Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Extérieur de la cathédrale

La cour d’Albane

Texte intégral

  • 1 L’historique de la cour d’Albane est exposé par C. de Beaurepaire dans une notice du Rouen pittore (...)

1 Au flanc nord de la cathédrale, la cour d’Albane1 ajoute au monument le charme supplémentaire de sa verdure. D’ici, la vue est admirable sur la face orientale de la tour Saint-Romain, l’élévation latérale de la nef, les parties hautes du portail des Libraires et surtout sur la tour-lanterne et la flèche.

Tour Saint-Romain, face est

2Sans revenir sur les dispositions générales de la tour Saint-Romain, évoquées à propos de la façade principale (p. 211), nous noterons simplement les particularités de la face est.

3Au troisième étage, la baie géminée de droite a été modifiée après coup pour permettre le passage des cloches montées de l’extérieur. La colonnette intermédiaire a donc été supprimée dans sa partie inférieure pour laisser place à une baie très élargie, encadrée d’un arc brisé.

4À l’angle sud-est de la tour, une charmante tourelle carrée renferme l’escalier à vis sur berceau rampant. Le décor des différents étages s’y poursuit : glacis des contreforts, arcatures brisées superposées. Au-dessus de la corniche redentée, une jolie pyramide de pierre escortée de quatre pyramidioles d’angles coiffe avec élégance ce petit chef-d’œuvre de l’architecture du XIIe siècle (fig. 114).

  • 2 Philippe Manneville, « L’“isolement” de la cathédrale de Rouen », Chapitres et cathédrales en Norm (...)

5Des traces d’arrachement sur les murs de la tour rappellent que de petites maisons s’y accolaient naguère, avant l’incendie de 1944. Le dernier survivant de ces pittoresques logis à l’ombre de la cathédrale est la vieille maison ventrue de la rue Saint-Romain qui, depuis le XVe siècle, limite le côté nord du jardin2.

114 - Face est de la tour Saint-Romain (XIIe siècle), les étages supérieurs.

114 - Face est de la tour Saint-Romain (XIIe siècle), les étages supérieurs.

Face latérale nord de la nef

6Le nouveau mur gouttereau qui, depuis 1270, limite le collatéral, est couronné d’une corniche portant une balustrade quadrilobée. Entre les baies, les culées des arcs-boutants ne font plus saillie ; un simple contrefort à glacis marque les travées où le réseau rayonnant des baies à quatre lancettes qui éclairent les chapelles latérales, occupe pratiquement toute la place.

7Un léger gâble à crochets surmonte l’arc d’encadrement de chaque fenêtre, recoupant dans son ascension corniche et balustrade. Il était couronné, à l’origine, d’une statuette d’ange musicien aujourd’hui disparue.

8Les grands arcs-boutants du XIIIe siècle, prolongés vers 1270 et redressés à l’horizontale pour rejoindre le mur gouttereau, ont gardé les sobres tabernacles à trois faces qui les limitaient autrefois et dont on aperçoit, au-dessus de la balustrade, le pignon aigu. Leur nouvelle terminaison, fort gracieuse, comporte également une niche prenant appui sur la balustrade et surmontée d’un dais richement décoré porté par de fines colonnettes.

9Chaque dais abrite une statue de roi ou d’archevêque, œuvres authentiques du XIIIe siècle et belles en dépit de quelques restaurations. Sous leurs pieds, de curieux grotesques couronnent chaque contrefort que cantonnent deux gargouilles.

10À l’angle de la nef et du transept, c’est une même culée qui reçoit les trois arcs-boutants épaulant nef, croisée et croisillon (fig. 115).

11Entre les arcs-boutants s’ouvrent, sous leur arc de décharge, les hautes fenêtres de la nef. La corniche du XIIIe siècle à arcatures recoupées, surmontées d’un rang de crochets, a été conservée à la première et aux quatre dernières travées. Elle a fait place ailleurs à une corniche du XIVe siècle, ornée de feuillages.

12Une très belle balustrade ajourée, due à Roulland le Roux, ceinture tout l’édifice. Les élégants pinacles à fleurons qui la ponctuent se retrouvent autour du chœur, sculptés à leur base de figures ou de chimères qui font la joie des heureux pèlerins des hauteurs de la cathédrale.

115 - La flèche vue de la cour d’Albane.

115 - La flèche vue de la cour d’Albane.

13La circulation est assurée à l’appui des fenêtres comme au pied des toitures.

Le cloître

14Fermant la cour à l’est, la galerie de cloître, reconstruite à la fin du XIIIe siècle, surmontée de la Trésorerie (aujourd’hui salle d’Albane), ne se poursuit au sud qu’au long de deux travées sans étage, couvertes par une terrasse de pierre que protège une balustrade. Mais le bas-côté nord a gardé les pierres d’attente, témoins d’un projet de galerie méridionale qui ne fut jamais édifié. De solides contreforts à glacis et à retraites rythment les travées.

15Les grandes baies du rez-de-chaussée qui formaient claire-voie sur la cour, ont été fermées au XIXe siècle par un remplage dans le goût du XIVe siècle.

