddu et al., 2009). Une récente synthèse a également mis en lumière ces petits oratoires ou chapelles prives dans le sud-est de la France (Le Nezet-Celestin et al., 2007).

6Dans le courant du VIIe ou dans la première moitié du VIIIe siècle (Carre et Hincker, à paraitre), le mur oriental est soit détruit, soit démaigri par l’installation de plusieurs sarcophages. L’alignement de sarcophages du VIIe et/ou de la première moitié du VIIIe siècle contre le mur nord pourrait faire penser que ce dernier est toujours en élévation. Deux murs elliptiques, de circonférence et de construction similaires, en petit appareil de calcaire soigneusement équarri lie au mortier de chaux a l’exception des deux premières assises, liées à la terre, sont construits au nord et à l’est du bâtiment primitif. Ils pourraient correspondre à des absides. Les murs E et F forment l’abside orientale, d’un rayon de 2,8 m environ. Conserves sur six assises, ce sont les mieux représentés. Le mur G, subsistant sur deux assises seulement, dessine l’abside nord, d’un rayon de 2,2 m environ. Le mode de construction est similaire aux murs précédents. L’espace interne de cette abside est scindé en deux parties inégales par un mur rectiligne orienté nord-sud (mur I). Conservé sur une seule assise, il est construit avec des moellons de calcaire et de silex grossièrement équarris, liés par un sédiment argilo-limoneux brun. Sa fonction reste délicate à définir, sa position topographique ne permet pas de lui attribuer un rôle architectonique. Il pourrait, par contre, avoir eu un rôle dans la structuration de l’espace et correspondre à une clôture de chœur par exemple. Ce type d’aménagement, perpendiculaire à l’axe de la nef, traverse la plupart du temps toute la largeur des édifices cultuels (Creissen, 2009) et est souvent placé à distance de la corde de l’abside (Merel-Brandeburg, 2009). Dans l’hypothèse que cette maçonnerie soit prolongée au sud par les restes du mur pignon oriental du premier édifice (murs B, C et D), elle pourrait distinguer le sanctuaire d’un espace réservé aux fidèles. Cette dichotomie est renforcée par la différence de densité des sépultures, avec du côté occidental un espace (nef ?) entièrement occupé par des inhumations en sarcophage et du côté oriental (chœur ?) deux sarcophages seulement, disposés en outre aux extrémités de l’arc absidial. Une fosse oblongue peu profonde, orientée est-ouest, a été mise en évidence au centre de l’abside nord (US 1172). Bien que la forme et l’orientation de son creusement évoquent les fosses sépulcrales, à parois verticales et fond plat, aucun ossement n’a été mis au jour dans le comblement. Elle reste cependant la seule fosse aménagée dans cet espace. S’il s’agit d’une sépulture, l’abside pourrait avoir eu un rôle funéraire.

Fig. 3. Plan des maçonneries de l'édifice cultuel et son phasage (relevés : C. Ugo, DAO : D. Jouneau).

7Le plan de cette seconde phase manquant de cohérence, nous émettrons deux hypothèses. La première serait celle d’un plan asymétrique, avec une nef rectangulaire ouverte à l’est sur une abside abritant le sanctuaire, assez semblable à l’édifice de Froidlieu en Belgique (Mignot, 2011), et une annexe absidiale au nord ayant pu avoir un rôle funéraire ou fonctionnel, lié à la liturgie. La seconde hypothèse présumerait d’une troisième abside au sud qui n’aurait pas été mise en évidence du fait de la densité de sépultures qui ont participé à la destruction de quasiment tous les vestiges antérieurs, et aux limites de la fouille qui n’ont pas rendu accessibles les abords méridionaux de l’édifice. Les comparaisons régionales sont peu nombreuses. Sur les quelques édifices cultuels mérovingiens étudiés, l’exemple le plus proche serait celui de Fécamp où un petit bâtiment rectangulaire était doté d’une extrémité orientale absidiale non marquée. Elle aurait par la suite été remplacée par un chevet triconque, le tout évoluant entre le VIIIe et le milieu du IXe siècle (Renoux, 1991, p. 145). Un second exemple, plus éloigné chronologiquement, est encore visible à proximité de l’abbaye de Saint-Wandrille. Il s’agit de la chapelle Saint-Saturnin, présentant un plan tréflé archaïque. Elle est datée de la fin du XIe siècle, mais aurait pu reprendre, selon Lucien Musset, le plan d’un édifice mérovingien du VIIe siècle (Musset, 1974, p. 260). D’autres plans triconques existent dans d’autres régions. Nous citerons entre autres exemples Rigny-Ussé (Indre-et-Loire ; Zadora-Rio et Galinié, 2001), Saint-Romain-le-Puy (Loire ; Carcel et al., 1992) ou encore l’église Saint-Sigismond à Aime (Savoie ; Parron-Kontis, 2002). L’hypothèse d’une troisième abside à Saint-Crespin ne peut donc pas être exclue.

  • 5 680-890 après J.-C. (Beta Analytic 271044/R-A SP195 KG).
  • 6 890-1020 après J.-C. (Beta Analytic 271046/R-A SP222 PPMM) et 770-980 après J.-C. (Beta Analytic 27 (...)

8La datation par14 C de la sépulture SP-195, recoupant les maçonneries de l’abside nord, permet de placer la destruction de cette dernière entre la fin du VIIe et la fin du IXe siècle5. Son éventuel pendant au sud aurait pu également être détruit à cette période, les tombes situées au sud étant de la fin de la période mérovingienne et du début des temps carolingiens. Aucun élément significatif ne vient par contre appuyer l’hypothèse d’une démolition de l’abside orientale. Nous pourrions ainsi avoir un plan déjà reconnu pour la période mérovingienne, avec une nef rectangulaire terminée à l’est d’un chœur absidial, comme à Notre-Dame-de-Guibray (Falaise, Calvados ; Catteddu et al., 2009) ou Saint-Martinde-Boscherville (Le Maho, 2008), où la présence de l’abside reste hypothétique. L’abside nord aurait été remplacée par la construction H. D’assez mauvaise facture, il est peu probable que cette maçonnerie ait soutenu une élévation maçonnée d’envergure. Sa relation avec les sépultures SP-394 et SP-395 est par ailleurs troublante : la tranchée de fondation du mur H recoupe la fosse d’installation des deux imposants sarcophages qui se retrouvent au centre de l’espace nouvellement construit. Ces deux tombes au statut visiblement particulier pourraient justifier l’existence de cette construction. Il pourrait s’agir d’un enclos funéraire les entourant. Les datations par 14C des sépultures recoupant cette construction permettent de placer son abandon au plus tard dans les deux premières décennies du XIe siècle6. Cette destruction pourrait correspondre à l’érection d’une nouvelle église.

  • 7 Analyses effectuées par Stéphane Büttner (Centre d’études médiévales d’Auxerre).

