Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Découverte d’une basilique romaine à Harfleur (Seine-Maritime), première approche

The discovery of a Roman basilica in Harfleur, an initial approach

Julien Boisson et Érik Follain

Résumé

La découverte de maçonneries gallo-romaines, sur les pentes du Mont-Cabert dominant la ville d’Harfleur, permet d’identifier un complexe monumental de l’agglomération secondaire de Caracotinum. Il associe une vaste cour à un bâtiment de plan basilical. En l’état, il semble que cet ensemble soit extrêmement précoce : une datation du tout début de notre ère est envisagée. Sa fonction n’est pas clairement établie, mais elle pourrait correspondre à des activités commerciales et civiques difficiles à préciser.

The discovery of Gallo-Roman masonry structures on the slopes of Mount Cabert overlooking the town of Harfleur made it possible to identify a monumental site in the secondary hub of Caracotinum [Roman name for Harfleur]. It comprises a huge courtyard connected to a basilica-type building. Given its state, the unit seems to be from an extremely early period, and is estimated to date from the very beginning of our era. The function of the basilica has not been clearly established, but it could have been used for some sort of commercial and civic activities, the exact nature of which are difficult to determine.

Texte intégral

  • 1 Les divers recensements de vestiges antiques sur le territoire de la commune d’Harfleur montrent un (...)
  • 2 Par exemple voir l’édition Cuntz, 1929.
  • 3 La bibliographie est abondante et le sujet vaste, voir par exemple Bedon, 1999 ; l’un des ouvrages (...)
  • 4 Sur ces questions voir Follain, 1989 et 1999.
  • 5 C’est ce qui ressort d’une rapide présentation du mobilier et de la stratigraphie (Bouard, 1974, p. (...)

1Harfleur est une petite ville de Seine-Maritime, située à l’extrémité ouest du plateau du Pays de Caux, à proximité du Havre, en bordure de l’estuaire de la Seine. De nombreux vestiges épars témoignent de son passé gallo-romain sans que l’organisation de cette agglomération secondaire soit perceptible1. Des indices d’occupation ont été recensés au fond et sur les rebords de la vallée de la Lézarde, mais on connaît surtout une nécropole et un atelier de potier identifiés sur les pentes dominant la ville actuelle. Une mention de l’Itinéraire d’Antonin2 permet de l’identifier comme la station de Caracotinum, appartenant à la cité des Calètes, peuple belge rattaché à la province romaine de Lyonnaise. La surprenante découverte d’un édifice de plan basilical, probablement très précoce, éclaire d’un jour nouveau cette agglomération secondaire antique. Elle contribue également à enrichir le débat sur l’urbanisation du nord de la Gaule3 et sur la création d’espaces publics, expression architecturale du pouvoir romain. Il convient, par ailleurs, de rappeler que la capitale des Calètes au Haut-Empire est Juliobona (Lillebonne4) distante d’une trentaine de kilomètres, où les plus anciennes traces d’occupation ne semblent pas être antérieures au règne de Tibère5.

Fig. 1. Schéma de localisation du monument (DAO : É. Follain).

Fig. 2. Plan général du bâtiment et de la cour (© J. Boisson et A. Pézier).

L’opération

  • 6 Par l’INRAP (Calderoni, 2011).

2Après le diagnostic réalisé en 2009 et 20116, l’opération d’archéologie préventive a permis d’explorer de 2011 à 2012 une emprise de cinq hectares préalablement à la réalisation d’un important projet immobilier. Les parcelles concernées se situent sur les pentes du Mont-Cabert, entre les altitudes de 15 m et 30 m NGF, au lieu-dit « Le Côteau du Calvaire », entre la rue de la Courte Côte et une impasse longeant le fossé médiéval. Localisé non loin du cœur médiéval de la ville (fig. 1), le terrain exploré en est cependant séparé par l’enceinte et ses fossés. À l’occasion de cette opération, un complexe architectural antique formé par un bâtiment de plan basilical et une vaste cour a été mis au jour (fig. 2). La présence d’une importante nécropole mérovingienne a très largement perturbé ces vestiges.

Contexte et environnement de la découverte

  • 7 Pour une rapide présentation de la nécropole voir Rogeret, 1998, p. 296-297.
  • 8 Un résumé des découvertes et des divers articles les concernant ibid., p. 295-296.

