Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Extérieur de la cathédrale

La cour des Libraires

Texte intégral

1 Flâner dans la rue Saint-Romain resserrée entre ses pittoresques maisons à pans de bois et l’admirable muraille de l’archevêché est un plaisir rare qui prélude déjà au charme très particulier de la cour des Libraires.

2Son décor tout médiéval, la qualité de la lumière et du silence dont on y jouit, font de ce célèbre enclos un coin privilégié, propice au recueillement.

  • 1 C. de Beaurepaire, « Les boutiques du portail des Libraires », BCA, t. 15, p. 391-408 ; Emmanuelle (...)

3Il n’en a certes pas toujours été ainsi ! Les estampes nous gardent le souvenir des multiples échoppes de « libratiers » qui animaient de leur bruyant commerce cette paisible cour1.

4Dégagée de ce pittoresque encombrement, elle s’offre maintenant comme une étape, un moment de retraite entre l’agitation de la ville et la paix du sanctuaire. Mais ce refuge est une merveille !

5À l’orient et à l’occident, les murs austères de l’officialité (abritant maintenant la maîtrise Saint-Evode) où fut prononcée la condamnation de Jeanne d’Arc – l’héroïne elle-même n’y vint jamais –, le sobre bâtiment du chapitre récemment restauré mettent en valeur l’admirable portail des Libraires et la somptueuse clôture septentrionale de la cour dominée par l’élégante poivrière du palais archiépiscopal.

Avant-portail des Libraires (XVe siècle)

  • 2 Beaurepaire 1903, p. 57-58 ; Jouen, p. 65-66.

6L’avant-portail des Libraires, œuvre de Guillaume Pontifs2, comporte deux grandes baies en anse de panier, surmontées d’arcs en accolade aux rampants ornés de superbes crochets, reposant sur des piles aux savantes bases en flacons.

121 - Avant-portail des Libraires (XVe siècle).

121 - Avant-portail des Libraires (XVe siècle).

7Au-dessus des baies, la galerie est bordée de deux claires-voies au remplage formé de soufflets et de mouchettes. Le portique se couronne d’une haute frise ajourée au sommet de laquelle alternent les pinacles, les statues et les fleurons terminant les gâbles en accolade : tout le riche décor du gothique flamboyant, moins fleuri toutefois que nous l’avons trouvé, en son ultime phase, au portail principal (fig. 121).

8Rémon des Aubeaux avait sculpté, pour ce chef-d’œuvre de Guillaume Pontifs, les statues de la Vierge, de sainte Catherine, de sainte Marie-Madeleine et de saint Jacques qui n’ont pas été rétablies lors de la restauration de l’avant-portail au XIXe siècle.

Portail des Libraires

Architecture

  • 3 Pour l’ensemble du portail des Libraires (architecture et sculpture), voir Lefrançois-Pillion 1913 (...)

9L’architecture du portail des Libraires3 est de qualité, qu’il s’agisse des éléments d’origine conservés ou des transformations qu’avec une rare maîtrise, Jean Davi y a apportées à partir de 1280.

Pignon et tours carrées du XIIIe siècle

10Le transept a conservé son pignon d’origine avec son décor de sobres arcatures du XIIIe siècle portées par des colonnes aux bases à griffes. Il s’inscrit entre deux hautes tours carrées typiquement normandes, de la plus grande beauté. Des contreforts à retraites successives en épaulent les angles tandis que, vers le pignon, s’arrondissent deux tourelles d’escalier. Chaque face des tours est entièrement percée d’une très haute baie fermée par un arc en tiers-point qu’une mince colonne baguée, d’une incroyable audace, recoupe en deux lancettes aiguës surmontées d’un tympan ajouré d’une rose. Des rosaces redentées animent les écoinçons (fig. 115 et 122).

122 - Le portail des Libraires.

122 - Le portail des Libraires.

11Les balustrades de couronnement comme les clochetons qui coiffent les tourelles d’escalier ou les crochets qui ponctuent les rampants du pignon sont des restaurations – un peu abusives – du XIXe siècle dont on fait facilement abstraction : on peut alors admirer sans réserve l’élégance sobre et racée de ces tours, purs témoins comme le chœur et la tour-lanterne, du plus bel art gothique normand du XIIIe siècle.

