Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La Cathédrale Notre-Dame de Rouen

 | 
Jacques Le Maho
, 
Anne-Marie Carment-Lanfry

Intérieur de la cathédrale

Le transept

Texte intégral

1 Le transept, doublé de bas-côtés sur lesquels ouvrent les chapelles orientées, est d’une grande ampleur.

2Implantées sur un plan trapézoïdal pour donner au chœur une plus large entrée, quatre puissantes piles cantonnées de colonnettes, limitent la croisée et portent la tour-lanterne et la flèche.

La tour-lanterne

3Nous voici, au dire des connaisseurs, devant le plus heureux morceau d’architecture de toute la cathédrale. Le premier art gothique est parvenu à sa perfection.

4Mais peut-être faut-il redire d’où vient cette expression de « tour-lanterne » ? La croisée du transept, point d’intersection des deux bras de la croix, est aussi, au-dessus des voûtes, le point de convergence de toutes les toitures. En conséquence, la tour centrale sur laquelle viennent s’appuyer les charpentes, est habituellement la partie la plus obscure de l’édifice. Les bâtisseurs normands, désireux au contraire d’éclairer au maximum cet endroit proche de l’autel, ont, dès le Xe siècle, surélevé la tour centrale de leurs églises, d’un étage percé de fenêtres, puits de lumière, « lanterne » qui va chercher bien haut la clarté.

  • 1 La balustrade du second étage a été ajoutée au XVIe siècle.

5Au-dessus des grands arcs, à double rouleau vers la nef et le chœur, à triple rouleau vers les croisillons, le maître d’œuvre a eu l’habileté de composer ensemble les deux étages de la tour, d’y ménager les mêmes divisions verticales, de sorte que les très hautes arcatures aux belles roses qui décorent chacune des faces de l’étage aveugle, recoupées par une audacieuse colonne baguée, semblent se prolonger dans les baies à double paroi de l’étage clair. Bien entendu, la circulation est prévue, au niveau des fenêtres1 comme à l’étage obscur et les deux coursières sont marquées d’un bandeau souligné d’une frise de trèfles ou de quatrefeuilles défoncés dans la pierre : autant d’attestations d’un maître d’œuvre normand. Le décor est à la fois sobre et soigné : des feuillages marquent les archivoltes des arcs tandis que les bases des colonnes sont sculptées, dans la gorge, de perles, de billettes ou de bâtons brisés.

51 - La tour-lanterne sur la croisée.

51 - La tour-lanterne sur la croisée.

6La voûte octopartite est portée par de puissantes nervures : quatre d’entre elles reposent, au milieu de chaque face, sur de belles têtes d’impressionnantes dimensions, mais les quatre autres jaillissent des chapiteaux mêmes des piles de la croisée, suivent les angles de la tour pour s’élancer enfin, au-dessus du vide, vers la clef centrale tapissée de feuillages (fig. 51).

  • 2 Lanfry 1956, p. 88.

7Il se dégage de l’ensemble une impression de puissance, d’équilibre, d’harmonieuse beauté que Georges Lanfry2 exprimait ainsi : Le regard s’élève avec admiration, emporté par ce faisceau d’arcs et de lignes qui fusent vers les hauteurs, jusqu’au sommet de cette lanterne, support de la flèche altière. C’est une ascension vers la clarté, au centre du vaisseau de pierre, une échappée vers le ciel.

Les croisillons du transept

Architecture

8Un décor d’une forte sobriété marque les croisillons, du moins pour leurs parties restées intactes depuis le XIIIe siècle. L’étage des tribunes a disparu. De petites arcatures brisées, au tracé aigu, bordent l’ouverture du triforium, souligné là encore de trèfles défoncés, tandis que, dans les bas-côtés, une arcature en tiers-point, reposant sur un banc, tapisse le mur et supporte une circulation à la base des fenêtres.

  • 3 La Commission des Antiquités (BCA, t. 1, 1867, p. 57-58, 178-179), proteste contre cette transform (...)

