Version classiqueVersion mobile

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Un menhir à Saint-Gilles-de-Crétot (Seine-Maritime), au lieu-dit « La Bouteillerie » ?

Jean-Pierre Watté

Résumé

Un bloc de craie indurée, de 2,7 m de long, situé actuellement sur la commune d’Allouville-Bellefosse, mais provenant de la ferme de la Bouteillerie à Saint-Gilles-de-Crétot (Seine-Maritime), pourrait correspondre à un menhir. La prospection du secteur où devait se trouver primitivement ce dernier a permis de recueillir une petite série d’artéfacts pouvant être rattachée à un Néolithique moyen.

Texte intégral

1Un bloc de calcaire se trouvant antérieurement dans la ferme de La Bouteillerie, à Saint-Gilles-de-Crétot (Seine-Maritime), présente des caractères qui évoquent ceux d’un possible menhir. À la vente de cette exploitation par son propriétaire, Roland Sautreuil, Mme Nelly Lécossais, sa fille, très attachée à cette pierre, la fit transporter dans sa nouvelle résidence, une ferme d’Allouville-Bellefosse qu’elle exploite avec son mari.

  • 1 Les anciens bâtiments de la ferme de La Bouteillerie étaient tous en bois et torchis, sauf une viei (...)

2D’après la tradition familiale, Roland Sautreuil a toujours connu cette dalle dans la ferme de la Bouteillerie : elle y était donc présente au moins depuis les années 1920. Lorsque de grosses pierres gênent les travaux agricoles, il est fréquent qu’elles soient transportées dans le corps de ferme. Il est donc probable que ce fut le cas pour celle-ci : si ce bloc avait été préalablement en position érigée, il n’aurait guère dérangé et aurait donc vraisemblablement été laissé en place. Georges Biochet (1885), fondateur du musée des Templiers à Caudebec-en-Caux, a prospecté le territoire de la commune au début des années 1880. Compte-tenu de la configuration du terroir, la zone concernée par ses recherches correspond aux terres de la ferme de La Bouteillerie ; or il ne signale rien. De même, l’abbé Cochet (1866, p. 487), qui disposait d’un solide réseau d’informateurs, mentionne la commune pour évoquer la tradition d’une église disparue, que l’on peut situer d’ailleurs effectivement dans cette ferme1, mais ne parle pas de ce bloc dans son inventaire des découvertes archéologiques effectuées en Seine-Inférieure. S’il s’agit bien d’un menhir, il était donc déjà couché au milieu du XIXe siècle, tombé naturellement ou volontairement abattu peut-être, comme beaucoup de mégalithes, par les autorités religieuses. On remarque d’ailleurs que Saint-Gilles-de-Crétot ne se trouve qu’à 10 km de l’abbaye de Fontenelle à Saint-Wandrille-Rançon, fondée en 649, et que celle de Saint-Georges-de-Boscherville posséda au XIIe siècle le bénéfice avec sa dîme, de l’église de Saint-Gilles-de-Crétot, donnée à ce monastère en 1114 par Henri Ier, roi d’Angleterre (Cochet, 1852, p. 73).

3La ferme de La Bouteillerie, ancienne baronnie, doit son nom au fait que le seigneur du lieu portait le titre de franc bouteiller hérédital de Normandie. Cette fonction lui donnait le privilège d’offrir à boire au roi de France à son entrée à Rouen, une fois pendant son règne et de conserver la coupe dans laquelle le monarque avait bu (Cochet, 1852, p. 77).

Localisation

Fig. 1. Situation de la commune de Saint-Gilles-de-Crétot (Seine-Maritime ; dessin : J.-P. Watté).

4La commune de Saint-Gilles-de-Crétot est située dans la partie méridionale du Pays de Caux, en Seine-Maritime. La vallée de la Seine est à 6 km au sud, la ville de Caudebec-en-Caux à 7 km au sud-est, Rouen à l’est et Le Havre à l’ouest, respectivement à 35 et 40 km. Elle occupe un rebord de plateau culminant à 136 m, limité par de profonds talwegs avec, au nord la forêt de Maulévrier, au sud-est celle de Saint-Arnoult, à l’ouest et au sud la vallée de Saint-Nicolas-de-la-Haie ; ces vallons convergent vers la petite rivière de Sainte-Gertrude qui se jette dans la Seine à Caudebec-en-Caux. Les dénivellations oscillent entre 50 et 60 m. Les terres dépendant de la ferme de La Bouteillerie constituent un éperon, large d’1,5 km au maximum, divisé en deux parties par la vallée sèche du château de la Picotière ; la ferme et ce château sont séparés par une distance de 1 km (fig. 1). C’est de ce secteur que pourrait être issu le bloc en question : s’il avait été situé plus loin, il aurait plutôt été transporté dans les fermes de Coquesoit ou de La Viézaire.