Le chef-d’œuvre de Jean Davi

12Encadrée par ces deux tours, la composition de Jean Davi s’avère d’une prodigieuse maîtrise.

13Deux puissants contreforts terminés en pyramidioles aiguës la calent à droite et à gauche, dissimulant les reprises. Le portail ébrasé, sommé de son haut gâble fleuri ajouré de rosaces resculptées, la claire-voie à fine balustrade qui le surmonte, portant la grande rose inscrite sous une voussure en plein-cintre, le gâble terminal ciselé comme une pièce d’orfèvrerie, tout dans l’architecture est élégance et rappelle les portails du transept de Notre-Dame de Paris (fig. 122).

14Avec un raffinement dont il est coutumier, Jean Davi prolonge, sur les murs en retour de part et d’autre du portail, les fenestrages aveugles et les gâbles légers, trompe-l’œil qui masque à la fois l’étroitesse de la cour et les arrachements de l’ancienne chapelle Sainte-Marie.

15En cette fin du XIIIe siècle, les bases à griffes et à scotie ont disparu au profit des bases débordantes, les deux fines rangées de feuillages ont remplacé les crochets des chapiteaux et, dans les remplages, roses polylobées et trèfles curvilignes donnent aux baies et aux fenestrages le gracieux épanouissement du gothique rayonnant.

Décor sculpté

16Plus encore que son heureuse composition, c’est son décor sculpté qui fait la gloire du portail des Libraires.

17Si les grandes statues des piédroits ont disparu, le tympan et ses trois voussures sont merveilleusement intacts, de même qu’a échappé à la méchanceté des hommes – sinon aux injures du temps – la célèbre tapisserie de quadrilobes qui revêt le soubassement des piédroits.

18Indépendamment des réfections, nombre de statues anciennes ont été conservées ainsi que les délicates figures sculptées en refouillement dans les rosaces qui sont autant de menus chefs-d’œuvre.

123 - Les deux registres du tympan du portail des Libraires (fin du XIIIe siècle).

123 - Les deux registres du tympan du portail des Libraires (fin du XIIIe siècle).

Le tympan

19C’est le Jugement dernier, thème essentiel et grave habituellement réservé au grand portail occidental, qui est représenté au tympan, mais deux registres seulement en ont été sculptés : faute d’argent, sans doute, le troisième n’a pas reçu son décor – le Christ en majesté – et c’est grand dommage car l’œuvre exécutée est de belle qualité (fig. 123).

20Au registre inférieur, la Résurrection des morts est traitée avec une force, un mouvement extraordinaires. L’ardeur avec laquelle tous ces ressuscités enjambent leur cercueil ou en rejettent le couvercle contraste avec les lignes calmes, souverainement ordonnées, de la séparation des bons et des méchants, sculptée au registre médian : à gauche, l’Archange saint Michel dirige la foule des élus vers la jolie porte gothique du Ciel où, accueillis dans la douceur et la félicité par un ange jouant de la harpe et par saint Pierre, ils vont être aussitôt couronnés par les anges, tandis qu’à droite un démon bestial pousse le triste cortège des damnés vers la porte crénelée de l’Enfer où la troupe satanique les précipite dans l’horrible chaudière des tourments éternels. Le sculpteur s’est complu dans les détails terrifiants : armé d’un grappin, tel diable tente d’attirer plus vite à lui les réprouvés ; tel autre, au premier plan, est fort occupé à rôtir un damné tandis qu’un troisième joue de la flûte et du tambourin pour tourner en dérision les souffrances des suppliciés. C’est toute l’imagination populaire du Moyen Âge qui s’exprime là, et sa grande peur de l’enfer (fig. 124 et 125).

124 - Le couronnement des élus.

124 - Le couronnement des élus.