9C’est dans les croisillons du transept que nous pouvons encore trouver, heureusement épargnées par le manque de ressources, les baies primitives qui éclairaient autrefois toute la cathédrale : deux hautes lancettes, surmontées d’un oculus. Deux d’entre elles (fenêtres basses nord-est et sud-ouest) sont doublées d’une élégante avant-fenêtre, telles que l’étaient à l’origine les fenêtres hautes de la nef (fig. 14), mais la baie de la Calende est une réfection du XIXe siècle3.

52 - Le revers du portail des Libraires.

52 - Le revers du portail des Libraires.

10Le remplage des fenêtres hautes témoigne de la lenteur des travaux de transformation : la baie nord-ouest, modifiée au XIVe siècle, a gardé un réseau rayonnant, les autres, agrandies au XVe siècle seulement, présentent des réseaux flamboyants.

Les revers de pignons

11L’ouverture des portails des Libraires, au nord, et de la Calende, au sud, a complètement transformé les pignons du transept dont les revers ont reçu – entre 1280 et 1330 – une riche décoration.

12Le parti architectural est le même pour les deux pignons : quatre grands fenestrages, de largeur inégale, surmontés de gâbles à crochets terminés par des bouquets de feuillages, encadrent la porte et tapissent le mur, enserrant tout un réseau de trilobés et de quadrilobes. Des statues, surmontées de dais pour la plupart, trouvent place sous les arcatures et entre les gâbles (fig. 52 et 53).

13Un cordon sculpté sépare cet étage de la haute claire-voie, bordée d’une belle balustrade, surmontée d’une grande rose qui éclaire largement le transept. La rose du portail des Libraires, soufflée par la déflagration des bombes, a retrouvé son remplage rayonnant, proche de la rose sud du transept de Notre-Dame de Paris. Sa sœur, au pignon de la Calende, intacte heureusement, présente un curieux tracé géométrique fort original, où, calées par des trilobés, s’opposent, tête-bêche, des lancettes de même dessin (fig. 143).

14Une seconde coursière à balustrade passe au pied des roses.

15L’importance des parties vitrées (claire-voie et rose), la finesse des éléments portants, le profil de leurs bases, la double rangée de légers feuillages des chapiteaux, les formes arrondies des remplages, tout ici est caractéristique du gothique rayonnant.

16Les grandes statues, au hanchement léger, sont également typiques du XIVe siècle commençant. Elles ont malheureusement subi, au XVIIIe siècle, une si mauvaise restauration – allant jusqu’à surmonter d’une tête barbue une Vierge à l’Enfant ! (Calende, statue à l’extrême gauche) – qu’elles ont perdu une grande partie de leur intérêt. Elles sont d’ailleurs difficiles à identifier, leurs attributs ayant, pour la plupart, disparu. Signalons cependant :

  • au portail de la Calende, deux prophètes intacts, encadrant le premier gâble à droite (fig. 53), et,
  • de part et d’autre du portail des Libraires, saint Joseph et la Vierge portant l’Enfant à droite, Zacharie et saint Elisabeth portant le petit Jean-Baptiste à gauche4 (fig. 52).

53 - Le revers du portail de la Calende.

53 - Le revers du portail de la Calende.

17À l’étage supérieur, un charmant arbre du Bien et du Mal a été jugé digne d’être moulé pour le Musée de sculpture comparée : entre les feuilles et les pommes, apparaît la tête d’une gracieuse jeune femme à la longue chevelure et à la queue d’écureuil.

18Si l’architecture est sensiblement la même aux deux pignons, le décor sculpté est plus riche, plus soigné au sud qu’au nord. Ainsi, les quadrilobes inscrits dans les gâbles sont-ils, à la Calende, savamment sculptés en refouillement derrière leurs quatre redents portant fleurons, de scènes traitées avec la plus grande habileté, exemptes de toute restauration car le lourd tambour de la porte les a longtemps dissimulées. Elles se présentent sur deux registres. On reconnaît, de gauche à droite : saint Nicaise et ses compagnons martyrs dont les anges emportent les âmes au ciel dans le médaillon supérieur ; saint Laurent, étendu sur le gril, tandis que les anges, au-dessus, l’emportent, lui aussi, dans la gloire ; le baptême du Christ dans les eaux du Jourdain, surmonté d’une scène rarement représentée : saint Eustache et ses enfants emportés, l’un par un lion, l’autre par un loup ; enfin, la lapidation de saint Étienne et, dans le registre supérieur, saint Martin partageant son manteau au pauvre (fig. 55).

