Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

La chapelle de la Vierge

Texte intégral

  • 1 Sur la chapelle de la Vierge, voir en dernier lieu Claudine Lautier, « Rouen, chapelle de la Vierg (...)

1 La chapelle d’axe, consacrée à la Vierge Marie, a été, nous l’avons dit, entièrement rebâtie en 1302. C’est dire qu’elle reflète ce moment exquis de l’architecture qu’est le XIVe siècle. Elle a, de plus, le privilège de renfermer des vitraux de très grande qualité ainsi qu’un mobilier (retable et tombeaux) d’une incomparable richesse1.

Architecture

2À la forte sobriété du XIIIe siècle, marquée surtout par l’équilibre des proportions, succède un art raffiné, d’une suprême élégance. Le mur disparaît au profit des fenêtres, les éléments portants s’affinent, les profils des nervures s’allègent, le décor sculpté abandonne la simplicité pour rechercher la grâce.

3Tous ces caractères de l’art gothique rayonnant se retrouvent dans la chapelle de la Vierge. Elle nous apparaît, dès l’abord, longue et élevée et, de fait, aucune cathédrale gothique n’offre une chapelle axiale d’aussi imposantes dimensions. Des faisceaux de fines colonnettes ponctuent ses trois travées, son chevet à cinq pans, encadrant d’immenses fenêtres au réseau harmonieux formé de trois roses à redents. Au-dessus du banc qui court entre les légères piles, une jolie arcature trilobée orne le soubassement et va se composer avec le réseau des hautes baies. Par un artifice ingénieux qui prouve la grande habileté du maître d’œuvre, ce remplage rayonnant des fenêtres se poursuit sur la travée obscure, masquant ainsi la nudité du mur. Une frise formée de deux rangs de feuillages alternés marque l’unique coupure horizontale.

78 - La chapelle de la Vierge (XIVe siècle).

78 - La chapelle de la Vierge (XIVe siècle).

4L’arc d’entrée du XIIIe siècle a été conservé mais les voûtes de la nouvelle chapelle montent plus haut que celles du déambulatoire, déterminant un croissant de mur nu au-dessus de l’arc d’entrée. Jean Davi affirme, là encore, sa maîtrise en tapissant entièrement ce revers de roses de taille décroissante, décor original et charmant (fig. 79 et 80).

5À l’entrée de la chapelle voisinent côte à côte bases à griffes du XIIIe siècle et bases débordantes du XIVe, chapiteaux à crochets couronnés d’un solide tailloir, typiques du premier art gothique et doubles rangs de légers feuillages formant le chapiteau peu saillant du gothique rayonnant qui bague toutes les colonnes de la chapelle.

79 et 80 - À l’entrée de la chapelle de la Vierge, côte à côte, chapiteaux et bases des XIIIe et XIVe siècles.

79 et 80 - À l’entrée de la chapelle de la Vierge, côte à côte, chapiteaux et bases des XIIIe et XIVe siècles.

6Les clefs de voûtes, de dimensions plus réduites qu’au XIIIe siècle, sont ornées de feuillages.

Tombeaux

  • 2 Les tombeaux des archevêques Eudes Rigaud, Gilles Deschamps, Aymery Guénaut et Robert de Croixmare (...)

7Le sanctuaire étant réservé aux rois, la chapelle de la Vierge est le lieu de prédilection pour le dernier repos des archevêques, des grands seigneurs ou des chanoines. Son sol, au cours des ans, s’est transformé en une vaste nécropole. Aussi l’étude de la sculpture funéraire, commencée dans le déambulatoire avec les tombeaux des XIIe, XIIIe et XIVe siècles, peut-elle s’y poursuivre. Malgré des pertes irréparables2, nous y trouvons encore une tombe du XVe siècle, deux mausolées Renaissance d’une qualité exceptionnelle et même deux statues funéraires du XIXe siècle, qui ne manquent pas d’intérêt.

Tombeau de Pierre de Brézé

8Pierre de Brézé, grand sénéchal d’Anjou, de Poitou et de Normandie, ministre et favori de Charles VII, était entré le premier à Rouen en 1449 quand la ville avait ouvert ses portes au vainqueur des Anglais. Le roi l’en avait nommé gouverneur. Après avoir pris une part active à la victoire de Formigny, il trouva la mort en 1465 à la bataille de Montlhéry. Il fut inhumé dans la chapelle de la Vierge, ainsi que sa femme Jeanne du Bec-Crespin.

  • 3 Elles ont été dessinées par Roger de Gaignières (BnF, dépt. des estampes, Pe la, f° 8). Elles étai (...)

