Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

La villa gallo-romaine du « Grésil » à Orival (Seine-Maritime)

The Gallo-Roman villa of “Grésil” in Orival (Seine-Maritime): results of the 2012 campaign

Jérôme Spiesser

Résumé

Cet article présente les résultats des opérations archéologiques menées en 2012 sur le site du Grésil à Orival. L’objectif de cette première campagne était de caractériser le site et son état de conservation. Des relevés micro-topographiques et une prospection géophysique ont été réalisés afin d’implanter au mieux les sondages. La fouille a confirmé la présence de la villa antique observée en 1903 par Léon de Vesly. De plus l’hypothèse d’un état antérieur a pu être examinée. Le second état, attribué au IIe siècle après J.-C., est composé d’au moins trois bâtiments en matériaux mixtes.

This paper presents the results of archaeological operations performed in 2012 on the site of “Grésil” (Seine-Maritime). The objective of this first campaign was to characterize the site and its state of preservation. To set up the excavation in the best possible manner, a topographic analysis and a geophysical survey were carried out beforehand. The excavation confirmed the presence of the ancient villa, which had already been detected in 1903 by Léon de Vesly. This was furthered by the discovery of a previously hypothetical state on the site. The second state is attributed to the 2nd Century AD and consists of at least three buildings built with mixed materials.

Entrées d'index

Texte intégral

Résultats de la campagne de 2012

  • 1 Sous la direction de C. Petit (professeur à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArSc (...)

1Les recherches effectuées sur la villa du « Grésil » s’inscrivent dans le cadre d’une thèse de doctorat1. Elle s’intéresse à l’impact que peut avoir une réorganisation du système économique sur l’occupation rurale, en prenant l’exemple des quatre cités de la basse vallée de la Seine pendant l’Antiquité.

Contexte géographique et historique

2Le site du « Grésil » se trouve à 125 m d’altitude, sur un plateau délimité par un méandre de la Seine, à proximité d’un vallon sec. Il est actuellement conservé sous le couvert forestier de La Londe-Rouvray. Le principal intérêt de ce site pour la recherche actuelle réside dans le choix de son implantation. En effet, la proximité du réseau économique semble avoir été privilégiée malgré un environnement contraignant. La nappe phréatique est par exemple présente à 120 m de profondeur et donc inaccessible pour l’époque. Le substrat pédologique constitué de bief à silex rend compliqué tout travail du sol. En contrepartie, le site est localisé à 400 m de la voie antique reliant le chef-lieu de la cité des Véliocasses, Rotomagus (Rouen), à l’agglomération secondaire d’Uggate/Elbeuf (fig. 1).

Fig. 1. Carte des sites antiques à proximités de la villa du « Grésil » (trait noir : voie ; grand rond bleu : habitat rural fouillé ; petit rond rouge : autre site antique fouillé ; petit rond orange : indices d’occupations antiques ; DAO : J. Spiesser).

Fig. 2. Plan des vestiges mis au jour en 1903 sur le site du « Grésil », d’après L. de Vesly (DAO : J. Spiesser).

Fig. 3. Interprétation des données LIDAR aux environs de la villa du « Grésil » (DAO : J. Spiesser).

3Pendant l’Antiquité, les alentours du « Grésil » sont occupés par une densité anormalement élevée de fana, dont plusieurs ont fait l’objet de fouilles conduites par Léon de Vesly, au début du XXe siècle (Vesly, 1903). C’est dans le cadre de ses recherches qu’il fouille, en 1903, trois buttes au lieu-dit « Le Grésil ». La morphologie des trois bâtiments excavés et la nature du mobilier recueilli amènent cet érudit à interpréter le site comme une villa gallo-romaine. Bien qu’ancienne, cette opération fournit de précieuses informations, en particulier sur l’état de conservation des vestiges. Ainsi, l’existence d’un sol maçonné et d’enduits peints encore en place dans le bâtiment 2 suggèrent la conservation de niveaux d’occupation. De même, la découverte de coquilles d’huîtres et d’ossements de bovidés atteste d’une conservation au moins partielle des vestiges osseux malgré l’acidité du substrat pédologique. Le plan issu de ces fouilles (fig. 2) permet également d’appréhender l’emprise de cette exploitation rurale, puisque plus de 80 m séparent deux des trois édifices fouillés. Il pourrait s’agir d’un site de statut privilégié et non d’une modeste ferme.

