Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Extérieur de la cathédrale

La façade occidentale

Texte intégral

1C’est devant la façade principale que cette impression est le plus vivement ressentie. Entre les deux solides pylônes des tours extrêmes, un immense frontispice ouvragé s’offre aux regards : gâbles ajourés, niches, statues, fenestrages légers, claires-voies et balustrades délicates, l’œil ne peut embrasser d’un seul coup une telle profusion, mais il est de plus en plus séduit, qu’il s’attache à l’ensemble ou qu’il essaie, au contraire, d’en apprécier le détail. Sur ces reliefs innombrables, la lumière joue avec bonheur et l’on comprend sans peine qu’un Claude Monet ait, inlassablement, tenté d’en rendre les reflets.

2Cette façade richement ornée est, de plus, d’une ampleur inhabituelle car les deux tours ont été implantées hors œuvre au lieu de surmonter, comme ailleurs, les petits portails latéraux.

3Dès lors, on pourrait croire que la belle sérénité des lignes horizontales va présider au décor de ce majestueux écran. Bien au contraire ! Encadrée par deux puissantes et hautes tours qu’essaient vainement de rejoindre dans leur ascension les quatre tourelles d’escalier, la composition apparaît résolument verticale, dans un jaillissement de gâbles élancés.

4Mais ce qui fait peut-être le plus grand intérêt de la façade de Rouen, c’est qu’elle résume excellemment, à elle seule, tout l’édifice. Depuis le début du XIIe siècle jusqu’au milieu du XVIe siècle, on peut y lire, comme à livre ouvert, toute l’évolution de l’art gothique dans l’architecture et la décoration.

5Pour mieux nous en convaincre, détaillons, dans leur ordre chronologique, les différentes parties de notre façade.

101 - La cathédrale au lendemain de la guerre. Façade occidentale.

101 - La cathédrale au lendemain de la guerre. Façade occidentale.

Tour Saint-Romain

6Vénérable aïeule de toute la cathédrale, la tour Saint-Romain dresse, à gauche de la façade, sa masse imposante.

  • 1 M. Allinne et A. Loisel, La cathédrale de Rouen avant l’incendie, op. cit., p. 43-58.

7Sa souche du XIIe siècle, d’une noble simplicité, au parement nu que ne perce aucune ouverture est raidie par une série de contreforts plats à glacis en retraite. L’ensemble évoque plutôt un donjon qu’un clocher et il est possible que la tour Saint-Romain, isolée de la cathédrale, ait joué à l’origine un rôle défensif1. Au-dessus de ce mur plein, séparés par des bandeaux au ferme profil qui contournent les contreforts, quatre étages inégaux se superposent, évidés d’arcades brisées dont la hauteur va croissant d’étage en étage. Aveugles au niveau de la salle haute (pour cette face ouest), ces baies forment à hauteur du beffroi deux rangées de fenêtres géminées prises, à l’étage supérieur, sous un arc de décharge. Une belle corniche à arcatures recoupées d’arceaux géminés, couronne, entre les contreforts, ces étages du XIIe siècle (fig. 101).

8La netteté de ses divisions verticales et horizontales, la superposition de ses baies et de ses étages de plus en plus élevés donnent à la tour Saint-Romain beaucoup de grandeur, une austère et robuste harmonie. Typiquement normande, elle s’inscrit directement dans la lignée des tours majestueuses de Jumièges ou de Saint-Étienne de Caen.

  • 2 La façade du XIIe siècle a été étudiée par G. Lanfry, La façade occidentale de la cathédrale, Roue (...)

9Autres témoins du XIIe siècle dans notre façade, mais d’un XIIe siècle plus avancé, les deux portails secondaires sous leur arc de décharge en plein cintre ainsi que la frise d’arcs brisés qui les surmonte et qui courait jadis, sans discontinuité, tout le long du parement2.

10En ce temps-là déjà, les quatre tourelles d’escalier élevaient vers le ciel leurs petits clochetons. En dépit des ouragans et des intempéries qui les ont si souvent mises à mal – sans parler des remaniements successifs de Jehan Périer et de Roulland le Roux – elles ont été cependant respectées dans leur ossature ancienne et leur corps carré a gardé en grande partie son beau décor primitif d’arcatures brisées surmontées d’une forte moulure. Quant aux campaniles qui les couronnent, le plus proche de la tour Saint-Romain a été reconstruit à partir des années 1970 ; les autres ont été refaits au siècle dernier, dans le style flamboyant pour les deux tourelles encadrant le portail central, dans le goût du XIVe siècle pour la dernière (fig. 101 et 113).

Les portails latéraux

11Les portails latéraux sont d’un intérêt tout à fait exceptionnel tant par leur architecture que par leur sculpture. Bien qu’ils datent approximativement de 1170-1180, ils se rattachent encore à l’art roman, si l’on veut bien faire abstraction des tympans dont ils ont été ultérieurement enrichis.

Portail Saint-Jean

12Le portail Saint-Jean, donnant accès au collatéral nord, ne comportait donc pas de tympan à l’origine mais il était déjà dédié à saint Jean-Baptiste, comme l’attestent les petits bas-reliefs sculptés dans les socles des piédroits.

13C’est un chef-d’œuvre de l’architecture normande. Sous un puissant arc de décharge en plein cintre, quatre voussures saillantes en arc brisé meublent les ébrasements du portail et retombent sur des colonnes en délit qui reposent sur un soubassement élevé. Le chambranle est orné de rinceaux harmonieux.

