Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

L’agglomération gallo-romaine de Briga (Eu, « Bois-l’Abbé », Seine-Maritime) au Haut-Empire : mise au jour des premiers îlots d’habitation

Étienne Mantel et Stéphane Dubois

Résumé

La campagne de 2012 a suivi deux orientations distinctes. Un premier axe a visé à localiser et étudier le fossé d’enceinte de l’agglomération julio-claudienne, dans son tracé septentrional. Le second point a porté sur un quartier d’habitation au nord-est du complexe monumental, où a été mis au jour un réseau de rues délimitant des îlots, au sein desquels une vingtaine de plans de bâtiments ont été reconnus entre la fin du Ier et la fin du IIIe siècle. Leur caractère résidentiel fait peu de doute, et une hiérarchie semble d’emblée se dessiner.

The Gallo-Roman settlement of Briga (in Eu, “Bois-l’Abbé”, Seine-Maritime) in the early Roman Empire: uncovering the earliest clusters of dwellings
The 2012 campaign had two distinct focuses. The first line of work aimed to locate and study the northern section of the enclosing moat in the Julio-Claudian site. The second line of investigation focused on a dwelling area to the north-east of the monumental site, where a network of roads defining the boundaries of the clusters was exposed; the layouts of some twenty building were identified from between the end of the 1st and the end of the 3rd Centuries. There is little doubt of their residential nature, and a hierarchy seems to emerge immediately.

Entrées d'index

Texte intégral

1Dans un article paru en 2007 (Mantel et al., 2007), nous avancions l’hypothèse selon laquelle le site du « Bois-l’Abbé », autour du noyau de monuments publics bien connus, devait être identifié comme une agglomération secondaire, dont nous estimions la superficie à une cinquantaine d’hectares (fig. 1). Cette hypothèse n’était alors étayée que par quelques indices, parfois jugés insuffisants ou peu recevables : données de prospections de surface en forêt et semis de sondages anciens très limités en divers points du site. Assimiler ce type de « grands sanctuaires » à des agglomérations est pourtant aujourd’hui plutôt banal : pour Alain Ferdière, qui a fait un point sur la question récemment (2013, p. 15), « il s’agit bien seulement de l’équipement monumental et cultuel d’agglomérations dont l’habitat lui-même avait échappé aux investigations ». Le cas du « Bois-l’Abbé » s’inscrit donc dans un processus de réinterprétation de ces sites, autrefois considérés comme des conciliabula et présumés avoir été édifiés en vue de porter les valeurs de la romanisation dans les campagnes. La focalisation de la recherche sur les monuments publics l’a en effet biaisée durablement en isolant les lieux de pouvoir du paysage social auxquels ils s’intégraient.

  • 1 La campagne de fouilles s’est poursuivie durant deux mois et demi sur le terrain avec des équipes s (...)

2Avec l’échec en 2010 des prospections géophysiques, une vérification sur le terrain en aire ouverte de grande ampleur s’imposait au « Bois-l’Abbé » pour clarifier définitivement le statut du site. C’est chose faite en partie avec la campagne de 2012, dont les principaux résultats sont présentés ci-dessous, bien qu’une série d’extensions soit nécessaire en 2013 pour mieux appréhender l’organisation générale du site. Une aire de plus de 3 100 m2 a été ouverte autour du sondage 7 de 2010, où avait été révélée une organisation de type urbain a minima, au moins à partir de l’époque Néron/Flaviens (vers 60/80 ?) et jusqu’à la fin du IIIe siècle1.

3Des sondages complémentaires ont en outre été menés autour du centre monumental, et plus particulièrement au nord du sanctuaire, pour vérifier un certain nombre de points liés à l’occupation julio-claudienne et aux origines de l’agglomération. Ces travaux préparatoires à une nouvelle programmation pluriannuelle s’inscrivent dans la continuité des questionnements et hypothèses évoqués lors des Journées archéologiques régionales de 2011 (Mantel et Dubois, 2012).

L’occupation julio-claudienne : coupes stratigraphiques dans l’enceinte fortifiée

4Les fouilles et sondages menés ces dernières années autour du complexe monumental et à ses abords sud-est ont totalement renouvelé notre perception des débuts de l’agglomération de Briga. Son origine semble remonter à l’époque gauloise, probablement à La Tène D1, où seule l’existence du sanctuaire est actuellement attestée de manière indiscutable sous la forme d’une zone de dépôts d’objets à caractère sans doute votif. À partir du milieu de l’époque augustéenne (terminus post quem vers 10 avant notre ère d’après une monnaie de Germanus Indutilli l.), le site voit la mise en place d’une organisation d’ensemble de grande ampleur que le dégagement des vestiges archéologiques permet d’appréhender peu à peu. Cette occupation augustéenne prend la forme d’une vaste enceinte de plus de 4 ha (fig. 2) cernée d’un large fossé à profil en V et d’une levée de terre, séparés semble-t-il par une palissade. Des accès paraissent matérialisés par une clavicula à l’est et un possible titulus au sud, encore visibles en microreliefs sur le terrain. Ce sont là les caractères d’un système fortifié « à la romaine ». L’hypothèse d’un camp militaire stricto sensu ne saurait toutefois être retenue désormais, le sanctuaire occupant une place privilégiée à l’intérieur ; les sondages multiples alentours ont d’ailleurs mis en évidence des structures d’habitat légères qui s’apparentent plutôt à un habitat civil. La présence militaire n’en est pas moins très marquée, avec plusieurs centaines de militaria déposés à l’intérieur du sanctuaire et quelques armes découvertes également dans les zones d’habitat.

Fig. 1. Plan général des vestiges de la partie occidentale de Briga à la fin du Haut-Empire.

5La partie sud de cette enceinte est relativement bien connue, car elle est encore visible au sol, marquée par des microreliefs. Une photographie aérienne en lumière rasante prise en 1962 en montre déjà les contours et cette image a été complétée par un relevé micro-topographique précis dressé en 2011-2012 par Richard Jonvel (UnivArchéo). Son côté est, dans le même secteur, a en outre fait l’objet, avant cette année, de plusieurs sondages qui ont permis de repérer et fouiller des segments du fossé (structure XC) sur une longueur totale cumulée d’une vingtaine de mètres. L’assemblage de ces segments permet de bien suivre le tracé de l’enceinte de ce côté.

Fig. 2. L’enceinte fortifiée d’époque julio-claudienne.

6La chronologie établie d’après les coupes et le mobilier invite à dater le creusement de l’enceinte au milieu de l’époque augustéenne, d’après la monnaie gallo-romaine précoce évoquée plus haut, trouvée à la base de la levée de terre, et le mobilier céramique qui débute dans les années 20/10 avant notre ère dans le secteur. Un premier niveau de comblement, outre le colmatage naturel en cours de fonctionnement, est marqué par un rejet important de matériaux de construction et de mobilier domestique lié à l’abandon des habitats insérés dans cet enclos, autour des années 50/80 de notre ère. La levée de terre est alors réutilisée pour implanter le mur d’enceinte de ce que l’on pressent être une grande place publique, entourée par le fossé encore en partie visible. Le comblement définitif du fossé XC dans ce secteur intervient dans les premières décennies du IIe siècle d’après une abondante série céramique, et cet espace est alors recouvert par une voirie qui longe la place publique.