9Cette dernière est également orientée est-ouest et est composée d’une nef rectangulaire prolongée à l’est d’un chœur absidial profond et plus étroit que le précédent. Les analyses de mortier7 ont montré que la construction est très homogène. Les maçonneries sont construites avec des moellons de silex et de calcaire grossièrement équarris liés au mortier de chaux, à l’exception des quatre premières assises liées à la terre. L’abside est précédée d’une partie droite, sans séparation, d’une largeur de 4,7 m pour une longueur de 3,1 m. Le rayon de l’abside mesure 2,3 m dans l’œuvre, ce qui fait une longueur totale du chœur de 7 m. La nef dessine un espace rectangulaire de 10,75 m de longueur sur 6,6 m de largeur dans l’œuvre. Il ne reste de la façade occidentale (mur M) que le seuil de fondation, qui se situe au même niveau que celui du mur gouttereau nord. Dans son prolongement septentrional, a été mise au jour une maçonnerie quadrangulaire saillante (O) de 0,9 m de côté, chaînée au mur gouttereau. Les conditions de fouille n’ont pas permis de vérifier s’il y avait un pendant au sud. Il pourrait s’agir d’un contrefort venant contrebuter un pignon élancé et éventuellement aménagé d’un clocher-mur. Il est cependant plus probable que l’église ait été dotée d’une simple façade débordante des murs gouttereaux. La nef et le chœur sont séparés par un mur de chaînage (mur N). Son rôle devait être multiple : il pouvait notamment supporter un arc triomphal ou servir de soubassement à une clôture de chœur. Il suggère également que l’abside pouvait être voûtée d’un cul-de-four. Aucun élément ne vient nous renseigner sur l’accès principal de l’église. Il pouvait tout aussi bien être axial, avec un portail aménagé dans la façade occidentale, que latéral, avec une porte aménagée dans le mur gouttereau sud. La construction de cette seconde église pourrait être datée à la charnière des Xe et XIe siècles. En effet, le plan à nef unique et au chœur plus ou moins marqué est fréquent au premier Moyen Âge. La plupart du temps, les chevets sont quadrangulaires, comme à Saint-Jean de Rouen, Saint-Christophe de Reuilly, Perriers-sur-Andelle, Saint-Aubin à Vieux-Pont-en-Auge, Notre-Dame à Ouilly-le-Vicomte, Saint-Jeande-Livet et Saint-Martin-de-la-Lieu. Les chevets dotés d’une travée droite et d’une abside semi-circulaire sont en revanche moins nombreux. Ils sont illustrés par Notre-Dame-Outre-l’Eau de Rugles (Eure), datée de la fin du Xe – début du XIe siècle, ou encore par l’église Sainte-Cécile de Tournedos-sur-Seine/Porte-Joie, qui demeure l’exemple le plus proche de Saint-Crespin, tant d’un point de vue géographique que stylistique (Catteddu et al., 2009 ; Carré dir., 2011, p. 126). Les dimensions de la nef de l’église Sainte-Cécile, datée des XIIIe-XIVe siècles, et de son abside, datée entre 822 et 1020, sont relativement proches de celles de l’église Saint-Crespin de Romilly-sur-Andelle (12 m sur 6 m pour la nef et 7 m de longueur pour le chœur). Par ailleurs, trois événements historiques auraient pu favoriser une reconstruction de l’église : le transfert de la villa Rumiliaco à la famille des Tosny au IXe siècle, le transfert par la dot de son épouse Adelyze de Tosny aux mains de Guillaume Fitz-Osbern, ou bien encore le legs par ce dernier des églises Saint-Crespin et Saint-Georges de Romilly-sur-Andelle, également reconstruite au XIe siècle, à l’abbaye de Lyre entre 1050, date de sa fondation, et 1071, année de la mort de Guillaume Fitz-Osbern.

Le cimetière

10L’édifice cultuel est associé à un important cimetière dont les premières inhumations ont été datées de la seconde moitié du VIe siècle. Plus de 700 tombes ont été fouillées, ce qui ne correspond pas à la totalité du cimetière : seules sa frange occidentale et sa moitié orientale ont été étudiées, le reste se situant en dehors de l’emprise de la fouille. Deux grandes phases d’utilisation ont été distinguées (fig. 4). La première s’étend de la seconde moitié du VIe au VIIIe siècle et compte 395 tombes. La seconde se prolonge jusqu’au milieu du XIe siècle et concerne 325 tombes. Durant la première phase, l’espace funéraire occupe une surface d’environ 2 000 m2 et l’organisation du cimetière semble bien planifiée. L’agencement est complexe, bien que des rangées plus ou moins régulières de fosses, majoritairement orientées est-ouest, se dégagent. Certaines zones présentent une occupation très dense avec de multiples recoupements alors que d’autres sont totalement délaissées. En cela, le plan du site ressemble à ceux de Tournedos-sur-Seine/Porte-Joie, ou de Poses (Carré, 2011, p. 101 et 104). Bien que les limites du cimetière aient été atteintes à la fouille dans différents endroits, aucune structure archéologique ne semble circonscrire la nécropole, comme c’est le cas par exemple au cimetière d’Haudricourt (Mantel et al., 1994). Dans la zone méridionale, deux sépultures nord-sud marquent l’extension maximale du site. Dans la zone orientale, le terrain naturel n’a malheureusement pas pu être atteint partout et il n’est donc pas impossible que la limite observée puisse être repoussée de plusieurs mètres. À l’ouest, le décapage de la parcelle AB-4 n’a pas révélé de tombes de cette phase. Enfin, au nord, aucune tombe n’a été observée au-delà d’une bande de 10 m de la limite de décapage. Le diagnostic archéologique des terrains situés au nord des parcelles fouillées a montré l’absence de tout vestige funéraire.

Fig. 4. Répartition et phasage des sépultures du cimetière de Romilly-sur-Andelle (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).

11La gestion de l’espace funéraire semble particulièrement bien organisée dans l’église et la zone funéraire où les sarcophages et les fosses se juxtaposent. La volonté d’intégrer le maximum de tombes à l’intérieur de l’édifice est visiblement prépondérante. Quatre dépôts secondaires, 19 sépultures primaires et 13 fosses vides composent ainsi l’ensemble des inhumations répertoriées dans cet espace. À l’exception des absides, pratiquement dépourvues de sépultures, l’édifice compte donc 36 tombes. Le réaménagement du bâtiment au XIVe siècle a démantelé de nombreux sarcophages. Ainsi sept sarcophages supplémentaires ont été identifiés par le seul fantôme de leur fosse d’installation. L’échantillon anthropologique issu de l’église est très faible et regroupe seulement 23 individus. Deux sépultures de bébés ont été retrouvées contre le mur méridional de l’église. Elles appartiennent à une phase tardive de la première période d’inhumation, tout comme trois autres sépultures de petits enfants installées dans l’espace funéraire. Autant d’hommes que de femmes (N = 5) reposent à l’intérieur de l’édifice et seul un homme a pu être sexué dans l’enclos.

12La morphologie du cimetière a évolué au cours de la seconde phase avec une densification marquée des inhumations sur la partie nord du site, autour de l’église préromane. Ce « resserrement » de l’espace funéraire est très vraisemblablement en lien avec la reconstruction du lieu de culte. La limite occidentale est nettement marquée et aurait pu être signalée par une structure en bois verticale, mât, poteau ou croix, dont le négatif a été mis au jour. L’angle nord-ouest de l’espace sépulcral est en outre marqué par la présence d’un bâtiment semi-excavé, abandonné dès le VIIIe siècle mais dont les ruines probablement visibles en auraient délimité l’extension. La limite méridionale est plus diffuse et dénuée de tout marqueur topographique visible. Deux rangées parallèles de tombes orientées est-ouest à est-nord-est/ouest-sud-ouest constituent l’extension maximale du site vers le sud. Si la limite orientale n’a pas pu être déterminée, la limite septentrionale se situe, quant à elle, à quelques mètres au nord du décapage. La recherche de rangées régulières de fosses sépulcrales est très difficile compte tenu des multiples recoupements de tombes, bien que quelques alignements aient été repérés, notamment dans la zone occidentale. L’intérieur de l’église révèle moins d’inhumations qu’au cours de la période précédente. Cette évolution pourrait correspondre à un éventuel changement de statut de l’espace funéraire qui deviendrait le cimetière consacré d’une église éventuellement paroissiale.

