Versione classicaVersione mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Louviers (Eure), rue des Oiseaux : d’une occupation de l’âge du bronze à un établissement rural de l’âge du fer

Louviers, rue des Oiseaux: from occupation in the Bronze Age to an Iron Age rural settlement

Maud Le Saint Allain

Abstract

L’établissement rural de l’âge du fer de Louviers s’inscrit dans un secteur de la vallée de l’Eure où les gisements de cette nature commencent à être bien connus. Trois enclos emboîtés composent son plan et les différents phasages, ainsi que le mobilier, indiquent une fréquentation du site centrée sur La Tène D1. Par ailleurs, une petite occupation de l’âge du bronze, sous forme de structures funéraires et domestiques a précédé l’implantation de cet établissement.

The Iron Age rural settlement of Louviers lies in a part of the Eure valley where sites of this type are becoming well known. It is made up of three enclosures that are clustered together, and the different phases and elements that have been discovered indicate that frequentation of the site was concentrated in the La Tène D1 period. In addition, a small Bronze Age site, in the form of funerary and domestic structures, preceded the establishment of this settlement.

Testo integrale

1Le site de Louviers, rue des Oiseaux, se situe au pied du plateau de la rive gauche de l’Eure, au sud du débouché d’un petit thalweg (fig. 1). Le décapage a été effectué sur une surface de 1,5 ha. Outre un épandage de mobilier se rattachant aux périodes préhistoriques, avec la présence d’un biface et d’une pointe Levallois attribués au Paléolithique moyen, deux phases chronologiques principales ont été identifiées. L’une est centrée sur l’âge du bronze et la seconde concerne un établissement de La Tène finale qu’il a été possible d’appréhender exhaustivement.

Fig. 1. Carte de localisation de Louviers (DAO : M. Le Saint Allain).

Une occupation de l’âge du bronze

2L’occupation protohistorique (Néolithique final – âge du bronze) se développe sur 2 000 m2, dans une zone de colluvionnement accusant un pendage faible. Elle est illustrée par quelques structures en creux formant le plan de petits bâtiments, une zone de fours et deux ensembles funéraires (fig. 2).

Une sépulture en coffre de l’âge du bronze final

3Une première zone de décapage (secteur 1) a été réalisée autour d’une sépulture en coffre calcaire découverte lors du diagnostic (fig. 3). Située à 0,9 m sous la semelle de labour, cette structure est apparue sous forme d’un aménagement en pierres calcaires orienté nord-est/sud-ouest. De plan naviforme, la sépulture atteint une longueur de 2,9 m de long pour une largeur de 1,3 m. Au centre, une zone charbonneuse laissait envisager la présence d’un aménagement en bois. Les différentes phases de démontage ont révélé un appareillage en blocs de calcaire non coquillier, encadrant un espace de 2,1 m de longueur pour 0,5 m de large. Ces blocs sont posés à plat ou de chant. Deux assises conservées, constituées d’un lit de pierres de tailles variables, constituent le premier coffrage de la sépulture, et un fond aménagé a été mis en évidence. Il se matérialise par six blocs plus ou moins plans disposés en deux paires symétriques. Deux questions se posent quant à leur fonction : s’agit-il d’un dispositif destiné à la stabilisation d’un support en bois ou d’un système de compartimentage de l’espace accueillant plusieurs dépôts funéraires ? La coexistence de ces deux éléments laisse supposer la présence d’un système de coffrage secondaire, cette fois-ci en bois. Par ailleurs, aucune trace de couverture n’a été perçue, mais son existence peut être envisagée par comparaison avec des exemples mieux conservés, comme à Wimereux, dans le Pas-de-Calais (Cépède, 1907).

Fig. 2. Plan des structures de l’âge du bronze (DAO : M. Le Saint Allain).

  • 1 GrA-53225, 2860 ± 30 BP soit, après calibrage, de 1126 à 926 av. J.-C.