3C’est dans la partie nord de l’opération que l’ensemble monumental a été découvert. Ce secteur est également le plus proche de la nécropole antique, mise au jour dans la seconde moitié du XXe siècle à l’emplacement du cimetière actuel7, et des fours de potiers8 détruits lors de la construction des immeubles bordant l’emprise de l’intervention. La fouille de ce secteur montre une occupation diachronique. La protohistoire est illustrée par une incinération isolée. L’époque antique et le haut Moyen Âge sont les mieux représentés. À proximité du bâtiment gallo-romain et de sa cour, les recherches ont révélé quelques rares trous de poteaux et des creusements, tous d’époque antique, sans qu’il soit possible de mettre en évidence une réelle organisation. Les perturbations modernes et contemporaines sont par ailleurs nombreuses, mais les destructions induites ne sont rien comparées à celles qui ont été entraînées par la nécropole mérovingienne, qui occupe presque totalement l’intérieur de la cour et du bâtiment (fig. 15).

4Une voirie antique encadre le monument. Une première rue, longeant le grand côté nord, pourrait le précéder chronologiquement. En effet, l’un de ses fossés bordiers a été en partie perturbé par la fondation du mur de clôture et partiellement inclus dans la cour. La seconde voie, contre la limite est, pourrait être contemporaine de l’utilisation de l’édifice et constituer son accès : en effet, la chaussée ne se poursuit pas au delà de l’angle sud-est, suggérant ainsi qu’elle est exclusivement destinée à sa desserte.

Des vestiges significatifs mais mal conservés

5Malgré l’imbrication des sépultures du haut Moyen Âge et des maçonneries romaines, par ailleurs très arasées, un plan suffisamment pertinent a pu être obtenu : il révèle un ensemble monumental antique qui constitue le premier témoin d’un véritable urbanisme à Caracotinum.

Le complexe monumental

6L’ensemble est de dimensions importantes : 58 m de long (valeur estimée en complétant le plan du bâtiment) pour près de 35 m de large, soit une emprise de plus de 2 000 m ². Il se divise en deux parties. À l’est, dans le haut de la pente, se trouve une vaste cour enclose par trois murs qui mesure 41 m par 35, soit une superficie de plus de 1 300 m ². La plus grande partie des quelque 700 tombes de la nécropole mérovingienne n’a pas contribué à la conservation des installations de cette cour et du traitement de sa surface. Dans la partie basse, à l’ouest, se trouve un bâtiment de plan basilical partiellement conservé. Son extrémité sud n’a pu être explorée puisqu’elle est située en dehors de la fouille. L’installation d’une conduite de gaz a probablement contribué à sa destruction il y a plusieurs décennies. La façade ouest de l’édifice et une grande partie de son bas-côté ouest ont irrémédiablement disparu. Un fossé moderne (contenant des tessons de céramique glaçurée verte) de 1,5 m de largeur et de 0,4 m de profondeur coupe les maçonneries et surtout a détruit l’emplacement présumé de la deuxième ligne de supports. La réalisation du second fossé de l’enceinte de la ville médiévale au XIVe siècle a entraîné de grands terrassements et remblaiements entraînant la démolition du mur ouest du bâtiment. Ce qui subsiste est suffisamment éloquent pour restituer en plan par symétrie un bâtiment de 17 m par 35 et couvrant hors-tout une surface de 595 m ².

La cour

7Sa clôture de trois murs est mal conservée et réduite aux fondations, à l’exception de quelques amorces d’élévation très ponctuelles (fig. 2). On notera surtout le débord en plan du mur nord, le maintien du pendage naturel et l’absence d’installations, à l’exception de celles liées à la construction.

Fig. 3. Coupes dans les fondations du mur est de la cour (st. 1666 ; © Archéopole).

  • 9 Un four à chaux, non défourné, lié à l’enceinte du Bas-Empire d’Évreux a été découvert en 1984 et p (...)
  • 10 Deux datations ont d’abord été effectuées par le laboratoire Beta-Analityc (inc. 4985 SW74 Court Mi (...)