La population inhumée : caractéristiques biologiques et pratiques funéraires

Caractérisation biologique de la population : mortalité et diagnose sexuelle

  • 8 Les caractères discrets et la morphométrie ne seront pas abordés dans le présent article, mais ont (...)

13L’analyse des paramètres biologiques a permis de caractériser la population inhumée, tant d’un point de vue individuel (estimation de l’âge au décès, estimation du sexe des individus adultes) que populationnel (représentation démographique, étude des caractères discrets, étude morpho-métrique8). Elle permet, d’autre part, d’appréhender l’organisation de l’espace sépulcral.

  • 9 Selon les méthodes de Moorrees et al. (1963 a et b).
  • 10 Selon les méthodes de Sellier (1993, 1997), qui propose une révision des équations de Fazekas et Ko (...)
  • 11 Selon la méthode de Birkner (1980).
  • 12 Selon les méthodes de Schmitt (2005) et d’Owings-Webb et Suchey (1985).

14L’estimation de l’âge au décès a été effectuée sur la base de différentes méthodes, retenues en fonction de la maturité de l’individu et de l’état de conservation et de représentation du squelette. Pour les individus immatures, elle se base sur l’observation des processus de maturation et de croissance (âge dentaire9, âge statural10 et maturation osseuse11), permettant d’obtenir un intervalle d’âge précis, et sur l’observation des processus de sénescence pour les individus matures12, qui confèrent à l’individu une fourchette d’âge plus large.

La mortalité de la population de Saint-Crespin

15Au sein des 395 sépultures appartenant à la première phase, seuls 366 individus ont pu être observés. Il s’agit de 121 individus immatures, 241 adultes et 4 individus dont la maturation n’a pu être établie du fait de la mauvaise conservation osseuse. La population immature de la phase 1 indiquerait une mortalité naturelle, à l’exception des enfants de moins de 1 an qui ne sont pas suffisamment représentés (fig. 5). Cette sous-représentation des tout-petits pourrait s’expliquer par les nombreux recoupements de tombes, caractéristiques de la forte densité des sépultures, conjuguée à une longue utilisation du site par les fossoyeurs. Ce déficit pourrait aussi être la conséquence de la fouille partielle du site. Les plus jeunes individus ont pu être inhumés dans un secteur se trouvant en dehors de l’emprise étudiée. Notons que les seules sépultures d’individus immatures retrouvées dans l’église correspondent à des petits enfants appartenant à cette classe des moins de 1 an, indiquant un traitement particulier des tout petits. Les autres classes d’âge se trouvent mêlées parmi les adultes sur l’ensemble du site, apparemment sans sectorisation préférentielle (fig. 6). La table de mortalité construite à partir des effectifs de décès bruts disponibles pour chaque classe d’âge des adultes de la phase 1 montre une surreprésentation globale de cette population par rapport à un schéma naturel, avec des pics pour les adultes jeunes et les individus de la classe [50-59] (fig. 7A). La courbe présente ainsi une mortalité plus élevée que celle de l’espérance de vie à la naissance de 20 ans, probabilité minimale pour garantir un renouvellement générationnel.

Fig. 5. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures de la phase 1 comparés aux tables-types de Lederman e°0 = 25 (valeurs max. et médianes) et e°0 = 35 (valeurs min. et médianes ; DAO : R. Colleter).

Fig. 6. Répartition des adultes et des individus immatures de la phase 1 (DAO :

  • 13 IJ = 0,170 et rapport D 5-9/D 10-14 = 2,22.
  • 14 L’indice de juvénilité est considéré conforme si le rapport entre les 5-14 ans et plus de 20 ans es (...)

16À partir de la diagnose sexuelle réalisée sur ces adultes, il a été possible de construire une pyramide des âges de l’échantillon de la première phase (fig. 7B). Le profil global traduit plutôt une population croissante avec une forte mortalité et une base bien large. Cette pyramide des âges montre ainsi que notre échantillon se compose majoritairement de jeunes. Son côté dissymétrique indique notamment que les jeunes femmes âgées entre 20 et 29 ans sont les plus fragiles. L’hypothèse généralement admise pour expliquer cette irrégularité est celle d’une forte mortalité des femmes en couche. Si les jeunes adultes sont les plus nombreux, la classe d’âge des plus de 60 ans est tout de même bien représentée, illustrant la part des anciens dans cet ensemble médiéval. L’indice de juvénilité appliqué aux individus inhumés est un indicateur intéressant puisqu’il se dédouane de la sous-représentation « classique » observée chez les tout petits enfants. Ici13, il est conforme aux observations faites sur les populations de l’ancien régime démographique14 et peut refléter une population stationnaire à forte mortalité et faible espérance de vie à la naissance ou traduire une population en croissance (Seguy et Buchet, 2011).

Fig. 8. Répartition des adultes et des individus immatures de la phase carolingienne (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).

Fig. 9. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures de la phase 2 comparés aux tables-types de Lederman e°0 = 25 (valeurs max. et médianes) et e°0 = 35 (valeurs min. et médianes ; DAO : R. Colleter).

Fig. 10. Distribution des quotients de mortalité des adultes de la phase 2 comparés aux tables-types de Lederman e°0 = 20 (valeurs max.) et e°0 = 40 (valeurs min.) (DAO : R. Colleter/INRAP) et distribution par âge et par sexe de l’échantillon carolingien en fréquence (pourcentage ; DAO : R. Colleter).

  • 15 D1-19/D+ 20 = 0,87 et D5-9/D10-14 = 2.

17Les 325 sépultures de la deuxième phase se répartissent entre 149 individus adultes, 171 individus immatures et 5 individus dont l’âge au décès n’a pu être estimé. La répartition topographique des tombes d’individus immatures indique qu’elles se trouvent disséminées sur l’ensemble du site (fig. 8). Néanmoins, les sépultures de tout-petits sont globalement installées à proximité de l’église, dans une bande de moins de 10 m de part et d’autre de l’édifice : 11 se trouvent au nord et 7 au sud. Une petite concentration de sépultures d’enfants décédés entre 1 et 4 ans est d’ailleurs observable au sud de l’édifice de culte. Par ailleurs, des alignements et des îlots de tombes d’adultes se dessinent dans le cimetière. Les recoupements semblent plus rares. La comparaison des quotients de mortalité obtenus pour chaque classe d’âge avec les tables-types de mortalité archaïque proposées par Ledermann (1969) montre une sous-représentation des plus jeunes (moins de 1 an) et une légère surreprésentation des 5-19 ans par rapport aux valeurs médianes (fig. 9). Elles sont en revanche compatibles avec les valeurs minimales et maximales pour une même espérance de vie à la naissance, sauf pour les individus de la classe 0, toujours sous-représentés. Pour comparaison, la table de mortalité des sujets immatures de la première phase est finalement plus équilibrée (fig. 5). Si l’on exclut les sujets de moins de 1 an, la courbe de la population immature de la seconde phase se rapproche des valeurs médianes supérieures, tandis que pour la phase 1, la courbe reste dans la moyenne. Cette mortalité des jeunes, plus importante qu’à la première phase, pourrait être le signe d’une dégradation des conditions de vie. Cette observation peut d’ailleurs s’étendre à l’ensemble de la population. L’indice de juvénilité calculé15 est plus élevé que pour la phase précédente, suggérant un échantillon plus jeune. Il est conforme aux schémas de mortalité archaïque. La table de mortalité présente un profil descendant pour les classes 20 à 49 et ascendant pour les autres classes (fig. 10). Le pic de mortalité touche les adultes jeunes décédés entre 20 et 29 ans, donnant une image d’une population plutôt défavorisée. En comparant ces données au modèle de référence de population archaïque pré-jennérienne (Ledermann, 1969), la courbe de l’échantillon de Romilly-sur-Andelle ne serait pas conforme avec un recrutement naturel pour les classes [20-29] et [40-59] et son tracé se superposerait aux valeurs correspondant à une espérance de vie à la naissance à 20 ans pour la classe [30-39] (fig. 10).

