Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2012

The large central sanctuary of Vieil-Évreux (Eure). Results of the 2012 campaign

Sandrine Bertaudière et Sébastien Cormier

Résumé

Pour la période augustéenne, la fouille a mis en évidence une occupation dense dans l’axe de la cella sévérienne. Du côté des premiers temples, de nouveaux aménagements le long d’une allée ont été découverts. Pour la phase sévérienne, des informations ont été apportées sur le chantier de construction et sur le premier démantèlement de l’édifice. Pour la phase de réoccupation, des éléments inédits nous renseignent sur l’organisation spatiale au sein du castellum. Quant à la phase de démolition, des aménagements témoignent d’un chantier organisé.

With respect to the Augustan age, the excavations revealed intensive occupation in line with the Severan cella. Some new structures were discovered along a path near the earliest temples. In terms of the Severan period, information was gathered on the construction site and the first time the building was demolished. Some new elements provided us with insight into the spatial organisation within the castellum during the reoccupation phase, while in relation to the demolition phase, some structures point to the existence of an organised site.

Texte intégral

1Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux occupe le cœur d’une vaste ville sanctuaire, satellite de l’agglomération antique d’Évreux (Mediolanum Aulercorum). Durant le Ier siècle de notre ère, deux pôles (îlots d’habitations) sont créés ; l’un se développe autour d’un premier sanctuaire et le second près d’une grande place publique (fig. 1a). Sous Trajan, ces quartiers sont rasés et un urbanisme tout à fait original est mis en place (fig. 1b). L’agglomération adopte alors une forme polygonale exceptionnelle et atteint une surface de 250 hectares dont près de 60 sont occupés par une bande bâtie de 100 m de large formant une couronne autour du cœur monumental. Dans ce dernier, des thermes (Guyard, Bertaudière, 2007), un grand sanctuaire, un théâtre, un forum (Guyard, Bertaudière, 2010) et divers fana occupent un vaste espace dégagé de 180 ha, recoupé par quelques rues et un réseau d’aqueducs. Au centre de la ville, le sanctuaire couvre un espace de 6 ou 8 ha. Au IIIe siècle, sa partie centrale se compose d’un groupe monumental de 111 m de long constitué de trois temples sur podium reliés par des galeries.

2La fouille a porté sur la partie centrale du sanctuaire, soit sur le temple central et la terrasse de la galerie de liaison sud pour l’état sévérien, sur le temple sud et les cours ouest et sud pour l’état claudio-antonin et sur l’espace ouest pour les états antérieurs.

L’évolution du sanctuaire

3Les premières traces attestées sur le site ne sont pas antérieures à la fin du Ier siècle avant notre ère. Plusieurs phases ont ensuite pu être identifiées (fig. 2 ; Guyard et al., 2011 ; Guyard et Bertaudière, 2006, 2009 ; Guyard et al., 2009). L’occupation augustéenne (vers – 10/+ 20) se caractérise par un sol aménagé, des trous de poteaux et une succession de foyers associés à un niveau très charbonneux et l’occupation tibéro-claudienne (vers 20-50 après J.-C.) par un sol aménagé d’environ 1 500 m2, perforé par des alignements de trous de poteaux. Un premier temple circulaire, de 17 m de diamètre, est construit vers le milieu du Ier siècle. Durant le dernier quart du Ier siècle, deux temples jumeaux sont ajoutés. Ils sont embellis au début du IIe siècle. Le sol des galeries et la partie inférieure des murs sont habillés d’un revêtement en calcaire et en marbre et la partie supérieure est recouverte d’une peinture murale. À l’intérieur des cellae, des socles de groupes statuaires ( ?) sont agrandis. Ces édifices sont démolis vers la fin du IIe siècle. Les trois temples observés par photographie aérienne dans l’angle sud-ouest du sanctuaire ont probablement servi à assurer la pérennité du culte pendant la construction d’un nouveau monument religieux.

4Le grand sanctuaire est érigé vers 180. Trois grands temples, installés sur un podium de 5 à 6 m de haut et reliés par des galeries, sont alors bâtis sur les ruines des édifices antérieurs. Le temple central mesure 30 m de long pour une largeur de 24,88 m. Sa hauteur est estimée à 22 m. Il comporte une pièce inférieure dallée qui ne pouvait être accessible que par une ouverture placée dans le sol disparu de la cella. Le podium abrite plusieurs salles, en partie accessibles par l’arrière de l’édifice. Trois fois plus grands que les précédents, les trois temples occupent le centre d’un espace délimité par un péribole de 6 ou 8 hectares. Le sanctuaire est ensuite fermé vers le milieu du IIIe siècle. Le monument est partiellement démoli et un rituel de fermeture y est peut-être pratiqué. Vers 270, le monument est transformé en castellum. Cette petite fortification, de forme ovalaire, est constituée d’un large talus et d’un fossé qui ceinturent les trois temples antérieurs.