8Le mur nord (1081), orienté nord-est/sud-ouest, ne subsiste qu’à l’état de tronçons de fondations constituées de blocs calcaires non taillés sur une hauteur de 0,2 à 0,3 m. Sa largeur est en moyenne de 0,8 m. Sa jonction avec le bâtiment est établie mais on le perd du côté opposé où sa liaison avec le mur est de la clôture (1144-1666) a disparu. Ce dernier, orienté précisément nord-ouest/sud-est, est mieux conservé et occupe le haut de la pente. Au sud et dans son angle avec le mur sud (1165) sa fondation est peu importante. Sur une largeur de 0,8 m et une hauteur maximale de 0,5 m, elle est réalisée en blocs calcaires non dégrossis, liés au limon et parfois au mortier (fig. 3). Vers le nord, la fondation s’épaissit pour atteindre 1,1 m de large et 1,15 m de profondeur. Les matériaux mis en œuvre sont des rognons de silex mesurant entre 0,15 et 0,35 m, presque sans liant. Quelques moellons calcaires contenant un blocage constitué de chutes de taille et de mortier témoignent encore de l’élévation dans la partie nord. La planimétrie de ce mur pose problème puisqu’il déborde de plus de 13 m l’alignement de la limite nord de la cour et coupe ainsi la voie (1164) longeant le grand côté du complexe. Cette extension du mur (1144-1666) aboutit ainsi à la désaffection de cette circulation et seule la voie 1884 permet la desserte du complexe. Le mur sud (1165) est mieux conservé que son pendant nord (1081). En revanche on ne connaît pas l’intégralité de son tracé puisqu’il se poursuit en dehors de la zone de fouille. Sa fondation est peu ancrée dans le sous-sol. Elle est conservée sur une épaisseur de 0,5 à 0,6 m pour une largeur de 0,8 m et constituée de blocs de calcaire liés au limon et plus rarement au mortier. La cour n’a pas révélé d’installations propres. Une trentaine de structures, reconnues dans l’emprise du complexe, ne semblent pas lui être rattachées. Il s’agit essentiellement de fosses dont la répartition ne présente pas de rapports évidents avec les constructions et de fossés coupés par ces mêmes constructions. Cependant, quelques unes méritent que l’on s’y attarde. Dans l’angle sud-est de la cour, une petite maçonnerie de blocs calcaires grossiers liés au mortier (1671) montre un plan quadrangulaire de 0,96 par 0,76 m et une épaisseur conservée d’une dizaine de centimètres. Cette structure se situe à moins d’un mètre du mur est de la cour. On pourrait être en présence de la semelle de fondation d’un socle à la fonction indéfinissable. Le long du mur nord, à une distance comprise entre 2 et 3 m et donc sur un axe divergent, une tranchée de récupération d’un mur a été observée sur près de 7 m. Cette tranchée mesure 0,8 m de large pour une vingtaine de centimètres de profondeur et est comblée de quelques blocs de calcaire, de mortier et de petits fragments de tuiles. C’est le seul élément qui pourrait suggérer l’existence d’une galerie doublant le mur de clôture. La stratigraphie, particulièrement perturbée par les sépultures mérovingiennes, ne facilite pas la mise en corrélation de ces deux structures avec le complexe et c’est seulement la nature des matériaux employés qui permet cette association hypothétique. À ceci s’ajoute un élément plus essentiel, qui a un lien avec le bâtiment de manière certaine. Il s’agit d’une batterie de cinq fours à chaux alignés dans la largeur de la cour (fig. 2 et 4). Ces cinq structures excavées dans le limon, puis dans le lœss, ont la forme de cônes irréguliers. Ils présentent une ouverture au niveau du décapage comprise entre 1,6 et 2 m. Le plus petit a une profondeur de 0,86 m tandis que le plus grand descend à 1,2 m. Les différents sondages pratiqués n’ont pas pu mettre en évidence d’ouvertures dans les parties inférieures, ce qui impliquerait un mode de cuisson à l’étouffée avec des évents ménagés dans la chape recouvrant le combustible et les fragments de calcaire9. Quelques tessons de céramique issus des zones rubéfiées et des datations14 C permettent de dater leur utilisation10.

Le bâtiment

9En contrebas de la cour et formant son quatrième côté, les vestiges d’un bâtiment de plan basilical, partiellement conservé, n’ont pu être dégagés en totalité (fig. 2).

10Le mur extérieur est (1082) présente une fondation d’environ 0,8 m de large et de moins de 0,5 m d’épaisseur, constituée de blocs calcaires non dégrossis liés au mortier déposés dans une tranchée. Son élévation conservée comprend jusqu’à cinq assises de moellons calcaires irréguliers (fig. 5) et un blocage de fragments de calcaire et de mortier. La partie sud du mur a disparu, ne nous laissant plus qu’une tranchée de récupération, tandis que l’angle avec le mur sud de la cour reste inaccessible sous la route limitant la fouille. Le mur pignon nord du bâtiment se situe dans le prolongement du mur nord de la cour (1081), mais leurs fondations respectives les différencient très nettement. Celle du mur de clôture n’est épaisse que de quelques dizaines de centimètres ; celle du pignon dépasse 1,7 m. Plusieurs rangs de fragments calcaires dégrossis et de rares silex liés au mortier sont montés sur un important lit de blocs de 0,5 m de diamètre posés à sec. De place en place subsistent des amorces de l’élévation parementée de moellons calcaires (fig. 6).