21On peut reconnaître à la fois parmi les bons et parmi les méchants, un pape, un évêque et un moine. Audace sacrilège ? Malicieuse liberté d’esprit du Moyen Âge ? N’est-ce pas plutôt dans de tels détails de sculpture que, comme nous l’avons vu dans les vitraux, la cathédrale s’affirme bien être la « Bible des pauvres », la mère qui enseigne ? Ce pape marchant tristement vers l’enfer, cet évêque se voilant la face de chagrin rappelaient à nos pères et nous rappellent encore que Dieu nous jugera sur nos actes et non sur notre rang.

Les voussures

22Sur la première voussure, s’étagent des figures d’anges, anges adorateurs présentant des couronnes ou anges musiciens. Aux deux autres voussures trônent les Apôtres reconnaissables à leurs attributs, des Saints et des Martyrs portant l’instrument de leur supplice.

126 - Portail des Libraires. Quadrilobes du soubassement.

126 - Portail des Libraires. Quadrilobes du soubassement.

Les quadrilobes

23Beaucoup plus originale et presque unique en France – puisqu’on n’en retrouve la copie qu’à la cathédrale de Lyon – est la tapisserie sculptée qui revêt entièrement les soubassements du portail. De petits quadrilobes se superposent, par groupes de 5, tout au long des piédroits, habillent le pilier central, montent jusqu’à la rencontre de l’archivolte du portail et font retour sur les côtés. On ne compte pas moins de 150 médaillons, mais ce n’est pas tout ! Chaque pile est couronnée d’un pinacle architectural où trouve place encore une jolie figure. À la base, court une frise de minuscules personnages sculptés tandis que, dans les écoinçons des bas-reliefs, s’ébat tout un monde en miniature, d’une criante vérité.

24L’abondance la variété de ce décor suffiraient à le rendre célèbre, mais il présente, de plus, un très grand intérêt, du triple point de vue de l’architecture, de l’iconographie et de la sculpture.

  • 4 Lefrançois-Pillion 1907, p. 21.

25« C’est ici, écrit Louise Lefrançois-Pillion4 qui a consacré aux portails latéraux de la cathédrale une étude magistrale à laquelle il faut toujours revenir, que se manifeste l’alliance la plus intime qui soit entre la sculpture et l’architecture… La sculpture fait si intimement corps avec la construction même que chaque assise porte à la fois son motif sculptural et les moulures qui l’encadrent : chaque bas-relief est partie intégrante du membre d’architecture. »

26À première vue, les quadrilobes semblent tous égaux, mais un examen plus attentif révèle, au contraire, une grande variété de proportions (27 × 25 cm, 26 × 32, 27 × 27, 32 × 32, etc.) qui évite toute lassitude pour l’œil.

27L’inspiration iconographique en est extraordinaire ! Seul le registre supérieur est consacré à la Genèse. Il faut le lire de gauche à droite, en commençant par l’ébrasement de droite du portail et en terminant par celui de gauche, pour y trouver, narrées avec beaucoup de fraîcheur, les scènes de la Création du Monde, puis la vie d’Adam et Ève avant et après leur faute, jusqu’au meurtre d’Abel par Caïn.

  • 5 Au Moyen Âge, c’est le Christ qui crée : le Symbole de Nicée parlant du Christ « per quem omnia fa (...)
  • 6 L’artiste fondait cette idée de la Création par la Trinité sur le pluriel hébreu Elohim, employé d (...)

28Pour représenter la Création, le sculpteur a figuré un Christ5 jeune, tenant à la main le disque sur lequel s’inscrit l’œuvre de chacun des 6 jours (fig. 127). Il en résulte une certaine monotonie, d’autant que la représentation du Créateur n’est pas toujours heureuse. Cependant, certains médaillons sont remarquables : la Trinité, figurée par les trois Personnes divines égales et semblables6, créant l’homme le 6e jour, le Christ plein de noblesse et de sérénité se reposant, son ouvrage achevé, ou encore le Créateur introduisant ensemble Adam et Ève dans le Paradis.

