Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Dépendances et annexes

Texte intégral

1 Les dépendances de nos cathédrales du Moyen Âge étaient considérables : archevêché, école, sacristie, salles capitulaires, cloître, bibliothèque, archives, trésor se groupaient sous leur ombre.

2C’est le privilège de Notre-Dame de Rouen d’avoir conservé la plupart de ces annexes, mais leur étude n’entre pas dans le cadre de ce fascicule. Nous nous bornerons à visiter les seules dépendances où le public peut avoir parfois accès : le cloître et le trésor.

Le cloître

3La construction du cloître, entreprise, on s’en souvient, à la fin du XIIIe siècle, n’a jamais été menée à son terme. Deux travées seulement ont été élevées au flanc nord de la cathédrale et se poursuivent, en retour d’équerre, sur toute la longueur de la cour d’Albane. Très vite, la partie septentrionale du cloître (la plus proche de la rue Saint-Romain) a été aménagée en salle capitulaire, en remplacement de la chapelle Sainte-Marie démolie pour permettre l’ouverture du Portail des Libraires.

  • 1 Jouen, p. 143. Au sujet du cloître, voir dans le même ouvrage les pages 34 à 36 et Lanfry 1960 p. (...)

4Restauré au XIXe siècle par Sauvageot1 qui a muré les arcades donnant sur le jardin et les a dotées de remplages dans le goût du XIVe siècle, le cloître est utilisé depuis lors comme sacristie paroissiale.

5Deux portes y donnent accès, l’une ouverte dans la 7e chapelle du collatéral nord, l’autre dans le mur ouest du croisillon nord.

6Le cloître comprend deux travées simples longeant le bas-côté nord, puis, en retour d’équerre, du sud au nord, trois travées doubles et trois travées simples. Un mur de refend, édifié au début du XIVe siècle, isole ces trois dernières travées faisant fonction de salle capitulaire.

98 - Plan du cloître (sacristie actuelle).

98 - Plan du cloître (sacristie actuelle).

7C’est dans les travées doubles qu’est le plus sensible le passage de l’architecture du XIIIe au XIVe siècle. Elles sont divisées en deux nefs égales par des piles légères cantonnées de colonnettes en délit qui reçoivent les nervures des voûtes.

8Entre les piles, une colonne médiane supporte une arcade géminée que couronne une belle rosace à six redents découpée à jour. Tout l’ensemble donne une impression de grâce et de légèreté, annonçant déjà le style rayonnant et, de fait, sur quelques chapiteaux, la seconde rangée de feuillages fait son apparition, mais d’autres chapiteaux présentent des animaux fantaisistes et les bases des colonnes comme les profils des arcs en amande appartiennent encore au XIIIe siècle.

99 - Les travées doubles du cloître (fin XIIIe siècle).

99 - Les travées doubles du cloître (fin XIIIe siècle).

9S’il nous faut un élément de comparaison, un touchant témoin s’offre à nous : les vestiges du portail d’entrée de l’ancienne chapelle Sainte-Marie. Englobés dans le mur est du cloître, au-dessus des trois colonnes intactes des piédroits reposant sur leur socle, les voussures et le tympan ont été coupés net par les arcs de la voûte, ce qui prouverait en bonne logique que le cloître avait été entrepris juste après la construction des chapelles latérales, peu de temps avant la construction du portail des Libraires.

10Dans la salle capitulaire, sans doute pour faire place aux sièges le long des murs, les colonnettes qui recevaient les retombées de voûtes ont été remplacées au XIVe siècle par de beaux culots ornés de feuilles d’acanthe.

11C’est également au XIVe siècle que, dans le mur de refend prolongé, a été ouverte la jolie porte d’entrée de la nouvelle salle. L’arc en tiers-point orné de fleurs et le linteau finement sculpté de feuillages encadrent un tympan plein où s’inscrit un grand quadrilobe porté par deux petits trilobés. Au centre du quadrilobe, le pilier médian se poursuit au-dessus du linteau pour servir de socle à une belle Vierge portant l’Enfant, bien mutilée hélas, mais dont le hanchement léger est caractéristique du XIVe siècle. Trois statuettes – dont l’une a disparu tandis que les autres ont bien souffert – sommaient l’arc ou le cantonnaient à droite et à gauche.