4L’architecture, ainsi que les comparaisons extrarégionales, incitent à interpréter cette structure comme funéraire bien qu’aucun ossement n’ait été mis au jour, malgré un tamisage systématique des sédiments issus du colmatage de la fosse. Cette dernière s’est également révélée vide de mobilier. Une datation par AMS a permis de dater cette structure de l’âge du bronze final1. Si l’on ne peut exclure un remaniement de la sépulture, l’hypothèse d’un cénotaphe est également envisageable. Ceci est notamment évoqué pour des ensembles sépulcraux contemporains bien documentés, telle la nécropole de Courcelles, « La Pièce du Mail », dans le Loiret (Froquet-Uzel, 2008), où quelques tombes vides côtoient des monuments à dépôt crématoire. Cette nécropole nous renseigne également sur la présence de sépultures à architectures variées, dont un type de coffre calcaire oblong à fond aménagé similaire à celui de Louviers.

Un enclos circulaire isolé

  • 2 GrA-53225, 3025 ± 35 BP soit, après calibrage, de 1397 à 1132 av. J.-C.

5Au sud de l’emprise prescrite, au pied du coteau, se trouve un fossé circulaire ininterrompu de 9,4 m de diamètre externe pour un diamètre interne de 8 m (fig. 4). Sa largeur oscille entre 0,6 et 0,7 m et sa profondeur atteint une moyenne de 0,12 m. Le profil général du fossé est une cuvette à fond plat et son comblement semble relever d’un unique épisode. L’aire centrale accueillait un dépôt funéraire. Légèrement excentrée au sud-est et orientée est-ouest, cette fosse affecte en plan une forme sub-circulaire et un profil en cuvette irrégulier. Quelques esquilles brûlées étaient disséminées dans son remplissage. Deux trous de poteaux situés à proximité suggèrent l’hypothèse d’une superstructure ayant participé à l’architecture de l’ensemble funéraire. Néanmoins, leur disposition ne permet pas de proposer de restitution. En raison de l’indigence des restes osseux, il s’agit certainement d’un dépôt secondaire. On peut ainsi imaginer des esquilles déposées directement dans le sol avec un mode de collecte lié à l’utilisation d’un outil, comme cela a été évoqué pour les incinérations de Nonancourt, « La Potinière » (Kliesch, 2012). Une datation radiocarbone sur os carbonisé attribue également cet ensemble à l’âge du bronze final2.

Fig. 3. Sépulture en coffre (cliché : S. Grumet).

Fig. 4. Vue générale de l’enclos circulaire de l’âge du bronze (cliché : M. Le Saint Allain).

Fig. 5. Fours en 8 (cliché : L. Tocqueville).

Une petite occupation domestique de l’âge du bronze moyen

6Cette occupation, circonscrite sur 2 000 m2, se compose d’un groupe de petits bâtiments et de structures de combustion de type « fours en 8 ». Au moins quatre bâtiments ont été reconnus, sous forme d’ensembles à quatre poteaux côtoyant deux bâtiments à six poteaux disposés perpendiculairement. Le calcul des surfaces représentées, n’excédant pas 8 m2 au sol, offre l’image d’une unité domestique restreinte, voire d’un pôle artisanal. Toutefois, l’hypothèse d’un bâtiment plus vaste regroupant neuf poteaux sur une surface quadrangulaire de 16 m2 est également envisageable. Les différentes lectures possibles et les recoupements stratigraphiques offrent l’image d’une occupation autre que ponctuelle : soit les bâtiments sont reconstruits, soit un bâtiment plus grand vient investir l’espace commun.

