Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Le « Clactonien » des plages du Havre et de Sainte-Adresse (Seine-Maritime)

Jean-Pierre Watté

Résumé

La plage du Havre est connue pour receler un site acheuléen, la « station Romain », et des « ateliers clactoniens ». Celle-ci a constitué le premier gisement du Paléolithique ancien découvert sous les eaux marines (1883). La révision de l’ensemble des données montre que l’immense majorité des objets « clactoniens » résulte du façonnage de pavés et moellons de construction, datables du Moyen Âge jusqu’à la fin du XIXe siècle. Les « ateliers clactoniens » du Havre ne doivent donc plus être cités comme un exemple d’occupations du Paléolithique ancien.

The “Clactonian” on the beaches of Le Havre and Sainte-Adresse (Seine-Maritime) Le Havre’s beach is known for housing an Achulean site, the “Station Romain”, and some “Clactonian workshops”. It was the first Lower Paleolithic site to have been discovered under the sea (1883). The review of the full set of data reveals that the immense majority of the Clactonian objects have originated from the shaping of cobblestones and construction stones, which can be dated from the Middle Ages up to the end of the 19th Century. Therefore, Le Havre’s Clactonian workshops must no longer be referred to as an example of early Paleolithic occupation.

Texte intégral

Le Clactonien

1Le « Clactonien » est un horizon du Paléolithique ancien décrit par Henri Breuil (1930 et 1932) à partir du site de Clacton-on-Sea, Essex (Grande-Bretagne). L’industrie est caractérisée par l’existence de nombreux éclats de débitage non Levallois, assez épais, à talon lisse faisant un angle très ouvert avec la face d’éclatement. L’outillage du site éponyme comprend des racloirs, des grattoirs, des encoches et denticulés, des galets aménagés, mais pas de bifaces. Samuel H. Warren (1951) propose d’appeler « Clactonien » l’industrie du Paléolithique inférieur où les bifaces sont remplacés par des choppers et chopping-tools. Pour François Bordes (1961, p. 13 et 35), il ne s’agit pas d’une culture mais d’une technique de débitage, illustrée à la fois par des éclats « à cône bien développé, parfois détouré, parfois multiple, conchoïde important, ondulations sur la face d’éclatement, esquilles » et des encoches opérées à partir d’un seul coup de percuteur. Claude Lechevalier (1974) et Milla-Yerahmi’el Ohel (1978) considèrent que les sites clactoniens ne sont que les ateliers de taille de populations acheuléennes installées plus loin. Enfin, Hubert Forestier (1993), à partir de remontages effectués sur le mobilier d’High Lodge (Suffolk), défini comme clactonien, reconnaît une chaîne opératoire originale, fondée sur un « système par surface de débitage alterné » appliquée à différentes époques et sous diverses latitudes.

Les stations préhistoriques sous-marines des plages du Havre et de Saint-Adresse : historique des recherches

La « station Romain » (1883-1900)

  • 1 Bibliothèque de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.

2À la fin du XIXe siècle, grâce à l’existence de l’active Société géologique de Normandie, en étroite collaboration avec le muséum du Havre, de nombreux chercheurs havrais s’intéressent à la géologie et à la paléontologie locales. Le site de la plage du Havre (fig. 1) constitue alors un lieu de prospection privilégié : en effet, des couches alternées de calcaire coquillier et d’argile y affleurent, livrant en abondance de multiples fossiles ; des restes de grands sauriens et de tortues figurent parmi les pièces particulièrement recherchées (Dollfus, 1863, 1981 ; Lennier, 1887). C’est justement en cherchant des fossiles sur ces affleurements, à marée basse, qu’en mars 1883, Arcade Noury, membre de la Société géologique de Normandie, trouve une première « hache chelléenne » (Mortillet, 1895, p. 369 ; Babeau, 1907, p. 38). Puis Parsy (1890, p. 11) recueille au même endroit plusieurs autres silex taillés, montrés lors de la séance du 9 février 1887 : « M. Parsy présente plusieurs silex Chelléens qu’il a recueillis sur la plage du Havre, en basse mer, sur un banc caillouteux qui découvre en face la rue de la Batterie. On y remarque cinq belles pièces du type de Saint-Acheul, et plusieurs silex de formes diverses offrant des caractères de taille intentionnelle. » Tous les préhistoriens havrais se précipitent alors sur le site, en particulier Louis Babeau, ainsi que Georges Romain et son épouse ; dès 1888, d’après une note écrite de sa main1, ce dernier a réuni une série de 142 objets, dont 83 bifaces (fig. 2 ; Watté, 1987, p. 10). En 1894, Mortillet (1895, p. 371) estime entre 250 et 300 le nombre de bifaces découverts : 150 par Romain, 100 par Babeau, 33 déposés au muséum du Havre. Un peu plus tard, Babeau (1907, p. 38-39) évalue à 600 environ le nombre total de silex recueillis : 400 par Romain, 60 par Forget, Noury, Parsy, Savalle, Vacossin et 150 par lui-même (fig. 3). À son entrée au muséum du Havre, la collection Romain issue de la station sous-marine aurait comportée 600 pièces (Duteurtre, 1950). De multiples ossements d’animaux sont également mis au jour : plus de « 2 000 os et fragments » d’après Duteurtre (1950, p. 13) :

  • rhinocéros (Mortillet, 1895, p. 372 ; Romain, 1894b, p. 32 ; Duteurtre, 1942, p. 120) ;

  • cervidés (Romain, 1896 ; Babeau, 1907, p. 45 ; Duteurtre, 1936, p. 5 et 1942, p. 120) ;

  • proboscidiens : deux espèces sont signalées. L’examen des dents aurait montré l’existence d’Elephas primigenius, avec de nombreuses molaires (Duteurtre, 1936, p. 5), des côtes, dont une de 1,18 m, un bassin presque complet de 0,92 m de long (Romain, 1893, p. 90 et 1914, p. 616 ; Duteurtre, 1936, p. 5 et 1942, p. 120) ; « des os longs qui ont 25 à 30 mm d’épaisseur au bord du canal médullaire » (Romain, 1893, p. 90) peuvent probablement être rapportés à la même espèce. Elephas antiquus serait représenté par « une lamelle intéressante d’Elephas priscus ou africanus » déterminée par Caudry et Boule (Anonyme, 1895, p. 9 ; Duteurtre, 1950, p. 13), citée aussi par Babeau (1907, p. 45). Il s’agit sans doute de la « même partie de dent » attribuée à E. antiquus dans ce compte rendu (Anonyme, 1895, p. 15) ;

  • ours ? La citation rendant compte de la présentation par Babeau (1894, p. 32) de « canines d’ours » lors d’une réunion de la Société normande d’études préhistoriques n’est pas assez claire pour qu’on puisse affirmer que celles-ci proviennent bien de la « station Romain » ;

  • bison ;

  • renne ;

  • sanglier ;

  • cheval (Duteurtre, 1936, p. 5 ; 1942, p. 120).

Fig. 1. Plages du Havre et de Sainte-Adresse. Situation de la « station Romain » et des « ateliers clactoniens » (d’après Cayeux, 1963). Le « cromlech », constitué de pierres levées, avait été interprété autrefois comme étant un monument mégalithique ; il s’agit en fait d’une pêcherie subactuelle (Vincent et Watté, 2012).

Fig. 2. Inventaire des objets recueillis par Georges Romain, rédigé de sa main, en 1888 (Bibliothèque de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre).

Fig. 3. « Station Romain ». Bifaces (d’après Babeau, 1907).

  • 2 Jean Guyader († 2013), ancien directeur du Laboratoire de géologie du Port du Havre, président à pl (...)
  • 3 Détermination F. Delpech, Laboratoire de géologie du Quaternaire et de paléontologie de Bordeaux ; (...)

3Ces déterminations, anciennes, sont bien sûr sujettes à caution. Elles ne peuvent être contrôlées aujourd’hui, les collections du muséum du Havre où ces vestiges étaient conservés ayant été détruites pendant la seconde guerre mondiale en 1944. Une dent de cheval, sauvée miraculeusement de la tourmente, est conservée dans la collection personnelle de Jean Guyader2 : il s’agit d’une dent d’Equus Caballus L. de type germanicus (würmien) ou piveteauï (rissien3). Une dent d’éléphant, roulée, a aussi été retrouvée plus récemment dans les collections du muséum du Havre, sans que l’on sache bien par quel cheminement elle y est parvenue (ancienne collection Kuenegel ? fig. 4).

  • 4 Stanislas Meunier (1843-1925), journaliste scientifique, professeur au Muséum national d’histoire n (...)
  • 5 Georges Pouchet (1833-1894), fils de Félix-Archimède Pouchet, premier directeur du muséum de Rouen (...)

4Les premières découvertes de silex taillés ont un retentissement dans la France entière. En effet, la situation particulière du gisement qui ne se découvre qu’à marée basse retient l’attention, provoquant bien des discussions : il s’agit du premier gisement du Paléolithique ancien trouvé sous la mer (1883). Ces observations ont l’honneur d’une revue scientifique nationale, Le Naturaliste (Meunier4, 1886) et d’un grand journal, Le Siècle (Pouchet5, 1892). Or si les mouvements eustatiques sont déjà bien connus pour les temps géologiques, ils ne sont pas encore envisagés pour l’époque de l’Homme. Aussi est-ce une véritable commission d’enquête qui se rend sur le site entre le 7 et le 9 avril 1894, à l’invitation de la toute jeune Société normande d’études préhistoriques, dont c’était la seconde année d’existence. Se déplacent en particulier de Paris, Albert Gaudry, membre de l’Institut, professeur de paléontologie au Muséum national, Gabriel de Mortillet, professeur à l’École d’anthropologie de Paris, Marcellin Boule, assistant de Paléontologie au muséum... (Anonyme, 1895, p. 5). Sont également présents Léon Coutil, futur président, entre autres, de la Société normande d’études préhistoriques et de la Société préhistorique française (Anonyme, 1895, p. 11), Alexandre Bigot, doyen de la Faculté des sciences de Caen, Gustave Lennier, conservateur du muséum du Havre et Doré-Delente, président de la Société archéologique d’Eure-et-Loir (Romain, 1914, p. 616).

5Sur place, les explications divergent, la majorité défend l’hypothèse d’un transport ou d’un remaniement. G. Lennier, évoquant le régime des eaux à l’embouchure de la Seine, le caractère imperméable du sous-sol havrais formé d’argiles kimméridgiennes, l’existence de nappes aquifères au sommet de l’Albien qui détrempent les couches formant la base du Cénomanien, affirme qu’il n’y a rien d’étonnant que le sol ait subi des dépressions et surtout des glissements… « La vallée de Sanvic […] n’était, jusqu’en 1850, qu’une profonde ravine qui charriait les limons et les dépôts des plateaux […] Cette faune et cette industrie paléolithique qui se rencontrent sur la plage, sont descendues progressivement des plateaux par la ravine » (Lennier, dans Anonyme, 1895, p. 15-16). Marcellin Boule (Anonyme, 1895, p. 16) est du même avis : la station « se trouve au point d’intersection des deux vallées de Sanvic et de Sainte-Adresse […] [or] le quartier en amont de ce gisement tend aujourd’hui encore à glisser malgré les travaux de drainage et de consolidation que l’on a faits […]. Il est donc presque certain […] qu’il y a eu glissement et que ces limons renfermant une industrie et la faune quaternaire, occupaient primitivement une altitude différente. D’énormes paquets de limon, emballant des silex taillés et des ossements, ont pu arriver progressivement jusqu’à leur gisement actuel sans que ces silex et ossements aient été roulés ou brisés. »

Fig. 4. « Station Romain ». Dent de mammouth, roulée (coll. Kuenegel, muséum d’histoire naturelle du Havre, cliché : J.-P. Watté).