12La gracilité des éléments portants, les bases débordantes des piédroits, la double rangée de feuillages des chapiteaux, le fin décor du tympan, tout dans cette aimable composition porte la marque du XIVe siècle, mais d’un XIVe siècle débutant où la grâce est encore exempte de maniérisme.

13Longtemps aveugles, les grandes baies gothiques du mur ouest de la salle, côté cour d’Albane, ont été récemment pourvues de verrières teintées, aux tonalités discrètes.

Le trésor

14Trop à l’étroit dans la « Trésorerie » primitive (salle à l’étage, prenant jour au sud du déambulatoire), le trésor avait été installé au-dessus du cloître, dans le bâtiment du chapitre contigu à la librairie. On y accédait par l’escalier de Guillaume Pontifs, dans le croisillon nord. Ruiné par l’incendie de 1944, ce bâtiment a été remis hors d’eau au début des années 1970.

15Le trésor est actuellement exposé dans la salle haute de la tour Saint-Romain où des vitrines ont été aménagées pour le recevoir.

  • 2 Voir Pommeraye 1686, p. 579-580 ; Charles de Linas, « Le trésor et la bibliothèque de l’église mét (...)
  • 3 Pommeraye 1667, p. 279 ; Pommeraye 1686, p. 73 et 574.
  • 4 Pommeraye 1686, p. 72-76 et 574, évoque quelques châsses et reliquaires anciens. On trouvera dans (...)

16Sa richesse d’antan n’est plus qu’un souvenir. Déjà, au milieu du XIIe siècle, le chapitre en avait distrait des objets précieux pour aider Henri II à conquérir le trône d’Angleterre que lui disputait Étienne de Blois2 ; la châsse primitive de saint Romain, « couverte d’or et d’argent et toute éclatante de pierres précieuses3 », offerte par l’archevêque Guillaume Bonne-Ame (1079-1110), avait été vendue pour nourrir les pauvres mourant de faim. S’il faut en croire les chroniqueurs, l’incendie de 1200 aurait pratiquement anéanti trésor et manuscrits. Les Protestants en 1562, les Révolutionnaires ensuite, devaient dépouiller la cathédrale de tous les objets de valeur. Peu de pièces avaient échappé à ces vicissitudes. Emballées avec soin en 1939, elles n’ont heureusement pas souffert de la dernière guerre4.

17C’est dire qu’après avoir subi tant d’appauvrissements successifs, le trésor ne comporte plus guère que des objets relativement récents, d’où l’or, l’argent ou le vermeil sont pratiquement absents.

18Il ne saurait être question de faire ici l’inventaire des vitrines, mais plutôt de donner un aperçu de ce qu’elles renferment.

19Une pyxide en émail limousin (unique objet précieux du XIIIe siècle que possède le trésor), une boîte aux saintes huiles en étain du XVIIIe siècle, un calice et un ciboire de la fin du XVIIIe ou du XIXe siècle, voisinent avec des pales, des ornements liturgiques en tissu fleuri des XVIIe et XVIIIe siècles, des voiles de calice ainsi qu’un antependium (devant d’autel) du XVIIe siècle brodé aux armes du Carmel et quelques beaux manuscrits : un bréviaire de Rouen du XVe siècle, un livre d’heures du XVIe.

20Moins pour son intérêt plastique que pour le souvenir qu’il rappelle, on a fait une place à un ostensoir de la première moitié du XIXe siècle, provenant de l’ancien Grand Séminaire de la rue Poisson.

21Une monstrance en cuivre doré (XVe siècle) mérite d’être particulièrement signalée ainsi que deux beaux Christs d’ivoire, l’un du XVIIe siècle sur une croix et un piédestal d’ébène, d’acajou, et de cuivre doré, offert à Mgr de La Rochefoucauld par les ivoiriers de Dieppe, l’autre, sur simple croix de bois, datant du règne de Louis XIV. Une autre vitrine renferme deux baisers de paix en ivoire, l’un du XVIe siècle sculpté d’une Nativité, l’autre du xviiie finement ajouré représentant l’Assomption.

