Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Authevernes-Vesly (Eure), la structure 18 : un petit lot céramique du milieu de l’âge du fer

Authevernes-Vesly, structure 18: a small ceramic collection from the middle of the Iron Age

Vincent Dartois

Résumé

L’opération a révélé de rares vestiges et un bruit de fond néolithique. On note la présence d’un silo isolé sur le sommet du terrain à une centaine de mètres d’une excavation ancienne. La céramique découverte dans le silo a permis de proposer une datation entre le premier et le second âge du fer et de le mettre en relation avec l’occupation laténienne observée au sud-ouest. Son inscription dans un ensemble de découvertes assez rares en fait une donnée importante qu’il faut intégrer dans un corpus en plein accroissement qui éclaire davantage la période de transition entre le Hallstatt et La Tène en Normandie.

The archaeological operation revealed uncommon remains and a Neolithic background. An isolated silo was identified at the top of the site, some one hundred metres from an older excavation. On the basis of ceramic materials discovered in the silo, it was possible to date it to between Iron Age I and Iron Age II and link it to the La Tène occupation identified in the south-west. Its place among a series of quite rare discoveries makes it a significant piece of data that must be incorporated into a fast-growing corpus which is shedding further light on the transitional period between the Hallstatt and La Tène periods in Normandy.

Entrées d'index

Texte intégral

Contexte de la découverte

1À la croisée du Pays de Bray, du Vexin normand et du Vexin français, les communes d’Authevernes et de Vesly se situent au nord-est du département de l’Eure, à 3 km à l’ouest de la vallée de l’Epte, en rive droite, quelques kilomètres en aval de Gisors (fig. 1). Les parcelles concernées par le diagnostic de novembre 2012 sont localisées sur le sommet d’une proéminence naturelle qui domine la vallée de l’Epte à l’est et le territoire vexinois au sud. L’opération menée par la Mission archéologique départementale de l’Eure sur plus 16 ha n’a révélé que de rares vestiges, mis à part un bruit de fond néolithique. On note également la présence d’un probable silo isolé riche en mobilier (structure 18) et d’une excavation ancienne vraisemblablement liée à l’extraction de calcaire à une centaine de mètres. Le secteur proche a déjà livré de nombreux vestiges (fig. 2). Un fanum est situé dans l’emprise actuelle de la carrière (Michel, 2011). Au nord de cette zone sacrée fut mise au jour une zone d’activité avec un four à tuiles datant des IIe et IIIe siècles de notre ère (Ciezar-Èpailly, 2000). Enfin, on trouve au sud-ouest une ferme gauloise dont l’occupation s’étend de La Tène C à La Tène D (ibid.). Il faut également souligner au sud le passage de la voie romaine Paris-Rouen au pied du promontoire (Ciezar-Èpailly, 2007).

Fig. 1. Situation de l’intervention (V. Dartois).

2C’est sur la ligne de crête qu’une quantité importante de céramique a été extraite du silo 18 (fig. 3). Le fond de structure a été atteint à 1,45 m de profondeur sous le niveau de décapage. Son diamètre est d’environ 2,20 m au niveau du décapage. Sa capacité devait approcher les 7,5 m3. Sa forme présente une légère sape de la paroi dans son tiers inférieur (fig. 3). La morphologie de la structure laisse envisager une fonction de silo. Cette hypothèse est confirmée par la présence d’une couche charbonneuse sur le fond (US 28) où un prélèvement a été effectué. Après traitement par flottation et tamisage, une quantité importante de graines a été recueillie. À l’exception de la couche 25, qui semble correspondre à un lessivage de paroi, l’ensemble des strates est de nature détritique. Des recollages céramiques entre les niveaux 17, 20 et 27 permettent de considérer cette structure comme un ensemble clos. Il semble que la dernière « stérilisation », dont témoigne la couche de graines carbonisées, ait été suivie d’un abandon du silo dans sa fonction initiale puis de son comblement total par des rejets de différentes natures, dans un délai assez court.

Fig. 2. Plan du diagnostic et des vestiges connus (Levé topographique : M. Osmond, DAO : V. Dartois).

La céramique

37,6 kg de céramique correspondant à 202 fragments et vraisemblablement à une quarantaine d’individus ont été recueillis. Un total de 18 bords a pu être identifié, dont 16 ont été dessinés. La céramique grossière constitue la majeure partie du corpus en termes de masse, avec un peu plus de 5 kg. Viennent ensuite la céramique semi-fine avec 1,652 kg, et enfin la céramique semi-grossière, avec un peu moins de 1 kg. À l’exception d’une dizaine de tessons dotés d’un dégraissant exclusivement végétal, la majorité présente un dégraissant calcaire associé régulièrement à de la chamotte et/ou à un dégraissant végétal. Il n’existe pas d’assemblage particulier en fonction du type de pâte. Les pâtes grossières présentent des inclusions infra millimétriques à centimétriques, voire pluri centimétriques. Les pâtes semi-grossières comportent principalement des inclusions infra millimétriques à pluri millimétriques, plus rarement centimétriques. Enfin, les pâtes semi-fines montrent des inclusions généralement infra millimétriques, parfois millimétriques à pluri-millimétriques mais dans des fréquences très basses. Le traitement de surface est assez représentatif du type de pâte. Le lissage grossier est en effet dominant sur les pâtes grossières, le lissage simple sur les pâtes semi-grossières et le lissage fin sur les pâtes semi-fines. Malgré ce schéma général, quelques individus témoignent de traitements plus aboutis pour certaines pâtes grossières. De même, quelques pâtes semi-grossières admettent un lissage fin ou un lissage très grossier. Les pâtes semi-fines sont quasiment exclusivement liées à un lissage fin. Outre les décors en relief de certains tessons, un individu a révélé un décor associant peinture et barbotine très bien conservé (fig. 4).