54 - Saint Eustache.

54 - Saint Eustache.

55 - Saint Martin de Tours.

55 - Saint Martin de Tours.

19Ces admirables revers de pignons se raccordent à la perfection avec l’architecture duXIIIe siècle.

L’escalier de la Librairie

20Au fond du croisillon nord, un charmant escalier droit, à deux volées séparées par un palier, permet de monter à la librairie des chanoines. Guillaume Pontifs, qui l’a exécuté en 1479, l’a orné avec un goût très sûr. Une belle porte, surmontée d’un arc en accolade, y donne accès. Ce joli morceau d’architecture flamboyante se marie fort bien avec le mur ouest, purement XIIIe et le pignon du XIVe siècle entre lesquels il trouve sa place (fig. 15).

21Le XVIIIe siècle lui a ajouté une volée supplémentaire, en un pastiche assez heureux.

Mobilier

  • 5 Don de l’archidiacre Jean Bigues, ce groupe, destiné à la chapelle de la Belle Verrière, fut trans (...)

22Dans ce même croisillon, un groupe de pierre, autrefois polychrome, surmonte l’autel de la chapelle Saint-Sever-dans-la-croisée. C’est Notre-Dame de Pitié5, la Vierge douloureuse portant son Fils mort, sculptée en 1590 par Étienne Desplanches. La tête du Christ et son bras droit reposent sur les épaules d’un petit ange potelé, en costume caractéristique de l’époque, qui semble accourir pour aider la Vierge à porter son fardeau. L’équilibre de la composition, la beauté plastique de la sculpture, l’expression des visages, le fini des détails ont valu à l’ensemble l’honneur d’être moulé pour le Musée de sculpture comparée.

23Une belle statue du XVe siècle, également de pierre, le « Christ attendant la mort » ou Dieu de Pitié est adossée au mur sud du croisillon sud, dans la chapelle du grand Saint-Romain.

  • 6 BCA, t. 18, 1re livr., p. 51 et 70 ; t. 20, 1re livr., p. 8 ; t. 29, p. 74 ; BAMR, 1905, p. 62-63 ; (...)
  • 7 Ce privilège fort ancien qui autorisait le chapitre à libérer un condamné à mort de son choix, au (...)

24Cette chapelle comportait un admirable retable Louis XIII6 à colonnes torses, surmonté d’un fronton entouré de quatre anges, orné sur les ailes en retour des statues de saint Romain et de saint Nicaise, enserrant une belle toile représentant l’Ascension (jour choisi pour célébrer le Privilège de saint Romain7). Au début du siècle, Mgr Fuzet l’avait transféré dans la chapelle du Jardin (en face de l’escalier de la Librairie) et remplacé par un autel dédié à saint Joseph, pour servir de cadre à une statue de saint Joseph qu’il offrait à la cathédrale. Cette copie en marbre, exécutée par Navone, d’une statue de bois sculptée par un Gaggini pour l’église génoise de Sainte-Zite, se trouve maintenant à gauche de l’autel. Quant au retable, endommagé par le bombardement, il a fait l’objet d’une longue et minutieuse restauration avant d’être remonté dans la chapelle nord du déambulatoire du chœur, dédiée aux saints Pierre et Paul. On y a placé un tableau de Letellier, enlevé de cette même chapelle à la Révolution et retrouvé dans les collections du Musée des Beaux-Arts de Rouen.

Les vitraux

25Comme en témoignait, avant la guerre, un oculus, le transept avait reçu, au XIIIe siècle, des vitraux de grisaille qui permettaient un éclairage de l’édifice, meilleur et moins onéreux que les verres de couleur. S’il n’en subsiste rien, les siècles suivants ont comblé une partie des lacunes.

Croisillon sud

  • 8 Le vitrail de la mort de la Vierge qui éclairait la chapelle de la Sainte Trinité, dite « du Jardi (...)