22Deux précieux témoins des XIIe et XIIIe siècles ont enrichi le trésor : le petit coffret de plomb qui contenait le cœur de Richard Cœur de Lion, retrouvé en 1838 sous le dallage du chœur, et le couvercle de plomb d’une tombe découverte au cours des travaux de restauration dans la chapelle Saint-Eustache. De forme trapézoïdale, il est décoré de petites arcatures en arc brisé et de quadrilobes typiques du XIIIe siècle que surmonte une croix pattée portée par une longue hampe. Le Christ, vêtu d’une longue tunique, est caractéristique du XIIe siècle et l’examen atteste, en effet, que cette croix a été moulée sur une croix de procession antérieure à la tombe.

  • 5 Philippe Manneville, « À propos des réserves eucharistiques en Normandie », Bulletin de la Commiss (...)

23Encadré sur le mur, un magnifique dessin sur parchemin du XVe siècle (trouvé en 1887 chez un bouquiniste du Havre) représenterait, selon certains érudits, l’ancienne chaire archiépiscopale détruite à la Révolution. Toutefois, les historiens de l’art n’excluent pas aujourd’hui une autre hypothèse : il pourrait s’agir d’une « réserve eucharistique » (sorte de tabernacle surmonté d’une pyramide de bois ou de pierre finement ouvragée5).

24Sur un bas-relief d’albâtre du XVe siècle est figurée l’Adoration des Mages.

  • 6 Paul Lafond, Tapisseries de Saint-Vincent de Rouen, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1894, 40 p. ; (...)

25Le trésor possède encore 24 tapisseries du XVIIe et du XVIIIe siècles. Elles illustrent des scènes de la vie du Christ, de saint Pierre et de saint Paul, l’histoire d’Esther, la parabole de l’Enfant Prodigue, le sacre d’un roi de France. La plupart sont des tapisseries d’Aubusson, provenant de l’atelier Dessartaux. D’autres sont flamandes : les unes ont été achetées à Bruxelles en 1611 par la Confrérie de Notre-Dame, les autres, du XVIIe siècle, provenant de l’église Saint-Vincent de Rouen, sont entrées au trésor de la cathédrale après la Révolution6.

26Les deux pièces maîtresses du trésor sont incontestablement la châsse et le reliquaire de saint Romain.

Châsse de saint Romain

27On sait de quelle vénération l’archevêque du VIIe siècle a toujours été entouré à Rouen. Successivement, l’archevêque Guillaume Bonne-Ame à la fin du XIe siècle et l’archevêque Rotrou en 1179 avaient offert une châsse pour enserrer ses reliques.

28C’est cette fameuse « fierte » (du latin feretrum, châsse) que soulevait, pour sa délivrance au jour de l’Ascension, le condamné à mort choisi par le chapitre en vertu du séculaire privilège de saint Romain. Épargnée par l’incendie de 1200 mais saccagée par les Protestants en 1562 et dégradée par le temps, elle fut supprimée en 1776 et les reliques transférées dans la châsse actuelle qui appartenait déjà au trésor de la cathédrale.

  • 7 J. Taralon, op. cit., p. 125-135.

29Ce reliquaire gothique recouvert de plaques de cuivre doré, enrichi d’émaux, date du XIVe siècle mais il a subi au XVIIIe puis au XIXe siècle des restaurations, voire des altérations avant d’être remis en état sous la direction de Jean Taralon7.

30Les quatre faces de la fierte sont décorées de statues placées sous des arcades, simples ou doubles, surmontées de gâbles à crêtes. Toute cette charmante architecture est d’origine, à l’exception des colonnettes qui recoupent les arcades jumelles remplaçant le simple culot primitif et des crêtes découpées refaites au siècle dernier.

31Sont également modernes : les pyramides qui somment les quatre angles, les bandes de palmettes qui décorent le faîtage et le biseau de la base.