Fig. 1. Évolution de l’agglomération du Vieil-Évreux (DAO : MADE).

Fig. 2. Évolution du sanctuaire du Vieil-Évreux (DAO : MADE).

5Dans le courant du IVe siècle, le sanctuaire est totalement démoli. Les blocs calcaires sont débités sur place pour être transformés en moellons. Ce démontage, méthodique et systématique, résulte vraisemblablement d’une commande publique. Seuls quelques éléments, datés des XIe-XIIe siècles au plus tôt, témoignent d’une réoccupation de la fortification antique durant la période médiévale. À la fin du XVIIe ou au début du XVIIIe siècle, une maison dont il ne reste que les vestiges d’une cave est bâtie sur le site. Pendant la période contemporaine, des fermes sont installées dans la partie basse de la parcelle et un verger est planté sur la butte. D’autres sont construites après les premières fouilles sur le sanctuaire (1835-1841). Durant la première moitié du XXe siècle, de nouvelles recherches sont entreprises ponctuellement avant que le site ne soit transformé en dépotoir sauvage.

Apports de la campagne 2012

L’occupation augustéenne (vers – 10/+ 20)

6Cette occupation, relativement dense dans l’axe de la cella sévérienne, se caractérise par la présence de foyers à plat de forme ovale à circulaire reposant sur des sols relativement bien entretenus. Dans l’espace qui semble être le cœur de l’occupation, cinq foyers se superposent. Les premiers résultats des études pédologique, micromorphologique et anthracologique démontrent qu’ils n’appartiennent vraisemblablement pas à un contexte domestique ni artisanal (Bertaudière et al., à paraître). En revanche, aucun élément ne permet d’étayer l’hypothèse selon laquelle ces structures appartiendraient à un contexte cultuel, si ce n’est la persistance d’une limite toujours respectée durant les phases postérieures.

Les premiers temples en pierre (vers 50-180 après J.-C.)

7La fouille a porté uniquement sur les niveaux de la cour méridionale de l’édifice et plus particulièrement sur l’allée sud et ses abords. Cette allée d’environ 5,5 m de large, constituée d’un sol de silex et de nombreuses recharges, est bordée par une hypothétique pergola (Bertaudière et Cormier, 2012). De petites fondations en silex, de forme oblongue, installées en quinconce, ont été découvertes entre l’allée et l’aménagement paysager (fig. 3). Elles pourraient être interprétées comme les vestiges de petits socles ou supports servant à agrémenter l’allée.

L’état monumental du sanctuaire (vers 180-270 après J.-C.)

Le chantier de construction

8Les recherches menées à l’arrière de l’édifice apportent des informations inédites sur le chantier de construction du monument sévérien. Une nouvelle aire de travail de la pierre a été mise au jour contre la galerie sud, à une dizaine de mètres du temple central. Elle se caractérise par une succession de niveaux de travail constitués de déchets et de poudre calcaire liés au débitage de blocs. La très faible surface fouillée ne permet pas d’identifier les zones d’activités, comme cela avait été le cas pour l’espace situé devant la cella. Cette aire de travail vient s’ajouter aux trois autres repérées à l’avant de l’édifice et complète ainsi le plan du chantier de construction où une aire de gâchage du mortier et une rampe permettant le cheminement des blocs ont également été fouillées.

  • 1 Information orale de J.-M. Feménias, archéo-puits.

9Pendant cette phase de construction, deux puits ont été construits sur la terrasse de la galerie de liaison sud. Seul celui situé près du temple central a fait l’objet d’une fouille. Le creusement initial offre une ouverture de 3,8 m destinée à aménager un conduit d’environ 1,6 m. Le cuvelage est constitué de dalles de calcaire dur, usées, sans liant (fig. 4), d’épaisseurs variables et dont les angles inférieurs ont été abattus afin d’éviter que le seau ne s’accroche aux arêtes des blocs1. Le diamètre du puits étant relativement important, il ne paraissait pas nécessaire d’abattre les angles. Il pourrait s’agir d’une technique appliquée systématiquement par les constructeurs, à moins que le dispositif de remontage de l’eau ne soit équipé de plusieurs seaux.

