Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Étude d’un lot d’objets découverts au début du XIXe siècle par François Rever sur le site antique du Vieil-Évreux (Eure)

Study of a set of objects discovered at the start of the 19th Century by François Rever on the ancient site of Vieil-Évreux (Eure)

Stéphanie Zeller

Résumé

La découverte par François Rever d’un lot de plus de 1 200 objets au début du XIXe siècle au Vieil-Évreux (Eure) est tout à fait exceptionnelle. Ce mobilier, retrouvé dans les réserves du musée d’Évreux, est composé de plusieurs types d’objets (appliques, rivets, anneaux, clous) présents en grande quantité et déclinés en différentes tailles, ce qui n’est pas sans évoquer un stock de boutique (quincaillerie, mercerie, etc.)

François Rever’s discovery of a set of over 1,200 objects in the early 19th Century in Vieil-Évreux (Eure) is nothing but extraordinary. The selection, stored in the Évreux museum, comprises high numbers of several types of objects (wall lamps, rivets, rings and nails) that are divided into different sizes and which could indeed correspond to a shop’s stock (hardware, haberdashery, etc.)

Entrées d'index

Texte intégral

Le site du Vieil-Évreux

1Le site du Vieil-Évreux se situe dans la cité antique des Aulerques Éburovices, à environ 6 km du chef-lieu Mediolanum Aulercorum (actuelle Évreux).

Fig. 1. Plan du site du Vieil-Évreux au IIIe siècle (DAO : MADE).

2Les premières occupations connues remontent au Ier siècle avant J.-C. Le site connaît un important changement d’urbanisme au début du IIe siècle après J.-C. Une rue unique bordée d’habitations délimite alors un hexagone d’environ 230 ha qui accueille des monuments publics (sanctuaire, fana, théâtre, forum, thermes) et comporte de grandes parcelles qui semblent vierges de toute construction (fig. 1). Cet urbanisme singulier, ainsi que la superficie de l’agglomération, laissent penser que le site pourrait être le sanctuaire fédéral des Aulerques Éburovices. Vers le milieu du IIIe siècle, l’agglomération est abandonnée et ses matériaux récupérés. Seul le sanctuaire est encore occupé et transformé en castrum jusqu’à la fin du IVe siècle.

Les vicissitudes d’une découverte

Circonstances de la trouvaille

3Rever (1753-1828), érudit curieux et lettré, est un ancien prêtre qui a effectué des fouilles archéologiques à Lillebonne et, de 1801 à 1804, au Vieil-Évreux. Il a pu établir le premier plan de cette ville antique. En 1827, un an avant sa mort, il a publié un ouvrage intitulé Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux, département de l’Eure. Il y relate toutes les découvertes qu’il a faites sur le site, dont la fouille qui nous intéresse (Rever, 1827, fig. 2, no 18), au cours de laquelle fut mis au jour l’important lot de mobilier qui fait l’objet de la présente étude. Il ne consacre pas moins de sept pages et quatre planches de dessins (fig. 3) à la description des quelques 1 200 artéfacts découverts (Rever, 1827, p. 51-52, 54, 89-95, pl. 9 et 14-16). Il indique que cette fouille a eu lieu suite à la découverte fortuite de ces objets par un agriculteur, en labourant son terrain. François Rever y a trouvé, sur une surface de seulement 3 m ², des « grands bronzes » (Rever, 1827, p. 54), ainsi que de nombreux rivets, appliques, anneaux et clous en alliage cuivreux (Rever, 1827, p. 89-95).

Fig. 2. Carte de localisation des découvertes de François Rever au Vieil-Évreux (d’après Rever, 1827, pl. 1).

Fig. 3. Planche 15 du Mémoire de François Rever (Rever, 1827).

De la découverte à nos jours : parcours et études d’un lot d’objets1

  • 1 Signalons qu’un très important travail d’archives a été réalisé sur l’ensemble du site et de ses dé (...)

4François Rever a légué cette collection à la Société libre de l’Eure, qui en a fait don au département de l’Eure en 1873. Celui-ci ne possédant pas à l’époque de musée ou de dépôt, le mobilier fut et est encore entreposé dans les réserves du musée municipal d’Évreux.