7La partie nord de l’enceinte en revanche était totalement illisible, la levée de terre ayant depuis l’Antiquité été arasée pour l’aménagement du complexe monumental et des quartiers voisins. Au nord du sanctuaire, des indices laissaient soupçonner le passage du fossé dans le sondage 6, mais la fouille n’avait pas été menée à son terme pour préserver un niveau d’épandage de gros rognons de silex, assimilable à un bâtiment étroit, en vue d’une fouille minutieuse. Un des objectifs importants de la campagne de 2012 a visé à vérifier cette hypothèse et à suivre, par tranchées successives espacées de 15 à 20 m, le tracé du fossé de l’enceinte.

8Six tranchées de sondages ont donc été ouvertes mécaniquement par petites passes. Le tracé du fossé (structure XC bis) a été déterminé sur 95 m de long, à l’endroit pressenti, et présente quelques particularités. Il adopte sur l’ensemble de ce secteur un caractère curviligne qui s’infléchit fortement dans le dernier sondage pour englober le sanctuaire. Ainsi, le fossé observé un peu rapidement en forêt en 2007 derrière et à l’ouest du sanctuaire (sondage 1), dont le tracé était jusqu’alors resté énigmatique, prend tout son sens : il nous semble envisageable de l’assimiler à cette enceinte complexe dont il marquerait le premier tronçon connu au nord-ouest. Ce segment ferait la jonction avec les microreliefs relevés le long de la face sud-ouest, et notamment avec la partie en « baïonnette » de la levée de terre encore visible dans une pâture.

9Une autre particularité peut être notée à la jonction entre la partie dégagée cette année au nord du sanctuaire et le tronçon est mis au jour les années précédentes : le tracé ne présente manifestement pas un simple coude, mais semble marquer une protubérance. Cette dernière pourrait souligner la présence d’une contrainte à l’intérieur de l’enclos, voire correspondre à l’aménagement fortifié ou complexe d’un accès.

10Le dernier point important acquis cette année est la mise en évidence du recreusement de ce fossé XC bis dans la partie située au nord du sanctuaire. C’est particulièrement net sur les coupes 1, 2 et 4 (fig. 3). Dans un premier temps, le profil paraît avoir été taillé en V avec une paroi interne abrupte, tandis que le recreusement présente plutôt une section en cuvette, avec un élargissement manifeste de la structure, qui passe d’une largeur initiale estimée entre 1,8 m et 2,3 m (pour une profondeur du même ordre) à 4 m dans le second état (pour une profondeur d’1,3 m).

11Le schéma chronologique qui se dessine à partir des premiers éléments acquis est le suivant. La partie inférieure du fossé connaîtrait une chronologie comparable à celle du fossé XC, avec des rejets d’époque julio-claudienne, mais quelques tessons modelés invitent à la prudence sur une éventuelle origine pré-augustéenne. Partiellement comblé lui aussi vers 60/80, le tronçon XC bis aurait alors servi de fossé bordier le long d’une chaussée est-ouest (« decumanus » C), qui longe le sanctuaire au nord. Le fossé St. 2, qui lui est parallèle et distant de 8 m environ, constituerait alors son pendant au nord de la rue, avec une profondeur qui semble à ce stade équivalente (environ 0,7 m). La mise en place de la voie, comme le creusement du fossé St. 2, paraissent attribuables à cette période à laquelle on peut également rattacher le développement des voiries dans le quartier fouillé cette année (voir infra). Une nouvelle phase de comblement interviendrait dans les premières décennies du IIe siècle et concernerait les deux fossés bordiers. Le fossé St. 2 semble alors définitivement oblitéré, tandis que le fossé XC bis, lui, a été recreusé sur environ 1,3 m de profondeur et présente cette fois un profil en cuvette. Le comblement final interviendrait dans la seconde moitié, et plus probablement vers la fin du IIe siècle, d’après le mobilier céramique. Peut-être son oblitération doit-elle être mise en lien avec le grand programme architectural qui remodèle le complexe monumental et ses abords au début du IIIe siècle. Quelques éléments très tardifs ont été collectés dans le niveau superficiel et correspondraient à la phase de récupération ou d’abandon du site, qui alors fait l’objet d’un important brassage de matériaux.

Fig. 3. Coupe dans le fossé de l’enceinte (coupe 2).

12Cette enceinte julio-claudienne est désormais relativement bien suivie sur les 220 m de son tracé est, et sur une centaine de mètres de son tracé nord. De nouveaux sondages restent à prévoir pour en dresser un plan d’ensemble, même si les microreliefs au sud et à l’ouest, et le petit tronçon de fossé observé au nord-ouest en 2007, offrent déjà un aperçu vraisemblable de l’ensemble d’un tracé. Sa longueur totale avoisinera manifestement les 800 m linéaires. Cette phase préliminaire de circonscription du site initial de Briga est indispensable avant d’envisager une étude plus poussée de l’organisation interne et du système défensif lui-même : il importe de préparer minutieusement ce dossier qui s’annonce très novateur avant de solliciter une nouvelle campagne de fouilles programmées pluriannuelle.

Le développement de l’agglomération, du dernier tiers du Ier à la seconde moitié du IIIe siècle

Présentation générale

13La fouille en aire ouverte a porté sur un quartier d’habitat pressenti au nord-est du complexe monumental de l’agglomération, suite à un sondage réalisé en 2010. Avait alors été mise en évidence sur quelques centaines de m2 une voirie nord-sud bordée de constructions que l’on présumait correspondre à de l’habitat privé. Près d’un tiers d’hectare (3 100 m2) a été décapé en 2012 de part et d’autre de cette rue.

14La puissance stratigraphique est de manière générale assez limitée, voire indigente, avec toutefois des différences d’une zone à l’autre. L’angle sud-est, qui forme une légère butte, a ainsi été totalement arasé, sans doute par les labours opérés dans la clairière entre les années 1860 et le troisième quart du XXe siècle. Là, ne subsistent que 0,15 m de terre végétale reposant directement sur l’argile à silex qui constitue ici le sol géologique du « Bois-l’Abbé ». Les éventuelles structures archéologiques dans ce secteur ont ainsi été totalement oblitérées. Les parties ouest et centrale de la zone décapée présentent entre la terre végétale et le niveau naturel, une unique unité stratigraphique de 0,1 à 0,15 m d’épaisseur, sans subdivisions perceptibles, qui illustre deux siècles d’occupation. Seul l’angle nord-est possède une stratigraphie conséquente, qui atteint au maximum 0,5 m environ. Les niveaux archéologiques observés y résultent surtout de remblais de nivellement, avant l’organisation du quartier, à la naissance de la déclivité qui descend au nord vers la vallée de la Bresle.

15L’arasement général des niveaux archéologiques est donc assez important et leur lecture est rendue d’autant plus difficile que le mode de construction utilisé ici dans l’Antiquité n’a laissé que des traces assez fugaces. Il s’agit exclusivement dans ce secteur de constructions en bois et en terre, mais dans la plupart des cas à toiture en tuiles, qui reposaient sur de petits soubassements de rognons de silex assemblés à sec. Les vestiges retrouvés se résument, dans nombre de cas, aux restes de ces soubassements dont ne subsiste la plupart du temps qu’une rangée de rognons de silex, en partie disloquée par les labours récents et par un sous-solage effectué vers 1990.