29Les piles du côté gauche présentent quelques scènes délicieuses : l’ange repoussant doucement hors du Paradis terrestre un Adam étonné et une Ève pudique, tel médaillon où nous voyons Adam bêcher et Ève filer avec grâce sa quenouille, tel autre où Ève, couchée après sa maternité, allaite son fils pendant qu’Adam tourne la bouillie, et les premières semailles et les premières récoltes, petits paysages pastoraux pleins de charme (fig. 129). Bien qu’il soit en mauvais état, il faut encore noter ici, à cause de la rareté du sujet figuré, le « bain de l’accouchée » où Ève est représentée avec son nouveau-né dans le cuveau qu’Adam remplit d’eau.

30En dehors de ce registre nettement religieux, tous les autres quadrilobes semblent inspirés par la plus savoureuse des fantaisies ! Quelques thèmes plus précis, tels qu’on les trouvait dans les encyclopédies du Moyen Âge (arts libéraux, vices et vertus, Histoire sainte, figures symboliques du Christ), voisinent avec des caricatures, des fabliaux, tout un prodigieux bestiaire d’animaux mythiques, une zoologie fabuleuse d’une richesse d’invention et d’une vigueur d’exécution extraordinaires : sirènes à corps d’oiseau ou de poisson, dragons ailés, centaures, hommes à tête d’âne ou de chien… Chaque médaillon mériterait d’être détaillé dans ses moindres recoins ! Il nous faut renvoyer les curieux à la passionnante étude de Louise Lefrançois-Pillion et nous borner à indiquer ici les quadrilobes les plus représentatifs ou les plus célèbres. Pour la commodité, partant du pilier central, nous suivrons l’ordre de la Genèse en comptant les pilastres d’abord à droite du portail, à gauche ensuite, et désignant les médaillons de haut en bas par les lettres A, B, C, D et E (fig. 131).

127 - Création de la végétation sur la Terre.

127 - Création de la végétation sur la Terre.

128 - Le pêcher originel ; en bas, un griffon.

128 - Le pêcher originel ; en bas, un griffon.

129 - Les premières récoltes d’Adam hors du Paradis.

129 - Les premières récoltes d’Adam hors du Paradis.

130 - La truie philosophe.

130 - La truie philosophe.

131 - Schéma du portail des Libraires, d’après H. Krohm.

131 - Schéma du portail des Libraires, d’après H. Krohm.

a-Le Christ bénissant
b-Dieu le Père présentant son fils crucifié
c-Anges entraînant les élus vers le ciel
d-Martyre de Saint Pierre
e-Anges portant les âmes au ciel
A- Récit de la Genèse
B, C, D, E-Sujets fantaisistes

31Au pilier central, fort dégradé hélas, sous le Jugement de Salomon (premier registre), quatre des Arts libéraux sont représentés : la Géométrie, la Musique qui frappe avec son marteau les cloches du tintinnabulum, l’Astronomie et la Grammaire, femme revêche, la férule à la main. C’est aussi sur ce pilier central (face 3) que se trouvent deux figures admirables en dépit de leur mutilation : un ange accueillant un élu qu’il enveloppe avec tendresse d’une chape ou d’un manteau.

32À gauche du portail sont juxtaposées les figures symboliques du Christ : le Pélican donnant sa vie par son sang (16 D), la Licorne qui, ne se laissant capturer que par une vierge, annonce la naissance virginale du Messie (17 D), le Phénix (18 D) et le Lion (19 D), symboles de la résurrection. Les Vices et les Vertus sont très incomplets : la Force chrétienne, personnifiée par une jeune femme chevauchant un lion (1 B), voisine avec la Peur (2 B), jeune homme prenant la fuite devant un lièvre. Cet homme, qui tombe la tête en bas (20 D) est peut-être une représentation de l’Orgueil et cet autre à queue de serpent s’arrachant les cheveux (20 E) illustre sans doute le Désespoir tandis que la Luxure est incarnée par une femme à demi nue, se coiffant devant un miroir (21 D).

33Les caricatures sont très amusantes. Musiciens et ménestrels sont visés dans cette figure hybride d’homme et de bœuf, jouant de la flûte et du cymbalum (3 D), les hommes d’arme dans ce centaure tenant fronde et bouclier (5 D). Les médecins ne sont pas mieux traités : examinant le contenu d’un urinal (18 B), voici le « mire » gratifié de pattes de lion, d’ailes d’oie et d’une queue de dauphin !