Fig. 2. Saint-Gilles-de-Crétot. Menhir ? (cliché : J.-P. Watté).

Contexte géologique

5La zone concernée se trouve juste au milieu d’un petit pli anticlinal dont la partie orientale est coupée par un méandre de la Seine (Ragot, 1989, p. 65). Immédiatement au sud, contigu, un anticlinal encore plus petit est affecté par une faille, dite de Villequier, de direction légèrement sud-ouest/nord-est, qui a entraîné un rejet d’au moins 125 m de dénivellation (Ragot, 1989, p. 54) : à la base du talus limitant la vallée de la Seine, on trouve des couches d’argiles et de marnes du Kimméridgien. Cet accident amène ici la craie glauconieuse du Cénomanien (« craie de Rouen ») à l’affleurement ; le silex de cet étage, gris-noir à noir, rendu opaque par la présence de glauconie et de limonite, a été utilisé à côté d’autres variétés, par les Préhistoriques du site de la Bouteillerie (voir ci-après). Son usage a déjà été mis en évidence dans la commune de Saint-Arnoult, limitrophe au sud de celle de Saint-Gilles-de-Crétot (Watté et Huet, 1989). Les niveaux supérieurs sont composés de craies du Turonien supérieur et du Coniacien inférieur : il est probable qu’il en est de même pour l’anticlinal du secteur de Saint-Gilles-de-Crétot.

Description

Fig. 3. Saint-Gilles-de-Crétot. plan du menhir ? (dessin : J.-P. Watté).

6Le bloc, de forme ogivale allongée, mesure 2,7 m de long, 0,7 à 0,8 m de large, et 0,5 m d’épaisseur (fig. 2 et 3). Son volume peut donc être évalué à 1 m3 et son poids à quelque 2,6 t. Si aucune trace d’outil ne se remarque en surface, sa forme générale montre qu’il a été formaté. La base est nettement arrondie (fig. 4), le sommet affecte la forme d’un triangle à pointe émoussée, à la fois plus étroit et plus mince que les parties inférieure et médiane (fig. 5). Il est constitué d’une craie noduleuse indurée, apparemment non gélive, (riche en dolomie ?), comportant des rognons de silex de couleur grise à gris-noir ; il ne s’agit pas d’une craie cénomanienne, qui aurait comporté en abondance des grains de glauconie. Par contre, les niveaux du Turonien supérieur et du Coniacien présentent de nombreux horizons de craie noduleuse plus ou moins dure, à silex dispersés, comme celle de ce bloc. Ce type de roche se rencontre dans les niveaux dont les assises sont entaillées par les vallons adjacents.

7Quoi qu’il en soit, les couches supérieures du plateau étant constituées d’argile de décalcification à silex recouverte de limon, ce bloc ne peut se trouver en position naturelle à sa surface : il a été obligatoirement apporté. Il ne peut provenir que des corniches des talwegs des environs ou du talus de la vallée de la Seine : le transport a été nécessaire sur plusieurs centaines de mètres au moins.

Discussion quant à la présence du bloc

8La composition du matériau, non géologiquement en place, montre donc que le bloc a été apporté. Dans le Pays de Caux, des monolithes de craie sont utilisés pour construire des jambages de cheminées ou des piliers de portails ; pour pouvoir les tailler au format voulu, on choisit généralement des craies beaucoup plus tendres que celle de ce bloc, craies peu riches en silex et qui durcissent ensuite à l’air. Leur mise en forme, effectuée avec des outils métalliques, laisse toujours des marques caractéristiques absentes ici. La forme ogivale, renflée à la base, amincie au sommet, ne correspond pas aux ébauches nécessaires pour de telles constructions. L’hypothèse d’un pilier en cours de fabrication apparaît donc peu vraisemblable. Le bloc ne peut pas non plus avoir été prévu pour fabriquer des pierres de construction : celles-ci étaient taillées dans les carrières, où les déchets étaient abandonnés sur place, permettant ainsi d’alléger le poids des matériaux transportés. La forme oblongue, élargie à la base et rétrécie au sommet, à surface relativement lisse, évoque par contre la silhouette de bien des menhirs.