16À l’étage, les baies à double lancette surmontées d’un quadrilobe ont été restituées.

17Une balustrade au décor rayonnant borde la haute toiture de tuiles percée de lucarnes encapuchonnées. Comble et charpente, dévorés par l’incendie de juin 1944, ont été refaits à l’identique en 1969 (fig. 115).

La tour-lanterne

18De la cour d’Albane, la tour-lanterne apparaît dans toute sa beauté.

19Les deux premiers étages datent du XIIIe siècle mais, seul, le premier présente encore, noircies par les flammes et privées de plusieurs colonnettes en délit, ses strictes arcatures en arc brisé. L’étage clair, abîmé par l’incendie de la flèche en 1514, a été sobrement rhabillé par Roulland le Roux : dans les deux hautes baies qui éclairent chaque face, s’épanouissent les soufflets et les mouchettes du gothique flamboyant, faisant fort bon ménage avec les arcatures aveugles d’origine qui les encadrent à chaque extrémité.

20Pour mieux en accentuer la ligne, les archivoltes du XIIIe siècle ont reçu une parure inattendue de crochets fleuris, mais le redan imbriqué sur le glacis des fenêtres est resté intact comme les quatre-feuilles défoncés qui soulignent, de façon fort plaisante, la nouvelle corniche à double rang de feuillages du XVIe siècle (fig. 116).

21Infiniment plus riche est l’étage supérieur que Roulland le Roux élève de son propre chef. Il y déploie toutes les ressources de son art : les façades en léger retrait sont percées de quatre arcades aux gâbles flamboyants fleuris à profusion, séparées par des piles couronnées de pinacles à crochets. Des guirlandes de feuillages animent les montants.

116 - Tour centrale (face ouest) : étages des XIIIe et XVIe siècles.

116 - Tour centrale (face ouest) : étages des XIIIe et XVIe siècles.

22Les angles, formant un décrochement en saillie, sont plus ornés encore : de hautes statues y trouvent place sous des dais luxueux décorés des coquilles Renaissance, sommés par un arc en accolade surhaussée.

  • 3 Les dernières assises de l’étage supérieur de la tour et les oculi sont une mauvaise restauration (...)

23La maîtrise de Roulland le Roux éclate particulièrement dans les quatre contreforts d’angle en pyramide, audacieusement montés en encorbellement, faisant tellement corps avec la tour qu’ils semblent nés avec elle, si généreusement parés, eux aussi, de clochetons, de statues, de niches et de dais ciselés qu’on en oublie leur rôle de soutien. D’étage en étage, la richesse du décor grandit, proclamant la virtuosité du maître d’œuvre qui n’a d’égale que sa prodigalité3 (fig. 116).

24Si elles n’ont pas toutes la même beauté, les statues sont du plus grand intérêt :

  • à l’étage intermédiaire, deux statues d’Apôtres ornent les contreforts sud-ouest et nord-ouest. Sur l’autre face, une Sibylle un peu lourde, au large visage, manque vraiment de grâce ;
  • à l’étage supérieur, une sainte Madeleine aux longs cheveux déployés ravie en extase entre deux angelots fort mouvementés, semble de la même facture que la Sibylle (fig. 120). Mais aux contreforts sud-ouest, nord-ouest et nord-est de cet étage, d’extraordinaires figures de Prophètes en costumes de théâtre, coiffés d’énormes chaperons, ont un accent, une vigueur, un pittoresque qui leur font prendre rang parmi les meilleures œuvres de l’atelier rouennais de la tour de Beurre et du portail central où travaillait Pierre des Aubeaux (fig. 117 et 118).
  • 4 A. Deville (Revue des architectes, op. cit., p. 59) signale cette « statue en pierre de maître-maç (...)

25La statue de gauche sur la face nord mérite une attention toute particulière. Ce n’est pas un Prophète : au lieu du phylactère, le personnage maintient de son bras droit un pinacle sculpté qu’il appuie sur sa hanche. Il n’a pas les outrances des autres statues et porte le costume de l’époque. Dans ce visage énergique qui est manifestement un portrait, on a cru reconnaître une nouvelle effigie du maître d’œuvre incomparable : Roulland le Roux4. À défaut de certitude, il est plaisant d’imaginer le vieux bâtisseur veillant, du haut de sa tour, sur les chefs-d’œuvre qu’il a fait surgir du sol de Rouen (fig. 119).

117 - Tour centrale, face est.

117 - Tour centrale, face est.

118 - Tour centrale, face ouest.

118 - Tour centrale, face ouest.

La flèche

26Sur les solides points d’appui que lui a ménagés Roulland le Roux, la flèche peut poser les amarres de ses quatre clochetons de cuivre et prendre, aérienne et légère, son élan vers le ciel, en une montée vertigineuse qui porte à 151 m au-dessus du sol le coq de cuivre rouge et la croix terminale (fig. 115 et 154).

119 - Roulland le Roux ? Tour centrale, face nord.

119 - Roulland le Roux ? Tour centrale, face nord.