10En ce qui concerne l’escalier du temple central, la fouille de la tranchée de récupération du mur d’échiffre sud a livré de nouvelles informations sur le mode de construction. En effet, la mise au jour de la fondation de ce mur permet de revoir à la baisse l’emprise de l’escalier. Sa longueur, estimée à 10,5 m à l’aide des relevés dressés au XIXe siècle par T. Bonnin, ne mesure en fait pas plus de 8,64 m. La fondation s’avère également moins large ; elle approche 1,45 m au lieu des 2,08 m envisagés. L’escalier est donc encore plus pentu que ce qui avait été pressenti l’année précédente, avec une pente aujourd’hui estimée à 28,9 °. Une fois les fondations du mur stylobate et des murs d’échiffres réalisées, les blocs en grand appareil ont été installés au fur et à mesure du remblaiement du soubassement de l’escalier. De ce dernier subsistent les vestiges d’une petite fondation en silex liés par un mortier jaune, repérée sous une marche en calcaire dur qui pourrait correspondre à l’une des premières encore en place.

La cour avant

11La cour avant est revêtue d’un sol de craie damée. Le long du mur d’échiffre sud, deux états de sol et une recharge alternent avec des niveaux d’occupation. Ce sol usé sur 1,9 m forme une dépression orientée nord-sud. Venant buter contre la fondation, elle est probablement le témoin d’un aménagement particulier contre le mur : don d’oboles dans un tronc à offrande, vasque pour la purification.

12Depuis 2005, la cour avant a fait l’objet de peu d’investigations. Elle a cependant livré deux fondations dont l’une, qui se situe dans le prolongement du mur d’échiffre sud, a été découverte lors la campagne 2012. Un bloc calcaire (0,6 x 1,02 m), intégré dans le sol, est interprété comme le vestige d’un petit aménagement inconnu. Il pourrait s’agir d’un socle de statue. L’hypothèse d’une vasque ou d’un tronc à offrande est écartée car aucune usure de sol n’a été observée devant lui.

Une démolition symbolique (?) vers 250-270 après J.-C.

13Vers le milieu du IIIe siècle, le monument est partiellement démoli. À l’avant de l’édifice, les marches de l’escalier du temple central et une partie du mur d’échiffre sud sont récupérés. Les remblais de soutènement de l’escalier, où deux importants creusements ont été réalisés, sont en partie évacués (Bertaudière, 2012, p. 55). Le creusement sud, sans doute effectué dans le but de faciliter l’extraction des blocs en grand appareil du mur d’échiffre, rejoint la base de sa fondation. La fouille a montré que cette séquence s’est étalée dans le temps. En effet, une fois le mur d’échiffre récupéré, la fondation a été piétinée et une succession de remblais de démolition l’ont obstruée. Ils ont également recouvert une partie du creusement sud. Le mobilier mis au jour dans ces remblais atteste le démontage de toitures, l’arrachement du décor peint et plaqué ainsi que la démolition de quelques maçonneries. L’architecture du monument semble quant à elle préservée. Les éléments d’architecture monumentale et du décor en pierre, associés chronologiquement à la phase de fermeture programmée, suggèrent l’hypothèse d’un démantèlement ciblé et choisi des structures dont l’objectif unique est de supprimer les attributs sacrés de l’édifice cultuel (Guyard et al., à paraître).

Fig. 3. Vue des petites fondations le long de l’allée (cliché : MADE).

Fig. 4. Vue du puits (cliché : MADE).

La fermeture du sanctuaire vers 270-280 après J.-C.

14La démolition mentionnée ci-dessus est scellée par une couche charbonneuse, cendreuse, d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, contenant du mobilier très hétéroclite comme des chutes de découpe provenant de statues en alliage cuivreux, de la quincaillerie, des éléments d’armement et d’outils en fer (Loiseau, 2012). Ce mobilier pourrait être lié à l’abandon de l’édifice ou à la préparation de l’hypothétique cérémonie de clôture. La très faible surface fouillée et les informations relativement partielles sur le dépôt découvert au XIXe siècle ne permettent pas de favoriser l’une ou l’autre de ces hypothèses.

Le castellum

15La transformation du sanctuaire en castellum a engendré de nombreux remblais qui ont scellé les dépôts précédemment évoqués. Une « plate-forme » semble avoir été installée dans l’angle sud-ouest de l’escalier récupéré du temple central. Sa fonction est énigmatique, d’autant plus que l’occupation en lien avec cet aménagement a été découverte dans la pente de cette installation.

16À l’arrière de l’édifice, la coupe effectuée dans le talus du castellum et la reprise des données de T. Bonnin ont permis de réaliser un profil théorique de la fortification. Le talus aurait une largeur de 14,2 m pour une hauteur supposée de 2 à 3 m.

La démolition finale de l’édifice

Un aménagement lié à la récupération des matériaux ?