14Chacun de ces éléments mérite d’être un peu plus détaillé.

15Le soubassement est décoré de cannelures verticales, savamment refouillées de pointes de diamant.

16Couronnant le soubassement, le socle des piédroits est sculpté de feuillages alternant avec de petites scènes historiées où, malgré leur mutilation, on peut encore reconnaître de gauche à droite : 1. Tête barbue couronnée à trois visages ; 2. Salomon et la reine de Saba ; 3. Décapitation de saint Jean-Baptiste surmontée de l’inscription « Hic caput aufertur ». Au-dessus de ce bas-relief, deux anges emportent au ciel l’âme du saint ; 4. Festin d’Hérode.

  • 3 La quatrième colonne à gauche, disparue lors de la construction par Alavoine d’un disgracieux cont (...)

17 Aux piédroits, de gras feuillages vigoureusement traités, des palmettes réservées dans des gorges montent entre les jolies colonnes bien proportionnées, dont le fût lisse et nu offre un repos pour l’œil3. L’amorce d’un porche, commencé et non réalisé au XIVe siècle, a entraîné la disparition de la dernière colonne à droite. Les chapiteaux tapissés de feuillages qui se retournent en belles crosses, sont coiffés de tailloirs sculptés. Sur les bases, de curieux crapauds rachètent l’angle de la plinthe.

102 - Le portail Saint-Jean : piédroits et voussures de la fin du XIIe siècle, tympan de la Ire moitié du XIIIe siècle.

102 - Le portail Saint-Jean : piédroits et voussures de la fin du XIIe siècle, tympan de la Ire moitié du XIIIe siècle.
  • 4 É. Chirol et A. Gasperini, Rouen, op. cit., p. 20.
  • 5 L.-A. Jouen, « Souvenirs normands en Italie », BAMR, 1909, p. 40 ; et « L’art gothique de la cathé (...)

18Quant aux admirables rinceaux qui déploient, aux jambages du portail, leurs enroulements harmonieux, ils évoquent l’art du fer forgé et sont de la plus rare qualité. On en trouve de semblables à Palerme4 et à la « porte de bronze » du Dôme de Monreale5 en Sicile. Mutilés par l’adjonction du tympan, ils se prolongeaient autrefois en s’incurvant pour encadrer le portail.

19 Aux voussures, de beaux feuillages traités avec un fort relief, si bien sculptés et travaillés en refouillement qu’ils semblent détachés de leur fond, alternent avec des rouleaux découpés d’ajours en forme de trèfles, de croissants, de baguettes, décor géométrique typiquement normand où s’affirme, incontestablement, l’influence arabe du royaume des Deux-Siciles.

20De très beaux bustes ornent les bases des voussures à feuillages.

21Il ressort de tout ce riche ensemble une impression de vigueur, de maîtrise, d’originalité qui fait grand honneur à l’art normand du XIIe siècle finissant.

22Le tympan, réencastré dans la première moitié du XIIIe siècle, est consacré aux deux saints Jean, le Baptiste et l’Ėvangéliste, ce qui est très rare. Il comporte deux registres.

  • 6 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, éd. de Douai, livre 10, chap. 49, cité par L. Lefrançois (...)

23Au registre supérieur est sculpté le thème, exceptionnel en iconographie, du « Mystérieux Passage » de saint Jean l’Ėvangéliste, tel que nous le rapporte, au XIIIe siècle, Vincent de Beauvais6 : parvenu à une extrême vieillesse, l’Apôtre, appelé par Dieu, descendit dans un tombeau qu’il avait fait creuser au pied de l’autel, pria et disparut dans la lumière.

24Au registre inférieur, c’est l’admirable scène du martyre de saint Jean-Baptiste, morceau de sculpture d’une extraordinaire qualité. À gauche, sur un plan en léger retrait, le festin d’Hérode : Hérodiade est aux côtés du Tétrarque avec deux autres convives, tandis qu’agenouillés au premier plan, les serviteurs – de petite taille pour bien souligner leur peu d’importance dans la hiérarchie sociale – présentent les mets. Devant la table, Salomé, toute juvénile, danse sur les mains avec une grâce incomparable. Le sculpteur s’est certainement inspiré, pour ce personnage exquis, des jongleries dont l’époque était coutumière. L’équilibre du corps basculé est d’une extraordinaire vérité.

103 - Le tympan du portail Saint-Jean.

103 - Le tympan du portail Saint-Jean.

25À droite, Jean-Baptiste est décapité dans sa prison. Comment ne pas admirer le mouvement ample, plein de vigueur et de vie du Noir qui est son bourreau ? Au centre, le vœu d’Hérodiade est exaucé et sa fille lui remet, sur un plat, la tête du Précurseur dont nous voyons l’âme s’envoler. Chaque personnage bien campé mérite d’être détaillé pour la finesse des visages, la perfection des proportions et la beauté des attitudes sobres et justes.

26Une frise redentée surmonte ces différentes scènes. Elle retombait au centre sur une colonnette, aujourd’hui disparue, qui séparait les deux parties du tableau, lui donnant beaucoup de clarté.

27Le XIIIe siècle nous a laissé peu de morceaux sculptés comparables à ce tympan où mouvement, relief, grâce, réalisme s’allient à une très grande habileté dans la composition qui se traduit, en particulier, par une recherche de la profondeur. Tout l’ensemble du portail a d’ailleurs été jugé digne d’être moulé pour le Musée de sculpture comparée.