26Le croisillon sud renferme quatre admirables verrières8. La première passe bien souvent inaperçue et c’est grand dommage ! Il s’agit du Vitrail de la Pentecôte, fondé par l’archidiacre Jean de Nonancourt, au début du XIVe siècle, l’un des rares vitraux légendaires de cette époque. Les Apôtres recevant le Saint-Esprit sous la forme de langues de feu, sont représentés sous une niche à deux étages de gâbles. En-dessous sont agenouillés deux clercs en prière et le donateur. Dans les bordures, s’étagent de charmantes figures d’anges musiciens.

  • 9 G. Ritter, op. cit., p. 10.

27Tout le vitrail, d’un art raffiné et délicat, évoque, au dire de Georges Ritter9 « le tour de main si vif et si gracieux des miniaturistes de l’époque ».

56 - Transept sud. Verrière de la vie de saint Romain (XVIe siècle). Vue générale.

56 - Transept sud. Verrière de la vie de saint Romain (XVIe siècle). Vue générale.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Christophe Kollmann.

57 - Transept sud. Saint Romain arrête l’inondation qui menaçait la ville.

57 - Transept sud. Saint Romain arrête l’inondation qui menaçait la ville.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

58 - Transept sud. Miracle de la Gargouille.

58 - Transept sud. Miracle de la Gargouille.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy

28Deux rondels civils, moins anciens, ont été insérés dans les parties basses, complétées au XVe siècle par des grisailles ourlées d’une bordure à grosses feuilles.

29Placé primitivement dans la chapelle du Saint-Esprit – où se justifiait bien ce thème de la Pentecôte, rarement représenté –, ce vitrail, débarrassé d’adjonctions postérieures d’un goût douteux, a été remonté en 1956 dans le mur ouest, par les soins du maître Gruber.

  • 10 Placé primitivement dans la chapelle des Innocents (aujourd’hui chapelle du Grand Saint-Romain), c (...)

30Dans la baie située à droite du portail, on a remonté un très beau vitrail du XVe siècle, représentant, sous de grands tabernacles, la Vierge portant l’Enfant et saint Jean-Baptiste, au-dessus d’une Fuite en Égypte et d’un Massacre des Innocents10.

  • 11 J. Lafond, « Arnoult de Nimègue et son œuvre », BAMR, 1926-1927, p. 151-152.

31En 1518, la riche Confrérie de Saint-Romain, trop à l’étroit dans sa chapelle du bas-côté sud, s’installe dans la chapelle est du croisillon sud, et, vers 1521, en orne les deux fenêtres de somptueuses verrières consacrées à la légende de son saint patron. Ce sont les seuls vitraux du XVIe siècle que possède la cathédrale, mais ils sont d’une exceptionnelle qualité et se rattachent à l’art du grand Arnoult de Nimègue11.

32Ce sont de grands tableaux aux couleurs éblouissantes, où la perspective est fort bien respectée. La Renaissance y triomphe dans un décor d’une richesse luxuriante : pilastres, rinceaux, putti, chapeaux de triomphe, masques-feuilles, guirlandes de feuillages et même, dans les médaillons, têtes des dieux de l’Olympe ! Les verres superposés permettent toutes les recherches, particulièrement séduisantes dans les brocarts et les damassés des costumes.

Vitrail du Grand-Saint-Romain

33Placé au-dessus de l’autel, ce vitrail, don de la Confrérie, raconte la légende du saint évêque : au tympan, orné des fers du prisonnier, la conception miraculeuse de Romain, son arrivée à la cour du roi et son sacre comme évêque de Rouen.

34Au registre supérieur, de gauche à droite : le saint, aidé du prisonnier dompte l’effroyable gargouille ; il répare, par la vertu de sa prière, l’ampoule du Saint Chrême malencontreusement brisée ; il arrête, par sa bénédiction l’inondation qui menaçait la ville.

35Au registre médian, Romain célébrant la messe, est averti par Dieu de sa mort prochaine ; le roi Dagobert (représenté sous les traits de François Ier) lui confirme le Privilège autorisant le chapitre à délivrer un condamné chaque année à la fête de l’Ascension ; le bailli remet au chapitre les clefs de la prison.

