Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Le rôle de la Haute-Normandie dans les problématiques préhistoriques du XIXe siècle : chronologie et stratigraphie du paléolithique inférieur et moyen (1870-1894)

Monique Remy-Watté

Résumé

L’examen des recherches menées en Haute-Normandie durant la première période de construction de la préhistoire permet d’étudier les débats concernant les débuts du Paléolithique, avec leurs contradictions, aux échelles à la fois régionale et nationale, des interactions existant entre les deux. Des moments privilégiés marquent ce processus : congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences du Havre (1877) puis de Rouen (1883) et fondation de la Société normande d’études préhistoriques (1893).

The role of Haute-Normandie in the prehistoric issues of the 19th Century: the chronology and stratigraphy of the Lower and Middle Paleolithic (1870-1894) By examining research carried out in Haute-Normandie during the initial construction of prehistory, it is possible to study debates concerning the beginnings of the Paleolithic Period, along with their contradictions, both on a regional and national scale, and the interlinkages that exist between the two. Some important moments characterise this process: the French Association for the Advancement of Science congress in le Havre (1877), and subsequently in Rouen (1883), and the foundation of the Norman Society of Prehistoric Studies (1893).

Texte intégral

1Après la reconnaissance en 1859 de la validité des travaux de Boucher de Perthes (1788-1868), l’existence de la Préhistoire, tout en restant discutée par certains, est assez rapidement admise durant les années 1860 par une bonne partie des milieux scientifiques.

  • 1 Sans le nom encore toutefois. On parle alors de « hache » ou « hachette » ; G. de Mortillet propose (...)
  • 2 Nous utiliserons ce terme par commodité même si, à l’époque, il n’est pas encore en usage.

2En Haute-Normandie, la participation directe de l’abbé Cochet (1812-1875) et de Georges Pouchet (1833-1894) aux événements de 1859-1860 a sans nul doute favorisé le processus (Remy-Watté, 2010a, 2011). Les premières recherches « préhistoriques » qui y sont menées aboutissent en 1863, à Arques-la-Bataille, à la première découverte d’un biface1 interprété sur le moment comme tel par comparaison avec les outils de Saint-Acheul (Langlois d’Estaintot, 1867, p. 240). Durant les décennies suivantes, une large partie des études régionales se développe dans le cadre des problématiques privilégiées à l’échelle nationale : parmi les thèmes principaux figurent la classification et la datation des vestiges les plus anciens, à partir d’une double réflexion portant sur la typologie des artéfacts et l’étude de stratigraphies de sites, dans laquelle on retrouve donc l’influence dominante de Gabriel de Mortillet (1821-1898). Les années passant, de nouvelles observations entraînent des remises en cause et des débats s’ouvrent sur la question ; la Haute-Normandie s’y trouve mêlée, à la fois parce que les chercheurs régionaux, continuant à s’insérer dans les modèles dominants, replacent leurs observations dans ces discussions et parce que d’autres préhistoriens2 viennent de l’extérieur sur plusieurs sites pour y chercher des réponses aux problèmes posés.

3Certains thèmes restent au cœur de ce débat complexe jusqu’à la fin du siècle et même au-delà. L’examen du cheminement des arguments utilisés permet de percevoir comment se construit alors la pensée préhistorienne, tant au niveau national que régional, de mesurer l’impact de l’un sur l’autre, d’en repérer les contradictions internes, témoins de ce qui est la « fabrication » d’une nouvelle discipline scientifique (Richard, 2008).

Au début des années 1870, Michel Hardy fait connaître les propositions de Gabriel de Mortillet

  • 3 Où il sera en particulier à l’origine du classement des collections préhistoriques du musée de Péri (...)

4Parmi les premiers préhistoriens de Haute-Normandie figure Michel Hardy (1840-1893) (Remy-Watté et Vincent, 2011). Celui-ci a passé sa jeunesse à Dieppe où il a été, comme il aimait à le rappeler, « élève de l’abbé Cochet en archéologie » (Villepelet, 1893, p. 268) et où il s’est intéressé très tôt aux nouvelles recherches : c’est lui qui est l’auteur de la découverte de 1863. Devenu vérificateur des tabacs à partir de 1865 environ, il séjourne pour sa profession d’abord en Alsace, puis en Dordogne, où il développe son activité en préhistoire, y effectuant prospections et fouilles ; il retourne à cette époque régulièrement en Normandie comme le montrent les dates de certaines de ses découvertes. Il revient ensuite dans la région et, en 1869, est nommé bibliothécaire et directeur du musée de Dieppe, charges qu’il occupe jusqu’en 1875 avant de repartir s’installer, cette fois définitivement, en Périgord3. En novembre 1871, Hardy entre à la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, sans doute sur la proposition de l’abbé Cochet qui voit en lui le spécialiste régional des « temps préhistoriques » : « […] personne à ce que nous croyons ne dépasse dans cette voie M. Michel Hardy, bibliothécaire à Dieppe. Ce jeune géologue, non content d’explorer les grottes du Périgord et d’en rapporter tout l’outillage de l’homme des cavernes, a découvert dans les couches de la Seine-Inférieure les traces de l’homme quaternaire » (Cochet, 1873). Hardy devient alors pour ses collègues de la Commission le spécialiste reconnu du nouveau domaine de recherche (Remy-Watté et Vincent, 2011).

  • 4 « La période quaternaire qui est celle de la pierre taillée par éclats » (Mortillet, 1869b, p. 172)
  • 5 C’est à dire un biface.
  • 6 Utilisé dans un premier temps sous cette forme, le terme sera modifié ensuite en « moustérien ».
  • 7 « Précédemment, sur l’autorité d’Édouard Lartet, j’avais établi une coupure entre le Solutréen et l (...)

5C’est l’époque de la mise en place de la typo-chronologie de Gabriel de Mortillet. Ce dernier avait été chargé de classer des séries d’objets préhistoriques, pour l’exposition universelle de 1867 puis, à partir de 1868, pour l’organisation des collections du musée de Saint-Germain-en-Laye, ce qui l’a amené à se pencher sur la double question de la typologie et de la chronologie. Estimant que « la faune a peu varié pendant tout la période de la pierre taillée » et ne permet donc pas d’établir une chronologie du Paléolithique4, il choisit, à la différence de Lartet (1801-1871), de fonder sa classification sur la « méthode archéologique » (Mortillet, 1872b, p. 433), c’est-à-dire sur l’évolution « des produits de l’industrie », désignant les diverses périodes « d’après le procédé employé en géologie [par] le nom de la localité la plus connue et la plus typique » (Mortillet, 1869b, p. 172) : il considère certains types d’outils comme des fossiles directeurs permettant d’identifier les couches et les périodes, là encore comme en géologie. Il en présente une première version, en 1869, à l’Académie des sciences (Mortillet, 1869a et b), puis une seconde, fin août 1872, lors du sixième Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques de Bruxelles (Mortillet, 1872a et b, 1873). Le Paléolithique y est divisé en quatre phases dans les deux cas mais on note par contre deux changements. En 1869, la première de ces phases est « l’époque du Moustier, caractérisée par la hache taillée en amande5 [...], et par des pointes en silex à face lisse d’un côté, finement retaillée de l’autre » (Mortillet, 1869b, p. 173) ; elle est suivie par « l’époque de Solutré », puis par celle d’Aurignac et enfin celle de La Madeleine. « L’époque du Moustier » rassemble donc dans cette première version la « hache du type de Saint-Acheul » et la « pointe de lance » du « type du Moustier ». Mais en 1872 Mortillet les sépare chronologiquement, établissant une « époque de Saint-Acheul » précédant une « époque du Moustier » (Mortillet, 1872b, p. 434) et, par contre, celle d’Aurignac a disparu ; il propose par ailleurs l’utilisation des adjectifs correspondant aux noms des stations éponymes pour désigner plus simplement ces diverses périodes : « acheuléen » et « moustiérien6 » apparaissent alors (ibid., p. 435). Cette nouvelle typo-chronologie est publiée, en septembre, dans les Matériaux (Mortillet, 1872a), dans le compte rendu du congrès de Bruxelles donné dans la revue et, également en fin d’année, dans la Revue d’anthropologie (Mortillet, 1872b). Un texte en partie identique, mais toutefois plus développé à propos de chacune des subdivisions, est proposé dans le volume de compte rendu du congrès édité ensuite à Bruxelles (Mortillet, 1873) : y figure un commentaire sur la suppression de l’époque d’Aurignac7.