  • 7 L. Lefrançois-Pillion, « La sculpture monumentale », art. cité, p. 76.

28Entre l’archivolte et l’arc de décharge, des scènes peintes sur fond guilloché et doré, complétaient cet admirable ensemble. Louise Lefrançois-Pillion7 y reconnaît « à gauche la naissance du saint avec Zacharie écrivant, au sommet le Baptême de Jésus, à droite Jean s’adressant aux Pharisiens et, plus bas, la Vocation d’André et de Jean et peut-être celle de Philippe, que les cycles byzantins rapprochent toujours du Baptême ».

Portail Saint-Étienne

29Le portail du bas-côté sud, consacré à saint Étienne, présente sensiblement les mêmes dispositions que le portail Saint-Jean et il serait d’un aussi grand intérêt s’il n’avait tant souffert au cours des siècles : les deux colonnes extrêmes ainsi que les voussures qui les surmontaient, ont disparu, englobées à gauche dans l’amorce du porche du XIVe siècle (on voit nettement les bossages marqués de quadrilobes destinés à recevoir des bas-reliefs sculptés), à droite dans un contrefort moderne. Au tympan, quatre têtes et un personnage entier ont été bûchés mais il y a pis encore : une restauration sacrilège au XVIIe ou au XVIIIe siècle a supprimé toute la partie inférieure des figures pour encastrer un linteau « décoré » de médiocres rinceaux.

30Sans reprendre ici tous les éléments détaillés pour le portail Saint-Jean, nous nous bornerons à indiquer ce qui est propre au portail Saint-Étienne.

  • 8 Ibid., p. 73-74.

31 Aux socles des piédroits, les scènes historiées représentent, d’après Mme Lefrançois-Pillion8 : 1. Cavalier et femme (réplique en miniature du Constantin et l’Église de la sculpture poitevine) ; 2. Saint Michel et le dragon (très apparenté à une figure analogue à Notre-Dame de Paris) ; 3. Voyage des Mages ; 4. Adoration (2 Mages seulement) ; 5. Fuite en Égypte ; 6. Lapidation de saint Étienne.

32 Les rinceaux du chambranle, différents de ceux du portail Saint-Jean, sont tout aussi nerveux. Par contre, les motifs géométriques des voussures, un peu plus monotones, ne présentent qu’une succession de baguettes défoncées.

33 Le tympan comporte deux registres : au registre inférieur est représentée la lapidation du premier martyr. De part et d’autre du diacre Étienne, au centre, ses bourreaux s’acharnent contre lui avec une énergie et une vivacité que n’ont pas effacées les mutilations. À gauche, Saül, assis, garde les vêtements des témoins. À droite, les portes de la ville hors de laquelle on a entraîné le martyr pour le lapider. Ici encore, les plans différents, le relief sont admirables.

104 - Le tympan mutilé du portail Saint-Étienne.

104 - Le tympan mutilé du portail Saint-Étienne.

34Au registre supérieur, entouré d’anges adorateurs, le Christ en majesté trône dans une gloire en amande, illustrant les derniers mots de saint Étienne : « Je vois les cieux ouverts et le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu » (fig. 104).

35Les scènes peintes sous l’arc de décharge représentaient sans doute une Cueillette des âmes.

Le portail central au XIIIe siècle

36Dédié à saint Romain, le portail central était certainement surmonté d’un décor analogue. Quelques voussures retrouvées (en dépôt au Musée des Antiquités), sculptées des Vieillards de l’Apocalypse, laisseraient présager que le sujet du tympan était le Jugement Dernier. Mais, en l’absence de textes, toute affirmation à ce propos serait bien hasardeuse.

Le décor du XIVe siècle, fenestrage et statues

37Le maître d’œuvre Jean Périer entreprend, au XIVe siècle, un vaste programme d’embellissement de la façade que poursuivront ses successeurs Jehan de Bayeux et Jenson Salvart. Son plan comporte : un triple porche (projet qui ne sera qu’amorcé), l’ouverture d’une grande rose rayonnante – que viendra remplacer au XVIe siècle la rose actuelle – et au-dessus du triplet des portails conservés, un vaste réseau de fenestrages surmontés de gâbles à crochets, enserrant tout un peuple de statues. Gâbles et fenestrages sont aveugles quand ils sont appliqués sur les tourelles, ajourés dans leurs parties hautes au-dessus des portails. Pour donner plus d’ampleur encore à sa composition, Jean Périer élève, vers le nord, sur le mur qui, depuis la fin du XIIe siècle, ferme le passage entre la tour Saint-Romain et la cathédrale, un nouveau pan de mur qu’il décore d’une arcature quadrilobée et surmonte d’une claire-voie crénelée (fig. 106).

38La légère tapisserie sculptée tendue d’un bout à l’autre de la façade comprend quatre fenestrages au nord, trois au sud, divisés par de fins meneaux en trois ou quatre compartiments verticaux. Les statues s’y étagent sur deux rangées au sud, trois au nord, en un parti de décoration qui évoque certaines cathédrales anglaises (Wells, Lichfield, ou Salisbury).

39Les lignes ascendantes du décor sont encore accentuées, entre les gâbles, par des tabernacles à statues, coiffés de pyramidioles aiguës.

Gâbles et fenestrages

  • 9 Les gâbles, fenestrages et statues de la façade ont été étudiés par M. Allinne, « La façade occide (...)

