Versione classicaVersione mobile

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Le chœur

Testo integrale

Architecture

1 Comme la tour-lanterne, le chœur de Notre-Dame de Rouen s’impose à l’admiration par son ampleur et par la beauté de ses proportions. Il est d’une sobre élégance qui ne manque pas de grandeur. Pas un détail superflu : la seule beauté d’une architecture nette qui a trouvé son équilibre et sa juste mesure.

2Des piles monocylindriques, limitant les cinq travées droites et le rondpoint à cinq pans, portent les grandes arcades très élevées auxquelles leur tracé aigu – signe infaillible d’un maître d’œuvre normand – donne beaucoup d’élan (fig. 32).

3Les bases aplaties, enfouies pendant deux cents ans dans une gangue de moellons ont été dégagées après la guerre, par les soins de l’architecte Albert Chauvel. Les puissants chapiteaux sont ornés de robustes crosses étagées en quinconce ou, pour trois d’entre eux, tapissés de belles feuilles de chélidoine, généreusement traitées. Comme il sied en pays normand, ils sont couronnés de tailloirs circulaires qui présentent un ressaut arrondi, soutenu par une tête sculptée (têtes d’hommes ou de femmes d’un beau réalisme), sur lequel viennent reposer les nervures des voûtes d’ogives (fig. 61 et 62).

4Ici, plus de tribunes. La galerie du triforium, bordée de fines arcades aiguës, simplement soulignée d’un bandeau décoratif, occupe tout l’espace entre les grandes arcades et le glacis des hautes fenêtres. Ces dernières, on le sait, ont été refaites à la fin du XIVe siècle pour les parties droites, au XVe siècle pour le rond-point où leurs réseaux sont marqués par le style flamboyant.

5Comme les plis d’une robe retenus par une agrafe, les huit branches d’ogives du sanctuaire viennent se réunir sur une fort belle clef de voûte ornée du Christ couronnant la Vierge. Des rosaces de feuillages décorent les autres clefs.

61 et 62 - Deux des chapiteaux du XIIIe siècle dans le sanctuaire.

61 et 62 - Deux des chapiteaux du XIIIe siècle dans le sanctuaire.
  • 1 Marcel Aubert, « La cathédrale », Congrès archéologique de France, Paris, Société française d’arch (...)

6« Il sort de cet ensemble une remarquable impression d’unité », note Marcel Aubert1. Plus remarquable encore peut-être est cette réelle harmonie qui, malgré leurs différences notables, règne entre la nef et le chœur et nous fait rendre hommage à l’art de nos grands bâtisseurs du Moyen Âge.

Mobilier

  • 2 Jouen, p. 148-149, en donne une description. Voir aussi G. Lanfry, « Le chœur et le sanctuaire de (...)

7Par suite des vicissitudes qu’a connues la cathédrale ou à cause de l’évolution du goût, le chœur de Notre-Dame de Rouen a présenté, au cours des siècles, des dispositions variées. Nous avons déjà évoqué le jubé gothique et celui du XVIIIe siècle, les riches clôtures de cuivre, les autels successifs, les tombeaux royaux qui en faisaient la parure. Du maître-autel dessiné par Sauvageot2 en 1890, rien ne subsistait après le bombardement.

  • 3 Albert Chauvel, « Les destructions, le sauvetage », MHF, p. 79-87.

8Le nouvel aménagement du chœur3, lors de la restauration de la cathédrale, fait grand honneur à l’architecte en chef, Albert Chauvel qui, non seulement a remis en valeur cette noble architecture, mais l’a dotée également d’un mobilier digne d’elle où éléments anciens et apports modernes se juxtaposent très heureusement.

  • 4 Exécuté pour le jubé et bénit en 1788, ce Christ fut placé au banc-d’œuvre après la destruction du (...)

9L’autel-majeur – une table de marbre vert-serpentine de la vallée d’Aoste (3,80 m sur 1,10 m), reposant sur les symboles des quatre Évangélistes de plomb doré sculptés par Bizette-Lindet – est dominé par le grand Christ de Clodion4 qui a ainsi retrouvé, dans la cathédrale, la place d’honneur qui lui est due.

63 - Le décor rénové du chœur.

63 - Le décor rénové du chœur.
  • 5 Sculptés en 1766, ils proviendraient de l’ancienne église des Chartreux et avaient été placés à Sa (...)

10Les deux anges de Caffieri5, sauvés de l’église-martyre Saint-Vincent, l’accompagnent de leur agenouillement, tandis que, sur les degrés du sanctuaire, les cassolettes dorées de Clodion laissent, aux grandes fêtes, fumer l’encens. Grilles du chœur, table de communion, trône archiépiscopal et sièges du sanctuaire sont signés du maître-ferronnier Subes (fig. 63 et 64).

64 - Le trône archiépiscopal. Tapisserie d’Aubusson. Ferronneries de Raymond Subes.

64 - Le trône archiépiscopal. Tapisserie d’Aubusson. Ferronneries de Raymond Subes.
  • 6 Eustache-Hyacinthe Langlois, Stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, Nicétas Périaux,, 1838 ; Pi (...)

