Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Extérieur de la cathédrale

Portail de la Calende

Texte intégral

Architecture

  • 1 Ce nom de « Calende » vient des assemblées ecclésiastiques qui se réunissaient trois ou quatre foi (...)

1 Sensiblement contemporain du portail des Libraires, le portail de la Calende1 en répète pratiquement les dispositions, avec peut-être plus de perfection encore : nous retrouvons, entre les belles tours carrées, le même parti architectural, portail ébrasé bien épaulé par des contreforts, surmonté d’une claire-voie et d’une rose. Mais, libéré des contraintes que lui imposait, au nord, l’étroitesse du passage vers la rue Saint-Romain, Jean Davi peut donner ici libre cours à son immense talent.

2De part et d’autre du majestueux emmarchement qui donne accès au portail, les contreforts latéraux vont se déployer avec une belle ampleur. Si le décor est composé des mêmes éléments qu’aux Libraires, il est d’une richesse plus grande encore par l’abondance des grandes statues ou des rosaces sculptées à l’intérieur des gâbles.

3Moins accessibles aux regards, les parties hautes n’ont cependant rien à envier au reste du portail : dominant la rose, un merveilleux Couronnement de la Vierge trouve place sous un échelonnement de pinacles et de dais, d’une grande virtuosité.

4Deux passages desservent cet ensemble, l’un au pied de la claire-voie, l’autre au pied du pignon, derrière le Couronnement.

143 - Entre les tours carrées du XIIIe siècle, le portail de la Calende.

143 - Entre les tours carrées du XIIIe siècle, le portail de la Calende.

Les tours carrées

5C’est au sud que les tours carrées du XIIIe siècle apparaissent dans toute leur beauté. Un environnement plus dégagé met en valeur les arcatures trilobées qui décorent la partie basse, les baies superposées, le large bandeau à talus orné d’écaillés qui sépare les deux étages en contournant les contreforts (fig. 143).

6Sur la face ouest de la tour de gauche, une galerie surmontée d’un arc de décharge marque le niveau d’une petite salle ménagée entre le croisillon du transept et le haut étage si joliment percé sur ses quatre faces.

7Les clochetons qui couronnent les tourelles d’escalier ont été refaits au XIXe siècle, mais certains des anges qui surmontent les gâbles sont encore anciens.

Les contreforts

8Aussi harmonieux que rationnels, les contreforts qu’édifie Jean Davi pour encadrer le portail de la Calende sont, de plus, admirablement décorés.

9En forte saillie sur la façade du transept, ils montent, en se retraitant à plusieurs reprises, pour se couronner, au sommet des tours, de pyramides accostés de pyramidioles d’angles.

10Dans leurs parties basses, ils sont ornés, jusque dans leurs retours, comme le portail lui-même, de bas-reliefs en quadrilobes surmontés de statues sous de beaux fenestrages aveugles portant une rosace décorée que couronne un gâble à rosace.

11Fenestrages, statues, gâbles, rosaces, ce motif se répète aux trois étages de la composition.

12Des renforts à redents placés de biais marquent les angles saillants. Aux trois retraites successives, ils se couronnent de pinacles abritant des statues (fig. 143 et 144).

  • 2 Cité dans Lefrançois-Pillion 1907, p. 25.

13On le voit, indépendamment de la richesse du décor, la composition architecturale du portail avec ses contreforts atteste le génie de son auteur. « C’est le chef-d’œuvre d’une école de constructeurs et d’appareilleurs qui n’avait pas alors son égale en France », écrit Viollet-le-Duc2. Hommage d’autant plus beau qu’il est parfaitement justifié.

144 - Le portail de la Calende.

144 - Le portail de la Calende.

Décor sculpté

14Le décor sculpté mérite les mêmes éloges, tant pour son abondance que pour sa qualité.

Le tympan

  • 3 Je me suis largement inspirée, pour ce tympan, de la description de Lanfry 1960, p. 56-59.