18Comme pour la première phase, la base de la pyramide est large et dissymétrique en faveur des femmes qui connaissent une mortalité plus importante entre 20 et 29 ans. Les hommes semblent plus favorisés puisqu’ils sont plus nombreux à décéder après 60 ans (fig. 10). Les profils très similaires des deux pyramides des âges et des courbes de mortalité indiquent que l’échantillon de Romilly-sur-Andelle n’a pas entamé de transition démographique entre les deux phases et que la composition du cimetière reste semblable pour les adultes. On observe cependant un indice de juvénilité plus marqué durant la phase 2, bien qu’il reste conforme aux schémas des populations archaïques.

Les résultats de la diagnose sexuelle

  • 16 Pour notre échantillon, nous avons sélectionné 14 mesures réparties sur 3 os : 6 mesures sur la man (...)
  • 17 Nous remercions Frédéric Santos, statisticien au laboratoire d’Anthropologie des populations passée (...)
  • 18 Ilium, ischium et pubis soudés.

19L’estimation du sexe, possible uniquement chez les sujets matures, a été effectuée selon deux méthodes métriques distinctes : la diagnose sexuelle probabiliste (DSP), réalisée à partir de mesures prises sur l’os coxal (Murail et al., 2005), et une diagnose sexuelle secondaire établie à partir de la combinaison de différentes mesures prises sur le squelette extra-coxal16. La diagnose sexuelle primaire a pu être appliquée à plus de la moitié du corpus. Une partie de cette population sexuée de façon fiable à plus de 95 % par la DSP est devenue l’échantillon de référence permettant l’élaboration de la diagnose sexuelle secondaire17 (118 individus supplémentaires soit près d’un tiers de l’échantillon). Au total, 348 individus ont pu être sexués, soit 85 % des sujets adultes et des grands adolescents (15-19 ans) dont l’os coxal est mature18.

Fig. 11. Répartition des sépultures sexuées de la phase 1 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).

  • 19 Le khi2 – de 0,58 – n’est pas significatif.

20Les résultats montrent que les femmes sont surreprésentées par rapport aux hommes (sex ratio = 1,14). C’est la diagnose sexuelle secondaire qui augmente leur nombre dans le cimetière, mais ce déséquilibre homme/femme n’est toutefois pas significatif statistiquement19. Les deux sexes sont très mélangés topographiquement sur l’ensemble de la période d’occupation, aussi un examen par phase nous a semblé plus pertinent pour analyser le recrutement du cimetière.

Fig. 12. Répartition des sépultures sexuées de la phase 2 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau.)

  • 20 Khi2 = 2,32.
  • 21 Le khi2 est de 3,85 et significatif pour P = 0,05.
  • 22 Le taux de sur-féminité dans cette zone du cimetière est à 2,87.

21Pour la première phase, l’échantillon de 201 individus comprend 75 hommes, 102 femmes et 24 individus de sexe indéterminé. Le sex ratio est en faveur des femmes par rapport aux hommes (1,36) mais la différence, bien que plus marquée, n’est toujours pas significative20. La représentation topographique des individus sexués ne montre pas de secteur strictement réservé à l’un ou l’autre des genres (fig. 11), sauf au nord de l’édifice cultuel où les femmes sont largement plus présentes, avec 23 sépultures féminines pour 8 masculines. La différence est ici statistiquement significative21. Le taux de sur-féminité22 dans cette zone du cimetière indique un recrutement spécialisé et intentionnel. En l’état, aucun élément ne vient expliquer ce phénomène. Ailleurs la répartition des hommes et des femmes semble plus harmonieuse. Pour la phase 2, ce sont 71 hommes, 64 femmes et 12 individus de sexe indéterminé qui composent l’échantillon, soit un total de 147 individus. La répartition entre les hommes et les femmes paraît ici nettement plus équilibrée avec un sex ratio de 1,11 en faveur des hommes. L’analyse planimétrique du recrutement ne montre quant à elle pas de secteur spécialisé (fig. 12).

Fig. 13. Exemple de sépultures en pleine terre, de calage de tête en pierre et de logette céphalique (clichés : INRAP ; DAO : N. Gryspeirt).

Pratiques funéraires et gestion de l’espace sépulcral

22La caractérisation des pratiques funéraires et de la typologie des tombes a été effectuée en tenant compte des indices archéologiques – comme les traces de bois, de plâtre ou les clous – et des indices issus de l’observation du défunt lui-même, avec l’observation des connexions anatomiques du squelette ainsi que des relations entre les pièces osseuses et les différents éléments constitutifs de la tombe (Duday et al., 1990 ; Duday, 1995 ; Duday et Sellier, 1990). Différents modes d’inhumation ont été mis en évidence au cours de notre étude. Nous avons choisi, ici, de faire une description synthétique des différents types d’architecture funéraire rencontrés au cours des deux phases d’occupation du cimetière (fig. 14 pour la phase 1, fig. 15 pour la phase 2). Ceux-ci seront abordés successivement, en considérant leur représentativité globale au sein du cimetière, par phase, mais également en fonction de l’âge et du sexe des individus inhumés.

Les inhumations en « pleine terre »

  • 23 Le cimetière de Saint-Crespin compte 15 fosses anthropomorphes, toutes attribuées à la phase 2. Cet (...)

23Les inhumations dites en « pleine terre » sont caractérisées par l’absence de contenant rigide. L’individu est déposé directement dans la fosse sépulcrale et se trouve au contact du sédiment. La présence d’une enveloppe souple, linceul ou vêtement, n’est toutefois pas exclue. Loin d’être le signe d’une négligence envers le défunt, ce type de tombe peut avoir fait l’objet d’un aménagement spécifique, telle la mise en place de calages de tête en pierre par exemple, ou encore présenter une typologie de creusement particulière avec, notamment, des cas d’aménagement de logette céphalique dans des fosses dites anthropomorphes23 (fig. 13).

24Ces inhumations représentent 16,5 % des sépultures primaires de la première phase (65 sur 394), réparties sur l’ensemble de la zone fouillée. Aucune différence significative n’est observée en fonction de la maturation ou du sexe des défunts. Toutefois, durant cette phase, ce type de tombe concerne 1/4 de la population immature et seulement 1/8e de la population adulte (fig. 14).

Fig. 14. Répartition des contenants funéraires de la phase 1 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).

25Ce mode d’inhumation se développe à la période suivante pour représenter environ 40 % des sépultures primaires (124 sur 324), ce qui en fait le mode d’inhumation le plus représenté. On assiste alors à une homogénéisation des modes d’inhumation avec une diminution de la variété de types d’architecture funéraire. L’analyse des paramètres biologiques ne montre pas de différence en fonction du sexe des individus mais bien en fonction de l’âge, les individus immatures étaient davantage inhumés en pleine terre que leurs aînés (70 individus immatures pour 54 adultes). Cette remarque est valable aussi bien en valeur absolue qu’en valeur relative pour l’ensemble de l’échantillon de cette phase, puisque la moitié des immatures étaient inhumés en pleine terre contre un tiers des adultes (fig. 15). Comme pour la période précédente, ces tombes se répartissent sur l’ensemble du cimetière, avec une plus forte proportion dans la marge occidentale, où elles concernent tant les adultes que les enfants, et dans la zone sud du cimetière, où elles ne regroupent que des adultes.