Fig. 4. Saint-Gilles-de-Crétot. Base du menhir ? (cliché : J.-P. Watté).

Fig. 5. Saint-Gilles-de-Crétot. Sommet du menhir ? (cliché : J.-P. Watté).

9L’hypothèse d’un menhir mérite donc d’être envisagée, même si l’emplacement primitif exact de celui-ci reste inconnu, ne permettant pas d’effectuer une fouille de contrôle pour retrouver la fosse d’implantation avec ses pierres de calage, seul moyen de confirmer cette proposition.

Contexte

  • 2 Une en « serpentine », de 17 cm de longueur, 7 cm à la partie intérieure, 5,5 cm au centre et 3 cm (...)
  • 3 Une en « serpentine ». Le musée des Templiers, à Caudebec-en-Caux, conserve une hache polie en éclo (...)
  • 4 Une en silex noir taché de blanc.
  • 5 Plusieurs en silex.
  • 6 Une en silex.

10Autour de Saint-Gilles-de-Crétot, les prospections n’ont guère été actives dans le passé. On peut citer la découverte de haches polies (Cochet, 1866, p. 477, 483, 486 ; Guéroult, 1875, p. 11, 16-17) à Anquetierville2, Caudebec-en-Caux3, Maulévrier-Sainte-Gertrude4, Saint-Wandrille-Rançon5 et Villequier6.

Fig. 6. Saint-Gilles-de-Crétot. 1 : ciseau-tranchet ; 2 : percuteur sur galet marin ; 3 : ciseau poli ; 4-5 : ciseaux ; 6 : talon de hache en dolérite (dessins : J.-P. Watté).

11À « La Vente » de Saint-Arnoult, une prospection menée par François Huet a permis de réunir 146 objets. Les grattoirs, au nombre de 42, dominent largement ; les autres outils jouent un rôle plus effacé : quelques racloirs, ciseaux et tranchets, troncatures, pics, denticulés, deux perçoirs, une herminette à encoches, un couteau à dos, un burin, un broyeur… Aucun élément vraiment datant n’a été recueilli ; toutefois, l’outillage sur éclats robustes, l’existence de grosses lames, de pics et tranchets, évoquent plutôt le Néolithique moyen (Watté et Huet, 1989).

12Tout à fait remarquable est un pic double en silex, perforé, recueilli à Maulévrier-Sainte-Gertrude et conservé au musée des Templiers de Caudebec-en-Caux. De forme losangique, il mesure 25,5 x 6,8 x 5,1 cm ; le polissage n’a pas résorbé totalement les stigmates de la taille. La perforation, de forme ovalaire, a été soigneusement piquetée. Surtout, l’examen du matériau montre qu’il s’agit d’un silex bartonien dont on connaît des gisements d’extraction à Flins (Yvelines) et Jablines (Seine-et-Marne), dont les ateliers de taille ont approvisionné en haches et en lames tout le Bassin parisien, en particulier dans le cadre de la culture de Villeneuve-Saint-Germain. Il s’agit là d’un des rares objets de ce type pouvant être daté (Watté, 2007, 2008).

13À Saint-Gilles-de-Crétot, la seule mention concernant des découvertes d’objets préhistoriques dans la commune est donnée dans un compte rendu d’une communication effectuée en 1884 à une séance de la Société géologique de Normandie, au Havre : « M. Biochet présente une série de silex taillés provenant des environs de Caudebec, particulièrement de la Haye-des-Prés, près Maulévrier, et de Saint-Gilles-de-Crétot, près Saint-Wandrille », sans aucune autre précision (Biochet, 1885).

