Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Le déambulatoire

Texte intégral

Architecture

1 Le déambulatoire comporte quatre travées droites après lesquelles s’ouvrent les chapelles rayonnantes : chapelle de la Vierge dans l’axe, agrandie au XIVe siècle, chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul au nord, chapelle Saint-Barthélemy ou du Revestiaire – moins profonde que la précédente – au sud. Entre les chapelles, un point d’appui médian reçoit les retombées d’ogives.

2La tapisserie des arcatures reposant sur un banc comme au transept se prolonge tout autour du déambulatoire. Au-dessus, le mur se retraite pour laisser place à la coursière. De hautes lancettes trouent le mur à l’étage, baies sans fenestrages s’ouvrant sur les absidioles du transept aux premières travées ou arcades géminées surmontées d’une rose. Vers le sud, deux oculi décorent le mur, oculus obscur à la troisième travée, oculus ouvert et vitré à la quatrième, sous la double lancette de la salle des archives.

3Les travées entre les chapelles sont percées de lancettes hautes et étroites, garnies d’admirables vitraux.

4Les chapelles du nord et du sud répètent le même décor.

5La clôture de pierre du Revestiaire (ou sacristie des chanoines) est un chef-d’œuvre de Guillaume Pontifs (1479), dû à la munificence du grand archidiacre Philippe de la Rose. En hommage au généreux donateur, le soubassement, comme la belle et rare porte en fer battu, s’ornent, dans leurs remplages, de « roses » symboliques. La haute claire-voie, découpée des soufflets et des mouchettes de l’art flamboyant, est scandée de pilastres finement sculptés dont les statues ont disparu à la Révolution.

6Cette légère clôture, doucement incurvée, est l’une des surprises heureuses que ménage la cathédrale.

67 - La clôture du Revestiaire et sa porte en fer battu (XVe siècle).

67 - La clôture du Revestiaire et sa porte en fer battu (XVe siècle).

Tombeaux

  • 1 Tous les tombeaux et pierres tombales du déambulatoire et de la chapelle de la Vierge ont été étud (...)

7Le déambulatoire et la chapelle de la Vierge pourraient, à eux seuls, permettre d’étudier, sans hiatus, l’art de la sculpture funéraire en France depuis le XIIe siècle jusqu’à la fin du XVIe siècle1.

  • 2 II faut attendre la fin du XIIe siècle pour trouver de tels monuments funéraires : auparavant, la (...)
  • 3 Identifié par Maurice Allinne, Précis de l’Académie de Rouen, 1923-1924, p. 169-197. Voir aussi La (...)

8C’est à Rouen, en effet, que l’on trouve le plus ancien gisant2 sculpté sur un tombeau, celui de l’archevêque Hugues d’Amiens3, mort en 1164.

Tombeau de l’archevêque Hugues d’Amiens (XIIe siècle)

9Encastré dans le mur près de l’entrée de la chapelle de la Vierge, derrière les arcatures du XIIIe siècle, ce tombeau, chose extraordinaire, présente tous les caractères d’une tombe romane.

68 - Tombeau de l’archevêque Hugues d’Amiens (XIIe siècle).

68 - Tombeau de l’archevêque Hugues d’Amiens (XIIe siècle).
  • 4 J. Le Maho, « Cathédrale Notre-Dame de Rouen. Vœu pour la restitution d’une épitaphe sur la sépult (...)

10L’explication de cet anachronisme est simple : la tombe de l’archevêque Hugues d’Amiens se trouvait à l’origine dans la cathédrale romane, vraisemblablement près de l’autel d’une des chapelles du déambulatoire, la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul, au nord du chœur4. Séduit par la beauté de ce monument funéraire qui, bien que légèrement endommagé par l’incendie de 1200, conservait fière allure, l’archevêque Maurice († 1236) le fit démonter pierre à pierre et reconstruire dans les soubassements du nouveau déambulatoire. Peut-être avait-il l’intention d’en faire sa propre sépulture. C’est bien là, en tout cas, que l’archevêque Maurice, à qui revint l’honneur d’achever le gros-œuvre de la cathédrale, fut inhumé ; son inscription funéraire demeura visible jusqu’à la Révolution, gravée sur une plaque au-dessus du gisant.