15Le tympan3 présente, sur trois registres séparés par une succession de dais formant feston, le « Mystère pascal » – c’est-à-dire la Passion et la Résurrection du Christ, fondement même de la foi chrétienne et cependant, par un curieux paradoxe, rarement représenté (fig. 145).

16 Au registre supérieur, le Christ en croix domine toute la composition, accosté d’un vol d’anges. Le centurion lui perce le côté d’un coup de lance tandis qu’à la gauche du Crucifié, un soldat présente l’éponge imbibée de vinaigre. Au pied de la croix, les soldats romains côtoient les saintes femmes en pleurs et, détail touchant, Marie, debout près de saint Jean, enveloppe de son bras une sainte femme désolée, en un geste maternel de consolation.

17Si l’on excepte la Crucifixion, légitimement mise en exergue, les scènes se suivent de gauche à droite, dans l’ordre chronologique des événements.

18 Au registre médian, l’Arrestation de Jésus au Jardin des Oliviers. Pierre a tranché d’un coup d’épée l’oreille de Malchus qui gît à terre et que Jésus guérit d’un attouchement ; puis, Judas que le remords a conduit à se pendre et qui, réalisme affreux, perd ses entrailles ; la Flagellation, le Portement de Croix et la rencontre des saintes femmes, (il faut sans doute voir la Vierge dans l’admirable figure qui touche le bras de la croix), enfin la Mise au tombeau : le Christ étendu dans son suaire est déposé par les disciples dans un sépulcre formé d’une auge décorée d’arcatures. Un personnage (saint Jean sans doute car il est imberbe) répand sur le cadavre les aromates contenus dans une boîte cylindrique.

19 Au registre inférieur, c’est le matin de Pâques : les soldats dorment au pied du tombeau vide sur lequel, assis à côté du suaire abandonné, un ange annonce aux saintes femmes stupéfaites la résurrection de Jésus ; puis c’est la rencontre de Marie-Madeleine avec le Ressuscité qu’elle prend pour le jardinier jusqu’à ce qu’il se fasse reconnaître ; la descente du Christ aux Enfers : la Croix à la main, il tire Adam et, à sa suite, les justes de la gueule du Léviathan, tandis que de truculents démons retiennent les méchants. Enfin, deux très belles scènes rarement interprétées sur les tympans : l’Ascension – les pieds du Christ ressuscité disparaissent dans la nuée pendant que les Apôtres restent confondus – et la Pentecôte où l’Esprit-Saint, sous la forme d’une colombe, descend sur la Vierge et les Apôtres réunis au Cénacle qui le reçoivent avec des gestes de recueillement ou d’extase. Là encore, l’attitude de la Vierge est de la plus grande beauté.

145 - Tympan du portail de la Calende.

145 - Tympan du portail de la Calende.

20Toute cette composition, dominée par le Crucifix, s’ordonne admirablement. Les divers tableaux s’équilibrent et s’inscrivent à merveille dans leur cadre. Attitudes et expressions sont d’une grande justesse sans jamais tomber dans l’outrance : c’est une très grande page de sculpture, à peine restaurée.

Les voussures

21Les trois voussures, séparées par de beaux feuillages, présentent des martyrs, des prophètes et des anges. Comme au portail des Libraires, les martyrs portent leurs attributs, ce qui permet de les identifier aisément et caractérise, en outre, l’époque de leur exécution : fin du XIIIe siècle ou début du siècle suivant.

22Anges et prophètes s’étagent également à l’archivolte encadrant la claire-voie et la grande rose (fig. 146).

La grande statuaire

23Telle est l’abondance de la grande statuaire au portail de la Calende qu’il faut renoncer à tout décrire.

24Le Christ (moderne) du pilier central est entouré de 12 statues d’Apôtres et de 6 Diacres, sur les piédroits, les contreforts et leurs retours. Plusieurs ont été refaites, mais, à côté des rares statues intactes, on peut encore en retrouver quelques-unes dont, seuls, la tête et les attributs sont des restaurations.