  • 12 Du latin « feretrum » : châsse. Avant d’être libéré, le prisonnier se rendait en procession à la p (...)

36Le registre inférieur a beaucoup souffert : on peut encore y voir le prisonnier portant le reliquaire à gauche, puis couronné de fleurs devant la Fierte12, au centre. Les lacunes ont été comblées en 1911 par une vie de saint Eustache, provenant d’une chapelle du bas-côté sud, mais ces fragments sont difficilement lisibles.

Panégyrique de saint Romain

  • 13 É. Mâle, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France, op. cit., p. 317-318.

37Enchâssé dans la baie sud de la chapelle, le vitrail du « Panégyrique de saint Romain » a été offert par le célèbre Jacques le Lieur, seigneur de Brametot, auteur du Livre des Fontaines. Dans une « étincelante mosaïque de couleurs », selon le mot d’Émile Mâle13 qui en a fait une étude approfondie, cette verrière associe, sur deux registres, les Vertus aux événements de la vie du saint. C’est un document iconographique important, à cause des attributs nouveaux dont on a paré les Vertus. Ils pourraient être d’origine rouennaise puisqu’on les trouve déjà dans un manuscrit du XVe siècle (traduction de l’Éthique d’Aristote par Nicolas Oresme), provenant de la bibliothèque des Échevins de Rouen, et ils connaîtront encore un grand succès au XVIe siècle.

38La Foi, une église sur la tête et le cierge allumé à la main, est présente à la naissance de Romain. La Prudence, la tête surmontée d’un cercueil, tenant le miroir et le crible, préside à son élection. La Force, une enclume sur la tête, arrachant d’une tour un dragon ailé, aide le saint à chasser de pittoresques démons du temple de Vénus. La Justice, ayant pour attributs la balance et deux épées (l’épée qui fait respecter la sentence et l’épée de Dieu menaçant celui qui juge), préside au privilège de saint Romain, devant une table chargée du bras-reliquaire porté en procession dans la ville, en cas d’inondation. La Tempérance, une horloge en équilibre sur la tête tenant des lunettes à la main, permet à Romain de repousser la tentation qui se présente sous la forme d’une belle femme, aux atours somptueux dont, seuls, les pieds palmés révèlent l’origine satanique.

39Au tympan, la Chanté, coiffée d’un pélican et portant un cœur enflammé, embrase le saint célébrant la messe, en présence des saints Archevêques et d’un bourgeois de Rouen. Enfin, l’Espérance, coiffée d’un navire, tenant la bêche et les faucilles, symboles des moissons futures, se joint à ses sœurs pour entourer le saint au moment de sa mort (fig. 44).

40Un somptueux décor Renaissance, en triple bandeau, sépare les différents registres de cette extraordinaire verrière.

Croisillon nord

41Dans le croisillon nord, la grande rose a retrouvé, en 1973, par les soins de l’atelier Durand, ses vitraux du XIVe siècle démontés en 1939 (voir note 18, p. 66) : le Christ en majesté au centre, entouré des douze apôtres, des quatre symboles des évangélistes et des saints groupés en deux vastes cercles. Au sommet de la rose, la Vierge est couronnée par son fils. Les grisailles sont modernes.

42Les baies de la chapelle Notre-Dame de Pitié étaient parées de deux oculi du XIIIe siècle, représentant le Christ en majesté et la Vierge assise portant l’Enfant.

Les chapelles orientées

43Une profonde chapelle orientée s’ouvre sur chacun des bras du transept.

44 L’architecture est sensiblement la même pour les deux chapelles : des arcatures aveugles courent à la partie basse, ménageant des enfeus dans l’épaisseur du mur. Au-dessus, de hautes lancettes XIIIe siècle, munies d’une circulation à la base, éclairent les chapelles couvertes de voûtes sur croisée d’ogives et ornées d’une jolie piscine sculptée.

45Mais les vitraux et le mobilier diffèrent profondément d’une chapelle à l’autre.