  • 5 Dawson Turner, Account of a Tour in Normandy, London, J. et A. Arch, 1820, t 1, rapporté par Devil (...)

11La tombe qui s’offre aujourd’hui à la vue des visiteurs est donc sensiblement antérieur à son environnement gothique. Sous une arcade en plein cintre portée par des colonnettes trapues aux chapiteaux ornés de beaux feuillages, l’archevêque est couché, les bras croisés sur la poitrine, mitre en tête, crosse en main, l’anneau pastoral passé à la seconde phalange du majeur. Il est revêtu d’ornements sacerdotaux brodés comme le linceul sur lequel il est étendu et porte le pallium. Les pieds chaussés de sandales du gisant, encore visibles au XIXe siècle5 ont disparu.

12Six anges tenant des encensoirs ou des cires bordent l’arcade supérieure au sommet de laquelle deux anges portent au ciel l’âme du défunt représentée sous la forme d’un enfant nu. Des traces de polychromie apparaissent encore ça et là.

13Sous le gisant, le socle est décoré d’arcatures sous lesquelles s’abritent des statues, tellement mutilées, hélas, que Taylor et Nodier y ont cru reconnaître des chevaliers ! Mais ces personnages nimbés sont, en fait, le Christ entouré de huit Apôtres. Huit seulement, car les Apôtres manquants sont sculptés sur les côtés du tombeau insérés dans le mur, comme l’atteste un discret sondage fait en 1955.

Tombeau d’Henri le Jeune (XIIIe siècle)

14L’ordre chronologique des tombeaux du déambulatoire – qu’il nous semble logique de suivre – nous amène au mausolée d’Henri le Jeune, fils de Henri II roi d’Angleterre et duc de Normandie, associé au trône par son père, époux de Marguerite de France, fille de Louis VII, mort dans le Quercy en 1183. Il avait demandé à être inhumé dans la cathédrale. Son corps, salé et cousu dans une peau de bœuf, fut donc ramené à Rouen, non sans de grandes difficultés, les habitants du Mans s’étant emparés de force de cette illustre dépouille ! L’épitaphe gravée sur le socle rappelle le curieux destin de ce prince.

15On se souvient que ce tombeau, placé dans le chœur du côté de l’Évangile (nord), avait été détruit au XVIIIe siècle. Le gisant, enfoui dans le sol et retrouvé en 1866, avait été déposé au Musée des Antiquités et une réplique en avait été faite pour prendre place dans le déambulatoire. Après la dernière guerre, la statue authentique a été ramenée à la cathédrale, entre les colonnes du sanctuaire, tout près de son emplacement primitif.

  • 6 É. Mâle, op. cit., p. 391.

16Le gisant en liais de Créteil est très caractéristique du début du XIIIe siècle. Comment résister ici au désir de citer Émile Mâle ? Nul n’a éprouvé et exprimé comme lui le sentiment religieux, la poésie qui ont inspiré l’iconographie funéraire aux beaux siècles du Moyen Âge : « Foi ardente, espérance, tendre respect pour l’argile humaine que Dieu a façon née, aspiration à l’infini où se mêle pourtant le regret des créatures d’un jour que nous avons aimées, le tombeau exprime tout cela6. »

17Henri le Jeune, couché, les mains jointes, présente un visage idéalisé, noble et serein ; les yeux ouverts, il contemple la lumière éternelle. Ce n’est donc pas un mort que l’artiste a représenté, c’est un vivant déjà transfiguré par « le sublime travail de Dieu ». Ses pieds reposent sur le lion, symbole de courage viril et surtout, dans la pensée mystique, de la foi en la Résurrection.