25Les contreforts et les parties hautes, les niches et les pinacles abritent en grand nombre des anges – très gracieux et proches par le style des anges de Reims – et des Prophètes, ainsi qu’un saint Christophe (moderne). Les plus belles de ces statues sont les groupes de Prophètes sculptés deux à deux dans le même bloc de pierre, à hauteur de la rose. Pour en mieux juger, il faut aller au Musée des Antiquités ou aux Archives départementales admirer les originaux qui y ont été déposés au XIXe siècle : en dépit de leur mutilation, peu de grandes statues sont aussi remarquables par leur noblesse d’attitude et l’intensité religieuse vraiment saisissante qui s’en dégage (fig. 147).

146 - Schéma du portail de la Calende, d’après H. Krohm.

146 - Schéma du portail de la Calende, d’après H. Krohm.

a-Pèsement des âmes – b-Recouvrement de Jésus au temple – c-Couronnement de la Vierge d-Anges emportant les âmes au ciel – e-Sacre d’Évêque (saint Nicolas ?) – f-Saint Nicolas : meurtre des écoliers – g-Saint Nicolas : réssurection des écoliers – h-Adoration des mages – i-Décollation de saint Jean-Baptiste – j-Martyre de saint Barthélemy – k-Saint Fiacre – l-Saint Martin (?) – m- Martyre de sainte Appoline – n- Sainte Agnès – o- Dispute de sainte Catherine – p- Martyre de sainte Agathe.

147 - Prophètes du portail de la Calende.

147 - Prophètes du portail de la Calende.

Les quadrilobes

  • 4 Lefrançois-Pillion 1907, p. 25-141.

26De même qu’ils ornent le portail des Libraires, les quadrilobes se retrouvent, plus nombreux encore, au soubassement de la Calende (230 médaillons et 40 pinacles), identiques de forme mais bien différents tant du point de vue de l’iconographie que du style. Louise Lefrançois-Pillion4 qui les a tous identifiés, les estime quelque peu antérieurs à ceux du portail nord.

27Ici, fantaisie et symbolisme laissent place à une nette intention d’enseignement. Tous ces petits bas-reliefs sont consacrés à la Bible qu’ils traduisent fidèlement, ou à la vie des grands archevêques de Rouen. Ils se lisent comme un livre, de gauche à droite et de haut en bas.

28Au pilier central, l’histoire de Job. À gauche, la vie de Jacob (piédroits), puis une page exceptionnelle du Nouveau testament : la parabole du Mauvais riche (contrefort) et la vie de Judith (retour d’angle). À droite, la vie du Patriarche Joseph (piédroits), la vie de saint Romain (contrefort) et celle de saint Ouen (retour d’angle) (fig. 146).

29Les pinacles présentent également des scènes religieuses en miniature, quelques-unes fort jolies comme le Christ couronnant la Vierge agenouillée (à gauche), ou la Descente du Christ aux Limbes (à droite), mais on y trouve aussi des motifs comparables à ceux du portail des Libraires : centaure faisant danser un ours, dragon ailé, sirènes, jongleresse et même une charmante « conversation amoureuse » assez inattendue à côté du Couronnement de la Vierge. Dans les pinacles couronnant la vie de saint Romain, le « lai d’Aristote » et « Samson tuant le lion qui l’empêche de rejoindre la Philistine » (2 scènes que nous retrouvons par ailleurs admirablement traitées dans les stalles) personnifient la faiblesse des hommes succombant à la séduction féminine, tentation que repoussa victorieusement le grand archevêque de Rouen.

30Quant au style, il semble bien que ces quatre-feuilles tirent leur inspiration des vitraux en petits médaillons du XIIIe siècle ou, mieux encore, des ivoires dont ils ont la finesse.

  • 5 Ibid., p. 140.