6Gabriel de Mortillet (Anonyme, 1895, p. 16 ; Mortillet, 1895, p. 373) évoque la possibilité d’un « affaissement… constaté sur les côtes de Bretagne, du Calvados, de la Seine-Inférieure et jusqu’à l’embouchure de la Somme ». Reprenant la question dans une communication à la Société d’anthropologie, il résume le problème : « les diverses explications peuvent toutes se classer sous cinq rubriques : 1o Éboulement de falaise. 2o Glissement de terrain. 3o Dépôt de transport. 4o Apport par suite de travaux. 5o Affaissement du sol. » Et c’est cette dernière hypothèse qui lui apparaît désormais la plus vraisemblable : « Puisque la station sous-marine du Havre n’est pas le produit d’un apport postérieur quelconque, il faut bien admettre qu’elle s’est formée sur place. Cette formation n’a pu avoir lieu qu’à l’air libre, sur un sol sec. Du moment où elle est actuellement sous-marine, nous sommes forcément entraînés à admettre un affaissement du sol » (Mortillet, 1895, p. 373-376).

7Mais la véritable explication, à savoir la remontée des eaux marines, n’est pas évoquée !

8Dans les années qui suivent, pour les chercheurs qui exploitent le site, « l’atelier est bien en place », car « presque tous les outils sont à arêtes vives, bien nettes » ; « plusieurs de nos collègues […] voulaient que ces outils soient descendus par les vallées de Sanvic et de Sainte-Adresse, cela est impossible, car ils auraient porté des traces de roulement, ils auraient été cacholonnés » ; de plus, « sur le plateau, les ossements tombent en poussière ; ceux de la plage sont pétrifiés et par conséquents très résistants » (Babeau, 1907, p. 42-43).

Les ateliers « clactoniens » (après 1930)

9Avec la construction, en 1900, de la « digue nord », élevée pour protéger le port de l’arrivée de sédiments charriés par les courants venus du nord et qui passent devant la plage, la « station Romain » s’est peu à peu ensablée. Marcel Duteurtre note bien dans son catalogue, conservé au muséum du Havre, la découverte d’un « éclat-lame » sur l’atelier de la plage, le 7 août 1910, mais, précise-t-il, c’est au cours d’une « pêche avec le père » ; ce qui prouve qu’il n’y prospecte plus. Il recueille encore un « coup de poing », le 16 mars 1922, mais « très roulé », et l’expression est soulignée de deux traits : les recherches sont devenues impossibles.

10C’est pourquoi Duteurtre va prospecter plus au nord, vers Sainte-Adresse. Suite à une série de grandes tempêtes en décembre 1928 et janvier 1929, le cordon littoral de galets remonte tandis que les bancs de sable situés plus bas se trouvent emportés. Ces conditions particulières lui permettent de recueillir en mars 1929, en face du palais des Régates, au lieu-dit « Les Deux Cuvettes », « une centaine de pièces paléolithiques » (Duteurtre, 1929a, p. 483 ; 1929b, p. 91 ; 1930b, p. 426).

11Dans les mois qui suivent, les découvertes se multiplient, une douzaine de nouveaux « ateliers » sont décelés encore plus au nord (fig. 1), comme l’attestent les nombreuses présentations d’outillage effectuées au cours des réunions au Havre de la Société géologique de Normandie, de la Société linnéenne de la Seine-Maritime et les communications dans les bulletins de ces associations (Duteurtre, 1931, 1932a, b, c, 1933 et 1936).

  • 6 Paul Fitte (1917-1997) a collecté une douzaine de gros éclats, déposés aujourd’hui au musée de Préh (...)

12Ces investigations attirent l’attention de spécialistes de renom. L’abbé Breuil, en compagnie de l’Américain Harper Kelley, vient lui-même le 22 septembre 1930 visiter le site et examiner le mobilier recueilli (catalogue M. Duteurtre conservé au muséum du Havre et Duteurtre, 1932c et 1933). Breuil affirme que les éclats recueillis ne peuvent être le résultat ni de l’action des vagues sur les galets du cordon littoral, ni du gel (Breuil, 1934). Un peu plus tard, c’est Paul Fitte6 (1938) qui se rend sur place.

13Breuil est alors en train de réviser la classification des industries du Paléolithique ancien et moyen (Hurel, 2011). Il croit discerner deux courants qui évoluent parallèlement au cours de ces périodes, l’un caractérisé par des cultures à bifaces, l’autre par des industries à éclats. L’année précédente, dans son discours inaugural au Collège de France, il avait défini pour la première fois le « Clactonien », période du Paléolithique ancien, comme une « industrie à éclats, ordinairement non mêlés de bifaces, avec un plan de frappe très grand le plus souvent, et très oblique par rapport au plan d’éclatement, et un bulbe généralement gros, grand et assez fréquemment détouré et conique » (Breuil, 1930, p. 221-222).

14Le gisement éponyme, Clacton-on-Sea, se trouve en Angleterre, mais Breuil pense détecter des sites équivalents en France, en Espagne, et aussi en Afrique : « Le Clactonien n’est pas un faciès d’industrie purement local, mais une vaste nappe industrielle à large répartition » (Breuil, 1932, p. 190).

15Breuil cherche à étayer sa théorie. Il est heureux d’ajouter un nouveau site à sa liste. Lors de sa visite au Havre, il déclare à Marcel Duteurtre (Duteurtre, 1931, p. 77) qu’il s’agit là « d’un merveilleux Clactonien ancien » et il fait figurer aussitôt quelques pièces, remises par le chercheur havrais, dans son travail sur les « industries à éclats du Paléolithique ancien », paru en 1932. L’abbé rappelle d’ailleurs aux préhistoriens locaux qui doutent encore, dans une lettre datée du 10 juillet 1934 et publiée la même année dans le bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, que la position du gisement de Sainte-Adresse correspond tout à fait à celle de Clacton-on-Sea ; il précise que les éclats ne peuvent être dus à l’action de la mer, car « les éclats enlevés par la mer actuelle sont très différents, et des gros éclats Cromériens et des éclats clactoniens du Havre ou d’ailleurs. Ils sont peu nombreux, petits et assez petits, à bulbe minuscule, à plan d’éclatement lisse » (Breuil, 1934, p. 67). De même, L. Coutier les déclare sans discussion « de fabrication humaine, très bons » ; Marcel Baudoin les juge « remarquables » (Duteurtre, 1931, p. 77). L’étude de ces stations commencée par Duteurtre est poursuivie par Louis Cayeux et Jean Guyader (Cayeux et Guyader, 1949 et 1957 ; Cayeux, 1973 ; Guyader, 1952).

16En 1985, nous avons opérés deux sondages à la pelle mécanique sur l’estran de la plage du Havre, à l’emplacement de la « station Romain » (fig. 5). Des sédiments récents sont observés jusqu’à une profondeur respective de 3 et 3,50 m, mais la couche archéologique n’est pas atteinte et l’engin utilisé ne peut descendre plus bas.

Fig. 5. « Station Romain ». Sondage réalisé en 1985 (recherches et cliché : J.-P. Watté).

Localisations et conditions stratigraphiques

  • 7 Bibliothèque de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.
  • 8 Professeur de dessin, artiste-peinte auteur de divers documents pour la Société géologique de Norma (...)

17La « station Romain » était située au nord de la « digue nord ». Elle était limitée par la « batterie des Huguenots » et l’établissement de bains « Villa des Falaises », aujourd’hui toutes deux disparues. Au total, le gisement s’étalait sur une largeur de 300 m et une profondeur de 600 m, jusqu’au niveau des marées les plus basses. Un document aquarellé7, établi en 1887, peut-être par la main de Noury8, retrouvé grâce à Jean Guyader, confirme bien cette localisation.

18Les différents « ateliers clactoniens » s’égrènent d’une façon pratiquement continue tout au long des plages du Havre et de Sainte-Adresse, jusqu’au nord du cap de La Hève ; des cartes précises (fig. 1) en ont été fournies, par M. Duteurtre (1942, p. 121) et L. Cayeux (1963, p. 35).

19Avec le document aquarellé cité ci-dessus, figure une coupe levée à la « station Romain », dessinée de la même façon et par la même main ; elle date aussi très vraisemblablement de 1887. Elle est établie suivant les indications de G. Romain ; à partir de l’observation des affleurements, ce dernier (Romain, 1895, p. 14) y propose la coupe théorique suivante (de haut en bas) :

  1. Silex et pierrailles ;

  2. Sable jaunâtre avec fragments de coquilles marines ;

  3. Petit lit de coquilles avec oxyde de fer ;

  4. Sables grisâtres ; à la base, silex taillés ;

  5. Argile jaune, niveau à outils et à ossements ;

  6. Argile kimméridgienne.

  • 9 Pour la « station Romain » comme pour la place Thiers, on a conservé les numérotations, inverses, d (...)

20Pour C. Lechevalier (1974, p. 214-217), il s’agit là de formations résiduelles ; en particulier, l’« argile jaune » correspond au sommet des argiles kimméridgiennes et non à un limon quaternaire comme l’avaient cru les premiers préhistoriens. Plus à l’est, en centre ville, ces niveaux sont bien conservés, comme l’a montré la fouille de la place Thiers (Lechevalier, 1973). On y observe la superposition suivante (de haut en bas9) :

  • 6-5. Silts organiques, reposant sur des sables gris à gris-vert, d’origine fluvio-marine, mis en place à partir de la fin de l’Atlantique ;

  • 4. Cailloutis gélifracté de solifluxion, du début du Weichsélien ;

  • 3. Fin sable coquillier d’origine littorale, lié à un niveau marin probablement éémien atteignant alors environ + 10 NGF ;

  • 2. Nappe grossière résultant d’un faible remaniement d’une plage probablement holsteinienne, à une époque où la mer atteignait un niveau de + 2 NGF ;

  • 1. Argile kimméridgienne, dont la teinte jaune s’explique par une altération chimique liée à une ancienne pédogénèse : ce niveau est semblable à celui reconnu à la « station Romain ».

  • 10 Cette présence, jamais confirmée par un autre chercheur, reste sujette à caution, les affirmations (...)

21C. Lechevalier (1974, p. 216) parallélise cette séquence « au seul niveau supérieur des deux niveaux de creusement reconnus dans l’estuaire, dont la surface inclinée vers le fleuve est principalement comprise entre + 2 et – 15 NGF ». C’est cet horizon, bien mieux conservé au pied du glacis du talus de raccordement de la plaine estuarienne au plateau cauchois, qui a pu être étudié place Thiers, sur 10 m d’épaisseur (Lechevalier, 1973). Cette coupe, outre l’importance de son développement, apparaît remarquable par la présence, à sa base, dans une couche à galets, d’une vingtaine de pièces paléolithiques, dont une proto-limande, en silex cénomanien noir, tout à fait comparables à celles de la « station Romain » (Lechevalier, 1973, p. 136-138) : c’est la première fois où cette industrie peut être convenablement étudiée dans son cadre morpho-stratigraphique. Dans un premier temps, ces formations ont été placées dans l’interglaciaire éémien. Puis, compte tenu d’observations nouvelles effectuées sur le littoral bas-normand à Grandcamp, Annoville, ou en vallée de Seine à Tancarville, les niveaux de la plage Thiers et par conséquent ceux de la « station Romain » sont attribués au début du Saalien (Lechevalier, 1974, p. 218), sans doute à un « intra-saalien » corrélé avec le paléosol Elbeuf II et le niveau fluvio-marin DI de Tourville-la-Rivière (Lechevalier, 1984, p. 116). Quant aux silex clactoniens, ils étaient, pour Cayeux et Guyader (1957, p. 14), « en quelque sorte scellés dans un cailloutis de galets fluviatiles jaune-brun, eux-mêmes sertis dans un agrégat de graviers et de sables, plus ou moins recouverts de vases, sables et autres débris contemporains ». Ces matériaux livrant, entre autres, « des débris de gastropodes tertiaires : Cerithium et Potamides, roulés10 [...] » avaient été « empruntés aux formations tertiaires séquaniennes entraînées dans le lit majeur de la Seine et déposées sur des terrasses de la Seine » (Cayeux, 1963, p. 16-17) dont un paléo-méandre longerait les plages du Havre et de Sainte-Adresse.