Tombeau de Richard Cœur de Lion (fin XIIIe siècle)

18Frère de Henri le Jeune, Richard Cœur de Lion, duc de Normandie, roi d’Angleterre, avait ordonné que son corps fût inhumé à Fontevrault et ses entrailles à Poitiers ; mais, « en remembrance d’amour pour la Normandie », c’est à la cathédrale de Rouen qu’il avait légué son cœur.

  • 7 N. Périaux, op. cit., p. 74-92.

19En 1249, le roi Louis IX ayant été fait prisonnier à la bataille de la Massoure, le chapitre de la cathédrale fit fondre la balustrade d’argent qui entourait la tombe de Richard pour payer une partie de la rançon royale7.

20Il fit sans doute ériger peu de temps après un nouveau tombeau qui fut placé dans le sanctuaire, du côté de l’Épître (sud) et connut les mêmes avatars que le monument d’Henri le Jeune. Le gisant en fut retrouvé en 1838.

21Il porte, lui aussi, la marque du XIIIe siècle, mais d’un XIIIe siècle plus avancé où le tombeau commence à perdre un peu de sa belle spiritualité : même beauté impersonnelle du visage, mêmes plis parallèles du vêtement, mais les mains, au lieu d’être jointes pour la prière, tiennent les insignes du pouvoir royal. Calme, grave, jeune comme le Christ au jour de sa Résurrection, il garde cependant un caractère sacré qui nous émeut. À ses pieds, le lion auquel son courage l’avait fait comparer, se justifie tout particulièrement.

Tombeau de Guillaume Longue-Épée (XIVe siècle)

  • 8 O. Vital, op. cit., p. 371.

22Guillaume Longue-Épée, deuxième duc de Normandie, associé au pouvoir par Rollon son père, mourut assassiné dans une île de la Somme en 942. Comme son père, il avait été inhumé dans le haut de la nef de l’antique cathédrale d’où leurs sépultures furent solennellement transférées8 dans la cathédrale romane, puis dans la cathédrale gothique, Rollon au sud, Guillaume au nord. (Il ne s’agit évidemment pas des tombeaux actuels). Le monument funéraire de Guillaume Longue-Épée, placé dans la chapelle Sainte-Anne jusqu’à la restauration consécutive à la guerre, se trouve maintenant dans la seconde travée droite du déambulatoire, au nord.

69 - Le gisant de Guillaume Longue-Épée (XIVe siècle).

69 - Le gisant de Guillaume Longue-Épée (XIVe siècle).
  • 9 Par les soins du chapitre en 1468. Voir Deville 1881, p. 24-25.

23Le gisant est une très belle œuvre du XIVe siècle, polychromée au siècle suivant9. Le duc porte la couronne et tient le sceptre dans la main droite. Il est vêtu d’une longue tunique ceinturée et d’un manteau court agrafé sur l’épaule droite. Sa tête repose sur un carreau de pierre que soutenaient deux petits anges aujourd’hui disparus. Quelle évolution saisissante dans le style et qu’il est intéressant de comparer ce gisant avec les statues du XIIIe siècle toutes proches ! Tandis que les graveurs de pierres tombales, fidèles à la tradition, continuent de dessiner des images idéales, voici que le sculpteur recherche la vérité, le réel. Il ne peut être question – quatre siècles après la mort du duc – d’un portrait, mais l’artiste ne craint pas de nous montrer un homme vieillissant, aux rides profondes, un visage très personnel. De même, les plis des vêtements sont traités avec une souplesse, un réalisme qui n’ont plus rien à voir avec la rigidité du siècle précédent. Cependant, la grande idée chrétienne persiste : le gisant a les yeux ouverts et la présence des anges prêts à l’emporter dans le sein d’Abraham affirme clairement sa foi et son espérance (fig. 69).