17Les recherches menées dans l’axe du temple central, à l’emplacement du pronaos et de l’escalier monumental, ont mis en évidence différentes zones d’activité probablement liées au chantier de démolition. Sous les remblais de démolition, plusieurs alignements de blocs encore en place (architrave, corniche, marche, bloc en grand appareil…) ou, à défaut, leurs empreintes fossilisées dans les sédiments, ont été repérés (fig. 5). Ils suivent un axe nord-est/sud-ouest, depuis la cour orientale en direction de la galerie de liaison sud. De nombreux blocs étaient soigneusement calés par d’autres éléments architecturaux et présentaient des inclinaisons différentes. Le calage assurait vraisemblablement la pérennité de cet aménagement qui pourrait être interprété comme un chemin de chantier destiné à évacuer les blocs démontés du temple vers une zone plane comme la cour orientale. L’inclinaison des blocs en bordure de cet aménagement permettait peut-être d’éviter des écarts lors de la descente des blocs du temple vers la cour orientale ; malgré la récupération de l’escalier monumental et des remblais d’installation de ce dernier, un pendage subsiste encore. En bordure de cet hypothétique chemin de chantier, en deux endroits précis, des blocs étaient disposés et encastrés en cercle avec une forte inclinaison vers un point central profond d’environ 1 m à 1,5 m. Ces vestiges ont été interprétés sans certitude comme les calages des poteaux d’une machine destinée probablement au démontage des architectures du monument.

Fig. 5. Vue de l’aménagement probablement lié à la récupération des matériaux (cliché : MADE).

Le chantier de démolition du sanctuaire

18La démolition finale du sanctuaire débute dans le courant du IVe siècle. Dès la fin du XIXe siècle, la littérature archéologique fait état de nombreux restes de blocs architecturaux ou d’éléments du décor et de terres cuites. Une observation attentive de l’ensemble du mobilier lapidaire a permis de mettre en évidence les objectifs de cette récupération. De plus, la répartition spatiale des vestiges a apporté des informations essentielles sur le déroulement du chantier de démolition.

19Cette première étape de démembrement du temple central se poursuit par des activités de débitage des blocs. Lors d’une précédente communication, nous avions présenté les rejets liés à ces travaux (Guyard et al., 2011). À l’emplacement du mur stylobate oriental du temple central dont les blocs en grand appareil ont fait l’objet d’une récupération exhaustive, de nombreux rejets de taille ont été mis au jour. Il s’agit de restes de débitage des blocs de la colonnade, du fronton et du grand appareil, mais aussi d’éléments du décor plaqué et peint, de la toiture et de la parure monumentale (statuaire, margelle de puits…). On identifie dans cet ensemble de nombreux reliefs ou moulurations de blocs abattus, évacués dans le négatif du mur qui a servi de dépotoir pour les éléments inexploitables. De même, l’observation attentive des éléments lapidaires a permis d’identifier des traces de découpe sur les parements internes des blocs débités. Cela concerne plus particulièrement les registres moulurés et sculptés de l’entablement et principalement de la corniche, dont les décors en relief (modillon, décor en caisson…) constituent les parties inutilisables des blocs. Les décors en haut-relief sont également sciés puis abandonnés. Quelques blocs montrant une amorce de sciage sont les témoins de ce travail de débitage.

20En parallèle à ces nombreux rebuts de sciage, une grande quantité de moellons lisses ou ornés d’un décor de chevrons a été reconnue. Pourtant, il ne s’agit pas d’éléments de maçonnerie car certains conservent une face interne sculptée ou moulurée, témoin d’un premier usage architectural. Ces moellons complets ou cassés sont des produits abandonnés (rebuts de fabrication de blocs sciés) d’un atelier temporaire situé vraisemblablement à proximité immédiate du monument, peut-être dans la cour orientale, à l’extrémité du chemin de chantier. On peut supposer avec prudence que cet atelier temporaire était destiné à satisfaire une commande, peut-être liée à l’édification du rempart d’Évreux. La récupération des matériaux a longtemps marqué l’image du sanctuaire. Ainsi, dans de nombreuses constructions locales, à usage d’habitation ou agricoles, médiévales et modernes, on retrouve des blocs débités et des moellons dans les maçonneries des murs. Les faces moulurées et sculptées sont parfois encore visibles.

21Une autre structure joue un rôle dans l’organisation du chantier de récupération et de fabrication de moellons. Il s’agit d’un puits situé au sud du temple central, sur la terrasse reliant ce dernier au temple sud, et à proximité immédiate du chemin de chantier évoqué précédemment. Le remplissage d’éléments de construction indique une fonction de dépotoir, sans doute lors de la fin du chantier de démolition. Durant cette phase, il ne reste du puits que le conduit ; la margelle et une partie de son parement composé de dalles en calcaire sont probablement déjà démontées.