5Depuis l’ouvrage de François Rever, plusieurs chercheurs ont fait référence à ce lot d’objets. C’est le cas d’Alexis Robillard (dessins vers 1838-1839, conservés aux Archives nationales (sous la cote AN-36AS97-001), de Théodose Bonnin (1845, planche XXXVII), d’Émile Espérandieu (1913) et de Léon Coutil (1921), tous ayant fouillé au Vieil-Évreux et fait une synthèse des éléments connus à leur époque à propos du site.

6La première véritable étude de ce lot est celle d’Isabelle Fauduet (1992). Cependant, si une grande partie du mobilier de François Rever est décrite, celui-ci se trouve noyé dans l’étude typologique de l’ensemble des collections des réserves du musée d’Évreux. Il s’agit néanmoins d’un ouvrage très complet et faisant aujourd’hui encore référence. C’est dans le cadre d’un mémoire de master 2 que nous avons effectué cette étude. À partir des descriptions et des dessins fournis par François Rever, nous avons retrouvé environ 600 objets correspondants dans les réserves du musée d’Évreux. Les lacunes du livre de François Rever et l’ancienneté du rangement des collections des réserves du musée ne nous ont pas permis de recouvrer l’intégralité des trouvailles de l’auteur.

Description de l’ensemble

7Pour chaque catégorie d’objet, nous avons établi une typologie ainsi qu’une terminologie pour bien cerner le type de mobilier de notre étude.

Typologie du mobilier

Les clous

8Durant sa fouille, François Rever en a découverts plus de 300 (Rever, 1827, p. 94-95). Dans notre corpus, ils sont au nombre de 216. Cinq types ont été repérés (fig. 4) et sont représentés par ailleurs au Vieil-Évreux, dans des contextes datés du Ier au milieu du IIIe siècle.

Les attaches à un pied

9Ce sont des objets traditionnellement appelés « rivets », mais également « boutons », et « appliques ». François Rever, dans son Mémoire, nous parle de « nombreuse [sic] attaches » (Rever, 1827, p. 91-92), sans plus de précision quant à la quantité retrouvée. Dans notre corpus, ces objets sont présents au nombre de 107, formant cinq types (fig. 5). Seul le premier, à tête géométrique, est attesté lors des fouilles récentes au Vieil-Évreux, dans des contextes de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle. Isabelle Fauduet indique que ce type d’objet est difficile à dater et qu’il est répandu tant sur les sites civils que militaires (Fauduet, 1992, p. 105). Se positionnant sur du cuir, ces attaches ont aussi bien pu être utilisées sur le harnachement que sur des éléments vestimentaires.

Les attaches à deux pieds

10Elles sont généralement désignées sous le terme d’« appliques », nom trompeur puisqu’il désigne souvent des objets divers et variés. François Rever en a découvert plus de 200 lors de sa fouille. Ils sont au nombre de 174 dans notre corpus, représentant cinq types (fig. 6). Les types 1 et 2 ont été récemment retrouvés au Vieil-Évreux, malheureusement en prospection. Seul le type 4 a été retrouvé lors des fouilles récentes des thermes, dans un niveau daté de la fin du IIe au premier quart du IIIe siècle. Ce mobilier a vraisemblablement connu une utilisation proche de celle des attaches à un pied. Cependant, M. Feugère (2012, p. 384) indique que « ces objets, très répandus sous le Haut-Empire, sont alors considérés comme des objets de harnachement ; durant l’Antiquité tardive, les découvertes funéraires indiquent une utilisation comme applique de ceinturon, très prisée aux IVe et Ve siècles ».

Les anneaux

11« Il y a plus de cent anneaux ou portans [sic] », note François Rever (1827, p. 95), dont 76 ont été retrouvés dans les réserves du musée d’Évreux. La majorité est d’un type simple, incluant probablement des anneaux de doigt. Cinq anneaux dentelés (ameublement, serrurerie) font en outre partie de notre corpus, ainsi qu’un anneau à décor creux d’usage indéterminé, une bague à fines striures et une autre octogonale, du type Guiraud 9a, daté des IIe-IIIe siècles (Guiraud, 1989).

