Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

La crypte

Texte intégral

  • 1 La grille de fer forgé donnant accès à la crypte est de Guy Blondel. Elle a été offerte en 1976 pa (...)

1 On accède actuellement à la crypte par un escalier prenant naissance dans la chapelle du croisillon sud1.

  • 2 Lanfry 1956, p. 26-33. Voir aussi G. Lanfry « La cathédrale de Rouen du XIe siècle. Chapiteaux ret (...)

2C’est un dépaysement complet que d’y descendre. Nous voici brusquement reportés à près de dix siècles en arrière, nous orientant difficilement : sous quelle partie de la cathédrale sommes-nous exactement ? Un simple regard sur le plan fixé au mur suffit à nous renseigner : comme celle de Chartres, la crypte de Rouen est annulaire2. Elle ne régnait que sous le déambulatoire de l’église romane et non sous le sanctuaire. Elle avait donc, en plan, la forme d’un fer à cheval sur la courbe duquel s’ouvraient trois chapelles rayonnantes. C’est dans la chapelle d’axe, orientée, plus développée que les autres, la seule qui ait été entièrement dégagée sous le chœur actuel, que nous nous trouvons. Mais, avant de détailler cette chapelle, sans doute convient-il de mettre nos pas dans ceux des pèlerins d’autrefois.

3Sous le haut degré montant au chœur roman surélevé de 2,80 m par rapport à la nef, un escalier prenant naissance au nord comme au sud les menait à la crypte, en contrebas de 1,23 m, hauteur suffisante (4,03 m) pour permettre de voûter le sous-sol. Ils pouvaient parcourir alors le déambulatoire dans toute sa longueur, s’arrêter dans l’une des chapelles ombreuses pour vénérer les reliques des saints, et remonter dans la cathédrale par l’escalier opposé (fig. 7).

93 - Plan des cryptes du XIe siècle.

93 - Plan des cryptes du XIe siècle.

Le déambulatoire de la crypte

4Le déambulatoire comporte, au nord et au sud, deux travées droites avant l’hémicycle. Seules, les travées sud ont été dégagées dans toute leur longueur. Les fouilles ont permis de retrouver, à l’extrémité ouest, l’accès au déambulatoire de la crypte (le gond de fer de la porte est encore en place) et le dallage de pierre en légère déclivité qu’ont foulé avant nous nos ducs et tant de nos humbles ancêtres.

5Des voûtes d’arête couvraient les travées droites comme les travées circulaires, séparées par des doubleaux épais que reçoivent des colonnes engagées sur des dosserets peu saillants sur le mur intérieur, fort saillants au contraire sur le mur extérieur où ils sont accostés de colonnettes en délit. Ces retombées extérieures sont bien dégagées ; une saignée a permis de retrouver les supports qui leur font face et de déterminer ainsi avec exactitude la largeur du déambulatoire.

6Autour du rond-point, le mur circulaire était ponctué de colonnes pour recevoir doubleaux et arêtes à l’entrée des chapelles.

La chapelle absidiale

7La chapelle d’axe, terminée par un hémicycle, était divisée en trois nefs égales par des colonnes dont l’emplacement reste marqué au sol.

8Dans l’ombre de ses voûtes, elle devait être d’un charme austère, propice au recueillement. Découronnée, privée de ses supports, elle nous apparaît maintenant parée de la seule beauté de ses proportions bien à l’échelle humaine, de son parement soigné au layage contrarié, aux joints épais, que l’on se plaît à imaginer, grâce à quelques vestiges, peint à fresques.

9Le mur épais, renforcé à l’extérieur de l’abside par de larges contreforts, est percé de cinq fenêtres, profondément ébrasées, ce qui surprend au premier abord. Mais notre crypte n’était, à l’origine, qu’à demi souterraine et doit à l’élévation progressive du niveau du sol de la ville, de ne plus pouvoir prendre jour sur l’extérieur.

10Entre les fenêtres, comme sur toute la rondeur du déambulatoire, de solides bases en talus, en assiette renversée ou à poulie, portant encore parfois un tronçon de leurs fûts de colonne, marquent l’emplacement des retombées de voûtes.

11Tout ici n’est que robustesse et que simplicité et l’on s’étonne de trouver (près de la première fenêtre sud) une fort belle base, curieusement sculptée, comme un chapiteau, d’animaux affrontés ou adossés.

12Dans le sanctuaire surélevé d’une marche et carrelé, l’autel, remonté sur ses assises anciennes, occupe son exacte place d’autrefois, au temps où l’archevêque Maurille y célébrait la messe, en présence de Guillaume le Conquérant, évocation à laquelle on reste difficilement insensible… Dans cette même chapelle, non loin du mur circulaire du déambulatoire, le visiteur a la surprise de découvrir un puits qui a gardé, depuis le XIe siècle, sa margelle et son eau courante. Comme à Chartres et à la cathédrale d’Avranches, autres sanctuaires de pèlerinage marial, sa fonction première fut sans doute de permettre aux fidèles et aux pèlerins de prélever, au passage, un peu d’eau consacrée : creusé derrière le chevet de l’église haute, le puits était tout proche du maître-autel et de la châsse abritant les reliques de Notre-Dame. Lors des travaux de la cathédrale gothique, de nouvelles assises lui furent ajoutées pour amener sa margelle au niveau du nouveau chœur et fournir ainsi de l’eau aux maçons.