4En 2010, la réalisation d’un relevé LIDAR sur le méandre de La Londe-Rouvray, par le GIP Seine-Aval laissait entrevoir la possibilité de compléter notre connaissance du site et de son environnement archéologique. Ces données ont été étudiées un an plus tard grâce à un financement tripartite DRAC, ONF et CREA. C’est à cette occasion qu’une enceinte d’environ 60 m de côté a été découverte à proximité du site. Elle se matérialise par un talus entourant deux des bâtiments mis au jour par Léon de Vesly (fig. 3 ; Dardignac et al., 2011).

Analyses préliminaires

  • 2 Le matériel a été gracieusement mis à notre disposition par A. Tabbagh (professeur à l’université P (...)

5L’implantation des sondages s’est avérée être la clef pour caractériser le site. Or les documents existants ne permettaient pas d’appréhender correctement l’emprise des édifices antiques. Afin de palier à ce manque, une campagne de prospections géophysiques et de relevés micro-topographiques a été réalisée au mois de mars 2012. Le site étant en contexte forestier, la méthode géophysique la plus simple possible a été retenue, à savoir l’étude de la résistivité électrique du sol par pôle-pôle2. Les mesures géophysiques ont été réalisées avec un écartement d’un mètre entre les électrodes. Quant aux relevés micro-topographiques, les points altimétriques ont été mesurés selon une maille de 0,5 m permettant de dresser une carte de la topographie avec des courbes de niveaux tous les 0,05 m.

Fig. 4. Comparaison des anomalies topographiques et géophysiques autour du bâtiment 2 (DAO : J. Spiesser).

Fig. 5. Interprétation des zones prospectées (DAO : J. Spiesser).

6La comparaison entre la carte de résistivité électrique du site et les relevés topographiques révèle une meilleure conductivité des bâtiments par rapport au sol environnant (fig. 4). Le bief à silex est plus résistant à l’électricité que les niveaux d’occupation principalement limoneux. La correspondance morphologique entre le relief de certaines zones et le plan des édifices 2 et 3 fouillés en 1903 a permis de les localiser précisément (fig. 5). De plus, la présence de plusieurs creusements longeant les murs de ces deux constructions vient appuyer l’hypothèse que ceux-ci ont déjà été mis au jour. La découverte d’un micro relief d’environ 0,2 m de haut au nord du bâtiment 2, à l’emplacement d’une anomalie géophysique conductrice, amène à émettre l’hypothèse d’une poursuite de l’édifice. Le bâtiment 3, excavé par Léon de Vesly, a été localisé au nord de l’emprise des prospections. La principale découverte de cette campagne a été la mise en évidence de l’angle d’un mur maçonné affleurant le sol actuel, au sud de la zone étudiée. L’enregistrement d’une anomalie conductrice au même emplacement suggère qu’il s’agit d’un nouveau bâtiment. Les autres zones conductrices correspondent à des reliefs ovalaires très marqués dans le paysage actuel, peut-être des amas de déblais.

Choix d’implantation des sondages

7Les problématiques de cette première campagne étaient de caractériser le site, son état de conservation, mais aussi d’étudier les méthodes de fouilles employées par Léon de Vesly. L’objectif était de pouvoir discuter de la fiabilité des informations qu’il nous a transmises, que ce soit pour le site du « Grésil » ou pour ses autres fouilles. Afin de documenter sa méthodologie, des sondages ont été implantés au sein des second et troisième édifices excavés en 1903. Un secteur non perturbé par Léon de Vesly a aussi été étudié pour observer le potentiel stratigraphique d’un espace vierge de toute investigation archéologique. Le choix s’est porté sur l’anomalie repérée en prospection. Un grand nombre de particularités géophysiques conductrices a été également sondé pour connaître leur potentiel stratigraphique (fig. 6).