32Quant aux statuettes, au nombre de 14 actuellement, de 12 seulement au XIXe siècle, leur ordre a été bouleversé au cours des restaurations ; certaines des statues anciennes ayant disparu (l’une d’elles a été identifiée dans une collection particulière), on a remplacé au siècle dernier les figures manquantes par d’excellentes galvanoplasties faites d’après les statues d’origine et dotées de nouveaux attributs.

33Le Christ d’un côté, la Vierge à l’Enfant de l’autre, occupent la niche centrale des faces latérales. (À l’origine, ils se trouvaient aux deux pignons.) Ce sont d’authentiques et ravissantes statuettes du XIVe siècle ainsi que saint Barthélemy et saint André, à la droite du Christ, saint Jude (?) à sa gauche, saint Paul et saint Pierre à la gauche de la Vierge.

34Saint Jean, à la droite de la Vierge, est l’unique fonte du XVIIIe siècle. Les deux autres statues, comme celles qui occupent les pignons (groupées deux à deux, alors qu’il n’y en avait qu’une au XIXe siècle), sont les galvanoplasties des statues anciennes : saint Simon avec la scie et saint Matthieu portant la lance, au pignon de la porte, saint Philippe avec la croix triomphale et un saint non identifié au pignon opposé.

35Il est intéressant de rappeler (car des dessins d’époque en font état) qu’on avait jugé bon en 1776 de placer, sur le faîtage de la fierte, saint Romain accompagné de sa gargouille devant lequel le prisonnier, les mains jointes, était agenouillé. Le XIXe siècle avait ajouté, au-dessus du saint, un clocheton de style néo-gothique.

36La restauration de 1956 a fait heureusement disparaître ces adjonctions d’un goût douteux.

Reliquaire de saint Romain

  • 8 Blaise de Montesquiou-Fezensac, « Le reliquaire de saint Romain », MHF, p. 137-141.

37La pièce la plus rare, la plus jolie du trésor de Rouen est certainement le reliquaire de saint Romain8. Ce joyau appartenait à l’abbaye de Saint Denis où un inventaire du XVIIe siècle le désigne sous le nom de « reliquaire de saint Placide ». Confisqué à la Révolution et déposé au Muséum central des arts (futur Musée du Louvre), il fut remis au consul Cambacérès pour son frère, l’archevêque de Rouen.

38L’œuvre n’est pas homogène et a été agencée au XVIIe siècle, à partir d’éléments divers.

  • 9 Le texte de l’inscription est le suivant : « Anno Dni M C C C X L fratres Petrus de Plailly quartu (...)

39Sur un soubassement de cuivre doré, portant une inscription datée de 13409, deux anges d’ivoire du XIVe siècle encadrent deux cristaux de roche superposés au-dessus d’un piédestal de vermeil du XVIIe siècle, décoré de fleurs de lys à la base, de feuilles d’acanthe à la partie supérieure. Le premier cristal de roche est de forme globulaire ; le second, plus important, composé de deux lentilles ovales encadrées de feuillages d’argent, forme le reliquaire proprement dit. Le revers en est orné d’une belle rosace décorative. Au sommet, un petit globe moderne de cristal de roche remplace une croix de vermeil disparue.

  • 10 Fernand Guey et Jean Lafond, Exposition d’art religieux ancien, Rouen, Musée des Beaux-Arts, Rouen (...)

40Précieux par les matières qui le composent, ce reliquaire l’est plus encore par la rare beauté des anges qui, nous dit Jean Lafond10, « comptent parmi les plus beaux ivoires français », en dépit de quelques retouches. Ils ne mesurent pas moins de 25 cm. Debout de part et d’autre du reliquaire, ils tiennent en mains un petit chandelier (restitué) qu’accompagnait autrefois une branche de laurier. La grâce de leur attitude, la beauté des souples drapés de leur vêtement, la finesse des traits du visage (moins sensible chez l’ange de droite, retouché par suite de brûlures encore visibles) en font de petits chefs-d’œuvre. Leurs ailes, par contre, refaites au siècle dernier, sont un ouvrage sec et sans élégance.