  • 8 Le Magasin pittoresque est publié depuis 1833. Le terme de « Magasin » a été choisi pour indiquer q (...)
  • 9 Il s’agit du Pech de l’Azé.

6Or, à la fin de 1872, Michel Hardy a visiblement adopté la « classification industrielle » de Mortillet et s’efforce même de la faire connaître. En effet, est publié alors, en deux parties, en octobre et novembre, dans le Magasin pittoresque8, revue nationale, un article intitulé « Les habitants préhistoriques des cavernes classés d’après leur industrie » (Anonyme, 1872), où elle est abordée de manière précise : si ce texte, selon la pratique habituelle de la revue, n’est pas signé, il est clair que Michel Hardy en est très largement l’auteur quant au fond, même si la forme a pu en être revue, comme toujours, par Édouard Charton (Remy-Watté et Vincent, 2011). Par ailleurs, lors de la séance du 27 novembre 1872, Hardy présente à Rouen, à ses confrères de la Commission des antiquités, une série d’objets qu’il a découverts en Périgord, en s’appuyant sur la classification de Mortillet (fig. 1). La première partie de l’article du Magasin pittoresque est consacrée à la présentation générale de la question, clairement posée en référence à « M. Gabriel de Mortillet, l’un des hommes les plus érudits dans la science nouvelle préhistorique, géologue très distingué et antiquaire » (Anonyme, 1872, p. 319), elle se termine par la phrase suivante : « Finalement M. de Mortillet a établi quatre époques ou types ; nous parlerons d’abord de l’époque dite du Moustier. » (ibid., p. 320), annonçant ainsi la suite à paraître en novembre. On notera au passage l’identification complète effectuée entre les notions de type et d’époque : c’est aller au-delà de ce qu’avait écrit Mortillet, mais ce raccourci témoigne du problème que soulève l’utilisation de sa méthode. Dans la deuxième partie, qui commence effectivement par « l’époque du Moustier » (ibid., p. 359), on trouve en fait seulement la description de trois périodes, avec un paragraphe expliquant qu’« aujourd’hui, les trouvailles faites depuis les découvertes d’Aurignac, et une détermination plus précise des éléments de la classification, semblent indiquer que la caverne d’Aurignac ne saurait caractériser une époque » : « On peut donc considérer la caverne d’Aurignac et celles qu’on lui avait associées, comme faisant partie de l’époque de La Madeleine [...] » (ibid.) C’est donc bien là que semble devoir se placer le changement intervenu dans la vision de Hardy entre les deux temps de publication. Le paragraphe consacré à « l’époque du Moustier » confirme qu’il conserve, en ce qui concerne les débuts du Paléolithique, la proposition de 1869, puisqu’il écrit : « les alluvions de la Somme, Saint-Acheul, les alluvions de la vallée de la Seine, la station de Chez-Pouré (Corrèze), la grotte du Peyde-l’Azé9, la caverne du Moustier (Dordogne), se rapportent à la même époque, pour laquelle on a choisi le nom de la caverne la plus connue et la plus typique ». Il évoque ensuite « les trois instruments [qui] caractérisent cette époque » : « la hache en silex taillée en amande », la pointe et le racloir (ibid., p. 359), soulignant à propos de la première : « que l’on trouve en abondance extrême à Saint-Acheul, tandis qu’elle est en petite quantité dans la caverne du Moustier. » La légende de la planche accompagnant la première livraison, où sont figurés des objets de Dieppe, Eu et du Moustier provenant de sa collection, révèle par ailleurs l’existence de la perception chez Hardy de la complexité du problème : variété des types de bifaces associée à différents sites et difficulté à articuler les découvertes des sites de plein air et des grottes comme le souligne le titre de cette légende : « silex taillés de la période diluvienne et de la première époque des cavernes. » À la Commission des antiquités, Hardy place au départ son propos dans une perspective un peu différente, puisqu’à partir d’une présentation d’objets de sa collection, il évoque les stations d’où ils proviennent : « Visite des stations les plus importantes de l’âge de la pierre, en Périgord, par M. Michel Hardy » est en effet l’intitulé donné à cette intervention (Loth, 1872, p. 353). Mais l’objectif final reste bien le même, puisqu’il utilise pour cela « la classification imaginée par M. de Mortillet, qui lui permet de présenter dans leur ordre chronologique les stations principales qu’il a visitées » (ibid., p. 354). Hardy énonce donc la succession de trois époques, caractérisant la première à partir de la grotte du Moustier où il « a recueilli lui-même une hachette en silex du type de Saint-Acheul » et où l’on trouve « la pointe de lance, type du Moustier, [qui] est lisse sur un côté et retaillée de l’autre ». Il introduit ensuite « la deuxième époque des cavernes », « dite de Solutré », puis la troisième, celle « de la Madelaine » [sic], à partir des abris de La Madeleine, de Laugerie-Basse et des Eyzies, « connus de tous les archéologues depuis les fouilles qu’y firent exécuter, en 1864 et 1865, MM. Lartet et Christie » (ibid., p. 355).

Fig. 1. M. Hardy : Planche d’outils en silex publiée dans le Magasin pittoresque (Anonyme, 1872, p. 320).

7À ce moment donc, s’il n’appartient pas au groupe réduit des premiers participants aux congrès internationaux, Hardy est cependant impliqué dans l’actualité des recherches préhistoriques et est en prise avec les problématiques contemporaines. Or, il n’utilise pas, en novembre, la nouvelle proposition de Mortillet, y compris telle qu’elle est parue, de manière abrégée dans le numéro daté de septembre des Matériaux ; il est pourtant abonné à la revue (Anonyme, 1871, p. 573). Cela pourrait correspondre à un simple retard de prise en compte de l’information récente, mais il semble bien qu’il s’agisse plutôt d’une réticence à admettre alors le nouveau modèle puisque, dans une note datée du 22 janvier 1873 concernant ses recherches sur le site du « Val de Gland » (Eu, Seine-Maritime), il écrit : « Pour les caractères morphologiques, les silex taillés du Val de Gland offrent la plus grande analogie avec ceux du gisement de Saint-Acheul et doivent être rapportés à la même époque, si, tant est qu’il y ait réellement une distinction chronologique à établir entre les divers gisements du bassin de la Somme, ce que jusqu’ici nous répugnons fort à admettre » (Hardy, 1874, p. 15).

8Il convient de remarquer enfin que, pour la région, Hardy constitue à ce moment un cas exceptionnel. L’abbé Cochet et lui sont les deux seuls abonnés aux Matériaux en Haute-Normandie. Cela ne signifie pas, bien évidemment, qu’ils sont les seuls à s’intéresser à la Préhistoire mais, comme le montre la présentation effectuée le même jour à la Commission des antiquités par Gustave Gouellain (1836-1897) sur des découvertes réalisées dans une carrière proche de Rouen, parmi ceux qui interviennent alors sur le sujet, certains n’ont pas d’expérience ni de connaissances précises en ce domaine (Remy-Watté, 2013). Dans le même registre on peut noter, dans le compte rendu de la séance du 8 décembre 1875 de la même commission, rédigé par Robert d’Estaintot (1832-1901) : « M. Hardy signale la découverte [...] à Beautot, commune de Lammerville, d’une magnifique hachette en pierre polie, du type de St-Acheul » [sic] (Langlois d’Estaintot, 1875, p. 423). En fait, lors de sa présentation, Hardy a certainement développé le fait que Lammerville (Seine-Maritime) était « avant tout une station de l’époque néolithique », mais où il avait recueilli aussi deux « haches de l’époque quaternaire », dont l’une proche « de celles trouvées à Saint-Acheul », comme le précise quelques années plus tard Désiré Bourdet dans sa présentation des découvertes de Hardy (Bourdet, 1880, p. 817)..., mais le secrétaire de la commission, historien, ne maîtrise visiblement pas la question malgré les diverses interventions qui y ont été effectuées précédemment par Hardy.