9Leurs statues tombales3 ont, hélas, disparu. Il ne reste du tombeau de Pierre de Brézé qu’un bel enfeu gothique ménagé dans le mur nord de la seconde travée. Deux hauts pinacles à clochetons limitent la niche qui s’ouvre sous le feston d’un arc semi-circulaire polylobé. Elle est surmontée d’un fronton fort ouvragé où les courbes et contrecourbes de l’art gothique finissant déterminent tout un réseau flamboyant. Le monogramme du mort, bûché au soubassement, se répète comme un motif décoratif sur les pilastres, au fronton et sur la clef de voûte de l’enfeu (fig. 87).

  • 4 A. Deville qui cite cette décision (Tombeaux, p. 66), attribuerait ce tombeau à Guillaume Pontifs.

10Même privé de ses statues, le tombeau de Pierre de Brézé, aux proportions élégantes, à la sculpture raffinée, témoigne du dernier éclat de l’art gothique. Par certains détails (arcs polylobés, contrecourbes brisées), il s’apparente au Palais de Justice, mais il lui est, presque sûrement, antérieur : c’est, en effet, en 1488 que le chapitre détermine de façon expresse l’emplacement du tombeau du sénéchal et de son épouse. L’exécution dût suivre de peu la décision capitulaire4.

Tombeau des cardinaux d’Amboise (1515-1525)

  • 5 ADSM G. 3.417 (cité par Pommeraye 1686, p. 55 ; Deville 1881, p. 69 ; Lanfry 1959, p. 11). Ce dern (...)

11« S’il plait à mes dits Seigneurs [ces Messieurs du Chapitre], ils feront mettre mon corps devant Nostre-Dame en la grant chapelle où sont enterrés mes prédécesseurs et pour faire ma tombe, je ordonne deux mille écuz au soleil et entens qu’elle soit de marbre5. »

12Le 31 octobre 1509, un an avant sa mort, Mgr le Légat Georges Ier d’Amboise exprimait ainsi ses volontés dernières. Le grand Roulland le Roux, chargé de les exécuter, après que Pierre Valence, pressenti, se fût récusé, établit le projet primitif de ce mausolée de marbre noir et blanc, initialement peint et doré, mais il laissera à d’autres le soin de le construire et de l’achever.

13L’ordonnance première de ce tombeau, prévu et exécuté pour le seul Georges Ier d’Amboise de 1516 à 1521, va, dans les quatre années qui suivent, être bousculée par les exigences de Georges II d’Amboise, neveu et successeur de l’illustre cardinal sur le trône archiépiscopal de Rouen : désireux sans doute de partager pour la postérité la gloire de son oncle, il fait avancer jusqu’à l’extrémité de la dalle funéraire le merveilleux « Priant » de Georges Ier afin de faire place à sa propre statue. D’où un vraisemblable remaniement du socle qui explique des maladresses dans le plan, indignes de notre grand maître d’œuvre.

14Tel qu’il est cependant, ce monument permet de mesurer d’un coup d’œil quelle révolution les guerres d’Italie viennent d’apporter dans l’art français.

15La structure, certes, n’en est pas nouvelle : des statues placées sur un socle et abritées par un dais, formule de tombeau adossé bien connue, encore qu’elle soit ici considérablement développée. Mais quel décor ! Un luxe inouï, une profusion, une exubérance tout italiennes, bien typiques de la première Renaissance, dignes à la fois du vice-roi du Milanais et du mécène qui introduisit en France l’art nouveau.

81 - Le tombeau des cardinaux d’Amboise (première Renaissance).

81 - Le tombeau des cardinaux d’Amboise (première Renaissance).

16Le tombeau comporte trois registres : le soubassement, l’étage des Priants et de leurs saints Patrons, et le baldaquin.

Soubassement

17Au soubassement, des pilastres à arabesques ménagent six niches où trônent, de gauche à droite, les Vertus théologales et cardinales : Foi, Charité, Prudence, Tempérance, Force, Justice. L’Espérance (refaite au XIXe siècle) a trouvé place sur le pilier latéral gauche et, pour satisfaire au besoin de symétrie, la Virginité lui fait pendant à droite. Ces Vertus de marbre blanc sont de délicieuses jeunes femmes dont on se plaît à détailler les atours raffinés ou les attributs respectifs. Sur les pilastres entre les niches, de petits « pleurants » (œuvre de Jehan de Rouen) figurent les familiers de Georges d’Amboise qui avaient accompagné le convoi funèbre du cardinal depuis Lyon où il était mort jusqu’à la cathédrale de Rouen (fig. 82 et 83).

84 - Saint Augustin.

84 - Saint Augustin.

18Aux angles des consoles qui supportent la dalle funéraire s’ébat tout un petit monde fantaisiste : lion, singe, oiseaux, chèvre-pieds, têtes angéliques ou barbues… Mais la dernière figurine à droite mérite un regard attentif : dans ce petit buste si attachant, dans cette tête d’homme si expressive, la tradition rouennaise se plaît à reconnaître le portrait de Roulland le Roux (fig. 17).