34Parmi les plus célèbres grotesques, citons : à droite, le dragon à tête humaine encapuchonnée (3 E), la truie qui vielle (10 E), sœur de « l’âne qui vielle » de Saint-Georges de Boscherville, et le bouc à clochettes (11 E) ; à gauche, la truie philosophe à l’œil plein de malice (12 C), des cynocéphales (14 C et 19 C), un lion et un dragon à face humaine (22 C et D) tout à fait expressifs (fig. 130, 134).

132 - Quelques « grotesques » savoureux. Médaillons du portail des Libraires.

132 - Quelques « grotesques » savoureux. Médaillons du portail des Libraires.

133 - Jeu de bateleur.

133 - Jeu de bateleur.

134 - Lion à tête humaine.

134 - Lion à tête humaine.

135- Combat d’un homme avec un dragon.

135- Combat d’un homme avec un dragon.

136 - Hercule et le lion de Némée.

136 - Hercule et le lion de Némée.

35S’il nous faut, non sans regrets, renoncer à décrire les charmants pinacles et les écoinçons, du moins ne pouvons-nous pas passer sous silence deux des minuscules petites frises qui décorent le bas des piles : l’une illustre la fable de l’huître et des plaideurs (pile 11, sous le bouc sonneur), l’autre représente, outils en mains, le sculpteur, le maître d’œuvre et le charpentier de la cathédrale (pile 12, sous la truie philosophe).

  • 7 Robert Flavigny, « À propos du portail des Libraires de la cathédrale de Rouen », BAMR, 1935-1938, (...)

36C’est tout l’esprit, la verve du Moyen Âge qui s’exprime dans ces bas-reliefs, avec une fantaisie, une liberté qui ne dégénèrent jamais en grossièreté. Pour trouver la source d’inspiration de nos « ymaigiers », il suffit d’ouvrir quelque beau manuscrit enluminé pour découvrir dans les marges, encadrant le texte sacré, tout ce monde fantastique et imaginaire. Peut-être, comme le suggère Louise Lefrançois-Pillion, les artistes (sculpteurs et enlumineurs) disposaient-ils d’un recueil, d’un cahier de dessins circulant de ville en ville, d’atelier en atelier, qui aurait servi de guide commun aux deux arts. Quant à l’origine de ces bestiaires monstrueux, elle se perd dans la nuit des temps : « l’âne qui vielle » et « le bouc sonneur » se retrouvent gravés sur des coquilles à Ur au iiie millénaire ! L’art des brillantes civilisations babylonienne et assyrienne trouve ainsi, au portail des Libraires, un extraordinaire prolongement7.

37La qualité de la sculpture est égale à la fécondité de l’invention. Bien entendu, tous les médaillons n’ont pas la même saveur, mais l’ensemble présente un relief, un mouvement, une vie extraordinaires. Enserrer dans un même cadre des formes si diverses qui se plient, se contorsionnent pour épouser la courbe du médaillon, est déjà en soi une prouesse. Mais la maîtrise du sculpteur s’affirme encore dans le modelé à la fois souple et nerveux, l’expression aiguë des visages, l’élégance des draperies, la grâce ou la vérité des attitudes.

38Si nous les admirons aujourd’hui, les quadrilobes du portail des Libraires ont fait école dès le Moyen Âge. Copiés (après 1308) avec un bonheur moindre à la cathédrale de Lyon, ils ont encore servi de modèles 150 ans plus tard aux huchiers qui, pour sculpter les stalles de notre cathédrale, n’emprunteront pas moins de 19 motifs aux bas-reliefs des Libraires.

137 - Le jugement de Salomon.

137 - Le jugement de Salomon.

La grande statuaire

  • 8 Cette statue est de Fulconis. Elle remplace une Vierge à l’Enfant attestée par une délibération ca (...)