Résultats de la fouille

Un hypothétique état antérieur

8Sous le sol maçonné du bâtiment 2 est apparu un solin en pierres sèches correspondant à une construction antérieure aux vestiges découverts en 1903 (fig. 7). Il s’agit peut-être d’un premier état de la villa, les murs maçonnés du second état reposant en partie sur cet aménagement. Larges de 0,8 m, ils supportaient vraisemblablement une élévation en matériaux périssables. Bien que la documentation de cet édifice reste encore très lacunaire, il est possible de restituer la surface interne d’une pièce de 5,2 m sur au moins 3,2 m (fig. 8). L’occupation de ce premier état semble avoir été très courte. En effet, les tessons de céramique fournissent un terminus post quem du milieu du Ier siècle après J.-C. pour le début de l’occupation. Or, en l’absence de hiatus illustré par le mobilier céramique, la fin de cette phase peut être définie par le terminus post quem du second état, se situant au IIe siècle après J.-C. Il faut noter par ailleurs que la totalité des tessons de sigillée retrouvés dans ces niveaux correspond à la fabrique 2 de la Graufesenque, datée entre 40 et 80 après J.-C.

Le second état

9Le second état du site est mieux documenté et correspond à un établissement rural antique. Il se compose d’au moins trois bâtiments construits en matériaux mixtes (maçonneries et matériaux périssables), intégrés dans une enceinte d’environ 60 m de côté. Elle est matérialisée par un mur en pierres sèches dont l’effondrement est encore visible dans la topographie actuelle. Cet enclos est ouvert au nord-est. La proportion importante de céramiques fines découvertes sur l’ensemble des secteurs de fouille permet de supposer qu’il s’agit d’un espace résidentiel (fig. 9).

10La position centrale du bâtiment 2, sa superficie, le décor architectural et la densité de vestiges qu’il a livrés, en font la construction principale du site, probablement la résidence de la villa. Les fouilles effectuées en 2012 montrent la présence d’une pièce maçonnée dont l’aire interne mesure 6 m sur 4,6, soit 27,6 m2 (fig. 10). Le sol est construit en béton damé. Les murs possèdent trois assises d’un soubassement en blocs de silex équarris liés par du mortier de chaux, puis une élévation en moellons calcaires dont une assise est encore partiellement visible. Les fragments d’enduits peints retrouvés à l’intérieur de cette pièce, et ceux toujours présents en élévation, permettent de restituer le décor. Il s’agit vraisemblablement de panneaux verts délimités d’un fond rouge par un liseré blanc large d’un centimètre (fig. 11).

Fig. 6. Localisation des sondages et des murs repérés en fouille par rapport aux données géophysiques (DAO : J. Spiesser).

Fig. 7. Photographie de l’aménagement en pierres sèches observé sous le sol maçonné du bâtiment 2 (cliché : J. Spiesser).

Fig. 8. Plan de l’hypothétique 1er état (DAO : J. Spiesser).

Fig. 9. Plan du 2e état (beige : mur maçonné ; bleu : soubassement en pierres sèches ; gris : hypothèse de restitution des murs ; DAO : J. Spiesser).

11On note la présence du négatif (US 101.011) d’un poteau (str. 12) dans l’angle sud de la pièce (fig. 12). Il s’observe aussi bien en plan à travers le sol maçonné qu’en élévation, avec l’absence d’enduit peint à son emplacement. Cette structure de section rectangulaire mesure 0,28 m sur 0,23 m et est profonde de 0,16 m. La pièce possède également le négatif du seuil d’une entrée à l’extrémité nord du mur 10 (fig. 10). Le seuil, large de 0,8 m, est localisé à la même altitude que le sol maçonné. L’ouverture donne sur un espace de 2,6 m de large délimité par les murs 09 et 11. La présence de deux solins en pierres sèches retrouvés dix mètres plus loin, dans l’alignement de ces deux murs, suggère une continuité de l’édifice en matériaux périssables. L’arrêt brutal du mur 09 à 1,9 m au nord du mur 10 et l’existence d’un parement interne à son blocage indiquent la présence d’une nouvelle entrée. Un radier de silex a pu être observé à l’intérieur de cet espace. Sa surface, située à la même altitude que le sol maçonné de la pièce voisine, permet d’envisager qu’il supportait un sol en terre battue ou en matériaux périssables. Pour l’espace situé au nord-est du mur 11, nous avons pu distinguer deux niveaux d’occupations successifs (US 102.010 et 102.006). Ils sont matérialisés par de nombreux tessons de céramique et coquilles d’huîtres écrasés en place (fig. 13). La morphologie de ces strates laisse supposer une occupation externe au bâtiment, peut-être un espace couvert par un portique. La découverte d’un niveau de démolition de toiture directement sur ces strates ajoute un argument en faveur de cette hypothèse. Un possible trou de poteau a été aperçu en périphérie de l’occupation.