16Ces mauvaises conditions de conservation expliquent le caractère lacunaire d’une partie des plans dégagés. Elles ont nécessité une méthode de fouille adaptée, lente et relativement pénible. Le décapage s’est en effet limité au retrait de la seule couche végétale, le nettoyage du niveau archéologique sur l’ensemble des 3 100 m2 ayant dû être réalisé manuellement, à la truelle, pour ne pas oblitérer les ultimes traces des vestiges archéologiques. La fouille, particulièrement complexe, a ensuite consisté à mettre en évidence les plans des bâtiments parmi le halo de silex de toute taille et de toute nature constituant les démolitions et épandages, les radiers de préparation de sol, la bande de roulement des rues et les niveaux de sol des espaces de circulation (cours et trottoirs).

Organisation générale du quartier

17La fouille a mis en évidence un secteur clairement urbanisé de l’agglomération antique de Briga (fig. 4). Rues, caniveaux, trottoirs, bâtiments, cellier, latrines ou puisard, sols de cours, dépotoirs, y forment un ensemble dense et organisé, qui connaît au cours de ces deux siècles d’occupation divers réaménagements localisés. Une vingtaine de constructions a été dégagée, certaines intégralement, d’autres de façon partielle en raison de leur situation en limite d’emprise. Elles s’inscrivent dans un quadrillage de rues irrégulier, mais globalement axé sur les points cardinaux. Aucune limite parcellaire n’a été observée. On note qu’aucune maison n’est mitoyenne de ses voisines, mais qu’au contraire des passages, parfois étroits, sont systématiquement ménagés entre les constructions. On peut y voir des zones de circulation ou d’aménagements de type coupe-feu (fig. 5).

Le cardo A

18L’axe autour duquel s’organise le quartier correspond à une rue orientée sensiblement nord-sud, assimilable à un cardo, qui mène d’un côté vers le complexe monumental et de l’autre descend vers la vallée de la Bresle par un vallon pentu, où l’étude micro-topographique menée l’an dernier par R. Jonvel (UnivArcheo) a mis en évidence des aménagements de voirie. Il s’agit vraisemblablement de l’un des axes majeurs de l’agglomération. Ce cardo a été coupé mécaniquement en limite nord du décapage, afin de comprendre sa structure. Il s’agit ici d’un aménagement en « cavée », à la naissance du thalweg qui descend vers la Bresle, large de 3 m, avec une bande de roulement formée de cailloutis de silex sur environ 0,3 m d’épaisseur. Le fond de la cavée est creusé de deux larges ornières distantes d’environ 1 m, qui témoignent du passage répété de véhicules à traction animale. Les silex en surface du niveau de circulation présentent des traces d’usure, de chocs et des oxydations de fer laissées par les bandages de roues.

Fig. 4. Plan général du quartier d’habitation.

Fig. 5. Vue aérienne de l’emprise de fouille (cliché : S. Charrier).

Le cardo B

19Une autre rue d’axe général nord-sud a été observée dans ce secteur en 2010, lors de la fouille devant le fanum 7 (dans le sondage 8). Dans la zone ouverte cette année, le prolongement de cette rue passe sous une autre voirie d’axe est-ouest et sous un sol de cour aménagé, qu’il nous a semblé peu opportun de détruire dans cette première étape de fouille. Plus au nord et dans le même axe, au niveau des pièces orientales du bâtiment 4, a été observé un tronçon de voirie en rognons de silex marqué par les stigmates du passage de véhicules (bâtiment 4, espaces 3, 4 et B). Le bâtiment 4 recouvrant cette voie, il semble qu’elle ait été abandonnée lors d’un réaménagement du quartier, à une date qui reste à préciser.

Le decumanus A

20Une rue d’orientation approximative est-ouest a été mise en évidence en fin de campagne de fouille dans la partie nord de l’emprise, décapée parallèlement à la rupture de pente vers la vallée de la Bresle. Dénommée decumanus A, elle est bordée au sud de trottoirs et peut-être d’un muret, au moins au niveau des bâtiments 1-21 et 2. Le muret pourrait témoigner d’un aménagement en petites terrasses des premières pentes du versant de la Bresle : le niveau de circulation de la rue est en effet situé 0,4 m plus bas que les trottoirs. Ce decumanus A sépare les îlots est et ouest, largement dégagés cette année, de deux autres îlots ; celui du nord-ouest a été partiellement reconnu (bâtiments 12-13-14), l’autre, au nord-est, reste à explorer, mais des alignements de silex apparaissent au niveau du décapage et témoignent du caractère bâti de ce secteur.

21La structure interne de cette rue n’est pas encore connue. Un nettoyage partiel a permis d’en estimer la largeur à 3,3 m face au bâtiment 1-21. La bande de circulation est formée de rognons de silex de toutes tailles et de fragments de tuiles, marqués par le roulement des chariots (chocs multiples, aspect « roulé », traces métalliques laissées par les bandages de roues).

Le decumanus B

22Une autre rue transversale au cardo A a été mise au jour ; orientée ouest-nord-ouest/est-sud-est, elle a été assimilée à un decumanus dit B. Elle sépare les îlots ouest (bâtiments 5-8-9-10, 4 et 6) de l’îlot sud-ouest à peine entrevu (bâtiment 7). Vers l’est, elle semble se terminer en impasse et dessert la cour située au sud du bâtiment 1-21 en marquant une courbe. Elle a fait l’objet d’une coupe mécanique au niveau du bâtiment 9. Elle y apparaît constituée d’une couche épaisse de 0,4 m de rognons de silex de toutes tailles, dont le niveau supérieur présente là encore les marques du passage répété de roues de véhicules (micro-chocs, traces de rouille).

23De part et d’autre ont été observés des creusements linéaires à profil en U, profonds de 0,4 à 0,5 m, comblés de rognons de silex qui en rendent la lecture difficile en surface ; il est presque impossible de les distinguer de la voirie et des trottoirs. Ces creusements s’apparentent à des caniveaux bordant la chaussée. Des épandages de cailloutis de silex tassés, de chaque côté, correspondent à des trottoirs, devant le bâtiment 7, ou à des cours ouvrant sur la rue. La structure de cette voie, comme celle du cardo A, est ainsi comparable à celle des aménagements urbains observés dans les chefs-lieux de cités de la région, qui eux aussi sont constitués d’un espace public ternaire : chaussée pour la circulation des véhicules, caniveaux pour l’évacuation des eaux de pluie et des eaux usées, trottoirs pour la circulation piétonne. La traduction de ce modèle au « Bois-l’Abbé » garde toutefois un caractère « rustique » dans sa réalisation, au moins dans ce quartier.

Présentation des secteurs d’habitation

L’îlot nord-ouest

24L’angle nord-ouest de la zone décapée en 2012 constitue une partie d’un îlot qui se développe hors emprise, au nord et à l’ouest, et qui est délimité au sud et à l’est par le cardo A et le decumanus A. Vers le nord, cet îlot ne saurait s’étendre sur plus de 5 ou 6 m supplémentaires, car une rupture de pente assez abrupte marque une limite naturelle ; elle correspond à un petit thalweg dont le fond, très humide, est actuellement tapissé d’une espèce végétale rare et protégée dans nos régions, la presle d’hiver. L’eau y sourd en petite quantité, et ce lieu pourrait avoir servi de point d’eau dans l’Antiquité ; il ne sera pas possible d’en examiner les aménagements éventuels en raison de contraintes environnementales.