14Suite à l’identification du bloc comme menhir possible, une prospection a été entreprise sur les terres de la ferme de La Bouteillerie. Elle a permis de recueillir une série d’objets limitée en nombre mais riche d’enseignement. L’assemblage est constitué de 353 produits de débitage et de 81 outils. Les premiers se répartissent entre 306 éclats, 32 lames, une lamelle, 12 nucléus et deux percuteurs. Parmi les nucléus, on note l’existence d’un pyramidal à éclats et débitage concentrique, de trois prismatiques dont un à lames à débitage unipolaire concentrique et deux à éclats à débitage droit, d’un polyédrique et de sept irréguliers. Les deux percuteurs sont de forme sphéroïdale ; l’un utilise un ancien nucléus et l’autre un galet marin (fig. 6, no 2) ; ils pèsent respectivement 360 et 410 g ; les stigmates de percussion se situent en bout. Le débitage a eu lieu quasiment exclusivement au percuteur de pierre, comme le suggèrent les longueurs (tableaux 1 et 4) et l’allongement, faibles (tableau 2).

Tableau 1. Longueurs des éclats de débitage.

Tableau 2. Indices d’allongements (Longueur/largeur) des éclats de débitage.

Tableau 3. Types des plans de frappe des éclats de débitage.

15On note le fort pourcentage d’éclats plus larges que longs : 1 sur 3 ; les éclats laminaires ne représentent que le quart du total. Seules deux ou trois lames et éclats laminaires présentent une lèvre au niveau du bulbe : ceux-là ont été vraisemblablement détachés par percussion indirecte. Les plans de frappe ne témoignent pas d’une très grande préparation (tableau 3).

16L’outillage est composé de 2 haches polies, 16 grattoirs, 1 racloir, 4 couteaux, 6 lames retouchées, 2 troncatures, 22 coches et denticulés, 12 éclats retouchés, 7 tranchets et ciseaux, 2 « retouchoirs » (éléments de briquets), 1 flèche, 3 broyeurs et 3 fragments de meules (tableau 4).

17Il existe deux haches : une polie, fragmentée volontairement, de section à pans coupés, au taillant convexe symétrique, à fil droit, en silex local, et une en dolérite du Massif armoricain, piquetée à section ovalaire, dont il ne subsiste que le talon pointu (fig. 6, no 6). S’ajoute au matériel poli un ciseau. Les grattoirs sont sur éclats simples pour huit d’entre eux (fig. 7, nos 10, 12), sur éclats retouchés pour les huit autres (fig. 7-9, 11, 13) ; les côtés sont divergents dans huit cas, parallèles dans quatre, convergents dans trois ; un exemplaire est presque circulaire ; deux présentent des retouches inverses qui correspondent sans doute à des dispositifs d’emmanchement (fig. 7, nos 9 et 11). Le racloir présente deux fronts convergents, à retouche directe. Un couteau est sur lame (fig. 7, no 4), trois sur pointes (fig. 7, no 5), tous sont à dos convexe, abrupt ; trois sont à retouche directe, un à retouche inverse ; un cran adjacent pour une pièce de 5,7 x 2 x 0,8 cm constitue peut-être un dispositif d’emmanchement (fig. 7, no 5). Les denticulés sont représentés par neuf coches simples, un aménagé par des coches multiples non adjacentes, huit denticulés en scie (fig. 7, no 3) et quatre denticulés irréguliers. Les lames utilisées sont toutes à retouche directe (fig. 7, no 2), trois d’une façon marginale, trois d’une façon profonde ; elle est discontinue dans quatre cas, continue dans deux. Deux troncatures, sur lame, à retouche directe, sont, pour l’une, distale, oblique, rectiligne et pour l’autre, proximale, droite et rectiligne (fig. 7, no 7). Les éclats retouchés sont à retouche marginale dans six cas, profonde dans six ; elle est directe dix fois, inverse deux fois, partielle dans huit cas, totale dans quatre.

Tableau 4. Dimensions des artéfacts.
NB : Les valeurs concernant les types de pièces mis entre parenthèses sont seulement données à titre indicatif, compte tenu de la faiblesse numérique de l’échantillon.

18On décompte trois tranchets (indice d’allongement > 2), un ciseau-tranchet (2 ≤ Ia < 3) (fig. 6, no 1) et trois ciseaux (Ia ≤ 3) (fig. 6, nos 3-5) ; les côtés sont aménagés par retouches directes dans trois cas, bifaciales dans deux cas, directe sur un bord et bifaciale sur l’autre pour le dernier exemplaire ; le ciseau poli, en silex blanc fin, est retouché au tranchant dissymétrique (fig. 6, no 3) ; ce dernier et cinq autres pièces présentent un biseau simple ; seul un ciseau montre un biseau double. Les « retouchoirs » sont des petits pics à section triangulaire pour l’un, polyédrique pour l’autre, à extrémité pointue pour le premier et retouchée pour l’autre. La flèche est à tranchant transversal, de forme trapézoïdale, à retouche directe, de 2,9 x 2,2 x 0,7 cm (fig. 7, no 1). Les trois broyeurs, de forme sphéroïdale, de 5,7 à 7,4 cm de long, sont d’anciens nucléus utilisés ensuite en percuteurs. Une meule est fabriquée en grès micacé rosâtre, exogène, une autre en grès grisâtre local et la dernière dans un galet marin de silex cénomanien.