39La grande statuaire est fort bien représentée dans la cour des Libraires. Certes, le saint Romain qui s’adosse au pilier central est une réfection du XIXe siècle8, mais cinq jolies statues de saintes ornent les fenestrages aveugles : à gauche sainte Marie l’Égyptienne, toute enveloppée de ses cheveux et accompagnée de son lion, sainte Apolline qui tenait autrefois la pince et la dent rappelant son martyre, sainte Geneviève qui a perdu le cierge qu’un malicieux diablotin juché sur son épaule gauche éteint à coups de soufflet tandis qu’un ange, sur l’épaule droite, rallume inlassablement la flamme, charmante illustration du combat incessant pour conserver la foi.

40À droite leur font face sainte Barbe et sa tour, sainte Marguerite avec la croix et le dragon. Les têtes sont refaites, mais les statues, très gracieuses et fort joliment drapées de manteaux aux plis souples, sont de belles œuvres du début du XIVe siècle.

41Sur les murs de retour, trois évêques (à gauche) et les rois mages (à droite) montent une garde paisible. (Seule est ancienne, de chaque côté, la statue la plus éloignée du portail).

42Dans les parties hautes du contrefort de gauche, se trouve l’admirable groupe du Jugement de Salomon. Une grande et sereine majesté émane du roi Salomon, mais quelle forte gravité reflète aussi le visage du Sarrazin, qui, le glaive dans la main droite, tenant l’enfant sur son bras gauche, s’apprête à faire son triste devoir ! Ces deux belles statues, très étirées en hauteur, aux vêtements aux plis stricts, semblent antérieures au groupe des cinq Vierges (fig. 137).

43Au sommet du gâble qui surmonte le portail, la statue de saint Michel terrassant le dragon est moderne, mais l’évêque qui couronne le gâble supérieur est ancien.

  • 9 Un original se trouve au Musée des Antiquités.

44Encadrant la claire-voie et la rose, les Vierges sages et les Vierges Jolies – symbolisant, elles aussi les élus et les réprouvés – sont de très bonne facture9.

45Des anges à mi-corps décorent la partie tournante de l’archivolte.

Les rosaces

  • 10 Lefrançois-Pillion 1913, p. 370.

46À côté de cette grande statuaire, le portail des Libraires offre encore des morceaux sculptés en refouillement derrière les redents des rosaces qui ornent les gâbles. Au-dessus du portail, ils complètent le Jugement Dernier : ce sont, à gauche, le Christ bénissant entre deux anges céroféraires, à droite Dieu le Père présentant son Fils crucifié entre deux anges. Dans les soufflets d’angle, un ange entraîne vers Dieu un roi et un évêque. « Le motif de gauche, intact, nous dit Louise Lefrançois-Pillion10, est, par l’utilisation adroite de l’espace, la grâce et l’émotion discrète des attitudes et des expressions, une des perles les plus précieuses de la sculpture à cette époque. »

138 - La rose dite « des Libraires » (fin XIIIe siècle).

138 - La rose dite « des Libraires » (fin XIIIe siècle).

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

47Les rosaces de part et d’autre du portail traitent le même sujet (les anges emportant les âmes au ciel) et sont, à une exception près, des réfections mais le célèbre motif de la Crucifixion de saint Pierre, la tête en bas, enchâssé dans le gâble qui surmonte le retour de portail à gauche, est ancien.

48Les deux vantaux de la porte comportaient une charmante frise de petites têtes d’une grande variété : faces de rustres allant presque jusqu’à la caricature ou physionomies spirituelles, fines et aristocratiques présentant toutes sortes de coiffures du XIIIe siècle finissant. Un moulage de cette frise disparue à la suite de la guerre se trouve au Musée des Antiquités (fig. 139).

  • 11 É. Mâle, op. cit., p. 396.

49« [Notre-Dame de] Rouen ressemble à un riche livre d’Heures où Dieu, la Vierge et les saints occupent le milieu des pages, pendant que la fantaisie se joue dans les marges. » Est-il présomptueux de penser qu’en faisant cette comparaison si juste, le grand historien d’art Émile Mâle11 avait tout particulièrement à l’esprit la cour et le portail des Libraires ?

139 - La frise sculptée qui décorait les vantaux du portail des Libraires. (Moulage du Musée des Antiquités).