7Neuf structures de combustion réparties respectivement au nord et au sud des bâtiments encadrent cette occupation (fig. 2). À l’instar de ce qui avait été observé sur la fouille de Louviers, rue Leroy-Marie (Riche, 2010), la majorité de ces structures adopte une morphologie dite « en 8 », variant d’un type simple à un système complexe (fig. 5). Toutes présentent un creusement unique s’organisant en trois parties, deux fosses s’articulant autour d’une plaque rubéfiée médiane. Un seul ensemble est original : il correspond à l’association de trois fours « en 8 », résultat du réemploi de la fosse de travail ou du cendrier de deux structures parallèles pour l’aménagement d’une nouvelle. Confortant la datation d’une céramique à décor digité (fig. 11, no 3), deux datations par accélérateur de graines carbonisées issues de deux des fours ont été effectuées. Elles ont livré les intervalles suivants :

  • four 206 : GrA-52228, 3240 ± 35 BP, soit de 1609 à 1436 av. J.-C.

  • four 213 : GrA-52229, 3210 ± 35 BP, soit de 1605 à 1412 av. J.-C.

Fig. 6. Plan général de la ferme gauloise avec les bâtiments (DAO : M. Le Saint Allain).

Un établissement rural de La Tène C2/D1

8Un établissement complet de la fin de l’âge du fer constitue l’intérêt principal de la fouille (fig. 6). Il se compose de différents enclos emboîtés traduisant plusieurs états successifs dont il convenait de préciser l’organisation et la chronologie. Les caractéristiques communes à ces états sont celles d’un habitat cerné par un enclos de plan trapézoïdal, à la façade principale orientée vers la vallée et où les structures s’organisent suivant un schéma classique à partir de La Tène D1 : de grands bâtiments sont installés dans les angles, le long des fossés, autour d’une cour interne ou d’un espace agricole, et les structures de stockage sont peu nombreuses.

La phase 1 : les enclos A et B, de taille modeste

9Le premier état du système fossoyé consiste en un enclos central de taille modeste (fig. 7, B). De plan trapézoïdal et orienté est-ouest, il délimite une surface de 2 000 m2. Ses côtés atteignent une longueur de 50 m au nord, 34 m à l’ouest, 40 m au sud et 60 m à l’est. Une entrée, légèrement décalée par rapport à l’axe central, est matérialisée par une interruption de 4 m.

10Les coupes montrent un profil en U, d’une profondeur conservée moyenne de 1 à 1,2 m pour une ouverture de 2 m. De plus faibles dimensions caractérisent la façade est de l’enclos, correspondant à l’arrière de l’exploitation. Le remplissage commun à l’ensemble des fossés d’enclos présente trois phases constituées d’un profil de stabilisation peu organique, surmonté d’un épisode de rejets domestiques et d’un comblement sommital neutre, très proche du terrain encaissant et s’en différenciant difficilement.

11L’attribution de cet enclos à un premier état s’appuie sur l’absence de relation stratigraphique avec les autres fossés et des recoupements fréquents par les structures postérieures, un puits, au nord, et différentes fosses à l’est et à l’ouest. Il est malaisé de rattacher des aménagements domestiques précis à cette première phase, qui n’est pas non plus caractérisée par les rejets matériels.

12Cette installation semble contemporaine d’un second enclos quadrangulaire disposé plus à l’ouest (fig. 7, A), en raison d’un recoupement stratigraphique clair avec l’enclos C. Moins profondément marqué, l’enclos A n’atteint qu’une superficie de 1 200 m2. L’étude archéozoologique menée par G. Jouanin (CRAVO) semble conforter cette proposition : elle a en effet permis de démontrer qu’il s’agit des deux enclos ayant livré le plus de rejets fauniques, ce qui pourrait plaider en faveur d’un fonctionnement synchrone, associant une zone de parcage à un petit habitat.

Fig. 7. Plans de phasage de la ferme gauloise (DAO : M. Le Saint Allain).