Étage des Priants

19La dalle de marbre noir qui porte les statues funéraires est gravée d’une épitaphe qui ne concerne que Georges Ier :

PASTOR. ERAM. CLERI. POPULI. PATER. AUREA. SESE. LILIA. SUBDEBANT. QUERCUS. ET. IPSA. MICHI. MORTUUS. EN. JACEO. EXTINGUNTUR. HONORES. AT. VIRTUS. MORTIS. NESCIA. MORTE. VIRET.

  • 6 J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 243. Les « lys d’or et le chêne » sont une allusion au rôle (...)

20C’est-à-dire, d’après la traduction du Chanoine Derivière6 : « Je fus le pasteur du clergé, le père du peuple. Les lys d’or, le chêne d’or lui-même m’étaient soumis. Et me voici étendu sans vie : mais les honneurs passent, et dans la mort fleurit la vertu qui ne connaît pas la mort. »

  • 7 Paul Vitry, Michel Colombe et la sculpture française de son temps, Paris, Librairie Centrale des B (...)
  • 8 La preuve en a été faite par M. Allinne, « Les priants du tombeau des cardinaux d’Amboise », BAMR, (...)

21Sur cette dalle, les deux archevêques sont représentés agenouillés l’un derrière l’autre, les mains jointes, tournés vers l’autel de la Vierge, enveloppés de la cappa magna cardinalice. Il faut regarder de près l’admirable statue de Georges Ier, « l’un des plus beaux priants que nous ayons en France », suivant Paul Vitry7 : plus encore que l’attitude ou que le drapé de la cappa, la tête du Cardinal mérite toute notre admiration. Ce noble visage, plein de mâle énergie, d’intelligence, tout empreint de recueillement intérieur, est inoubliable. S’il révèle une personnalité exceptionnelle, il honore également son auteur, le sculpteur rouennais Pierre des Aubeaux8 (fig. 16).

  • 9 S’agit-il bien du grand Jean Goujon ? Certes, il travaillait à Rouen à cette époque, mais le model (...)

22Le priant de Georges II d’Amboise n’a pas la même beauté. Outre que le modèle avait sans doute moins de caractère, sa statue a connu bien des vicissitudes : Pierre des Aubeaux l’avait exécutée dès 1522. Vingt ans plus tard, le Prélat chargeait Jean Goujon9 de sculpter une nouvelle tête, plus conforme à son âge. Devenu cardinal peu de temps avant sa mort en 1550, il demandait par testament que la statue soit de nouveau modifiée pour le représenter en costume cardinalice. L’œuvre se ressent de ces remaniements.

23Sur le dossier derrière les Priants, sont sculptés leurs Saints Patrons : saint Georges terrassant le dragon au centre, entouré, de gauche à droite par saint Augustin, saint Sixte, la Vierge portant l’Enfant, saint Jean-Baptiste, saint Romain, saint Jérôme, saint Ouen et saint Ambroise. La tête de chaque statue se détache sur une coquille qui orne le fond de la niche. Détail amusant : ces coquilles sont placées à l’envers ! Nos sculpteurs ne savaient pas encore utiliser parfaitement ces éléments de décor si nouveaux.

Baldaquin

24Au-dessus de la voussure de pierre à caissons et à clefs pendantes qui domine les Priants, le baldaquin comporte des niches peu profondes dans lesquelles les Apôtres sont assis deux à deux. De petites statuettes en pied, placées entre les niches, associent l’Ancien au Nouveau Testament : ce sont les prophètes Daniel et Osée, le roi Roboam et Moïse ainsi que trois Sibylles, considérées comme les prophétesses de l’Antiquité, figures aussi charmantes que les Vertus du soubassement.

85 et 86 - Le baldaquin du tombeau des cardinaux d’Amboise.

85 et 86 - Le baldaquin du tombeau des cardinaux d’Amboise.
  • 10 Élisabeth Chirol (dans Lanfry 1959, p. 77), fait remarquer « l’extraordinaire similitude entre la (...)

25Au bas du baldaquin court une frise décorative très joliment sculptée de rinceaux, d’oiseaux, de vases auxquels s’adossent des amours10.

26 Au couronnement, des pinacles à candélabres soutenus par des putti alternent avec des tempietti ronds abritant le Christ tel que Pilate le livra aux outrages, entouré de soldats et de martyrs. Même ces parties hautes, invisibles à l’œil nu, sont sculptées avec le plus grand soin.

27Sur toute la surface de ce magnifique tombeau s’étale à profusion, entremêlée de sujets de fantaisie, toute la grammaire décorative de la Renaissance en une incroyable luxuriance qui ne laisse aucun repos pour l’œil.

  • 11 Ibid., p. 78-79.