Fig. 15. Répartition des contenants funéraires de la phase 2 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).

Les structures en bois

  • 24 Le terme coffrage est pris ici avec une acception large : il s’agit autant du « véritable coffrage  (...)
  • 25 Ceux-ci sont plutôt de petite taille au haut Moyen Âge.
  • 26 Le khi2 = 13,376 est hautement significatif à P = 0,01.
  • 27 Le khi2 = 6,677 est hautement significatif à P = 0,01.

26Les structures en bois représentent un peu moins de 20 % des architectures funéraires observées pour l’ensemble de l’occupation, soit 64 tombes pour la première phase et 71 pour la seconde. Le terme de « structure en bois » recouvre deux types de contenants que nous avons tenté de distinguer : les cercueils d’une part, et les coffrages d’autre part. La différence entre ces deux architectures réside dans la mobilité de l’objet (Colardelle, 1996) : le premier, mobile, a servi à transporter le défunt, contrairement au second24. Afin de distinguer ces deux types d’architecture, nous avons considéré que les traces de bois associées à des clous25 témoignaient de cercueils. La présence de clous étant ponctuelle et bien souvent en position secondaire, l’identification des cercueils a été difficile. Seuls six cas sont clairement attestés, dont cinq appartenant à la première phase. La présence de cercueils chevillés n’a pu être mise en évidence du fait de la mauvaise conservation des matières organiques. Ils n’ont donc pas été pris en compte dans notre étude et, s’ils étaient présents au sein du cimetière, ont très probablement été comptabilisés parmi les coffrages. Le coffrage, pour sa part, a été identifié à partir de traces de planches avérées qui ne sont pas associées à des clous, de la présence d’alignements de calages lithiques, des données taphonomiques et de l’observation d’effets de parois et de délimitation linéaire. Lorsqu’il n’a pas été possible de trancher entre l’un ou l’autre, la tombe a été considérée comme un « contenant de bois indéterminé ». Les contenants en bois concernent 16,2 % des sépultures de la phase 1 (fig. 14). Ils se répartissent de façon harmonieuse sur l’ensemble de la surface fouillée, excepté dans l’édifice cultuel qui compte un unique coffrage. Si le rapport homme/femme indique une représentation légèrement plus importante des femmes, avec 23 femmes pour 18 hommes, la différence de représentativité en fonction de l’âge des sujets est, pour sa part, bien plus marquée, avec 49 individus adultes pour 11 immatures. Cette différence, statistiquement significative26, suggère que les contenants en bois sont privilégiés pour les tombes d’adultes. À la phase suivante, au sein de laquelle les contenants en bois représentent 22 % des sépultures, les individus inhumés sont encore majoritairement des adultes (51 sujets adultes pour 20 immatures27). La représentation homme/femme est toutefois ici inversée, les hommes étant davantage représentés, avec 27 hommes pour 20 femmes. L’analyse de la répartition spatiale montre que les fosses contenant du bois semblent se concentrer par îlots, préfigurant peut-être des regroupements d’individus. Ainsi, il y a très peu de contenants en bois identifiés dans la marge occidentale du cimetière et sur les deux rangées méridionales. Ils se concentrent dans les zones au sud et à l’est de l’église (fig. 15).

Les sarcophages et les fosses plâtrées

  • 28 L’étude pétrographique de 11 des sarcophages, réalisée par Stéphane Büttner (Centre d’études médiév (...)
  • 29 Importé de la région parisienne.

27Les inhumations en sarcophages et fosses plâtrées ont déjà été présentées dans le cadre d’une précédente communication (Jouneau et al., à paraître). Nous envisagerons ici uniquement la question de la répartition spatiale de ces structures, les modalités de façonnage, de mise en place et toutes autres données techniques (gabarits, signalétique, etc.) ayant déjà été développées. Rappelons toutefois que les sarcophages rencontrés au sein du cimetière romillois sont de deux types : les sarcophages en pierre calcaire28 d’une part et ceux en plâtre29 d’autre part. À ceux-ci ont également été associées les fosses plâtrées. Souvent repris sous le nom générique de « sarcophage », ces trois types de contenant témoignent d’une diversité de l’utilisation et de la mise en œuvre du support minéral : si le sarcophage en pierre calcaire était façonné en dehors de la fosse sépulcrale, le sarcophage en plâtre pouvait, pour sa part, être moulé hors de la fosse ou fabriqué directement dans celle-ci, à partir de différents panneaux constitutifs des parois et du fond, tandis que la fosse plâtrée était, comme son nom l’indique, confectionnée directement dans la fosse sépulcrale. 83 « sarcophages », au sens large, ont été identifiés, ce qui représente environ 10 % de l’échantillon global du cimetière. Ils sont caractéristiques de la phase 1, dont ils représentent environ 20 % du corpus (79 cas), et les quelques sarcophages (4 cas) rencontrés à la phase suivante sont des cas de remplois de contenants appartenant initialement à des tombes plus anciennes. Au sein de cet échantillon, 21 sarcophages en pierre calcaire, soit 26,6 % du corpus, et 62 structures en plâtre, soit 73 % de l’échantillon, ont été dénombrés. Ces contenants se répartissent de façon relativement homogène du nord au sud du cimetière, en longues rangées organisées de façon plus ou moins régulière (fig. 14). On observe une concentration de sarcophages dans l’église, qui a exercé un rôle attractif classique et au sein de laquelle ils se répartissent sur sept rangées.

Fig. 16. Les différents modes d’architecture funéraire selon les phases (DAO : R. Colleter).

L’évolution des pratiques funéraires à Romilly-sur-Andelle

  • 30 Proportion de sarcophages pour les sites de la région ayant livrés plus de 100 tombes : Haudricourt (...)

28La distribution des différents types d’architecture funéraire par période (fig. 16) indique que les modes ont évolué au fil du temps. Les premiers occupants usent d’une variété plus marquée de modes d’inhumation, 16 % se font enterrer dans des contenants en bois et autant dans des fosses simples (« en pleine terre ») et près de 20 % dans des sarcophages s. l. Cette dernière proportion de tombes est exceptionnelle pour la région, faisant de Romilly-sur-Andelle le deuxième site ayant livré le plus de sarcophages, après Tournedos/Val-de-Reuil/Porte-Joie, Butte Saint-Cyr30 (Carré dir., 2011, p. 108). Toutefois, les 34 % pour lesquels les contenants restent indéterminés pourraient faire pencher la balance vers une pratique majoritaire que nous n’avons pas réussi à mettre en évidence au cours de cette étude.

29Pour la seconde phase, la situation semble plus standardisée, avec une grande majorité d’inhumations à même la fosse (40 %). Si les contenants en bois (cercueil, coffrage ou toute planche isolée dans la tombe, dont les simples couvercles) sont encore bien représentés, avec 16 % de l’échantillon, les sarcophages ne sont plus en usage, à l’exception notable de quelques réutilisations opportunistes.

Le mobilier funéraire

Fig. 17. Exemple de sépulture romilloise possédant une plaque-boucle et un dépôt de céramique aux pieds (sépulture 736 ; clichés des objets et DAO : R. Colleter ; cliché de terrain : INRAP).

  • 31 L’étude des céramiques du premier Moyen Âge a été réalisée par Yves-Marie Adrian.