139 - La frise sculptée qui décorait les vantaux du portail des Libraires. (Moulage du Musée des Antiquités).

Notes

1 C. de Beaurepaire, « Les boutiques du portail des Libraires », BCA, t. 15, p. 391-408 ; Emmanuelle Lefèbvre, « La cour des Libraires de la cathédrale Notre-Dame de Rouen », Chapitres et cathédrales en Normandie, op. cit., p. 425-438.

2 Beaurepaire 1903, p. 57-58 ; Jouen, p. 65-66.

3 Pour l’ensemble du portail des Libraires (architecture et sculpture), voir Lefrançois-Pillion 1913, p. 363-375 ; Lanfry 1960, p. 31-45. La sculpture a été étudiée de façon approfondie dans Lefrançois-Pillion 1907, p. 141-238, et dans H. Krohm, Die Skulptur, op. cit., p. 59-102. Voir aussi Jules Adeline, Les sculptures grotesques et symboliques, Rouen, Augé, 1879 ; Camille Enlart, Rouen, Paris, Laurens, 1928, p. 29-59. Au cours de ces dernières années, la question des portails latéraux de Notre-Dame de Rouen a été totalement renouvelée par les travaux de M. Schlicht : La cathédrale de Rouen vers 1300, op. cit. ; « Afin de relever le statut de notre église-mère : les façades du transept de la cathédrale de Rouen », Annales de Normandie, 47e année, no 5, décembre 1997, p. 537-574.

4 Lefrançois-Pillion 1907, p. 21.

5 Au Moyen Âge, c’est le Christ qui crée : le Symbole de Nicée parlant du Christ « per quem omnia facta sunt » étant pris à la lettre. Voir É. Mâle, op. cit., p. 29.

6 L’artiste fondait cette idée de la Création par la Trinité sur le pluriel hébreu Elohim, employé dans la Bible.

7 Robert Flavigny, « À propos du portail des Libraires de la cathédrale de Rouen », BAMR, 1935-1938, p. 89-104.

8 Cette statue est de Fulconis. Elle remplace une Vierge à l’Enfant attestée par une délibération capitulaire de décembre 1468 : « Pro laterna de novo edificanda ante ymaginem beate Marie de portalicio bursariorum fuerunt commissi Surreau et Auber. » (ADSM, G. 2138, fol. 22 vo, cité par H. Krohm, op. cit., p. 62 et 143).

9 Un original se trouve au Musée des Antiquités.

10 Lefrançois-Pillion 1913, p. 370.

11 É. Mâle, op. cit., p. 396.

Table des illustrations

Titre 121 - Avant-portail des Libraires (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 425k
Titre 122 - Le portail des Libraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 492k
Titre 123 - Les deux registres du tympan du portail des Libraires (fin du XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Titre 124 - Le couronnement des élus.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 141k
Titre 125 - L’enfer.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre 126 - Portail des Libraires. Quadrilobes du soubassement.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 268k
Titre 127 - Création de la végétation sur la Terre.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre 128 - Le pêcher originel ; en bas, un griffon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre 129 - Les premières récoltes d’Adam hors du Paradis.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 143k
Titre 130 - La truie philosophe.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Titre 131 - Schéma du portail des Libraires, d’après H. Krohm.
Légende a-Le Christ bénissantb-Dieu le Père présentant son fils crucifiéc-Anges entraînant les élus vers le cield-Martyre de Saint Pierree-Anges portant les âmes au cielA- Récit de la GenèseB, C, D, E-Sujets fantaisistes
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Titre 132 - Quelques « grotesques » savoureux. Médaillons du portail des Libraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Titre 133 - Jeu de bateleur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre 134 - Lion à tête humaine.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 149k
Titre 135- Combat d’un homme avec un dragon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 150k
Titre 136 - Hercule et le lion de Némée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 144k
Titre 137 - Le jugement de Salomon.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 413k
Titre 138 - La rose dite « des Libraires » (fin XIIIe siècle).
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 430k
Titre 139 - La frise sculptée qui décorait les vantaux du portail des Libraires. (Moulage du Musée des Antiquités).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3813/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540