11Les stalles6, exécutées de 1457 à 1470 par Philippot Viart et les huchiers flamands à la demande du Cardinal d’Estouteville, ont à plusieurs reprises bien souffert. Privées de leurs dais en 1791, brisées, massacrées par les bombes de 1944, elles doivent leur restauration à la patience et à l’habileté du sculpteur Deschamps et elles ont repris – en partie seulement, hélas ! – leur place de chaque côté du chœur. Leurs savoureuses miséricordes sont sculptées avec beaucoup de talent et de verve, de sujets bibliques (vie de Samson), de proverbes ou de fabliaux (la dispute de la culotte, les perles ou plutôt les fleurs devant les pourceaux ou encore le lai d’Aristote), d’amusantes scènes de genre (le jeu du bâton dit de « pannoye », l’élève fessé par son maître, illustration de la rébarbative grammaire), de représentations des métiers : les tondeurs de drap rouennais ont disparu dans le désastre, mais nous pouvons voir encore le maçon ainsi que l’ymagier sculptant une statue, le berger gardant ses moutons en jouant de la cornemuse et les humbles laveurs de vaisselle dont un chapiteau de l’ancienne cuisine de l’archevêché nous donne une réplique. Enfin, plusieurs miséricordes ont pour sujet des grotesques dont nous pouvons trouver le prototype dans les médaillons du portail des Libraires où les huchiers ont largement puisé leur inspiration.

  • 7 F. Farin, La Normandie chrestienne, Rouen, Louys du Mesnil, 1659, p. 189.

12Nous savons par Farin7 qu’autrefois dais et stalles du chœur se paraient, aux fêtes solennelles, de tapisseries de haute lice. Comme un rappel de cette tradition, deux belles tapisseries d’Aubusson (le grand-prêtre Aaron et saint Paul), tendues, lors des grandes cérémonies, derrière le trône archiépiscopal et à l’entrée du chœur, mettent leur chaude note de couleur sur la pierre (fig. 64).

13Depuis le concile Vatican-II, un nouveau maître-autel revêtu d’un tissu brodé d’or, surélevé sur un vaste podium circulaire, a été placé au carré du transept. Ainsi, la liturgie peut-elle se dérouler dans toute son ampleur, à la vue de tous les fidèles.

14Quant au petit orgue de chœur, il appartenait personnellement au maître Albert Dupré, père du maître Marcel Dupré qui en a fait généreusement don à la cathédrale en 1945.

65 - Le lai d’Aristote.

65 - Le lai d’Aristote.

66 - Le maçon. Miséricordes des stalles du chœur (XVe siècle).

66 - Le maçon. Miséricordes des stalles du chœur (XVe siècle).

Les vitraux

15Les trois fenêtres qui éclairent le sanctuaire ont été pourvues, au moment de leur transformation en 1429-1430, de nouveaux vitraux : le Christ en croix dans la fenêtre centrale, entouré de la Vierge et de saint Jean.

16Le Crucifix, détruit à la Révolution, a été refait dans la seconde moitié du XIXe siècle (à l’exception de l’inscription Inri, du soleil et de la lune qui sont anciens) de façon assez heureuse pour mériter d’être démonté pendant la guerre et reposé, avec les deux verrières voisines, par Gruber en 1956.

17La Vierge et saint Jean, exécutés d’après les cartons de Léonnet de Montigny, sont de grandes figures de couleur qui se détachent sur la vitrerie blanche. Les tabernacles chers au XIVe siècle ont disparu et le réalisme de l’époque point dans l’expression de douleur concentrée des visages.

18La dernière fenêtre au nord, avant le rond-point, avait reçu en 1433, un saint Pierre portant la clef ainsi qu’un phylactère où se lit le premier article du Symbole des Apôtres. La misère des temps ne permit jamais d’achever ce Credo apostolique. Ce vitrail n’est pas encore remonté.

19Les autres baies du chœur n’étaient garnies que de vitreries blanches chargées de soleils et ornées de bordures qui, n’ayant pas été démontées en 1939, ont toutes disparu.

Note

1 Marcel Aubert, « La cathédrale », Congrès archéologique de France, Paris, Société française d’archéologie, 1927, p. 43.

2 Jouen, p. 148-149, en donne une description. Voir aussi G. Lanfry, « Le chœur et le sanctuaire de la cathédrale de Rouen », BCA, t. 22, p. 299-303, 312-314.

3 Albert Chauvel, « Les destructions, le sauvetage », MHF, p. 79-87.

4 Exécuté pour le jubé et bénit en 1788, ce Christ fut placé au banc-d’œuvre après la destruction du jubé. Il avait beaucoup souffert lors du bombardement et fut restauré à Toulouse. Voir Jean Taralon, « Le mobilier et le trésor », MHF, p. 117-119.

5 Sculptés en 1766, ils proviendraient de l’ancienne église des Chartreux et avaient été placés à Saint-Vincent en 1792 (BCA, t. 22, p. 127).

6 Eustache-Hyacinthe Langlois, Stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, Nicétas Périaux,, 1838 ; Pierre Dubois, « Quelques stalles d’églises normandes et picardes », BAMR, 1912, p. 105-131 ; Jouen, p. 51-56 ; Frédéric Billiet et Elaine Block (dir.), Les stalles de la cathédrale de Rouen, Rouen, PUR, 2003, 317 p.

7 F. Farin, La Normandie chrestienne, Rouen, Louys du Mesnil, 1659, p. 189.

Indice delle illustrazioni

Titolo 61 et 62 - Deux des chapiteaux du XIIIe siècle dans le sanctuaire.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3804/img-1.jpg
File image/jpeg, 172k
Titolo 63 - Le décor rénové du chœur.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3804/img-2.jpg
File image/jpeg, 217k
Titolo 64 - Le trône archiépiscopal. Tapisserie d’Aubusson. Ferronneries de Raymond Subes.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3804/img-3.jpg
File image/jpeg, 376k
Titolo 65 - Le lai d’Aristote.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3804/img-4.jpg
File image/jpeg, 197k
Titolo 66 - Le maçon. Miséricordes des stalles du chœur (XVe siècle).
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3804/img-5.jpg
File image/jpeg, 237k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search