11Malgré les destructions du sous-sol et l’inaccessibilité de l’extrémité sud, des maçonneries internes montrent l’existence d’une partition en trois du bâtiment. Perpendiculairement au pignon, deux maçonneries (1080 et 1899) d’une longueur de 5 m associent tracés rectilignes et tracés courbes se faisant face ; elles dessinent ainsi une abside de 6 m de corde. Leurs modes de construction sont identiques : fondations légères en blocs calcaires non dégrossis et élévation maçonnée parementée de moellons calcaires (fig. 7). Elles sont manifestement ancrées dans le pignon, ce qui prouve leur postériorité et suggère l’existence de deux états. La distance entre le côté nord de l’abside (1080) et le mur extérieur est mesure 4 m et correspond à la largeur du bas-côté conservé. Dans le prolongement de la partie nord de l’abside (1080) quatre massifs de blocage distants de 4 m environ ont pu recevoir des piliers ou des colonnes (1090, 1247, 1273, 1547). Le mieux conservé mesure 1,1 m de long sur 0,9 m de large et 0,1 m d’épaisseur. Ils sont constitués de blocs de calcaire et de rognons de silex liés au mortier (fig. 8). À l’extrémité sud de cet alignement, une tranchée de récupération, que l’on suit sur un peu plus de 4 m avant qu’elle ne disparaisse sous la berme, pourrait témoigner de l’existence d’une seconde abside.

Fig. 4. Deux des cinq fours à chaux utilisés lors de la construction de l’ensemble (© Archéopole).

Fig. 5. Relevé du parement du mur 1082 (© Archéopole).

Fig. 6. Différence de réalisation entre les fondations de la cour et celles du bâtiment (© Archéopole).

Fig. 7. Le pignon nord et une partie de l’abside du second état du bâtiment (© Archéopole).

Fig. 8. La fondation de l’un des quatre supports séparant la nef centrale du bas-côté est (© Archéopole).

12Un niveau de poussière de taille, d’une épaisseur maximale de 0,03 m, a été rencontré sur la totalité de l’emprise de l’édifice, avec cependant quelques lacunes. Situé au niveau des fondations, ce niveau de travail recouvre un remblai de limon sableux gris comportant de rares inclusions. Ce dépôt, présent dans l’emprise du bâtiment, se poursuit vers l’est sur quelques mètres. Il a permis un premier aplanissement du secteur. D’autres remblais postérieurs au niveau de travail viennent ensuite achever le nivellement de la pente. Aucun niveau de circulation n’est conservé et la nature du sol mis en place ne peut être précisée.

Rareté des éléments architectoniques

  • 11 Il s’agit d’un type de corniche dit par assemblage, dont l’étude fait l’objet d’un article dans ce (...)
  • 12 Taillé dans un bloc de pierre de l’Oise, il illustre une fois de plus l’exploitation des monuments (...)

13Les blocs erratiques (fig. 9) que l’on peut associer aux vestiges de maçonneries sont extrêmement rares, comme le laissait supposer la mauvaise conservation de l’édifice. On doit donc se contenter d’un unique modillon pouvant appartenir à la corniche11 et de deux fragments de chapiteaux. Ceux-ci sont de style toscan et appartiennent à une même série. Seule la dimension de l’abaque est restituable, entre 0,68 m et 0,7 m, ce qui permet de proposer une estimation grossière autour de 4,5 m à 5 m et donc compatible avec le module utilisé en plan. Un quatrième élément provient de la retaille d’un élément d’entablement pour produire un sarcophage12.

Restitution des volumes

14Le contact entre le mur du pignon ouest et les vestiges de l’abside montre clairement que celle-ci a été ancrée dans la maçonnerie et lui est donc postérieure. Ceci rend vraisemblable l’existence de deux états. Leur restitution en plan nécessite d’utiliser une double symétrie : en largeur, puisque le pignon ouest se prolonge au-delà de l’abside et en longueur, ce que confirme l’existence des tranchées de récupération. Le premier état serait alors un simple volume de plan rectangulaire divisé en trois nefs par deux files de supports. Le second verrait l’aménagement de deux absides se faisant face aux deux extrémités de la nef centrale. La cour, quant à elle, ne semble pas connaître d’évolution et demeure un vaste espace clos, vide de tout aménagement. L’examen du plan en vue de restituer la volumétrie de l’ensemble révèle une composition selon un système de proportions et une trame modulaire dont l’unité est équivalente à une valeur de seize pieds romains : la cour est large de sept modules et longue de neuf ; la basilique, d’un rapport de un pour deux, est large de trois modules et demi (un module pour les bas-côtés et un module et demi pour la nef centrale) pour sept (fig. 10). Cette valeur a été utilisée pour les hypothèses de restitution (fig. 11). Le premier état serait simplement couvert d’une bâtière au-dessus de la nef centrale et de deux appentis. L’aménagement des deux absides conduit à supposer l’existence entre elles d’un lanterneau, améliorant alors l’éclairage du monument. Il serait difficile d’aller plus loin et même la question des supports ne peut être définitivement tranchée. En effet, les massifs de fondation peuvent aussi bien accueillir des piliers maçonnés que des colonnes. Les supports auraient d’ailleurs pu évoluer avec l’édifice et la monumentalisation, perceptible avec la réalisation des absides, peut s’être accompagnée de l’utilisation de colonnes soutenant le lanterneau hypothétique (fig. 12).