Les bobines (fig. 7)

12Le premier type est composé d’une tige centrale dont les deux extrémités sont pourvues d’un disque. Il y en a deux dans notre corpus. Les seules comparaisons trouvées se situent à Volubilis (Maroc), où Christiane Boubé-Piccot les considère comme étant des « boutons de harnais » (Boubé-Piccot, 1980). Le second type diffère du premier par ses extrémités semi-sphériques. Les comparaisons et interprétations sont les mêmes que pour le premier type.

Les attaches crochets

13Ces objets, au nombre de quatre dans notre corpus, sont appelés « coulans » par François Rever (1827, p. 90). Possédant une fixation rectangulaire au revers (fig. 8), ces artéfacts sont souvent considérés comme étant des ornements de harnais (Unz, Deschler-Erb, 1997, Tafel 75 ; Boubé-Piccot, 1980, p. 161-162, 353-354).

La fibule

14Sans précision de la part de François Rever, nous n’avons pu retrouver qu’une seule fibule grâce au dessin de son Mémoire. Il s’agit d’une fibule

15skeuomorphe (en forme de semelle de chaussure) de type Feugère 28b2 (Feugère, 1985, p. 372-379), datée du courant du IIe siècle (fig. 9).

Fig. 4. Typologie des clous de l’étude.

Fig. 5. Typologie des attaches à un pied de l’étude.

Fig. 6. Typologie des attaches à deux pieds de l’étude.

Fig. 7. Typologie des bobines de l’étude.

Fig. 8. Attache crochet (Rever, 1827, pl. 16 B).

Fig. 9. Fibule en forme de semelle (cliché : S. Zeller).

Confrontation entre le lot de François Rever et le corpus de l’étude

16F. Rever décrit un certain nombre d’objets que nous n’avons pas pu retrouver dans les réserves du Musée d’Évreux. Il s’agit tout d’abord de 18 monnaies : 16 en bronze, une en argent et une en or (Rever, 1827, p. 54). Il nous parle de quelques fibules, plus de 200 attaches, plus de 300 clous et plus de 100 anneaux, mais seuls les exemplaires dessinés, bien décrits ou en lot, ont pu intégrer notre corpus. Les « coulans » [sic] sont des perles assez communes durant l’Antiquité, il ne nous a donc pas été possible de repérer dans les réserves celles qui proviennent de la fouille de François Rever. De même, à la fin du chapitre consacré à cette découverte, il mentionne des chaînettes, des styles, ainsi que des aiguilles, des épingles et des spatules (très certainement des cuillères) en os et en alliage cuivreux. Ce mobilier, très courant durant la période romaine, n’a pas non plus pu être identifié parmi les collections du musée.

Nature et chronologie du lot

17L’ensemble de ces artéfacts est très hétéroclite. Certains sont liés à l’ameublement (clous), d’autres à la parure (perles), à l’écriture (styles), à la couture (aiguilles), à la toilette (épingles, aiguilles), au vêtement (fibules) et au harnachement (attaches à un et deux pieds). La tentation de rattacher le mobilier, surtout les attaches à un et deux pieds, à du militaria, est dangereuse. En effet, il y a depuis 20 ans de plus en plus de découvertes de ce type d’objets en contexte civil, et il ne serait pas aberrant qu’ils aient été dans un premier temps utilisés par des militaires, puis adoptés par les populations locales. Isabelle Fauduet reste très prudente à ce sujet (1992, p. 105, 110 et 164).

18Les comparaisons liées aux fouilles récentes au Vieil-Évreux nous indiquent un lot d’objets de la fin du IIe au milieu du IIIe siècle.

Interprétation de l’ensemble

  • 2 L’appellation forum est utilisée ici par commodité pour désigner ce que l’on sait être une place pu (...)

19Il s’agit d’un lot important de plus de 1 200 objets, certains ayant probablement été recueillis par l’agriculteur avant l’arrivée de François Rever. Ils se trouvaient sur un espace réduit de 3 m2. L’hypothèse d’une perte accidentelle semble donc peu plausible et il s’agirait alors d’un dépôt ou d’un stock. Le contexte de la découverte n’est pas celui d’un habitat. En effet, nous savons par François Rever qu’elle se situe le long d’une voie, à l’emplacement du forum de l’agglomération antique2. Selon les connaissances actuelles, il pourrait s’agir d’une cellule placée le long de la partie ouest de ce monument. La fonction économique et marchande de ce dernier amène l’hypothèse d’une réserve ou d’un espace de présentation du mobilier dans une boutique. François Rever ne mentionne cependant aucun mur et il n’est pas certain qu’il ait exploré un espace clos. L’hypothèse semble toutefois étayée par la composition du lot d’objets. Ainsi, de grandes séries apparaissent, notamment pour les attaches ou les clous, déclinant toutes les dimensions d’un même type ou apportant plusieurs dizaines d’exemplaires identiques, comme pour les attaches à un ou deux pieds.