Fig. 10. Plan du bâtiment 2 (beige : mur maçonné ; bleu : structure accueillant une élévation en matériaux périssables ; DAO : J. Spiesser).

Fig. 11. Restitution du décor peint retrouvé à l’intérieur de la pièce maçonnée du bâtiment 2.

Fig. 12. Photographie de la structure 12 (cliché : J. Spiesser).

Fig. 13. Photographie de l’US 102.010 (cliché : J. Spiesser).

Fig. 14. Plan du bâtiment 3 (beige : mur maçonné ; bleu : aménagement en pierres sèches ; DAO : J. Spiesser).

Fig. 15. Plan du bâtiment 4 (beige : mur maçonné ; bleu : aménagement en pierres sèches ; DAO : J. Spiesser).

12Les deux autres édifices fouillés (3 et 4) sont localisés aux extrémités nord-est et sud-est de l’enceinte (fig. 9). Ils ont la particularité d’être parfaitement symétriques (fig. 14-15). Chacun possède une superficie de 15 m2 et se divise en deux espaces. Le plus proche du mur d’enceinte est entièrement maçonné, alors que l’autre, plus petit, est construit en matériaux mixtes. La plus grande pièce possède une superficie de 8 m2 et est délimitée par des murs maçonnés identiques à ceux du bâtiment résidentiel. Le second espace, d’une superficie de 7,2 m2 possède une architecture plus complexe. En effet, deux des murs qui le délimitent sont maçonnés, un autre est composé d’un solin en pierres sèches et le dernier constitué de cinq blocs en calcaire d’assez grandes dimensions (0,4 x 0,25 x 0,2 m). Cette disposition laisse penser qu’il s’agit d’une pièce ouverte sur un côté. La présence des blocs calcaires servirait alors à marquer au sol une délimitation de l’espace. Ce type de construction n’est pas unique pour l’Antiquité. Ainsi, près de Condé-sur-Iton (Eure), la villa des « Quatorze Acres », fouillée par Alphonse-Georges Poulain au début du XXe siècle, a révélé l’existence d’une pièce ouverte sur un côté. Le fouilleur a interprété cet espace comme un lieu de stockage agraire (Poulain, 1913). Une interprétation similaire peut être formulée pour nos deux bâtiments. Plusieurs arguments confortent cette hypothèse. Le premier est la présence de céramiques de stockage en proportion plus importante que dans le bâtiment résidentiel. On recense notamment plusieurs amphores dont l’une possède une inscription en ibérique, incisée avant cuisson (fig. 16). Le second réside dans la morphologie de ces édifices. En plus de leur faible superficie, la dualité des matériaux de construction suggère une fonction de stockage de denrées alimentaires au sein de la pièce maçonnée. En effet, dans certains établissements, seules les pièces qui nécessitent d’être maçonnées le sont, comme dans la villa du « Bois de Parville » à Parville (Lukas, 2010). Les bâtiments maçonnés qui ont été mis au jour correspondent à une cave ou à des pièces proches d’un hypocauste. Par ailleurs, l’emploi d’un mortier de chaux dans un espace de stockage permet un meilleur contrôle de la température et de l’hygrométrie, favorisant la conservation des denrées alimentaires. Les pièces des thermes, souvent chauffées par un hypocauste sont probablement maçonnées pour éviter les risques d’incendies. Les bâtiments 1 et 3 de la villa du « Grésil » sont vraisemblablement liés au stockage, la pièce maçonnée étant destinée aux denrées alimentaires, alors que l’espace ouvert sur un côté servait peut-être à stocker du bois ou d’autres objets volumineux.