Les industries rencontrées selon les premiers chercheurs

L’Acheuléen de la « station Romain »

22En fonction de leur aspect plus ou moins fruste, de leur caractère biface ou uniface, les objets recueillis ont été classés d’abord au « Chelléen », puis à l’Acheuléen et au Moustérien. Pour Romain (1906, p. 150-151), « on peut suivre, pas à pas, la progression de l’industrie du Paléolithique inférieur, depuis le silex utilisé jusqu’aux jolis coups de poing acheuléens, pour se rapprocher enfin du type moustérien ». Le fait que les bifaces, de forme lancéolée, ovale, oblongue, aient été décrits comme taillés à grands éclats, manifestement au moins en partie au percuteur dur, avec une partie inférieure « presque toujours terminée par un talon, situé soit à la base, soit sur le côté » (Romain, 1914, p. 614), ainsi que l’observation des quelques objets encore conservés, conduisent aujourd’hui à les attribuer à l’Acheuléen moyen.

23Pour ce que l’on peut savoir des séries recueillies, il apparaît certain que le ramassage des bifaces a été privilégié : ainsi Romain signale avoir récolté les deux premières années plus de 100 silex dont « 72 pièces incontestables » ; parmi celles-ci, figurent « 57 haches ». Romain (1903) mentionne cependant également « de gros racloirs, de volumineux perçoirs, de grandes lames, des grattoirs, d’énormes percuteurs, des ébauches et une infinité d’outils dont on ne peut expliquer l’usage. La plupart de ces outils se trouvaient [...] au milieu d’amoncellements de déchets de taille. » De même, Babeau (1907, p. 45) évoque de « belles ébauches d’énormes haches, de grands nuclei, des racloirs à deux mains et une dizaine de lames moustériennes très bien retouchées ». L’inventaire fourni par Babeau (1907, p. 38) permettait de faire état d’un total d’environ 600 pièces : 400 de la collection Romain, 60 des collections Savalle, Vacossin, Forget et 150 trouvées par lui-même. À son entrée au muséum du Havre, la seule collection Romain, encore enrichie, se montait à 600 pièces (Duteurtre, 1950, p. 16). Cette série n’était probablement pas homogène : un petit biface cordiforme a été recueilli en 2003 sur le site dit du « Parc » (Watté et Vaireaux, 2004) ; il témoigne de l’existence d’une occupation moustérienne (fig. 6, no 1). L’érosion des couches explique que plusieurs niveaux se soient trouvés mélangés.

Fig. 6. « Station Romain » (1 : le Parc). Bifaces, les nos 11-12 : pièces roulées (1 : coll. Vaireaux ; 2-4-5-9 : coll. Cayeux, ex coll. Forget ; 3-6 : coll. Fouquet ; 7-8 : coll. Coutil ; 10 : coll. Guyader ; 11-12 : coll. Duteurtre ; 2 à 6, 9 à 12 : coll. muséum du Havre ; 7-8 : Musée d’Évreux ; dessins : J.-P. Watté).

  • 11 Observation personnelle.

24La plupart des objets de la « station Romain » se sont trouvés malheureusement détruits au cours de la seconde guerre mondiale, avec l’incendie du muséum (Duteurtre, 1950). Cette disparition apparaît d’autant plus regrettable que non seulement le gisement n’est plus accessible, mais que le matériel a été insuffisamment décrit. D’après C. Lechevalier (1974, p. 215), il ne subsiste plus aujourd’hui qu’une quarantaine de pièces, conservées au Musée de l’Homme, au Laboratoire de Préhistoire de Bordeaux, auxquelles on peut ajouter quelques pièces au muséum du Havre et deux bifaces au musée d’Évreux11 (fig. 6).

25La perte de ce matériel est d’autant plus regrettable que, dans l’ouest du Bassin parisien et en Normandie, « l’Acheuléen moyen demeure mal connu, en dehors de découvertes ponctuelles, faute de séries importantes possédant une origine stratigraphique précise » (Tuffreau, 1976, p. 954).

Les « ateliers clactoniens »

26Dès les premières découvertes, Marcel Duteurtre donne une bonne description de l’outillage : « Ces silex sont caractérisés par la longueur du plan de frappe, qui est très incliné et formant un angle très ouvert avec le plan d’éclatement (fig. 7). Les outils sont forts, très larges et taillés sur une seule face » ; il n’y a pas de bifaces (Duteurtre, 1930b, p. 426).

Fig. 7. « Ateliers clactoniens », éclats de débitage. 1 : à large plan de frappe très incliné, Grand Banc sud, site 10 ; 2 : à bulbe presque entièrement détouré, Grand Banc nord, site 11 (coll. Cayeux, muséum du Havre ; clichés : J.-P. Watté).

27Ces caractéristiques l’amènent d’abord à ranger cette industrie dans « l’Acheuléen du début ». Mais c’est l’époque où l’abbé Breuil affine sa classification du Paléolithique ancien et propose le terme de « Clactonien ». Aussi, est-ce immédiatement qu’il note que « c’est à cette industrie, non nommée jusqu’à ces derniers temps [le Clactonien], que se rapporte l’importante découverte de la plage des Régates au Havre, faite par M. Duteurtre » (Breuil, 1930, p. 221). Le maître avait parlé : les préhistoriens havrais ne remettront jamais sa parole en cause. Comme Romain et Babeau l’avaient fait pour la « station Romain », Duteurtre tente d’établir une Cayeux systématise ces observations. En se fondant sur des caractéristiques typologiques (Cayeux, 1963, p. 10), sur la patine (Cayeux, 1963, p. 14), et surtout sur la position des découvertes par rapport à la mer, il propose l’existence de trois phases (Cayeux, 1963, p. 38) : un « clacto-abbevillien » (phase la plus ancienne), un Clactonien typique et un Clactonien évolué (Cayeux et Guyader, 1957 ; Cayeux, 1965) ; il affirme que « les industries des plages du Havre, abbevilliennes ou clactoniennes, semblent évoluer sur place, pour aboutir finalement au Levalloisien » (Cayeux, 1965, p. 10). Il donne des inventaires détaillés pour le « Clactonien typique du Banc Extrême Sud, no 9 E.S. », le « Clactonien ancien et typique du Grand Banc Sud, no 10 » et le « Clactonien évolué du Becquet, no 4 ». Pour le premier point, sur 600 pièces, il reconnaît, entre autres, l’existence de 168 racloirs à dos épais, de 54 pointes trièdres, de 36 hachereaux, de 18 amandes monofaces, de 18 burins… Pour le second, sur 300 pièces, il isole 90 racloirs, 15 hachereaux, 6 burins… Pour le dernier, sur 800 pièces, il reconnaît 240 racloirs, 40 racloirs concaves, 32 petites amandes et pointes, 24 perçoirs, 16 hachereaux, 16 burins… (Cayeux, 1963, p. 32-33).

28Pour ces trois seuls points, Cayeux aurait donc recueilli 1 700 objets. Or, sa collection de Clactonien se monte à un total de 800 pièces, comme le montrent à la fois les séries conservées au muséum du Havre, entrées dans les années 1970, et son catalogue : les chiffres fournis ici sont donc tout à fait fantaisistes ; il faut en déduire que les inventaires détaillés qui sont donnés relèvent des mêmes affabulations. Il convient de rappeler que les méthodes d’études de cet auteur de la “station Romain” suggère qu’il puisse s’agir de l’Acheuléen moyen » (Lechevalier, 1974, p. 215-216). Claude Lechevalier estime que, compte tenu de leur paléo-environnement, les Acheuléens de la « station Romain » ne pouvaient se procurer sur place le silex noir du Cénomanien si largement utilisé pour la fabrication de leurs bifaces : « le silex était recherché dans les blocs éboulés au pied de l’ancienne falaise, à quelques centaines de mètres en arrière des habitats. Le débitage s’y faisait sur place. » Aux ateliers de débitage de Sainte-Adresse correspondraient des habitats aujourd’hui submergés, tandis que la « station Romain » aurait été alimentée par des ateliers situés en pied de côte, dans la ville actuelle du Havre (quartier Saint-Vincent) mais masqués par des dépôts plus récents (Lechevalier, 1974, p. 218).

29Ces conclusions sont intégrées dans une problématique qui dépasse le cadre local. Ohel (Ohel, 1977) réétudiant les sites clactoniens anglais se demandait quelle hypothèse privilégier : celle d’un Clactonien représentant une entité technologique indépendante mais constituant plutôt un épiphénomène, ou au contraire celle de sites clactoniens à éclats n’étant que les lieux de premier débitage des Acheuléens dans la préparation de leurs outils, en particulier de leurs bifaces. Les ateliers havrais alimentent alors sa réflexion. Il estime ensuite que, technologiquement, les éclats clactoniens témoignent du premier stade de débitage, obligatoire dit-il, dans la fabrication des outillages du Paléolithique ancien (Ohel, 1978). C’est le réexamen des éclats « clactoniens » des ateliers de Sainte-Adresse qui permet à Ohel et Lechevalier (Ohel et Lechevalier, 1979) de proposer, au moins dans ce cas, une identité culturelle entre le Clactonien et l’Acheuléen.

Analyse critique du problème du « Clactonien » havrais

30Les séries recueillies par Duteurtre et Cayeux ont été entièrement déposées au muséum du Havre. S’y ajoutent des objets moins nombreux provenant des collections Jean Guyader, Bénito Gélis, Philippe Hauchard, Jean-Pierre Watté… L’étude des matériaux utilisés, de la typologie et de la technologie, mais aussi la relecture critique des études publiées quant à la localisation des découvertes et leur répartition spatiale, permettent de proposer une nouvelle explication quant à l’existence du « Clactonien » havrais.