28C’est assez dire combien le vieux maître gothique Roulland le Roux, qui avait donné le « pourtraict du monument » se sent à l’aise dans l’art nouveau mais il disparaît assez tôt et, comme le suggère Élisabeth Chirol11 à la suite de M. Jean Lafond, sans doute faut-il associer à son nom pour tout ce qui concerne le décor, celui du grand Arnoult de Nimègue.

  • 12 J. Bailly, dans Lanfry 1956, p. 27-39.

29Malgré son luxe, malgré tant de détails profanes, ce tombeau Renaissance reste une œuvre profondément religieuse dont le plan spirituel a été établi par Georges Ier d’Amboise lui-même et son vicaire général Artus Fillon. Jean Bailly12 nous en révèle le sens : les cardinaux se présentent à Dieu dans l’attitude chrétienne de la prière, soutenus par les vertus qu’ils ont voulu pratiquer, par les prières de ceux qui les pleurent (soubassement), forts de l’intercession de leurs saints patrons (dossier du tombeau). « Ils ont gardé intact le dépôt de la vraie foi, pressentie par les Prophètes, entrevue par les Sibylles, proclamée par les Apôtres, attestée par les Martyrs au prix de leur sang » (baldaquin). Comme Jésus devant Pilate, ils vont humblement se soumettre au jugement de Dieu (couronnement).

  • 13 Les cercueils de plomb qui contenaient les restes des cardinaux ont, par contre, été violés et leu (...)

30Miraculeusement épargné par les protestants en 1562, puis par les révolutionnaires13, efficacement protégé pendant la dernière guerre, ce délicat chef-d’œuvre évoque une période glorieuse de l’histoire de la cathédrale.

Tombeau de Louis de Brézé (1536-1544)

  • 14 Voir pour ce tombeau : Deville 1881, p. 85-101 ; É. Mâle, op. cit., 1922, p. 435-436 ; Léon de Ves (...)

31Quel étonnant contraste forme avec ce mausolée le monument d’albâtre clair et de marbre noir rehaussé d’or qui lui fait face, à côté de l’enfeu de Pierre de Brézé ! Louis de Brézé14, petit-fils du précédent, grand sénéchal et gouverneur de Normandie, mort en 1531, repose dans ce tombeau que lui a fait édifier sa veuve, la célèbre Diane de Poitiers. Quelle évolution du style en une vingtaine d’années ! Dans ce monument de la seconde Renaissance, l’italianisme fait place à l’imitation de l’antiquité gréco-romaine, en une belle composition architecturale à deux ordres, sommée d’un couronnement, ornée de nombreuses statues.

87 - Mausolée de Louis de Brézé (seconde Renaissance).

87 - Mausolée de Louis de Brézé (seconde Renaissance).

Étage du gisant

  • 15 Avec H. de Geymüller, P. du Colombier, op. cit., p. 29, voir dans ce gisant l’ancêtre assuré du gi (...)

32Quatre colonnes corinthiennes de marbre noir aux fûts cannelés, de rigoureuses proportions, accouplées deux à deux en avant-corps sur un socle d’albâtre, enserrent un sarcophage sur lequel gît, rigide dans une quasi-nudité, le cadavre de Louis de Brézé15, admirable morceau de sculpture d’un réalisme presque insoutenable. Elles supportent un entablement orné de guirlandes et de masques portant la devise des Brézé : « Tant grate chièvre que mal gist ». Entre les colonnes et les pilastres corinthiens qui leur répondent en arrière-corps, Diane de Poitiers, agenouillée à la tête de son époux, invoque pour lui la Vierge portant l’Enfant. Derrière ces deux statues, se cache entre les pilastres une ravissante figure d’ange.

88 - Le gisant du tombeau de Louis de Brézé.

88 - Le gisant du tombeau de Louis de Brézé.

33Au-dessus du sarcophage, sur le mur de fond, deux tablettes de marbre qu’entourent en cartouches de belles guirlandes de fruits, rappellent les titres et les mérites du mort.

  • 16 Gaignières : BNF, Dépt. des estampes, Pe la, f° 45-47.

34Jusqu’à la Révolution, on pouvait voir, entre les tablettes, un buste dont Roger de Gaignières16 nous a laissé le dessin, où tous les auteurs ont cru reconnaître Louis de Brézé portant la couronne et les attributs de comte. Nous reviendrons plus loin sur cette statue disparue.

Étage du triomphe

35À l’étage supérieur, quatre caryatides, jeunes femmes vêtues à la grecque, symbolisent la Victoire, la Foi, la Prudence et la Gloire. La tête chargée d’une corbeille de fruits, elles supportent l’entablement sculpté d’une admirable frise de griffons, de vases et de renommées.

89 - Le grand sénéchal Louis de Brézé, détail du tombeau.