25L’arasement des structures est très marqué dans ce secteur. Aucun vestige ne subsiste dans la partie est de l’îlot, au carrefour du cardo et du decumanus. Ce vide est peut-être dû à la destruction totale des vestiges par colluvionnement, dans une zone où la déclivité est déjà assez marquée. Plus à l’ouest, quelques vestiges ont été dégagés ; ils appartiennent à deux bâtiments (bâtiments 13 et 14) qui s’étendent en partie hors emprise. Aucun plan complet n’a donc pu en être dressé.

Bâtiment 13

26Il ne subsiste de ce bâtiment que quelques tronçons de soubassements, conservés sur 6,5 m de long. Ils forment un mur de façade d’orientation est-ouest qui ne s’aligne pas sur la chaussée. Un mur de refend, en partie détruit par un chablis, sépare deux pièces dont les dimensions nous échappent pour l’instant. Les pignons ont été totalement arasés, ce qui interdit toute mesure, même approximative, de la construction. Le mur de façade, côté rue, est interrompu et marquerait une entrée, hypothèse confortée par la présence de deux plots en rognons de silex qui pourraient avoir soutenu un auvent protégeant l’accès.

Bâtiment 14

27Ce bâtiment très arasé présente un plan assez particulier, avec en façade un long couloir terminé à l’est par une absidiole large de 0,7 m en dimensions internes. La façade est dégagée sur 8,8 m et se poursuit à l’ouest hors emprise ; elle est précédée, sur 1 m de large, par un massif de rognons de silex rectangulaire long de 3,5 m, qui paraît correspondre à l’aménagement d’un seuil devant la porte. L’intérieur du bâtiment est difficile à appréhender. Il semble comporter une galerie de façade avec l’absidiole en bout, et sur l’arrière une ou plusieurs pièces pour l’heure impossibles à appréhender.

28Le mobilier recueilli dans ces trois bâtiments compte un peu plus d’un millier de tessons, découverts dans un horizon unique d’une dizaine de centimètres d’épaisseur, sans subdivisions discernables. Une datation d’ensemble, comprise entre la période Néron/Flaviens et la seconde moitié du IIIe siècle, peut être proposée.

L’îlot ouest

Bâtiments 9-10-5-8-8 bis

29Ce groupe de bâtiments constitue une nébuleuse complexe de segments de soubassements de murs imbriqués les uns dans les autres (fig. 6). Ils appartiennent à quatre bâtiments successifs, tous édifiés selon la même technique et avec les mêmes matériaux. Une attention particulière a dû être apportée à la fouille et au relevé de cet ensemble, notamment pour en comprendre la chronologie relative au niveau des intersections de murs (fig. 7).

30Le résultat de cet examen conduit à distinguer trois constructions successives de plan et d’orientation sensiblement similaires (bâtiment 9, 10 puis 5), constituées de deux pièces accolées de taille comparable formant des longères de 7 à 10 m de long, orientées nord-ouest/sud-est. Leur succède dans un quatrième temps une construction orientée est-ouest (bâtiment 8), davantage axée cette fois sur l’orientation des decumani. Son plan est très incomplet du fait de sa position superficielle à ras du labour, qui en a oblitéré complètement la moitié est, hormis un très petit segment qui peut indiquer sa limite occidentale. Il se présente également sous la forme d’une longère dont la longueur peut être estimée à 14 m pour 9 m conservés et comprend deux, ou plus probablement, trois pièces en enfilade.

Fig. 6. Levé pierre à pierre des bâtiments 5-8-9-10.

31Dans une phase finale (bâtiment 8 bis), un (ou deux ?) pavillon d’angle est ajouté, formant une pièce supplémentaire en saillie côté sud. Le ou les pavillons délimitent une cour au sol de cailloutis qui s’ouvre au sud et donne accès au decumanus B. Dans le prolongement du pavillon d’angle, un petit espace clos de murs a été aménagé en bord de voie, le long du trottoir. Cet espace très exigu de moins d’1 m2 était totalement occupé par une fosse rectangulaire, profonde de 0,7 m, au comblement particulièrement gras d’argile grise. Un prélèvement a été réalisé dans ce sédiment par Kai Fechner (INRAP) en vue de vérifier par le dosage des phosphates l’hypothèse qui paraît la plus vraisemblable, celle de latrines.

32Près de 4 000 tessons ont été recueillis sur l’emprise de ces bâtiments et environ 9 000 dans les espaces de cour qui s’étendent alentours. Ils permettent d’asseoir la chronologie d’ensemble de ces quatre maisons successives entre le troisième quart du Ier siècle et la seconde moitié du IIIe siècle. Une datation fine des reconstructions n’est guère possible. Néanmoins, une petite fosse dépotoir riche en faune, surtout en restes de caprinés, qui contenait un pot à cuire brisé, mais complet, datable de la seconde moitié du IIe siècle, constitue un jalon chronologique pour la construction du bâtiment 8.

Fig. 7. Aperçu de l’enchevêtrement des vestiges de bâtiments.

Bâtiment 4

33Situé au cœur de l’îlot, en retrait des deux decumani, le bâtiment 4 est inséré entre les constructions voisines (bâtiments 5-8-9-10 et bâtiment 2) dont il est séparé par d’étroits espaces de circulation. Aucune limite parcellaire n’est perceptible.

34Il s’agit d’une construction légèrement trapézoïdale suite à des mouvements du sous-sol (état 1) puis rectangulaire (état 2), composée d’une longère avec de petites pièces en enfilade, précédées au sud d’une galerie de façade ouvrant sur une cour. Il est envisageable toutefois que les espaces 3 et B ne forment qu’une seule et même pièce, disposée en L. Les soubassements de murs sont constitués d’une unique rangée, partiellement disloquée, de rognons de silex montés à sec et formant plus ou moins deux parements liés par un blocage. La façade nord, à la naissance de la déclivité de la vallée de la Bresle, s’est affaissée dans la pente, formant un ventre qui a entraîné une réfection partielle du bâtiment de ce côté (phase non datée).

35La partie centrale et orientale du bâtiment se superpose à une voirie antérieure, vraisemblablement le cardo B, abandonné avant ou au moment de la construction à une date qui reste à déterminer précisément. Mais, d’après les maigres données stratigraphiques et céramologiques, cette construction ne paraît pas avoir été installée avant la fin du Ier ou le début du IIe siècle, ce qu’indique le mobilier découvert dans les remblais de terre noire sur lesquels reposent les fondations. Le niveau supérieur a fourni un mobilier assez abondant de la fin du IIe et du IIIe siècles. La cour, devant la façade sud, a livré au nettoyage environ 1 500 tessons attribuables eux aussi au IIIe siècle.

36L’hypothèse d’une petite maison à vocation d’habitation peut être envisagée au vu du plan et des dimensions des pièces.