La phase 2 (enclos C) : une légère extension de l’habitat

13La seconde phase est marquée par l’implantation d’un système de clôture de taille plus importante (fig. 7, C). Adoptant la même orientation et la même morphologie que le précédent, l’enclos C voit sa surface interne portée à 2 900 m2. Un diverticule, sous forme d’un petit fossé superficiel, vient se greffer sur son flanc ouest. L’entrée, symétrique à celle de l’enclos précédent, respecte le même écartement, ce qui montre le caractère délibéré de la reprise du même aménagement. Si les dimensions des fossés sont comparables, une différence marque la façade ouest, face à la vallée, qui prend désormais un caractère ostentatoire. Le fossé y atteint une largeur d’environ 3 m pour une profondeur de 2 à 2,2 m, entaillant nettement le substrat géologique (fig. 8). Cet aménagement dénote un effort collectif extrêmement important, destiné à marquer dans le paysage l’entrée principale de la ferme. Il est probable que ces travaux d’excavation, accompagnés d’un talus imposant, servaient également à masquer les espaces internes de l’habitat. Néanmoins, l’absence de pendage particulier des remplissages observés ne permet pas de définir la position interne ou externe de ce renfort.

Fig. 8. Vue du fossé du côté de la façade principale (cliché : T. Debaene).

14Une autre particularité est la présence d’une importante charge en silex dans les sections nord et est des fossés, observée sur environ la moitié de leurs tracés respectifs. Les observations sur le terrain ainsi que l’échantillonnage effectué a montré que ces rognons de silex, s’ils ne présentaient aucune marque de façonnage, relèvent d’un certain calibrage. Cet apport en pierres semble avoir une fonction de drainage, liée à la topographie légèrement en pente du terrain. Néanmoins, sa position au niveau des comblements supérieurs laisse envisager la démolition d’une structure empierrée périphérique, tel un muret délimitant une parcelle.

La phase 3 (enclos D) : le développement de l’occupation

15La ferme est remaniée une dernière fois par l’implantation d’un enclos nettement plus vaste. En effet, l’enclos D englobe une surface de 3 520 m2 à 3 780 m2, augmentant de 1 500 m2 la surface initiale (fig. 7, D). À la différence des fossés précédents, l’entrée est disposée de façon symétrique, divisant les fossés en deux segments égaux. Elle signale qu’une certaine géométrie de l’espace semble dorénavant privilégiée. De même, si les fossés restent relativement importants, avec une ouverture de 2 m pour une profondeur de 1 à 1,3 m, la façade ouest perd son côté massif. On note enfin que c’est de ce dernier enclos que proviennent les témoins les plus tardifs, dont des fragments d’amphores vinaires Dressel I et des éléments tournés à cordons.

Des recoupements : la mise en évidence d’une limite ?

16Les fossés ne montrent pas de traces d’entretien ou de réfection évidentes, à l’exception du tronçon sud. À ce niveau, ils se présentent sous la forme d’une bande unique, sans qu’il soit possible d’individualiser en plan les trois phases. Seul un cumul des différentes coupes indique au moins deux creusements distincts et de probables étapes de réfection, sans que l’on puisse les rattacher à un état précis. Le mobilier en présence dans les sections sondées n’est guère discriminant : tout au plus pouvons-nous supposer que l’une des étapes de recreusement appartient au dernier état. L’absence de trois creusements nets peut signifier que le fossé n’était pas totalement comblé ou qu’il a été partiellement curé à chaque remaniement d’enclos. Cette configuration se détache des autres sections d’enclos où une distance minimale d’un mètre entre chaque fossé a été respectée. Elle ouvre en cela une piste de réflexion : doit-on y voir le besoin de respecter une limite, lié à une contrainte dont la nature nous échappe ?

L’organisation de l’habitat

17Les plans des différentes unités domestiques et artisanales montrent une certaine diversité. Un enclos à abside à fonction probablement pastorale occupe la partie nord-ouest du site, dans un secteur par ailleurs faiblement investi par les structures anthropiques. Dans la partie sud, au moins trois bâtiments se rapportent à des constructions de plan rectangulaire de 6 à 10 poteaux, quelquefois munis de calages en silex (fig. 9). Fait particulier, les bâtiments renferment souvent une structure parallélépipédique d’un peu plus d’1 m2, unité de stockage de type cellier.