Les matériaux

31À la « station Romain », à côté de la variété noire du Cénomanien, des silex blonds, turoniens ou sénoniens, ont aussi été employés. Ainsi, le 6 avril 1887, Romain présente, lors d’une séance de la Société géologique de Normandie, « une belle hache en silex blond » de 22 cm de long (Romain, 1890, p. 13). Le 12 juin 1895, il montre « une pointe chelléenne en silex blanc... [qui] rappelle ceux qui ont été trouvés dans les limons supérieurs du plateau cauchois » (Romain, 1896, p. 16). Un décompte, portant sur 157 pièces de la « station Romain » (Romain, 1894a, p. 90), montre que le silex est « jaune » pour 49 d’entre elles, « blond » pour 44, « brun » pour 27 et « grisâtre » pour 3 ; le type « zoné » du Sénonien est aussi employé (Romain, 1908, p. 345). Même si les variétés brunes et grisâtres peuvent correspondre en partie à des silex cénomaniens, les matériaux utilisés apparaissent variés. Romain le répète plus tard, quand la station n’est plus accessible, donc quand la totalité du mobilier a été récolté : « Tous les silex taillés de la station sous-marine ont été fabriqués avec la matière siliceuse provenant de nos falaises, c’est-à-dire, avec du silex noir de l’étage cénomanien et avec les rognons siliceux de l’argile à silex [c’est-à-dire de variétés aux diverses couleurs des étages turonien et sénonien] » (Romain, 1914, p. 616). Certains bifaces « ont été fabriqués avec des galets de la mer » (Babeau, 1907, p. 42 ; Romain, 1914, p. 618). Cette remarque a l’intérêt de montrer que le cordon littoral était accessible et n’avait donc pas été oblitéré par des dépôts postérieurs ; cela pourrait indiquer que la mer était proche.

32Les silex ont conservé leur couleur d’origine ; ils apparaissent souvent « brillants », « lustrés, comme vernis, action produite, ainsi que l’émoussement des angles, par le frottement du sable » (Mortillet, 1895, p. 371 ; Babeau, 1907, p. 42).

  • 12 Ou « grès armoricain ».

33Les « Clactoniens » du Havre n’ont utilisé, par contre, comme matériaux que les variétés noires ou gris-noir du Cénomanien, auxquels se seraient ajoutées des quartzites12 (Duteurtre, 1956, p. 233 ; Cayeux, 1973, p. 177). Ces derniers, accompagnés de roches cristallines (granites), métamorphiques (schiste…) sont effectivement présents en position secondaire sur la plage de Sainte-Adresse ; ces roches, en galets, comme en rochers de plusieurs tonnes, ont été rencontrées en dragages, aussi bien dans la Baie de Seine, qu’en mer, sur les côtes de Basse-Normandie comme de celles du Pays de Caux ; ces blocs erratiques ont probablement été transportés par des radeaux de glace et abandonnés par ces derniers sur les estrans et les hauts-fonds de l’estuaire (Guyader, 1977). Cependant, l’examen des pièces en quartzite montre qu’aucune d’entre elles n’est taillée (fig. 8) ; deux des pièces fabriquées dans ce matériau, de la collection Duteurtre, sont même encroûtées de restes de ciment ; Cayeux (1973, p. 178) figure bien un biface fabriqué dans cette roche, mais objet lui-même roulé, son aspect « engageant » doit plus au talent du dessinateur qu’au travail d’un Préhistorique... Compte tenu de son émoussé, on ne peut certifier qu’il s’agit bien d’un artéfact paléolithique (fig. 9).

Fig. 8. « Atelier clactonien », La Hève. « Outil » en quartzite, en fait, gros éclat naturel (coll. Fitte, Musée national des Eyzies ; cliché : J.-P. Watté).

Fig. 9. « Atelier clactonien », le Château (site no 7). Pseudo biface en quartzite (selon Cayeux, 1973).

34C. Lechevalier (1974, p. 218) pensait que l’implantation des ateliers « clactoniens », à une distance relativement proche de la falaise, s’expliquait dans la mesure où le silex utilisé provenait des « blocs éboulés au pied de celle-ci ». En réalité, 52 % des objets clactoniens portent des traces de cortex de galets ; parmi ceux-ci, 7 % sont des éclats d’amorçage ou presque totalement corticaux, 16 % sont semi-corticaux, 58 % portent des traces plus ou moins étendues de « coups d’ongles » caractéristiques. Compte tenu de ces éléments, on peut affirmer que les artéfacts « clactoniens » résultent du débitage, non de rognons extraits d’éboulis de la craie ou de bancs de la falaise, mais de galets marins.

35Si l’on pense que les « ateliers clactoniens » approvisionnaient les Acheuléens, il faudrait expliquer la différence des matériaux employés : plusieurs variétés de silex pour la « station Romain », silex essentiellement issu de galets en silex du Cénomanien pour le « Clactonien ».

  • 13 La couleur noire ou gris noir du silex cénomanien, son opacité, même pour des éclats minces, s’expl (...)
  • 14 L’étude de sa collection montre d’autres exemples de « faux ». Ainsi, il décrit des objets recueill (...)

36Une autre différence importante concerne les patines : à la « station Romain », si quelques objets encore existants sont affectés par une patine noire, de nombreuses pièces « présentent une patine brun-fauve, souvent très foncée » (Duteurtre, 1929a, p. 483) alors que celle des silex « clactoniens » apparaît soit noire et très lustrée (Duteurtre, 1930b, p. 426 ; 1933, p. 66), soit bleutée (Duteurtre, 1941, p. 8). Pour Breuil, les objets recouverts par une patine noire ou brunâtre avaient séjourné dans la tourbe, ce que contestait Adrien de Mortillet (Duteurtre, 1930a, p. 149). Cayeux évoque aussi le « ton noir intense avec un fort lustrage dont la tourbe pourrait bien être responsable » (Cayeux, 1963, p. 14). Il s’agit en fait de la couleur naturellement noire du silex cénomanien13, renforcée par un aspect brillant provoqué par un émoussé superficiel dû à l’érosion. Cayeux évoque, pour son « Clactonien ancien », des outils « fortement patinés, souvent blanc-bleuté » (Cayeux, 1963, p. 10). L’examen de son matériel montre que quelques pièces ont été artificiellement recouvertes de silicate, pour leur donner cette couleur14 !

Étude typologique des objets « clactoniens » du Havre

37Les objets figurés par Cayeux (1963) diffèrent notablement de ceux provenant du site éponyme. La publication de Breuil montre en effet l’existence de racloirs, grattoirs, etc. bien typiques et de grande qualité, dont l’équivalent ne se retrouve pas dans les pièces de La Hève. Des ébauches de bifaces, des « préformes » taillées au percuteur de pierre dure de Clacton (Breuil, 1930, fig. 1, no 1 ; Singer et al., 1973, fig. 18, nos 48 et 19, no 51) sont bien plus petites que les « ébauches » signalées au Havre : d’après ce que l’on peut calculer sur les représentations, l’ébauche dessinée par Breuil mesure 152 x 114 mm, celles figurées par Singer, respectivement 70 x 52 x 33 et 10,5 x 62 x 41 mm. Contrairement aux assertions de Duteurtre et de Cayeux, on ne distingue pas de différences entre les sites et il n’y a pas plus de véritables outils « acheuléens » que de vraies « pointes moustériennes ».

Fig. 10. « Ateliers clactoniens », « amandes monofaces » selon Duteurtre et Cayeux, gros éclats à retouches vraisemblablement accidentelles. En particulier, les enlèvements périphériques du no 2 présentent une patine très différente du reste de la pièce. 1 : La Hève ; 2-3 : le Becquet (site no 4). (1 : coll. Guyader ; 2 : coll. Watté ; 3 : coll. Cayeux ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).

38De gros éclats de débitage, aux faces bombées, correspondant parfois à des « éclats Kombewa », pourraient constituer des « préformes » (fig. 10). Certaines « amandes monofaces » évoquées par Duteurtre et Cayeux pourraient éventuellement être interprétées comme ébauches de bifaces (fig. 11). En dehors des éclats retouchés, les autres « outils » apparaissent bien rares : de grosses lames, de grands racloirs, des nucléus, éclats et pointes proto ou para Levallois (fig. 12), aux retouches simples, rarement scalariformes, souvent fort grossières ou irrégulières, ce qui faisait penser à Cayeux que celles-ci avaient eu « lieu sur le bord d’enclumes (arêtes de blocs dormants) » (Cayeux, 1965, p. 4). Mais il n’est pas possible de déterminer s’il s’agit d’outils fabriqués au Paléolithique ou d’éclats retouchés naturellement par des chocs dus aux vagues (fig. 13). Le léger émoussé qui les recouvre ne permet pas de trancher. Ceux-ci sont d’ailleurs en très petits nombre et on ne note l’existence d’aucun hachereau véritable, biface ou pièce approchante, burin, perçoir etc. Enfin, l’examen des nucléus montre que plusieurs d’entre eux correspondent à des pavés, tels les deux « noyaux » nos 35 et 36 représentés dans la publication synthétique de Cayeux (1963, fig. IV, p. 29) et redessinés d’après les originaux conservés au muséum du Havre (fig. 14).

39Les préhistoriens havrais qui exploitèrent ces gisements furent toujours frappés par les énormes dimensions des artefacts récoltés. Cayeux (1963, p. 4-5) évoque avec lyrisme les « expéditions aux grandes marées d’hiver, où, vêtus en terre-neuvas, giflés par les embruns et les graviers projetés par les vagues, les doigts gourds et les yeux piqués par le froid, nous disputions aux flots troublés les témoins de ce Clactonien qui nous posait tant de problèmes. Les retours, qui nous paraissaient interminables, à la nuit tombante, ces longs trajets sous la falaise, trébuchant sous la charge des pièces énormes, prenaient figure d’épopée. ».

40Ces « grosses pièces » ont été décrites à plusieurs reprises. Ainsi, Duteurtre (1956, 1957a, b) signale :

  • un « monoface » en grès, de 29 x 17,5 x 7 cm et de 4,39 kg, recueilli par l’abbé Breuil ;

  • une « amande monoface » en grès, de 32 x 17 x 7 cm et de 4,56 kg ;

  • une « amande monoface », de 25 x 14,5 x 7 cm et de 3,08 kg ;

  • un « tranchoir », de 20 x 16 x 8,5 cm et de 3,22 kg ;

  • une « amande monoface », de 28,5 x 18,5 x 8 cm et de 5,11 kg ;

  • un « gros grattoir en creux, à deux mains », de 23 x 22 x 6,5 cm et de 4,5 kg ;

  • une « pièce rectangulaire, tranchoir ou hachoir en grès », de 29 x 22,8 x 10 cm et de 7,38 kg ;

  • un « tranchoir en grès », de 25 x 19 x 8 cm et de 4,088 kg ;

  • un « tranchoir en grès », de 26 x 19 x 7,5 cm et de 2,915 kg ;

  • un « tranchoir en grès », de 25 x 15 x 9 cm et de 3,6 kg ;

  • un « tranchoir en grès », de 21,5 x 18 x 7 cm et de 2,785 kg ;

  • une « grosse pointe trièdre », de 19 x 22 x 8 cm et de 3,345 kg (Duteurtre, 1936).

Fig. 11. « Ateliers clactoniens ». Pseudo-ébauches et ébauches authentiques ? 1-2-6 : les Régates (le Casino et les deux Cuvettes, sites 2-3) ; 3 : Le Becquet (site 4) ; 4-7 : La Hève ; 5 : le Grand Banc sud (site 10) ; 8 : le Lion (site 5) (1-2-4-6-8 : coll. Duteurtre ; 3 : coll. Hauchard ; 5 : coll. Cayeux ; 7 : coll. Guyader ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).

Fig. 12. « Station Romain » et « ateliers clactoniens ». Produits Levallois vrais et faux. 1-2 : éclats Levallois atypiques ; 3-4 : pointes Levallois suspectes ; 5 : nucléus faussement Levallois ; 6 : nucléus Levallois ? 7 : nucléus Levallois sûr. 1-2 : « station Romain », le Parc ; 4 : le Becquet (site 4) ; 5 : le Chaos (site 9) ; 6 : les Régates (site 3) ; 7 : « station Romain ». (1-5 : coll. Cayeux ; 2-6 : coll. Guyader ; 4 : coll. Gélis ; 7 : coll. Duteurtre, ancienne coll. Romain ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).