24L’animal sur lequel s’appuient les pieds de Guillaume Longue-Épée est un curieux hybride de lion et de chien : peut-être le sculpteur a-t-il voulu rappeler par ce symbole de la fidélité que le duc avait souhaité, mais en vain, finir humblement ses jours comme moine à l’abbaye de Jumièges…

Tombeau de Rollon

25Le premier duc de Normandie, Rollon, mort en 933, eut l’honneur insigne d’être le premier laïque enterré dans la cathédrale de son baptême, privilège réservé jusque là aux archevêques, aux abbés et aux « bons prêtres ».

  • 10 Procès-verbal de la visite archiépiscopale des chapelles de la Métropole en 1609 [par Mgr de Joyeus (...)
  • 11 Les socles de pierre des quatre tombeaux des ducs normands ont été refaits en 1956, mais on y a re (...)

26Nous avons évoqué plus haut la translation de ses cendres en 1063 par Maurille, près de la porte méridionale de la cathédrale romane. Son tombeau se trouvait, avant la guerre, dans la chapelle du Petit Saint-Romain (dernière chapelle du collatéral sud). Le gisant de pierre, fort semblable à la statue de Guillaume Longue-épée et de la même époque mais dont la tête et les jambes avaient été refaites au XVIIe siècle10, a été totalement détruit par le bombardement. Le peu qu’il reste de la cendre de Rollon a été placé sous un socle moderne11, dans la partie sud du déambulatoire. La statue est une copie du XIXe siècle du gisant d’Henri le Jeune.

Dalles et inscriptions funéraires

27Dans la chapelle Saint-Pierre – Saint-Paul, une inscription évoque le souvenir de l’impératrice Mathilde, fille d’Henri Ier Beauclerc, roi d’Angle terre, épouse d’Henri V empereur d’Allemagne, puis de Geoffroy Plantagenêt, morte en 1167. Ses restes, découverts en 1846 à l’abbaye du Bec, ont été ramenés dans la cathédrale en 1871, non loin de ceux de ses petits-fils Henri le Jeune et Richard Cœur de Lion.

  • 12 Voir Max Pinchard, « Le père de la musique d’orgue française, Jehan Titelouze », dans Connaître Ro (...)

28Derrière le sanctuaire, une plaque a été apposée, près du lieu présumé de son inhumation, à la mémoire de Jehan Titelouze, père de la musique d’orgue en France, organiste de la cathédrale de 1588 à 163312.

  • 13 Une dalle du même type, plus importante encore (3,30 m × 1,65 m), se trouve dans le croisillon nor (...)

29Enfin, le pavement du déambulatoire renferme encore nombre de dalles funéraires, usées, effacées par les passages incessants. Bien qu’on n’y puisse lire aucun nom, l’une d’elles, à l’entrée de la chapelle de la Vierge, reste intéressante par les nombreuses petites plaques de marbre blanc dont elle est semée13. Y étaient gravés, au centre, le visage et les mains jointes du défunt et, tout autour de la dalle, le cortège des saints et des saintes à l’intercession desquels il s’était confié dans la mort.

Les vitraux

  • 14 Tous les vitraux du déambulatoire ont été remontés par Gaudin en 1956, celui du Revestiaire, en 19 (...)

30Célèbre pour ses tombeaux, le déambulatoire de Notre-Dame de Rouen ne l’est pas moins pour ses vitraux14. D’admirables verrières du début du XIIIe siècle (1220-1230), pratiquement intactes, l’éclairent d’une lumière colorée où domine l’accord des bleus et des rouges. Elles prennent toute leur valeur le matin, lorsque le soleil fait briller de mille feux leurs petits médaillons.

31Le choix des thèmes représentés témoigne d’une intention manifeste d’enseignement de la Bible, dans un clair parallèle, fréquent au Moyen Âge, entre l’Ancien et le Nouveau Testament. Sans doute nos aïeux comprenaient-ils, plus aisément que nous, ce langage des verrières et sa signification profonde. Sauf exception, elles se lisent de bas en haut et de gauche à droite.