31À première vue, ils paraissent un peu monotones, manquant de relief, moins savoureux que ceux des Libraires. Quelle erreur ! Victimes d’un regard trop rapide et aussi, avouons-le, de notre méconnaissance des thèmes traités, nous négligeons des scènes vivantes et pittoresques alertement traitées, « petites merveilles de goût, d’équilibre et de sentiment5 » dont Louise Lefrançois-Pillion loue le mouvement juste et sobre, la mesure exquise, le réalisme et la clarté. Les quadrilobes de la Calende s’inscrivent dans la plus pure tradition de l’art du grand XIIIe siècle (fig. 148).

148 - Histoire de Jacob. Médaillons du portail de la Calende.

148 - Histoire de Jacob. Médaillons du portail de la Calende.

32Parmi tant de charmants reliefs, il n’est pas aisé de choisir les quelques exemples indispensables pour en faciliter l’approche. Il nous a fallu écarter l’histoire de Job, trop dégradée, la vie de Judith, si attrayante pourtant par ses détails pittoresques de mobilier et de costume mais dont l’accès dans la cour des Maçons n’est guère facile, la vie de Saint Ouen parce que trop peu connue. Quant à la vie de Joseph et celle de saint Romain déjà contées dans les vitraux, les amateurs pourront exercer leur talent pour reconnaître, dans les quadrilobes, les épisodes avec lesquels ils sont un peu familiarisés.

33Restent la vie de Jacob et le Mauvais riche dont nous détaillerons quelques scènes, en comptant les piles de gauche à droite, suivant leur sens de lecture (fig. 146).

Vie de Jacob

341 A. Naissance des jumeaux Esaü, roux et couvert de poils, et Jacob, scène intime absolument délicieuse, d’une touchante vérité. Rébecca est couchée, Isaac debout près d’elle dans une attitude tendre et délicate. Deux servantes portent les nouveaux-nés.

352 A et 3 A. Deux motifs champêtres fort bien venus : Esaü, armé d’un épieu, chasse un magnifique cerf tandis que Jacob garde paisiblement ses brebis.

364 A. C’est le fameux épisode du plat de lentilles, « le mets roux » qu’a préparé Jacob et qu’il cédera à son frère rentrant affamé de la chasse en échange de son droit d’aînesse. Les deux frères se mettent ensuite d’accord par serment (5 A).

37Au second registre se succèdent plusieurs scènes d’une extraordinaire justesse de mouvements : Jacob, se faisant passer pour Esaü apporte à son père couché le repas qu’il lui a préparé (1 B). Isaac, presque aveugle, tâte les mains de Jacob pour vérifier son identité (2 B), puis il prend son repas et embrasse son fils avec effusion avant de le bénir (3 B et 4 B).

38Ces quelques aperçus peuvent suffire pour donner une idée de la charmante fraîcheur de ces petits médaillons. À qui souhaiterait déchiffrer jusqu’au bout l’histoire de Jacob, il suffirait d’ouvrir la Genèse (XXV, 24 à XXXIII, 20) pour lire dans la pierre, suivi pratiquement à la lettre, le texte du Livre Saint.

Parabole du mauvais riche

39Avec la parabole du mauvais riche, le sculpteur a pris, au contraire, plus de libertés avec le récit évangélique qu’il prend un plaisir évident à enjoliver. Ici, par exception, les sculptures des pinacles explicitent l’histoire qui nous est contée : nous y voyons entre autres saint Martin, type du bon riche par opposition au mauvais, et des ouvriers construisant de vastes greniers pour y amasser toujours plus de richesses (autre parabole sur le mauvais usage des biens).

40Tout le premier registre et les deux premiers médaillons du second expriment avec éloquence la joyeuse vie du mauvais riche : le voici à la chasse, le faucon sur le poing (1 A et 2 A), percevant ses revenus et les entassant dans ses coffres (3 A et 4 A), entouré de flatteurs (1 B) auxquels il offre un somptueux festin (2 B). Voici enfin, assis affamé à la porte du riche, le pauvre Lazare dont les chiens viennent lécher les ulcères (3 B et 4 B). Lazare est ici assimilé à un lépreux et tient en main le petit baril dans lequel il est tenu de boire.