18Trois ou quatre bâtiments se rattachent au groupe des constructions de plan circulaire mis en évidence depuis quelques années en Haute-Normandie, et plus largement de part et d’autre de la Manche (Dechezleprêtre et al., 1997). Ils se situent, pour trois d’entre eux, du côté nord des enclos ; un autre, plus hypothétique, se trouve en vis-à-vis à l’angle sud-ouest de l’enclos central. Tous possèdent un diamètre moyen de 6 m et semblent correspondre à des installations à vocation artisanale, matérialisée par la présence d’une forge dans l’une d’entre elles (fig. 10).

19Au sud-est de ce pôle artisanal et le long des fossés, une nébuleuse de structures en creux, ne formant pas à première vue de plan cohérent, signale la présence de l’habitat principal. Il s’agit d’un peu moins de 70 trous de poteaux et fosses se répartissant selon un axe nord-sud, sur un espace de 14 m de long pour 9 m de large, soit 126 m2. Les recoupements stratigraphiques sont nombreux et suggèrent une succession d’installations dont il est difficile de restituer l’architecture et la chronologie. Au moins un bâtiment orienté nord-sud se détache distinctement. Il se compose de deux alignements de quatre poteaux, disposés symétriquement à intervalles réguliers de 4 m. Le plan est légèrement trapézoïdal et couvre une surface de 55 m2.

20La gestion des activités de la vie quotidienne est également documentée par la présence de structures de stockage de type celliers et silos. Les premiers, de forme parallélépipédique, respectent un module de 2 à 2,5 m de côté pour une profondeur n’excédant pas 0,45 m. Ces structures s’apparentent aux celliers présents dans les unités d’habitation par leurs parois nettement verticales et leur fond plat. L’une d’entre elles a le fond tapissé de rognons de silex, possibles vestiges d’une surface aménagée pour le battage des céréales. La raréfaction des structures d’ensilage souterraines bitronconiques, selon le modèle en vigueur durant les périodes précédant la fin de l’âge du Fer, semble se confirmer à Louviers. Ces silos ont en effet tendance à céder la place aux fosses parallélépipédiques et greniers surélevés, phénomène qui a pu être confirmé notamment dans la plaine de Caen (Besnard-Vauterin, 2009).

Fig. 9. Bâtiment à poteaux calés (cliché : L. Bonelli).

21Par ailleurs, une structure excavée de grandes dimensions retient l’attention. Disposée le long du fossé sud, elle présente une longueur de 3,2 m et une largeur de 2 m, pour une profondeur conservée de 2,34 m. Les parois sont asymétriques et le fond plat. Cette fosse semble associée à une série de trous de poteaux, situés pour certains aux angles ou disposés au contact des parois. Ce type d’excavation, interprété comme cave et longtemps considéré comme une spécificité armoricaine, commence à être attesté en Basse-Normandie (Jahier, Besnard-Vauterin, 2010). Si ces fosses peuvent constituer de véritables souterrains, il s’agit le plus souvent de salles uniques, munies d’un puits d’accès ou d’une rampe en pente douce. C’est cette dernière solution qui est envisagée pour Louviers, du fait du colmatage stérile observé sur l’un des côtés. L’accès au sous-sol devait être encadré de deux poteaux encastrés dans la paroi, faisant office de chambranles de porte. Par ailleurs, les poteaux situés de part et d’autre évoquent la possibilité d’un système de couverture à deux pans. Le matériel piégé dans la couche détritique principale se compose presque exclusivement de vases à provision, confortant peut-être la fonction de stockage.

Fig. 10. Plan d’ensemble de la forge (DAO : M. Le Saint Allain).

Fig. 11. Principaux types de vases en céramique (nos 1 à 5 : âge du bronze ; nos 6 à 20 : âge du fer) et petit mobilier (dessins nos 1 à 20 : M. Le Saint Allain ; no 21 : J.-F. Goret).