30Le mobilier funéraire désigne l’ensemble des objets déposés dans la tombe avec le défunt. Il peut s’agir aussi bien de dépôts pour le défunt (vaisselle, obole…) que d’effets personnels (garniture de ceinture, bijoux…). À Romilly-sur-Andelle, 118 tombes contiennent du mobilier, ce qui correspond globalement au tiers des sépultures de la première phase d’occupation du site. Les dépôts de vases sont les plus courants et concernent 59 tombes31. Les ceintures attestées par des éléments métalliques constituent ensuite la catégorie la plus représentée (fig. 17). C’est la pièce du costume la plus fréquente. 55 sépultures en possèdent, soit près de 14 % des inhumations de la période et près de 47 % des sépultures à mobilier. Ces éléments se répartissent de façon homogène sur l’ensemble du cimetière (fig. 18). Nous pouvons noter que l’intérieur de l’édifice préroman, où seules 3 sépultures comportent des éléments de ceinture, est sous-représenté en tombes dotées par rapport au reste du site, probablement du fait des nombreuses perturbations qui ont affecté cet espace. Il a été difficile de déterminer pour chaque élément vestimentaire s’il était réellement porté (plaque non retournée, non repliée et dans une position compatible avec son port) ou simplement déposé dans la tombe. Les outils, forces, couteau, clé ou fiche à bélière sont également très bien représentés sur le site avec 33 tombes pourvues, soit plus de 8,6 % des sépultures de la première phase. Les éléments de parures, bague, boucle d’oreille, perle, agrafe, fibule ou épingle, concernent 27 tombes, soit 6 % de l’effectif de la première phase.

Fig. 18. Répartition des éléments de ceinture sur le site de Romilly-sur-Andelle sur le fond mérovingien (DAO : R. Colleter).

31Les armes et les accessoires suspendus, anneau, châtelaine ou chaîne et chaîne de ceinture, closent cet inventaire avec respectivement 14 et 11 tombes pourvues, soit 3,5 % des sépultures datées entre les VIe et VIIIe siècles. Toutes les armes découvertes, scramasaxe, fer de lance, couteau et flèche, correspondent à des équipements de type offensif (fig. 19). Aucun élément défensif, comme l’umbo de bouclier par exemple, n’a été retrouvé. De même, aucune francisque, arme emblématique du début de la période mérovingienne, n’a été recensée. L’armement romillois est donc bien classique de la fin du VIe et du VIIe siècle. Il concerne 14 tombes, soit 3,5 % des sépultures de la première phase. Ce pourcentage est conforme aux données normandes : 5 % à Saint-Martin-de-Fontenay, 3 % à Giberville, près de 4 % à Haudricourt et 4 % à Louviers (Carré et Jimenez dir., 2008, p. 151-152). Les armes se rencontrent davantage dans l’extrémité méridionale du site. Elles sont davantage liées aux sépultures primaires (N = 13/14) et quand l’architecture funéraire a pu être restituée, on les retrouve dans

  • 32 Pour les tombes féminines (SP-220, 361, 558 et 780) le sexe a pu être déterminé à plus de 95 % selo (...)

32des contenants en bois (N = 5) ou des sarcophages (N = 4). Quand l’étude biologique des individus a pu être réalisée, nous avons constaté qu’il s’agit exclusivement de tombes d’adultes ou de grands adolescents (N = 13/14) et majoritairement de femmes (N = 4/5 individus déterminés32). Ces quatre tombes féminines contiennent toutes des fers de lance et deux d’entre elles, un scramasaxe. L’échantillonnage est cependant trop faible pour établir une corrélation entre la présence des armes et le sexe des individus. Cependant, et contrairement à l’idée largement répandue que les armes sont l’apanage des hommes dans les cimetières mérovingiens (Hincker et Mayer, 2011, p. 15), à Romilly-sur-Andelle, les femmes adultes en sont également dotées. L’armement ne serait donc pas le seul apanage des soldats (guerrier, militaire…), mais pourrait également refléter une position économique ou sociale particulière de l’individu dans la société. Les assemblages de mobilier dans ces tombes montrent par ailleurs qu’elles renferment également des éléments de ceintures (N = 11/14), des outils (N = 9/14) et un seul objet de parure.

Fig. 19. Exemple de sépultures féminines romilloises possédant des armes (sépulture 513, 558 et 361 ; clichés : INRAP ; DAO : R. Colleter).

Conclusion

33Bien que le cimetière n’ait pas été fouillé exhaustivement, les 720 sépultures étudiées font du site de Saint-Crespin un des plus importants ensembles funéraires de cette période. De plus, il contribue à alimenter la problématique de la relation entre un édifice de culte précoce et un cimetière.

34La communauté de la villa Rumiliaco implante à la fin du VIe siècle un cimetière, autour d’un petit édifice cultuel, qui pourrait correspondre à l’un de ces nombreux petits édifices privés, oratoire ou chapelle, que l’on observe un peu partout en Gaule mérovingienne. Ce petit bâtiment se transforme peu à peu en petite église à usage communautaire, et accueille au VIIe siècle des tombes prestigieuses en sarcophage. Si le cimetière révèle une organisation relativement raisonnée, avec des rangées régulières, l’occupation de l’espace n’est pas homogène et pourrait illustrer des regroupements familiaux au sens large. L’espace sépulcral, tout en s’étendant vers l’est et l’ouest, va se densifier aux VIIIe et IXe siècles autour de l’édifice cultuel, qui subit d’importantes modifications avant d’être finalement entièrement reconstruit vers la fin du Xe siècle ou au début du siècle suivant. Hommes et femmes, adultes ou immatures semblent répartis de façon homogène, à l’exception notable de la zone située au nord de l’église qui, au cours de la première période, est majoritairement occupée par des femmes, et des environs de l’église qui, pour la seconde période, regroupent un peu plus les sujets immatures. Dans l’ensemble, les pyramides des âges sont similaires pour les deux périodes, avec une base plus large pour les femmes et un sommet plus développé pour les hommes, mais avec une mortalité infantile plus importante pour la deuxième période, qui pourrait illustrer une dégradation des conditions de vie. Nous pouvons également observer une surreprésentation féminine sur l’ensemble de la période d’occupation, qui n’est cependant pas assez significative pour en tirer de conclusions. Si les caractéristiques biologiques de la population ne varient guère entre les deux périodes, les gestes funéraires s’uniformisent avec une réduction de la variété des modes d’inhumation et l’abandon des dépôts d’objets et de l’usage du sarcophage.

35Le cimetière est vraisemblablement abandonné au milieu du XIe siècle, lorsque l’église se voit transformée en prieuré, et les inhumations sont alors probablement pratiquées autour de l’église Saint-Georges, située à proximité. Cet espace communautaire cède ensuite la place à un prieuré manorial, siège d’une importante seigneurie foncière, qui va marquer la vie du bourg jusqu’à la Révolution française.

Bibliographie

Bibliographie

Birkner R. (1980) – L’image radiologique typique du squelette : aspect normal et variantes chez l’adulte et l’enfant. Paris, Maloine, 564 p.

Bocquet-Appel J.-P. (2008) – La paléodémographie. 99,99 % de l’histoire démographique des hommes ou la démographie de la Préhistoire. Errance, 192 p.

Carcel A., Parron I. et Reynaud J.-F. (1992) – Le prieuré de Saint-Romain-le-Puy. Publications de l’université de Saint-Étienne, 87 p.

Carré F. dir. (2011) – L’archéologie en Haute Normandie. Bilan des connaissances. Tome 1 : le haut Moyen Âge. Mont-Saint-Aignan, Publications des universités de Rouen et du Havre, 208 p.

Carré F. et Jimenez F. dir. (2008) – Louviers (Eure) au haut Moyen Âge. Découvertes anciennes et fouilles récentes du cimetière de la rue du Mûrier. Mémoires de l’Association française d’archéologie mérovingienne, XVIII, Saint-Germain-en-Laye, 334 p.