40Fenestrages et gâbles9 méritent un regard attentif : comme en un condensé lumineux, ils résument quarante années de l’évolution de l’art gothique. Nos trois maître d’œuvre vont y travailler successivement, chacun d’eux apportant, dans le respect du plan d’ensemble primitif, sa liberté d’expression, une fidélité aux normes de son époque.

41On s’accorde à reconnaître dans les deux fenestrages qui encadrent la rose centrale, l’œuvre de Jean Périer (1386-1387) : leurs quadrilobes redentés sont caractéristiques du gothique rayonnant. Les deux suivants vers la tour de Beurre sont attribués à Jehan de Bayeux (1388-1398), Le premier comporte encore des quadrilobes rayonnants, mais le décor du gâble est plus mouvementé. Les soufflets et les mouchettes font leur apparition dans le dernier fenestrage, annonçant le début du gothique flamboyant (fig. 105).

105 - Façade occidentale. Les trois fenestrages du sud-ouest (XIVe siècle).

105 - Façade occidentale. Les trois fenestrages du sud-ouest (XIVe siècle).

106 - Façade occidentale. Les quatre fenestrages du nord-ouest (XIVe et XVe siècle).

106 - Façade occidentale. Les quatre fenestrages du nord-ouest (XIVe et XVe siècle).
  • 10 M. Aubert (art. cité, p. 51) et L. Lefrançois-Pillion (« La sculpture monumentale », art. cité, p. (...)
  • 11 M. Allinne, « La façade occidentale », art. cité, p. 86.

42Est-ce encore Jehan de Bayeux qui sculpta le fenestrage le plus proche de la tour Saint-Romain ou faut-il y reconnaître déjà la main de Jenson Salvart ? L’opinion des archéologues diffère sur ce point10. Frappé par la similitude de ce remplage avec celui des baies du beffroi de Rouen, exécutées par Jehan de Bayeux en 1397, M. Alline11 conclut que ce fenestrage en est contemporain. Commencé par Jehan de Bayeux, il fut sans doute achevé par Jenson Salvart de 1406 à 1421, dans un style gothique flamboyant plus avancé puisqu’on y découvre l’arc en accolade (fig. 106).

43Le détail des socles et des dais des statues concorde avec la chronologie de ce décor de façade.

Les statues

44Sculptées de pair avec les fenestrages, les statues portent la marque d’ateliers différents, de valeur forcément inégale. Ce sont dans l’ensemble des œuvres de qualité qui doivent à l’usure des intempéries, au ruissellement des pluies rouennaises adoucissant leurs contours, une patine intéressante. Hélas, la pollution aidant, il est à craindre qu’elle ne perdent toute vie, pour devenir des silhouettes inexpressives…

45Le registre supérieur présente des anges offrant des couronnes (de part et d’autre de la rose centrale) et des saintes femmes au hanchement caractéristique du XIVe siècle, moulées dans des robes joliment drapées.

46Au registre médian, contrairement à l’iconographie habituelle, les Apôtres s’alignent au nord, les Patriarches et les Prophètes au sud. Ces dernières figures comptent parmi les plus remarquables par le relief, l’ampleur des formes, l’importance des draperies aux plis multiples (fig. 105). Seuls ont été identifiés Moïse et David. Au nord, quelques attributs permettent de reconnaître saint Pierre (clef), saint Barthélemy (couteau), saint Paul (glaive), saint Jacques (massue) et saint Thomas (équerre).

47Le registre inférieur n’existe qu’au nord. Il comporte six statues d’archevêques, entre autres saint Nicaise et saint Romain (fig. 106).

107 - Le couronnement de la tour Saint-Romain, avant l’incendie de 1944.

107 - Le couronnement de la tour Saint-Romain, avant l’incendie de 1944.

48L’ordre chronologique nous amène ensuite aux travaux de Guillaume Pontifs : le couronnement de la tour Saint-Romain et la tour de Beurre.

Tour Saint-Romain : haut étage et couronnement (XVe siècle)

49La tour a retrouvé en 1990 le haut étage et l’imposante toiture en pavillon que lui avait donnés au XVe siècle Guillaume Pontifs, et que l’incendie de 1944 avait anéantis. Avec ses hauts pans d’ardoises au cintrage caractéristique, ses soleils de plomb doré, sa crête ouvragée et ses deux grandes croix sommitales, le couronnement de cette tour est redevenu un des plus beaux ornements du ciel de Rouen.

50Le haut étage témoigne du goût et de l’habileté de Guillaume Pontifs. Soucieux de ne pas détruire l’harmonie de la tour, ce maître d’œuvre en prolonge les lignes ascendantes et en respecte les divisions, sans renier pour autant l’art de son époque. Il poursuit donc les puissants contreforts d’angles ainsi que le contrefort médian, mais il les orne de niches surmontées d’arcs en accolade, de statues, de clochetons et les somme d’imposants pinacles décorés de crochets et de fleurons. Il double la corniche du XIIe siècle d’une corniche à feuillages plus saillante sur laquelle il assoit une balustrade ajourée de mouchettes.

51Les deux étages de baies superposées sont parés de remplages flamboyants. De très hauts gâbles à fleurons surmontent les fenêtres supérieures et viennent traverser la balustrade du couronnement, alternant avec des pinacles à crochets.