41Pour leur part, Cayeux et Guyader (1957, p. 16-17) décrivent, entre autres :

  • une « large pointe », 24 x 17 x 8 cm et de 2,4 kg ;

  • une « pointe trièdre », 21 x 16 x 7 cm et de 1,75 kg ;

  • une « pointe massive », 22 x 20 x 9 cm et de 3,8 kg ;

  • une « pointe trièdre », 22 x 17 x 8 cm et de 2 kg ;

  • un « très grand biface à deux mains », de 32 x 22 x 9,5 cm et de 5,6 kg ;

  • une « pointe trièdre », de 21 x 16 x 8,3 cm et de 2,1 kg ;

  • une « pointe presque entièrement recouverte de cortex », de 26 x 16 x 9,5 cm et de 2,8 kg ;

  • une « pointe assez plate, monoface », de 27 x 18 x 5,5 cm et de 1,9 kg ;

  • une « pointe trièdre », de 27 x 18 x 9 cm et de 3,17 kg.

42L’examen de ce matériel montre aujourd’hui qu’il s’agit en totalité d’éléments naturels.

Étude technologique

43Le matériel se compose quasi essentiellement de produits de débitage, souvent de très fortes dimensions. Les éclats ne témoignent pas d’un soin particulier dans la préparation du débitage. En effet, 20 % des talons sont naturels et 72 % lisses (les autres, 4 % de dièdres, 3 % de facettés plus ou moins vagues et 1 % de punctiformes, semblent plutôt résulter du hasard). Des talons sur arêtes montrent aussi le peu d’attention apportée à l’opération.

44La fracturation des éclats est provoquée par des chocs particulièrement violents ; 34 % des bulbes de percussion apparaissent bien marqués, en léger relief ; 24 % des cônes sont proéminents, voire détourés presque totalement, 3 % sont multiples. De tels stigmates ne peuvent être produits que par des percuteurs particulièrement lourds, appliqués avec force. Les bulbes du site éponyme, autant que l’on peut s’en rendre compte d’après les publications de Breuil et de Singer, sont certes forts, mais pas aussi puissants.

Fig. 13. « Ateliers clactoniens ». Pseudo outils aux retouches naturelles ? 1 : racloir ; 2 : coche ; 3 : denticulé ; 4 : lame retouchée ; 5 : éclat à deux bulbes, retouché ; 6 : éclat retouché ; 7 : éclat retouché, à bulbe entièrement détouré ; 8-9 : couteaux à dos naturel. 1 : la Cabane à Charles (no 6) ; 2 : la Mer ; 3 : le Lion (no 5) ; 4-7 : le Château (no 7) ; 5 : le Chaos (no 9) ; 6 : le Cap (no 8) ; 5-8-9 : le Becquet (no 4). (1 à 4, 7, 9 : coll. Duteurtre ; 5 : coll. Guyader ; 8 : coll. Cayeux ; 6 : coll. Watté ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).

Fig. 14. « Atelier clactonien », le Grand Banc sud (site 10). Une des pierres de construction ou pavés décrite comme « nucléus » (coll. Cayeux, muséum du Havre ; dessin : J.-P. Watté).

  • 15 Non compris bien sûr les éclats naturels qui figurent dans les collections.
  • 16 Les dimensions n’ayant pas été précisées, elles ont été recalculées d’après les figures de l’ouvrag (...)

45La comparaison des longueurs des produits de La Hève15 et de ceux de Clacton16 permet d’établir des différences sensibles (tableau 1).

46On constate que les objets des « ateliers clactoniens » sont sensiblement plus grands que ceux du site de Clacton-on-Sea.

47Tous les auteurs havrais insistent sur l’importance de l’angle formé par le talon et la face d’éclatement. Les valeurs mesurées sur les éclats « clactoniens » de La Hève sont équivalentes à celles enregistrées pour ceux qui résultent du façonnage de pavés réalisé à la masse métallique retrouvés à Harfleur mais datant de la fin du Moyen Âge (tableau 2 ; Watté et al., 2011).

La « stratigraphie » des « ateliers clactoniens », selon Cayeux

48Cayeux (1963, p. 10) fait état de « trois niveaux » correspondant à un « Clactonien ancien, Clacto-Abbevillien », à un « Clactonien typique » et à un « Clactonien évolué ». Le premier est composé en particulier de « pièces massives », de « grandes amandes », de « gros trièdres » ; on le trouve « à la base des stations » qui se découvrent par « marées basses exceptionnelles ». Le second, est « une industrie à dominante d’éclats avec plan de frappe oblique et bulbe décalé, composée surtout de racloirs, pointes trièdres, hachereaux, quelques choppers… » Le dernier « évolue vers des types plus légers, plus facettés, rappelant les industries moustériennes de tradition acheuléenne ou des techniques levalloisiennes. Les pièces lourdes ont disparu […]. Cet outillage occupe le sommet des stations. » À l’appui de cette distinction, il fournit un plan (fig. 15) établissant la répartition de ces trois ensembles en fonction de leur position sur la grève (id., p. 38), repérables suivant la hauteur des marées (id., p. 36). Autrement dit, la périodisation par Cayeux de son Clactonien repose sur une stratigraphie horizontale où le mobilier en couches superposées, libéré par l’érosion, serait resté dans le même plan vertical, sans déplacement. Ni son marquage des pièces, ni son catalogue ne permettent de situer ainsi les objets récoltés : il s’agit là en fait d’une reconstitution théorique, établie en fonction d’idées préconçues, comme Cayeux l’a fait ailleurs pour d’autres industries. Ainsi, il pose comme postulat, à propos de « la discrimination des industries néolithiques », une « décroissance continue du volume des pièces, du Campignien au Chalcolithique » : plus l’industrie est récente, plus les outils sont petits (Cayeux, 1957a, p. 416) et on le voit appliquer cette théorie en replaçant dans des coupes le mobilier récupéré dans des déblais de tranchées de travaux urbains effectués au Havre (Cayeux, 1955, p. 557-559 et 1957b, p. 47-48 ; Watté, 2008, p. 272-273). Il a procédé de même ici : il a fait trois tas, les grosses pièces, les moyennes, les petites, puis il a placé le premier en bas et le dernier en haut… Ce « classement » de 1963 a été effectué d’une façon théorique et non d’après un examen de chaque objet, comme le prouve d’ailleurs la falsification de ses décomptes.

Tableau 1. Comparaisons des longueurs des outils et produits de débitage des ateliers « clactoniens » de La Hève et du site éponyme de Clacton-on-Sea.

Tableau 2. Valeurs de l’angle formé par le plan de frappe et la face d’éclatement. Comparaison avec les éclats d’Harfleur, débités à la fin du Moyen Âge, avec un marteau en fer.

Fig. 15. « Atelier clactonien » no 4, le Becquet. « Stratigraphie » selon Cayeux (1963).

Le problème posé par la localisation des découvertes

49La « station Romain » se trouve dans le prolongement du lit majeur de la Seine, à sa sortie de l’estuaire actuel. Cette situation peut correspondre autant à une implantation sur une ancienne terrasse qu’à une installation en bordure de côte. Les stations 1 et 2 se situent dans la mouvance de la « station Romain ». Les 3 à 7 s’étendent, un peu plus au nord, tout au long d’une basse falaise composée en grande partie d’éboulis, relief très comparable au talus de raccordement entre la plaine alluviale et le plateau de la ville du Havre dont la mise en place a eu lieu anciennement. La présence de sites paléolithiques à cet endroit peut éventuellement s’expliquer ; par contre, leur existence à l’emplacement des derniers points, 8 à 12, au pied du cap de La Hève, qu’ils « ceinturent entièrement » et ce jusqu’à « 1 500 mètres Nord du Cap » (Duteurtre, 1933, p. 65 et 67) apparaît difficilement acceptable, car ils sont situés à quelques dizaines de mètres seulement du pied de falaise. Certes, à l’heure actuelle, il existe une morte falaise, composée en particulier à partir de sables et d’argiles de l’infra-Crétacé, d’éboulis de craie cénomanienne, qui la protège de l’érosion, mais il faudrait admettre qu’il n’y a pas eu de recul de la falaise depuis 250 ou 300 000 ans, ce qui est peu vraisemblable. En effet, la coupe géologique du cap de La Hève débute par quelques mètres de couches alternées de bancs calcaires et d’argiles marneuses du Kimméridgien ; celles-ci sont recouvertes par des sables aptiens d’une épaisseur de 24 m, puis d’un poudingue ferrugineux mal consolidé de l’Albien inférieur et d’argiles du Gault d’une dizaine de mètres de développement (Rioult, 1961 ; Breton, 1998, p. 11-12). Sur plus de la moitié de sa hauteur depuis sa base, la falaise (haute d’une centaine de mètres) est donc constituée de roches particulièrement meubles ; aux périodes où le niveau marin était très légèrement supérieur à l’actuel, la mer venait donc battre des niveaux sableux de grande ampleur : l’érosion devait être alors intense et le recul de la falaise très important. C’est un point qui a été soulevé au lendemain même de la découverte des « ateliers clactoniens » : « à 25 mètres en avant de la falaise actuelle, il est absolument impossible d’imaginer des stations ou ateliers occupés ou exploités par des êtres humains, puisqu’il y a moins de cent ans, la falaise elle-même, avec son à-pic de cent mètres, se trouvait sur l’emplacement où sont signalés par nos préhistoriens locaux les ateliers supposés, à plus forte raison des nombreux millénaires qui nous sépare de la deuxième glaciation », époque à laquelle on situait alors le Clactonien (Pichon, 1934, p. 51).

50Pichon avance encore un autre argument, recevable, parce que l’observation peut être vérifiée aujourd’hui : « Qu’on ne me parle pas de conservation dans le sable, dans la vase, puisque sous La Hève, les dalles kimméridgiennes forment le fond marin, qui d’une marée à l’autre, est soit complètement déblayé, dénudé, soit recouvert d’une couche plus ou moins épaisse de vase, de sable, de galets et même de blocs énormes, selon la force et la direction des vents. Un habitué de La Hève, un expert en géographie et géologie quaternaire ne peut donc admettre sans réticences la ceinture clactonienne de La Hève à Antifer et au-delà. L’histoire quaternaire de notre rivage cauchois semblerait plutôt nier l’impossibilité physique et la non-concevabilité morale du Clactonien sur notre plage » (Pichon, 1934, p. 52-53).

51Enfin, contrairement à ce que pensait Cayeux (1963, p. 35), le pied du cap de La Hève n’a jamais été baigné par la Seine ; les derniers « ateliers clactoniens » ne pouvaient donc occuper une ancienne terrasse du fleuve. En effet, les recherches de Larsonneur (1971, fig. 26) montrent que sa paléo-vallée et ses sédiments anciens se situent plus au sud-ouest. Il est impossible d’admettre, au moins pour les derniers sites, que la situation topographique de la falaise et du rivage n’ait pas évolué depuis le Paléolithique inférieur.