Cartron I. et Castex D. (2009) – Identité et mémoire d’un groupe aristocratique du haut Moyen Âge : le site de « La Chapelle » à Jau-Dignac et Loirac (Gironde). Alduc-Le Bagousse A. (dir.), Inhumations de prestige ou prestige de l’inhumation ? Expressions du pouvoir dans l’au-delà (IVe-XVe siècle), Craham, Caen, p. 151-173.

Catteddu I., Carré F., Gentili F., Delahaye F., Langlois J.-Y. et Couanon P. (2009) – Fouilles d’églises rurales du haut Moyen Âge dans le nord de la France, des questions récurrentes. Paris-Poulain D., Istria D., Nardi-Combescure S. (dir.), Les premiers temps chrétiens dans le territoire de la France actuelle ; hagiographie, épigraphie et archéologie ; Actes du colloque international d’Amiens, 18-20 janvier 2007, PURH, p. 205-228.

Colardelle M. (1996) – Terminologie descriptive des sépultures antiques et médiévales. Galinié H. et Zadora-Rio É., Archéologie du cimetière chrétien, Tours, 11e supplément à la Revue archéologique du Centre de la France, p. 305-310.

Cornec T. dir. (2010) – L’habitat et le cimetière du haut Moyen Âge de Pouthumé à Châtellerault (Vienne). Wisigoths et Francs, autour de la bataille de Vouillé, actes des 28e journées internationales d’archéologie mérovingienne tenues à Vouillé et Poitiers, 28-30 septembre 2007, t. 22 des mémoires de l’AFAM, p. 97-111.

Creissen T. (2009) – L’aménagement du sanctuaire dans les églises de France avant l’An Mil. Le sanctuaire et ses aménagements, Hortus Artium Medievalium, 15, p. 87-103.

Demolon P. dir. (2006) – La nécropole mérovingienne de Hordain (Nord). VIe-IXe siècles ap. J.-C. Archaeologia duacensis, 20, Communauté d’agglomération du Douaisis, Direction de l’archéologie, Douai, 269 p.

Duday H. (1995) – Anthropologie « de terrain », Archéologie de la mort. Cros J.-P. et Large J.-M. (éd.), La mort. Passé, présent, conditionnel, Actes du colloque de La Roche-sur-Yon, juin 1994, La Roche-sur-Yon, Groupe vendéen d’études préhistoriques, p. 33-56.

Duday H., Courtaud P., Crubézy É., Sellier P. et Tillier A.-M. (1990) – L’anthropologie « de terrain » : reconnaissance et interprétation des gestes funéraires. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 2, fasc. 3-4, p. 29-50.

Duday H. et Sellier P. (1990) – L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie. Les Nouvelles de l’archéologie, 40, p. 12-14. Fazekas I. G. et Kosa F. (1978) – Forensic fetal osteology. Budapest, Akademiai Kiado, 413 p.

Hincker V. et Carré F. (à paraître) – Sarcophages de Normandie : une analyse comparée. Actes du 30e colloque international de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Bordeaux, octobre 2009.

Hincker V. et Mayer A. (2011) – La courte histoire du cimetière mérovingien de Banneville-la-Campagne (Calvados, France). Archéologie médiévale, 41, p. 1-48.

Jouneau D. dir. (2009) – Romilly-sur-Andelle (27), Ruelle du Mont 2. Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Jouneau D., Colleter R., Rolland N., Gryspeirt N. et Guillon M. (à paraître) – Mise en pierre et mise en terre, diversité du sarcophage en Haute-Normandie au travers l’exemple du cimetière Saint-Crespin (Romilly-sur-Andelle, 27). Actes du 30e colloque international de l’Association française d’archéologie mérovingienne, Bordeaux, 2009, supplément à la revue Aquitania. Le Maho J. (2008) – Saint-Georges-de-Boscherville, 2 000 ans d’histoire. Rouen, GRAPC [2e éd. revue et complétée ; 1re éd. : 1998].

Le Nézet-Célestin M., Colin M.-G. et Codou Y. (2007) – La christianisation des campagnes (IVe-VIIIe siècle). Gallia, 64, p. 57-83.

Ledermann S. (1969) – Nouvelles tables-types de mortalité. Paris, Presses universitaires de France, INED, Travaux et Documents, 53, 260 p.

Mantel É., Bayard D., Blondiaux J. et Merleau M.-L. (1994) – Le cimetière mérovingien d’Haudricourt (Seine-Maritime). Revue archéologie de Picardie, 1/2, p. 179-261.

Merel-Brandenburg A.-B. (2009) – Le sanctuaire en Gaule (IVe-VIIIe siècle). Le sanctuaire et ses aménagements, Hortus Artium Medievalium, 15, p. 77-86.

Mignot P. (2011) – Mourir à la campagne entre l’an 550 et 1750 ; archéologie du cimetière paroissial de Froidlieu. Balace S. et De Poorter A. (dir.), Entre Paradis et Enfer, mourir au Moyen Âge, catalogue d’exposition, Fonds Mercator et Musées royaux d’art et d’histoire, Bruxelles, p. 173-181.

Moorrees C. F. A., Fanning E. A. et Hunt E. E. Jr. (1963a) – Formation and resorption of three deciduous teeth in children. American Journal of Physical Anthropology, 21, p. 205-213.
— (1963b) – Age variation of formation stages for ten permanent teeth.
Journal of dental Research, 42, fasc. 6, p. 1490-1502.

Murail P., Bruzek J., Houët F. et Cunha E. (2005) – DSP: a tool for probabilistic sex diagnosis using worldwide variability in hip-bone measurements. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, no spécial, 17, fasc. 3-4, p. 167-176.

Musset L. (1974) – Normandie romane 2. Zodiaque, coll. « La Nuit des temps », 2e éd., 222 p.

Owings-Webb P. et Suchey J.-M. (1985) – Epiphyseal union of the anterior iliac crest and medial clavicle in a modern multiracial sample of American males and females. American Journal of Physical Anthropology, 68, p. 457-466.

Parron-Kontis I. (2002) – La cathédrale Saint-Pierre-en-Tarentaise et le groupe épiscopal de Maurienne. Lyon, Association lyonnaise pour la promotion de l’archéologie en Rhône-Alpes, Documents d’archéologie en Rhône-Alpes et en Auvergne, 22, 154 p.

Renoux A. (1991) – Fécamp. Du palais ducal au palais de Dieu. CNRS Éd., 734 p.

Schmitt A. (2005) – Une nouvelle méthode pour estimer l’âge au décès des adultes à partir de la surface sacro-pelvienne iliaque. Bulletins et mémoires de la Société d’anthropologie de Paris, 17, fasc. 1-2, p. 89-101.

Seguy I. et Buchet L. (2011) – Manuel de paléodémographie. Éd. INED, 430 p.

Sellier P. (1993) – L’estimation de l’âge des fœtus et des enfants morts en période périnatale : une révision de Fazekas et Kosa (1978). Communication au 21e colloque du Groupement des anthropologues de langue française. Croissance et vieillissement, Bordeaux, 13-15 mai 1993.

Sellier P., Tillier A.-M. et Bruzek J. (1997) – À la recherche d’une référence pour l’estimation de l’âge des fœtus, nouveau-nés et nourrissons des populations archéologiques européennes. Anthropologie et préhistoire, 108, p. 75-87.

Sempe M., Pedron G. et Roy-Pernot M.-P. (1979) – Auxologie, méthode et séquences. Paris, Théraplix, 205 p.