52Quarante quatre statues ornent ce haut étage, une à chaque angle de la balustrade, deux sur chacun des contreforts intermédiaires, les autres regroupées sur les piles d’angles. Signalons parmi les plus belles, un prophète tenant un large phylactère, rare statue intacte dont la tête est d’une grande noblesse d’expression.

  • 12 Le décor du pavillon, restauré en 1909, a été étudié par Georges Dubosc, BAMR, 1909, p. 159-161.

53Un pavillon12 d’ardoises en forme de hache, timbré d’un soleil d’or sur les quatre pentes du toit et ponctué de bulottes (ouvertures circulaires en plomb ménagées pour faciliter la pose des échafaudages nécessaires aux couvreurs), couvre la tour. Il se termine par deux croix archiépiscopales en ferronnerie, reliées par une crête décorative en plomb (fig. 107).

108 - Façade occidentale ; à droite, la tour de Beurre (XVe siècle).

108 - Façade occidentale ; à droite, la tour de Beurre (XVe siècle).

Tour de Beurre (fin XVe siècle)

  • 13 Pierre Chirol, Rouen 1939, Grenoble-Paris, B. Arthaud, 1946, p. 45-46.

54La maîtrise de Guillaume Pontifs s’affirme de façon plus éclatante encore dans la tour de Beurre. Sans doute le maître d’œuvre devra-t-il laisser à Jacques le Roux la joie d’achever son œuvre, mais c’est lui qui lui impose le rythme même de la tour Saint-Romain, en conservant, dans un somptueux décor flamboyant, les mêmes coupures verticales et horizontales. Comme l’écrit si justement Pierre Chirol13 : « Ces deux tours, d’âge si différent, se répondent dans leurs lignes, dans leurs dispositions, dans leurs volumes… »

55Nous retrouvons donc, comme à la tour Saint-Romain, les contreforts d’angles et les contreforts médians partant de fond, les larges bandeaux marquant les différents niveaux en ressautant sur les piles, les doubles baies superposées, grandissant d’étage en étage (fig. 101).

56Comme pour attirer l’œil irrésistiblement vers le ciel, le maître d’œuvre a savamment gradué son décor : très sobrement ornés dans les parties basses, contreforts et baies s’enrichissent de plus en plus, à mesure que le regard s’élève. Les statues apparaissent discrètement à l’étage de la plomberie. Elles triomphent à l’étage supérieur dans un décor de tabernacles. Plus haut encore, toute la luxuriance flamboyante éclate dans un festival de pinacles à crochets, de gâbles à fleurons encadrant somptueusement les fenêtres pour venir se composer avec la balustrade supérieure.

57 L’étage du couronnement est d’une grande habileté. Le passage du plan carré au plan octogonal du sommet est harmonieusement assuré par des contreforts intermédiaires. De petits arcs-boutants ajourés rattachent les contreforts entre eux.

58La couronne terminale est formée d’une balustrade ouvragée, divisée en seize compartiments par de puissants pinacles. Peut-être souffre-t-elle un peu du voisinage de l’incomparable tour couronnée de Saint-Ouen, mais c’est cependant une fort belle réussite de Jacques le Roux et de son neveu Roulland.

59Les statues sont fort intéressantes. Qu’il nous soit permis, pour les évoquer, de dépasser le cadre trop strict de la façade et de considérer la tour de Beurre dans son ensemble.

  • 14 L. Lefrançois-Pillion, « “Le mystère d’Octovien et la Sibylle” dans les statues de la tour de Beur (...)

60Nichées dans les contreforts, elles s’étagent sur deux rangées. Les 12 statues du premier étage datent du XVe siècle et sont évidemment des remplois d’assez médiocre qualité. Le second étage, par contre, présente 21 figures d’excellente facture, reliées par un plan iconographique cohérent : Adam et Ève (façade principale) sont entourés de Prophètes, de Sibylles et de Patriarches parmi lesquels on peut identifier Moïse et David. Au sud, deux Sibylles encadrent deux Prophètes. Mais c’est à l’est que ce programme trouve sa clef. L’une des fenêtres a été largement évidée pour le passage de l’énorme cloche Georges d’Amboise et son tympan est orné d’une Vierge à l’Enfant dominant un groupe de 8 statues extraordinaires. La grande science de Louise Lefrançois-Pillion14 lui a permis de reconnaître dans cet ensemble la belle légende de l’Ara Cœli : souhaitant se faire adorer, l’empereur Auguste, consulte la Sibylle de Tibur. Celle-ci voit alors dans le ciel une Vierge portant un enfant tandis qu’une voix proclame : « Voici l’autel du Ciel. » C’est la révélation de la naissance virginale du Messie. De gauche à droite, sur cette face est, nous trouvons donc : encadré par un Prophète et une Sibylle, le Christ ressuscité montrant les plaies de la Passion. Puis 2 Sibylles (une suivante, l’autre prophétisant, le doigt levé), l’empereur Auguste dans un demi-agenouillement et deux de ses officiers (fig. 110).

109 - Tour de Beurre (face est) et collatéral sud.

109 - Tour de Beurre (face est) et collatéral sud.

110 - Tour de Beurre. L’église de l’Ara Cœli sur la face est.

110 - Tour de Beurre. L’église de l’Ara Cœli sur la face est.

111 - Le fauconnier et le connétable. Détails de l’Ara Cœli.

111 - Le fauconnier et le connétable. Détails de l’Ara Cœli.