Chapelle du Saint-Sacrement (croisillon nord)

46Dans la chapelle du Saint-Sacrement – autrefois chapelle Saint-Jean-Baptiste-jouxte-les-Fonts – des grisailles refaites à l’identique par Max Ingrand en 1960, enserrent de beaux panneaux de couleur qui datent du XIIIe siècle.

47De gauche à droite, le Baptême du Christ, placé au-dessus d’une donatrice agenouillée devant le Christ, puis saint Jean écrivant l’Apocalypse devant les sept Églises d’Asie, enfin trois donateurs offrant un vitrail à la Vierge Marie portant l’Enfant Jésus. Une curieuse inscription à droite, « Ge sui ci por Ace Le Tort », permet de dater ce vitrail, Ace Le Tort, bourgeois de Rouen, ayant fondé par testament une chapellenie à la cathédrale en 1266. Le style de ce dernier panneau, plus avancé que les précédents, accuse bien, en effet, la seconde moitié du XIIIe siècle.

48Les autres panneaux de couleur, comme le vitrail qui domine l’autel, sont modernes.

Chapelle Sainte-Jeanne d’Arc (croisillon sud)

  • 14 R. Eude, op. cit., p. 61.

49Le premier enfeu de la chapelle du croisillon sud renferme le tombeau de Mgr Fuzet14, archevêque de Rouen de 1899 à 1915. Sur un socle du sculpteur rouennais Foucher, la statue en pierre de Lens est un gisant exécuté par Gauquié, dans l’esprit du XIIIe siècle.

50Depuis 1914, cette ancienne chapelle du Saint-Esprit est dédiée à Jeanne d’Arc. Les vitraux et le mobilier en ont été entièrement rénovés après la guerre pour honorer la libératrice de la France, martyrisée à Rouen.

51Les deux lancettes les plus larges permettent de suivre de bas en haut l’épopée de la sainte : Jeanne d’Arc écoutant ses voix, Jeanne à Chinon reconnaissant Charles VII, la prise d’Orléans et le sacre triomphal de Reims dans la première, don de la colonie anglaise.

52La seconde évoque les épisodes douloureux : Jeanne faite prisonnière à Compiègne, captive à Rouen, comparaissant devant ses juges, mourant enfin sur le bûcher.

53Deux lancettes plus étroites sont ornées, l’une des blasons des villes illustrées par Jeanne, l’autre, au-dessus de l’autel, de sa bannière largement déployée.

54Pour ces vitraux, exécutés en 1956, le maître Max Ingrand a cherché à harmoniser l’échelle et la palette de sa composition afin qu’elle s’accorde à la vitrerie ancienne, tout en restant résolument moderne.

55La statue de la sainte, sculptée dans la pierre par Saupique, domine l’autel timbré de l’épée de Jeanne, de sa devise « Jésus, Maria », de ses armes et des armes de France. Enchaînée au poteau, Jeanne livrée aux flammes, fixe son regard sur la croix de l’autel, martelée par Subes en souvenir de la croix de l’église Saint-Sauveur que la sainte voulut contempler en mourant.

59 - Transept sud, chapelle Sainte-Jeanne d’Arc. Histoire de Jeanne d’Arc et blasons des villes illustrées par Jeanne. Vitraux de Max Ingrand, 1956.

59 - Transept sud, chapelle Sainte-Jeanne d’Arc. Histoire de Jeanne d’Arc et blasons des villes illustrées par Jeanne. Vitraux de Max Ingrand, 1956.

© Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.

60 - Statue de Jeanne d’Arc.

60 - Statue de Jeanne d’Arc.

Notes

1 La balustrade du second étage a été ajoutée au XVIe siècle.

2 Lanfry 1956, p. 88.

3 La Commission des Antiquités (BCA, t. 1, 1867, p. 57-58, 178-179), proteste contre cette transformation d’une fenêtre du XIIIe siècle, élargie au XVe siècle, nouvellement rétrécie et remise en style du XIIIe siècle, initiative entraînant la perte de la verrière.

