Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Journées archéologiques de Haute-Normandie. Rouen, 24-26 mai 2013

 | 
Luc Liogier

Préface

Luc Liogier

Texte intégral

1Chaque année, les journées archéologiques de Haute-Normandie permettent la rencontre des différents acteurs de la recherche régionale, qu’ils soient professionnels ou bénévoles, et la restitution au public des récents travaux et opérations de terrain. Organisées par le ministère de la Culture et de la Communication – Direction régionale des Affaires culturelles de Haute-Normandie, service régional de l’archéologie et le Centre de recherches archéologiques de Haute-Normandie (CRAHN), elles se sont déroulées les 24 et 25 mai 2013 à la Préfecture de Région, puis à l’Hôtel des sociétés savantes de Rouen. Les visites commentées du château et musée de Dieppe, puis du site antique du Bois-l’Abbé à Eu les ont conclues le 26 mai.

2Une vingtaine de contributions constituent ce volume. L’ensemble du champ chronologique de l’aventure humaine est couvert : de la mise en place du cadre chronostratigraphique des plus anciennes industries par les préhistoriens haut-normands du XIXe siècle à la « Grotte du Sabotier » d’Ivry-la-Bataille, occupée jusqu’à la fin du XXe siècle, ce sont plus de 400 millénaires qui défilent en ces quelques 230 pages. La diversité des thèmes, le plus souvent croisés, est également remarquable : l’objet, qu’il soit silex taillé clactonien (ou de longue date supposé comme...) du Havre, jatte de la transition premier-second âge du fer d’Authevernes, élément de quincaillerie antique du Vieil-Évreux, fragment de vitrail roman de Jumièges, rebut céramique du « heurt » du XVIe siècle de la rue Pouchet à Rouen ; l’architecture publique ou privée, tel qu’elle est mise en évidence avec la basilique romaine de Harfleur, le sanctuaire central de Gisacum, la villa antique du Grésil, le prieuré Saint-Crespin, la maison médiévale de l’ancien tribunal de Verneuil-sur-Avre ; l’urbanisme ou l’étude de terroir, ce que nous enseignent l’occupation protohistorique de Louviers, l’agglomération antique de Briga, l’église et le cimetière de la communauté villageoise médiévale de Romilly-sur-Andelle, plus largement les prospections aériennes sur le département de l’Eure ; la technique, abordée par les cas des corniches modillonnaires par assemblage antiques et des moulins à eau modernes de Villequier ; les sciences de l’environnement avec l’étude historique et archéologique du peuplement ichtyologique du bassin de la Seine du Moyen Âge à nos jours.

3Ces contributions viennent démontrer la vitalité de la recherche archéologique en Haute-Normandie. Celle-ci est favorisée par la pluralité des chercheurs, en archéologie programmée comme préventive, issus d’horizons variés : associations, universités, CNRS, INRAP, collectivités, structures de droit privé et service régional de l’archéologie. Ce dynamisme résulte de la forte tradition de recherche régionale mais aussi du suivi attentif des dossiers d’aménagement du territoire par les services de l’État : projets immobiliers, ZAC, infrastructures linéaires contribuent chaque année à une meilleure connaissance de notre passé, dans le cadre de la conciliation et de l’articulation des besoins respectifs de l’archéologie et de l’aménagement, ainsi que le préconise la Convention de La Valette et tel qu’inscrit dans le Code du patrimoine.

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540