32L’Ancien Testament est, comme à l’ordinaire, évoqué au nord où deux vitraux racontent l’histoire de Joseph vendu par ses frères qu’il sauvera plus tard de la famine, le Nouveau Testament au sud où sont représentés la Passion (le Christ livré et mis à mort pour nous sauver, dont Joseph était, par avance, l’image), et le Bon Samaritain, autre figure du Christ, sauveur des hommes blessés par le péché.

33Les saints (saint Julien, saint Pierre et saint Paul), témoins du Christ, sont associés à ce programme iconographique.

34Tous ces vitraux ont été offerts par les Corporations et il est à la fois touchant et savoureux de retrouver, dans certains médaillons, les poissonniers, les tondeurs de drap ou les tailleurs de pierre en plein travail.

Vitrail de Saint-Julien l’Hospitalier

35La légende de saint Julien l’Hospitalier nous est contée, au côté nord du déambulatoire, dans un vitrail aux coloris étincelants, à l’ordonnance claire et heureuse. Il se lit de bas en haut et de gauche à droite (fig. 70).

36Premier registre : les poissonniers, donateurs du vitrail, exerçant leur commerce (fig. 71).

37Deuxième registre : trois scènes de l’enfance de Julien (fig. 72).

38Registres suivants : pour échapper à la prédiction « Tu tueras ton père et ta mère », Julien quitte ses parents, se met au service d’un riche seigneur (médaillon interverti avec un médaillon de même forme, trois registres au-dessus), le sert à table, le soigne dans sa maladie. Après la mort de son maître, il épouse sa veuve, part pour la guerre et se repose sous une tente (fig. 73).

70 - Déambulatoire (nord). Verrière de la vie de saint Julien l’Hospitalier. Vers 1220-1230.

70 - Déambulatoire (nord). Verrière de la vie de saint Julien l’Hospitalier. Vers 1220-1230.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

71 - Déambulatoire (nord). Les poissonniers, donateurs du vitrail de la vie de saint Julien l’Hospitalier.

71 - Déambulatoire (nord). Les poissonniers, donateurs du vitrail de la vie de saint Julien l’Hospitalier.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

72 - Déambulatoire (nord). Scène de la vie de saint Julien l’Hospitalier.

72 - Déambulatoire (nord). Scène de la vie de saint Julien l’Hospitalier.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

73 - Déambulatoire (nord). Scènes de la vie de saint Julien l’Hospitalier.

73 - Déambulatoire (nord). Scènes de la vie de saint Julien l’Hospitalier.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

39Ses parents partent à sa recherche, la femme de Julien les accueille en son absence et les couche dans son propre lit. Julien revient de nuit, croit à un adultère et tue ses parents. Sa femme lui apprend la vérité. Il quitte alors sa demeure pour faire pénitence, accompagné par son épouse. Tous deux fondent un hôpital au bord d’un fleuve et soignent les malades. Julien se fait passeur (7e registre).

40Une nuit, on l’appelle de l’autre côté du fleuve ; Julien se lève, va chercher le voyageur, le ramène tandis que sa femme l’éclairé, une lanterne à la main. Le voyageur se fait connaître : c’est le Christ. Mais, les époux ayant fait vœu de chasteté, le démon veut les induire en tentation. Il appelle à son tour Julien qui lui fait passer le fleuve. Les époux résistent au diable et meurent entourés d’anges thuriféraires, tandis que deux anges emportent leurs âmes vers le Christ en majesté.

  • 15 E.-H. Langlois, Essai historique et descriptif sur la peinture sur verre, Rouen, E. Frère, 1832, p (...)

41Hyacinthe Langlois15 avait décrit et dessiné ce vitrail en 1832, et c’est de son œuvre que s’inspira Flaubert pour écrire l’un de ses Trois Contes.

Vitraux du Patriarche Joseph

42À gauche de l’entrée de la chapelle de la Vierge, les tondeurs de drap, corporation bien rouennaise, ont offert deux verrières consacrées à la vie du Patriarche Joseph. Les trois médaillons inférieurs de la première baie les représentent au travail, munis de leurs grandes forces.