41Au 3e registre, Lazare meurt, abandonné de tous, mais deux anges emportent son âme (1 C) et la déposent dans le sein d’Abraham (2 C). « Le riche mourut aussi et eut l’enfer pour sépulcre ». Il n’a pas fallu moins de trois médaillons pour traduire cette simple phrase de la parabole. Le sculpteur nous y montre le Riche entouré de la sollicitude des médecins (3 C), de la tendresse de sa femme (4 C) – tout ce dont Lazare est privé – devenant, sitôt mort, la proie d’horribles démons qui le piétinent en emportant son âme directement en enfer (1 D et 2 D). La superposition, dans les quadrilobes, de la mort de Lazare et de celle du Mauvais riche est saisissante : autant sont délicieux les anges de Lazare, autant sont truculents, hideux et goguenards les démons ricanants ! De l’enfer, le riche aperçoit le bonheur de Lazare (3 D).

42La suite du récit s’écarte de la parabole évangélique et ne nous montre plus que les serviteurs du mauvais riche tout occupés à le dépouiller de ses richesses, argent, vêtements, objets précieux, se battant sans vergogne pour entrer en possession de ce qui fut la raison de vivre de leur maître : ces 5 médaillons sont pleins d’une vie justement observée, de pittoresque et de réalisme.

Les rosaces

43Les rosaces qui décorent gâbles et fenestrages abritent, derrière leurs redents à fleurons, des scènes sculptées en refouillement avec une prodigieuse habileté. Comme aux Libraires, elles complètent le tympan. De façon assez cohérente, elles associent au thème central de la Passion, l’enfance du Christ, la vie et la mort des saints les plus vénérés, et en particulier, de nombreuses scènes de martyre. Chose rare, le programme iconographique se poursuit, on s’en souvient, au revers du portail (voir p. 129 et fig. 52).

44Trois quadrilobes sculptés ornent le grand gâble dominant le portail : au centre, saint Michel pèse les âmes tandis qu’un démon tente de faire pencher la balance de son côté avec tant d’énergie qu’il en tire la langue. À droite, la Vierge, assise près de son Fils qui la bénit, est couronnée par un ange. À gauche, le Recouvrement de Jésus au Temple, petit chef-d’œuvre de composition et de goût : beauté des visages, noblesse des attitudes, tant de la Vierge et de Jésus adolescent que des deux Docteurs de la Loi, tout ici est de premier ordre (fig. 149).

149 - Recouvrement de Jésus au Temple. Rosace sculptée au portail de la Calende.

149 - Recouvrement de Jésus au Temple. Rosace sculptée au portail de la Calende.

150 - Sacre d’évêque. Âme portée au ciel par les anges. Deux rosaces sculptées au portail de la Calende.

150 - Sacre d’évêque. Âme portée au ciel par les anges. Deux rosaces sculptées au portail de la Calende.

45Les contreforts sont ornés sur 3 faces de deux rosaces superposées que surmonte un trilobé curviligne (de moindre importance puisqu’il s’inscrit dans la pointe du gâble) où se répète le même motif : l’âme de l’élu, figurée par un enfant nu, portée au ciel par les anges (fig. 150).

Contrefort de gauche

46Face est : l’Adoration des Mages. Fait exceptionnel, la Vierge portant l’Enfant y est représentée debout. Au-dessus, un très beau sacre d’évêque, sans doute le sacre de saint Nicolas (fig. 150).

47Face sud : la Décollation de saint Jean-Baptiste et une scène de la légende de saint Nicolas : le meurtre des trois écoliers, dormant paisiblement côte à côte tandis que les deux assassins se penchent sur eux, l’arme à la main.

48Face ouest : le martyre de saint Barthélemy (écorché vif) que surmonte la résurrection des écoliers par saint Nicolas.

Contrefort de droite

49Face ouest : scène de la vie de sainte Agnès. Au-dessus, saint Fiacre vêtu de l’habit de moine, la bêche à la main.

50Face sud : la dispute de sainte Catherine avec le tyran. Dans la rosace supérieure, un évêque (saint Martin sans doute) qu’entourent quatre infirmes.