89 - Le grand sénéchal Louis de Brézé, détail du tombeau.

36Au centre, sous un arc de triomphe à caissons, le grand sénéchal est représenté dans toute sa gloire, cette fois, armé de pied en cap, l’épée à la main, caracolant sur son cheval caparaçonné. Si cette statue équestre, la première en date sur un tombeau, accuse quelque maladresse, elle est fort intéressante du point de vue du harnachement et de l’armure militaire.

37Dans les écoinçons de l’arc, deux charmantes Renommées offrent au héros la palme et la couronne (fig. 87 et 90).

Le couronnement

38Le couronnement comprend, au centre, un tabernacle à ailerons, jadis surmonté des armoiries du sénéchal, abritant dans sa niche une femme peu attrayante qui représente à elle seule les quatre Vertus cardinales : elle est, en effet, assise sur un buisson d’épines (force d’âme), elle tient l’épée de justice à la main, à la bouche le mors de la tempérance tandis que s’enroule à son bras le serpent de la prudence. Deux chérubins accostent la niche. Aux deux extrémités, des chèvres debout sur un acrotère présentent l’écusson timbré du chiffre de Louis de Brézé (fig. 87 et 90).

39À qui attribuer cette composition d’une si grande originalité ? On ne le sait pas avec certitude. Il s’agit, sans aucun doute, d’un très grand artiste, connaissant bien les tombeaux vénitiens et on a souvent avancé le nom de Jean Goujon. De fait, il travaillait à Rouen au moment de la construction du tombeau et les colonnes (cannelures à part) en sont exactement semblables à celles de la tribune d’orgue de Saint-Maclou, œuvre indiscutée de Jean Goujon. Mais la facture des statues – de valeur inégale du reste – n’est pas, au dire du spécialiste qu’est Pierre du Colombier, dans la manière du grand sculpteur : même le transi, de tout premier ordre cependant, est trop pathétique pour lui être attribué. Diane de Poitiers, dans ses voiles de deuil, n’a rien de remarquable. Quant à la Vierge, elle est si proche de la statue de plomb de Nicolas Quesnel qui orne le faîtage de la chapelle que celui-ci pourrait bien en être l’auteur. Pierre du Colombier conclut en substance : c’est un artiste de premier plan – vraisemblablement Jean Goujon – qui a donné le dessin du tombeau de Louis de Brézé mais il n’en aurait sculpté lui-même qu’une partie (les colonnes, la frise du second entablement), confiant à d’autres l’exécution de la statuaire.

90 - Tombeau de Louis de Brézé, deux caryatides. Dans l’écoinçon, Renommée offrant la couronne au héros.

90 - Tombeau de Louis de Brézé, deux caryatides. Dans l’écoinçon, Renommée offrant la couronne au héros.

40Quant à l’iconographie du tombeau, elle marque, elle aussi, une très grande évolution. Après les effigies tout idéalisées des XIIe et XIIIe siècles, les gisants réalistes du XIVe, les priants du XVe qui semblent écarter la mort, voici que le XVIe siècle n’hésite pas à nous montrer tout à la fois l’horreur de la tombe et de la corruption et ce qui fut la gloire du défunt.

  • 17 Henri Bouchot (Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières, Paris, Plon, Nourrit et C(...)

41Malgré l’apparence assez profane du tombeau, la pensée religieuse n’en est pas absente pour autant. Nous revenons ici au buste disparu à la Révolution. Élisabeth Chirol propose d’y voir, non Louis de Brézé en habit de comte, mais son saint patron17 le présentant à la Vierge. Le sens spirituel du monument se lirait ainsi de haut en bas : riche de vertus, Louis de Brézé a connu sur la terre gloire, victoire et renommée, mais tous ces honneurs aboutissent à la tombe. Seules, comptent alors la prière de nos proches, l’intercession des saints et l’invocation de la Vierge Marie gravée sur le tombeau : « Suscipe preces, Virgo benigna » (Reçois mes prières, ô Vierge très bonne, et tourne vers moi tes yeux miséricordieux).

Tombeau du Cardinal-Prince de Croy

  • 18 Voir Deville 1881, p. 103-108 ; R. Eude, art. cité, p. 56-57, planches ; et J. Derivière et A. Fou (...)

42Pour le cardinal-prince de Croy18, archevêque de Rouen de 1824 à 1844, l’architecte Barthélémy avait dessiné en 1856 un tombeau à baldaquin dans le style du XIVe siècle dont Fulconis avait sculpté le gisant. L’arcade néogothique, jugée indigne de la chapelle, a été supprimée en 1955, ainsi que le petit angelot placé aux pieds du Cardinal. Seul, le gisant a été conservé, à côté du tombeau de Louis de Brézé.

Tombeau du cardinal de Bonnechose

  • 19 R. Eude, art. cité, p. 58-59, planches ; J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 247.