Fig. 9. Les blocs erratiques. Seuls les deux fragments de chapiteaux toscans et le modillon sont associés à la basilique. Le quatrième élément provient de la retaille d’un entablement en sarcophage (© É. Follain).

Une fonction problématique

  • 13 Dans Fellmann, 2006, on consultera tout particulièrement : 2.4.2.2 La grande cour (forum ?), p. 92  (...)
  • 14 L’identification d’une basilique civile sur le site de Bibracte (Szabo et al., 2007) et l’hypothèse (...)
  • 15 Respectivement, pour les thermes de Caerleon (Zienkiewicz, 1986, p. 149-160) et pour ceux de Wroxet (...)
  • 16 Ce type est depuis longtemps défini (Collingwood et Richmond, 1930, p. 146-149 et fig. 51, p. 148).
  • 17 Un examen détaillé de la documentation montre que l’on est en présence de poteaux en bois et que de (...)
  • 18 La basilique d’Eu, « Bois l’Abbé », n’a ni les proportions ni la datation présumée de celle d’Harfl (...)
  • 19 Cette découverte (Follain, Mutarelli, 2000) reste en attente d’une publication.
  • 20 Classée par Balty (1991, p. 411-427) dans un appendice intitulé Monuments insuffisamment publiés, d (...)

15La disparition des niveaux archéologiques en avant de l’édifice, ne facilite guère son interprétation. Malgré l’association cour et édifice basilical, on évacuera d’emblée l’hypothèse d’un ensemble militaire13. L’absence de vestiges de cantonnements ou de dispositifs défensifs et celle de mobilier militaire permettent d’écarter définitivement son interprétation comme principia. Parallèlement, utiliser la forme architecturale, comme cela a été fait à propos d’un célèbre oppidum de la Gaule, pour postuler l’existence implicite d’un forum est une déduction quelque peu abusive14. Beaucoup d’hypothèses sont alors pertinentes. De nombreux thermes de Grande-Bretagne, toute proche, comportent des basiliques15 (Caerleon ou encore Wroxeter). Le bâtiment résidentiel de certaines villae « britanniques » est parfois construit sur plan basilical au rez-de-chaussée16 (type « aisled house ») comme celle de Stroud Near Peterfield Hants17 (fig. 13) ; tout comme de nombreuses granges présentent des files internes de supports, mais il s’agit alors de poteaux et les surfaces sont nettement inférieures. Un sanctuaire fouillé actuellement à Eu, « Bois l’Abbé », au nord de la Haute-Normandie, montre également l’association d’un temple avec une basilique18. Enfin, on ne peut écarter l’hypothèse d’un complexe, cour et basilique, où les fonctions judiciaires et commerciales trouveraient un lieu d’exercice. La basilique d’Harfleur est d’une emprise légèrement inférieure à celles de Glanum (Bouches-du-Rhône) et de Ruscino (Pyrénées-Orientales), mais plus grande que celles de Laudun (Var) et de Bibracte (Saôneet-Loire) (fig. 14). Toute l’ambiguïté et l’incertitude de cette interprétation réside à la fois dans la datation et dans l’environnement urbanistique. La construction d’une basilique civile, aux confins de la Lyonnaise, immédiatement après l’organisation des provinces gauloises par Auguste, reste très surprenante. Son contexte, une agglomération secondaire, est tout aussi troublant si l’on considère l’existence avérée du chef-lieu des Calètes à Juliobona (Lillebonne) qui possède, au moins à partir du IIe siècle, une véritable basilica forensis19. Faire de la basilique d’Harfleur l’indice d’un choix initial de ce site comme capitale des Calètes reste une hypothèse audacieuse qui reposerait essentiellement sur une date précoce. En l’état, il faut admettre que la présence d’une basilique serait en réalité un phénomène très fréquent dans les agglomérations secondaires (on pense alors aux exemples de Lousonna, en Suisse ou des Fins d’Annecy20). Elles seraient alors cantonnées, selon toute vraisemblance, à la fonction commerciale.

Fig. 10. Proposition de trame modulaire pour le tracé en plan du complexe (© É. Follain).

Fig. 11. Hypothèse d’un système de proportions pour l’édifice basilical (© É. Follain).