La première exposition régionale de Préhistoire (Le Havre, 1877) : témoignage du développement des recherches effectuées majoritairement dans le cadre des propositions de Mortillet

9La nouvelle proposition de Mortillet concernant les débuts du Paléolithique (il existe un Acheuléen antérieur au Moustérien, la succession des périodes étant marquée par celle des types d’outils) est discutée par une partie de ses collègues durant les années suivantes. Ainsi, en 1875, Ernest d’Acy (1827-1905) souligne le rôle joué par les conditions d’acquisition des objets auprès des carriers, qui a pour conséquence de privilégier les bifaces au détriment des éclats ; il estime par ailleurs que le mélange constaté sur certains sites, comme Saint-Acheul, prouve la contemporanéité des bifaces et des pointes et, s’appuyant sur le comparatisme ethnographique, que « la différence de deux industries même voisines, ne devrait pas suffire pour faire attribuer des époques différentes à des industries » (Acy, 1875, p. 287). Mortillet maintient sa partition, en insistant sur l’évolution des proportions des deux types d’outils en stratigraphie et donc au cours du temps. Il en avait amorcé l’idée en 1873 : « les haches ou instruments typiques de l’Acheuléen viennent à s’éteindre à cette époque [le Moustérien], comme les pointes commençaient déjà à apparaître dans l’Acheuléen » (Mortillet, 1873, p. 437), il la reprend et la précise en 1875 : « nous voyons, tout d’abord, la hache acheuléenne se développer largement sans aucun mélange avec les types moustiériens. Elle diminue quand ces types apparaissent, et disparaît quand ces types se développent » (Mortillet, 1875a, p. 175), argumentant ensuite sur des nombres précis à partir des collections du musée de Saint-Germain-en-Laye (Mortillet, 1875c, p. 343-344).

10Durant ces années, les recherches sur le terrain s’intensifient en Haute-Normandie et la classification typo-chronologique de Mortillet, dans la version de 1872-1873, est clairement retenue par ceux des chercheurs, plus nombreux, qui s’efforcent de donner une dimension scientifique à leurs travaux. Même des hommes qui se placent ouvertement bien loin de la pensée matérialiste de Mortillet conservent de son modèle l’idée d’une succession chronologique des types avec passage progressif du Paléolithique ancien au Paléolithique moyen. C’est ainsi que Pulligny (1821-1893), qui affirme, dès le début de son ouvrage, que cette « science toute nouvelle, l’Archéologie préhistorique, l’Anthropologie, [...] n’est pas fille du libre examen et de la libre pensée, comme on a cherché à l’insinuer » (Leclerc de Pulligny, 1879, p. 6), et qui, dans sa reconstruction du passé, évoque le Déluge et la construction de l’arche par Noé (ibid., p. 36), présente le même schéma que Mortillet pour les débuts de « l’Âge de Pierre » auxquels il attache les termes de « Paléolithique ou pierre éclatée ». Il affirme en effet : « La pierre éclatée [...] s’étend dans les premières couches des dépôts quaternaires, et se reconnaît à ses outils de forme complètement primitive, trouvés d’abord dans les alluvions anciennes de Saint-Acheul (Somme) ; localité dont ils ont conservé le nom. Ces instruments deviennent rares dans l’époque du Moustiers (Dordogne), qui, venue, postérieurement, présente des silex plus finis, tels que racloirs et pointes aiguisées d’un côté seulement... » (ibid., p. 38-39).

  • 10 Les pièces qui en étaient issues « à elles seules remplissaient aux trois-quarts les deux grandes s (...)
  • 11 Ceci au moment où lui-même est alors en train de s’installer définitivement dans le Périgord mais i (...)

11En 1877, à l’occasion de la tenue au Havre du congrès de l’Association française pour l’avancement des sciences (AFAS), la Société géologique de Normandie, née en 1871, organise une grande exposition de géologie et paléontologie, dans laquelle est intégrée une section d’archéologie préhistorique. C’est, pour cette discipline, la première dans la région ; elle permet alors aux chercheurs de dresser un premier bilan des travaux effectués. Outre l’ampleur des prospections concernant le Néolithique en Seine-Inférieure10, elle met en valeur les importantes découvertes paléolithiques dues aux travaux de Michel Hardy, en particulier dans la région de Dieppe et le Pays de Bray11.

Fig. 2. G. de Mortillet : base du tableau chronologique proposé en 1872 (Mortillet, 1872b, p. 436).

Revue d’anthropologie

12Or Bourdet reprend quasiment mot pour mot le texte de Mortillet, supprimant simplement certaines références à des chercheurs et sites mentionnés par ce dernier : « M. J. [sic] de Mortillet, dans sa classification de l’industrie quaternaire, a parfaitement démontré qu’à chacun des changements climatiques correspondait un changement industriel. Ainsi, à la période chaude correspond l’industrie de Saint-Acheul, si bien caractérisée par l’instrument en pierre plus ou moins amygdaloïde taillé des deux côtés […] Combien de temps a duré ce type unique ? Nul ne le sait, mais peu à peu sont venus se joindre d’autres instruments, enfin ce type lui-même disparaît. On arrive ainsi à l’industrie du Moustier, caractérisée par des pointes et des racloirs retaillés d’un seul côté » (Bourdet, 1880, p. 810). Parmi les spécialistes extérieurs venus au Havre pour le congrès de l’AFAS, outre Mortillet, figure Ernest-Théodore Hamy (1842-1908), assistant d’Armand de Quatrefages (1810-1892) qui occupe la chaire d’anthropologie au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Hamy fournit lui aussi un article deux types d’instruments paléolithiques, que l’on désigne depuis quelques années sous les noms de Saint-Acheul et du Moustier, étaient associés dans les alluvions quaternaires étudiées avec beaucoup de soin par M. Bucaille, à Darnétal et à Saint-Légerdu-Bourg-Denis » (ibid., 1880, p. 795-796). Par l’emploi de l’expression « étudiées avec beaucoup de soin », Hamy met donc l’accent sur la réalité du mélange des deux types d’outils dans les mêmes couches. C’est une position qu’il avait déjà adoptée, en 1873 au moment du développement des discussions sur la question, lors de séances de la Société d’anthropologie de Paris, où il maintenait « dans un groupe chronologique et à titre de variété seulement, Saint-Acheul, Le Moustier » (Hamy, 1873, p. 570).

1883-1885 : débat autour de l’existence d’un ou plusieurs niveaux

13La controverse se poursuit dans le cadre de bien des interventions durant les années suivantes au niveau national comme régional. L’année 1883 constitue une étape de ce débat dans les deux cas : elle voit en effet d’une part la publication de l’ouvrage de synthèse de Gabriel de Mortillet, Le préhistorique, d’autre part le déroulement à Rouen du congrès annuel de l’AFAS.