Les véritables artisans du « Clactonien » de La Hève

52D’importantes disparités existent entre les objets de la « station Romain » et ceux des « ateliers clactoniens ». De même, les pièces de La Hève apparaissent aussi bien très différentes de celles de la station éponyme que de celles recueillies dans les briqueteries de la région qui ne livrent pas, comme le reconnaît lui-même Duteurtre (1933, p. 67), de « silex taillés offrant les mêmes techniques de taille que celle des pièces trouvées au pied du Cap ». Il convient donc de rechercher ailleurs que dans le Paléolithique ancien l’origine culturelle et chronologique des « ateliers » découverts par Duteurtre. L’antiquité des artéfacts « clactoniens » est mise en doute dès les premières présentations de Duteurtre, en particulier au cours de séances de la Société linnéenne de Seine-Maritime. Ainsi : « J’avoue bien humblement que je ne puis surmonter le doute que j’ai concernant l’authenticité de l’ancienneté de la taille de ces silex […] je ne puis croire qu’elles [ces pierres] ont été taillées, si l’on peut dire, par nos ancêtres préhistoriques, mais bien par des ouvriers du Moyen Âge. […] La plupart des vieux manoirs du pays de Caux, les vieux murs du Havre, les fortifications d’Harfleur ont été construits avec des silex venant de la Plage du Havre » (Darbour, 1934, p. 42).

  • 17 Souligné par Jean-Pierre Watté.

53Il faut rappeler à ce propos les mentions d’Alphonse Martin (1923), publiées plusieurs années avant les découvertes des « ateliers clactoniens » : « Le havre de Grâce était aussi utilisé pour le transport de cailloux taillés, dont le Chef-de-Caux et la Tuilerie dans le Bas-Sanvic [c’est-à-dire la baie de Sainte-Adresse] avaient la spécialité. C’est ainsi que lors de la réparation des fortifications de Harfleur, à la fin du XVe siècle, les gens de cette dernière ville achetaient ces matériaux et les faisaient transporter par voitures ou par bateaux. On peut citer par exemple de ces fabrication et transports de cailloux taillés pour la ville de Harfleur : « payé à Geoffroy Bonnet pour 1 400 livres à la tuilerie proche le Chef-de-Caux. À Charbonnel et Jehan Pellerin pour les 5 000 de cailloux taillés apportés en leurs bateaux depuis le havre de Grâce jusque sur les quais de Harfleur. » Les ateliers des ouvriers tailleurs de silex renommés du Chef-de-Caux et du Bas Sanvic à la Tuilerie ont fourni les magnifiques murailles en damier noir et blanc que l’on retrouve dans les édifices construits dans l’arrondissement du Havre, du XVe au XIXe siècle. Il est probable que des éclats de silex laissés sur place ou roulés par les flots ont reçu la forme d’outils préhistoriques découverts à cet endroit17.

54Pichon (1934) félicite immédiatement Darbour pour son intervention, estimant quant à lui que ces silex « clactoniens » résultent de fractures naturelles, dues aux chocs des galets entre eux au moment des tempêtes ou du gel en hiver et réfute, arguments à l’appui (voir ci-dessus), la possibilité d’occupations préhistoriques au pied du cap de La Hève (donc au moins les sites 8 à 12 de Duteurtre).

Fig. 16. Sainte-Adresse. Maison et mur construits en silex taillés (cliché : J.-P. Watté).

Fig. 17. Sainte-Adresse. Détail d’un mur construit en silex taillés (cliché : J.-P. Watté).

55Certain apporte ensuite un témoignage d’une extrême importance : « J’ai vu à l’œuvre les deux derniers tailleurs de ces silex, tous deux originaires de Sainte-Adresse, le père Liard et son fils François. Ces ouvriers cessèrent leurs travaux en 1885. Lorsque les marées leur en laissaient le loisir, ils taillaient les silex à pied d’œuvre et lorsque la mer montait, ils accomplissaient leur ouvrage au-dessus de la zone de balancement des marées, où ils accumulaient des pièces pour les façonner à loisir. Pour transporter les silex ouvrés, faute d’autres moyens de communication (car il n’existait pas encore de route, en ces temps là, à part de petits chemins presque impraticables), ils employaient donc une embarcation d’environ cinq mètres de longueur, qu’ils amenaient à l’extrémité de la sente Alphonse Karr [au fond de la baie de Sainte-Adresse], la seule voie charretière praticable du temps. Ils amenaient également à cet endroit des silex bruts qu’ils façonnaient pendant les mauvais temps à l’abri de leur cabane. De sorte que l’on peut trouver des débris de taille aux alentours, débris qui ont été le plus souvent dispersés dans les grandes tempêtes […] » (Certain, 1934, p. 53). Il suffit de se promener dans les rues de Sainte-Adresse pour constater que de nombreux murs et maisons sont construits avec des moellons taillés dans le silex cénomanien : on a là les produits finis qui correspondent aux déchets de taille des « ateliers clactoniens » (fig. 16 et 17).

Autres ateliers de taille de pierres de construction en position similaire

56Des sites équivalents aux « ateliers clactoniens » de La Hève existent dans la région. Leur interprétation et leur attribution chronologique rappellent tout à fait ceux-ci.

57Ainsi, aux « Petites-Dalles », à Sassetot-le-Mauconduit (Seine-Maritime), sur le littoral nord du plateau cauchois, Gérard Fosse (1980, p. 22) avait signalé la découverte réalisée par Jean Leroy d’« une importante série trouvée sur la plage, recouverte à marée haute, [...] riche de plusieurs centaines de pièces » et pouvant se rapporter « à plusieurs périodes (Paléolithique ancien et moyen) ». L’étude du site a été reprise en 1985 par Gérard Fosse et Alain Michel (1986). Comme pour les gisements situés au pied même du cap de La Hève, ces auteurs soulignent que la série composée de 550 objets « très émoussés, voire roulés et très ébréchés, mais insuffisamment, semble-t-il, pour que l’on puisse envisager une action de la mer pendant des dizaines, sinon des centaines de milliers d’années [...] se trouvait sur la partie supérieure de l’estran, alors que le recul de la falaise, depuis les lointaines époques paléolithiques, a été très importante sur le littoral cauchois. Enfin, des prospections plus minutieuses ont permis de trouver des “nucléus” dont certains sont à l’évidence des pierres de construction à différents stades d’élaboration. » En complément de ces recherches, des sondages ont été menés sur la terre ferme, en rebord de falaise. Ils ont livré des silex taillés, dont un éclat Levallois typique. Gérard Fosse et Alain Michel concluent : « il est théoriquement possible que certaines pièces soient tombées sur l’estran où elles ont été émoussées, voire roulées et ébréchées. Mais la très grande majorité des objets appartient bien à un atelier de taille de pierre de construction d’époque moderne ou contemporaine, comme en témoigne l’absence de nucléus, l’absence d’outils caractéristiques du Paléolithique ancien ou moyen, le caractère très atypique de débitage de technique levalloisienne [...] »

  • 18 Pavés et pierres de construction étaient taillés avec une massette de fer ou « épinçoir ».

58De même, à Saint-Jouin-Bruneval, à 2 km au nord de la valleuse de Bruneval, une pièce, recueillie par Stéphane Eggiman, a été rapprochée à la fois de celles du site de Sassetot, au moment où celui-ci était encore considéré comme « paléolithique », et des ateliers « clactoniens » de La Hève. Celle-ci, de 94 x 48 x 18 mm, fabriquée en silex cénomanien noir, correspond « à une pointe allongée semblable à une pointe Levallois de premier ordre ou plus vraisemblablement, à un éclat-pointe obtenu par l’enlèvement de l’arête d’un quelconque nucléus ». « Le talon, lisse, est très incliné, l’angle qu’il forme avec la face d’éclatement atteint 135° », comme pour les objets de La Hève. « La surface lustrée, légèrement cacholonnée, la patine blanc-bleuâtre d’aspect laiteux » rappellent également tout à fait ceux-ci. Ces caractères nous avaient conduit à l’époque (Watté, 1985) à considérer cette pièce comme « paléolithique ». Sans doute s’agit-il aussi d’un témoin de la fabrication récente de moellons de construction. Tout à fait intéressante, car bien datée, est la découverte à Harfleur d’un point de taille de pavés de rue. Une fouille a été menée sous la direction de Bruno Duvernois, au niveau de l’ancien rempart de la ville, à l’emplacement de la porte dite de Rouen. Ces recherches ont permis la mise au jour d’une voie pavée de silex soigneusement équarris, datée de la fin du XVe et du début du XVIe siècle. Tout contre celle-ci, un amas de débitage riche de près de 750 éclats a été mis au jour. Ceux-ci, en silex cénomanien pour l’essentiel, comme pour les pavés de la chaussée, témoignent d’un débitage particulièrement violent18 : éclats larges et courts, avec talons larges également, sans préparation du plan de percussion et de l’angle d’éclatement, angle d’éclatement élevé (tableau 2), nombreuses esquilles de vibration et fissurations, gros bulbes parfois détourés, conoïdes géminés… (Watté et al., 2011) : tous ces caractères rappellent ceux des éclats « clactoniens ».

  • 19 Éclats au nombre de 350 dont il « s’est débarrassé » (Duteurtre, 1933, p. 65 ; Cayeux, 1963, p. 34)

59Il n’est par ailleurs pas impossible que la « station Romain » elle-même ait été « polluée » par des déchets de taille des époques moderne et contemporaine. En effet, Romain (1906, p. 150), parle « d’énormes blocs de silex qui ressemblent à des ébauches […] de silex, noir ou jaune, pesant jusqu’à 15 kg, présentant les traces incontestables du travail humain ». Il signale aussi (1914, p. 614-615) avoir « trouvé en quantité des éclats19 et des silex taillés, indéterminables, qui paraissent avoir été utilisés ». Il peut s’agir de produits de débitage acheuléens, mais leur description correspond aussi étrangement à ce que l’on connaît des « ateliers clactoniens ».

  • 20 Administrateur de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.

60Au sud de la Seine, le long des côtes du Calvados, sur l’estran de Villerville, de gros éclats en silex, également cénomanien, ont été recueillis par Didier Moutier20 (communication orale) : l’examen de ceux-ci montrent qu’ils sont tout à fait semblables aux pièces de La Hève ; ils témoignent aussi très vraisemblablement de la même fabrication de pierres de construction.

Conclusion

  • 21 La présence de quelques pièces acheuléennes, à proximité de la « station Romain », n’aurait rien d’ (...)

61L’habitat acheuléen de la « station Romain » fut le premier gisement paléolithique sous-marin découvert au monde. Les « ateliers clactoniens » constituèrent le premier grand ensemble français attribué à cette culture à éclats. Ensemble, ils ont servi ensuite d’exemple pour montrer l’existence supposée d’une complémentarité entre un gisement à bifaces et des ateliers de taille du Paléolithique ancien. Ces notions doivent être sévèrement révisées. Si la « station Romain », sur la plage du Havre, tout contre la « digue Nord », correspond bien à un site acheuléen, en revanche, les « ateliers » échelonnés de là jusqu’au pied du cap de La Hève, témoignent avant tout de la fabrication aux temps historiques de pavés et pierre de construction même s’ils ont pu livrer occasionnellement des pièces paléolithiques21 : les plages du Havre et de Sainte-Adresse ne peuvent plus être considérées comme gisement de référence pour le « Clactonien ».

Bibliographie

Bibliographie

Anonyme (1895) – Résumé des séances. Séances tenues au Havre les 7, 8 et 9 avril. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, II, 1894, p. 5-26.

Babeau L. (1894) – Résumé des séances. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, 1893, p. 32.
— (1907) – La préhistoire et la plage sous-marine du Havre. Bulletin de la société géologique de Normandie, XXVI, 1906, p. 37-45.

Bordes F. (1961) – Typologie du Paléolithique ancien et moyen. Bordeaux, Delmas, 85 p., 11 fig., 1 atlas, 108 pl.