22La plupart des blocs extraits montre des traces de débitage et de sciage identiques à celles observées dans le négatif du mur stylobate oriental dans l’axe du temple central. Ces restes ne permettent pas uniquement de repérer des moulures et des reliefs abattus, car, dans plusieurs cas, les blocs offrent un état de conservation satisfaisant qui permet l’identification des registres figurés et la restitution de la colonnade du temple central et du portique. On peut citer parmi les éléments remarquables des blocs de corniche à modillons végétalisés et des panneaux aux motifs d’armes ou animaliers, deux blocs d’un faux chéneau orné de bouquets de feuilles identiques dressés et pendants, une base moulurée et de nombreux fûts de pilastre d’applique en marbre blanc. Tous les registres de la colonnade et du décor plaqué sont présents dans des quantités très variables, ce qui place en définitive cette phase de démolition aux derniers temps du sanctuaire. La qualité et l’état de conservation de ces blocs abandonnés et évacués dans le puits permet de prendre conscience du volume initial des éléments architecturaux à disposition. Cette matière première destinée à la fabrication des moellons était considérable et demandait une organisation précise dont le chemin de chantier et les fosses dépotoirs sont à l’heure actuelle les principaux arguments.

L’architecture sévérienne

23Les opérations de déblaiement du puits ont livré de nombreux éléments dans un état de conservation très satisfaisant qui ont permis de compléter la restitution des volumes et des caractéristiques esthétiques de la colonnade. Avant de détailler les principaux résultats de ces analyses, il convient de préciser que le mobilier architectural exhumé dans le remplissage se compose uniquement d’éléments du temple central. D’après l’étude des modules, aucun des blocs ne se rattache à l’architecture de la galerie de liaison et du temple sud. De plus, l’observation du remplissage supérieur semble confirmer un ordre de démontage ordonné du monument qui débute par les registres décoratifs supérieurs (toitures, entablement, colonnade…) jusqu’aux structures inférieures (podium, dallage…). Cette séquence semble se répéter plusieurs fois et met en évidence plusieurs phases successives de récupération.

L’entablement et le faux chéneau (fausse sima)

24L’analyse stylistique et modulaire de l’entablement est envisageable pour la première fois car de nombreux blocs complètent les séquences moulurées et figurées intermédiaires, pour certaines inconnues. Des interrogations persistent néanmoins pour la frise, dont on suppose que les blocs devaient être plus faciles à débiter, contrairement aux éléments de l’architrave et de la corniche dont le profil est engagé. L’architrave, dont la hauteur est estimée à 0,8 m, se compose de deux fasces talutées, la première ornée d’un rang de feuilles et la seconde de méandres en T. Le talon supérieur figure un rang de feuilles d’acanthe dressées et de calices alternés surmonté d’un large bandeau incisé horizontalement en trois parties.

Fig. 6. Bloc de corniche (registre inférieur : ovolo orné d’un rang d’oves et pointes de flèche), calcaire tendre, dimensions conservées : haut. : 0,2 m ; larg. : 0,4 m ; prof. : 0,35 m (cliché : MADE).

Fig. 7. Bloc de corniche (registre supérieur : caisson du soffite, modillon et doucine), calcaire tendre, dimensions conservées : haut. : 0,36 m ; larg. : 0,6 m ; prof. : 0,53 m (cliché : MADE).

Fig. 8. Bloc de fausse sima ou faux chéneau, calcaire tendre, dimensions conservées : haut. : 0,64 m ; larg. : 0,92 m ; prof. : 0,95 m (cliché : MADE).

25Deux modules de corniche ont pu être définis (M1 : hauteur 0,8 m ; M2 : hauteur 0,67 m). Seules quelques variantes de figuration sur le registre inférieur distinguent chacun des deux types. Pour le registre inférieur, l’ovolo d’oves et de pointes de flèches (M1, fig. 6) est remplacé par un bandeau lisse surmonté d’une tresse (M2). On retrouve ensuite le même traitement ornemental pour le reste du registre sommital de l’entablement, avec toutefois quelques variantes modulaires : le registre médian se compose de modillons en S de style végétal ou à figuration anthropomorphe et de métopes ornés de motifs animalier et d’armement ; les caissons du soffite, décorés de fleurons, de rosettes et de feuilles acanthisées, sont couronnés de petites feuilles inversées ; le registre supérieur porte une doucine ornée de feuilles inclinées à gauche et de calices (fig. 7).