120 - Sainte Madeleine. Tour centrale, face sud.

120 - Sainte Madeleine. Tour centrale, face sud.
  • 5 La pyramide Renaissance aurait mesuré 396 pieds. La tour grêle aurait été plus élevée encore (voir (...)

27Elle s’affirme ainsi la plus haute flèche de France – suivie de près par Strasbourg – sans qu’il y ait là une orgueilleuse recherche : avant la flèche de fonte, la tour grêle et la pyramide Renaissance s’élevaient, elles aussi, très haut dans le ciel5. La raison s’en impose tout naturellement chaque fois que l’on contemple la ville d’une des hauteurs avoisinantes : la flèche atteint exactement le niveau des collines. C’est le site même de Rouen qui appelle cette haute verticale.

  • 6 P. Chirol, « Jean-Antoine Alavoine », Académie de Rouen. Précis, Rouen, 1920, p. 227-267 ; Jean-Ph (...)

28Habitués que nous sommes à la voir ainsi dominer la ville, nous réalisons mal l’audace d’Alavoine, la nouveauté sans précédent de sa conception. Indépendamment d’une prouesse technique, il a fait œuvre originale en osant utiliser un matériau nouveau, en créant résolument des formes neuves, adaptées à la fois aux exigences de la fonte et à l’équilibre harmonieux de l’édifice médiéval6.

29Avant la guerre, nombreux étaient les Rouennais qui s’aventuraient dans l’escalier métallique montant en spirale au creux de la cage ajourée jusqu’au petit lanternon d’où la vue est unique sur la ville et ses environs. Ils avaient alors l’occasion d’admirer de près les imposants clochetons d’angle de bois revêtu de cuivre rouge, flanqués de leurs pyramidioles, ornés avec tant d’art par le ferronnier Marrou de pinacles, de fleurons, de crochets et de chimères repoussés au marteau.

30Des arcs ajourés rattachent les clochetons à la flèche (fig. 115).

  • 7 Voir BAMR, 1913, p. 129-132 et Jouen, p. 128-134.

31Les plans d’Alavoine7 comportaient, en outre, de relier entre eux les clochetons par des gâbles et une galerie et même de dorer les crochets qui ornent les arêtes de la pyramide pour en souligner la forme octogonale. Le manque de crédits, puis la première guerre mondiale ont entravé ces projets qui ne verront sans doute jamais le jour. Peu importe aujourd’hui que la flèche reste inachevée ! L’essentiel est que soit conservé, au-dessus du grand vaisseau de pierre, l’immense mât de fonte, indispensable au ciel de Rouen.

Notes

1 L’historique de la cour d’Albane est exposé par C. de Beaurepaire dans une notice du Rouen pittoresque, 1886, p. 33-48. Voir aussi, du même auteur : « Aménagement de la cour d’Albane », BAMR, 1912, p. 138-141.

2 Philippe Manneville, « L’“isolement” de la cathédrale de Rouen », Chapitres et cathédrales en Normandie. Actes du 31e congrès des sociétés historiques et archéologiques de Normandie, Annales de Normandie, « Congrès des Sociétés historiques et archéologiques de Normandie », vol. 2, 1997, p. 425-438.

3 Les dernières assises de l’étage supérieur de la tour et les oculi sont une mauvaise restauration d’Alavoine (A. Loisel, op. cit., p. 82).

4 A. Deville (Revue des architectes, op. cit., p. 59) signale cette « statue en pierre de maître-maçon qui doit bien certainement offrir le portrait du vieux bâtisseur », mais il la situe « dans une des niches du pilier d’angle regardant le couchant ». Je pense qu’il s’agit plutôt de la statue du pilier nord-est de la face nord. Paul Hélot verrait une autre « signature » de Roulland le Roux sur un chapiteau de l’hôtel Jubert, 1 rue de l’Hôpital, où il a trouvé « une tête d’homme barbue ayant une analogie frappante avec celle du tombeau de la cathédrale » (BAMR, 1935-1938, p. 202).

5 La pyramide Renaissance aurait mesuré 396 pieds. La tour grêle aurait été plus élevée encore (voir Pommeraye 1686, p. 26 et 44-45).

6 P. Chirol, « Jean-Antoine Alavoine », Académie de Rouen. Précis, Rouen, 1920, p. 227-267 ; Jean-Philippe Desportes, « Alavoine et la flèche de la cathédrale de Rouen », Revue de l’art, no 13, 1971, p. 48-62.

7 Voir BAMR, 1913, p. 129-132 et Jouen, p. 128-134.

Table des illustrations

Titre 114 - Face est de la tour Saint-Romain (XIIe siècle), les étages supérieurs.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre 115 - La flèche vue de la cour d’Albane.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 301k
Titre 116 - Tour centrale (face ouest) : étages des XIIIe et XVIe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 418k
Titre 117 - Tour centrale, face est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre 118 - Tour centrale, face ouest.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre 119 - Roulland le Roux ? Tour centrale, face nord.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 182k
Titre 120 - Sainte Madeleine. Tour centrale, face sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3812/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 187k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540