22Parmi les autres structures domestiques recensées, on compte un à deux puits à eau. En outre, le travail de forge est signalé par deux fosses situées au nord-ouest du premier enclos (fig. 10). La première se présente comme une excavation irrégulière de 1,42 m de long pour 1,2 m de large, conservée sur 0,5 m. Seul le comblement supérieur a livré une quantité notable de battitures permettant de l’interpréter comme la fosse de rejet d’une forge. Hormis quelques charbons et nodules de terre cuite, le comblement est dans l’ensemble constitué d’un limon gris orangé peu différencié du substrat. Cette structure est attenante à la seconde fosse cendreuse qu’elle semble prolonger. De dimensions légèrement supérieures (2,82 m de long pour 2,34 m de large), elle est comblée par un limon gris très induré présentant une forte concentration de nodules de terre brûlée et de charbons, surtout perceptibles au niveau de la paroi sud. En outre, on remarque que le fond est constitué d’un niveau de terre brûlée qui témoigne certainement d’un premier usage comme aire de chauffe. Ces deux structures se trouvent au centre d’un bâtiment circulaire comportant au moins six poteaux délimitant une surface de 6 m de diamètre, ce qui correspond aux dimensions standards d’un petit atelier. Pour la forge contemporaine de Notre-Dame-de-l’Isle (Aubry, 2012), la présence de superstructures à fonction d’auvent ou d’une toiture visant à protéger l’aire de travail est également évoquée.

23Les 44 culots de forge retrouvés dans les structures fossoyées, étudiés par C. Colliou, ont permis de mettre en évidence un travail du métal assez fruste, centré essentiellement autour de la mise en forme de menus objets ou de surfaces planes, comme des tranchants. L’absence de traces de préparation du minerai ou de réduction directe indique que le métal utilisé n’était pas produit sur le site, mais résultait de l’utilisation de produits semi-finis.

24Les structures de combustion de type four ne sont pas conservées et se manifestent sous forme de rejets de terre brûlée, souvent associés à des calcaires carbonisés, dans certaines fosses et portions de fossés. Les enclos laténiens ont fourni un lot conséquent de restes fauniques (1 592 ossements). Leur étude, menée par G. Jouanin (CRAVO) a mis en lumière une gestion des cheptels tournée vers l’élevage des bovins, majoritaires, exploités essentiellement pour leur lait ou leur force de travail. La consommation de viande concerne quant à elle surtout le mouton et le porc.

Le mobilier

25Une certaine abondance de restes céramiques provient des structures fossoyées : près de 80 kg, correspondant à 5 616 tessons ont été mis au jour. Une pondération par enclos montre que c’est l’enclos A qui a livré le moins de rejets. Les proportions observées entre les enclos B et C sont assez similaires (15 et 17 %). L’enclos D en revanche, qui constitue le dernier état de l’établissement, fournit 30 % de la céramique. Le corpus se compose majoritairement d’un répertoire de formes classique pour La Tène D1, marqué par une forte proportion de jattes à épaulement à carène plus ou moins anguleuses (fig. 11, nos 6, 7 et 9). Les jattes et pots de divers volumes témoignent du stockage des aliments. Les décors, peu présents, se limitent à quelques impressions, cannelures et parfois un traitement de surface ornemental, associant décor croisé et brossé sur la panse au traitement horizontal des cols. La présence de céramique tournée caractérise la phase finale de l’habitat. Il s’agit de quelques formes balustres (fig. 11, nos 12 et 13), de fragments de récipients à cordons (nos 10 et 11) et d’un col d’amphore vinaire de type Dressel I (no 20).

  • 3 Étude de J.-F. Goret, Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis.

26Une dizaine d’éléments de mouture (catillus et méta en poudingue et grès) ont été recueillis. Concernant l’instrumentum, un fragment tubulaire en os à décor d’ocelles (fig. 11, no 21) appartient probablement à un élément de harnachement3. À ce jour, seul l’exemplaire de Notre-Dame-de-l’Isle, dans l’Eure (Aubry, 2012), fournit une comparaison directe pour les établissements de cette période.