Telkkä A., Palkama A. et Virtama P. (1962) – Estimation of stature from radiographs of long bones in children. I. Children aged from one to nine. Annales Medicinae Experimentalis et Biologiae Fenniae (Helsinki), 40, p. 91-96.

Zadora-Rio É. et Galinié H. (2001) – La fouille du site de Rigny, 7e-19e s. (commune de Rigny-Ussé, Indre-et-Loire) : l’habitat, les églises, le cimetière. Troisième et dernier rapport préliminaire (1995-1999). Revue archéologique du Centre de la France, 40, p. 167-242.

Notes

1 La fouille archéologique préventive, effectuée par l’INRAP, s’est déroulée en deux campagnes : la première pendant deux mois en 2005 sur la parcelle AB-4, la seconde entre juillet 2006 et septembre 2007 sur la parcelle AB-49.

2 Le prieuré fait l’objet du prochain article dans ce volume.

3 Ce rapport est en cours de finalisation au moment de la rédaction de cet article et devrait être déposé à la DRAC de Haute-Normandie en 2014.

4 Beta Analytic 271049/R-A SP394 PDG.

5 680-890 après J.-C. (Beta Analytic 271044/R-A SP195 KG).

6 890-1020 après J.-C. (Beta Analytic 271046/R-A SP222 PPMM) et 770-980 après J.-C. (Beta Analytic 271048/R-A SP295 KMTD).

7 Analyses effectuées par Stéphane Büttner (Centre d’études médiévales d’Auxerre).

8 Les caractères discrets et la morphométrie ne seront pas abordés dans le présent article, mais ont néanmoins été observés lors de l’étude biologique globale dans le rapport final d’opération.

9 Selon les méthodes de Moorrees et al. (1963 a et b).

10 Selon les méthodes de Sellier (1993, 1997), qui propose une révision des équations de Fazekas et Kosa (1978) pour les individus de moins de 1 an et de Telkkä et al. (1962) associée aux tables de Sempé et al. (1979) pour les individus immatures de 1 à 14 ans.

11 Selon la méthode de Birkner (1980).

12 Selon les méthodes de Schmitt (2005) et d’Owings-Webb et Suchey (1985).

13 IJ = 0,170 et rapport D 5-9/D 10-14 = 2,22.

14 L’indice de juvénilité est considéré conforme si le rapport entre les 5-14 ans et plus de 20 ans est supérieur ou égal à 0,1 et si le rapport entre les décédés de 5-9 ans et de 10-14 ans est au moins égal à 2 (Bocquet-Appel, 2008 ; Seguy, Buchet, 2011).

15 D1-19/D+ 20 = 0,87 et D5-9/D10-14 = 2.

16 Pour notre échantillon, nous avons sélectionné 14 mesures réparties sur 3 os : 6 mesures sur la mandibule, 2 sur l’humérus et 6 sur le fémur.

17 Nous remercions Frédéric Santos, statisticien au laboratoire d’Anthropologie des populations passées et présentes (A3P) de l’université de Bordeaux 1, pour ses nombreux conseils et le temps qu’il a consacré gracieusement à cette étude.

18 Ilium, ischium et pubis soudés.

19 Le khi2 – de 0,58 – n’est pas significatif.

20 Khi2 = 2,32.

21 Le khi2 est de 3,85 et significatif pour P = 0,05.

22 Le taux de sur-féminité dans cette zone du cimetière est à 2,87.

23 Le cimetière de Saint-Crespin compte 15 fosses anthropomorphes, toutes attribuées à la phase 2. Cette typologie n’est pas synonyme de « pleine terre », puisque, dans deux cas, des traces de couvercle ont été décelées. Ces fosses anthropomorphes se trouvent majoritairement en périphérie de l’édifice cultuel.

24 Le terme coffrage est pris ici avec une acception large : il s’agit autant du « véritable coffrage », aménagé directement dans la fosse sépulcrale, que d’une planche de bois posée de champ pour retenir un bord de fosse ou encore d’un brancard.

25 Ceux-ci sont plutôt de petite taille au haut Moyen Âge.

26 Le khi2 = 13,376 est hautement significatif à P = 0,01.

27 Le khi2 = 6,677 est hautement significatif à P = 0,01.

28 L’étude pétrographique de 11 des sarcophages, réalisée par Stéphane Büttner (Centre d’études médiévales d’Auxerre), a montré que le matériau utilisé est un calcaire provenant de l’ouest parisien, de Paris ou du Val-d’Oise.

29 Importé de la région parisienne.

30 Proportion de sarcophages pour les sites de la région ayant livrés plus de 100 tombes : Haudricourt, 0 % ; Gisay-la-Coudre, 0 % ; Honguemarre, 0 % ; Longroy, 0 % ; Poses, 0,2 % ; Criel-sur-Mer, 2,4 % ; Fallencourt, 1,5 % ; Chavigny-Bailleul, 1 % ; Louviers, 16,8 %, Tournedos/Porte-Joie, 40 %.

31 L’étude des céramiques du premier Moyen Âge a été réalisée par Yves-Marie Adrian.

32 Pour les tombes féminines (SP-220, 361, 558 et 780) le sexe a pu être déterminé à plus de 95 % selon la diagnose sexuelle secondaire. Pour la tombe masculine, SP-249, la détermination du sexe repose sur la DSP.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Localisation du site (DAO : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Légende Fig. 2. Plan général des structures du premier Moyen Âge (DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 3. Plan des maçonneries de l'édifice cultuel et son phasage (relevés : C. Ugo, DAO : D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Légende Fig. 4. Répartition et phasage des sépultures du cimetière de Romilly-sur-Andelle (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 5. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures de la phase 1 comparés aux tables-types de Lederman e°0 = 25 (valeurs max. et médianes) et e°0 = 35 (valeurs min. et médianes ; DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Fig. 6. Répartition des adultes et des individus immatures de la phase 1 (DAO :
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 8. Répartition des adultes et des individus immatures de la phase carolingienne (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9. Distribution des quotients de mortalité des individus immatures de la phase 2 comparés aux tables-types de Lederman e°0 = 25 (valeurs max. et médianes) et e°0 = 35 (valeurs min. et médianes ; DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Fig. 10. Distribution des quotients de mortalité des adultes de la phase 2 comparés aux tables-types de Lederman e°0 = 20 (valeurs max.) et e°0 = 40 (valeurs min.) (DAO : R. Colleter/INRAP) et distribution par âge et par sexe de l’échantillon carolingien en fréquence (pourcentage ; DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 11. Répartition des sépultures sexuées de la phase 1 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 12. Répartition des sépultures sexuées de la phase 2 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau.)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 13. Exemple de sépultures en pleine terre, de calage de tête en pierre et de logette céphalique (clichés : INRAP ; DAO : N. Gryspeirt).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 14. Répartition des contenants funéraires de la phase 1 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 15. Répartition des contenants funéraires de la phase 2 (DAO : R. Colleter et D. Jouneau).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Légende Fig. 16. Les différents modes d’architecture funéraire selon les phases (DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Fig. 17. Exemple de sépulture romilloise possédant une plaque-boucle et un dépôt de céramique aux pieds (sépulture 736 ; clichés des objets et DAO : R. Colleter ; cliché de terrain : INRAP).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Fig. 18. Répartition des éléments de ceinture sur le site de Romilly-sur-Andelle sur le fond mérovingien (DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 19. Exemple de sépultures féminines romilloises possédant des armes (sépulture 513, 558 et 361 ; clichés : INRAP ; DAO : R. Colleter).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3930/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 397k

Auteurs

INRAP Grand-Ouest, AMIS, UMR 5288.

INRAP Nord-Picardie

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540