4Les formes sont majoritairement ouvertes et tronconiques. La jatte domine la série avec différents types de bords. On trouve ainsi 3 jattes à bord droit aplati dont 2 avec un décor impressionné (fig. 5, nos 1, 4 et 7), 2 jattes à bord droit ou légèrement arrondi avec une lèvre aplatie vers l’intérieur (fig. 5, nos 8-9) et 3 jattes basses à bord droit ou rentrant, formant dans un cas une carène assez marquée (fig. 5, nos 11-13). On peut noter la présence d’une grande jarre à bord droit aplati avec un décor impressionné sous le bord (fig. 5, no 2). Une petite coupe à bord légèrement éversé (fig. 5, no 14) et une autre à bord éversé aplati décoré d’impressions complètent les formes simples (fig. 5, no 6). Les formes plus élaborées comprennent une sorte de pot à micro-épaulement et panse tronconique arrondie (fig. 5, no 10), un pot à bord concave arrondi (fig. 5, no 5) et un petit pot caréné à bord rentrant et lèvre en bourrelet (fig. 5, no 15). Enfin, un grand pot à épaulement, panse légèrement concave et lèvre éversée, est décoré avec des aplats de peinture rouge et des formes géométriques à la peinture ocre et à la barbotine brune (fig. 4 et 5, no 16). L’ensemble de ces formes constitue un vaisselier relativement complet, illustrant le stockage, la cuisson et le service. Les recollages évoqués plus haut et donc l’homogénéité de la série en font un assemblage cohérent. En revanche, il faut se pencher sur d’autres séries afin de pouvoir envisager une attribution chrono-culturelle.

Fig. 3. Coupe de la structure 18 (V. Dartois).

Fig. 4. Reconstitution du vase peint (V. Dartois).

5Les éléments tels que les jattes profondes à bord droit ou arrondi décoré d’impressions digitées (fig. 5, nos 1, 3 et 4) constituent une récurrence dans les productions du nord de la France entre la fin du Hallstatt et La Tène C. Les comparaisons sont nombreuses de la Haute-Normandie au Bassin parisien. Quelques-unes ont été sélectionnées dans une littérature en constante évolution afin d’en isoler des indices chronologiques. Le site de Hautot-le-Vatois (Seine-Maritime) a livré notamment des jattes de ce type associées à des formes plus arrondies, à corps complexe (Blancquaert, Adrian, 2006, p. 16-21). Les décors y sont rares et généralement simples, l’impression digitée et l’incision étant les plus fréquents. La fin du Hallstatt est évoquée pour le rattachement chrono-culturel. Le site de Chavigny-Bailleul, dans le sud de l’Eure, a livré un assemblage de formes très similaires à celui d’Authevernes dont une jatte profonde à bord droit arrondi et plusieurs jattes basses à bord droit ou rentrant (Blancquaert, 2002). Les décors à impressions digitées, très peu nombreux, concernent, pour la plupart, les bords des jattes. Les comparaisons alors effectuées avec des sites de la frange ouest du Bassin parisien et de l’Oise autorisent un calage chronologique vers la fin du premier âge du fer. Le site d’Aubevoye (Eure), dans la vallée de la Seine, a livré également un petit ensemble dont les formes comportent des traits communs (Dartois, 2012, p. 57-73). Les bases de comparaison y sont les mêmes si ce n’est la présence avérée de jattes à bord festonné typique de la transition entre le Hallstatt et La Tène. Le seul tesson de la série d’Authevernes présentant des caractéristiques similaires est trop petit pour être confronté à d’autres. Néanmoins, il donne un indice quant à l’assemblage en présence. Des individus de ce type ont été mis au jour sur les sites précédemment évoqués ainsi que sur le site de Milly-la-Forêt dans l’Essonne (Viand et al., 2008). Outre des jattes du même type, profondes et basses et des coupes à bord festonné, cette fouille a fourni sur une soixantaine d’individus des décors par aplats de peinture et filets de barbotine très proches de celui observé dans la série d’Authevernes (fig. 4). La ressemblance des motifs et des couleurs est indéniable entre l’individu d’Authevernes et certains exemplaires de Milly-la-Forêt. Si le motif du registre supérieur de notre pot, un double filet en chevron inscrit dans un rectangle à double filet, ne trouve pas d’équivalent, un élément du registre médian, une sorte de croix de saint André en filet doublée sur chacun de ses côtés, inscrite dans un pseudo rectangle à triple filet, trouve pour sa part une résonnance dans le type 2 du thème 4 des décors de Milly-la-Forêt, sans qu’il soit pour autant strictement identique. Le second motif du registre médian, en damier, ne trouve pas de comparaison probante. Le registre inférieur trouve une correspondance dans le type 12 des décors de la céramique non tournée du bâtiment à abside du Mont-Lassois à Vix, datée du Hallstatt D2/D3 (Bardel, 2011, p. 547-636). En somme, l’attribution chrono-culturelle la plus pertinente semble la fin du Hallstatt ou le début de La Tène. Une étude plus approfondie avec un élargissement du champ de comparaison serait souhaitable au vu de la rareté de ce genre d’éléments. Les connaissances de la céramique de la transition du premier au second âge du fer en Haute-Normandie restent encore limitées.