43Archevêque de Rouen au moment du désastre de 1870, le cardinal de Bonnechose19 obtint pour son diocèse la diminution d’une écrasante contribution de guerre. Après sa mort en 1883, un monument des plus considérables lui fut élevé dans la chapelle Saint-Pierre - Saint-Paul qu’il occupait tout entier : le sculpteur Chapu avait représenté le cardinal en cappa magna, à genoux sur un immense piédestal. Assise sur le socle, une grande statue de bronze de Carlus représentait la « France chrétienne ». On n’a gardé de cet important ensemble que le priant de marbre blanc du Cardinal qui a retrouvé place à l’entrée de la chapelle de la Vierge. Il témoigne de la continuité des traditions de la sculpture funéraire.

Dalles et inscriptions funéraires

44Outre les tombeaux monumentaux, la chapelle de la Vierge est riche de dalles funéraires, plus ou moins effacées par le temps. Signalons en deux seulement : devant le tombeau d’Amboise, la pierre tumulaire incrustée de cuivre des Nagerel et Le Pigny, membres d’une même famille, dignitaires de la cathédrale, dont l’un (Jean Nagerel) écrivit au XVIe siècle une chronique de Normandie et, près du tombeau de Pierre de Brézé, unique dalle de marbre blanc de la cathédrale, la plate-tombe de l’archidiacre de Y. de Séraucourt, mort en 1703.

  • 20 R. Eude, art. cité, p. 55-64. J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 243-253 ; A. Fouré, « Les sép (...)

45Les murs portent les plaques commémoratives des archevêques de Rouen qui, depuis le début du siècle dernier, dorment leur dernier sommeil sous le regard de la Vierge20.

Le retable

46Un immense retable de bois doré, aux colonnes torses enguirlandées de pampres et de feuillages, surmonte l’autel de la chapelle de la Vierge et dissimule en partie les fenêtres de l’abside (fig. 78).

47Sculpté de 1643 à 1645 par Jean Racine, il a été offert par la Confrérie de la Sainte Vierge à laquelle appartenaient les riches marchands de Rouen et il chante tout naturellement la gloire de Marie : entre deux anges en vol, la Vierge portant l’Enfant domine la composition, tandis qu’au sommet des ailes en retour, l’ange Gabriel fait l’Annonce à Marie. Dans le cartouche central, la Colombe figure l’Esprit-Saint qui a fait en elle « de grandes choses ». David (à droite) et Moïse (à gauche) rappellent l’ascendance royale de la Vierge et sa fidélité à la Loi. Du haut en bas du retable, s’ébattent angelots et amours joufflus.

48Dans ce décor somptueux, est enchâssée la toile la plus précieuse que possède la cathédrale : l’Adoration des Bergers par Philippe de Champaigne, offerte, elle aussi, par la Confrérie de la Vierge pour célébrer la Mère du Sauveur. Peinte en 1629 pour occuper le centre de l’ancien retable, elle a heureusement été réintégrée dans le chef-d’œuvre de Jean Racine.

Les vitraux

  • 21 Pour les vitraux de la chapelle de la Vierge, voir G. Ritter, op. cit., p. 10-11 ; J. Lafond, « Ét (...)

49Le désir d’éclairer davantage l’édifice ne se manifeste pas seulement au XIVe siècle par l’agrandissement considérable des fenêtres. Il se traduit aussi par un parti nouveau de composition dans les vitraux dont la chapelle de la Vierge offre d’admirables exemples21.

50Les petits médaillons bleus et rouges du siècle précédent disparaissent au profit de grands panneaux de grisailles aux bordures colorées sur lesquels se détache un important motif central de couleur. Seize des premiers archevêques de Rouen, d’une prestance et d’une majesté incomparables, ornent les baies nord et sud, debout sous de hauts dais d’architecture bien typiques du XIVe siècle.

51Ce sont au nord : saint Marcellin, saint Maurice, saint Silvestre et saint Eusèbe, dans la première fenêtre. Saint Ouen, saint Ansbert, saint Godard, saint Filleul dans la seconde.

52Au sud : saint Romain, saint Evode, saint Victrice et saint Innocent ; puis, saint Prétextat (refait en 1463 par Guillaume Barbe sous les arcatures anciennes), saint Maurile, saint Rémy et saint Hugues.

91 - Chapelle de la Vierge. Lancettes, vue d’ensemble, vers 1300. Quatre archevêques : saint Ouen, saint Ansbert (tête restituée vers 1530 ?), saint Godard, saint Filleul (tête moderne)

91 - Chapelle de la Vierge. Lancettes, vue d’ensemble, vers 1300. Quatre archevêques : saint Ouen, saint Ansbert (tête restituée vers 1530 ?), saint Godard, saint Filleul (tête moderne)

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

53Malgré des réfections et l’interpolation de nombreuses têtes, cette série d’archevêques est somptueuse, tant par l’allure des personnages, l’élégance de leurs chapes bien drapées, de leurs mitres ou de leurs gants enrichis de joyaux, que par la palette des couleurs où, à côté de bleus plus clairs, le jaune d’argent fait son apparition (fig. 91 et 92).