14Le préhistorique se veut une synthèse des connaissances acquises à ce moment, intégrées dans le modèle évolutionniste de son auteur ; la classification qu’il a « conçue comme un cadre perfectible et évolutif » (Coye, 1997, p. 141) y présente donc de nouvelles modifications. Dans cet ouvrage, après avoir traité de la question de l’homme tertiaire, Mortillet aborde la première époque du Quaternaire, caractérisée par le « coup de poing » (Mortillet, 1883, p. 148), époque qu’il renomme « Chelléen » au lieu d’« Acheuléen », pour éviter le problème, soulevé par Ernest d’Acy, des mélanges d’industries existant à Saint-Acheul (ibid., p. 132-133). L’ouvrage est rédigé au moment de cette substitution de termes, d’où, dans un premier tableau (ibid., p. 22), la présence des deux noms juxtaposés, comme des synonymes, alors que, dans le second (ibid., p. 131), Chelléen est présent seul. Dans un court paragraphe, où il présente l’évolution de « l’instrument chelléen ancien […] généralement gros, lourd, taillé à grands éclats » vers un outil « moins volumineux, plus léger, et surtout plus finement et plus élégamment travaillé », il évoque, au conditionnel, la possibilité de « maintenir, sous le nom d’acheuléen, une division intermédiaire » : « elle formerait ainsi une époque de transition » vers le Moustérien (ibid., p. 254).

  • 12 Il a en particulier prospecté Le Campigny et y a invité « Abel Maître, attaché au Musée de Saint-Ge (...)
  • 13 C’est ce site qui avait fait l’objet de sa présentation à la CDA en novembre 1872.

15Dans Le préhistorique, Mortillet rattache au Chelléen un certain nombre de sites haut-normands de la vallée de la Seine et des régions de Dieppe et de Neufchâtel-en-Bray, soulignant que cette répartition est liée à l’activité dans ces deux dernières zones de deux chercheurs actifs, Hardy et Daliphard (ibid., p. 161-162). En effet, outre Hardy, qui a prospecté dans les vallées voisines de la région de Dieppe (Remy-Watté et Vincent, 2011, p. 88-89, fig. 1), Édouard Daliphard (1833-1877), peintre rouennais renommé de son vivant, s’est intéressé à la Préhistoire, en particulier dans la région de Blangy-sur-Bresle d’où sa famille était originaire12. Mortillet présente ensuite le Moustérien, et développe son analyse du passage de « l’instrument chelléen » à « l’outillage varié » du Moustérien (Mortillet, 1883, p. 253-262). Il mentionne les travaux de Léon de Vesly (1844-1920) sur le site de « la Bretèque » à Saint-Léger-du-Bourg-Denis en Seine-Maritime (ibid, p. 266), site qui, découvert par Léopold Quenouille, avait ensuite été prospecté par Gouellain13, puis Ernest Bucaille et Charles Benner (1821-1903) (Coutil et al., 1894, p. 123-126 ; Remy-Watté, 2013). Le nouveau tableau de synthèse des époques quaternaires que propose Mortillet dans son ouvrage (1883, p. 131) présente par ailleurs quelques autres différences avec celui de 1872 : c’est ainsi que si l’Acheuléen correspondait à un « préglaciaire, climat tempéré » (Mortillet 1872b, p. 437), le Chelléen se voit attribuer un climat chaud et humide.

  • 14 « Ingénieur, aux Chartreux, Petit-Quevilly » en Seine-Maritime (Le Marchand, 1884, p. 481).
  • 15 Publiée entre 1884 et 1887.

16Au mois d’août 1883, dans le cadre du congrès de l’AFAS, plusieurs visites se déroulent dans la région rouennaise ; parmi elles, figure une excursion de géologie, conduite par Bucaille, consacrée au plateau est de Rouen : côte Sainte-Catherine et briqueteries de la région de Bonsecours (Le Marchand, 1884, p. 483-484). Dans son compte rendu, Le Marchand14 écrit que Bucaille aurait affirmé alors : « ils sont constamment du type moustérien au sommet et du type acheuléen à la base » (ibid., p. 483). La même affirmation, modernisée dans sa terminologie, est reprise dans L’Homme, la revue dirigée par Mortillet15, dans son numéro du 25 avril 1884 : « M. Bucaille a reconnu dans les limons quaternaires la superposition très nette des silex taillés moustériens sur les chelléens. » Le compte rendu de son intervention au congrès, très bref, est quant à lui assez vague, tout en évoquant aussi l’existence de deux niveaux (Bucaille, 1884) : « M. Bucaille présente une collection de silex taillés recueillis aux environs de Rouen, les uns dans le limon des plateaux et d’autres à la base de cette formation quaternaire, soit à une profondeur de 10 mètres et au-delà. Plusieurs de ces silex sont de grande taille ; ils sont pour la plupart fort beaux. M. Bucaille appelle l’attention de l’assemblée sur les différents types de silex exposés et dit que son but, en faisant cette présentation, est non seulement de prendre date, mais aussi d’appeler l’attention des géologues en leur facilitant les recherches qu’ils pourraient faire dans leurs contrées. » En ce qui concerne la discussion suivant son exposé, seule l’intervention de Gustave Lennier (1835-1905), le directeur du Muséum du Havre, est brièvement rapportée : il y souligne les ressemblances avec les découvertes des environs du Havre et « ajoute que dans notre contrée les mêmes types de silex semblent toujours se trouver dans les mêmes niveaux du limon des plateaux » (ibid., p. 492).

17Un peu plus tard, début octobre, au Havre, lors d’une séance de la Société géologique de Normandie, les principaux chercheurs régionaux intéressés par la question ont l’occasion de développer et de confronter leurs positions sur le sujet (Anonyme, 1885a). En effet, Lennier y évoque son intervention au congrès de l’AFAS et l’excursion conduite alors par Bucaille ; ce dernier est présent à cette réunion de la société havraise à laquelle il appartient et quelques autres membres interviennent également dans la discussion. À cette occasion, Bucaille précise la stratigraphie des divers types d’outils préhistoriques, identique dans plusieurs carrières de la région rouennaise. Selon le compte rendu de la séance, assez détaillé sur ce point, il « dit qu’il a recueilli lui-même en place, à Rouen, trois silex chelléens dans trois carrières différentes et que tous trois se trouvaient à la base du limon, au contact de l’argile à silex. L’épaisseur de la couche de limon dans ces carrières peut être évaluée à 17 mètres. Les silex recueillis sont recouverts d’une patine blanche profonde, qu’ont aussi les silex naturels gisant dans la même couche. M. Bucaille ajoute que cette patine est bien différente d’aspect de celle des silex recueillis aux autres niveaux du limon. Il a pu observer qu’à Rouen les silex taillés sur les deux faces, du type chelléen, se trouvent à la base du limon, que 2 mètres plus haut on rencontre des silex taillés sur une face seulement et dont la patine est moins profonde, enfin qu’à 2 mètres au-dessus d’un lit de cailloux on trouve des silex simplement éclatés, offrant le bulbe de percussion, très tranchants sur les bords, mais sans aucune retouche » (Anonyme, 1885a, p. 13). Est soulignée par ailleurs, par Lennier et Prudhomme, qui est le premier à les avoir signalés en 1881 (Prudhomme, 1883), la présence apparemment systématique de ces lits de cailloux dans le limon : ils ont été repérés également dans les régions du Havre et de Dieppe. La discussion se développe, car Émile Savalle (1834-1902) n’est pas d’accord sur le niveau où sont situés les silex chelléens : selon lui, ils se trouvent non pas à la base du limon mais à une certaine hauteur, « c’est à dire au niveau du lit inférieur de cailloux ». Bucaille, Prudhomme et Lennier évoquent à ce propos l’existence de dépôts tertiaires remaniés à la base du limon (ibid., p. 14). Cette discussion révèle d’abord l’utilisation de la nouvelle terminologie par l’ensemble de ces chercheurs : elle a donc été rapidement adoptée. Elle montre aussi que, malgré quelques divergences, un double schéma stratigraphique, à la fois géologique et archéologique, se met en place chez eux au début des années 1880.

  • 16 Partie du lœss, située en profondeur, enrichie en calcaire par lessivage de la partie supérieure.