51Face est : deux scènes de martyre. Dans le quadrilobe inférieur, deux bourreaux tordent, à l’aide de cordes, les seins de sainte Agathe avant de les lui arracher. Deux autres, au-dessus, armés de pinces, arrachent les dents de sainte Apolline. Pour faciliter son effort, l’un des tortionnaires s’appuie d’un pied sur le ventre de sa victime, détail à la fois pittoresque et féroce.

52Indépendamment de la virtuosité que requiert un tel travail de sculpture, tous ces bas-reliefs, fort bien conservés par ailleurs, témoignent d’un art consommé.

Le Couronnement de la Vierge

53Le Couronnement de la Vierge qui somme le portail de la Calende est un admirable morceau de sculpture, très proche de la même scène traitée au portail central de Reims.

151 - Couronnement de la Vierge au-dessus de la rose de la Calende.

151 - Couronnement de la Vierge au-dessus de la rose de la Calende.

152 - Tête du Christ du couronnement de la Vierge.

152 - Tête du Christ du couronnement de la Vierge.

54Trônant sur les nuées, le Christ et sa Mère sont entourés de Séraphins et d’Anges balançant des encensoirs, en une grande composition triangulaire. La grâce un peu précieuse des personnages, les plis souples et mouvementés des vêtements accusent le maniérisme du XIVe siècle, mais il y a dans l’expression des visages tant de grandeur et de majesté, une telle suavité sans mièvrerie qu’on y découvre comme un reflet de la beauté de Dieu (fig. 151 et 152).

Notes

1 Ce nom de « Calende » vient des assemblées ecclésiastiques qui se réunissaient trois ou quatre fois par an, aux Calendes (premiers jours du mois), dans une maison de la place où s’élève le portail sud. Pour le portail de la Calende, voir Lefrançois-Pillion 1913, p. 280-299 et H. Krohm, Die Skulptur, op. cit., p. 102-135. Tous deux rapprochent du portail de la Calende, aussi bien pour l’architecture que pour la sculpture, la porte de droite de la façade occidentale de Mantes qui présente les plus grandes analogies avec notre portail. Voir aussi Lanfry 1960, p. 48-65, et surtout, parmi nombre de travaux plus récents, ceux de M. Schlicht, qui ont entièrement renouvelé nos connaissances sur le portail de la Calende.

2 Cité dans Lefrançois-Pillion 1907, p. 25.

3 Je me suis largement inspirée, pour ce tympan, de la description de Lanfry 1960, p. 56-59.

4 Lefrançois-Pillion 1907, p. 25-141.

5 Ibid., p. 140.

Table des illustrations

Titre 143 - Entre les tours carrées du XIIIe siècle, le portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 374k
Titre 144 - Le portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre 145 - Tympan du portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 493k
Titre 146 - Schéma du portail de la Calende, d’après H. Krohm.
Légende a-Pèsement des âmes – b-Recouvrement de Jésus au temple – c-Couronnement de la Vierge d-Anges emportant les âmes au ciel – e-Sacre d’Évêque (saint Nicolas ?) – f-Saint Nicolas : meurtre des écoliers – g-Saint Nicolas : réssurection des écoliers – h-Adoration des mages – i-Décollation de saint Jean-Baptiste – j-Martyre de saint Barthélemy – k-Saint Fiacre – l-Saint Martin (?) – m- Martyre de sainte Appoline – n- Sainte Agnès – o- Dispute de sainte Catherine – p- Martyre de sainte Agathe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 419k
Titre 147 - Prophètes du portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 463k
Titre 148 - Histoire de Jacob. Médaillons du portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 467k
Titre 149 - Recouvrement de Jésus au Temple. Rosace sculptée au portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 230k
Titre 150 - Sacre d’évêque. Âme portée au ciel par les anges. Deux rosaces sculptées au portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre 151 - Couronnement de la Vierge au-dessus de la rose de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre 152 - Tête du Christ du couronnement de la Vierge.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3815/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 185k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540