54Un donateur, Crépin le Vallet et une donatrice (XVe siècle) sont agenouillés sous le Martyre de saint Prétextat et sous saint Maurile. On relève également une inscription : « Mestre Regnaut de B[rie]nchon » et des armoiries du XIVe siècle, un peu postérieures aux vitraux, celles des archevêques Guillaume II de Flavacourt et Guillaume de Lestranges.

92 - Chapelle de la Vierge. Lancettes, vers 1310. Deux archevêques : saint Silvestre, saint Eusèbe.

92 - Chapelle de la Vierge. Lancettes, vers 1310. Deux archevêques : saint Silvestre, saint Eusèbe.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

55Les grisailles sont tout à fait remarquables : chaque petit losange offre une décoration de fleurs et de feuillages très délicats, ou encore de lions et d’aigles héraldiques.

56Quant aux bordures, elles méritent d’être regardées aux jumelles avec le plus grand soin. Une charmante flore naturelle s’y épanouit mais on y découvre de plus, avec un vif plaisir, au nord tout un cortège d’anges musiciens dont les spécialistes pourront identifier les instruments variés, ou des perroquets verts perchés sur des rameaux de vigne ; au sud des hommes sauvages chassant l’écureuil dans les bois de chênes, scènes pittoresques sorties tout droit des manuscrits enluminés.

57La série des archevêques se prolongeait à la travée droite de l’abside avec saint Mellon et saint Nicaise au nord, saint Avitien et saint Sévère au sud, mais il s’agissait de réfections. Ces fenêtres ont été dotées en 1960 de grisailles exécutées par Gruber avec des morceaux de remploi du XIVe siècle.

  • 22 Le travail a été fait en 1956 par le maître-verrier Gaudin qui avait remonté la série des Archevêq (...)
  • 23 J. Lafond, « À propos des vitraux du XVe siècle provenant de Saint-Vincent et transférés à la cath (...)

58Les vitraux du chevet, consacrés à la Nativité et au Couronnement de la Vierge, ont disparu au XIXe siècle. On les a remplacés22, après la dernière guerre, par des panneaux du XVe siècle provenant de l’église Saint-Vincent23 qui ont ainsi retrouvé un emplacement digne de leur beauté.

59Autour de l’Annonciation, abritées sous des dais d’architecture où la perspective est respectée, six figures de saints, reconnaissables à leurs attributs, se détachent sur les tentures de fond : saint Michel et saint Jacques, saint Pierre et saint Jean-Baptiste, sainte Madeleine et sainte Catherine. De ravissantes statuettes de prophètes et de sibylles, malheureusement difficiles à discerner à l’œil nu, garnissent les piédroits. Aux pieds de la Vierge de l’Annonciation, s’agenouille une famille de donateurs.

60Admirablement remployés ici – et il faut en rendre grâce à la Ville de Rouen – ces vitraux, par leur éclat, ajoutent la dernière touche à la beauté de la chapelle de la Vierge.

Notes

1 Sur la chapelle de la Vierge, voir en dernier lieu Claudine Lautier, « Rouen, chapelle de la Vierge » Congrès archéologique de France, 161e session (2003), Rouen et Pays de Caux, Paris, Société française d’archéologie, 2005, p. 172-182.

2 Les tombeaux des archevêques Eudes Rigaud, Gilles Deschamps, Aymery Guénaut et Robert de Croixmare (tous quatre au long du mur sud), Guillaume de Flavacourt et Raoul Roussel (au nord, entre l’entrée et le mausolée de Pierre de Brézé) ont été supprimés en 1769.

3 Elles ont été dessinées par Roger de Gaignières (BnF, dépt. des estampes, Pe la, f° 8). Elles étaient encore en place en 1668 (voir Deville 1881, p. 64, pl. 8).

4 A. Deville qui cite cette décision (Tombeaux, p. 66), attribuerait ce tombeau à Guillaume Pontifs.

5 ADSM G. 3.417 (cité par Pommeraye 1686, p. 55 ; Deville 1881, p. 69 ; Lanfry 1959, p. 11). Ce dernier ouvrage renferme une étude magistrale du tombeau et de nombreuses notes bibliographiques.

6 J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 243. Les « lys d’or et le chêne » sont une allusion au rôle politique de Georges d’Amboise auprès du roi de France Louis XII et du pape Jules II dont le nom de famille Rovere signifie chêne.