18Dans les mois suivants, une nouvelle étape est franchie par l’établissement d’une différenciation nette entre biface chelléen, à la fois situé plus bas dans la stratigraphie, donc plus ancien, et plus grossier, et biface de type acheuléen. Ainsi, lors de la séance du 2 avril 1884 de la Société géologique de Normandie (Anonyme, 1885b, p. 28-31), Bucaille présente une pièce de « forme particulière, grossière, ancienne, qui ne se rencontre à Rouen que dans les zones les plus profondes du limon. Il a pu observer ce fait dans 18 briqueteries des environs de Rouen. Les pièces du type ordinaire de Saint-Acheul ne se rencontrent que environ 1 mètre 50 au-dessus de ce niveau (ce type plus grossier représenterait le vrai chelléen) plus haut encore que ces deux niveaux, dans le lit sableux du limon qui représente l’Ergeron16, on rencontre les silex du type moustérien ; enfin, dans la terre à briques qui forme la partie supérieure, on ne trouve plus que des silex d’une forme toute particulière, simplement éclatés, très tranchants et sans aucune retouche qui doivent représenter le magdalénien. Ces trois niveaux, du reste, sont toujours distincts, quelle que soit l’épaisseur des couches, aussi bien dans les briqueteries où le limon montre une épaisseur totale de 17 mètres que dans celles où il est réduit à 1 mètre 50 » (Anonyme, 1885b, p. 29). En fait, si l’on suit ce texte, ce sont quatre niveaux qui sont différenciés dont trois pour le Paléolithique inférieur et moyen.

  • 17 L’affirmation de Hamy, au moment de l’exposition de 1877, à propos des découvertes effectuées par B (...)

19En 1883-1884, s’est donc établie l’idée dominante chez les chercheurs de la région de l’existence, audelà des différences d’épaisseur de limon, d’une stratigraphie-type des plateaux, dont la signification est chronologique et nettement inspirée du modèle de Mortillet. Pourtant, la situation n’est pas si nette. En effet, en 1885, lors de la séance du 7 mai de la Société des amis des sciences naturelles de Rouen, dont un compte rendu est relayé au niveau national dans les Matériaux (Anonyme, 1885c), Bucaille effectue une présentation de matériel à l’occasion de laquelle il précise : « Cette exposition renferme à peu près toutes les formes d’instruments dits Chelléens, Acheuléens et Moustériens, qui ont été figurés jusqu’à ce jour, ils proviennent sans exception d’un même niveau dans le limon, soit entre 4 et 5 mètres de profondeur, et à la base d’une assise nommée terre blanche par les ouvriers des environs de Rouen. » À ses explications, M. Bucaille ajoute, qu’au sujet de l’âge de ces instruments en silex, on lui a fait dire dans le journal Le Monde (no 8, 25 avril 1884, p. 242) que la superposition très nette des silex taillés Moustériens sur les Chelléens avait été reconnue par lui dans le limon quaternaire ; c’est là une grave erreur dont il ne veut pas assumer les conséquences. Il fait observer que ses recherches, continuées depuis trois ans, sont la confirmation formelle de ce qu’il annonçait au congrès de l’Association française pour l’Avancement des sciences, tenu à Rouen en 1883, c’est-à-dire que tous les silex qu’il met sous les yeux de l’Assemblée, quelle que soit leur forme ou leur genre de taille, sont associés l’un à l’autre sans aucun ordre de superposition. Il existe donc une contradiction totale entre ces divers comptes rendus17. S’agit-il d’erreurs de compréhension de tel ou tel secrétaire de séance ou de fluctuations dans la position de Bucaille ?

20Au niveau national, la controverse se poursuit : Ernest d’Acy maintient sa position face à Mortillet, remettant en cause l’analyse stratigraphique et chronologique de Chelles après celle de Saint-Acheul (par exemple : Acy, 1884).

1893-1894 : naissance de la Société normande d’études préhistoriques (SNEP) et venue de préhistoriens extérieurs dans la région, à l’origine d’une reprise des discussions

21Durant la décennie suivante, les découvertes et les présentations d’objets dans le cadre des sociétés savantes haut-normandes, en particulier naturalistes, se poursuivent. La terminologie utilisée repose largement sur le couple « chelléen, moustérien », le terme « acheuléen » devenant quant à lui plus rare. Si l’emploi de ces mots renvoie systématiquement à des considérations typologiques, il ne repose pas toujours par contre sur des arguments stratigraphiques ; cela est en partie lié à la difficulté que les chercheurs rencontrent alors dans l’interprétation des lœss, mais est dû aussi au fait que bien des objets sont acquis auprès des carriers et non pas recueillis en place. Malgré cela, pour une bonne partie des chercheurs, clairement, la dimension chronologique découle implicitement de la typologie : ils ont d’autant plus facilement intégré la notion de fossile directeur proposée par Mortillet que bon nombre d’entre eux pratiquent la géologie et la paléontologie en parallèle à la préhistoire. On peut remarquer toutefois qu’à la même époque, en paléontologie, un niveau se trouve identifié par une série de fossiles et non plus un ou deux qui suffiraient à le différencier des autres. Une nouvelle étape est franchie en 1893-1894, en partie en lien avec les actions développées alors dans la région. L’année 1893 voit en effet la fondation de la Société normande d’études préhistoriques, la SNEP, première société savante spécialisée en préhistoire en France, dix ans donc avant la naissance d’une société nationale, la Société préhistorique de France. En mars de cette année, sept préhistoriens, à l’issue d’une réunion de la Société des amis des sciences naturelles et du Muséum de Rouen où ils s’étaient retrouvés seuls et avaient présenté des silex paléolithiques trouvés dans diverses briqueteries, décident de fonder, à l’échelle de la Normandie, une nouvelle société, spécialisée. Parmi eux, Montier et Coutil, résidant tous deux dans l’Eure, pensaient « depuis quelque temps » déjà à une fondation de ce genre (Anonyme, 1894a). Une seconde réunion, organisée cette fois à Évreux, permet de mettre en place les statuts et d’élire le premier conseil d’administration, avec en particulier Amand Montier (1845-1905) comme président et Léon Coutil (1856-1943) comme secrétaire (Anonyme, 1894b). Les conditions de cette fondation expliquent la prééminence des habitants de l’Eure dans ce premier conseil d’administration : 7 sur 10. Durant les années suivantes, la composition de la Société reste elle aussi marquée par ce phénomène : sur la centaine de membres qu’elle compte alors en moyenne, les haut-normands représentent entre les deux-tiers et les trois-quarts du total, l’Eure réunit toujours plus de 40 % de l’ensemble (Remy-Watté, 2010b).

  • 18 Les liens avec l’école (et en particulier avec Gabriel de Mortillet, jusqu’à sa mort, survenue en 1 (...)
  • 19 Conservateur du musée d’Abbeville.
  • 20 Des allusions à d’autres sites de la région, à titre de comparaison, ont également été faites.
  • 21 En fait, d’Ault utilise le terme « Acheuléen ».