Breton G. (1998) – Excursions géologiques sur le littoral entre Le Havre et Fécamp (Normandie, France). Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, 85, fasc. 1, 39 p., 26 fig., 4 pl.

Breuil H. abbé (1930) – Le clactonien et sa place dans la chronologie. Bulletin de la Société préhistorique française, 27, fasc. IV, p. 221-227.
— (1932) – Les industries à éclats du Paléolithique ancien : I. Le Clactonien. Préhistorique, 1, fasc. 2, p. 125-190.
— (1934) – Lettre de M. l’abbé Breuil. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 22e année, no 8-9-10, p. 67-68.

Cayeux L. (1955) – Gisements néolithiques des anciens marais du Havre (Quartier du Perrey). Bulletin de la Société préhistorique française, LII, fasc. 9-10, p. 557-559.
— (1956) – Occupations préhistoriques des anciens marais du Havre. Découvertes dans le quartier du Perrey. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, XLVI, p. 10-13.
— (1957a) – Les occupations campigniennes et post-campigniennes de la plaine de Gommerville. Bulletin de la Société préhistorique française, LIV, fasc. 7-8, p. 412-421.
— (1957b) – Les vestiges ostéologiques fossiles des anciens marais du Havre, témoins de la vie néolithique. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, XXXVI, fasc. III, p. 46-50.
— (1958) – Nouvelle occupation des anciens marais du Havre. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, XLVIII, p. 15-17.
— (1963) – Le Clactonien des stations sous-marines du Havre et de Sainte-Adresse. Bulletin de la Société normande d’études préhistorique, XXXVIII, fasc. 1, p. 4-42.
— (1965) – Les industries clacto-abbevilliennes normandes. Revista da Faculdate de Letras de Lisboa, 3e série, no 9, p. 3-12.
— (1966) – Le faciès haut-normand des industries Seine-Oise-Marne. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, LVI, hors série, p. 1-13.

— (1973) – Une industrie préhistorique devenue inaccessible : les quartzites de la plage du Havre. Bulletin de la Commission des antiquités de Seine-Maritime, XXVIII, 1970-1971, p. 177-179 et Bulletin de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, LXI, 1971-1972, p. 161-162.

Cayeux L. et Guyader J. (1949) – Découverte de la station du Grand Banc extrême Sud (no 9 E.S.) le 1er novembre 1948. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, nouvelle série, janvier.
— (1957) – À propos des pièces préhistoriques de grande dimension : le clacto-abbevillien de la station du Grand Banc Sud, Bec de Caux, Seine-Maritime. Bulletin de la société préhistorique française, LIV, fasc. 1-2, p. 14-18.

Certain A. (1934) – Contribution à la notice de M. Darbour parue au bulletin de la Société linnéenne, no 4, avril 1934. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 22e année, no 7, juillet, p. 53-54.

Darbour G. (1934) – À propos des silex taillés de la plage du Havre. Bulletin mensuel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, no 6, p. 41-44 et Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 22e année, no 7, juillet, p. 51-53.

Dollfus A. (1863) – La faune kimméridgienne du Cap de la Hève. Essai d’une révision paléontologique. Paris, F. Savy, 102 p., 18 pl.

— (1981) – La faune kimméridgienne du cap de la Hève. Essai d’une révision paléontologique. Rééd. suivie d’un complément de 75 p., 2 pl. par M. Rioult, Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, LXVIII, suppl. au fasc. 2, 2e trimestre 1981.

Duteurtre M. (1929a) – Découverte d’une station sous-marine de silex taillés paléolithiques sur la plage de Sainte-Adresse. Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, 53e session, Le Havre, p. 482-483.
— (1929b) – Découverte d’une station sous-marine de silex taillés préhistoriques sur la plage de Sainte-Adresse en décembre 1928. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 15e année, no 12, p. 91.
— (1930a) – Une importante série de silex provenant de la station sous-marine de la plage de Sainte-Adresse. Bulletin de la Société préhistorique française, XXVII, fasc. 3, p. 147-149.
— (1930b) – Découverte d’une station de silex taillés paléolithiques à faciès clactonien sur la plage de Sainte-Adresse. Bulletin de la Société préhistorique française, XXVII, fasc. 9, p. 426-430.
— (1931) – Considération sur les silex clactoniens de la station des Régates et au-delà. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 17e année, no 7-8-9, p. 76-78.
— (1932a) – Les stations sous-marines des plages du Havre et de Sainte-Adresse. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, XXXVI, 1931-1932, p. 63-69.
— (1932b) – Découverte d’un atelier de silex taillés au nord du Cap de la Hève. Bulletin mensuel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, 62e année, no 11, p. 51-52 et Bulletin de la Société préhistorique française, XXIX, fasc. 10, p. 451-452.
– (1932c) – Excursion à la plage. Bulletin mensuel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, 62e année, no 12, p. 60-61.
— (1933) – Les stations sous-marines des plages du Havre et de Sainte-Adresse. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, XXXVI, 1931-1932, p. 63-69 et Bulletin mensuel de la société linnéenne de la Seine-Maritime, 20e année, no 8-9-10, p. 60-63.
— (1936) – Les haches monofaces de la plage du Havre (coll. Romain). Bulletin mensuel de la Société géologique de Normande et des Amis du muséum du Havre, 66e série, no 1, p. 5-6.
— (1941) – Note sur les stations sous-marines des plages du Havre et de Sainte-Adresse. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, XXXII, fasc. 4, p. 5-10.
— (1942) – L’outillage des stations sous-marines du Bec de Caux, plages du Havre et de Sainte-Adresse (Seine-Inférieure). Bulletin de la Société préhistorique française, XXXIX, fasc. 3-4, p. 120-123.
— (1950) – La préhistoire du muséum du Havre avant sa destruction du 5 septembre 1944. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, XL, 1936 à 1950, p. 13-16.
— (1956) – À propos des bifaces géants. Bulletin de la Société préhistorique française, LIII, fasc. 5-6, p. 233-234 et fasc. 9, p. 449.
— (1957a) – Les pièces géantes du Bec-de-Caux. Revue des Sociétés savantes de Haute-Normandie. Préhistoire et archéologie, no 6, p. 12-14.
— (1957b) – Contribution à l’inventaire des pièces géantes ou macrolithes du Paléolithique inférieur. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, XXXVI, fasc. III, p. 51-52.

Fitte P. (1938) – Une série de pièces clactoniennes provenant d’un des dix ateliers de la plage du Havre. Bulletin de la Société préhistorique française, XXXV, fasc. 9, p. 386-387.

Forestier H. (1993) – Le Clactonien : mise en application d’une nouvelle méthode de débitage s’inscrivant dans la variabilité des systèmes de production lithique du Paléolithique ancien. Paléo, 5, p. 53-82.

Fosse G. (1980) – Bilan du Paléolithique de Haute-Normandie : l’apport des découvertes et des travaux récents. Trésors archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, Lecerf, 1980, p. 17-32.

Fosse G. et Michel A. (1986) – Un atelier de taille de pierres de construction d’époque moderne et contemporaine sur le littoral des Petites-Dalles, à Sassetot-le-Mauconduit (Seine-Maritime). Bulletin du Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie, p. 2-4.

Guyader J. (1952) – À propos de nos gisements sous-marins. Bulletin de la Société géologique de Normandie et Amis du muséum du Havre, XLII, p. 10.
— (1977) – Blocs erratiques dans le Quaternaire de la Baie de Seine. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, LXIV, fasc. 4, p. 35-37.

Hurel A. (2011) – L’abbé Breuil. Un préhistorien dans le siècle. Paris, CNRS éditions, 452 p.

Larsonneur C. (1971) – Manche orientale et baie de Seine : géologie du substratum et des dépôts meubles. Thèse d’État, Caen, 394 p., 93 fig.

Lechevalier C. (1973) – Nouvelles données sur l’évolution morphologique de la région havraise : les formations préwürmiennes de la place Thiers (Le Havre). Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, LXI, 1971-1972, p. 129-139.
— (1974) – Les gisements paléolithiques des plages du Havre et de Sainte-Adresse : données anciennes et nouveaux éléments. Bulletin de l’Association française pour l’étude du Quaternaire, 40-41, p. 213-218.
— (1984) – Le Pléistocène de l’estuaire de la Seine : les données de la région du Havre. Bulletin du Centre de géomorphologie, 29, Caen, p. 102-120.

Lennier G. (1885) – Études géologiques et paléontologiques sur l’embouchure de la Seine et les falaises de Haute-Normandie. Le Havre, Costey, 245 p., 1 atlas, 12 pl.
— (1887) – Études paléontologiques. Description des fossiles du Cap de la Hève. Bulletin de la Société géologique de Normandie, XII, 1886, p. 17-105.

Lepouzé (1932) – Une pointe à soie. Bulletin mensuel de la Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, 62e année, no 11, p. 51.

Martin A. (1923) – Le Havre de Grâce au Moyen Âge. Recueil des publications de la Société havraise d’études diverses, 90e année, p. 114-132.

Meunier S. (1886) – Le Naturaliste, no 62, 1er octobre 1986, 4 col., 1 fig.

Mortillet G. de (1895) – Station paléolithique sous-marine du Havre (Seine Inférieure). Bulletin de la Société d’anthropologie de Paris, p. 369-381 et Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, II, 1894, p. 20-26.

Ohel M.-Y. (1977) – On the Clactonian: Reexamined, redefined and reinterpreted. Current Anthropologie, 18, no 2, p. 329-331.
— (1978) – “Clactonian Flaking” and Primary Flaking: some initial observations.
Lithic technology, avril, p. 23-28.

Ohel M.-Y. et Lechevalier C. (1979) – The “Clactonian” of Le Havre and its bearing of the English Clactonian. Quartär, 29-30, p. 85-105.

Parsy (1890) – Résumé des séances. Séance du 9 février 1887. Bulletin de la Société géologique de Normandie, XIII, 1887-1889, p. 11-12.

Pichon C.-V. (1934) – À propos de Clactonien de la Hève. Lettre de M. Ch.-V. Pichon à M. G. Darbour. Bulletin mensuel de la Société linnéenne de la Seine-Maritime, 22e année, no 7, p. 51-53.

Pouchet (1892) – Le Siècle, 18 mars 1892.

Remy-watté M. (2009) – À l’origine de la préhistoire en Haute-Normandie : l’abbé Cochet, Georges Pouchet et Boucher de Perthes. Journées Archéologiques de Haute-Normandie, Rouen 3-5 avril 2009, Rouen, PURH, p. 9-22.
— (2011) – 1859 et la naissance de l’archéologie préhistorique en Normandie. Hurel A. et Coye N. (dir), Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’histoire naturelle, p. 213-243.

Rioult M. (1961) – Problèmes de géologie havraise. Bulletin de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, LI, p. 32-48.

Romain G. (1890) – Séance du 6 avril 1887. Bulletin de la Société géologique de Normandie, XIII, 1887-1889, p. 13.
— (1894a) – Le Havre, station de la Plage, résumé des recherches préhistoriques en Normandie. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, année 1893, p. 88-94.
— (1894b) – Séance du 5 novembre, tenue à Rouen. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, année 1893, p. 32.
— (1895) – Séances tenues au Havre les 7, 8 et 9 avril. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, II, année 1894, p. 14.
— (1896) – Résumé des séances. Bulletin de la Société géologique de Normandie, XVII, 1894-1895, p. 16.
— (1903) – Recueil havrais, 134, 5 mars 1903.
— (1906) – Plage du Havre. Notes complémentaires sur le gisement sous-marin. Bulletin de la Société préhistorique française, III, p. 149-154.
— (1908) – Plage du Havre. L’industrie paléolithique sous-marine et les pseudo-silex taillés, roulés et fabriqués par la mer. Bulletin de la Société préhistorique française, V, fasc. 7, p. 341-348.
— (1914) – La station paléolithique sous-marine dans la plage du Havre. Bulletin de l’Association française pour l’avancement des sciences, Congrès du Havre, 43e session, p. 611-619.