Fig. 12. Essai de restitution 2D des élévations de la basilique en utilisant soit des piliers, soit des colonnes (© É. Follain).

Une datation qui ne l’est pas moins !

  • 21 Selon les deux datations ont été effectuées par le laboratoire Beta-Analityc déjà mentionné.
  • 22 Cette fois les analyses ont été réalisées par le laboratoire Poznan Radiocarbon Laboratory déjà men (...)

16La chronologie, et tout particulièrement la date de création du monument, pose problème et l’on doit se contenter d’indices plus ou moins probants. L’absence de briques, ou même de fragments, peut être considérée comme l’indice d’une certaine précocité de la construction. Cette absence a été constatée dans les niveaux gallo-romains et médiévaux, mais également dans les coffrages et calages des tombes mérovingiennes. Les datations radiocarbones du comblement de deux des fours à chaux attribués à la construction ont donné une fourchette chronologique comprise entre 200 et 40 avant J. -C., à 95 % de probabilité21. Face à un résultat aussi étonnant une nouvelle datation radiocarbone a été commandée à un second laboratoire22. Elle concerne le troisième four et un second échantillon des deux précédents. L’échantillon du premier four (1332) donne une fourchette entre 49 avant J. -C. et 74 après J. -C. à 95 % de probabilité, tandis que le second indique une période comprise entre 113 avant J. -C. et 53 après J. -C., à 92,4 % de probabilité. La datation des éléments stratigraphiques reste en attente des études du mobilier. On notera cependant que le comblement d’une fosse (st. 1898) recreusée par la fondation de l’abside contient un petit lot de céramiques, majoritairement gallo-belges, qui est datable de la période julio-claudienne. En l’état, on peut proposer, à titre d’hypothèse, une édification de ce complexe de la fin du Ier siècle avant J. -C. à la première moitié du Ier siècle après J. -C.

Fig. 13. Plan de la partie résidentielle de la villa de Stroud Near Petersfied Hants (d’après Moray-Williams, 1909, plate I, hors-texte).

Fig. 14. Comparaison en taille et en plan du complexe d’Harfleur et des fora du sud-est de la Gaule, ainsi que de l’ensemble de Bibracte (d’après Szabo, Timar et Szabo, 2007).

  • 23 Dans la région, on constate que les deux solutions coexistent : le cimetière s’affranchit du parcel (...)

17On retiendra donc la possibilité d’une édification au début du Ier siècle de notre ère, qui ferait de la basilique civile d’Harfleur l’un des monuments les plus anciens du nord-ouest de la Gaule. La date d’abandon et de destruction du complexe reste inconnue en raison des perturbations majeures engendrées par la nécropole mérovingienne. Il est pourtant remarquable que ses ruines soient restées un marqueur fort du paysage. Il existe en effet une totale correspondance topographique entre les deux entités. Parmi les 650 sépultures, une seule est localisée en dehors du complexe gallo-romain (fig. 15). La nécropole mérovingienne d’Harfleur vient ainsi enrichir la question du maintien des limites foncières ou urbanistiques antiques dans les cimetières du haut Moyen Âge23. Voir dans la pérennisation de cet espace l’indice de son importance pour les communautés se succédant sur le site n’est pas l’aspect le moins intéressant de cette découverte.

Fig. 15. La nécropole mérovingienne s’inscrit dans l’aire délimitée par la cour et la basilique (© J. Boisson et A. Pézier).

Bibliographie

Bibliographie

Balty J.-C. (1991) – Curia ordinis. Recherches d’architecture et d’urbanisme antiques sur les curies provinciales du monde romain. Bruxelles, 656 p.

Bedon R. (1999) – Les villes des trois Gaules de César à Néron. Paris, Picard, 432 p.

Bouard M. de (1974) – Circonscription de Haute et Basse-Normandie. Gallia, 32, fasc. 2, p. 319-334.

Bouet A., dir. (2012) – Le forum en Gaule et dans les régions voisines. Bordeaux, Ausonius, 406 p.

Calderoni P. (2011) – ZAC des Côteaux du Calvaire. Un quartier péri-urbain antique à caractère artisanal à Harfleur. Rapport de diagnostic. Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Carré F., dir. (2011) – L’archéologie en Haute-Normandie : bilan des connaissances. Le haut Moyen Âge, t. 1. Mont-Saint-Aignan, PURH, 208 p.

Collingwood R. G. et Richmond I. A (1930) – The Archaeology of Roman Britain. Norwich, 336 p.

Cuntz O., éd. (1929) – Itineraria Antonini Augusti et Burdigalense. Leipzig, Teubner, « Itineraria romana, 1 », 139 p.