22L’annonce de cette création a été transmise par Montier à Gabriel de Mortillet qui en fait part à la Société d’anthropologie de Paris, annonçant une excursion de l’École d’anthropologie destinée à participer à la première séance scientifique de la SNEP, fin mai, à Elbeuf. En effet, le programme prévu entre totalement dans ses préoccupations : « débutant par l’origine des temps préhistoriques, la question mise à l’ordre du jour est celle du chelléen et du moustérien. Une exposition spéciale de la faune et de l’industrie du quaternaire normand doit avoir lieu en même temps que la séance » (Mortillet, 1893a). La séance inaugurale de la Société normande d’études préhistoriques se déroule donc le 28 mai 1893, sous la présidence d’honneur de Gabriel de Mortillet, en présence de 27 membres de l’École d’anthropologie de Paris18, parmi lesquels Geoffroy d’Ault du Mesnil19 (1842-1921) dont les travaux sur les sites de la Somme ont poussé Mortillet à distinguer l’Acheuléen du Chelléen. Elle voit se succéder 12 communications présentant les travaux de 13 chercheurs haut-normands. 14 sites, 6 en Seine-Maritime et 8 dans l’Eure, sont directement concernés20 ; 8 sont des briqueteries auxquelles s’ajoute une ballastière, 2 correspondent à des découvertes de surface, la plage du Havre représente un cas particulier, la nature des derniers n’est pas précisée (Anonyme, 1894c, p. 18-21). Au cours de certaines présentations, des conditions de gisement sont mentionnées, dans d’autres, aucune précision d’ordre stratigraphique n’est évoquée, ainsi par de Vesly à propos de la briqueterie du « Bel-Évent », à Mont-Saint-Aignan (Seine-Maritime), ou Fortin à propos de celle de Mesnil-Esnard (Seine-Maritime), ou encore Montier pour celles de Saint-Germain-Village, près de Pont-Audemer (Eure) : il est alors simplement question de présentation de silex acheuléens et moustériens, Taurin et Izambert utilisant quant à eux le terme de chelléo-moustérien à propos de la briqueterie de Louviers (Eure). Dans tous les cas, le compte rendu, peut-être rédigé par Coutil puisqu’il est secrétaire, livre une image en adéquation avec le système de Mortillet : priorité assurée à la typologie et, lorsque des conditions stratigraphiques sont mentionnées, évocation du principe d’évolution progressive des formes et/ou des proportions, formulé toutefois de manière vague. Ainsi Lancelevée et Blay, dans une des interventions les plus précises de l’ensemble, « présentent des instruments Acheuléens et Moustériens qu’ils ont recueillis dans les briqueteries du Petit-Essart [Seine-Maritime] aux mêmes niveaux ; la forme acheuléenne cependant domine avec quelques pièces de transition. Pour prendre l’appellation proposée par M. d’Ault du Mesnil, nous sommes en présence d’instruments d’une période qu’il a nommée chelléo-moustérienne21 » (Anonyme, 1894c, p. 18).

23Dressant le bilan à la fin de la séance, Gabriel de Mortillet liste un certain nombre de caractéristiques des sites présentés, parmi lesquelles on peut relever :

  • Modifications sensibles d’industrie dans les différents gisements, variant de la présence presque exclusive du coup de poing jusqu’à son remplacement presque complet par des formes Moustériennes,

  • Existence parfois de deux niveaux archéologiques superposés,

  • Dans ce cas, le niveau inférieur aurait un caractère industriel plus ancien que le supérieur. Relativement, il contient plus de coups de poing, ces coups de poing sont plus volumineux et taillés à grands éclats (ibid., p. 24).

Fig. 3. P.-J. Chédeville, Saint-Pierre-lès-Elbeuf : plan (Chédeville, 1894, pl. h. t.).

  • 22 Par exemple, dans les années 1870, dans les sablières de Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng (devenu Saint- (...)
  • 23 Albert Gaudry (1827-1908) est alors professeur de paléontologie au Muséum d’histoire naturelle de P (...)

24L’ensemble lui paraît relever d’un « laps de temps fort long, allant du Moustérien tout à fait inférieur au Moustérien supérieur. […] Nous nous trouvons donc là à une période de transition […] [pour laquelle] M. d’Ault du Mesnil a proposé […] de reprendre l’ancien nom d’Acheuléen. […] D’autres, pour rappeler qu’il ne s’agit que d’un passage, préféreraient le mot composé époque Chelléo-Moustérienne » (ibid., p. 25). Ce compte rendu des communications préalables est certes bref et incomplet, mais il est clair que Mortillet systématise les données apportées au cours de la séance, les intégrant à son schéma d’autant plus facilement qu’elles s’en inspiraient a priori. On peut en retenir toutefois également que l’existence de deux niveaux superposés est attestée « parfois » : donc, dans les autres cas, les plus fréquents, soit le mélange est effectif, soit les conditions d’acquisition des objets ne sont pas fiables, soit enfin les observations précises sur le terrain manquent. Cette situation a donc amené Mortillet à retenir que l’ensemble correspond à une longue période de transition… moyen de résoudre les contradictions et de rester dans son schéma ? Il reprend, quasiment à l’identique, ce texte de conclusion, quatre jours plus tard, dans le cadre de la séance du 1er juin de la Société d’anthropologie de Paris (Mortillet, 1893c) : il l’a donc bien rédigé lui-même sur le moment. Dans son intervention parisienne, Mortillet présente son propos comme constituant également la suite de la discussion entreprise à la Société quelques semaines auparavant, lors de la présentation, par d’Ault du Mesnil et Capitan, de matériel recueilli par ce dernier dans des briqueteries des environs de Rouen (d’Ault du Mesnil et Capitan, 1893), présentation dans laquelle ceux-ci avaient insisté sur l’existence d’un seul niveau archéologique. Selon eux, « seule en effet [l’industrie] permet de dater ces limons sur l’âge desquels les géologues purs ne sont pas d’accord. D’autre part, cette particularité de l’existence de silex taillés dans un lit unique rend les recherches aisées puisqu’on peut être sûr que toutes les pièces recueillies par les ouvriers proviennent bien de cet unique niveau, pour la bonne raison qu’il n’en existe ni au-dessus ni au-dessous. L’observation directe et le témoignage des ouvriers dans toutes les carrières est très net sur ce point » (ibid., p. 305). Il s’agit de « l’industrie acheuléenne » « déterminée stratigraphiquement par [d’Ault du Mesnil] dans la Somme [...] » (ibid., p. 306). On peut remarquer qu’au cours de cette première discussion, Mortillet avait souligné à propos des silex présentés : « ce sont là des échantillons de choix qui font la joie des collectionneurs, mais qui ne représentent pas du tout la moyenne des gisements. Ce choix se comprend très bien. Ces échantillons sont recueillis par des ouvriers qui veulent les vendre. Ils prennent donc les plus gros et ceux qui tapent dans l’œil, comme ils disent » (Mortillet, 1893b, p. 308). Il oublie à ce moment que lui-même a argumenté à plusieurs reprises sur les proportions plus ou moins grandes de pièces de taille différentes, à partir d’ensembles acquis auprès des carriers pour le musée de Saint-Germain-en-Laye, par exemple à propos de Saint-Acheul (Mortillet, 1883, p. 149-151). Le problème que constitue l’importance des acquisitions d’objets auprès des ouvriers et, donc par là même des informations les concernant, perdure en effet, en Normandie comme dans la Somme ; cela soulève des discussions dans les sociétés, lors des séances de présentation, qui amènent en général la prise de conscience de la nécessité de vérifications précises sur les sites… trop souvent limitée toutefois. On peut, par exemple, noter encore une discussion de ce type à la Société géologique de Normandie en 1896, où « plusieurs membres font quelques réserves […] ; les silex chelléens comme les moustériens, étant relativement rares et leur découverte étant presque toujours faites par les ouvriers, des constatations d’une exactitude suffisamment rigoureuse n’ont pu encore être faites » (Anonyme, 1899, p. 6). Même lorsque les préhistoriens vont sur le terrain observer la stratigraphie, l’analyse à laquelle ils se livrent est pour une partie d’entre eux bien rapide, d’autant plus qu’ils ont en tête cette idée qu’il existe un schéma-type, applicable partout. Certes, il arrive que certains constatent des variantes, ainsi Lancelevée et Blay pour Le Petit-Essart (Seine-Maritime) où ils notent une différence entre les coupes nord et sud (Anonyme, 1894c, p. 18-19). Mais, en général, les stratigraphies sont rarement présentées et, par ailleurs, si quelques-unes ont été dressées avec précision assez précocement22, la plupart correspondent à des listes ou des schémas et non à des relevés réels. On peut remarquer que lorsque Coutil entreprend d’établir en 1893, pour le premier bulletin de la SNEP, le « Résumé des recherches préhistoriques en Normandie » pour le Paléolithique, il doit redonner, comme document de base, l’étude de Prudhomme sur les limons des plateaux, remontant à 1881, publiée à la Société géologique de Normandie (Prudhomme, 1883 ; Coutil et al., 1894, p. 79-85). On amorce toutefois alors une nouvelle période puisque, dans cette même synthèse régionale (Coutil et al., 1894), pour la présentation de Saint-Pierre-lès-Elbeuf (Seine-Maritime), P.-J. Chedeville, qui y suit l’exploitation des briqueteries depuis 1886, entreprend une étude plus systématique du site et propose un tableau de relevés, des coupes et un plan (fig. 3-5) ; il fait déterminer la faune découverte par Gaudry23 et analyser la composition de quelques échantillons des diverses couches de limon, (proportions de calcaire ferrugineux, argile et sable), avec un tableau des résultats (Chedeville, 1894). Tout ceci reste certes encore incomplet, parfois un peu vague, mais visiblement, une nouvelle étape dans les modalités de recherches est en train de s’amorcer.