Conclusion

27L’établissement de Louviers s’apparente aux schémas désormais bien connus pour les enclos domestiques de La Tène moyenne à finale. Le plan trapézoïdal renvoie à des types représentés régionalement, comme ceux de Poses, « Sur la Mare », Avrilly, « Le Clos des Forges », ou encore celui de Douains (Guillier et al., 2009), dans l’Eure. À Louviers, l’emboîtement des enclos est agencé selon une symétrie qui constitue une originalité. Ce parti pris architectural, qui se détache, pour l’heure, des ensembles complets actuellement connus, trouve cependant un parallèle avec l’enclos perçu en prospection aérienne en Côte-d’Armor, à Plumieux (Leroux et al., 1999). Cet ensemble non fouillé et, de ce fait, n’apportant pas de chronologie assurée, nous limite cependant à une simple comparaison architecturale entre les deux sites.

28Les divers aménagements bâtis reconnus à Louviers permettent d’identifier quatre principaux pôles, constitués d’espaces d’habitation, de zones artisanales ou agricoles et d’espaces peu investis (cour). À l’examen du plan général, il semble que l’angle sudest des enclos, marqué par un semis dense de fosses et poteaux, corresponde à l’occupation domestique principale. Les plans des différents bâtiments y sont difficilement restituables avec certitude, mais on peut évoquer un habitat de taille importante, mais non monumental. Des exemples récents, tels celui de « La Comminière » à Val-de-Reuil (Beurion, 2012) ou encore de Honguemare-Guénouville (information David Honoré, inédit), dans l’Eure, illustrent l’existence de bâtiments extrêmement vastes, atteignant parfois plus de 120 m2. Ce pôle domestique s’accompagne d’une zone à vocation artisanale qui occupe l’angle nord-ouest du premier enclos. Elle se caractérise par plusieurs constructions.

29En conclusion, l’établissement de Louviers s’inscrit dans un environnement où les établissements ruraux de l’âge du Fer commencent à être bien documentés par un nombre important d’enclos fouillés exhaustivement. Les sites limitrophes de Val-de-Reuil, Heudebouville ou Poses, bien que plus tardifs, nous renseignent sur une occupation du sol révélant un maillage assez régulier dont Louviers constitue un jalon supplémentaire. La hiérarchisation de ces habitats est difficile à préciser mais il semble que Louviers ne rentre pas dans la catégorie des établissements relais, caractérisés par la réduction du fer, le nombre d’importations ou les dépôts votifs. Toutefois, la mise en évidence d’une pratique de la métallurgie et la complexité du système fossoyé plaident en faveur d’un habitat d’une certaine importance, ayant évolué sur une durée supérieure à celle d’une génération. En l’absence de comparatif direct, le site de Louviers se pose, avec celui de Notre-Dame-de-l’Isle, comme un des ensembles documentant la transition entre La Tène moyenne et finale (Tène C2/D1) à l’échelle locale.

Bibliografia

Bibliographie

Aubry B. (2012) – Notre-Dame-de-l’Isle « La Plaine du Moulin à Vent, les Vasseaux » (Eure, Haute-Normandie). Du silo à la mort ou la vie d’une ferme à l’âge du Fer. Rapport final d’opération. Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie.

Besnard-Vauterin C.-C. (2009) – En plaine de Caen une campagne gauloise et antique. L’occupation du site de l’Étoile à Mondeville. Presses universitaires de Rennes, 321 p.

Beurion C. dir. (2012) – Val-de-Reuil, La Comminière. Zac des Portes. Un établissement rural de la Tène finale et une nécropole gauloise et gallo-romaine (IIe siècle av. – IVe siècle après notre ère). Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie, 2 vol.