Fig. 7. Saint-Gilles-de-Crétot.
1 : flèche tranchante ;
2 : lame retouchée ;
3 : denticulé ;
4 : couteau-lame à dos ;
5 : couteau-pointe à dos, avec cran adjacent ;
6, 8 à 13 : grattoirs,
les 9 et 11 avec dispositif d’emmanchement ;
7 : troncature proximale sur lame
(dessins : J.-P. Watté).

19Les matériaux utilisés sont variés (tableau 5) et de provenances diverses. Les silex blancs décolorés, granuleux, proviennent de l’argile à silex qui affleure sur place en différents endroits. Les noirs à structure vitreuse, ceux à grain fin de couleur grise plus ou moins foncée, souvent tachetée de blanc ou de gris plus prononcé, proviennent des étages de la craie supérieure ; ils sont présents dans les talus d’éboulis et les corniches situées à proximité du site. Le silex cénomanien, gris à noir, opaque, se trouve dans la vallée de la Seine, où la faille dite de Villequier l’a amené à l’affleurement à quelques kilomètres de là. Un éclat d’une meule à grain fabriquée dans ce même matériau montre des stigmates en « coups d’ongle » caractéristiques des galets marins : cet objet provient vraisemblablement de la région du Cap de la Hève, situé à quelques 40 km ; dans le Pays de Caux, il existe d’autres exemples d’une telle utilisation de galets en provenance de cette zone, choisis pour présenter une face naturellement plane (Watté, 2004). Un autre galet marin, en silex turonien, a été utilisé en percuteur ; il provient des côtes du Pays de Caux, sans que l’on puisse préciser mieux ; un autre galet, à surface très lisse, de 7,2 x 4,3 x 3,2 cm, cassé à demi, mais apparemment non utilisé, au moins dans la partie subsistante, est de même origine. En outre, on note la présence d’une hache en dolérite du Massif armoricain, d’un fragment de meule en grès local et d’un autre en grès psammite rose (couleur naturelle ou rubéfaction ?) d’origine non locale, vraisemblablement bas-normande (tableau 5).

20S’ajoutent à ce mobilier neuf nodules de silex brûlés, de 2 à 5 cm de diamètre, trois silex brûlés indéterminables, cinq nodules de grès blanc local de 5 cm de diamètre chacun, une plaquette de grès ferrugineux, naturelle, de 5,2 x 4,4 x 1,2 cm, deux tessons de céramique sigillée (un fragment de panse, un fragment de fond d’assiette) et un tesson de céramique commune grise gallo-romaine.

21L’existence d’un certain nombre d’éclats de débitage, d’outils brûlés et de nodules éclatés sous l’effet de la chaleur, montre que le site correspond à un habitat. Hormis trois pièces dont le bulbe porte une lèvre, indice d’une présence VSG possible, les techniques de débitage peu élaborées et les outils, avant tout sur éclats, le font attribuer plutôt à un Néolithique moyen.

22Cet habitat, bien que modeste compte tenu du faible nombre d’objets recueillis en prospection, était en relation avec l’extérieur, à courte distance, comme le montre la présence de silex cénomanien de la vallée de la Seine, à moyenne distance, comme en témoigne un percuteur et un fragment de meule en galets des côtes cauchoises et à longue distance, avec la Basse-Normandie pour le grès psammite et le Massif armoricain pour la hache en dolérite.