Fig. 4. P.-J. Chédeville, Saint-Pierre-lès-Elbeuf : coupes (Chédeville, 1894, pl. h. t.).

Fig. 5. P.-J. Chédeville, Saint-Pierre-lès-Elbeuf : tableau des analyses (Chédeville, 1894, p. 137).

Conclusion

25En Haute-Normandie comme ailleurs, en cette période de démarrage de la nouvelle discipline, la découverte des phases les plus anciennes de l’existence de l’homme est un des axes de recherche privilégiés. Les travaux y sont menés dans le cadre des problématiques nationales qui y sont connues rapidement d’une partie des préhistoriens locaux par les publications nationales, et les échanges dans le cadre des sociétés savantes. La proximité géographique avec Paris a contribué à favoriser ces rapprochements scientifiques.

26L’examen de la situation montre que, comme dans l’ensemble des milieux provinciaux, une prééminence est accordée consciemment à certaines personnalités d’envergure nationale, comme le montre en particulier la place donnée à Gabriel de Mortillet par la SNEP. Dans ce cas, ce sont la notoriété de ce dernier mais aussi les relations directes qu’il a entretenues avec la société qui expliquent la place qui lui est reconnue, comme le souligne Montier dans la notice nécrologique qu’il lui consacre : « La Société normande d’Études préhistoriques au sein de laquelle notre vieux et cher maître aimait tant à se trouver a senti plus cruellement peut-être, qu’aucune autre société de province la perte cruelle qu’elle venait de faire : il avait été le premier de nos membres d’honneur, et quasiment notre parrain. Hélas ! Nous ne le verrons plus alerte et dispos, tenir la tête de la colonne dans nos excursions, nous égayer de sa verve dans nos causeries et nous retracer avec une ampleur de voix magistrale les grandes lignes de l’évolution de l’humanité. La mort l’a frappé, mais le culte de sa mémoire nous reste : Gabriel de Mortillet a fait œuvre de chef d’école » (Montier, 1899, p. 118).

27Cet examen souligne aussi que la construction de la préhistoire, l’acquisition de connaissances nouvelles et de méthodes ne s’effectue pas de manière régulièrement progressive, mais qu’elle est complexe et marquée de contradictions. Les mêmes discussions perdurent, ponctuées de quelques temps forts, aussi bien régionalement que nationalement, y compris à partir de l’observation directe des mêmes séries lithiques, voire dans quelques cas des mêmes sites haut-normands par les uns et les autres.

Bibliographie

Bibliographie

Acy E. d’ (1875) – Quelques observations sur la succession chronologique des types appelés généralement type de Saint-Acheul et type du Moustier. Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme..., 2e série, 6, p. 281-287.
— (1884) – Silex de la station de Chelles. Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, série 3, t. 7, 1883, p. 189-198. Discussion, ibid., p. 198-202.

Anonyme (1871) – Liste des souscripteurs et collaborateurs pendant les années 1870-1871. Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme..., série 2, A6 et A7, p. 569-577.
— (1872) – Les habitants préhistoriques des cavernes classés d’après leur industrie. Le Magasin pittoresque, 40e année, no 40, octobre, p. 319-320 ; no 45, novembre, p. 359-360.
— (1885a) – Résumé des séances, séance du 3 octobre 1883. Bulletin de la Société géologique de Normandie, X, 1883-1884, p. 12-14.
— (1885b) – Résumé des séances, séance du 2 avril 1884. Bulletin de la Société géologique de Normandie, X, 1883-1884, p. 28-31.
— (1885c) – Silex quaternaires de la Seine-Inférieure. Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme.., série 3, t. 2, p. 335-336.
— (1894a) – Première réunion préparatoire à Rouen, le 2 mars 1893. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, 1893, p. 5-6.
— (1894b) – Deuxième réunion du 26 mars à Évreux. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, 1893, p. 6-7.
— (1894c) – Séance du 28 mai tenue à Elbeuf. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, 1893, p. 7-25.
— (1899) – Résumé des séances, Séance du 11 mars 1896. Bulletin de la Société géologique de Normandie, XVIII, 1896-1897, p. 6-7.

Ault du Mesnil G. d’et Capitan L. (1893) – Recherches géologiques et palethnologiques sur le lœss des environs de Rouen, Note préliminaire. Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, série 4, t. 4, p. 304-306.

Bourdet D. (1880) – L’archéologie préhistorique à l’exposition du Havre en 1877. Société géologique de Normandie, p. 807-845.

Bucaille E. (1884) – Présentation de silex taillés des environs de Rouen. AFAS, compte-rendu de la 12e session, Rouen, 1883, p. 491-492.

Chedeville P.-J. (1894) – Saint-Pierre-lès-Elbeuf. Coutil L. et al., p. 127-138.

Cochet J.-B.-D. abbé (1873) – Rapport annuel à Monsieur le Préfet de la Seine-Inférieure sur les opérations archéologiques de son département pendant l’année administrative 1871-1872. Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, p. 367-391.

Coutil L. et al. (1894) – Résumé des recherches préhistoriques en Normandie (époque paléolithique). Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, I, 1893, p. 34-140.

Coye N. (1997) – La préhistoire en parole et en acte, méthodes et enjeux de la pratique archéologique (1830-1950). Paris, L’Harmattan, 328 p.

Hamy E.-T. (1873) – Sur les fouilles du Mont-Dol (séance du 19 juin 1873). Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, série 2, t. 8, p. 569-570.

— (1880) – Notes d’anthropologie paléontologique prises à l’exposition du Havre. Bulletin de la Société géologique de Normandie, p. 791-806.

Hardy M. (1874) – Instruments en silex au Val de Gland, près Eu. Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, 1873, p. 13-15.

Langlois d’Estaintot R. (1867) – Séance du 18 juillet 1863. Procès-verbaux de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, II, 1849-1866, p. 239-245.

— (1875) – Séance du 8 décembre 1875. Bulletin de la Commission des antiquités de la Seine-Inférieure, III, p. 419-435 (daté de 1874, ce volume inclut en fait le compte-rendu des séances de janvier 1873 à décembre 1875).

Leclerc de Pulligny F. (1879) – L’art préhistorique dans l’Ouest et notamment en Haute-Normandie. Recueil des travaux de la Société libre d’agriculture, sciences arts et belles-lettres de l’Eure, Évreux, Hérissey, 547 p.

Le Marchand A. (1884) – Rapport sur les excursions faites par la section de géologie pendant le congrès de Rouen, 1883. AFAS, compte-rendu de la 12e session, Rouen, 1883, p. 481-484.

Loth J. abbé (1872) – Compte-rendu de la séance du 27 novembre 1872. Bulletin de la Commission départementale des antiquités de la Seine-Inférieure, II, p. 350-366.

Montier A. (1899) – Nécrologie, G. de Mortillet. Bulletin de la Société normande d’études préhistoriques, VI, 1898, p. 115-124.