Devillers S., Dubois S. et Mantel É. (2006) – Une agglomération antique sort de l’anonymat (Eu, « Bois L’Abbé », Seine-Maritime) : Briga ressuscité. Revue archéologique de Picardie, vol. 3, 3-4, p. 31-50.

Ellis P. (2000) – The Roman Baths and Macellum at Wroxeter Excavations by Graham Webster, Londres, English Heritage, 394 p.

Fallue L. (1840) – Notice sur Caracotinum aujourd’hui Harfleur. Mémoires de la Société des antiquaires de Normandie, XII, p. 117-130.

Fellmann R. (2006) – Principia et praetorium. Reddé M. (dir.), Les fortifications militaires. L’architecture de la Gaule romaine, Paris-Bordeaux, MSH-Ausonius, « Documents d’archéologie française, 100 », p. 89-102.

Follain É. (1985) – Le Castrum d’Évreux. Mémoire de maîtrise, Nancy Gauthier (dir.), université de Rouen.
— (1989) – Juliobona, Lillebonne des origines à nos jours. Saint-Georges-de-Luzençon, p. 47-79.
— (1999) – Juliobona : ville gallo-romaine. Lillebonne, 23 p.
— (2002) – Sarcophages de la rue du Mûrier des blocs de réemploi gallo-romains. Louviers de l’Antiquité au Moyen Âge. Catalogue d’exposition, 22 juin au 29 septembre 2002, musée de Louviers, p. 28-30.

Follain É. et Mutarelli V. (2000) – Lillebonne a trouvé son forum antique. Archéologia, 371, p. 4-5.

Marc J. -Y. (2011) – Un excès de la romanisation ? L’identification dans les villes gauloises de monuments civiques romains. Reddé M. (dir.), Aspects de la romanisation dans l’Est de la Gaule, Glux-en-Glenne, Bibracte, Centre archéologique européen, p. 309-317.

Moray-Williams A. (1909) – The Romano-British Establishment at Stroud Near Petersfied Hants. Archaeological Journal, LXVI, p. 33-52.

Redde M., Brulet R., Fellmann R., Haalebos J. -K. et von Schnurben S. (2006) – Les fortifications militaires. L’architecture de la Gaule romaine, Paris-Bordeaux, MSH-Ausonius, « Documents d’archéologie française, 100 », 477 p.

Rogeret I. (1998) – La Seine-Maritime 76. Carte archéologique de la Gaule, p. 293-299.

Rousseau-Deslandes A., dir. (2009) – Vestiges et création architecturale sur l’oppidum de Bibracte (Saône-et-Loire, Nièvre). Archéologie en Bourgogne, 18, 16 p.

Szabo M., Timar L. et Szabo D. (2007) – La basilique de Bibracte : un témoignage précoce de l’architecture romaine en Gaule centrale. Archäologisches Korrespondenzblatt, 37, 3, p. 389-407.

Zienkiewicz J. -D. (1986) – The Legionary Fortress Baths at Caerleon: The Buildings, vol. 1. Cardiff, National Museum of Wales, 370 p.

Notes

1 Les divers recensements de vestiges antiques sur le territoire de la commune d’Harfleur montrent une occupation du fond de la vallée de la Lézarde et du rebord du plateau au Mont-Cabert (pour les découvertes anciennes : Fallue, 1840 ; pour un état de la question récent : Rogeret, 1998).

2 Par exemple voir l’édition Cuntz, 1929.

3 La bibliographie est abondante et le sujet vaste, voir par exemple Bedon, 1999 ; l’un des ouvrages le plus récent à consulter est Bouet, 2012, d’autant qu’il concerne la question des forums.

4 Sur ces questions voir Follain, 1989 et 1999.

5 C’est ce qui ressort d’une rapide présentation du mobilier et de la stratigraphie (Bouard, 1974, p. 332).

6 Par l’INRAP (Calderoni, 2011).

7 Pour une rapide présentation de la nécropole voir Rogeret, 1998, p. 296-297.

8 Un résumé des découvertes et des divers articles les concernant ibid., p. 295-296.

9 Un four à chaux, non défourné, lié à l’enceinte du Bas-Empire d’Évreux a été découvert en 1984 et présente un tel fonctionnement (Follain, 1985, p. 95-104).

10 Deux datations ont d’abord été effectuées par le laboratoire Beta-Analityc (inc. 4985 SW74 Court Miami, Florida 33155, USA). Les résultats assez étonnants nous ont amenés à procéder à 2 nouvelles datations, cette fois via le laboratoire Poznan Radiocarbon Laboratory (ul. Rubież 46, 61-612 Poznan, Pologne).