7 Paul Vitry, Michel Colombe et la sculpture française de son temps, Paris, Librairie Centrale des Beaux-Arts, 1901, p. 454.

8 La preuve en a été faite par M. Allinne, « Les priants du tombeau des cardinaux d’Amboise », BAMR, 1909, p. 82-90.

9 S’agit-il bien du grand Jean Goujon ? Certes, il travaillait à Rouen à cette époque, mais le modelé maladroit de la tête du prélat inspire des doutes à ce sujet. Voir Pierre Du Colombier, Jean Goujon, Paris, Albin Michel, 1949, p. 20-22.

10 Élisabeth Chirol (dans Lanfry 1959, p. 77), fait remarquer « l’extraordinaire similitude entre la frise de pierre sculptée du baldaquin et la frise de bois peint du grand portail », œuvre de Nicolas Castille.

11 Ibid., p. 78-79.

12 J. Bailly, dans Lanfry 1956, p. 27-39.

13 Les cercueils de plomb qui contenaient les restes des cardinaux ont, par contre, été violés et leurs cendres dispersées en 1793.

14 Voir pour ce tombeau : Deville 1881, p. 85-101 ; É. Mâle, op. cit., 1922, p. 435-436 ; Léon de Vesly, « Jean Goujon architecte. Les colonnes de Saint-Maclou et du mausolée de Louis de Brézé », Bulletin de la Société d’émulation, 1905, p. 225-237 et surtout P. Du Colombier, op. cit., p. 17-29.

15 Avec H. de Geymüller, P. du Colombier, op. cit., p. 29, voir dans ce gisant l’ancêtre assuré du gisant de Henri II, de Germain Pilon.

16 Gaignières : BNF, Dépt. des estampes, Pe la, f° 45-47.

17 Henri Bouchot (Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières, Paris, Plon, Nourrit et Cie, 1891, p. 149) le décrit ainsi : « un chevalier de Saint Michel debout. »

18 Voir Deville 1881, p. 103-108 ; R. Eude, art. cité, p. 56-57, planches ; et J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 245.

19 R. Eude, art. cité, p. 58-59, planches ; J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 247.

20 R. Eude, art. cité, p. 55-64. J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 243-253 ; A. Fouré, « Les sépultures dans la cathédrale de Rouen de 1744 à nos jours », RSSHN, Lettres et Histoire, no 7, 1957, p. 43-51.

21 Pour les vitraux de la chapelle de la Vierge, voir G. Ritter, op. cit., p. 10-11 ; J. Lafond, « Étude... », art. cité, p. 116-117 ; F. Perrot, Le vitrail à Rouen, op. cit., p. 18-20.

22 Le travail a été fait en 1956 par le maître-verrier Gaudin qui avait remonté la série des Archevêques en 1951.

23 J. Lafond, « À propos des vitraux du XVe siècle provenant de Saint-Vincent et transférés à la cathédrale de Rouen », RSSHN, Histoire de l’Art, no 4, Rouen, 1956, p. 37-45 ; « L’église Saint-Vincent de Rouen et ses vitraux », Actes du 81e Congrès national des sociétés savantes, op. cit., p. 59-77. Voir aussi P. Baudry, L’église paroissiale de Saint-Vincent de Rouen. Description des vitraux, Rouen, Charles Métérie, 1875 ; J. Lafond, « Les vitraux de Saint-Vincent de Rouen et l’aménagement du Vieux-Marché », BAMR, 1958-1970, p. 147-164.

Table des illustrations

Titre 78 - La chapelle de la Vierge (XIVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Titre 79 et 80 - À l’entrée de la chapelle de la Vierge, côte à côte, chapiteaux et bases des XIIIe et XIVe siècles.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre 81 - Le tombeau des cardinaux d’Amboise (première Renaissance).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre 82 - La Foi.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 146k
Titre 83 - Pleurant.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 153k
Titre 84 - Saint Augustin.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Titre 85 et 86 - Le baldaquin du tombeau des cardinaux d’Amboise.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 526k
Titre 87 - Mausolée de Louis de Brézé (seconde Renaissance).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Titre 88 - Le gisant du tombeau de Louis de Brézé.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre 89 - Le grand sénéchal Louis de Brézé, détail du tombeau.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 135k
Titre 90 - Tombeau de Louis de Brézé, deux caryatides. Dans l’écoinçon, Renommée offrant la couronne au héros.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 407k
Titre 91 - Chapelle de la Vierge. Lancettes, vue d’ensemble, vers 1300. Quatre archevêques : saint Ouen, saint Ansbert (tête restituée vers 1530 ?), saint Godard, saint Filleul (tête moderne)
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 574k
Titre 92 - Chapelle de la Vierge. Lancettes, vers 1310. Deux archevêques : saint Silvestre, saint Eusèbe.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3806/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 572k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540