61Le sens religieux de l’ensemble peut se résumer ainsi : comme le révèlent Prophètes, Sibylles et Patriarches, c’est par l’Incarnation, la Passion et la Résurrection du Christ que le genre humain, perdu par le péché d’Adam et Ève, trouve le salut.

62La Vierge est une fort gracieuse figure, les Sibylles sont charmantes en leurs atours du tout début du XVIe siècle. Quant aux grands officiers, fauconnier à l’air redoutable portant l’oiseau sur le poing et connétable ou prévôt, agréable jouvenceau tenant un large cimeterre, ils sont affublés de costumes de théâtre tout à fait plaisants et pittoresques qu’accentue encore une recherche outrée d’expression des visages (fig. 111). Manifestement inspirés de ces mystères joués autrefois sur le parvis ou dans la cathédrale même, ils témoignent d’une originalité que nous allons retrouver, sensiblement à la même époque, au portail central comme au haut étage de la tour-lanterne. Nous sommes donc en présence d’un atelier de sculpture typiquement rouennais, d’une grande qualité.

Le grand portail (début du XVIe siècle)

  • 15 P. Chirol, Rouen 1939, op. cit., p. 46.
  • 16 Beaurepaire 1904, p. 119-121 ; G. Lanfry, La façade occidentale, op. cit., p. 22-28.

63La partie centrale de la façade où, suivant l’expression de Pierre Chirol15, « la féerie et le luxe atteignent au paroxysme », c’est le chef-d’œuvre de Roulland le Roux16.

64Lorsqu’il commence les travaux en 1508, il s’agit, en fait, d’étayer cette façade qui menace ruine, mais telle est la richesse du décor qu’on en oublie le but utilitaire de consolidation pour ne voir que le côté précieux de ce foisonnement sculptural.

65La structure architecturale est basée sur deux volumineux contreforts pyramidaux, faisant largement saillie en avant de la façade qu’ils contrebutent.

  • 17 Premiers mots de l’antienne de l’Ascension : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regard (...)

66Au-dessus du porche déterminé par le profond ébrasement du portail, Roulland le Roux rétablit la galerie du « Viri Galilei17 » où deux chanoines montent, au jour de l’Ascension, annoncer aux Rouennais que le Christ ressuscité est remonté vers son Père.

67Entre les tourelles médianes conservées, dominant la rose flamboyante qui remplace celle de Jean Périer, une galerie haute porte la terminaison triangulaire du pignon.

68Un gâble immense, aérien, jaillit des pyramides à la base des voussures, prend son élan devant la galerie et monte, sans effort et sans poids apparent, presque au sommet de la rose (fig. 112).

  • 18 C. de Beaurepaire, « Notes sur le grand portail de la cathédrale de Rouen », BCA, t. 10, 1re livr. (...)

69Sur cette ossature de pierre, notre maître d’œuvre va broder un décor étourdissant, secondé par une pléiade de sculpteurs dont les comptes18 nous ont conservé les noms : Pierre des Aubeaux, Pierre Dulis, Jean Théroulde, Jean Poullain, Richard le Roux, Nicolas Quesnel entre autres, auxquels il faut joindre celui du grand Arnoult de Nimègue qui, à la demande de Roulland le Roux, fournit les patrons de plusieurs figures.

112 - Le grand portail (début XVIe siècle).

112 - Le grand portail (début XVIe siècle).

Le tympan (1512-1513)

  • 19 Par Nicolas Gugu ou Cucu en 1626 (voir Jouen, p. 107).

70Consacré à la Vierge Marie comme la cathédrale elle-même, le portail central est orné au tympan d’un Arbre de Jessé (arbre généalogique de la Vierge), œuvre du rouennais Pierre des Aubeaux, qui reste d’un grand intérêt bien qu’il ait terriblement souffert des mutilations de 1562, réparées tant bien que mal au siècle suivant19.

71Le parti d’une composition, abandonnant les registres pour occuper toute la surface à décorer, est tout à fait nouveau et s’inspire manifestement des verrières de l’époque. À la base du tympan, Jessé, à demi couché, est entouré des quatre grands Prophètes : Isaïe, Jérémie, Ezéchiel et Daniel. De son flanc sort un puissant rameau sur les branches duquel les Ancêtres de la Vierge viennent s’étager. Marie trône au sommet du tympan, telle qu’elle apparaît dans la vision de l’Apocalypse, « nimbée de soleil et couronnée de douze étoiles ».

  • 20 Les Prophètes (voussure extérieure) sont de Pierre des Aubeaux, les Patriarches, de Richard le Rou (...)

72Les ébrasements du portail comprennent trois voussures séparées par de minces cordons toriques qui descendent jusqu’à la plinthe. Douze Patriarches, douze Sibylles, douze Prophètes20 entourent ainsi le tympan sur trois rangées concentriques.

  • 21 Auguste Foucher, « Les statuettes décoratives de la voussure du grand portail de la cathédrale de (...)

73Quant aux cordons toriques, ils sont entièrement sculptés de petites figures, affrontées ou opposées deux à deux, sous des dais ouvragés formant supports. Des anges et des chérubins encadrent le tympan mais, plus bas, la fantaisie des sculpteurs s’est donné libre cours. C’est toute la société du temps de Louis XII qui est ainsi représentée avec une verve allant parfois jusqu’à la grivoiserie : sergent d’armes, cardinaux, gentes dames ou musiciens, sculpteur, soldats ou bourgeois rouennais21. De valeur inégale suivant le talent de leurs auteurs mais toujours très soignées, ces statuettes constituent un document passionnant pour l’histoire du costume. Toute une époque ressuscite ainsi sous nos yeux.