Abandon et démantèlement des bâtiments

13L’absence supposée de céramiques fabriquées au IIIe siècle après J.-C. traduit probablement l’abandon du site. Cette première hypothèse indiquerait une fin précoce par rapport au contexte régional (Spiesser, 2012, t. 1, p. 75). En effet, l’occupation de la villa du « Grésil » ne semble pas avoir dépassé la fin du IIe siècle après J.-C., alors que la majorité des établissements ruraux de la région ne sont abandonnés qu’au milieu du IIIe siècle.

14Des niveaux liés à la récupération des matériaux de construction ont été observés sur l’ensemble du site. Cette phase s’échelonne sur une longue durée, de l’Antiquité tardive à la période médiévale. Ce phénomène paraît se diviser en deux temps. D’abord un démantèlement méthodique des maçonneries pendant l’Antiquité tardive, afin de récupérer les petits moellons calcaires, puis des récupérations plus sporadiques. Cette récupération est attestée, car aucun moellon entier n’a été retrouvé sur le site alors que de nombreux fragments le jalonnent. De plus, six exemplaires calcaires ont été observés en place sur le mur 11 au-dessus de trois assises de soubassement, composées de silex liés par du mortier de chaux. L’ensemble des bâtiments maçonnés étant toujours arasé au-dessus de ces assises de soubassement, il est possible d’envisager un démontage des rangées de moellons de calcaire. Enfin, le site n’a vraisemblablement jamais été remis en culture puisque les murs affleurent à moins de 0,05 m de la surface et ne possèdent aucun stigmate lié au passage d’outils aratoires.

Méthodologie des fouilles de Léon de Vesly

15La méthode de fouille de Léon de Vesly consistait à vider entièrement l’intérieur des pièces maçonnées jusqu’au niveau qu’il considérait être la fin de l’occupation. Par exemple, l’intérieur de la pièce maçonnée du bâtiment 3 a été creusé jusqu’au substrat géologique. En revanche, il s’est arrêté au sol de béton damé dans l’édifice résidentiel, ce qui ne lui a pas permis d’observer l’hypothétique état antérieur. Quant à l’extérieur des bâtiments, Léon de Vesly s’est limité à mettre au jour les maçonneries en creusant des tranchées d’environ 1 m de large et 0,4 m de profondeur le long des murs.

16Les soubassements en pierres sèches lui ont ainsi échappé. La comparaison de ses relevés avec nos observations révèle plusieurs erreurs ou approximations. L’auteur indique par exemple que le mur maçonné au sud-ouest du bâtiment 3 (mur 04) est long de 2,5 m (fig. 2), alors qu’il mesure 3,25 m (fig. 14). De même, la longueur externe de cette pièce (mur 03) marquée 3,8 m, mesure 4,6 m. Ces erreurs d’environ 0,75 m correspondent à la largeur moyenne d’un mur. Bien que détaillées à 0,1 m près, les dimensions des bâtiments fouillés par Léon de Vesly sont donc erronées. Par ailleurs, la localisation du bâtiment 1 reste problématique malgré les informations fournies sur le plan des fouilles de 1903. En effet, contrairement aux édifices 2 et 3, on n’observe actuellement aucune anomalie topographique à l’emplacement du bâtiment 1 désigné par Léon de Vesly. Or, à 17 m au sud de l’endroit qu’il indique, il existe un petit talus dont la morphologie et les dimensions correspondent au plan de cet édifice. Il y a donc vraisemblablement aussi des erreurs de localisation sur les plans de 1903.

Fig. 16. Photographie et dessin de l’inscription ibérique retrouvée sur une amphore Dressel 20 (cliché : J. Spiesser).