13Moins par mesure d’économie ou de facilité que par respect pour des pierres considérées comme sacrées, on avait utilisé en remploi, au-dessus de la margelle, des matériaux provenant de l’église détruite. C’est ainsi que nous ont été conservés de précieux chapiteaux, simples ou doubles, vigoureusement décorés de palmettes, de rinceaux ou de feuillages dont on ne saurait dire avec exactitude quelle était la place dans l’église romane (fig. 92).

94 - Dans la crypte, base sculptée.

94 - Dans la crypte, base sculptée.
  • 3 II avait déjà été reconnu par l’abbé Cochet en 1862. Voir J.-B. Cochet, Découverte, reconnaissance (...)

14Près de ce puits, une niche protégée par une grille de fer forgé a été pratiquée dans le mur. C’est là qu’avec respect on a déposé le coffret de plomb renfermant le cœur du roi Charles V, retrouvé lors des fouilles de 1931, profondément enfoui sous le chœur3.

  • 4 Deville 1881, p. 230-231 ; A. Fouré « Jehan Masselin, doyen du chapitre de Rouen, 1433-1500 », RSS (...)

15Le sol avait gardé bien d’autres dépouilles moins illustres. Toutes ont retrouvé une digne sépulture, mais les restes de Jean Masselin4, doyen du chapitre au XVe siècle et bienfaiteur de la cathédrale, ont été conservés dans la crypte même, en leur curieux cercueil, simple feuille de plomb repliée en triangle sur elle-même.

95 - Chapiteau à palmettes.

95 - Chapiteau à palmettes.

96 - Un document exceptionnel : les cryptes du XIe siècle avant la repose du dallage du chœur et du sanctuaire.

96 - Un document exceptionnel : les cryptes du XIe siècle avant la repose du dallage du chœur et du sanctuaire.

La crypte rectangulaire

  • 5 « Les dosserets et les murs qui la limitent ont été relancés dans les maçonneries du gros mur prim (...)

16La crypte voisine, excavée un peu plus tard dans le XIe siècle5 sous les travées droites du chœur en respectant le sanctuaire, ne communiquait pas à l’origine avec la chapelle d’axe. On y accédait directement du déambulatoire de la crypte, mais les fouilles n’ont pas permis d’en déterminer l’entrée avec certitude (fig. 96).

17C’est une crypte rectangulaire, obscure, divisée en trois nefs de trois travées chacune par de simples colonnes sur bases et socles. Moins soignée que la précédente, elle mérite cependant une visite, ne serait-ce qu’à cause des éléments anciens qu’on y a provisoirement entreposés : un fragment de la corniche à damiers (semblable à celle de Jumièges) et surtout les chapiteaux de la nef romane. Utilisés, eux aussi, comme remploi sous la fondation des piles de la nef gothique où certains ont été laissés comme témoins, ils ont été retrouvés et dégagés au cours des travaux consécutifs à la dernière guerre. Ils prouveraient, à eux seuls, que l’art des bâtisseurs normands est un art de constructeurs plus que de décorateurs ! Dérivés des chapiteaux antiques, avec leurs collerettes inférieures, leurs volutes d’angle, leurs masques frustes formant console entre les volutes, ils semblent grossièrement sculptés, mais ils sont essentiellement rationnels, robustes et puissants (fig. 4 et 5).

97 - Chapelle axiale de la crypte, restes de l’autel.

97 - Chapelle axiale de la crypte, restes de l’autel.

Notes

1 La grille de fer forgé donnant accès à la crypte est de Guy Blondel. Elle a été offerte en 1976 par l’Archiconfrérie des guides-conférenciers de Notre-Dame de Rouen, groupe d’étudiants qui, depuis 1957, consacrent leurs temps libres à faire visiter la cathédrale.

2 Lanfry 1956, p. 26-33. Voir aussi G. Lanfry « La cathédrale de Rouen du XIe siècle. Chapiteaux retrouvés dans les fouilles », BCA, t. 22, p. 294-295.

3 II avait déjà été reconnu par l’abbé Cochet en 1862. Voir J.-B. Cochet, Découverte, reconnaissance et déposition du cœur du roi Charles V, Le Havre, de Costey frères, s. d., et PVCA, t. 2, p. 214-216.

4 Deville 1881, p. 230-231 ; A. Fouré « Jehan Masselin, doyen du chapitre de Rouen, 1433-1500 », RSSHN, Lettres et sciences humaines, no 65, 2e trimestre 1972, p. 15-29.

5 « Les dosserets et les murs qui la limitent ont été relancés dans les maçonneries du gros mur primitif et non pas montés avec lui » (G. Lanfry, « Les vestiges de la cathédrale de Rouen du XIe siècle », art. cité, p. 58).

Table des illustrations

Titre 93 - Plan des cryptes du XIe siècle.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3807/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre 94 - Dans la crypte, base sculptée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3807/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 94k
Titre 95 - Chapiteau à palmettes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3807/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 191k
Titre 96 - Un document exceptionnel : les cryptes du XIe siècle avant la repose du dallage du chœur et du sanctuaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3807/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 434k
Titre 97 - Chapelle axiale de la crypte, restes de l’autel.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3807/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 182k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540