Bâtiments 11-2

37Au nord-est du même îlot, le long du cardo A, se sont succédés deux bâtiments qui ne se superposent que partiellement. Le plus ancien (bâtiment 11) se trouve au centre de l’îlot et est implanté perpendiculairement au cardo. Le second (bâtiment 2) est déplacé vers l’angle nord-est et disposé cette fois parallèlement à la rue. La chronologie relative de ces deux constructions est bien lisible sur le terrain, où les soubassements du bâtiment 11 sont clairement recoupés lors de la mise en place de l’état suivant.

38Tous deux sont édifiés selon le mode de construction et avec les matériaux qui semblent une constante de ce quartier de Briga, un soubassement de rognons de silex disposés à sec sur un à deux rangs (deux rangs au nord du bâtiment 2, pour rattraper partiellement la déclivité du terrain). Ils se présentent sous forme de longères rectangulaires de deux à trois pièces accolées, avec des adjonctions variées : un porche légèrement excentré sur la façade sud pour le bâtiment 11, une galerie de façade donnant sur le cardo pour le bâtiment 2.

39Un soubassement de mur de nature indéterminée longe le mur pignon ouest de ce bâtiment : peutêtre doit-il être rattaché à une phase de réfection ou de modification dont la nature nous échappe. On ne peut toutefois exclure un mur de limite parcellaire qui fonctionnerait avec le bâtiment 2, ou un autre état impossible à percevoir.

40Au centre de la galerie, un reste d’aménagement de tuiles posées à plat pourrait constituer l’ultime vestige d’un aménagement lié à l’entrée de la maison. Une fosse fouillée en 2010 (structure 5 du sondage 7) recoupe le mur de la galerie ; son mobilier est datable entre la fin du IIe et le troisième quart du IIIe siècle.

41Dans ce secteur, la puissance stratigraphique entre la terre végétale et le substrat argileux à silex est de l’ordre de 0,15 m. Aucune subdivision n’a pu être discernée dans cette couche unique fouillée dans un premier temps en deux passes successives délimitées arbitrairement. Le mobilier s’y avérant strictement identique, cette démarche a été abandonnée. Environ 4 000 tessons ont été recueillis en 2012 sur ces deux constructions ; ils indiquent une fois encore une occupation entre l’époque flavienne et la seconde moitié du IIIe siècle.

Bâtiment 6

42Immédiatement au sud, dans l’angle d’îlot que forme le carrefour du cardo A et du decumanus B, a été construit un autre bâtiment (bâtiment 6), de petite dimension et orienté sensiblement est-ouest. Il se présente, pour les parties qui nous en sont parvenues, comme une petite longère qui décline un alignement de trois pièces ouvrant sur le decumanus, et des aménagements à l’arrière dont la nature nous échappe, car il n’en subsiste qu’une section de mur pignon le long du cardo. La pièce centrale, d’1,35 m de large, paraît être un couloir reliant la rue à la cour ou une pièce non intelligible sur l’arrière. La pièce occidentale s’élève au dessus d’une fosse aménagée (St. 13) de plan à peu près quadrangulaire qui s’apparente à un cellier (fouille en cours). Dans ce secteur de la maison, le mur s’élève sur des fondations sommairement agencées depuis le fond du cellier, mêlant lits de tuiles et rognons de silex, parmi lesquels quelques très gros galets roulés provenant du littoral. Ce cellier mesure 3,55 m sur environ 4,5 m, et est profond d’un mètre environ. Il était sans doute couvert d’un plancher et accessible par une trappe. Il a servi de fosse dépotoir à une date très tardive, peut-être en lien avec l’abandon de la maison dans la seconde moitié du IIIe siècle. Environ 600 tessons ont été recueillis sur l’emprise du bâtiment, dans une mince couche archéologique uniforme qui sépare le terrain naturel de la terre végétale. S’y ajoutent 2 612 tessons issus du sondage réalisé dans le cellier, dont seule la moitié est a été fouillée cette année. La chronologie du mobilier pour l’ensemble du bâtiment ne semble pas débuter avant la fin du IIe siècle et couvre l’essentiel du IIIe siècle. Il semblerait donc s’agir d’une construction réalisée assez tardivement (tableau 1).

L’amorce d’un nouvel îlot au sud-ouest

Bâtiment 7

43À l’extrémité sud-ouest de la zone décapée ont été dégagés les premiers vestiges d’une construction (bâtiment 7) qui se développe pour l’essentiel hors de l’emprise de fouille et qui sera explorée en 2013. Elle appartient à un îlot qui se développe le long du decumanus B, côté sud, et paraît être bordée par un autre axe, d’orientation nord-sud, sur sa façade est ; il s’agit peut-être d’un troisième cardo, mais cet axe hypothétique nécessitera une ouverture complémentaire.

Tableau 1. Dimensions des bâtiments de l’îlot ouest (env. = environ ; n. c. = inconnu)

44Les quelques mètres linéaires de soubassements de silex qui ont été mis au jour laissent entrevoir pour le bâtiment 7 un plan qui comprend à l’ouest un espace d’habitation (espace 2), précédé à l’est d’un soubassement plus léger qui paraît correspondre à une galerie de façade (espace 1). Un gros bloc de calcaire non équarri marque l’angle des deux espaces et servait sans doute de support à un poteau vertical. Un épandage de cailloutis, assez soigné et large d’1,3 m, borde la façade donnant sur le decumanus : il a été interprété comme un trottoir.

45La stratigraphie se limite à une quinzaine de centimètres de limon argileux séparant l’argile naturelle de la terre végétale ; aucun niveau interprétable n’a pu être repéré dans cet horizon (traces des travaux de construction, aménagement de sol, démolition, ou autre). Le mobilier compte 620 tessons, pour la très grande majorité recueillis dans l’espace 2, peut-être pour l’essentiel dans une structure en creux antérieure au bâtiment. Leur chronologie couvre la période Néron/Flaviens jusqu’au milieu du IIe siècle de notre ère.

46La présence présumée d’une galerie de façade et d’un trottoir étayent l’hypothèse d’une maison à usage d’habitation, dans l’attente de données complémentaires.

L’îlot oriental

47L’îlot oriental est délimité au nord par le decumanus A et à l’ouest par le cardo A. Ses autres limites ne sont actuellement pas déterminées. L’occupation y semble plus dense et constituée de maisons de dimensions plus imposantes avec, en limite de fouille, l’amorce de ce qui s’apparenterait à des constructions plus complexes de type domus. Une extension du décapage dans ce secteur s’impose donc pour comprendre l’organisation de ce quartier dont le statut semble plus élevé.

Bâtiment 3

48Le long du cardo A, un bâtiment très largement arasé a été dégagé (bâtiment 3) mais son plan n’est intelligible que par comparaison avec d’autres constructions a priori similaires, comme le bâtiment 2. Il semble s’agir d’une longère orientée nord-sud, avec galerie de façade, et peut-être une extension en saillie sur le pignon septentrional. La façade arrière a totalement disparu, ainsi que le pignon sud et l’essentiel des cloisonnements internes : de ces derniers ne subsistent qu’un petit tronçon interprétable, et peut-être les lambeaux d’un second mur de refend ( ?), qui attestent de la partition interne du corps principal du bâtiment. La galerie donne directement sur le « cardo » dont elle n’est séparée que par un caniveau.