43La Bible (Genèse 37-46), raconte l’histoire de Joseph, fils préféré de Jacob, vendu par ses frères jaloux à des marchands qui l’emmènent en Égypte où, grâce à son don d’interpréter les songes, il devient le tout-puissant favori de Pharaon, ce qui lui permettra de sauver son père et ses frères.

44Sans entrer dans le détail de toutes ces scènes expressives, précisons que l’histoire commence dans la fenêtre de droite et se lit par exception de haut en bas (on reconnaît dans les médaillons supérieurs Joseph voyant en songe le soleil, la lune et onze étoiles l’adorer tandis que les gerbes de ses frères s’inclinent devant la sienne), pour se poursuivre dans la fenêtre voisine, mais de bas en haut, cette fois. Le célèbre épisode des vaches grasses et des vaches maigres se situe au cinquième registre, autour de Pharaon endormi.

  • 16 F. Perrot, op. cit., p. 15.

45Particularité unique en France en ce début du XIIIe siècle, le vitrail de droite est signé. Tout en bas, (à droite), Pharaon déploie un phylactère sur lequel on peut lire : « Clemens vitrearius carnotensis m[e fecit] », Clément, verrier chartrain, m’a fait. » Ce Clément de Chartres est inconnu par ailleurs et sa manière ne se retrouve pas, semble-t-il, dans la cathédrale beauceronne », remarque Mme Perrot16.

74 - Déambulatoire (sud-est). Scènes de la Passion. Vers 1220-1230.

74 - Déambulatoire (sud-est). Scènes de la Passion. Vers 1220-1230.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

46Si elles ne s’apparentent pas directement aux merveilles de Chartres, les verrières du déambulatoire de Rouen n’ont cependant rien à leur envier : elles sont l’une des plus belles parures de notre cathédrale.

Vitrail de la Passion

47Il faut nous arrêter plus longuement sur le vitrail à droite de l’entrée de la chapelle de la Vierge, rare vitrail symbolique comme on en trouve à la même époque à Chartres, Sens ou Bourges (fig. 74).

75 - Déambulatoire (nord-est). Verrière de la vie de Joseph (détails). Vers 1220-1230.

75 - Déambulatoire (nord-est). Verrière de la vie de Joseph (détails). Vers 1220-1230.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

48Il relate la Passion du Sauveur, mais, pour bien faire comprendre la grandeur de ce drame qui est au centre de la foi chrétienne, on y associe les prophéties millénaires qui l’ont annoncé. Ainsi les petits médaillons ronds ou elliptiques consacrés au récit de la Passion, sont-ils entrecoupés de deux grands médaillons circulaires dans chacun desquels trouvent place quatre scènes de l’Ancien Testament qui préfigurent la mort du Christ. De tels vitraux font mieux saisir comment la cathédrale pouvait réellement être « la Bible des Pauvres », où les illettrés trouvaient, dans les verrières comme dans la sculpture, l’essentiel de leur foi.

49Aux deux premiers registres : la Cène et le Lavement des pieds.

50 Premier médaillon symbolique : la grappe de la Terre promise, symbole de Jésus, grappe mystique dont le sang a rempli le calice de l’Église.

51– David et le Pélican, préfigure du Christ donnant sa vie pour le salut du genre humain.

52– l’Agneau pascal est égorgé et le signe Tau (annonce de la croix), est marqué avec son sang sur le linteau des maisons juives dont les fils échapperont ainsi à la mort.

53– Vision d’Ezéchiel : un homme vêtu de lin marque du Tau le front des élus, tandis que l’ange exterminateur frappe du glaive les méchants.

54Registres suivants : Judas reçoit le prix de sa trahison, arrestation de Jésus, Pilate se lavant les mains, le Couronnement d’épines, moqueries des soldats et Flagellation.

55 Deuxième médaillon symbolique : Abraham immolant son fils Isaac, figure de Dieu le Père consentant au sacrifice de son fils Jésus.