4 Hartmut Krohm, Die Skulptur der Querhausfassaden an der Kathedrale von Rouen, Aachen, 1971, propose de voir saint Joachim, sainte Anne et la Vierge enfant au lieu de la Sainte Famille. Le programme iconographique du registre supérieur lui parait cohérent. De gauche à droite : Le Séducteur dans l’arbre du Bien et du Mal ; Adam et Ève après la chute, vêtus de tuniques de poils (Lefrançois-Pillion 1913, p. 374, reconnaissait dans ces deux statues saint Jean-Baptiste prêchant et baptisant), l’ange placé à la porte du Paradis Terrestre et Dieu le Père.

5 Don de l’archidiacre Jean Bigues, ce groupe, destiné à la chapelle de la Belle Verrière, fut transporté dans cette chapelle dès le début du XVIIe siècle. Accolé tout d’abord au mur nord, il fut placé sur l’autel après la Révolution. Voir Jouen, p. 100-101 et id., « La Notre-Dame de Pitié de la cathédrale et son donateur », Académie de Rouen. Précis, 1918.

6 BCA, t. 18, 1re livr., p. 51 et 70 ; t. 20, 1re livr., p. 8 ; t. 29, p. 74 ; BAMR, 1905, p. 62-63 ; 1911, p. 194 ; L.-A Jouen, Mgr Fuzet, op. cit., p. 14.

7 Ce privilège fort ancien qui autorisait le chapitre à libérer un condamné à mort de son choix, au jour de l’Ascension, fut supprimé en 1791 ; Amable Floquet, Histoire du privilège de saint Romain, Rouen, E. Le Grand, 1833 ; J. Loth, La cathédrale de Rouen, op. cit., p. 270-286, 313 et suiv.

8 Le vitrail de la mort de la Vierge qui éclairait la chapelle de la Sainte Trinité, dite « du Jardin » (en face du Grand Saint-Romain), œuvre présumée d’Engrand Le Prince, a disparu au XIXe siècle. Quant à la rose de la Calende, elle était garnie de vitraux XIXe sans valeur qui ont péri dans le bombardement.

9 G. Ritter, op. cit., p. 10.

10 Placé primitivement dans la chapelle des Innocents (aujourd’hui chapelle du Grand Saint-Romain), ce vitrail avait été transféré – vraisemblablement en 1518 – dans la chapelle voisine (Sainte-Jeanne d’Arc). Voir G. Ritter, op. cit., p. 9 et 13 ; J. Lafond, « Études sur ses vitraux », art. cité, p. 117-118 ; F. Perrot, op. cit., p. 26 et pl. 9.

11 J. Lafond, « Arnoult de Nimègue et son œuvre », BAMR, 1926-1927, p. 151-152.

12 Du latin « feretrum » : châsse. Avant d’être libéré, le prisonnier se rendait en procession à la place de la Haute-Vieille-Tour, montait sur un édicule qui a pris pour cette raison le nom de « fierté » et y soulevait, par trois fois, la châsse sur ses épaules.

13 É. Mâle, L’art religieux de la fin du Moyen Âge en France, op. cit., p. 317-318.

14 R. Eude, op. cit., p. 61.

Table des illustrations

Titre 51 - La tour-lanterne sur la croisée.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 450k
Titre 52 - Le revers du portail des Libraires.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 437k
Titre 53 - Le revers du portail de la Calende.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 441k
Titre 54 - Saint Eustache.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre 55 - Saint Martin de Tours.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Titre 56 - Transept sud. Verrière de la vie de saint Romain (XVIe siècle). Vue générale.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Christophe Kollmann.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 524k
Titre 57 - Transept sud. Saint Romain arrête l’inondation qui menaçait la ville.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 265k
Titre 58 - Transept sud. Miracle de la Gargouille.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Titre 59 - Transept sud, chapelle Sainte-Jeanne d’Arc. Histoire de Jeanne d’Arc et blasons des villes illustrées par Jeanne. Vitraux de Max Ingrand, 1956.
Légende © Service régional de l’Inventaire de Haute-Normandie – Thierry Leroy.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 535k
Titre 60 - Statue de Jeanne d’Arc.
URL http://books.openedition.org/purh/docannexe/image/3803/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 248k

© Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540