Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Extérieur de la cathédrale

Le chevet

Texte intégral

1 Pour contempler le chevet dans son ensemble, il faut, dans la mesure du possible, prendre un recul suffisant dans la rue des Bonnetiers ou, mieux encore, être admis dans les étages des immeubles avoisinants.

Élévation latérale du chœur

2Chemin faisant, on découvre l’élévation latérale du chœur et, tout d’abord, le sobre et pur décor XIIIe siècle des fenêtres de l’ancien Trésor. Les contreforts à glacis et les chéneaux couronnant les chapelles du déambulatoire ont conservé leurs talus imbriqués de la même époque. Des arcs en plein cintre bandés sur les fenêtres portent la corniche, parfois surmontée d’une balustrade du XIVe siècle. Les deux tourelles d’escalier qui s’élèvent, de chaque côté du chœur, à l’extrémité des chapelles du transept, ne dépassent pas le niveau du comble (fig. 153).

3Les arcs-boutants n’ont évidemment pas été transformés comme ceux de la nef. Leur culée ménage une niche portée par des colonnettes en délit où trouvent place des statues dont plusieurs (un roi, une reine, un évêque) datent de la fin du XIIe siècle et sont évidemment des remplois.

4Au-dessus des lancettes du XIIIe siècle, les fenêtres hautes, agrandies aux siècles suivants, déploient leurs remplages rayonnants et flamboyants. Une corniche à feuillages du XVIe siècle, surmontée de la belle balustrade à pinacles de Roulland le Roux, couronne le chœur.

Chapelle de la Vierge

5À l’extérieur comme à l’intérieur, la chapelle de la Vierge apparaît d’une souveraine élégance. Entre les contreforts nus, le beau réseau des très hautes fenêtres est surmonté d’un léger gâble à crochets tout décoré de roses, jadis terminé par une statue. Ces gâbles élancés, dépassant largement la balustrade, alternent avec les niches à clochetons, aux colonnettes délicates qui, au sommet des contreforts, abritent de belles statues de rois et d’évêques (fig. 154).

153 - Au long de la rue des Bonnetiers.

153 - Au long de la rue des Bonnetiers.
  • 1 Pour le décor de la toiture du chœur et de la chapelle de la Vierge, voir Jouen, p. 93-94.

6Tout ce riche et gracieux couronnement encadre la toiture de la chapelle de la Vierge, surélevée en 15411 pour mieux mettre en valeur le luxueux décor sculpté offert par le cardinal Georges II d’Amboise. Il en subsiste deux épis de faîtage fleuris et, à l’extrémité est, une statue de plomb doré représentant la Vierge portant l’Enfant, exécutée par Nicolas Quesnel. Son piédestal orné d’angelots portant des guirlandes de fleurs et de fruits est marqué des armes de ce cardinal.

7La statue équestre de saint Georges qui ornait la pointe de l’abside a malheureusement disparu.

La cathédrale vue du chevet

8Après en avoir détaillé les différentes parties, il nous reste à embrasser d’un coup d’œil l’édifice tout entier.

9Vues du chevet, toitures et terrasses, tours et tourelles s’étagent en une montée progressive et s’équilibrent savamment (fig. 154).

10Les tours carrées du transept étaient sans doute destinées à recevoir des flèches qui ne furent jamais construites. Comment le regretter ? Ainsi limitées en hauteur, elles laissent toute leur valeur aux deux tours de façade qui encadraient si justement naguère, de leur double élan, le jaillissement de la flèche. Autour de cette aiguille prodigieuse, tout l’édifice s’ordonne harmonieusement, en une admirable synthèse de sept siècles d’architecture.

154 - La cathédrale vue du chevet.

154 - La cathédrale vue du chevet.

Notes

1 Pour le décor de la toiture du chœur et de la chapelle de la Vierge, voir Jouen, p. 93-94.

Table des illustrations

Titre 153 - Au long de la rue des Bonnetiers.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3816/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre 154 - La cathédrale vue du chevet.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3816/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 325k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540