26Deux blocs apportent des indices totalement inédits sur un registre, jusqu’alors inconnu, entre l’entablement et la toiture. Ils appartiennent à une fausse sima ou un faux chéneau car ils montrent un lit d’attente lisse et plat. Sa hauteur est estimée à 0,41 m. Le traitement décoratif se compose d’un grand cavet sur lequel se développe un anthémion de bouquets de feuilles alternativement dressés et pendants reliés par une feuille d’acanthe en sinusoïde dont la base est serrée dans un bandeau. Au registre supérieur, un bandeau vertical lisse couronne le motif végétal (fig. 8).

Synthèse sur la hauteur de l’entablement

27Au terme de l’actualisation de nos connaissances sur l’architecture du grand temple, et plus particulièrement sur celles de l’entablement, une restitution métrique de ce dernier peut être proposée. Elle tient compte des incertitudes concernant la hauteur de la frise, estimée à 0,8 m, et les variations modulaires de la corniche (0,14 m). Pour la base du fronton du temple, la hauteur restituée varie de 2,28 à 2,42 m, pour le rampant de 1,085 à 1,225 m, et pour les façades latérales du temple de 2,695 à 2,835 m. C’est sur cette partie du monument que l’on observe la séquence complète de l’entablement avec la fausse sima.

  • 2 À titre d’information, la hauteur du temple sans la toiture est comparable à un immeuble de sept ét (...)

28Selon les données métriques des vestiges du temple central et l’étude menée parallèlement sur les éléments lapidaires recensés, la hauteur du podium est fixée à 5 m, celle de la colonnade entre 13,5 et 14 m et celle de l’entablement ou sima entre 2,7 et 2,85 m. Cet ensemble permet de restituer une élévation du temple entre 18,5 et 19 m sans la toiture2.

Les décors plaqués : aspect quantitatif et indices de restitution d’un ordre plaqué

  • 3 Pour la publication la plus récente, voir Cormier et al., 2012.
  • 4 À ce jour, on recense huit types de placages d’origine lointaine : albâtre (type à l’origine inconn (...)

29À plusieurs reprises dans les rapports d’études précédents et dans les communications relatives aux programmes décoratifs du sanctuaire3, nous avions souligné l’adoption d’un décor plaqué au sol et aux murs à deux dominantes colorées opposées : le noir, avec des calcaires marbriers de Gaule Belgique, et le blanc, avec des calcaires crayeux locaux utilisés comme des matériaux succédanés des « marbres » blancs et blancs nuancés d’origine régionale et lointaine. Les revêtements lisses de profil droit (dallage et placage) et mouluré (cimaise de plinthe, pilastre d’applique) mis au jour dans le puits confirment cette observation. Les dallages et les placages muraux lisses sont réalisés en « marbre » noir (45,5 %) et en calcaire (53,6 %). L’équilibre n’est pas respecté lorsqu’il s’agit des revêtements moulurés : 11,3 % en « marbre » noir contre 88,7 % en calcaire et marbre blanc. Ces résultats montrent que les matériaux colorés exotiques (moins de 1 %4) sont utilisés ponctuellement dans le décor, peut-être uniquement dans des compositions d’opus sectile. L’état de conservation est très variable mais quelques pièces suffisent à envisager un décor géométrique simple composé de carrés, de triangles et de losanges.

30S’agissant des décors d’applique de profil mouluré, les fouilles des différents comblements du puits (sondage 28) ont donné lieu à la découverte de nombreux éléments de fûts de pilastres d’applique et de chambranles plaqués. Le corpus s’est enrichi de 47 pièces supplémentaires sur un total de 80 pour l’ordre plaqué et de 8 pièces supplémentaires sur un total de 15 pour les chambranles plaqués des baies. Malgré la redondance des profils des placages moulurés de l’ordre plaqué, il existe néanmoins des variations modulaires perceptibles au travers d’une observation détaillée des modénatures. Si l’un des points communs des fûts de pilastre plaqués réside dans le schéma d’une séquence moulurée lisse organisée autour d’un cadre axial lisse ou orné d’un motif végétal, deux variantes modulaires de ce dernier ont pu être définies. Elles se distinguent également par le rapport établi entre la largeur du panneau et celle du cadre axial :

  • M1 : largeur du cadre axial 7-9 cm ; rapport 1/0,35-0,4 (total : 15 éléments) ;

  • M2 : largeur du cadre axial 9,5-12 cm ; rapport 1/0,25-0,3 (total : 8 éléments).

31Ces variations métriques de figuration ne modifiant pas la largeur des panneaux taillés sur le module du pied romain (les mesures oscillent entre 28,5 et 31 cm), il y a donc une volonté de varier la représentation par la création d’une fausse perspective. À l’appui des données modulaires, l’hypothèse d’une malfaçon lors de la réalisation, conduisant à une erreur des proportions par rapport au schéma suivi, peut être définitivement exclue.