Conclusion

23En Haute-Normandie, le département de l’Eure recèle encore de nombreux mégalithes (Coutil, 1897), contrairement à celui de Seine-Maritime où ne subsistent plus que deux menhirs encore debout, hormis quelques pierres à légendes : les Pierres d’État de la commune du Petit-Couronne et encore l’un d’eux a-t-il été déplacé dans les années 1840 pour orner la tombe d’un érudit rouennais, Émile-Hyacinthe Langlois (Coutil, 1898 ; Remy-Watté, 1972 ; Watté et Remy-Watté, 2010). Cette différence s’explique peut-être par le fait qu’une partie des terres de l’Eure, constituée à partir d’un épandage de sables, grès et poudingues éocènes, peu fertile, est restée longtemps couverte de forêts, tandis que les terres limoneuses du Pays de Caux, très riches, ont été défrichées très tôt, entraînant la destruction des pierres qui gênaient les travaux agricoles. Cependant, la tradition, des descriptions anciennes et la toponymie montrent que de nombreux mégalithes existaient autrefois en Seine-Maritime (Cochet, 1866 ; Remy-Watté, 1972 ; Watté, 1992, p. 705-707 ; Bolo, 1999a-b). Certains de ces lieux correspondent à des espaces naturels qui ont pu être l’objet de pratiques particulières, comme la Pierre Gante à Saint-Nicolas-de-la-Taille ou la Chaire de Gargantua à Duclair et Saint-Pierre-de-Varengeville ; des noms s’appliquent à des vestiges gaulois, comme la tombe du Petit Doigt de Gargantua à Varengeville-sur-Mer, des bornes ont été mises en place sous l’Ancien Régime, comme la pierre du Figuier, à Gonfreville-l’Orcher. Certaines ne sont très certainement que des pierres à légendes, telle la Pierre du bois de Pivallet à Gerponville. Par contre, des mentions et descriptions s’appliquent avec une grande vraisemblance à des monuments préhistoriques. Ainsi, la Pierre grise à Montivilliers, sous laquelle des squelettes ont été mis au jour, correspond certainement à un dolmen ; certains noms, comme « les Trois Pierres », sont suffisamment suggestifs pour laisser envisager également l’existence d’un tel édifice. Le village de Pierrefiques, nommé dans les textes Petra fixa ou l’expression Petram fixam mentionnée à Vatteville-la-Rue évoquent l’existence de menhirs (fig. 8).

  • 7 Tous mes remerciements à M. Daniel et Mme Nelly Lécossais pour les facilités accordées pour étudier (...)

24À ces monuments mégalithiques possibles, il convient d’ajouter le « menhir de La Bouteillerie » à Saint-Gilles-de-Crétot, même si l’existence de celui-ci ne peut être attestée que par un faisceau de présomptions7.

Tableau 5. Nature des matériaux utilisés pour les éclats de débitage.

Fig. 8. Toponymes et pierres à légendes pouvant évoquer la présence de monuments mégalithiques.

Bibliographie

Bibliographie

Biochet G. (1885) – Séance du 7 mai 1884. Bulletin de la Société géologique de Normandie, X, p. 33.

Bolo N. (1999a) – Étude documentaire, inventaire des mégalithes de Seine-Maritime. Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie.
— (1999b) – Étude documentaire, inventaire des mégalithes du département de l’Eure, vallée de la Risle, vallée de l’Eure, vallée de l’Epte, monuments classés ou inscrits. Rouen, Service régional de l’archéologie de Haute-Normandie, 4 vol.

Bunel J.-P. et Tougard A., abbé (1876) – Géographie du département de la Seine-Inférieure. Arrondissement d’Yvetot. Rouen, E. Cagniard, 335 p.

Cochet J.-D.-B., abbé (1852) – Les églises de l’arrondissement d’Yvetot. Paris, Didron, vol. 1, 442 p.
— (1866) – La Seine-Inférieure historique et archéologique. Paris, 614 p.

Coutil L. (1897) – Inventaire des menhirs et dolmens de France. Eure. Bulletin de la Société Normande d’études préhistoriques, IV, 1896, p. 36-122.
— (1898) – Inventaire des menhirs et dolmens du département de la Seine Inférieure. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, V, 1897, p. 110-152.

Guéroult E.-H. (1875) – Note sur les antiquités gauloises de Caudebec-en-Caux. Imp. Lepelletier, Le Havre, 19 p.

Ragot J. (1989) – La sédimentation crétacée aux abords de l’accident Fécamp – Lillebonne – Villequier (Seine-Maritime, France). Biostratigraphie et contrôle structural. Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des amis du Muséum du Havre, 76, fasc. 2, p. 5-139.