56– Élie et la veuve de Sarepta : le prophète rejeté, comme le Christ, par les Juifs, est accueilli par une veuve, figure de l’Église des Gentils. Le bois que ramasse la femme annonce la Croix, l’eau qu’elle offre annonce le baptême.

57– Le serpent d’airain (figure de Jésus en croix), dressé par Moïse pour guérir de la mortelle morsure des serpents ceux qui regardent vers lui, comme la croix du Christ nous guérit du péché.

58– Les Juifs brûlant, hors de la ville, la victime expiatoire, image du Christ mourant pour tout le peuple sur le Golgotha.

59Les derniers registres sont consacrés au Portement de Croix et à la Crucifixion, entre la Vierge et l’Église, d’un côté, saint Jean et la Synagogue, de l’autre. Au sommet, le Christ en majesté.

60Les tailleurs de pierre qui ont offert ce beau vitrail sont représentés dans les bordures.

61La verrière a été réparée en 1462 par Guillaume Barbe qui en a refait le fond bleu et l’a ornée de soleils d’or.

Vitrail du Bon Samaritain

62Le vitrail suivant détaille la parabole du Bon Samaritain. Il semble qu’ici le verrier ait manqué d’inspiration ! Au lieu de recourir aux commentaires symboliques comme on l’a fait à Sens et à Chartres, il se borne à suivre pas à pas le récit évangélique. Avec des redites et une certaine prolixité, il narre l’histoire du malheureux voyageur, volé et blessé par des brigands, abandonné à son triste sort par un lévite puis par un prêtre, sauvé et soigné comme un frère par cet étranger qu’est le Samaritain. Le Christ en majesté entouré d’anges thuriféraires domine le vitrail.

76 - Déambulatoire (sud-est). Verrière du bon Samaritain. Vers 1220-1230.

76 - Déambulatoire (sud-est). Verrière du bon Samaritain. Vers 1220-1230.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

Vitrail de Saint-Pierre et Saint-Paul

63La sacristie du chapitre, dite « Revestiaire », renferme l’un des plus beaux vitraux de cet ensemble du déambulatoire, complété dans sa partie basse au XIVe siècle. Peint pour la chapelle Saint-Pierre et Saint-Paul (au nord du déambulatoire) dont la vitrerie a été supprimée en 1629, il a été placé au XIXe siècle dans la chapelle sud.

64Sa facture est encore supérieure aux vitraux précédents par son ordonnance claire et la qualité du dessin ; les physionomies et les gestes sont expressifs, les draperies souples et harmonieuses. Il est consacré à la vie et à la légende des deux Apôtres : la conversion de Paul sur le chemin de Damas, sa prédication et ses miracles, la rencontre de Pierre et Paul, les deux Apôtres confondant Simon le Magicien devant Néron, la décapitation de saint Paul.

65Les deux quadrilobes du XIVe siècle placés à la base de ce vitrail représentent le martyre de saint André et celui de saint Barthélemy.

77 - Déambulatoire, chapelle sud. Vies de saints (saint Pierre, saints André et Barthélemy, saint Paul). Vers 1220-1230.

77 - Déambulatoire, chapelle sud. Vies de saints (saint Pierre, saints André et Barthélemy, saint Paul). Vers 1220-1230.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

Notes

1 Tous les tombeaux et pierres tombales du déambulatoire et de la chapelle de la Vierge ont été étudiés dans Deville 1881. Les notices biographiques des personnages ont été rédigées par J. Derivière et A. Fouré, op. cit., p. 231-253.

2 II faut attendre la fin du XIIe siècle pour trouver de tels monuments funéraires : auparavant, la tombe était une simple dalle tumulaire qui ne devait pas dépasser le sol.