49La stratigraphie indique que la construction vient se superposer à la section de voie en arc de cercle qui desservait la cour au sud du bâtiment 1-21. Le bâtiment 3 n’a donc manifestement pas été édifié dès le début de la mise en place du quartier. Le matériel céramique (environ 2 600 tessons) recueilli dans la très fine couche archéologique qui sépare le substrat de la terre végétale (environ 0,1 m d’épaisseur) couvre toutefois l’ensemble de la période d’occupation dans ce secteur, des Flaviens à la seconde moitié du IIIe siècle.

Bâtiments 1-21

50À l’angle du cardo A et du decumanus A se développent successivement sur le même emplacement deux vastes bâtiments orientés est-ouest (bâtiments 1 et 21). Côté nord au moins, ils sont bordés par un trottoir qui donne directement sur la rue. Sur l’arrière, vers l’intérieur de l’îlot, s’étend une grande cour dont la partie ouest a été nivelée et damée, avec des tuiles, des cailloux, des granules de craie et par endroits un tapis de centaines de coquilles d’huîtres. La partie orientale de la cour correspond à une petite dépression du terrain naturel comblée de terre, qui a pu servir de jardin ou de zone ornementale. Cette cour, dans sa partie nord-ouest, est drainée par un caniveau formé de deux parois de rognons de silex qui délimitent un étroit canal de 0,1 m de large pour le passage des eaux de pluie. Ce caniveau 2, dégagé sur une section de 10 m environ, serpente en diagonale entre les bâtiments 1-21 et 3, et se jette probablement ensuite dans le caniveau 1 qui longe le cardo côté est.

51Le bâtiment 1, le plus ancien, présente un plan de type longère à quatre pièces en enfilade et deux galeries de façade au nord et au sud. Il s’agit d’une construction de grande taille, qui couvre au total une superficie au sol de 195 m2 environ. Néanmoins aucune marque de décoration particulièrement soignée n’a été mise en évidence, ni sol construit, en dehors de celui du pavillon, ni peintures murales. Un pavillon d’angle, débordant légèrement en saillie sur la façade, pare la galerie sud dans sa partie occidentale. Son sol est aménagé en petits galets. La largeur plus importante du soubassement de ce pavillon (0,6 m) par rapport à celle des autres murs pourrait signaler l’existence d’un ou plusieurs étages. La plus grande pièce, à l’est, présente des aménagements particuliers qui l’assimilent, au moins durant un temps, à une cuisine ou une « pièce à vivre » : une plaque foyère en argile est placée en position centrale et un court muret délimite un recoin dans lequel a été trouvée une amphore vinaire espagnole Dressel 28 plantée dans le sol en position verticale et perforée à trois reprises en bas de panse (fig. 8). Par analogie avec des exemples de Pompéi, cet aménagement paraît assimilable à une latrine.

52À l’angle de cette pièce et de la galerie de façade sud, un très gros bloc de grès a été utilisé pour soutenir une poutre verticale de l’ossature en bois. Ce gros bloc brut mesure 1 m de long pour une largeur de 0,5 à 0,8 m et n’a pas été retrouvé en place, mais déplacé de plusieurs dizaines de centimètres, probablement lors de l’aménagement de l’état suivant (construction du bâtiment 21). Il a alors été en partie débité, quelques blocs qui en sont issus ayant été utilisés dans le soubassement du pignon est.

53Après démontage probablement intégral du bâtiment 1, une nouvelle maison (bâtiment 21) est édifiée sur un plan sensiblement identique, avec un léger agrandissement vers l’ouest pour s’installer en bordure du cardo. L’agencement interne est toutefois plus complexe, le corps de logis principal étant scindé côté ouest en petites pièces desservies par un couloir, et les galeries elles-mêmes ayant fait l’objet de partitions. La maison compte désormais 12 pièces en rez-de-chaussée et la tour d’angle ne semble pas reconstruite. La maison s’ouvre sur la cour arrière de l’îlot par un porche large de 2 m qui donne accès à la galerie sud.

54De façon générale, quoique la construction soit plus vaste que celle qui l’a précédé, avec désormais 230 m2 au sol, elle présente des caractères moins soignés, les soubassements de mur étant montés plus sommairement et avec des matériaux de récupération divers, pour certains assez fragiles.

55La « cuisine » ou « pièce à vivre », d’environ 30 m2, est maintenue au même emplacement que précédemment, à l’extrémité est du corps de bâtiment principal. Le foyer, placé auparavant au milieu de la pièce, est déplacé le long du mur sud, en position centrée. Il est constitué d’une sole rectangulaire en fragments de tuiles surmontée d’une chape d’argile. Est accolé à cette pièce principale un long couloir qui traverse toute la maison du nord au sud et relie une probable entrée ouverte sur le decumanus au porche aménagé sur l’arrière. Ensuite, vers l’ouest, se déclinent plusieurs pièces de dimensions modestes, dont l’une (espace 3-3 bis) est équipée d’un foyer placé contre le mur sud ; il est formé d’une sole de tuiles couverte d’argile rubéfiée.

Fig. 8. Amphore Dressel 28 perforée et utilisée comme latrine dans le bâtiment 1.

56L’existence de deux foyers pose question : s’agit-il d’un déplacement de la cuisine lors d’un réaménagement interne, ou l’existence simultanée de deux foyers pourrait-elle témoigner de la partition de la maison en deux logements distincts ?

57Signalons enfin qu’il a été observé sur la façade nord, au niveau du soubassement du mur de la galerie, un renfort en saillie installé sur le trottoir. Celui-ci a peut-être servi à consolider la fondation qui marque à cet emplacement un léger ventre, dû à la poussée des terres sur la pente. Notons également la fondation d’un muret dépassant en saillie de la façade sud, en direction de la maison voisine (bâtiment 3). Difficile à interpréter, il pourrait éventuellement correspondre à une limite isolant la cour de la rue

Bâtiments 17-18

58Au cœur de l’îlot, en retrait de 9 m par rapport au cardo A, deux constructions successives orientées nord-sud (bâtiments 17 et 18) ont été édifiées sur le même emplacement, coincées entre les bâtiments voisins 1-21 et 16-19.

59Dans un premier temps (bâtiment 17), il s’agit d’un corps de logis rectangulaire à deux ou trois pièces, auquel se greffe un mur perpendiculaire qui file hors emprise sans que l’on puisse en comprendre le développement et la nature. Il pourrait témoigner d’extensions qui restent à mettre au jour, comme une autre aile de bâtiment, une galerie ou une limite de cour intérieure. Le corps de logis comprend au nord une grande pièce dont le sol a fait l’objet d’une préparation très soignée, un radier de petits rognons de silex damés, et au sud une pièce plus modeste. Une adjonction plus étroite fait saillie au nord. Elle constitue une petite pièce supplémentaire au sol également constitué d’un radier de silex. En ont été reconnus deux segments, le troisième n’étant plus perceptible que par le négatif de la récupération des rognons de silex. Le sol de cette petite adjonction est établi en contrebas par rapport à la pièce principale, et il faut envisager deux ou trois marches pour y accéder. Cette différence de niveau constitue une adaptation à la pente qui débute ici et a permis d’éviter de gros travaux de nivellement. Ce bâtiment est ensuite démonté et remplacé par un nouveau, au plan relativement similaire (bâtiment 18) et aux dimensions à peine plus élevées. Le corps de logis rectangulaire comprend trois pièces accolées, la plus grande se trouvant cette fois au sud, une petite au centre et une troisième au nord, plus étroite, en saillie sur le pignon. Une galerie court le long de la façade est. Des aménagements perpendiculaires au corps de logis principal se poursuivent hors emprise de sorte que la zone fouillée ne constitue qu’une partie de la maison dont l’organisation générale nous échappe. Ce bâtiment s’insère entre les maisons voisines en ménageant un étroit passage de part et d’autre.