20En conclusion, nous pouvons donc imaginer une présentation dans une boutique et une offre qu’on peut voir aujourd’hui dans les magasins, en particulier les merceries ou les quincailleries. g

Bibliographie

Bibliographie

Bonnin T. (1845) – Antiquités gallo-romaines du Vieil-Évreux. Évreux, Louis Tavernier, 50 pl.

Boube-Piccot C. (1980) – Les bronzes antiques du Maroc. III : les chars et l’attelage. Rabat, Musée des Antiquités, 446 p.

Coutil L. (1921) – Archéologie gauloise, gallo-romaine, franque et carolingienne. IV, Arrondissement d’Évreux. Évreux, Impr. de l’Eure, 379 p.

Espérandieu É. (1913) – Les fouilles du Vieil-Évreux (Premier rapport). Paris, Leroux, 80 p.

Fauduet I. (1992) – Musée d’Évreux. Collections archéologiques. Bronzes gallo-romains. Instrumentum. Évreux, 172 p.

Feugère M. (1985) – Les fibules en Gaule méridionale de la conquête à la fin du Ve siècle ap. J.-C. Paris, Éditions du CNRS, 509 p.
— (2012) – Les « petits » objets. Maurin L. (dir.), Un quartier de Bordeaux du Ier au VIIIe siècle. Documents archéologiques du Grand Sud-Ouest, 3, Bordeaux, Ausonius, 436 p.

Fontaine C. (2008) – Le Vieil-Évreux sous le prisme des archives. Mémoire de master 1 d’archéologie des périodes historiques, F. Dumasy (dir.), Université Paris I.

Guiraud H. (1989) – Bagues et anneaux à l’époque romaine en Gaule. Gallia, 46, p. 196-198.

Guyard L. et Bertaudière S. (1996-1998) – Le Vieil-Évreux (Eure). Les terres noires. Thermes gallo-romains. Document Final de Synthèse. Rouen, MADE, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 5 vol.

Rever F. (1827) – Mémoire sur les ruines du Vieil-Évreux, département de l’Eure. Évreux, Société de l’Eure, 308 p.

Unz C. et Deschler-Erb E. (1997) – Katalog der Militaria aus Vindonissa. Brugg, Gesellschaft Pro Vindonissa, 96 p.

Zeller S. (2006) – Le mobilier issu des fouilles récentes de la ville-sanctuaire du Vieil-Évreux (Eure). Mémoire de master 1 d’archéologie des périodes historiques, F. Dumasy (dir.), Université Paris I.
— (2008) – Le matériel d’une boutique au sein de l’agglomération gallo-romaine du Vieil-Évreux (Eure). Mémoire de master 2 d’archéologie des périodes historiques, F. Dumasy (dir.), Université Paris I.

Notes

1 Signalons qu’un très important travail d’archives a été réalisé sur l’ensemble du site et de ses découvertes par Christiane Fontaine (Fontaine, 2008).

2 L’appellation forum est utilisée ici par commodité pour désigner ce que l’on sait être une place publique. La pertinence de l’usage de ce terme n’est pas l’objet du présent article.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan du site du Vieil-Évreux au IIIe siècle (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 2. Carte de localisation des découvertes de François Rever au Vieil-Évreux (d’après Rever, 1827, pl. 1).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende Fig. 3. Planche 15 du Mémoire de François Rever (Rever, 1827).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4. Typologie des clous de l’étude.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 164k
Légende Fig. 5. Typologie des attaches à un pied de l’étude.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 6. Typologie des attaches à deux pieds de l’étude.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 7. Typologie des bobines de l’étude.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Fig. 8. Attache crochet (Rever, 1827, pl. 16 B).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Fig. 9. Fibule en forme de semelle (cliché : S. Zeller).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3923/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 52k

Auteur

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540