Conclusion et perspectives de recherches

17Les opérations archéologiques menées en 2012 sur le site du « Grésil » ont permis d’en préciser la nature, la chronologie et le plan. Comme le suggérait Léon de Vesly en 1903, le site correspond à une petite villa. L’étude des fouilles effectuées par cet érudit révèle la présence de nombreuses erreurs et lacunes que l’on peut en partie imputer à sa méthodologie. L’occupation du « Grésil » semble commencer dans la seconde moitié du Ier siècle après J.-C. et se terminer vers la fin du IIe siècle. Cette campagne a aussi soulevé de nombreuses questions, en particulier sur la présence d’un hypothétique premier état ou encore sur l’abandon précoce par rapport au contexte régional, le choix de matériaux de constructions, mixtes dans l’ensemble des bâtiments sondés ou encore les critères motivant une implantation dans un environnement contraignant. Avec parfois 0,8 m de stratigraphie conservée, cet établissement rural offre toutefois un potentiel archéologique qu’il sera intéressant d’exploiter.

Bibliographie

Bibliographie

Dardignac C., Benaily G. et Le Jeune Y. (2012) – Rapport des prospections pédestres en forêt de La Londe/Rouvray. Rouen, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Lukas D. (2010) – De la ferme gauloise à la villa gallo-romaine du « Bois de Parville », à Parville. Rapport de fouilles archéologiques. Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Poulain A.-G. (1913) – Découverte et exploration d’une villa agraria romaine près de Condé-sur-Iton (Eure). Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, p. 35-46.

Spiesser J. (2012) – Analyses multi-scalaires de l’implantation des exploitations agricoles de La Tène C2/D1, à la fin de l’Antiquité, en Haute-Normandie. Mémoire de master 2, sous la direction de O. de Cazanove, Paris I – Panthéon-Sorbonne.

Vesly L. de (1903) – La forêt de Rouvray, archéologie, préhistoire, légende, fouilles de 1903. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, p. 118-146.

Notes

1 Sous la direction de C. Petit (professeur à l’université Paris 1 – Panthéon-Sorbonne, UMR 7041 ArScAn, équipe Archéologies environnementales) et P. Ouzoulias (chargé d’études, CNRS, même équipe).

2 Le matériel a été gracieusement mis à notre disposition par A. Tabbagh (professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie – Paris 6, UMR 7619 Sisyphe).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Carte des sites antiques à proximités de la villa du « Grésil » (trait noir : voie ; grand rond bleu : habitat rural fouillé ; petit rond rouge : autre site antique fouillé ; petit rond orange : indices d’occupations antiques ; DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. Plan des vestiges mis au jour en 1903 sur le site du « Grésil », d’après L. de Vesly (DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Fig. 3. Interprétation des données LIDAR aux environs de la villa du « Grésil » (DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Fig. 4. Comparaison des anomalies topographiques et géophysiques autour du bâtiment 2 (DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Légende Fig. 5. Interprétation des zones prospectées (DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Fig. 6. Localisation des sondages et des murs repérés en fouille par rapport aux données géophysiques (DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Fig. 7. Photographie de l’aménagement en pierres sèches observé sous le sol maçonné du bâtiment 2 (cliché : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 8. Plan de l’hypothétique 1er état (DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 9. Plan du 2e état (beige : mur maçonné ; bleu : soubassement en pierres sèches ; gris : hypothèse de restitution des murs ; DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10. Plan du bâtiment 2 (beige : mur maçonné ; bleu : structure accueillant une élévation en matériaux périssables ; DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 11. Restitution du décor peint retrouvé à l’intérieur de la pièce maçonnée du bâtiment 2.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 12. Photographie de la structure 12 (cliché : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
Légende Fig. 13. Photographie de l’US 102.010 (cliché : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Fig. 14. Plan du bâtiment 3 (beige : mur maçonné ; bleu : aménagement en pierres sèches ; DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 15. Plan du bâtiment 4 (beige : mur maçonné ; bleu : aménagement en pierres sèches ; DAO : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Légende Fig. 16. Photographie et dessin de l’inscription ibérique retrouvée sur une amphore Dressel 20 (cliché : J. Spiesser).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3900/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 195k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540