Tableau 2. Dimensions des bâtiments de l’îlot oriental (n. c. = inconnu ; env. = environ)

60Un lot de 2 200 tessons environ provient de ces deux constructions, où un peu de stratigraphie est conservée dans la partie nord. Dans l’adjonction nord du bâtiment 17 (espace 5), la couche 2, sur le radier de sol, a livré du mobilier du dernier tiers du Ier – début du IIe siècle. La couche brune supérieure, sous la terre végétale, contenait un mélange de l’époque des Flaviens au IIIe siècle. Le reste du mobilier, dans les autres espaces, couvre également la période de la fin du Ier à la seconde moitié du IIIe siècle. Il semble donc envisageable de dater la construction du bâtiment 17 dans le dernier tiers du Ier siècle ou au début du IIe siècle au plus tard et la destruction du bâtiment 18 à la fin du IIIe siècle. La transition entre les deux constructions ne peut pour l’instant être datée précisément.

Bâtiments 16-19

61En limite est de l’emprise de fouille, le long d’un trottoir probable qui longe le decumanus A, ont été partiellement fouillés les vestiges de deux constructions supplémentaires (bâtiments 16 et 19), qui s’étendent largement en dehors de la zone décapée. Il est donc pour l’instant difficile d’appréhender leur organisation.

62La stratigraphie, bien conservée dans ce secteur, permet d’assurer l’antériorité du bâtiment 16. Il présente un plan en L, actuellement incomplet, dont la branche nord-sud est prolongée d’une petite pièce en saillie. Il nous semble vraisemblable de restituer un corps de bâtiment central doté de galeries de part et d’autre, mais cette hypothèse reste à vérifier. Le soubassement ne comprend qu’un unique rang de rognons de silex, renforcé très ponctuellement par une deuxième rangée. Deux foyers très érodés, plus ou moins circulaires et formés d’une plaque d’argile rubéfiée, ont été observés en lien avec ce premier état.

63Lui succède, après démontage, sur la même emprise, une construction de type longère (bâtiment 19) avec pour l’instant trois pièces en enfilade, précédées d’une galerie de façade ouvrant au nord sur le decumanus. À la pièce centrale est accolée une petite pièce annexe, peut-être une cage d’escalier, large de 1,5 m. Le soubassement sur lequel reposait l’élévation à pans de bois est formé dans la partie sud d’un unique rang de silex mais il s’épaissit progressivement vers le nord pour compenser la pente : au niveau du mur de galerie qui donne, au nord, sur le trottoir, il compte ainsi quatre à cinq rangs de silex superposés. On note par endroits des renforts de lits de tuiles et des zones avec de la craie, le mode de construction du soubassement est donc assez hétérogène.

64Comme le bâtiment voisin 1-21, la maison 19 est en surplomb d’une trentaine de centimètres par rapport à la chaussée, selon un mode d’aménagement en terrasse ; on accédait sans doute à la rue par un emmarchement qui reste à mettre au jour. La couche inférieure, immédiatement sur le niveau géologique, a livré par endroits, notamment dans les remblais de sol de la galerie, des séries de mobilier homogènes bien datées de la fin du Ier ou du début du IIe siècle (monnaie de Domitien, sigillées du sud de la Gaule de la période Domitien-Trajan). On peut donc envisager une mise en place du bâtiment 16 à cette période. Comme ailleurs sur le chantier, la phase de restructuration reste pour l’instant non datée, tandis que l’abandon définitif du bâtiment 19 peut être situé dans la seconde moitié du IIIe siècle (tableau 2).

Chronologie de l’occupation

65La fouille d’un secteur voué à l’habitat a naturellement entraîné la découverte de mobilier en grande quantité : plus de 60 000 tessons pour la seule campagne 2012, 130 monnaies et quelques menus objets de la vie quotidienne. Céramiques et monnaies permettent de proposer une chronologie assez fine de la période d’occupation de ce secteur.

66L’ensemble de ce mobilier, par sa nature et son abondance, présente les caractères incontestables de contextes domestiques urbains : service de table, batterie de cuisine, récipients de conserve et de stockage, conteneurs à vins et à condiments s’y côtoient en très grandes quantités dans chaque maison, dans les remblais comme dans les dépotoirs. Quelques moulins à bras en granit et en poudingue s’ajoutent à cet équipement de la vie quotidienne.

67La mise en place de l’occupation semble correspondre à la période flavienne, bien caractérisée par les séries tardives de La Graufesenque, des gobelets engobés de Gaule centrale, des céramiques fines régionales à décor d’anneaux et points, etc. Quelques fragments plus anciens ont toutefois été relevés, dispersés sur toute la zone fouillée, mais constituent au total un petit lot de 20 à 30 tessons, dont la valeur statistique sur l’ensemble de la série est pratiquement nulle. On peut envisager soit qu’ils aient été apportés parmi les terres de remblai utilisées pour aménager le terrain sous les Flaviens, soit qu’une part minime des céramiques du milieu du Ier siècle aient encore été en usage quelques décennies plus tard. On ne peut toutefois exclure qu’ils témoignent de premiers aménagements intervenus durant la période claudio-néronienne, mais leur très faible nombre, leur dispersion spatiale et leur positionnement résiduel dans des remblais plus récents ne nous semblent pas plaider en ce sens. La présence de quatre monnaies précoces, notamment des bronzes augustéens de Nîmes et de Lyon, appelle des commentaires similaires.

68L’abandon du quartier est datable, d’après le mobilier céramique, de la seconde moitié du IIIe siècle, et plus précisément des années 250-280. Les éléments de transition vers le Bas-Empire (phase de la fin du IIIe – début du IVe siècle) font en effet totalement défaut. La présence récurrente d’importations britanniques de type black-burnished 1 place sans conteste la dernière période d’occupation après 250, date de mise en place du répertoire tardif de cette production. Cet abandon général du quartier, en l’absence de traces d’incendie, ne correspond manifestement pas à un événement violent.

69On observe ponctuellement des traces de présence humaine plus récente, à hauteur de quelques tessons : c’est le cas pour le Bas-Empire (notamment quatre monnaies dans les niveaux superficiels, aucun élément céramique probant), pour le haut Moyen Âge (quelques tessons attribuables à sa phase tardive ?) et pour la période contemporaine (XIXe – milieu XXe siècle, en lien avec l’exploitation agricole du Vert-Ponthieu probablement, et à l’un de ses chemins d’exploitation présumé qui traverse la zone décapée en diagonale).