74Au tympan et dans les voussures règne en maître le costume de théâtre tel que nous l’avons déjà trouvé à la tour de Beurre, vêtements à grelots ou à crevés, manches redondantes, turbans emperlés, tout un accoutrement pittoresque qui convient assez mal, avouons-le, aux-Ancêtres de la Vierge !

75Entre les voussures et la galerie de premier étage, les écoinçons sont tapissés de roses redentées.

  • 22 M. Allinne, « Le pilier de la porte centrale de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen »,(...)

76Les belles portes à deux vantaux de Nicolas Castille (1514), sobrement décorées de fruitages et de chutes d’armes entrecroisées, s’ouvrent sous le linteau maladroitement refait au XVIIIe siècle après la suppression du pilier central, décision stupide qui nous prive à jamais des statues de la Vierge (face est du pilier) et de saint Romain (face ouest) qu’y avait placées Pierre des Aubeaux22.

  • 23 Voir BAMR, 1904, p. 95.

77Entièrement fleuri, orné sur les rampants de magnifiques choux frisés, le grand gâble est couronné d’un beau fleuron où trois angelots présentent des « cires » à la Vierge du sommet. Cette dernière statue, œuvre de Pierre des Aubeaux attestée par les comptes, a disparu. Le dais central du gâble a perdu de même le groupe qu’il abritait, sans doute la Sainte Trinité23 (fig. 112).

Pyramides et statues

78Sculptées à profusion, les pyramides ne comptent pas moins de trois étages de statues abritées par de hauts dais ciselés, précieux comme un travail d’orfèvrerie. Vingt et une grandes figures d’archevêques, toutes disparues hélas, s’alignaient autour du portail (dont saint Romain au pilier central). Les socles sur lesquels elles reposaient sont ornés de scènes historiées (près de 60), malheureusement difficiles à lire, ayant trait sans doute aux légendes des prélats les plus vénérés : saint Nicaise, saint Mellon, saint Romain et saint Ouen.

79Au second étage, le Christ et saint Paul sont entourés des douze Apôtres. En mutilant ces statues, les iconoclastes ont privé la cathédrale de chefs-d’œuvre qui, même décapités, gardent une très grande noblesse sous les effets fugitifs de la lumière qui leur redonnent vie.

80La même qualité de sculpture se retrouve dans les deux groupes, miraculeusement intacts, placés à la partie supérieure des pyramides où des Prophètes encadrent la Vierge et l’Ange de l’Annonciation : la gravité des Prophètes fait ressortir le caractère juvénile des deux figures principales, l’ange aux longs cheveux épars, la Vierge debout dans son oratoire. Des clochetons fort ouvragés, s’amenuisant en aiguilles ajourées, couronnent les pyramides (fig. 112).

81À la galerie du Viri Galilei bordée par une balustrade délicate, courbes et contrecourbes se mêlent en de fragiles entrelacs. Derrière cette broderie arachnéenne, le décor se poursuit en arrière-corps de la façade où les arcatures les plus riches, les plus somptueuses tapissent le mur intérieur sous la grande rose à 16 pétales (fig. 112).

Écoinçon de la rose

82Mais il y a plus inattendu encore ! Sous l’arc d’encadrement bordé d’un véritable picot de dentelle qui abrite la rose et porte la galerie haute, voici qu’apparaît une charmante Vierge assise, entourée de deux anges à genoux portant des candélabres, drapés dans des manteaux amples et mouvementés. Leur faisant cortège aux voussures, des Séraphins, des Vertus et des Saintes, des Chérubins s’étagent en trois cordons, petits chefs-d’œuvre merveilleusement intacts.

83Devant tant de raffinement, on ne s’étonne plus des protestations réitérées des chanoines qui jugent inutile tout ce luxe invisible à l’œil nu, mais on rend grâce aussi à Roulland le Roux d’avoir poursuivi son œuvre comme il l’entendait, en virtuose, pour l’amour de son art et pour la gloire de Dieu.

Galerie haute et couronnement

84Aussi finement ouvragée tant dans sa balustrade à festons que dans son arrière-corps entièrement décoré, la galerie haute comprend 11 arcatures couronnées alternativement de dais pyramidaux et de gâbles très élancés qui se conjuguent avec les pinacles et les clochetons du pignon, en une composition triangulaire que dominait la Croix, feu d’artifice de lignes ascendantes, véritable apothéose de cette étourdissante façade (fig. 113).

85Un fait est pourtant surprenant : en ce début du XVIe siècle, l’influence de la Renaissance est déjà vivace et notre maître d’œuvre « qui taillait à la fois à l’antique et à la mode française » ne se fait pas faute d’en appliquer les normes nouvelles, juste en face de la cathédrale, à l’Hôtel des généraux ! La même année cependant, pour le grand portail, il reste fidèle aux traditions gothiques : dans cette luxuriance flamboyante, seules 4 colonnes où s’enroulent en spirale les arabesques Renaissance, témoignent de l’art nouveau… Contraste piquant, qui montre assez le poids du joug imposé par « Messieurs du Chapitre » !

113 - Galerie haute et couronnement du grand portail.

113 - Galerie haute et couronnement du grand portail.