3 Identifié par Maurice Allinne, Précis de l’Académie de Rouen, 1923-1924, p. 169-197. Voir aussi Lanfry 1956, p. 82-85.

4 J. Le Maho, « Cathédrale Notre-Dame de Rouen. Vœu pour la restitution d’une épitaphe sur la sépulture de l’archevêque de Rouen, Maurice († 1235) », BCA, 1997, t. 44, p. 131-132.

5 Dawson Turner, Account of a Tour in Normandy, London, J. et A. Arch, 1820, t 1, rapporté par Deville 1881, p. 53.

6 É. Mâle, op. cit., p. 391.

7 N. Périaux, op. cit., p. 74-92.

8 O. Vital, op. cit., p. 371.

9 Par les soins du chapitre en 1468. Voir Deville 1881, p. 24-25.

10 Procès-verbal de la visite archiépiscopale des chapelles de la Métropole en 1609 [par Mgr de Joyeuse], cité par C. de Beaurepaire, « L’effigie et image d’un ancien duc de Normandye, sans piedz ni teste… », BCA, t. 7, p. 248.

11 Les socles de pierre des quatre tombeaux des ducs normands ont été refaits en 1956, mais on y a replacé leurs restes. Voir G. Lanfry, BCA, t. 22, p. 325-326. Le tombeau de Henri le Jeune est vide (G. Lanfry, BAMR, 1951-1958, p. 19).

12 Voir Max Pinchard, « Le père de la musique d’orgue française, Jehan Titelouze », dans Connaître Rouen, t. 3, p. 25-30.

13 Une dalle du même type, plus importante encore (3,30 m × 1,65 m), se trouve dans le croisillon nord ; c’est la plate-tombe de « Roussin, aumônier, prestre de ceste esglise » (Voir Deville 1881, p. 159).

14 Tous les vitraux du déambulatoire ont été remontés par Gaudin en 1956, celui du Revestiaire, en 1961. Ils ont été étudiés par G. Ritter, op. cit., p. 8-9 ; J. Lafond, « Étude sur ses vitraux », art. cité, p. 112-114 ; F. Perrot, « Le vitrail à Rouen », op. cit., p. 14-16 ; en dernier lieu, par l’équipe du Corpus Vitrearum (M. Callias-Bey et alii, Les vitraux de Haute-Normandie, op. cit., p. 332-352). Les Monuments Historiques ont reposé en 1978, dans la baie no 39 au croisillon nord du transept, les fragments d’un vitrail du XIIIe siècle consacré aux Trois Diacres Martyrs, placé avant la guerre dans la chapelle Sainte-Jeanne-d’Arc (M. Callias-Bey, op. cit., p. 346).

15 E.-H. Langlois, Essai historique et descriptif sur la peinture sur verre, Rouen, E. Frère, 1832, p. 32-39.

16 F. Perrot, op. cit., p. 15.

Table des illustrations

Titre 67 - La clôture du Revestiaire et sa porte en fer battu (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre 68 - Tombeau de l’archevêque Hugues d’Amiens (XIIe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 69 - Le gisant de Guillaume Longue-Épée (XIVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 107k
Titre 70 - Déambulatoire (nord). Verrière de la vie de saint Julien l’Hospitalier. Vers 1220-1230.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre 71 - Déambulatoire (nord). Les poissonniers, donateurs du vitrail de la vie de saint Julien l’Hospitalier.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 565k
Titre 72 - Déambulatoire (nord). Scène de la vie de saint Julien l’Hospitalier.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Titre 73 - Déambulatoire (nord). Scènes de la vie de saint Julien l’Hospitalier.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre 74 - Déambulatoire (sud-est). Scènes de la Passion. Vers 1220-1230.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 895k
Titre 75 - Déambulatoire (nord-est). Verrière de la vie de Joseph (détails). Vers 1220-1230.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Titre 76 - Déambulatoire (sud-est). Verrière du bon Samaritain. Vers 1220-1230.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 547k
Titre 77 - Déambulatoire, chapelle sud. Vies de saints (saint Pierre, saints André et Barthélemy, saint Paul). Vers 1220-1230.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3805/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 725k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540