Cépède C. (1907) – Le tumulus funéraire de Wimereux. Association française pour l’avancement des sciences, Paris, p. 980-997.

Dechezleprêtre T., Billard C. et Blancquaert G. (1997) – Les constructions à plan circulaire de Haute-Normandie. Revue archéologique de l’Ouest, 14, p. 49-56.

Froquet-Uzel H. (2008) – Les nécropoles à incinérations du Bronze final, Courcelles (Loiret). Bulletin de l’association pour la Promotion de l’âge du Bronze, 5, mars 2008.

Guillier G., Brodeur J. et Coffineau É. (2009) – L’établissement rural de La Tène finale du « Vau Blanchard » à Lavernat (Sarthe) : vers un plan type de la ferme gauloise ? Revue archéologique de l’Ouest, 26, p. 117-134.

Jahier I. et Vauterin C.-C. (2010) – Formes et composantes de l’habitat à l’âge du fer en Basse-Normandie : architecture, chronologie, organisation, statut – un premier bilan. L’âge du fer en Basse-Normandie, actes du 33e colloque international de l’AFEAF, Caen, 20-24 mai 2009, vol. 1, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, p. 95-137.

Kliesch F. (2012) – Nonancourt, Eure (27). Rue de la Paquetterie « la Potinière » (future station d’épuration). Un groupe d’enclos circulaires de l’âge du bronze. Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie.

Leroux G., Gautier M., Meuret J.-C. et Naas P. (1999) – Enclos gaulois et gallo-romains en Armorique : de la prospection aérienne à la fouille entre Blavet et Mayenne. Revue archéologique de l’Ouest, 335 p.

Riche C. (2010) – Louviers, rue Leroy-Marie (Eure). Rapport final d’opération, Rouen, INRAP, service régional de l’archéologie.

Note

1 GrA-53225, 2860 ± 30 BP soit, après calibrage, de 1126 à 926 av. J.-C.

2 GrA-53225, 3025 ± 35 BP soit, après calibrage, de 1397 à 1132 av. J.-C.

3 Étude de J.-F. Goret, Unité d’archéologie de la ville de Saint-Denis.

Indice delle illustrazioni

Legenda Fig. 1. Carte de localisation de Louviers (DAO : M. Le Saint Allain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-1.jpg
File image/jpeg, 144k
Legenda Fig. 2. Plan des structures de l’âge du bronze (DAO : M. Le Saint Allain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-2.jpg
File image/jpeg, 252k
Legenda Fig. 3. Sépulture en coffre (cliché : S. Grumet).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-3.jpg
File image/jpeg, 164k
Legenda Fig. 4. Vue générale de l’enclos circulaire de l’âge du bronze (cliché : M. Le Saint Allain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-4.jpg
File image/jpeg, 148k
Legenda Fig. 5. Fours en 8 (cliché : L. Tocqueville).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-5.jpg
File image/jpeg, 152k
Legenda Fig. 6. Plan général de la ferme gauloise avec les bâtiments (DAO : M. Le Saint Allain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-6.jpg
File image/jpeg, 252k
Legenda Fig. 7. Plans de phasage de la ferme gauloise (DAO : M. Le Saint Allain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-7.jpg
File image/jpeg, 76k
Legenda Fig. 8. Vue du fossé du côté de la façade principale (cliché : T. Debaene).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-8.jpg
File image/jpeg, 172k
Legenda Fig. 9. Bâtiment à poteaux calés (cliché : L. Bonelli).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-9.jpg
File image/jpeg, 152k
Legenda Fig. 10. Plan d’ensemble de la forge (DAO : M. Le Saint Allain).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-10.jpg
File image/jpeg, 156k
Legenda Fig. 11. Principaux types de vases en céramique (nos 1 à 5 : âge du bronze ; nos 6 à 20 : âge du fer) et petit mobilier (dessins nos 1 à 20 : M. Le Saint Allain ; no 21 : J.-F. Goret).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3898/img-11.jpg
File image/jpeg, 337k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540