Bilan de la campagne 2012

70La campagne de 2012 assoit définitivement et de façon incontestable l’hypothèse que nous avancions depuis 2006, celle d’une agglomération secondaire, dépassant le cadre d’un grand sanctuaire rural évoqué encore dans des publications récentes sur le « Bois-L’Abbé ». Se dessine désormais l’image d’une bourgade qui adopte à l’époque flavienne un caractère urbain a minima, dotée d’un quadrillage de rues et d’un réseau de canalisations d’évacuation des eaux, organisée en îlots avec des maisons de différents modules et donc sans doute de différents statuts. Elle se développe sur une cinquantaine d’hectares, avec à sa périphérie occidentale, sur la partie dominante du relief, un complexe monumental doté d’un grand sanctuaire qui domine l’agglomération qui se développe à ses pieds.

71Les vingt maisons dégagées partiellement ou intégralement cette année donnent un premier aperçu des modèles architecturaux adoptés à Briga. L’ensemble des plans à même échelle (fig. 9) permet une comparaison rapide des formes et des modules adoptés. Il s’en dégage pour l’instant une dominante très marquée des maisons tout en longueur, de type longère, qui comprennent un corps de bâtiment de deux à quatre pièces accolées, dotées pour les plus grandes d’aménagements divers en façade (une ou deux galeries, un cas de pavillon d’angle) ou sur les murs pignons (petite pièce en saillie).

72Ce plan privilégié dans ce quartier de Briga, mais aussi illustré dans le sondage 6 voisin, et dans les sondages menés au sud-est et en contrebas du théâtre, présente des analogies très marquées avec les formes de l’habitat rural de la région. Il n’est en revanche guère fréquent en contexte d’agglomération secondaire, pour autant que l’indigence de la documentation, notamment régionale, permette d’en juger. Un examen bibliographique rapide permet toutefois d’en repérer en petite quantité ici ou là dans les Trois Gaules et dans les provinces voisines, avec par exemple de belles séries à Silchester ou à Vervoz, ou même plus lointaines, comme à Aquincum en Pannonie. Les comparaisons n’ont pour l’instant pas été poussées davantage, des études de synthèse étant menées par ailleurs pour classer ce type de structures domestiques urbaines.

Fig. 9. Planche comparative des différentes unités d’habitation du Haut-Empire à Briga.

73Malgré le fort arasement général, quelques aménagements et équipements commencent à être répertoriés en lien avec ces maisons, comme les foyers des bâtiments 16 et 1-21, le cellier du bâtiment 6, les probables latrines accolées au bâtiment 8 bis et celles du bâtiment 1.

74Il nous semble incontournable de mener en 2013 une dernière campagne pour relier le quartier dégagé cet été avec les sondages voisins et le complexe monumental. L’organisation du réseau de voiries reste notamment en suspens, un decumanus et un cardo supplémentaires s’intercalant manifestement dans la bande restée inexplorée où ils feraient le lien avec l’espace monumental. Les structures très fragmentaires mises au jour dans le sondage 9 demandent également à être étudiées sur une plus large surface, afin de vérifier si elles appartiennent ou non au quartier d’habitation : leur proximité avec des fosses à rejets de type « rituel », contenant des vases de petit module et un monnayage abondant, rend leur interprétation pour l’instant incertaine (Mantel et Dubois 2012).

75La chronologie que nous avions avancée à la suite des sondages préliminaires se trouve confortée : les premiers aménagements doivent être mis en place vers 70 ou peut-être dès les années 60. Cette date correspond de fait à celle de l’abandon de l’habitat fortifié julio-claudien dégagé l’an passé autour du complexe monumental.

76L’organisation de cette occupation gallo-romaine précoce, entre le milieu de l’époque augustéenne et le principat de Néron, a été précisée également cette année. L’emprise globale de l’enceinte fortifiée est mieux définie maintenant, même s’il reste de nombreuses zones d’incertitude, grâce au relevé micro-topographique mené par Richard Jonvel (UnivArcheo) dans la partie sud-ouest, et grâce également à une série de sondages mécaniques au nord qui ont permis de suivre le tracé de l’enceinte dans ce secteur et d’en aborder l’évolution et la chronologie. Cette enceinte fortifiée a désormais une superficie estimée d’un peu plus de 4 ha. Elle présente une longueur de l’ordre de 275 m pour 175 m de large, un tracé polygonal qui comprend une partie sud quadrangulaire et une partie nord curviligne avec des aménagements qui restent à fouiller et à interpréter (accès en clavicule, en baïonnette et en titulus). Elle semble avoir accueilli et englobé jusque dans les années 60-70/80 de notre ère le premier noyau aggloméré : le sanctuaire, dans la partie curvilinéaire au nord, et l’habitat dans tout ou partie du reste de l’enclos ; un secteur à vocation militaire, rendu très vraisemblable par un faisceau d’indices mobiliers, reste à localiser. Aucune délimitation entre ces deux espaces n’a actuellement été perçue, mais la recherche d’une telle limite fait partie des nombreux objectifs à venir.

77Cet « habitat groupé » enclos, un type de site actuellement très mal connu, s’annoncerait comme un des sites clés pour comprendre la genèse d’une partie des agglomérations secondaires de la Gaule septentrionale.

Bibliographie

Bibliographie

Ferdière A. (2013) – Bourgs et villages de la Gaule : les agglomérations secondaires à l’époque romaine. L’Archéologue, 123, décembre-janvier.

Mantel É. et Dubois S. (2012) – Premier éclairage sur l’agglomération antique de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime) : fenêtres ouvertes sur un quartier d’habitation au nord-est du centre monumental. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Évreux, 6-8 mai 2011, Rouen, PURH, p. 151-160.
— (2013) – Aux origines de l’agglomération antique de Briga (Eu, Bois-l’Abbé, Seine-Maritime) : Fouille d’un quartier d’habitat d’époque julio-claudienne. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 11-13 mai 2012, Rouen, PURH, p. 125-138.

Mantel É., Dubois S. et Devillers S. (2007) – Une agglomération antique sort de l’anonymat (Eu, « Bois l’Abbé », Seine-Maritime) : BRIGA ressuscitée. Revue archéologique de Picardie, no 3/4, 2006, Amiens, SAP, p. 31-50.

Notes

1 La campagne de fouilles s’est poursuivie durant deux mois et demi sur le terrain avec des équipes successives de bénévoles. 80 personnes au total ont participé à cette opération, dans les conditions climatiques pour le moins humide qui ont marqué l’été 2012 : qu’elles soient ici remerciées de leur contribution.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plan général des vestiges de la partie occidentale de Briga à la fin du Haut-Empire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 2. L’enceinte fortifiée d’époque julio-claudienne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 3. Coupe dans le fossé de l’enceinte (coupe 2).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 4. Plan général du quartier d’habitation.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 5. Vue aérienne de l’emprise de fouille (cliché : S. Charrier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 6. Levé pierre à pierre des bâtiments 5-8-9-10.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 7. Aperçu de l’enchevêtrement des vestiges de bâtiments.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende Tableau 1. Dimensions des bâtiments de l’îlot ouest (env. = environ ; n. c. = inconnu)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Fig. 8. Amphore Dressel 28 perforée et utilisée comme latrine dans le bâtiment 1.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Légende Tableau 2. Dimensions des bâtiments de l’îlot oriental (n. c. = inconnu ; env. = environ)
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 9. Planche comparative des différentes unités d’habitation du Haut-Empire à Briga.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3907/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 97k

Auteurs

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540