Singer R., Wymer J., Gladfelter B. G. et Wolff R. G. (1973) – Excavation of the Clactonian Industry at the Golf Course, Clacton-on-Sea, Essex. Proceedings of the Prehistoric Society, 39, p. 6-74.

Tuffreau A. (1976) – Les civilisations du Paléolithique inférieur dans la région parisienne et en Normandie. Lumley H. de (dir). La Préhistoire française, Paris, CNRS, t. I., vol. 2, p. 947-955.

Vincent T. et Watté J.-P. (2012) – Le « cromlech » de la plage du Havre (Seine-Maritime) : une ancienne pêcherie. Sites et guides naturaliste, no 3, Société géologique de Normandie et des amis du muséum du Havre, 25 p., 23 fig.

Warren S. H. (1951) – The Clacton flint industry, a new interpretation. Proceedings of the Geologists’Association, 62, p. 107-135.

Watté J.-P. (1985) – Un nouveau témoin de l’occupation de l’estran de la Manche au Paléolithique à Bruneval (Seine-Maritime). Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, LXXI, fasc. 4, 1984, p. 89-95.
— (1987) – Gisements paléolithiques des plages du Havre (habitat acheuléen de la « station Romain ») et de Sainte-Adresse (ateliers « clactoniens ») (Seine-Maritime). Annales du muséum du Havre, 39, 31 p., 13 fig.
— (2004) – À propos des sources de matières premières utilisables et utilisées par les préhistoriques en Seine-Maritime : le silex cénomanien, un bon marqueur pour la mise en évidence du transport de matières premières et d’objets finis. Haute-Normandie archéologique, 9, p. 13-35.
— (2008) – Progrès récents de la Préhistoire en Normandie. Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, LXV, 2002-2003, p. 265-292.

Watté J.-P., Remy-Watté M. et Duvernois B. (2011) – Harfleur (Seine-Maritime) : un atelier de taille de pavés en silex du XVe siècle : étude technologique. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Harfleur, 23-25 avril 2010, Rouen, PURH, p. 177-188.

Watté J.-P. et Vaireaux J. (2004) – Un niveau moustérien dans la « station Romain » (site acheuléen) de la plage du Havre (Seine-Maritime). Bulletin trimestriel de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre, 90, fasc. 2, 2003, p. 81-86.

Notes

1 Bibliothèque de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.

2 Jean Guyader († 2013), ancien directeur du Laboratoire de géologie du Port du Havre, président à plusieurs reprises de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.

3 Détermination F. Delpech, Laboratoire de géologie du Quaternaire et de paléontologie de Bordeaux ; Lechevalier, 1974, p. 215.

4 Stanislas Meunier (1843-1925), journaliste scientifique, professeur au Muséum national d’histoire naturelle, spécialiste de la géologie expérimentale.

5 Georges Pouchet (1833-1894), fils de Félix-Archimède Pouchet, premier directeur du muséum de Rouen et défenseur de la « génération spontanée » face à Pasteur, a joué un rôle dans la reconnaissance des thèses de Boucher de Perthes. Il s’est en effet rendu à Abbeville dès août 1859, pour rencontrer ce dernier et recueillir des « haches » préhistoriques pour le muséum de Rouen (Remy-Watté, 2009, 2011).

6 Paul Fitte (1917-1997) a collecté une douzaine de gros éclats, déposés aujourd’hui au musée de Préhistoire des Eyzies (observation personnelle).

7 Bibliothèque de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.

8 Professeur de dessin, artiste-peinte auteur de divers documents pour la Société géologique de Normandie et le muséum du Havre.

9 Pour la « station Romain » comme pour la place Thiers, on a conservé les numérotations, inverses, données par les auteurs.

10 Cette présence, jamais confirmée par un autre chercheur, reste sujette à caution, les affirmations de Cayeux étant souvent fantaisistes (Watté, 2008).

11 Observation personnelle.

12 Ou « grès armoricain ».

13 La couleur noire ou gris noir du silex cénomanien, son opacité, même pour des éclats minces, s’expliquent par la présence en son sein de grains de glauconie et de limonite, cette dernière résultant de la décomposition des premiers.

14 L’étude de sa collection montre d’autres exemples de « faux ». Ainsi, il décrit des objets recueillis dans la ville basse du Havre, retrouvés, dit-il, en contact avec un lit de tourbe, cette position entraînant la formation d’une patine de couleur différente sur chaque face : au « Perrey I », « Toutes ces pièces sont noir-brunâtre d’un côté (du côté de la tourbe) et gris du côté de la marne » (Cayeux, 1956, p. 11) et au Perrey II, « Ces pièces sont noir-rougeâtre sur la face supérieure (en contact avec la tourbe) et grises sur l’autre face » (Cayeux, 1958, p. 16). L’examen des pièces en question montre que la couleur noire est due à un lustrage au cirage.

15 Non compris bien sûr les éclats naturels qui figurent dans les collections.

16 Les dimensions n’ayant pas été précisées, elles ont été recalculées d’après les figures de l’ouvrage de Breuil, 1932.

17 Souligné par Jean-Pierre Watté.

18 Pavés et pierres de construction étaient taillés avec une massette de fer ou « épinçoir ».

19 Éclats au nombre de 350 dont il « s’est débarrassé » (Duteurtre, 1933, p. 65 ; Cayeux, 1963, p. 34).

20 Administrateur de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre.

21 La présence de quelques pièces acheuléennes, à proximité de la « station Romain », n’aurait rien d’étonnant. Il faut aussi rappeler que les Paléolithiques installés sur le plateau sont venus jusqu’à la mer pour y récupérer la matière première dont ils avaient besoin : on retrouve des bifaces taillées dans des galets marins jusqu’à au moins 6 km à l’intérieur des terres (Watté, 2004).

Table des illustrations

Légende Fig. 1. Plages du Havre et de Sainte-Adresse. Situation de la « station Romain » et des « ateliers clactoniens » (d’après Cayeux, 1963). Le « cromlech », constitué de pierres levées, avait été interprété autrefois comme étant un monument mégalithique ; il s’agit en fait d’une pêcherie subactuelle (Vincent et Watté, 2012).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 2. Inventaire des objets recueillis par Georges Romain, rédigé de sa main, en 1888 (Bibliothèque de la Société géologique de Normandie et des Amis du muséum du Havre).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 3. « Station Romain ». Bifaces (d’après Babeau, 1907).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 4. « Station Romain ». Dent de mammouth, roulée (coll. Kuenegel, muséum d’histoire naturelle du Havre, cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 5. « Station Romain ». Sondage réalisé en 1985 (recherches et cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Fig. 6. « Station Romain » (1 : le Parc). Bifaces, les nos 11-12 : pièces roulées (1 : coll. Vaireaux ; 2-4-5-9 : coll. Cayeux, ex coll. Forget ; 3-6 : coll. Fouquet ; 7-8 : coll. Coutil ; 10 : coll. Guyader ; 11-12 : coll. Duteurtre ; 2 à 6, 9 à 12 : coll. muséum du Havre ; 7-8 : Musée d’Évreux ; dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 728k
Légende Fig. 7. « Ateliers clactoniens », éclats de débitage. 1 : à large plan de frappe très incliné, Grand Banc sud, site 10 ; 2 : à bulbe presque entièrement détouré, Grand Banc nord, site 11 (coll. Cayeux, muséum du Havre ; clichés : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Légende Fig. 8. « Atelier clactonien », La Hève. « Outil » en quartzite, en fait, gros éclat naturel (coll. Fitte, Musée national des Eyzies ; cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 9. « Atelier clactonien », le Château (site no 7). Pseudo biface en quartzite (selon Cayeux, 1973).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Fig. 10. « Ateliers clactoniens », « amandes monofaces » selon Duteurtre et Cayeux, gros éclats à retouches vraisemblablement accidentelles. En particulier, les enlèvements périphériques du no 2 présentent une patine très différente du reste de la pièce. 1 : La Hève ; 2-3 : le Becquet (site no 4). (1 : coll. Guyader ; 2 : coll. Watté ; 3 : coll. Cayeux ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Légende Fig. 11. « Ateliers clactoniens ». Pseudo-ébauches et ébauches authentiques ? 1-2-6 : les Régates (le Casino et les deux Cuvettes, sites 2-3) ; 3 : Le Becquet (site 4) ; 4-7 : La Hève ; 5 : le Grand Banc sud (site 10) ; 8 : le Lion (site 5) (1-2-4-6-8 : coll. Duteurtre ; 3 : coll. Hauchard ; 5 : coll. Cayeux ; 7 : coll. Guyader ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Légende Fig. 12. « Station Romain » et « ateliers clactoniens ». Produits Levallois vrais et faux. 1-2 : éclats Levallois atypiques ; 3-4 : pointes Levallois suspectes ; 5 : nucléus faussement Levallois ; 6 : nucléus Levallois ? 7 : nucléus Levallois sûr. 1-2 : « station Romain », le Parc ; 4 : le Becquet (site 4) ; 5 : le Chaos (site 9) ; 6 : les Régates (site 3) ; 7 : « station Romain ». (1-5 : coll. Cayeux ; 2-6 : coll. Guyader ; 4 : coll. Gélis ; 7 : coll. Duteurtre, ancienne coll. Romain ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Fig. 13. « Ateliers clactoniens ». Pseudo outils aux retouches naturelles ? 1 : racloir ; 2 : coche ; 3 : denticulé ; 4 : lame retouchée ; 5 : éclat à deux bulbes, retouché ; 6 : éclat retouché ; 7 : éclat retouché, à bulbe entièrement détouré ; 8-9 : couteaux à dos naturel. 1 : la Cabane à Charles (no 6) ; 2 : la Mer ; 3 : le Lion (no 5) ; 4-7 : le Château (no 7) ; 5 : le Chaos (no 9) ; 6 : le Cap (no 8) ; 5-8-9 : le Becquet (no 4). (1 à 4, 7, 9 : coll. Duteurtre ; 5 : coll. Guyader ; 8 : coll. Cayeux ; 6 : coll. Watté ; muséum du Havre ; dessins : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Fig. 14. « Atelier clactonien », le Grand Banc sud (site 10). Une des pierres de construction ou pavés décrite comme « nucléus » (coll. Cayeux, muséum du Havre ; dessin : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Tableau 1. Comparaisons des longueurs des outils et produits de débitage des ateliers « clactoniens » de La Hève et du site éponyme de Clacton-on-Sea.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Légende Tableau 2. Valeurs de l’angle formé par le plan de frappe et la face d’éclatement. Comparaison avec les éclats d’Harfleur, débités à la fin du Moyen Âge, avec un marteau en fer.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Légende Fig. 15. « Atelier clactonien » no 4, le Becquet. « Stratigraphie » selon Cayeux (1963).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
Légende Fig. 16. Sainte-Adresse. Maison et mur construits en silex taillés (cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende Fig. 17. Sainte-Adresse. Détail d’un mur construit en silex taillés (cliché : J.-P. Watté).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3896/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 224k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540