41Ces gracieuses statuettes du XIVe siècle n’ont été placées sur le reliquaire qu’au XVIIe siècle. Elles encadraient, à l’origine, une grande statue d’ivoire de la Vierge debout portant l’Enfant sur le bras gauche et tenant une rose d’or dans la main droite, dont un petit angelot d’ivoire soutenait la couronne. L’angelot a disparu. Quant à la Vierge, confisquée à la Révolution, elle sera dépouillée de sa couronne d’orfèvrerie avant d’être remise, en l’an X, à l’archevêché de Paris. Elle disparaît du trésor de Notre-Dame de Paris après 1811, mais M. de Montesquieu-Fezensac semble bien en avoir retrouvé la trace. C’est, selon toute vraisemblance, la belle Vierge d’ivoire du Taft Museum de Cincinnati.

100 - Reliquaire de saint Romain.

100 - Reliquaire de saint Romain.

Notes

1 Jouen, p. 143. Au sujet du cloître, voir dans le même ouvrage les pages 34 à 36 et Lanfry 1960 p. 23-29.

2 Voir Pommeraye 1686, p. 579-580 ; Charles de Linas, « Le trésor et la bibliothèque de l’église métropolitaine de Rouen, au XIIe siècle », Revue de l’art chrétien, t. 4, 1886, p. 455-467 ; Yves Lescroart et Laurence Flavigny (éd.), Le trésor de la cathédrale de Rouen. Sur les vicissitudes du trésor aux XIe et XIIe siècles, voir J. Le Maho, « Le trésor de la cathédrale de Rouen », Les Trésors de sanctuaires, de l’Antiquité à l’époque romane, Jean-Pierre Caillet (éd.), Nanterre, Centre de recherches sur l’Antiquité tardive et le haut Moyen âge, 1996 p. 123-135.

3 Pommeraye 1667, p. 279 ; Pommeraye 1686, p. 73 et 574.

4 Pommeraye 1686, p. 72-76 et 574, évoque quelques châsses et reliquaires anciens. On trouvera dans le même ouvrage, p. 106-123, le détail du pillage de 1562. Au sujet des pertes causées au trésor par la Révolution, voir J. Loth, La cathédrale de Rouen, op. cit., p. 323-325. Un inventaire du trésor a été fait par Léon de Vesly et publié dans BAMR, 1908, p. 149-155. Voir aussi Eugène Sauvage, Le trésor et la bibliothèque capitulaire de la cathédrale de Rouen, Rouen, Librairie E. Fleury, impr. Mégard, 1889. Le trésor, dans sa présentation et son état actuels, a été étudié par Jean Taralon : « Le mobilier et le trésor », MHF, p. 114-136.

5 Philippe Manneville, « À propos des réserves eucharistiques en Normandie », Bulletin de la Commission départementale des Antiquités de la Seine-Maritime, t. 51, 2003, p. 115-129, pl. hors-texte.

6 Paul Lafond, Tapisseries de Saint-Vincent de Rouen, Paris, E. Plon, Nourrit et Cie, 1894, 40 p. ; Exposition du IXe centenaire de la cathédrale de Rouen, juin-octobre 1963, Rouen, 1963.

7 J. Taralon, op. cit., p. 125-135.

8 Blaise de Montesquiou-Fezensac, « Le reliquaire de saint Romain », MHF, p. 137-141.

9 Le texte de l’inscription est le suivant : « Anno Dni M C C C X L fratres Petrus de Plailly quartus prior et Galterus de Pontoyse camerarius istius ecclie tunc tpris hoc vas argenteum devote dno obtulerat in quo has scas reliquias decenter collocari fecerunt. »

10 Fernand Guey et Jean Lafond, Exposition d’art religieux ancien, Rouen, Musée des Beaux-Arts, Rouen, Imp. Lecerf, 1932, p. 66.

Table des illustrations

Titre 98 - Plan du cloître (sacristie actuelle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3808/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 155k
Titre 99 - Les travées doubles du cloître (fin XIIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3808/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre 100 - Reliquaire de saint Romain.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3808/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 229k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540