11 Il s’agit d’un type de corniche dit par assemblage, dont l’étude fait l’objet d’un article dans ce volume.

12 Taillé dans un bloc de pierre de l’Oise, il illustre une fois de plus l’exploitation des monuments antiques de la vallée de la Seine comme carrières pour la réalisation de sarcophages au haut Moyen Âge. On trouvera un exemple très proche géographiquement avec les sarcophages de la rue du Mûrier à Louviers (Follain, 2002).

13 Dans Fellmann, 2006, on consultera tout particulièrement : 2.4.2.2 La grande cour (forum ?), p. 92 ; et 2.4.2.4 Hall transversal (basilica), p. 92.

14 L’identification d’une basilique civile sur le site de Bibracte (Szabo et al., 2007) et l’hypothèse d’un forum installé sur ce site avant le transfert de la capitale des Éduens à Autun (Rousseau-Deslandes, 2009) paraît bien imprudente. La mise au point de Jean-Yves Marc (Marc, 2011) détache nettement la forme architecturale de cette hypothétique basilique des fonctions et du rôle que l’on attribue au forum. On évitera donc de faire de la basilique d’Harfleur, probablement très précoce, la preuve de l’existence d’un forum, qui plus est au cœur d’une agglomération secondaire.

15 Respectivement, pour les thermes de Caerleon (Zienkiewicz, 1986, p. 149-160) et pour ceux de Wroxeter (Ellis, 2000, p. 79-90).

16 Ce type est depuis longtemps défini (Collingwood et Richmond, 1930, p. 146-149 et fig. 51, p. 148).

17 Un examen détaillé de la documentation montre que l’on est en présence de poteaux en bois et que des cloisonnements existent, mais on doit constater que les emprises du bâtiment résidentiel de la villa et de la basilique d’Harfleur sont tout à fait comparables (Moray-Williams, 1909).

18 La basilique d’Eu, « Bois l’Abbé », n’a ni les proportions ni la datation présumée de celle d’Harfleur (Devillers et al., 2006). On gardera cependant l’idée qu’un édifice basilical peut être associé à un sanctuaire.

19 Cette découverte (Follain, Mutarelli, 2000) reste en attente d’une publication.

20 Classée par Balty (1991, p. 411-427) dans un appendice intitulé Monuments insuffisamment publiés, d’identification douteuse ou à rejeter, la basilique des Fins d’Annecy est clairement dissociée des fonctions d’un forum. Celle de Lousonna est considérée de la même manière (Balty, 1991, p. 390).

21 Selon les deux datations ont été effectuées par le laboratoire Beta-Analityc déjà mentionné.

22 Cette fois les analyses ont été réalisées par le laboratoire Poznan Radiocarbon Laboratory déjà mentionné.

23 Dans la région, on constate que les deux solutions coexistent : le cimetière s’affranchit du parcellaire antique (Carré dir., 2011, p. 104, fig. 66) ou s’y installe (ibid., p. 103, fig. 65).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Schéma de localisation du monument (DAO : É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 2. Plan général du bâtiment et de la cour (© J. Boisson et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 424k
Légende Fig. 3. Coupes dans les fondations du mur est de la cour (st. 1666 ; © Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 4. Deux des cinq fours à chaux utilisés lors de la construction de l’ensemble (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 5. Relevé du parement du mur 1082 (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Légende Fig. 6. Différence de réalisation entre les fondations de la cour et celles du bâtiment (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Légende Fig. 7. Le pignon nord et une partie de l’abside du second état du bâtiment (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Fig. 8. La fondation de l’un des quatre supports séparant la nef centrale du bas-côté est (© Archéopole).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 9. Les blocs erratiques. Seuls les deux fragments de chapiteaux toscans et le modillon sont associés à la basilique. Le quatrième élément provient de la retaille d’un entablement en sarcophage (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 10. Proposition de trame modulaire pour le tracé en plan du complexe (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Fig. 11. Hypothèse d’un système de proportions pour l’édifice basilical (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Légende Fig. 12. Essai de restitution 2D des élévations de la basilique en utilisant soit des piliers, soit des colonnes (© É. Follain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 13. Plan de la partie résidentielle de la villa de Stroud Near Petersfied Hants (d’après Moray-Williams, 1909, plate I, hors-texte).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Légende Fig. 14. Comparaison en taille et en plan du complexe d’Harfleur et des fora du sud-est de la Gaule, ainsi que de l’ensemble de Bibracte (d’après Szabo, Timar et Szabo, 2007).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Légende Fig. 15. La nécropole mérovingienne s’inscrit dans l’aire délimitée par la cour et la basilique (© J. Boisson et A. Pézier).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3901/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 476k

Auteurs

Archéopole

DRAC Haute-Normandie, Docteur Langues, histoire et civilisation des mondes anciens, Université de Lyon

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540