Conclusion

6La structure 18 a donc livré un mobilier céramique important dont la datation peut s’échelonner du Hallstatt D à La Tène A, d’après les comparaisons effectuées. Cette attribution paraît cohérente avec le contexte de découverte. Le silo, en batterie ou isolé, est présent de façon récurrente sur les sites de cette période. L’occupation à laquelle celui-ci se rattache n’a pu être mise en évidence à proximité immédiate. Or il est évident, au vu du vaisselier recueilli, qu’elle se situe dans les environs. Il faut rappeler la présence d’une occupation rurale datée largement de La Tène C à D à quelques centaines de mètres au sud-ouest. Plusieurs silos y ont été mis au jour au nord du site, non loin de la structure 18. Cependant, même si quelques éléments sont attribuables à La Tène ancienne, il est impossible d’associer avec certitude le silo et le site voisin.

Fig. 5. Céramique de la structure 18 (V. Dartois).

Fig. 5 suite. Céramique de la structure 18 (V. Dartois).

7Au-delà, son inscription dans un ensemble de découvertes relativement rares en fait une donnée non négligeable qu’il convient d’intégrer dans un corpus en plein accroissement pour éclairer davantage la culture matérielle autour de la période de transition entre le Hallstatt et La Tène en Normandie.

Bibliographie

Bibliographie

Bardel D. (2011) – La céramique protohistorique et antique du grand bâtiment. Chaume B. et Mordant C. (éd.), Le complexe aristocratique de Vix. Nouvelles recherches sur l’habitat, le système de fortification et l’environnement du mont Lassois, vol. 2, Dijon, Éditions universitaires dijonnaises, p. 547-636.

Blancquaert G. (2002) – R. N. 154 Chavigny-Bailleul « La Mutrelle », « La Petite Vallée », « La Robinette », Document final de synthèse de fouille de sauvetage, Étude du mobilier céramique. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Blancquaert G., Adrian Y.-M. (2006) – Les occupations multiples de la Plaine du Bosc Renault à Hautot-le-Vatois (Seine-Maritime) : la zone de stockage du Premier âge du Fer et les vestiges antiques funéraires et domestiques. Revue archéologique de l’Ouest, 23, p. 9-44.

Ciezar-Èpailly L. (2000) – Authevernes, « Les Mureaux ». Rapport de sauvetage urgent, Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 42 p.
—, (2007) – Authevernes, « Les Mureaux ». Rivet L. (éd), Recueil des ateliers de potiers et d’artisanat de la terre cuite, Marseille, Société française d’études de la céramique antique en Gaule, 8 p. (http://www.multimania.com/sfecag/).

Dartois V. (2012) – Aubevoye « R. D. 65 ». Rapport final d’opération de fouille archéologique. Rouen, Made, service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, p. 57-73.

Michel M. (2011) – Authevernes, « Les Mureaux » (Haute-Normandie, Eure). Rapport de fouille archéologique préventive. Rouen, Archéopole, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Roudié N. (1999) – Authevernes, « Les Mureaux », Document final de synthèse des opérations de fouilles de mai et décembre 1997, de mars, mai-juin et septembre-octobre 1998. Rouen, INRAP, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.

Viand A., Auxiette G. et Bardel D. (2008) – L’habitat hallstattien de Milly-La-Forêt « Le Bois Rond » (Essonne). Revue archéologique d’Île-de-France, 1, p. 133-168.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation de l’intervention (V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3899/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Légende Fig. 2. Plan du diagnostic et des vestiges connus (Levé topographique : M. Osmond, DAO : V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3899/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende Fig. 3. Coupe de la structure 18 (V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3899/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Légende Fig. 4. Reconstitution du vase peint (V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3899/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Légende Fig. 5. Céramique de la structure 18 (V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3899/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Légende Fig. 5 suite. Céramique de la structure 18 (V. Dartois).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3899/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 256k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540