Notes

1 M. Allinne et A. Loisel, La cathédrale de Rouen avant l’incendie, op. cit., p. 43-58.

2 La façade du XIIe siècle a été étudiée par G. Lanfry, La façade occidentale de la cathédrale, Rouen, Imp. Lecerf, coll. « Les cahiers de Notre-Dame de Rouen », 1957. Pour les portails Saint-Jean et Saint-Étienne, voir La façade occidentale de la cathédrale, L. Lefrançois-Pillion, « La sculpture monumentale », art. cité, p. 72-77.

3 La quatrième colonne à gauche, disparue lors de la construction par Alavoine d’un disgracieux contrefort, aujourd’hui supprimé, a été restituée par Foucher en 1912 (BAMR, 1912, p. 142-143). Voir aussi BAMR, 1909, p. 156.

4 É. Chirol et A. Gasperini, Rouen, op. cit., p. 20.

5 L.-A. Jouen, « Souvenirs normands en Italie », BAMR, 1909, p. 40 ; et « L’art gothique de la cathédrale de Rouen », Semaines sociales de Rouen, Rouen, 1910.

6 Vincent de Beauvais, Speculum historiale, éd. de Douai, livre 10, chap. 49, cité par L. Lefrançois-Pillion : « Un tympan de porte à la cathédrale de Rouen », Revue de l’art chrétien, t. 15, 3e livraison, mai 1904, p. 181-189.

7 L. Lefrançois-Pillion, « La sculpture monumentale », art. cité, p. 76.

8 Ibid., p. 73-74.

9 Les gâbles, fenestrages et statues de la façade ont été étudiés par M. Allinne, « La façade occidentale de la cathédrale de Rouen », art. cité, p. 73-100. Voir aussi G. Lanfry, La façade occidentale, op. cit., p. 10-15.

10 M. Aubert (art. cité, p. 51) et L. Lefrançois-Pillion (« La sculpture monumentale », art. cité, p. 86-87) l’attribuent à J. de Bayeux ; A. Loisel (op. cit., p. 62), L.-A. Jouen (La cathédrale, op. cit., p. 41) et G. Lanfry (La façade occidentale, op. cit., p. 15) à Jenson Salvart.

11 M. Allinne, « La façade occidentale », art. cité, p. 86.

12 Le décor du pavillon, restauré en 1909, a été étudié par Georges Dubosc, BAMR, 1909, p. 159-161.

13 Pierre Chirol, Rouen 1939, Grenoble-Paris, B. Arthaud, 1946, p. 45-46.

14 L. Lefrançois-Pillion, « “Le mystère d’Octovien et la Sibylle” dans les statues de la tour de Beurre à la cathédrale de Rouen », Revue de l’art ancien et moderne, 1925, t. 1, p. 145-153 et 221-231.

15 P. Chirol, Rouen 1939, op. cit., p. 46.

16 Beaurepaire 1904, p. 119-121 ; G. Lanfry, La façade occidentale, op. cit., p. 22-28.

17 Premiers mots de l’antienne de l’Ascension : « Hommes de Galilée, pourquoi restez-vous là à regarder vers le Ciel ? »

18 C. de Beaurepaire, « Notes sur le grand portail de la cathédrale de Rouen », BCA, t. 10, 1re livr., p. 138-158 ; L. de Vesly, « Pierre des Aubeaux, imagier rouennais du XVIe siècle », BAMR, 1901, p. 35-41 ; J. Lafond, « Arnoult de Nimègue et son œuvre », op. cit., p. 146.

19 Par Nicolas Gugu ou Cucu en 1626 (voir Jouen, p. 107).

20 Les Prophètes (voussure extérieure) sont de Pierre des Aubeaux, les Patriarches, de Richard le Roux, les Sibylles ainsi que les Anges et les Chérubins sont de Nicolas Quesnel. (voir C. de Beaurepaire, « Notes sur le grand portail », art. cité, p. 158). M. Allinne (BAMR, 1909, p. 93) donne deux excellentes photos de Prophètes en costumes de théâtre.

21 Auguste Foucher, « Les statuettes décoratives de la voussure du grand portail de la cathédrale de Rouen », BAMR, 1906, p. 88-91 (planches).

22 M. Allinne, « Le pilier de la porte centrale de la façade occidentale de la cathédrale de Rouen », BAMR, 1905, p. 109-122.

23 Voir BAMR, 1904, p. 95.

Table des illustrations

Titre 101 - La cathédrale au lendemain de la guerre. Façade occidentale.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Titre 102 - Le portail Saint-Jean : piédroits et voussures de la fin du XIIe siècle, tympan de la Ire moitié du XIIIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 485k
Titre 103 - Le tympan du portail Saint-Jean.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre 104 - Le tympan mutilé du portail Saint-Étienne.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 291k
Titre 105 - Façade occidentale. Les trois fenestrages du sud-ouest (XIVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 590k
Titre 106 - Façade occidentale. Les quatre fenestrages du nord-ouest (XIVe et XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 518k
Titre 107 - Le couronnement de la tour Saint-Romain, avant l’incendie de 1944.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Titre 108 - Façade occidentale ; à droite, la tour de Beurre (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 443k
Titre 109 - Tour de Beurre (face est) et collatéral sud.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Titre 110 - Tour de Beurre. L’église de l’Ara Cœli sur la face est.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 201k
Titre 111 - Le fauconnier et le connétable. Détails de l’Ara Cœli.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Titre 112 - Le grand portail (début XVIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre 113 - Galerie haute et couronnement du grand portail.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3811/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 411k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540