Mortillet G. de (1869a) – Essai d’une classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l’industrie humaine. Compte rendu hebdomadaire des séances de l’Académie des sciences, séance du 1er mars 1869, LXVIII, 9, p. 553-555.
— (1869b) – Essai d’une classification des cavernes et des stations sous abri, fondée sur les produits de l’industrie humaine. Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme..., 2e série, no 3, mars 1869, p. 172-179 (Même texte que 1869a, avec des dessins de pièces-types).
— (1872a) – Classification des différentes périodes de l’Âge de la Pierre. Compte-rendu du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques de Bruxelles, 1872, Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme..., 2e série, 7e vol. , p. 400-402, 464-465.
— (1872b) – Classification des diverses périodes de l’Âge de la Pierre. Revue d’anthropologie, 1, p. 432-443.
— (1873) – Classification des diverses périodes de l’Âge de la Pierre. Compte-rendu de la 6e session du Congrès international d’anthropologie et d’archéologie préhistoriques, 1872, Bruxelles, p. 432-459.
— (1875a) – L’Acheuléen et le Moustiérien, à propos du Mont-Dol et du Bois-du-Rocher. Matériaux pour l’histoire primitive et naturelle de l’homme..., 2e série, no 6, p. 174-176.
— (1875b) – Les études préhistoriques devant les orthodoxies. Revue d’anthropologie, IV, p. 116-129.
— (1878) – Rapport sur la paléoethnologie. Temps géologiques. Revue d’anthropologie, 2e série, t. 1, p. 722-726.
— (1883) – Le préhistorique, antiquité de l’homme. Paris, Reinwald, « Bibliothèque des sciences contemporaines », 642 p., 64 fig.
— (1893a) – Société normande d’études préhistoriques. Séance du 18 mai 1893, Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, série 4, t. 4, p. 288.
— (1893b) – Discussion suivant la communication de Capitan (suit Ault du Mesnil et Capitan, 1893). Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, série 4, t. 4, p. 306-308.
— (1893c) – Chelléen et Moustérien en Normandie. Bulletins de la Société d’anthropologie de Paris, série 4, t. 4, p. 339-343.

Prudhomme F. (1883) – Note sur le limon des plateaux aux environs du Havre. Bulletin de la Société géologique de Normandie, VIII, 1881, p. 88-101.

Remy-Watté M. (2010a) – À l’origine de la préhistoire en Haute-Normandie : l’abbé Cochet, Georges Pouchet et Boucher de Perthes. Journées archéologiques de Haute-Normandie, Rouen, 3-5 avril 2009, PURH, p. 9-22.
— (2010b) – Les préhistoriens normands au XIXe siècle. Bulletin de la Société des antiquaires de Normandie, LXIX, p. 249-270.
— (2011) – 1859 et la naissance de l’archéologie préhistorique en Normandie. Hurel A. et Coye N. dir., Dans l’épaisseur du temps, archéologues et géologues inventent la préhistoire, Paris, Publications scientifiques du Muséum national d’Histoire naturelle, p. 213-243.
— (2013) – Construire la préhistoire au XIXe siècle : l’exemple du Plateau est de Rouen. Haute Normandie Archéologique, Bulletin du CRAHN-SNEP, 16, 2011-2012, p. 93-105.

Remy-Watté M. et Vincent T. (2011) – Michel Hardy, de la Normandie au Périgord, un préhistorien catholique dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Actes des 6e Journées Lennier, 5-6 septembre 2010, Bulletin de la Société géologique de Normandie et des amis du Muséum du Havre, 97, p. 85-106.

Richard N. (2008) – Inventer la préhistoire, les débuts de l’archéologie préhistorique en France. Vuibert-Adapt-Snes, coll. « Inflexions », 235 p.

Villepelet F. (1893) – M. Michel Hardy, Président de la Société historique et archéologique du Périgord. Bulletin de la Société historique et archéologique du Périgord, XX, p. 265-279.

Notes

1 Sans le nom encore toutefois. On parle alors de « hache » ou « hachette » ; G. de Mortillet proposera ensuite le terme « coup de poing » (Mortillet, 1883, p. 148).

2 Nous utiliserons ce terme par commodité même si, à l’époque, il n’est pas encore en usage.

3 Où il sera en particulier à l’origine du classement des collections préhistoriques du musée de Périgueux et de la découverte de l’homme de Chancelade (1888).

4 « La période quaternaire qui est celle de la pierre taillée par éclats » (Mortillet, 1869b, p. 172).

5 C’est à dire un biface.

6 Utilisé dans un premier temps sous cette forme, le terme sera modifié ensuite en « moustérien ».

7 « Précédemment, sur l’autorité d’Édouard Lartet, j’avais établi une coupure entre le Solutréen et le Magdalénien : l’époque d’Aurignac. Mais c’est tout au plus une transition, ou mieux encore le commencement du Magdalénien » (Mortillet, 1873, p. 440).

8 Le Magasin pittoresque est publié depuis 1833. Le terme de « Magasin » a été choisi pour indiquer que la revue aborde des sujets très variés, sur l’exemple des magazines anglais. Il est destiné « à tout le monde [...] particulièrement [...] à tous ceux qui ne peuvent consacrer qu’une humble somme à leurs menus plaisirs » (Magasin pittoresque, no 1, 1833).

9 Il s’agit du Pech de l’Azé.

10 Les pièces qui en étaient issues « à elles seules remplissaient aux trois-quarts les deux grandes salles que la Société Géologique avait mis à notre disposition » (Bourdet, 1880, p. 820).

11 Ceci au moment où lui-même est alors en train de s’installer définitivement dans le Périgord mais il a prêté, pour l’exposition, les éléments importants de sa collection.

12 Il a en particulier prospecté Le Campigny et y a invité « Abel Maître, attaché au Musée de Saint-Germain, [qui] vint vers le milieu de 1871 visiter le Campigny » (Bourdet, 1880, p. 831). Le sculpteur Abel Maître dirigeait l’atelier de moulage et de restauration du musée.

13 C’est ce site qui avait fait l’objet de sa présentation à la CDA en novembre 1872.

14 « Ingénieur, aux Chartreux, Petit-Quevilly » en Seine-Maritime (Le Marchand, 1884, p. 481).

15 Publiée entre 1884 et 1887.

16 Partie du lœss, située en profondeur, enrichie en calcaire par lessivage de la partie supérieure.

17 L’affirmation de Hamy, au moment de l’exposition de 1877, à propos des découvertes effectuées par Bucaille à Darnétal et à Saint-Léger-du-Bourg-Denis, évoquées précédemment, allait aussi dans le sens de la dernière intervention (Hamy, 1880, p. 795-796).

18 Les liens avec l’école (et en particulier avec Gabriel de Mortillet, jusqu’à sa mort, survenue en 1898) persisteront au-delà de ce moment de fondation de la société : des membres de l’école participeront jusqu’à la fin du siècle à diverses séances et à de nombreuses excursions.

Conservateur du musée d’Abbeville.

19 Conservateur du musée d’Abbeville.

20 Des allusions à d’autres sites de la région, à titre de comparaison, ont également été faites.

21 En fait, d’Ault utilise le terme « Acheuléen ».

22 Par exemple, dans les années 1870, dans les sablières de Saint-Aubin-Jouxte-Boulleng (devenu Saint-Aubin-lès-Elbeuf, Seine-Maritime) par Noury (Hamy, 1880, p. 792-794).

23 Albert Gaudry (1827-1908) est alors professeur de paléontologie au Muséum d’histoire naturelle de Paris.

Table des illustrations

Légende Fig. 1. M. Hardy : Planche d’outils en silex publiée dans le Magasin pittoresque (Anonyme, 1872, p. 320).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3895/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende Fig. 2. G. de Mortillet : base du tableau chronologique proposé en 1872 (Mortillet, 1872b, p. 436).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3895/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 196k
Légende Fig. 3. P.-J. Chédeville, Saint-Pierre-lès-Elbeuf : plan (Chédeville, 1894, pl. h. t.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3895/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Légende Fig. 4. P.-J. Chédeville, Saint-Pierre-lès-Elbeuf : coupes (Chédeville, 1894, pl. h. t.).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3895/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Fig. 5. P.-J. Chédeville, Saint-Pierre-lès-Elbeuf : tableau des analyses (Chédeville, 1894, p. 137).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3895/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 149k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site