  • 5 Ce traitement décoratif des parois est connu dans la maison du Relief de Télèphe à Herculanum (Adam (...)

32Avec toute la prudence qui s’impose, l’ordre d’applique pourrait appartenir au décor interne de la salle cultuelle qui seule pourrait se parer de ce type d’ornement, par opposition au reste du monument dont l’architecture est traitée en grand appareil. Toutefois, on ne peut pas écarter l’hypothèse de l’utilisation de ces pilastres d’applique dans les galeries de liaison. L’usage d’un ordre d’applique dans le programme ornemental confirmerait la volonté d’harmonisation des décors et celle de lier intrinsèquement ce type de figuration à celui de l’ordre monumental. Fort de cette hypothèse, des éléments manquent encore pour proposer des restitutions : il s’agit des bases et des chapiteaux de pilastres d’applique. Les bases de pilastres pourraient être présentes dans le corpus mais ne seraient pas identifiées pour des raisons de conservation. En effet, on ne connaît que partiellement leur séquence moulurée puisqu’un seul élément incomplet est identifié. Du point de vue morphologique, les bases ont des traits communs avec les fûts, ce qui accroît les difficultés d’identification. En effet, seules les découpes latérales des placages pourraient apporter des preuves irréfutables de cet usage, ce que nous n’avons pas observé à ce jour. De même, on ne peut pas exclure la possibilité que les bases de pilastre soient figurées par une bande courante lisse surmontée de moulures d’applique de grand module (profil doucine et cavet5).

33Concernant les chapiteaux de pilastre, il faut souligner que ce registre est nettement moins important en termes de superficie que les fûts (argument valable également pour les bases). Par comparaison avec les placages exotiques colorés, les chapiteaux ont pu faire l’objet d’une récupération systématique selon la valeur symbolique accordée à ces pièces décoratives.

34L’ordre plaqué serait complété par des chambranles architravés dont on connaît principalement l’usage pour le contour des baies. Dans notre cas, ces éléments pourraient alors orner la partie sommitale des parois internes de la cella, au titre d’entablement plaqué, car il n’existe aucune grande baie dans le temple central, hormis la porte monumentale traitée en grand appareil. Notre argument s’appuie sur le même exemple connu, celui du décor de la maison du Relief de Télèphe à Herculanum.

Apports et perspectives

35La campagne de 2012 a donc permis d’aborder deux aspects importants de l’étude sur l’architecture du sanctuaire du Vieil-Évreux. Le premier se réfère directement au mobilier architectural. Les nombreuses découvertes de blocs d’architecture complètent des séries iconographiques et modulaires. Au-delà du simple intérêt d’alimenter les restitutions proposées, la mise en perspective du sanctuaire dans un contexte architectural régional et l’approche du programme officiel de décoration sont maintenant envisageables. Les fouilles des abords du temple central, et en particulier celle du puits, apporteront de nouveaux éléments qui viendront nourrir ce travail de recherche. Le deuxième point important est la mise en évidence d’un chantier lié au démantèlement du sanctuaire dès son abandon. Ces observations nourrissent le débat sur la fin de vie des édifices religieux dont les indices archéologiques, quand ils ne font pas défaut, révèlent des situations très différentes. Au Vieil-Évreux, l’hypothèse d’un chantier organisé avec une récupération méthodique des matériaux semble confirmer une phase de démontage programmée dictée par une décision politique. La poursuite des recherches devant l’escalier monumental apportera sans conteste de nouveaux éléments de réflexion sur ce sujet.

Bibliographie

Bibliographie

Adam J.-P. (1984) – La construction romaine. Matériaux et techniques. Paris, 4e éd., 2005, 367 p.

Bertaudière S. (2012) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire ». Rapport de fouille programmée 2011. Rouen, MADE, service régional de l’archéologie.

Bertaudière S. et cormier S. (2012) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultats de la campagne 2011. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11 et 13 mai 2012, Rouen, PURH, p. 103-112.

Bertaudière S., Fechner K., Hartz C., Ferreira F., Doutrelepont H. et de lil A. (à paraître) – Les études des sciences de la terre et de la vie menées au sein du sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux. Sacrée science, apports des études environnementales à la connaissance des sanctuaires celtes et romains du nord-ouest européen, actes du colloque d’Amiens du 6-7 juin 2013.

