Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Extérieur de la cathédrale

Façade latérale sud de la nef

Texte intégral

1 L’élévation de la nef étant sensiblement la même au sud qu’au nord, nous nous bornerons à noter les quelques différences d’un côté à l’autre.

2Lors de la transformation des fenêtres hautes de la nef au XIVe siècle, les arcs en plein cintre qui les couronnent ont reçu un riche décor : feuillages à l’archivolte (amortis ici par un sagittaire, là par la plus délicieuse des sirènes), trilobés et quadrilobes dans les écoinçons.

140 - Gargouille moderne.

140 - Gargouille moderne.

3La corniche primitive a complètement disparu, remplacée par la corniche à feuillages de Roulland le Roux. Au pied des fenêtres de la nef, la balustrade de style XIIIe siècle qui borde le passage n’est qu’une restauration du siècle dernier (fig. 109).

4On ne peut oublier que ce collatéral sud a été entièrement reconstruit, à l’exception d’une chapelle, de 1946 à 1949 : travées remontées assise par assise, corniche refaite, arcs-boutants relancés. Du beau décor de gâbles, de balustrades, de tabernacles et de statues anéanti par la guerre, les deux tabernacles subsistants avec la statue de roi qu’ils abritent restent le seul vestige authentique (fig. 24).

  • 1 G. Lanfry, « La cathédrale sauvée et restaurée », Revue de Rouen, album hors-série, 1957, p. 42.

5Quant aux gargouilles disparues, il fallait les remplacer au plus tôt. L’imagination des sculpteurs s’est donnée libre cours dans ces créations fantaisistes qui n’ont rien à envier aux grotesques du Moyen Âge et que Georges Lanfry1 se plaisait à détailler : « chien hurlant à la mort qu’un matois normand tient serré dans ses bras, démon qui montre de l’index la molaire qui lui fait mal, bourgeois du temps de l’occupation qui se serre la ceinture et Ève, notre mère, pleurant sur l’humanité qu’elle a engendrée »…

6Il faut enfin jeter un coup d’œil plein de nostalgie sur les restes mutilés du portail des Maçons : les colonnettes aux fins chapiteaux, les rares voussures sculptées échappées au désastre font amèrement regretter cet ensemble démantelé (fig. 142).

141 - Gargouille moderne.

141 - Gargouille moderne.

142 - Tympan du portail Saint-Siméon en 1939.

142 - Tympan du portail Saint-Siméon en 1939.

Notes

1 G. Lanfry, « La cathédrale sauvée et restaurée », Revue de Rouen, album hors-série, 1957, p. 42.

Table des illustrations

Titre 140 - Gargouille moderne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3814/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Titre 141 - Gargouille moderne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3814/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 57k
Titre 142 - Tympan du portail Saint-Siméon en 1939.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3814/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 292k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540