Remy-Watté M. (1972) – Inventaire des monuments mégalithiques de Haute-Normandie (Seine-Maritime et Eure). Mémoire de maîtrise, Rouen, 185 p.

Watté J.-P. (1975) – L’homme préhistorique en Seine-Maritime. Saint-Étienne-du-Rouvray, 32 p., rééd. 1976, Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, LXIII, supplément hors série au fasc. 1.
— (1992) – Le Néolithique en Seine-Maritime. Supplément au Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, 77, fasc. 2, 1990-1992, 3 vol., 797 p.
— (2004) – À propos des sources de matières premières utilisables et utilisées par les Préhistoriques en Seine-Maritime : le silex cénomanien, un bon marqueur pour la mise en évidence du transport de matières premières et d’objets finis. Haute-Normandie archéologique, 9, p. 13-35.
— (2007) – Objets en silex tertiaire importés en Haute-Normandie. Haute-Normandie archéologique, 12, p. 53-67.
— (2008) – Un pic double perforé en silex bartonien à Maulévrier-Sainte-Gertrude (Seine-Maritime). Bulletin de la Société préhistorique française, 105, no 1, p. 189-191.

Watté J.-P. et Huet F. (1989) – Occupations préhistoriques de la Vente, commune de Saint-Arnoult (Seine-Maritime). Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, 76, fasc. 4, 1989, p. 39-49.

Watté J.-P. et Remy-Watté M. (2010) – Monuments mégalithiques de Haute-Normandie. Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, Sites et Guides naturalistes, 1, 12 p.

Notes

1 Les anciens bâtiments de la ferme de La Bouteillerie étaient tous en bois et torchis, sauf une vieille bâtisse, construite en pierre, aux murs très épais, et servant de grange. La tradition familiale (renseignements fournis par Mme Lécossais) y situait là l’existence d’une ancienne église : il s’agit vraisemblablement des vestiges de la chapelle seigneuriale. L’allusion de Cochet s’applique probablement à celle-ci.

2 Une en « serpentine », de 17 cm de longueur, 7 cm à la partie intérieure, 5,5 cm au centre et 3 cm d’épaisseur.

3 Une en « serpentine ». Le musée des Templiers, à Caudebec-en-Caux, conserve une hache polie en éclogite, de 9,8 cm de long (Watté, 1975, 1976) ; on ne peut savoir s’il s’agit du même objet.

4 Une en silex noir taché de blanc.

5 Plusieurs en silex.

6 Une en silex.

7 Tous mes remerciements à M. Daniel et Mme Nelly Lécossais pour les facilités accordées pour étudier cette pierre, ainsi qu’à M. Fabien Staelen pour me l’avoir signalée.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Situation de la commune de Saint-Gilles-de-Crétot (Seine-Maritime ; dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Fig. 2. Saint-Gilles-de-Crétot. Menhir ? (cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Légende Fig. 3. Saint-Gilles-de-Crétot. plan du menhir ? (dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende Fig. 4. Saint-Gilles-de-Crétot. Base du menhir ? (cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Légende Fig. 5. Saint-Gilles-de-Crétot. Sommet du menhir ? (cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Légende Fig. 6. Saint-Gilles-de-Crétot. 1 : ciseau-tranchet ; 2 : percuteur sur galet marin ; 3 : ciseau poli ; 4-5 : ciseaux ; 6 : talon de hache en dolérite (dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Légende Tableau 1. Longueurs des éclats de débitage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Tableau 2. Indices d’allongements (Longueur/largeur) des éclats de débitage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Légende Tableau 3. Types des plans de frappe des éclats de débitage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Tableau 4. Dimensions des artéfacts.NB : Les valeurs concernant les types de pièces mis entre parenthèses sont seulement données à titre indicatif, compte tenu de la faiblesse numérique de l’échantillon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Fig. 7. Saint-Gilles-de-Crétot.1 : flèche tranchante ;2 : lame retouchée ;3 : denticulé ;4 : couteau-lame à dos ;5 : couteau-pointe à dos, avec cran adjacent ;6, 8 à 13 : grattoirs,les 9 et 11 avec dispositif d’emmanchement ;7 : troncature proximale sur lame(dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Légende Tableau 5. Nature des matériaux utilisés pour les éclats de débitage.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende Fig. 8. Toponymes et pierres à légendes pouvant évoquer la présence de monuments mégalithiques.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3897/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 151k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search