Cormier S., Guyard L. et Bertaudière S. (2012) – Les décors architecturaux du sanctuaire gallo-romain du Vieil-Évreux (Eure) : état de la question sur l’ornement plaqué. Boilève J., Jardel K. et Tendron G. (dir.), Le décor des édifices édilitaires civils et religieux en Gaule durant l’Antiquité, Ier s. av. J.-C. – IVe s. ap. J.-C. (Peinture, Mosaïque, Opus Sectile, Stuc et Décor Architectonique), Actes du colloque de Caen, 7-8 avril 2011, Mémoire XLV, A.P.C. Quimper, p. 271-287.

Gans U.-W. (1992) – Korinthisierende Kapitelle der römischen Kaiserzeit : Schmuckkapitelle in Italien und den nordwestlichen Provinzen. Köln-Weimar-Wien, Böhlau.

Guyard L. et Bertaudière S. (2006) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure) : Résultat des fouilles 2005-2006 et perspectives 2007-2009. Haute-Normandie archéologique, 11, fasc. 2, p. 83-94.
— (2007) – Les thermes de la ville sanctuaire du Vieil-Évreux. Dossiers d’archéologie, 323, p. 52-65.
— (2009) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure). Résultat de la campagne 2008. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, Rouen, PURH, p. 153-158.
— (2010) – Le Vieil-Évreux (Eure), « Le grand sanctuaire », Rapport de fouille programmée triennale, campagne 2007-2009. Rouen, MADE, service régional de l’archéologie.

Guyard L., Bertaudière S. et Cormier S. (2011) – Le grand sanctuaire central du Vieil-Évreux (Eure), résultats de la campagne 2009. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 89-94.

Guyard L., Bertaudière S., Cormier S. et Fontaine C. (à paraître) – Le démantèlement d’un grand sanctuaire civique de la cité des Aulerques Eburovices : le site du Vieil-Évreux (Eure) entre 250 et 350. La fin des Dieux, les lieux de culte du polythéisme dans la pratique religieuse du IIIe au IVe s. ap. J.-C. (Gaule et provinces occidentales), actes du colloque de Lille 3, 27-28 mars 2013.

Guyard L., Bertaudière S. et Fontaine C. (2009) – Le Vieil-Évreux. Recherches sur le grand sanctuaire central (Eure). L’archéologue, 102, juin-juillet, p. 31-34.

Loiseau C. (2012) – Le mobilier métallique de la campagne 2012 du grand sanctuaire du Vieil-Évreux, 28 p.

Notes

1 Information orale de J.-M. Feménias, archéo-puits.

2 À titre d’information, la hauteur du temple sans la toiture est comparable à un immeuble de sept étages. La toiture ajoutée à cette estimation permet de restituer un monument dont l’élévation dépasse la hauteur des voûtes de la nef de la cathédrale d’Évreux (21,75 m).

3 Pour la publication la plus récente, voir Cormier et al., 2012.

4 À ce jour, on recense huit types de placages d’origine lointaine : albâtre (type à l’origine inconnue), marbres blancs veinés, brèche de Scyros et porphyre de Grèce, marbre du Docimion (Turquie), marbre de Carrare (Italie), marbre de Chemtou (Tunisie) et calcaire amygdalin (dit « griotte », Gaule Narbonnaise).

5 Ce traitement décoratif des parois est connu dans la maison du Relief de Télèphe à Herculanum (Adam, 1984, p. 248, fig. 534 ; Gans, 1992, fig. 55).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Évolution de l’agglomération du Vieil-Évreux (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-1.jpg
Fichier image/, 104k
Légende Fig. 2. Évolution du sanctuaire du Vieil-Évreux (DAO : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-2.jpg
Fichier image/, 176k
Légende Fig. 3. Vue des petites fondations le long de l’allée (cliché : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-3.jpg
Fichier image/, 220k
Légende Fig. 4. Vue du puits (cliché : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-4.jpg
Fichier image/, 184k
Légende Fig. 5. Vue de l’aménagement probablement lié à la récupération des matériaux (cliché : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-5.jpg
Fichier image/, 200k
Légende Fig. 6. Bloc de corniche (registre inférieur : ovolo orné d’un rang d’oves et pointes de flèche), calcaire tendre, dimensions conservées : haut. : 0,2 m ; larg. : 0,4 m ; prof. : 0,35 m (cliché : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-6.jpg
Fichier image/, 28k
Légende Fig. 7. Bloc de corniche (registre supérieur : caisson du soffite, modillon et doucine), calcaire tendre, dimensions conservées : haut. : 0,36 m ; larg. : 0,6 m ; prof. : 0,53 m (cliché : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-7.jpg
Fichier image/, 100k
Légende Fig. 8. Bloc de fausse sima ou faux chéneau, calcaire tendre, dimensions conservées : haut. : 0,64 m ; larg. : 0,92 m ; prof. : 0,95 m (cliché : MADE).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3913/img-8.jpg
Fichier image/, 31k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540